legrandmix

Le Grand Mix est une scène de musiques actuelles (labellisée SMAC par le Ministère de la Culture et de la Communication) à Tourcoing. Cette salle de 650 places ouverte en 1997, est gérée par l’association La Passerelle. L’association mène un projet culturel et artistique dans la salle de spectacles (et hors les murs) [...]

  • Lille : prié d’étudier un atterrissage au Grand Sud, l’Aéronef en pleines turbulences - Lille et ses environs - La Voix du Nord
    http://m.lavoixdunord.fr/region/lille-prie-d-etudier-un-atterrissage-au-grand-sud-ia19b0n2253982

    À la demande de la mairie, la salle de concert programme de plus en plus d’événements au Grand Sud, équipement inauguré cet automne. Au point d’imaginer une occupation permanente des lieux, situés au-delà du périphérique alors que l’Aéronef réside depuis 20 ans en plein centre. Rien n’est tranché mais le scénario prend corps. Il pose des questions, qui touchent aussi à la politique de la ville envers les musiques actuelles.

    1. Quoi de neuf ?

    En mars, le premier adjoint de Martine Aubry à la mairie de Lille (principale tutelle de l’Aéronef via une subvention et la mise à disposition des murs) assurait que la ville n’avait « aucune velléité de faire partir l’Aéronef de l’avenue Willy-Brandt ». La position de Pierre de Saintignon a évolué. La migration vers le Grand Sud aurait désormais la faveur des élus lillois. Une étude de faisabilité concernant cette option est actuellement menée. La rumeur n’en est donc plus une. Fin septembre, un conseil d’administration devrait trancher la question. L’éventuel déménagement n’interviendrait pas avant 2015, la plupart des concerts programmés à la rentrée le sont à Euralille.

    2. Le Grand Sud : bonne ou mauvaise idée ?

    Décrite de manière imagée par un connaisseur du dossier comme « la bouée de secours par rapport au Grand Sud », la migration de l’Aéronef se défend dans un contexte de budgets toujours plus serrés. La mairie récupérerait une surface immense en plein centre-ville. Sur le papier, le Grand Sud, conçu comme une salle facilement modulable, offre par ailleurs des jauges similaires : 600 places assises, 1 800 places debout (voire 6 000 une fois ouverte la façade donnant sur le parc). Il faut bien faire vivre, enfin, des murs ayant coûté 12,9 millions d’euros, aux deux tiers financés par la ville. La méthode pose cependant question.

    Il semblerait qu’on ait construit un lieu (inauguré en octobre 2013, cinq mois avant les élections municipales) avant seulement de se pencher sur le projet censé le faire vivre. Si ce n’est une vocation polyvalente permettant « d’accueillir aussi bien des mariages que des concerts », dixit Martine Aubry. Le déménagement de l’Aéronef nécessiterait des travaux. Dans une salle flambant neuve, ça ferait mauvais genre... Les élus ne voudraient d’ailleurs pas en entendre parler.

    Quid, ensuite, de l’accessibilité d’un équipement excentré offrant un parking riquiqui, une station de métro lointaine (près de 1 km) et pas de station de V’lille ? La fréquentation des concerts organisés en fin de saison montre qu’un gros travail serait nécessaire pour rendre le Grand Sud attractif. Une quarantaine de personnes étaient présentes pour le plateau Cheveu - Bertrand Burgalat le 13 juin. Bien maigre. Une baisse substantielle par rapport aux soirées dans le centre paraît évidente (une source évoque - 30 % en moyenne).

