• L’Etat Islamique en Irak et au Levant (Daesh), les Kurdes, la Turquie, et la lutte des classes | Mounadil al Djazaïri
    http://mounadil.wordpress.com/2014/10/22/letat-islamique-en-irak-et-au-levant-daesh-les-kurdes-la-turquie

    Le vrai problème kurde de la Turquie

    par Adnan Khan, The Globe and Mail (Canada) 22 octobre 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

    Adnan Khan est un écrivain et photographe qui vit à Istanbul et à Islamabad

    Aujourd’hui, l’histoire semble se répéter. Un autre processus de paix avec les Kurdes est sur le point de capoter. Le Hezbollah turc est de retour, revigoré par ce qu’il perçoit comme un renouveau islamique en Irak et en Syrie, ainsi que les penchants conservateurs de l’actuel gouvernement turc. Kobané a donné une nouvelle énergie à une extrême gauche turque inspirée par le Parti d’Union Démoocratique qui a annoncé en septembre dernier qu’il allait instaurer la société socialiste parfaite à Kobané. Une fois encore, le gouvernement turc se tourne vers les ultra-nationalistes pour les contrer.

    Selon le discours prédominant, la volonté kurde d’une auto-détermination sur une base culturelle et ethnique a été réveillée par les événements de Syrie. Mais c’est une simplification excessive. L’escalade du conflit a plus à voir avec l’idéologie politique – un socialisme radical en opposition avec le projet capitaliste turc en plein essor et le gouvernement enraciné dans l’islamisme politique qui le dirige.

    En effet, le Parti de la Justice et du Développement (AKP) qui gouverne la Turquie a fait des avancées significatives ces dix dernières années en reconnaissant des droits culturels aux Kurdes. Beaucoup de travail reste à accomplir, mais il n’est plus illégal de se dire kurde ou de parler d’un espace nommé Kuridtan. Un nombre limité de chaînes de télévision kurdophones onr reçu l’autorisation d’émettre et d’importants projets de développement dans le sud-est ont amélioré la situation économique des Kurdes.

    Mais le Parti de l’Union Démocratique et le PKK ont un projet beaucoup plus vaste que les militants m’avaient expliqué en 2006 quand j’avais visité leur base ses monts Qandil dans le Kurdistan irakien.

    « La révolution commence avec le peuple, » m’avait-on dit. « C’est ce qui distingue notre socialisme de tout autre mouvement socialiste : l’action individuelle. Les gens doivent prendre en main leurs propres vies. Essayez d’imaginer ça : un pouvoir qui émane de la base, du peuple vers l’appareil de gouvernement d’une manière qui réduit le pouvoir de ce dernier à un rôle de coordination. C’est la vision du PKK. »

    Pendant la semaine que j’avais passée avec les révolutionnaires, j’avais pu voir par moi-même ce à quoi pouvait ressembler leur utopie : une société organisée de manière rigide où tout était mis en commun, les rôles liés au genre étaient éliminés et les idéaux révolutionnaires étaient inculqués. Selon les dirigeants, ce n’était qu’un début.

    « Notre mouvement est global, pas seulement limité à la région, » disaient-ils. « Mais nous nous concentrons sur le Moyen Orient comme point de départ. Nous changerons le paysage politique du Moyen Orient comme exemple pour le reste du monde. »

    Maintenant, le projet révolutionnaire a trouvé son moment historique : le printemps Arabe. Dans le quartier majoritairement kurde ‘Okmeydani à Istanbul, tous les signes sont présents : des graffiti qui annoncent la résurgence du pouvoir populaire, des faucilles et des marteaux grossièrement dessinés avec de la peinture rouge vif, des portraits de Che Guevara à côté de ceux de révolutionnaires kurdes. « Kobané est notre Stalingrad, » affirme un slogan répandu.

    « L’Etat Islamique n’est pas seul, » m’a dit un manifestant de gauche. « L’Etat Islamique attaque une révolution… Ce n’est pas une lutte contre l’Etat Islamique. C’est une lutte contre le système et ceux qui le soutiennent, dont l’Etat turc et toute une série d’autres : le Qatar, l’Arabie Saoudite, l’Angleterre, la France, les Etats Unis. On doit s’opposer à tous ces systèmes capitalistes et impérialistes. »

    Pour le gouvernement turc, ce genre de ferveur menace de casser des années d’entreprise capitaliste et de ramener la Turquie à l’effusion de sang et à la ruine économique des années 1990. Dans son calcul, l’Etat Islamique est un moindre mal. L’extrême gauche turque, qui se trouve être kurde, est la boîte de Pandore – dont le couvercle doit être maintenu fermé à tout prix.


  • Kobané : ni nationalisme, ni islamisme, ni intervention occidentale
    http://zapzalap.wordpress.com/2014/10/20/kobane-ni-nationalisme-ni-islamisme-ni-intervention-occidentale

    Depuis le 6 octobre, face à l’offensive de lʼÉtat islamique (Daesh) équipé de matériel militaire moderne grâce aux pétromonarchies du Qatar ou d’Arabie Saoudite, les combattant-Es de la ville syrienne de Kobanê résistent quartier par quartier et rue par rue aux djihadistes, à quelques kilomètres seulement de la frontière turque. La Turquie, alliée historique des occidentaux, bloque sa frontière aux nouveaux combattant-Es qui veulent se rallier à la résistance contre Daesh. La population de Kobanê ne peut compter ni sur les États de la région ni sur les États occidentaux dans sa lutte contre lʼÉtat islamique. Pour comprendre cette contre révolution patriarcale de lʼÉtat islamique et les résistances qui y font face, zapzalap vient de mettre en ligne sa dernière émission. Montage fait à partir du débat organisé (...)


