Reka

géographe cartographe information designer journaliste rêveur utopiste partageur

  • Tel-Aviv : Air France - Corporate

    http://corporate.airfrance.com/fr/presse/tel-aviv

    C’est toute de même ahurissant ! Alors que même des hauts fonctionnaires israéliens avouent que les listes noires établies pour prévenir l’entrée des activistes pro-palestiniens en Israël (Dimanche 15 mars) ont été largement gonflées bien au delà d’une éventuelle menace pour le pays (même un diplomate français a vu son billet annulé par la Lufthansa), Air France a trouvé le moyen, à Nice, de faire interroger une passagère (sur la demande des services de sécurité israéliens) par... une hôtesse de l’air ! Laquelle s’est pliée à cette demande qui ne fait certainement pas partie de ses attributions d’ailleurs. Air France, donc, n’a pas dit non. Ils auraient pu répondre à la sécurité israélienne qu’ils aille faire leur sale boulot eux même/ Mais non. Air France a cédé, et demandé à son personnel de collaborer.

    Air France se fend maintenant d’un communiqué minable pour justifier l’inacceptable. On savait la compagnie déjà souvent complice des autorités françaises lors des déportations violentes de migrants, on sait maintenant que la compagnie sait se faire auxiliaire de police (israélienne mais pourquoi pas d’autres pays ? imaginez, dans le futur, le même cirque dans les TGV à destination de l’étranger.

    Voilà qui mérite non seulement des protestations vigoureuses auprès d’Air France, mais l’ouverture rapide d’un débat sur la manière dont est bafoué le liberté fondamentale de circuler, de voyager et de protester.

    Tel-Aviv

    Sur tous les vols a destination de Tel-Aviv, les autorités israéliennes contrôlent systématiquement la liste des passagers. Aucun avion ne peut rejoindre Israël sans leur accord.
    Sur le vol AF4384 Nice-Tel-Aviv du 15 avril, les autorités israéliennes ont demandé à questionner l’une des passagères. Les réponses ne satisfaisant pas les autorités israéliennes, la passagère a du être débarquée à leur demande.
    Comme toutes les autres compagnies aériennes et en application de la Convention de Chicago, Air France se plie aux lois en vigueur dans les pays où elle opère et refuse d’embarquer tout passager déclaré non admissible par le pays de destination. Ceci permet également d’éviter tout désagrément aux passagers lors du débarquement.