    3. Quel rapport la mairie de Lille entretient-elle avec l’Aéronef ?

    Martine Aubry n’a jamais manifesté une affection débordante pour un équipement né bien avant son arrivée à Lille. Sa discrétion avenue Willy-Brandt est symptomatique (elle n’y aurait quasiment pas été vue ces dernières années pour un concert). Les coupes claires dans les subventions intervenues l’an dernier, maintenues cette année (- 25 %, pour passer de 414 000 à 300 000 €), ne constituent pas non plus un message positif. Malgré les spectaculaires efforts de la salle pour aller chercher des financements privés et établir un budget dans lequel la part des subsides publics est minoritaire. Pierre de Saintignon a une tout autre analyse (lire ci-dessous). La structure paie également l’héritage d’une implantation compliquée à Euralille et des années de déficits qui n’ont pas, sans doute, facilité la relation de confiance avec sa tutelle. Elle fait néanmoins figure aujourd’hui de bon élève. On rapporte l’abattement des salariés (ils sont seize), affectés par le manque de considération manifesté par la mairie. « Ils ont fait des efforts considérables et ont l’impression de ne pas être récompensés », dit un proche du dossier.
    Le chiffre

    57 % : c’est la part des ressources propres dans le budget de l’Aéronef (qui s’établit entre 2,5 et 3 millions d’euros), le reste étant couvert par les subsides publics (ville, État, conseils régional et général). La montée en puissance des recettes propres est impressionnante pour une telle structure : le ratio était de 60 % de subventions pour 40 % d’autofinancement il y a quelques années. À titre de comparaison, le Grand Mix, à Tourcoing, s’autofinance, lui, à hauteur de 36 %. Pour en arriver là, l’Aéronef a multiplié les concerts, les locations de sa salle, les coproductions, etc., pour atteindre plus de 150 événements en 2013.
    « Il n’y a aucune défiance »

    Pour Pierre de Saintignon, il n’y a ni malaise ni « défiance » envers la structure.

    Du nouveau depuis mars ?

    « Il n’y a rien de neuf, si ce n’est toute une série d’hypothèses. Ce qui est normal, on regarde notre ville, elle bouge, elle vit… »

    Pourquoi maintenir cette année la baisse de subvention ?

    « On ne baisse pas la subvention, on a réajusté une aide en concertation avec l’Aéronef. On donne 300 000 € et on met les murs à disposition, ce qui représente un loyer à peu près comparable. Ça fait donc 600 000 €. On est le premier financeur, et de loin. La subvention prend en compte l’exploitation en hausse, les recettes supplémentaires, le fait que la salle a désormais pignon sur rue… Le compte d’exploitation monte, il est normal qu’il y ait moins d’aide. L’argent public sert souvent d’amorçage. L’Aéronef est bien géré, renommé, la salle a plus de clients… »

    Aucun problème, donc ?

    « Non. On n’a que de l’amitié et de la confiance pour l’équipe, il n’y a aucune défiance envers la structure. Personne n’a de vision négative d’un lieu qui reste la plus grande scène de musiques actuelles de France. »
    Deux figures sur le départ

    Une page se tourne avec les départs de deux figures arrivées en 2008 au moment d’un renouvellement de direction. Celui de Patrice Budzinski, venu du Grand Mix de Tourcoing, qui avait lâché l’an dernier le poste de directeur de l’Aéro pour n’être plus que programmateur, n’est pas une surprise. Il n’était guère présent depuis des mois avenue Willy-Brandt. Il est parti définitivement la semaine dernière, et la procédure de recrutement de son successeur s’accélère : le grand oral des quatre candidats de la short-list (sur 170 postulants) a lieu ce mardi. La démission d’Alex Mélis, qui sera parti à la mi-septembre, étonne davantage. Le futur ex-secrétaire général, homme affable au réseau étoffé, justifie sa décision en évoquant un « sentiment d’usure ». Le contexte politique actuel n’y est certainement pas non plus étranger…




  • YouTube va-t-il vraiment bloquer les clips d’Arcade Fire ou d’Adele ? Pas si vite... - Musiques - Télérama.fr
    http://www.telerama.fr/musique/youtube-va-t-il-vraiment-bloquer-les-clips-d-arcade-fire-ou-d-adele-pas-si-

    Musiques | Depuis quelques jours, la polémique fait rage entre YouTube et les labels indépendants, qui refusent de signer un accord pour le nouveau service de streaming payant de la filiale de Google. Décryptage, et entretien avec Denis Ladegaillerie, directeur du label Believe et premier distributeur numérique en Europe.