  • A ceux qui ont encore des doutes sur Elie Wiesel

    Elie Wiesel hides ethnic cleansing behind a prayer shawl

    – Opinion Israel News | Haaretz
    http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.621069

    Much have I learned from gossip columns, which for reasons of propriety are also called “social columns.” Without them how would we know who’s going with whom and for what gain?

    Before turning to the news pages, cast an eye on the yellow stuff. It will help you understand how the system works.

    The special ads – not those intended to sell chocolate pudding – also provide important information and develop your awareness. According to the numbers, under 10 percent of readers look at them, but that’s a mistake to be corrected.

    So last Friday, this paper of all papers carried an ad in Hebrew blessing the “dozens of new families joining the Jewish community in the City of David.” According to the ad, “We salute the Zionist action of those involved; we all share the challenge of strengthening the Jewish presence in Jerusalem. With you we’ll receive the pilgrims who visit over the holiday.”

    This is followed by the signatures of people linked to settler group Elad. Some of the names are unfamiliar, but some are astonishing. After all, this organization is notorious for making trouble in the City of Eternal Peace.

    I wasn’t surprised to see singer Yehoram Gaon’s name, for example. He sees a flag in every rag and takes every broomstick for a flagpole.

    But what are former Military Intelligence chief Amos Yadlin, former police chief Shlomo Aharonishki and former Hadassah University Hospital chief Shlomo Mor-Yosef doing there? What’s a former director general of the Prime Minister’s Office, Ilan Cohen, doing there? Maybe they should explain why they’re willing to sponsor people who evict people and take over their homes?

    As they say in Isaiah 5:8, “Woe unto them that join house to house, that lay field to field, till there be no room, and ye be made to dwell alone in the midst of the land.”

    And who’s their chairman? You’ll never guess. Not casino magnate Sheldon Adelson, not Jewish organization leader Malcolm Hoenlein. Not even U.S. businessman Irving Moskowitz and his wife Cherna.

    It’s somebody identified more than anyone with the memory of the Holocaust — a winner of the Nobel Peace Prize and U.S. Presidential Medal of Freedom — Elie Wiesel. The Nobel Prize Committee in Oslo wrote: “Wiesel is a messenger to mankind; his message is one of peace, atonement and human dignity.”

    This is a man expected to show special sensitivity to the suffering of the other, whether in Romania’s Sighetu Marmației, where he’s from, or Jerusalem’s Silwan neighborhood. This is the man who portrays himself as a friend of Barack Obama, but who lends a hand to those who insult the president publicly.

    Before every meeting in Washington, these people prepare another invasion in Jerusalem, sabotaging others’ laborious efforts. Maybe Prime Minister Benjamin Netanyahu knew why he offered Wiesel Israel’s presidency at the time, but we didn’t.

    He’s the man who declared he was keeping himself out of Israeli politics, anointing himself with pure olive oil. Every time he was asked to respond to some injustice in our midst, reminiscent of some injustice far away, he evaded the question.

    He of all people burst into one house after another, houses bought in shady deals, fit for the night to be carried out before the sheets and coffee cups have cooled. He of all people is hiding creeping ethnic cleansing behind a prayer shawl.

    Of all the organizations in Israel, he chose Elad, the most controversial, a group with no truth, grace or compassion. It’s all too clear why they chose him as chairman, but not at all clear why he agreed.

    Wiesel has garnered enormous respect from the Jewish people and Gentile nations for surviving and becoming a mouthpiece for Holocaust victims. How about sharing some of that respect? Won’t you reconsider, identify with them and sign their cursed blessings?


  • EU seeks talks with Israel over ‘red lines’ in West Bank

    Israeli officials fear that proposed negotiations are prelude to further European sanctions.
    By Barak Ravid | Oct. 22, 2014
    http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/1.622099

    The European Union is interested in opening negotiations with Israel with the aim of preventing a series of Israeli moves in the West Bank deemed “red lines” which may jeopardize the possibility of a future Palestinian state alongside Israel, an internal EU document obtained by Haaretz reveals. Officials in the Israeli Foreign Ministry are concerned the negotiations are a prelude to further European sanctions against Israel.

    In recent weeks, since the Israeli appropriation of 4,000 dunams in Gush Etzion in the West Bank and even more since the push forward in planning for additional construction in Givat Hamatos, a neighborhood beyond the Green Line, a series of discussions have been taking place in the EU’s headquarters in Brussels between the ambassadors of the 28 members states over the European response.

    During these discussions, which ended last weekend, it was decided to relay a sharp message to Israel in the name of all EU members, focusing on the Israeli moves which create a “focused and increasing threat to the possibility of the two-state solution.”

    The EU’s ambassador to Israel, Lars Faaborg-Andersen, is set to relay the message to Israel. He is expected to meet in the coming days with Foreign Ministry Director Nissim Ben Sheetrit and with national security advisor in the Prime Minister’s Office Yossi Cohen to propose negotiations over the issues which raised the EU’s concerns.

    Haaretz obtained an internal EU document with instructions as to the content of the message Ambassador Faaborg-Andersen is supposed to relay to the ministry’s officials and to the Prime Minister’s Office.

    “The EU considers the preservation of the two state solution a priority,” the document reads. “The only way to resolve the conflict is through an agreement that ends the occupation which began in 1967, that ends all claims and fulfills the aspirations of both parties. A one state reality would not be compatible with these aspirations.”

    The two-page document defines several of the EU’s “red lines” regarding Israeli actions in the West Bank:

    1. Construction in the Givat Hamatos neighborhood, beyond the Green Line in Jerusalem: The document said that construction in that area would jeopardize the possibility of a contiguous Palestinian state, with Jerusalem as the capital of both states. The EU “cautions the Israeli government not to move ahead with tenders and construction. Such a development would constitute one more grave “fact on the ground” which would be liable to crucially prejudge the outcome of peace negotiations,” the document reads.

