Visions cartographiques

géographe cartographe information designer journaliste rêveur utopiste partageur

  • En Norvège, Les journaux imprimés pourraient disparaître d’ici 10 à 15 ans

    Mercredi 19 septembre 2012 s’est ouvert la conférence annuelle de l’association des entreprises de presse norvégiennes (MBL). Chercheurs spécialisés dans les médias, politiciens et journalistes se sont réunis pour discuter de l’avenir des médias. Parmi les thèmes largement évoqués, la transition vers les plateformes numériques - avec les profonds changements que cela entraîne pour les ventes et son rôle dans la société.

    Erik Wilberg, consultant spécialisé dans les médias et professeur à l’école de gestion de Drammen, a rappelé sur NRK P2, la radio nationale : « la presse norvégienne traverse une crise importante, tous les titres perdent des lecteurs. Les Tabloïds tels que VG et Dagbladet sont ceux qui subissent l’effondrement le plus spectaculaire. Je crois que dans ce contexte, le redressement est impossible : vu les tendances depuis ces 25 dernières années, la seule évolution possible est celle qui va vers le bas. Cela conduira à une transition progressive vers les médias électroniques, mais nous ne savons pas à quelle vitesse. Ceux qui cessent de lire les journaux imprimés ne se rabattent pas tous sur les formats électroniques. On perdra beaucoup de lecteur au cours de cette transition. A ce rythme, tous les médias imprimés auront disparus en 2025 et ce qui restera des médias en Norvège sera complètement passé sur des supports numériques. De plus, les nouvelles règles fiscales pourraient bien accélérer le processus. »

    Le Taux de TVA est de 25 % pour les journaux en ligne, alors que les journaux imprimés en sont totalement exonéré. Un faible taux commun serait un avantage pour les médias en ligne comme pour les journaux imprimés. Un peu plus tôt cette année, la MBL a proposé d’établir un taux de TVA de 8 % pour les deux types de support.

    Il reste que rendre viable un journal sur Internet est toujours très difficile, cela suppose de faire des choix, des paris : contenus payants ou gratuits ou les deux ; part de la publicité ; part des dons et des soutiens financiers (sponsorings, subsides) ; etc…

    Les grands groupes de presse tels que Schibsted ou Amedia ont déjà annoncés des coupes budgétaires assez brutales (300 suppressions de postes de rédacteurs pour Schibsted). Ces deux géants des média procèdent à ce qu’Erik Wilberg appelle, des « ajustements structurels ».

    Erik Wilberg conclut : « le passage sur les supports électroniques va renforcer le débat public, contrairement à ce que tout le monde pense. Regardez, vous pouvez déjà voir le changement sur Internet. Les gens veulent participer et commenter. Mais les approches changeront fondamentalement avec la multiplication des sites : il sera plus facile d’avoir une audience, mais sans doute plus difficile de se faire entendre. »

    Source : Klassekampen, 19 septembre 2012

    « Avisene dør før 2025 »
    http://www.klassekampen.no/60678/article/item/null/-avisene-dor-for-

    #norvège #presse #média #internet #publication-electronique