  • Les Inrocks - Intermittents : la lettre ouverte des Eurockéennes au gouvernement
    http://www.lesinrocks.com/2014/06/17/actualite/intermittents-la-lettre-ouverte-des-eurockeennes-au-gouvernement-1151060

    Dans un courrier envoyé à l’AFP mais aussi à Manuel Valls, François Rebsamen (Ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social) et Aurélie Filippetti (Ministre de la Culture et de la Communication), les Eurockéennes de Belfort se mobilisent contre le protocole d’accord de l’Unedic et ses conséquences sur les intermittents du spectacle. Nous retranscrivons la lettre ouverte en intégralité sur cette page.


  • TEAM WILD - Ô my broken heart - version 2012 ( Keep It Simple Stupid EP ) on Vimeo
    https://vimeo.com/98085610

    Director : Mathieu Drouet
    Video Editor : Matthieu Clement
    Stylism : Xavier Brisoux
    Assistant Director : Virginie Lefèvre
    Make up & Band Logo : Cerise Heurteur
    Band Management : Maxime Ternois - Ah Bon ? Productions
    Guitar Strap: House of Vice

    Production by Takeasip (takeasip.net) & Ah Bon ? Productions
    listen Team Wild here: teamwild.bandcamp.com

    © 2014 Mathieu Drouet - mathieu-drouet.com


  • Voix du rock #5 — Sortir Lille Eurorégion
    http://www.lille.sortir.eu/concerts/voix-du-rock-5

    Bodybeat, Intergalactic Lovers, Cascadeur, La Femme, Morcheeba et Breton à voir gratuitement, ça vous tente ? On se retrouve à Tourcoing !

    5000 curieux lors de la première édition en 2010, 20000 festivaliers l’année dernière pour Sébastien Tellier, Lilly Wood & the Prick et Kavinsky. Le pari des concerts gratuits sur le parvis de l’église Saint Christophe prend (très) sérieusement. Cette année, des noms qui montent (Breton ou Cascadeur, un habitué du Grand Mix), mais aussi des valeurs sûres (Morcheeba ou les Intergalactics Lovers, qui cartonnent en Belgique) et, toujours, un village Place de la Résistance avec des animations, des stands contre les addictions et une distribution de bouchons d’oreilles. Un groupe dance funk, l’autre « rock cosmique », un autre rock indie et un peu de trip hop, La Voix du Rock devrait, une fois de plus, réunir les foules consolider sa place de rendez-vous gratuit incontournable du printemps.



  • Le lycée Colbert et le Grand Mix officiellement partenaires !
    http://www.legrandmix.com/actionculturelle/2014/05/20/le-lycee-colbert-et-le-grand-mix-officiellement-partenaires

    Jeudi 15 mai, le lycée Colbert et le Grand Mix ont signé une convention : nous sommes officiellement partenaires par le biais du projet Passe ta chronique d’abord ! Lors de cette matinée étaient présents les lycéens participant au projet, Olivier Pernot qui anime l’atelier, les professeurs encadrants, une partie de l’équipe du Grand Mix ainsi que la presse ! Après une présentation du projet, les élèves ont lu certains de leurs textes écrits durant l’année. Et ils ont été chaudement applaudis par les journalistes qui étaient même un peu impressionnés !

    Si les jeunes connaissent bien la salle du Grand Mix puisqu’ils sont déjà venus voir 8 concerts, ils n’avaient pas encore visité les coulisses… C’est maintenant chose fait !