    2. Construction in the E1 area between Ma’aleh Adumim and Jerusalem: The document said construction in that area would also jeopardize the possibility of contiguous Palestinian state, and added that it has already publicly and strongly opposed plans for E1’s development.

    3. Further construction in the Har Homa neighborhood in Jerusalem, beyond the Green Line.

    4. Israeli plans to relocate 12,000 Bedouin without their consent in a new town in the Jordan Valley, expelling them from lands in the West Bank, including E1: “The EU strongly urges Israel to put these plans on hold and search for other solutions together with the concerned populations and the Palestinian Authority. The EU underlines that implementing those plans may amount to a serious breach of International Humanitarian Law (IV Geneva Convention),” the document reads.

    5. Harming the status-quo at the Temple Mount: The document said that attempts to challenge the status-quo have led to instability in East Jerusalem and increased tensions. A top European diplomat noted that EU states consuls in East Jerusalem and in Ramallah planned to hold a joint tour of Temple Mount, but aborted their plans following instructions from Brussels, fearing Israel would consider such a visit a provocation.

    According to the document, the EU ambassador in Israel was instructed to clarify to the Foreign Ministry director and to the national security advisor that the EU is interested in holding “thorough discussion” on these and other issues related to the occupied Palestinian territories. “…there is a legitimate expectation to have a constructive dialogue with the Israeli authorities on measures from their side which may impact on our assistance and its ultimate objectives of creating a sound enabling environment for economic and social development in the occupied Palestinian territories and contributing to create the conditions for a viable Palestinian state,” the documents reads.

    Red lines still vague

    Senior European diplomats noted that in the discussions in Brussels the European “red lines” in the West Bank to be posed to the Israelis during negotiations have yet to be fully defined, if at all, and what would the repercussions for crossing them would be.

    “Some countries, first of which is France, believe Israel must be presented with specific sanctions to be leveled if Israel takes specific actions so that there won’t be any surprises and the price is clear,” a senior European diplomat said.

    “However, this issue is still under discussion and no final decision has been made.”

    Israel’s Foreign Ministry has followed the EU preparations to up the tone against Israel for several weeks. In discussions held over the issue in the ministry on Tuesday the expectation was floated that the message relayed by the EU ambassador would be the opening shot ahead of new European sanctions against the Israeli settlements in the West Bank.

    “The negotiations the EU is offering are really the hearing before the sentence,” a senior official in the ministry said.

    “We have a feeling they’re expecting us to reject the offer for negotiations and give them an excuse to push the sanctions against us, or that we’ll agree in any case to negotiations in which we’ll discuss which sanctions will be leveled,” he added.

    EU ambassador Lars Faaborg-Andersen refused to comment.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    L’UE établit une liste des “lignes rouges” à ne pas franchir par Israël
    http://www.i24news.tv/fr/actu/international/48200-141022-l-ue-liste-les-lignes-rouges-a-ne-pas-franchir-par-israel

    Certaines mesures prises par Israël constituent une « menace ciblée (…) à l’option d’une solution à deux Etats »

    L’Union européenne veut adresser un message clair à Israël pour empêcher que des « lignes rouges » ne soient franchies et mettent en péril la création d’un futur Etat palestinien, révèle un document européen interne cité par le quotidien Haaretz.

    Ces dernières semaines, plusieurs réunions ont eu lieu à Bruxelles sur la réponse européenne à adopter après l’approbation de constructions israéliennes à Givat Hamatos début octobre.

    Au terme de ces rencontres, l’UE a décidé de relayer un message fort à Israël, soulignant le fait que ce type de mesures constituent une « menace ciblée (…) à l’option d’une solution à deux Etats. »

    Dans le document consulté par Haaretz, l’UE établi une liste de points censés représenter la position européenne, relayée par l’ambassadeur européen en Israël Faaborg-Andersen lors de ses prochaines rencontres avec le directeur du Ministère des Affaires étrangères, Nissim Ben Shitrit et le conseiller à la sécurité nationale du Premier ministre, Yossi Cohen.

    La poursuite des constructions israéliennes à Jérusalem-est et en Cisjordanie figurent en tête de liste, ainsi que le relogement des Bédouins dans la vallée du Jourdain sans leur consentement. L’UE insiste également sur le maintien du statu-quo sur le Mont du temple pour éviter tout embrasement à Jérusalem-est.

    Un responsable israélien du Ministère des Affaires étrangères a critiqué la stratégie européenne qui selon lui, vise à trouver une excuse pour imposer des sanctions à Israël.

    « Nous avons le sentiment qu’ils attendent que nous rejetions leur offre de négociations afin de leur donner une excuse pour décider de sanctions contre nous », a-t-il confié à Haaretz.


  • hawgblawg: Kufiya solidarity: Bolivia at the UN
    http://swedenburg.blogspot.fr/2014/10/kufiya-solidarity-bolivia-at-un.html

    http://1.bp.blogspot.com/-7u4gO8-a2WY/VEcgpQsBWPI/AAAAAAAAElc/8J_ORGwwDak/s1600/Screen%2BShot%2B2014-07-25%2Bat%2B10.38.42%2BAM.png

    In July, the Bolivian representative to the UN, Sacha Sergio Llorentty Solíz, showed up wearing a kufiya, in solidarity with Gaza, which was being pummeled by the Israeli “Defense” Forces.


