Nidal

Auteur du blog Loubnan ya Loubnan. Je signe d’un pseudonyme arabe et j’écris essentiellement sur l’actualité libanaise, mais je suis français et je vis en France.

  • Comme le dernier billet d’Angry Arab pour le Akhbar, “Comment couvrir la Syrie depuis Beyrouth, Liban”, est à la fois très marrant et très bien vu, et comme il se trouve que je sais, moi-même personnellement, à quoi ressemble un sandwich aux falafels, je vous en livre une rapide traduction maison :
    http://english.al-akhbar.com/blogs/angry-corner/how-cover-syria-beirut-lebanon

    En se basant sur la couverture des événements syriens dans les journaux étatsuniens, il est possible d’identifer des caractéristiques quand cela est fait depuis Beyrouth.

    1. Écrivez vous-mêmes vos articles, mais reposez-vous sur un nombre restreint de pigistes locaux mal payés qui pourront traduire et interpréter pour vous.

    2. Appelez le bureau de presse Hariri ou les attachés de presse des groupes d’exilés syriens pour, basiquement, vous prendre en main dès votre arrivée en ville.

    3. Vous n’avez pas besoin de quitter votre logement : votre travail demande d’utiliser intensivement Skype. Vous n’avez pas à rechercher des adresses Skype : le bureau de presse de Hariri et ses alliés dans les groupes d’exilés syriens vous fourniront tous les noms, et en inventeront même pour vous.

    4. Il est bienvenu de se montrer émotif dans votre converture, en sympathie pour les groupes armés syriens, de la même façon qu’il est malvenu de se montrer émotif dans la couverture du côté arabe du conflit israélo-arabe.

    5. Traitez largement les souffrances humaines, sauf si elles sont causées par les groupes armés syriens eux-mêmes.

    6. Ne citez pas les vrais leaders des groupes syriens exilés dirigés par les islamistes : à la place, citez des syriens vivant dans des pays occidentaux, de façon à donner un visage occidentalisé aux groupes d’opposition en exil.

    7. Essayez de minimiser le rôle de l’Arabie séoudite, du Koweit et de la Turquie aux côtés des groupes armés syriens.

    8. Sentez-vous libres d’appeler à de la levée de fond dans vos articles, via de constantes références à la pauvreté des groupes armés et à leur manque d’armes et d’équipement. Versez également quelques larmes.

    9. Tentez de montrer l’humanité des groupes armés : des photos d’enfants soldats devraient permettre de souligner qu’ils ne sont après tout que des enfants et qu’ils représentent le visage humain des groupes armés.

    10. Ne parlez pas aux deux camps opposés du conflit. Un seul camp (le camp soutenu par l’Arabie séoudite et le Qatar) suffit.

    11. Souvenez-vous : les attentats à la voiture piégée ne sont pas une mauvaise chose s’ils sont utilisés par le camp soutenu par les États-Unis. Les voitures piégées ne sont des armes de destruction haineuses que lorsqu’elles sont utilisées par des ennemis des États-Unis.

    12. Dans les articles sur les interventions étrangères en Syrie, souvenez-vous que les interventions de la part de l’Arabie séoudite, du Qatar, de Bahreïn, de la Turquie, de la Jordanie, de la Libye, de l’OTAN, d’Israël, de l’Union européenne et des États-Unis… ne sont pas vraiment des interventions. Ce sont tout juste des gestes de bonne volonté humanitaire. Par interventions étrangères on ne désigne que celles de la Russie, de l’Iran et du Hezbollah.

    13. En abordant les interventions libanaises en Syrie, souvenez-vous que nous ne parlons que du Hezbollah. Les inverventions (militaires et autres) menées par Hariri et les groupes salafistes ne comptent pas et ne doivent pas être considérés comme des interventions.

    14. Souvenez-vous que la référence en matière de professionnalisme journalistique dans la converture de la Syrie, ce sont les médias des princes séoudiens et de la famille Hariri.