  • Grand Mix de Tourcoing : « Toutes les télés se sont intéressées à nos chorales » - Tourcoing - La Voix du Nord
    http://www.lavoixdunord.fr/region/grand-mix-de-tourcoing-toutes-les-teles-se-sont-ia26b58810n2155912

    La particularité du goûter-concert de samedi ? Les artistes sur scène auront entre 8 et 90 ans. Le Grand Mix a reconduit ses projets de chorales senior (quatrième édition) et junior (deuxième édition). D’Arcade Fire à Bertrand Belin, en passant par Stromae ou La Femme... le répertoire est éclectique et fait aussi la part belle aux artistes ayant fréquenté la salle de concert.
    IMG_1231.JPG

    Imprimer
    - A +

    Depuis un an, chaque lundi pour les seniors, les mercredis pour les enfants, ils préparent cette date, sous la baguette de la chanteuse de gospel et prof de chant, Nadège Romer pour les premiers. C’est Juliette Mathoret, intervenante musicale dans les écoles de Tourcoing, qui a encadré les 8 - 12 ans.

    Samedi, les deux chorales chanteront en commun Wake up d’Arcade Fire, Formidable de Stromae et Ghost de Skipe the Use. Puis chacun aura son propre répertoire. A l’issue du concert, le Grand Mix espère bien recruter pour l’an prochain « 25 kids ce serait bien », estime Juliette Calot, responsable de l’action culturelle au Grand Mix. Autant que les seniors. A cette édition-ci, ils n’étaient qu’un quinzaine. « Un noyau dur se réinscrit chaque année ». Et de belles histoires d’amitié ou familiales se tissent, comme celle d’Evelyne dont le petit-fils faisait partie de la chorale l’an dernier, « elle l’a acompagné et a eu envie de faire partie de la chorale seniors. Et son mari a pris un abonnement au Grand Mix », raconte Juliette Calot qui aimerait bien un meilleur équilibre hommes-femmes, « nous n’avons que deux hommes cette année. »

    L’association d’insertion par la culture Arcane est l’un des partenaires (tout comme le centre social Boilly). Les chanteurs sont accompagnés par Lena Deluxe pour les seniors, et différents musiciens habitués du Grand Mix pour les enfants. Et l’opération, à ses débuts, a suscité bien des convoitises télévisuelles, « M6, NRJ 12, La France a un incroyable talent etc, on n’arrêtait pas de nous appeler, on a tout refusé, le but ce n’est pas de les mettre en danger », estime Juliette Calot.

    Pour la cession 2014-2015, les inscriptions se font auprès du Grand Mix. Conditions : être âgé de 8 à 12 ans, ou avoir plus de 50 ans. Dès juillet, le Grand Mix leur remettra une pré-sélection de titres, pour un debriefing à la rentrée. La date de samedi sera suivie d’un autre concert le 8 juin à 16 h à Saint-Sauveur, sans oublier les interventions dans divers lieux : CH Dron, maisons de retraite, crèches...

    Ce samedi 24, à 15 h. 5 €, gratuit pour les adultes. legrandmix.com


  • Tourcoing : « Passe ta chronique d’abord » ou quand rédiger devient plaisir… - Tourcoing - La Voix du Nord
    http://www.lavoixdunord.fr/region/tourcoing-passe-ta-chronique-d-abord-ou-quand-ia26b58810n2151824

    Ils sont une quinzaine d’élèves en 1re S à Colbert à s’être glissés durant un an dans la peau d’un journaliste musical. Explications.