    • Dans les notes stratégiques, il est ainsi dit que les aspirations des peuples arabes à la #démocratie ne peuvent pas aboutir, car le système démocratique « ne convient pas aux Arabes, qui préfèrent se soumettre à la force ». Preuve en est, selon l’auteur de l’ouvrage, que « le Liban, qui a le modèle politique le plus proche de la démocratie à l’occidentale, est le pays arabe le plus instable, vivant régulièrement des crises à la fois politiques, confessionnelles et sécuritaires qui le placent constamment au bord de la guerre civile ». Selon l’analyse de l’auteur de l’ouvrage, les soulèvements populaires dans le monde arabe vont donc aller dans deux directions, soit les régimes dictatoriaux tombent et ils sont remplacés par un chaos, générateur d’une longue période d’instabilité, soit ils s’empressent de procéder à des réformes hâtives et accélérées qui ne sont en réalité que des piqûres calmantes, mais ne traitent pas la maladie. Pour l’auteur, c’est parce que la #France est particulièrement attachée à la #Tunisie et y conserve des cartes importantes que le nouveau régime ne s’est pas encore effondré.

      #OEI #printemps_arabes

    • à tbn,
      Comme la France a mis un bon siècle à établir et stabiliser une démocratie (passant à travers les périodes révolutionnaires, les décapitations, « la terreur », l’empire napoléonien et le retour à la Monarchie ...), c’est une preuve que le système démocratique « ne convenait pas aux Français ».
      Surtout qu’à l’époque les interférences des multinationales étrangères, des financements des pays étrangers, des armées et des services secrets étrangers, étaient moins puissants qu’aujourd’hui vis à vis des pays arabes (surtout ceux qui ont du pétrole).


  • Gaza : La communauté internationale promet de reconstruire Gaza... avec des ateliers de misère pour exploiter les ouvriers palestiniens - Max Blumenthal- Traduction : MR pour ISM
    http://www.ism-france.org/analyses/La-communaute-internationale-promet-de-reconstruire-Gaza-avec-des-atelie

    Lorsque l’équipe internationale d’entretien d’Israël s’est réunie cette semaine au Caire avec un engagement de lever 5 milliards de dollars pour participer à la reconstruction des 8 milliards de dollars de dégâts causés par Israël à la population civile, le ministre israélien des Transports, Yisrael Katz, l’a assurée que ses efforts étaient parfaitement inutiles. « Les habitants de Gaza doivent décider s’ils veulent être Singapour ou le Darfour, » a fait remarquer Katz, alignant la menace de génocide et le fantasme de la prospérité économique. « Ils peuvent choisir entre la reprise économique et la guerre et la destruction. S’ils choisissent la terreur, le monde ne devrait pas gaspiller son argent. Si un missile est tiré, tout disparaitra. »

    http://www.ism-france.org/photos/sculpture%20gaza.jpg
    Exposition « Tahaluk » [Exténué] de l’artiste palestinien Iyad Sabbah, sur la plage de Gaza, une série de personnages en argile qui fuient leurs maisons, pour représenter le récent massacre perpétré par l’armée sioniste d’occupation dans le quartier de Shejaiya
    (source Jamal Dajani)

    (...) Les diplomates réunis au Caire savaient que la conférence des donateurs était une farce qui ferait peu pour soulager la souffrance de la population assiégée de Gaza. Pourtant aucun ne semble prêt à s’écarter du statu quo. Ils ont abordé la destruction de Gaza comme si elle était le résultat d’une catastrophe naturelle aléatoire et non la fureur maléfique d’une colonie de peuplement anachronique armée jusqu’aux dents par la seule superpuissance du monde. Évidemment, la violence israélienne contre la population civile de Gaza a été à peine mentionnée, pas plus que n’a été proposée la moindre mesure diplomatique contre elle. Et avec le Hamas interdit de participation à la conférence, le gouvernement de Gaza n’a pas pu soulever la question.

    http://img4.hostingpics.net/pics/515089sculpt1.jpg

    Kerry a salué Israël comme une nation généreuse qui prend des « mesures positives » pour aider à soutenir l’économie de Gaza et à remettre sur pied le territoire assiégé. Il a claironné que « de nouvelles mesures qui devraient permettre une augmentation du commerce des produits agricoles entre Gaza et la Cisjordanie , et davantage de permis d’entrée en Israël pour les chefs d’entreprise palestiniens, » omettant le fait qu’Israël a interdit l’entrée de tout matériel de construction à Gaza, retardant indéfiniment l’entrée de 60 camions. « Nous espérons voir beaucoup d’autres mesures positives annoncées et mises en œuvre dans les semaines et les mois à venir, » a déclaré Kerry.

    http://img4.hostingpics.net/pics/579334sculpt2.jpg

    (...) Même s’il a admis que l’aide à Gaza était une « solution de fortune », Kerry n’a offert aucun remède politique au-delà du plan-cadre pour deux Etats que le gouvernement israélien a déjà rejeté de façon retentissante plus tôt cette année. Ainsi son apparition au Caire et l’ensemble du spectacle de la conférence des donateurs ont ajouté une nouvelle couche de poudre aux yeux sur le statu quo brutal.

    Pendant ce temps, tandis que les diplomates rentraient chez eux, les responsables israéliens ont intensifié leurs imprécations à vous glacer le sang. « Si une Opération Bordure défensive ne suffit pas, vous en aurez deux ou trois, jusqu’à ce que cesse la terreur du Hamas, » a clamé le ministre des Transports Katz. « Je préfère 1000 mères palestiniens en pleurs que de laisser pleurer une seule mère juive. »

    http://img4.hostingpics.net/pics/741600sculpt3.jpg


  • Brève incursion d’une patrouille israélienne au Liban-Sud - L’Orient-Le Jour - 21/10/2014
    http://www.lorientlejour.com/article/892180/breve-incursion-dune-patrouille-israelienne-au-liban-sud.html

    Une patrouille israélienne a franchi mardi matin la barrière technique au niveau du fleuve Wazzani au Liban-Sud, a rapporté l’Agence nationale d’information (Ani, officielle).

    La patrouille, composée de huit soldats, est restée sur place durant trois heures avant de se replier en territoire israélien.