    15. Les rumeurs et fabrications colportées par les médias Hariri et séoudiens sont automatiquement considérées comme « bonnes pour publication » si elle vont dans le sens de la propagande de la coalition dirigée par les États-Unis.

    16. Les préjugés et le sectarisme contre les alaouites sont indispensables pour comprendre le conflit syrien. S’il vous plaît, ne vous référez aux alaouites, y compris les bébés, que sous le vocable « shabiha ». Cela rendra plus facile la justification de leur meurtre par les groupes armés.

    17. Faites de votre mieux pour dissimuler les direction et les appartenances lourdement islamistes et fanatiques des groupes armés. À la place, essayez de trouver quelqu’un qui porte des jeans et prétendez qu’il parle pour le groupe armé gauchiste et laïc.

    18. Toute histoire sur la défection d’une seule personne, même d’un simple soldat, ou de l’assistant du chauffeur d’un petit employé dans l’usine de recyclage d’une collectivité locale devrait bénéficier d’une couverture avantageuse.

    19. S’il vous plaît oubliez votre ancienne hostilité envers al-Jazeera. Al-Jazeera a maintenant changé et nous la considérons comme une chaîne exemplaire représentant la magnifique propagande de la famille royale qatari.

    20. La famille Hariri vous fournira des noms et des numéros de téléphone de types travaillant dans les forces de sécurité libanaises, et ceux-ci vous fourniront avec plaisir toute information ou rumeur qui nuirait aux intérêts du Hezbollah, et vous pourrez citer ces individus comme “des officiels sécuritaires de haut niveau du goruvernement libanais”.

    21. Les intérêts et la propagande israéliens devraient être lourdement représentés dans votre couverture, et Israël devrait être présenté comme un ami du peuple syrien – en laissant évidemment de côté son occupation et ses attaques contre le territoire syrien.

    22. Exactement comme pour l’opposition irakienne en exil avant 2003, souvenez-vous s’il vous plaît que toutes les personnalités de l’opposition syrienne en exil sont intelligentes, éloquentes (même dans le cas du Cicéron de Syrie), et vraiment amusantes.

    NdT : le « Cicéron de Syrie » est une plaisanterie récurrente d’Angry Arab se moquant du “Dr.” Radwan Ziadeh à Chicago :
    http://www.youtube.com/watch?v=CK7lDnws0Z4

    23. Lorsque vous parlez des armes chimiques syriennes, s’il vous plaît ne mentionnez jamais l’arsenal d’armes de destruction massive israéliennes. Au contraire, dans le but de toujours présenter les israéliens comme les victimes, utilisez des photos d’israéliens prenant la pose avec des masques à gaz, à chaque fois que vous abordez la question des armes chimiques syriennes.

    24. Souvenez-vous que vous êtes engagé pour entretenir le moral des troupes et pas seulement pour « couvrir » le conflit. Chaque semaine vous devez écrire quelque chose suggérant que le régime de Bashar est en train de s’effondrer et que les rebelles sont tout juste en train de prendre le contrôle des banlieues de Damas.

    25. Il est important de rappeler aux lecteurs que 99% du peuple syrien soutiennent les États-Unis et Israël pour leur rôle en Syrie, et que 99% d’entre eux sont violemment opposés au régime. Seuls les crapules et les voyous soutiennent encore le régime.

    26. Pour souligner les succès de l’opposition syrienne en exil à gagner le soutien des minorités en Syrie, le bureau de presse Hariri à Beyrouth vous fournira les numéros de téléphone d’un chrétien, d’un druze, d’un kurde, et même d’un alaouite opposé au régime.

    27. La connaissance de l’arabe – comme à chaque fois qu’il s’agit de couvrir le Moyen Orient – n’est pas du tout nécessaire, du moment que vous savez à quoi ressemble un sandwich aux falafels.