    En 2012, le Grand Mix lançait « Passe ta chronique d’abord », un projet visant à sensibiliser les lycéens aux musiques actuelles et à les initier à l’écriture journalistique. C’est d’abord le lycée Sévigné qui répond présent, avant Colbert, cette année. Une convention a été signée jeudi entre le Grand Mix et l’établissement pour pérenniser l’opération.
    Les élèves, tous volontaires, ont réalisé cet atelier sur le temps de l’accompagnement spécialisé (soutien) à raison d’une heure trente par semaine, encadrés par leur prof de français, à l’initiative, Hélène Sys, et leur prof de maths, Franck Nouy, lui-même membre du conseil d’administration du Grand Mix. « Nous avons voulu proposer à des jeunes de Tourcoing, qui peut-être n’étaient jamais venus, d’écrire sur la musique, de rencontrer des artistes », explique Boris Colin, directeur du Grand Mix. Les jeunes sont un public volatile, un peu difficile à toucher. »
    Côté écriture, ils ont été coachés par un journaliste, Olivier Pernot (À nous Lille, Trax Magazine). « J’ai amené de la liberté dans l’écriture et je leur ai montré comment gérer les contraintes », confie-t-il. « Il nous a apporté son vécu et les techniques, ça va m’aider pour le bac de français », assure Pauline. Et puis, on est venu voir des groupes que je n’aurais pas forcément pensé à écouter. » Annonce, compte- rendu, interview, et même concert imaginaire… les lycéens se sont pliés à tous les exercices de styles, et ont assisté au total à huit concerts. Certains ont même vu leur premier concert à cette occasion. Et décidé de continuer à fréquenter les lieux, c’est le cas de Charly, déjà musicien et qui se verrait bien ingénieur du son. « C’est vrai qu’on a l’habitude d’emmener des élèves au théâtre ou au musée, mais pas au concert », regrette Hélène Sys.
    Les articles sont en ligne sur le blog créé pour l’occasion : http://passetachroniquedabord.lyceecolberttg.netwok.fr/article et sur le site du Grand Mix : legrandmix.com. L’action est financée par la région, les CUCS (Contrats urbains de cohésion sociale), la Ville et le lycée Colbert.


  • La France compte 12,5 millions de bénévoles - 20minutes.fr
    http://www.20minutes.fr/societe/1380489-la-france-compte-12-5-millions-de-benevoles

    ASSOCIATION - Ils sont de plus en plus nombreux, mais s’engagent plus ponctuellement...

    Le nombre de bénévoles dans une association en France est passé de 11,5 millions à 12,5 millions entre 2010 et 2013, mais ils s’engagent de manière plus ponctuelle qu’avant, révèle une étude de l’association Recherches et solidarités, publiée mardi. En effet, parmi les bénévoles, ceux qui interviennent de façon régulière, sur un mode hebdomadaire, ne sont plus que 5,5 millions, contre 6,3 millions en 2010, souligne cette étude, réalisée du 25 mars au 13 avril auprès de 3.464 bénévoles de 18 ans et plus.

    Sentiment d’être utile

    Et, poursuit l’enquête, quasiment tous les répondants (92%) constatent, pour eux-mêmes et autour d’eux, que de plus en plus de bénévoles préfèrent agir ponctuellement, en fonction de leurs disponibilités. Plus des deux tiers (68%) affirment que l’action bénévole qu’ils mènent aujourd’hui leur donne plus de satisfaction qu’il y a deux ou trois ans. 

    Le sentiment d’être utile dans un contexte de plus en plus difficile (67%), l’intérêt porté au projet associatif (55%) et aux missions confiées (51%), ainsi que la convivialité (47%) sont les principales sources de satisfaction affichées. Ils ne sont en revanche que 13% à estimer que le secteur associatif est bien considéré par les instances nationales (gouvernement et parlement).


  • Tourcoing : le festival Voix du Rock s’offre une affiche internationale, Morcheeba en tête - Tourcoing et ses environs - La Voix du Nord
    http://www.lavoixdunord.fr/region/tourcoing-le-festival-voix-du-rock-s-offre-une-affiche-ia26b0n2147951

    La cinquième édition du festival pop-rock tourquennois proposera le 14 juin une programmation plus prestigieuse que jamais, s’offrant la présence d’une tête d’affiche internationale, Morcheeba. Le groupe britannique, précurseur dans les années 90 du trip hop, partagera la scène avec cinq autres formations, pop et électro, français et belge.





  • Top 20 des plus belles illustrations cubiques de stars de Pablo Lobato | Topito
    http://www.topito.com/top-belles-illustrations-cubiques-stars-pablo-lobato

    On a tous en tête les croquis déjantés de Pablo Picasso et ses fréquentes atteintes à la modernité. Pablo Lobato prend, à son niveau, le relais et relève le défi de moderniser le cubisme en prenant pour modèles de véritables icônes de notre temps. Pour vous faire découvrir son travail, voici une sélection de ses meilleures représentations de stars.