  • Culture - Deux chanteurs Arabes israéliens à la conquête d’Arab Idol au Liban - France 24
    http://www.france24.com/fr/20141021-arab-idol-arabes-israeliens-liban-manal-mousa-haitham-khalaily-mo

    Les deux Arabes israéliens qui participent au célèbre concours de chant Arab Idol jouent la carte palestinienne. Pas sûr qu’en cas de victoire ils jouissent de la même aura que le gagnant de la précédente édition, le Gazaoui Mohammed Assaf.

    Pour certains candidats d’Arab Idol, les épreuves ont débuté avant de monter sur scène. Avant même d’avoir pu se frotter à leurs concurrents, les deux Arabes israéliens qui participent cette année à la phase finale du radio-crochet panarabique ont dû affronter moult tracasseries administratives.

    Il faut dire que la troisième saison de l’émission se déroule actuellement au Liban, pays qui interdit aux Israéliens de traverser ses frontières. Selon la loi israélienne, voyager au pays du Cèdre est, en outre, passible d’une peine de quatre ans de prison, souligne Aram Mahameed, un avocat militant pour les droits des Arabes israéliens cité par Associated Press (AP).(...)


  • ▶ CrossTalk (fr) - Reconnaitre l’état palestinien - avec Norman Finkelstein - YouTube sous-titré en français par Stazzou.
    https://www.youtube.com/watch?v=Y951j62Y8-w

    Ajoutée le 20 oct. 2014

    #Episode du 20 Octobre 2014

    La Suède a reconnu récemment que la Palestine était un état, les britanniques ont voté en faveur de cette reconnaissance également (vote consultatif), mais est-ce-que ça va changer quelque chose ? Est-ce-que l’occupation illégale qui dure depuis 67 ans va prendre fin ? Est-ce-que le projet Israel sera un jour démantelé comme il se doit ? Est-il possible de ré-éduquer un sioniste ou vaudrait-il mieux tous les piquer (dommage, ils n’abordent pas cette dernière question) ?

    Invités : Norman Finkelstein et Amir Oren.

    Norman Finkelstein :“ Ce n’est pas l’extrêmisme mais les offensives de paix palestiniennes que Israël déteste le plus


  • Patrick Balkany mis en examen dans une affaire d’évasion fiscale
    Le Monde.fr | 21.10.2014 | Par Gérard Davet et Fabrice Lhomme
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/10/21/patrick-balkany-au-centre-d-un-schema-sophistique-de-fraude-selon-tracfin_45

    Le député et maire UMP de Levallois-Perret, Patrick Balkany, convoqué au pôle financier mardi 21 octobre, a été mis en examen pour « blanchiment de fraude fiscale », « corruption » et « blanchiment de corruption ».


  •  » Le 11-Septembre remis en question devant des millions de téléspectateurs
    http://www.panamza.com/181014-richard-gage-911

    Coup d’éclat. Une grande chaîne de télévision américaine a diffusé un entretien explosif à propos des attentats du 11-Septembre. Découvrez sur Panamza l’intégralité de la vidéo sous-titrée.

    Le 18.10.2014 à 19h53

    Imaginez une longue interview -rigoureuse dans le fond et mesurée sur la forme- au sujet d’une éminente controverse politique. Pas de petite phrase, aucune forme de raccourci expéditif, pas la moindre trace de condescendance de la part de l’interviewer. Et transposez la scène dans le paysage audiovisuel français.

    Une projection difficile ?

    Au regard du tabou que constitue le 11-Septembre dans les médias traditionnels de l’Hexagone, il faudrait effectivement faire preuve d’une grande souplesse mentale pour envisager la reproduction locale d’une telle scène.

    Celle-ci s’est réellement produite. Le vendredi 1er août, sur la chaîne américaine C-Span, un moment édifiant de télévision s’est déroulé.

    Relativement équivalente au duo LCP-Public Sénat et forte d’un accès à plus de 100 millions de foyers américains, la chaîne a convié une personnalité singulière : Richard Gage, président et fondateur de l’association dénommée « Architectes et ingénieurs pour la vérité sur le 11-Septembre ».

    http://www.youtube.com/watch?v=1pp1bc9agzQ#t=289


  • Situation dramatique pour les sans abri à Gaza
    par Ziad medoukh
    http://www.palestine-solidarite.org/actualite.ziad_medoukh.201014.htm
    http://www.palestine-solidarite.org/gaza-201014-1.jpg

    Lundi 20 octobre 2014

    Avec la pluie et le froid à Gaza, ça commence une nouvelle souffrance pour plus de 10.000 palestiniens de Gaza qui sont toujours soit sous les toits de leurs maisons détruites lors de la dernière offensive israélienne en été dernier, soit qui sont dans les tentes à côté de leurs maisons et immeubles en ruines.

    http://www.palestine-solidarite.org/gaza-201014-2.jpg

    Deux mois après l’arrêt de cette nouvelle agression israélienne contre la population civile dans la bande de Gaza, rien n’a changé, le blocus israélien est toujours là et aucun matériel de construction n’est entré à Gaza, et que les projets de reconstruction n’ont pas encore commencés.(...)

    http://www.palestine-solidarite.org/gaza-201014-5.jpg


  • IsraelValley News : Des Profs de Lycée de Noisy le Sec à Tel Aviv (21 - 26 oct). Initiative de Isabelle Wekstein.
    http://www.israelvalley.com/news/2014/10/20/44753/des-profs-de-lycee-de-noisy-le-sec-a-tel-aviv-21-26-oct-initiative-de-

    L’Ambassade de France et l’Institut français d’Israël annoncent une mission “éducation et laicité” avec la Visite en Israël d’une délégation d’enseignants du secondaire en France

    Communiqué Officiel : "L’Ambassade de France et l’Institut français d’Israël reçoivent une délégation d’enseignants du Lycée Professionnel Théodore Monod à Noisy-le-Sec en France, accompagnée par l’avocate française Isabelle Wekstein.

    Isabelle Wekstein s’emploie depuis plusieurs années à combattre les préjugés religieux ou raciaux chez les élèves des établissements publics français. L’objet de cette visite est de confronter ces enseignants français à la réalité d’Israël et de la Palestine dans une logique d’échange et de partage des cultures et pour une meilleure compréhension des religions.

    Les enseignants du Lycée Professionnel Théodore Monod à Noisy-le-Sec qui participent à ce voyage ont tous en commun des projets de mémoire ou de missions éducatives portant sur la compréhension de l’Autre et le « vivre ensemble » et travaillent déjà activement sur ces questions.(...)

    Des enseignants du Lycée Professionnel Théodore Monod !


  • Cisjordanie occupée : Encore un enfant palestinien délibérément écrasé par les colons sionistes (vidéo) - In Gaza/Al-Akhbar
    http://www.ism-france.org/temoignages/Encore-un-enfant-palestinien-deliberement-ecrase-par-les-colons-sioniste

    Le 20 octobre 2014, dans Al-Akhbar : "Un colon israélien renverse une fillette palestinienne de 5 ans - Une fillette palestinienne qui a été renversée par le véhicule d’un colon israélien dimanche a succombé à ses blessures, ont dit les médecins à Ma’an.

    Einas Khalil, 5 ans, est morte après avoir été renversée par une voiture conduite par un colon israélien près de Sinjil, petite ville située au centre de la Cisjordanie, ont dit des sources médicales au Complexe médical Palestine à Ramallah.

    La fillette et la jeune Nilin Asfour marchaient sur la route principale près de village lorsqu’elles ont été touchées, et emmenées à l’hôpital à Ramallah où leurs blessures ont été décrites comme graves. Einas est morte quelques heures après.

    https://pbs.twimg.com/media/B0UEJ0MCMAEc3U0.jpg

    Le 29 septembre, un colon israélien a renversé et blessé la jeune Islam Basim Al-Amour, 6 ans, dans le secteur Al-Dairat, au sud d’Hébron.
    Le 7 août, une fillette palestinienne de 8 ans a été elle aussi renversée par des colons israéliens près d’Hébron et modérément blessée.
    Une semaine après cet incident, le 14 août, un Palestinien de 23 ans a été renversé et tué par un colon en voiture au centre de la Cisjordanie .
    Dans tous ces incidents, les témoins et les habitants ont dit qu’ils pensaient les colons israéliens avaient délibérément renversé les Palestiniens.
    En 2013, un colon israélien a heurté un enfant de 7 ans avec sa voiture alors que le gamin allait à l’école à Abu Dis.
    Les crimes de haine commis par des Israéliens contre les Palestiniens, appelés attaques « prix à payer » sont communs en Cisjordanie , et font rarement l’objet d’enquêtes ou de poursuites de la part d’Israël.


  • Kobane, une étape du plan de Washington pour détruire le régime syrien | Mounadil al Djazaïri
    http://mounadil.wordpress.com/2014/10/20/kobane-une-etape-du-plan-de-washington-pour-detruire-le-regime-s

    Qui sortira vainqueur de Kobane (‘Ayn-al-‘Arab) ?

    The Angry Arab, 19 octobre 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

    Ali, le correspondant en chef d’Angry Arab en Turquie m’a envoyé ce commentaire :

    « Kobane : un coup gagnant pour les Etats Unis. Personne n’a encore attiré l’attention sur ce fait évident, mais à la vérité, qu’ont gagné l’Etat Islamique (EI, Daesh) , la Turquie ou les Kurdes syriens avec l’attaque surprise de l’EI sur Kobane. A part que les Etats Unis ont fait avancer leur agenda politique sous le mot d’ordre d’Obama qui est « d’affaiblir et de détruire l’EI »…

    Premièrement, l’EI n’obtiendra rien s’il s’empare complètement de la ville kurde assiégée. Kobane n’a pas d’intérêt stratégique si on la compare avec d’autres objectifs potentiels pour l’EI avant qu’il se lance dans la campagne contre Kobane le 15 septembre : le premier objectif potentiel était à l’évidence la ville d’Azaz, une ville frontalière avec la Turquie située au nord d’Alep et qui a eu un rôle crucial pour l’approvisionnement d’autres groupes armés actifs dans la Syrie du nord. L’EI était à la porte d’Azaz.

    traduction de cet article signalé par @gonzo :
    http://seenthis.net/messages/303841


  • Official: PA forces regularly conduct politically motivated arrests
    http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=734005

    BETHLEHEM (Ma’an) — Palestinian Authority police regularly detain people in the West Bank due to their political affiliation, an official said Sunday.

    Khalil Assaf, a member of the subcommittee on civil liberties formed after the West Bank-Gaza unity government was sworn in in June, told Ma’an that regardless of the committee’s formation, none of its recommendations have been implemented.

    “Every day people are being detained in the West Bank because of their political affiliation, though in most cases they are released within days,” Assaf said.

    (...)

    Critics of the US-backed PA often decry the night raids conducted by Palestinian police to arrest dissenting politically active individuals, stressing that they are carried out in a manner nearly identical to the raids conducted by occupying Israeli forces.



  • Kerry vivement critiqué en Israël - Libération
    http://www.liberation.fr/monde/2014/10/17/kerry-vivement-critique-en-israel_1124148
    AFP 17 octobre 2014 à 17:42

    (...) Le secrétaire d’Etat américain John Kerry s’est une nouvelle fois attiré de vives attaques de responsables israéliens pour avoir fait un lien entre la persistance du conflit israélo-palestinien et l’extrémisme islamiste dans la région.