  • Top 12 des manières de finir un album, les dernières chansons qui marquent | Topito
    http://www.topito.com/top-manieres-finir-album-derniere-chanson

    A une époque pas si lointaine, quand la notion « d’album » avait encore un sens à case de contrainte technique et d’une durée limitée du vinyle, il y avait deux écoles : les artistes qui prenaient soin de couvrir chaque cm² de la toile en conservant une certaine intensité tout au long des 45 minutes allouées, et ceux qui remplissent pour remplir. Nous ne parlerons pas de ces derniers ici pour mettre à l’honneur les méthodes qui marchent pour finir un album proprement et s’assurer que la dernière impression est la bonne, par une petite playlist dominicale


  • Parole de disquaire : “La diversité n’est pas une tare mais une richesse !” - Musiques - Télérama.fr
    http://www.telerama.fr/musique/parole-de-disquaire-la-diversite-n-est-pas-une-tare-mais-une-richesse,11156

    La quatrième édition du Disquaire Day s’est déroulée le samedi 19 avril, et comme pour les années précédentes, elle a permis aux amateurs de dégoter de nombreuses rééditions numérotées, et autres vinyles collectors. Si la foule était au rendez-vous (comme on a pu le constat chez plusieurs disquaires ; pour l’instant, aucun bilan officiel n’a été publié), la manifestation a cette année suscité quelques critiques, notamment en Grande-Bretagne, où Paul Weller, l’ancien chanteur de Jam et de Style Council, s’est indigné de retrouver sur ebay son 45 tours édité pour l’occasion à des prix astronomiques. Loin de la polémique, Eddy Durosier, disquaire à Saint-Lô, dans la Manche, nous a envoyé spontanément le texte ci-dessous, peu de temps après ce Disquaire Day, où il dit avoir vécu « une réelle émotion que de voir ces passionnés guetter dès 9h l’ouverture du rideau métallique... ».


  • Le CLEA, c’est fini à Tourcoing !
    http://www.legrandmix.com/actionculturelle/2014/04/28/le-clea-cest-fini-tourcoing

    La dernière intervention dans le cadre du CLEA a eu lieu vendredi 25 avril avec les jeunes de l’IMPro du Roitelet. Ils sont venus pour la deuxième fois au Grand Mix et se sont emparé de la scène du Grand Mix, pour chanter leur version très personnalisée de Le lion est mort ce soir. Folk, rock, hip hop, les jeunes ont réussi à mélanger les styles avec brio à l’aide des musiciens. Ils peuvent être fiers d’eux-mêmes ! C’est sur une belle séance que nous clôturons cette édition 2014 du CLEA à Tourcoing !


  • « Bien viellir » avec les Seniors de la chorale
    http://www.legrandmix.com/actionculturelle/2014/04/28/bien-viellir-avec-les-seniors-de-la-chorale

    Le samedi 12 avril, les Seniors de la Grand Mix Academy ont été invités à jouer pour le forum de lancement des Ateliers Citoyens 2014 (http://jeparticipe.lenord.fr/page/le-bien-vieillir-cest-quoi), organisé par le Conseil Général du Nord sur le thème du « bien vieillir ». Les participants du forum ont pu découvrir les nouveaux morceaux de la chorale en avant-première et on ne vous cache pas qu’ils ont du succès ! Ils étaient accompagnés par leur fidèle backing band, les musiciens de Lena Deluxe.


  • Ca décoiffe à l’école Lavoisier - L’action culturelle au Grand Mix
    http://www.legrandmix.com/actionculturelle/2014/04/28/ca-decoiffe-lecole-lavoisier

    Le lundi 7 avril, les musiciens ont passé toute la journée à l’école Lavoisier. Après avoir réinventé Billie Jean de Michael Jackson à coups de percussions corporelles, beatbox et chœurs, le groupe a donné un concert exclusif devant les 200 enfants de l’école !

    Il n’y a pas à dire, dans cette école, c’est rock’n’roll !