    « Avec tout le respect que j’ai pour John Kerry et ses efforts, il continue de battre de nouveaux records quand il s’agit d’essayer de comprendre notre région et le sens de nos différends, et je crois que, cette fois, on a vraiment droit à un nouveau record », a déclaré le ministre des Communications Gilad Erdan à la radio publique.

    M. Erdan réagissait à des propos de John Kerry qui, jeudi, a de nouveau réclamé une reprise des discussions de paix israélo-palestiniennes.

    Le chef de la diplomatie américaine a estimé que le conflit israélo-palestinien alimentait « la colère de la rue » dans le monde arabe et que tous les dirigeants de la région avec lesquels les Américains avaient discuté sur la coalition contre le groupe Etat islamique avaient exprimé la nécessité de la paix entre Palestiniens et Israéliens. « Les gens doivent comprendre la connexion. Cela a quelque chose à voir avec de l’humiliation, du déni et une absence de dignité », a-t-il dit.

     »+L’absence de dignité+, c’est ça qui provoque la montée de l’Etat islamique ? », a demandé M. Erdan, membre du parti de droite Likoud du Premier ministre Benjamin Netanyahu. « 200.000 personnes assassinées en Syrie, des Britanniques et des Américains à qui on coupe la tête, c’est la faute de la colonie de Maaleh Adumim peut-être ? »

    « Il se trouvera toujours quelqu’un pour accuser les juifs, même quand c’est un musulman britannique qui décapite un chrétien britannique », a déclaré de son côté le ministre de l’Economie Naftali Bennett, leader du Foyer juif, parti nationaliste religieux. (...)

    • Lieberman défend Kerry face aux foudres des ministres israéliens
      http://www.i24news.tv/fr/actu/international/moyen-orient/47782-141018-lieberman-defend-kerry-et-les-liens-entre-israel-et-les-usa

      Avigdor Lieberman a riposté samedi soir au cours d’une conférence de presse, à l’intention de Bennett.

      « Les Etats-Unis sont nos plus grands alliés. Les amis, entre eux, peuvent parfois ne pas être d’accord, mais il n’est pas nécessaire de les condamner ni de chercher des gains politiques ».

      « Cela va nous faire beaucoup de dommages », a-t-il ajouté.

      « Quand nous n’avions plus de munitions pendant l’opération Bordure protectrice cet été, ce sont les Etats-Unis qui nous en ont founi », a-t-il poursuit, sermonant le ministre de l’Economie ainsi que le ministre des Communications Gilad Erdan. « Qui nous a financé le dôme de fer ? Eux. Qui nous a aidé à l’ONU ? Eux. »


  • VIDEO. "Arbre de Noël" ou "sextoy", l’œuvre d’un artiste contemporain vandalisée à Paris
    http://www.francetvinfo.fr/culture/video-arbre-de-noel-ou-sextoy-l-oeuvre-d-un-artiste-contemporain-vandal

    Arbre de Noël, sextoy, l’artiste contemporain Paul McCarthy fait parler de lui, mais à ses dépens samedi, après son agression, jeudi 16 octobre, et la quasi-destruction de son œuvre géante installée place Vendôme à Paris. Le « Tree » (arbre) a été dégonflé dans la nuit de vendredi au samedi 18 octobre par des inconnus.
    Dégonflage pour éviter qu’elle ne soit plus endommagée

    La sculpture gonflable controversée, œuvre de 24 mètres de haut, est censée représenter un sapin de Noël. Son installation à l’occasion de la Foire internationale d’art contemporain (Fiac) de Paris a tout de même suscité une polémique sur les réseaux sociaux, certains la comparant à un « sex toy », un « plug anal » géant.

    « Un groupe d’individus a sectionné des cordes qui tenaient la structure de l’œuvre et celle-ci s’est donc affaissée », a déclaré la police, ajoutant que « le responsable de l’œuvre a décidé de procéder à son dégonflage pour éviter qu’elle ne soit endommagée de façon plus sérieuse ».

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““

    Levée de boucliers de la communauté juive de New York
    http://www.letemps.ch/Page/Uuid/c9aefcc2-569a-11e4-b9f9-6d062b046f6b/Lev%C3%A9e_de_boucliers_de_la_communaut%C3%A9_juive_de_New_York

    (...) Ce lundi, le Metropolitan Opera va accueillir au Lincoln Center à Manhattan et pour la première fois « La Mort de Klinghoffer », un opéra basé sur l’histoire réelle de la prise en otage du bateau de croisière l’Achille-Lauro en 1985 par des terroristes du Front de libération de la Palestine. Ces derniers exécutèrent Leon Klinghoffer, un retraité juif américain handicapé qui se déplaçait sur le bateau en chaise roulante.

    Le bariton de l’opéra a été qualifié de « fasciste » par l’un des manifestants, d’autres ont menacé de brûler les décors. Lundi, l’ex-maire de New York Rudolf Giuliani a annoncé qu’il serait à la tête d’une manifestation aux côtés de plusieurs politiques dont l’ex-gouverneur républicain George Pataki et le sénateur Peter King. Les protestataires estiment que l’oeuvre est antisémite et anti-israélienne. Certains voient en elle de la propagande nazie ou une apologie du terrorisme. Elle a pourtant été acclamée et présentée à diverses reprises par le passé. Le débat au sein de la communauté juive de New York est vif. Face aux fortes pressions, le Metropolitan Opera a fini par renoncer, en juin dernier, à un projet visant à diffuser en direct et en haute définition dans 67 pays et plus de 2000 salles l’opéra controversé.(...)


  • La recherche crève ? Achevons-la
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=533

    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/squelettes-dist/puce.gif

    Après trois semaines de battage, et malgré le soutien médiatique du Monde, de Radio France et d’autres supports, le mouvement corporatiste « Sciences en marche » n’a rassemblé que quelques milliers de manifestants lors de son arrivée à Paris vendredi 17 octobre 2014. Un lecteur dont nous ne connaissons que le nom de plume, Bartas, nous a envoyé à ce propos des commentaires que nous publions volontiers. Ceux-ci rappellent en deux pages certaines des critiques que nous adressons à la science réelle depuis des années. Nous nous moquons de savoir si l’auteur est un chercheur ou un chômeur, un homme ou une femme, un Blanc ou un Noir, un libre penseur ou un esprit religieux : nous jugeons sur pièce et non pas sur pédigree. On connaît l’arbre à ses fruits. (Pour lire le texte, cliquer sur l’icône (...)

    #Nécrotechnologies
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/En_roue_libre-2.pdf

    • En notre période de vaches maigres, le mythe d’une recherche « fondamentale », affichée comme science pure et désintéressée, s’écroule sous la plume de ceux-là mêmes qui le prêchaient encore, il y a peu. A croire qu’en se desséchant de ses crédits, la recherche publique laisse paraître son squelette et – au rebours de ses prétentions à « développer la
      culture
       », voire à « donner un sens à nos vies » – assume enfin sa raison d’être : contribuer à la modification du monde en perfusant la croissance économique à grand renfort de ces innovations qui imbibent toujours plus nos existences, et que nous n’avons jamais réclamées.

      #recherche #science #innovation #croissance #critique_techno


  • ▶ Saïd Bouamama : « Figures de la révolution africaine » - YouTube
    http://www.youtube.com/watch?v=3xxm-tkyYRU

    Saïd Bouamama , présente son nouveau livre « Figures de la révolution africaine »
    Jomo Kenyatta, Aimé Césaire, Ruben Um Nyobè, Frantz Fanon, Patrice Lumumba, Kwame Nkrumah, Malcolm X, Mehdi Ben Barka, Amílcar Cabral, Thomas Sankara...

    Longtemps regardés avec dédain par ceux qui, au cours des trois dernières décennies, décrétèrent la mort du tiers-mondisme et le triomphe du néolibéralisme, ces noms réapparaissent aujourd’hui. Avec l’atmosphère de révolte que l’on sent monter aux quatre coins du monde, ces figures majeures de la libération africaine suscitent un intérêt croissant dans les nouvelles générations.

    Constatant qu’ils sont trop souvent réduits à des icônes, Saïd Bouamama redonne corps et chair à ces penseurs de premier plan qui furent aussi des hommes d’action. Leurs vies rappellent en effet que la bataille pour la libération, la justice et l’égalité n’est pas qu’une affaire de concepts et de théories : c’est aussi une guerre, où l’on se fourvoie parfois et dans laquelle certains se sacrifient. S’il ne cache pas son admiration pour ces figures rebelles, dont la plupart moururent effectivement au combat, Saïd Bouamama n’en fait pas des martyrs absolus : la pensée en action est toujours située, incertaine, inachevée. C’est pourquoi ce livre s’attache, avec beaucoup de pédagogie, à inscrire ces parcours dans leurs contextes sociaux, géographiques et historiques. On comprend mieux dès lors comment ces hommes, qui ne vécurent pas tous sur le continent africain mais furent tous confrontés à l’acharnement des puissances impériales, cherchèrent les armes pour sortir l’Afrique de la nuit coloniale et faire émerger une nouvelle universalité.

    À l’heure où l’on se demande comment avoir prise sur le monde, ce portrait politique collectif rappelle qu’il a toujours été possible, hier comme aujourd’hui, de changer le cours des choses.

    Saïd Bouamama est sociologue et militant associatif. Engagé professionnellement et personnellement dans les luttes d’émancipation dans toutes leurs dimensions, il est notamment l’auteur de Les Discriminations racistes : une arme de division massive (L’Harmattan, 2010) et La France. Autopsie d’un mythe national (Larousse, 2008).

    Avec le Collectif Manouchian dont il est un des animateurs, il a établi un Dictionnaire des dominations de sexe, de race, de classe (Syllepse, 2012).


  • La narrative-Système, c’est bien plus qu’Orwell
    http://www.dedefensa.org/article-la_narrative-syst_me_c_est_bien_plus_qu_orwell_18_10_2014.html

    • La pensée-Système n’est pas “simplement” orwellienne, elle est “sur-orwellienne”. • Grâce à la narrative, elle crée ses propres références. • Démonstration par l’OTAN menacée par la Russie... • Nous prenons le cas spécifique d’une réunion de presse qui a eu lieu jeudi au département d’État, avec les porte-parole du département d’État et du département de la défense. • L’intervention décidée et pleine d’alacrité d’un journaliste a mis en évidence le fonctionnement de cette sorte d’esprit, qui s’abreuve à une psychologie qui est d’un standard commun à toutes les directions-Système. • C’est le sophisme-Système.

    • Question [Matt Lee]: «All right. [Secretary Hagel] also used the phrase “its army,” meaning Russia’s army, “on NATO’s doorstep.” Why is that? Is it not logical to look at this and say the reason that the Russian army is on NATO – the Russian army is at NATO’s doorstep is because NATO has expanded rather than the Russians expanding? That in other words, NATO has moved closer to Russia rather than Russia moving closer to NATO? Is that not an accurate way to look at this?»
      Kirby: «I think that’s the way President Putin probably looks at it. It’s certainly not the way that we look at it.»
      Question: «But you don’t think that NATO has expanded eastward toward Russia?»
      Kirby: «NATO has expanded...»
      Question: «Okay.»
      Kirby: «... and the expansion has been a good thing for...»
      Question: «So the reason that the Russian army is at NATO’s doorstep is not the fault of the Russian – or not the – it’s not the Russian army that’s done it. It’s – NATO has moved closer to – moved east.»
      Kirby: «I’m pretty sure it wasn’t NATO who was ordering upwards of 15 battalion tactical groups to within 10 kilometers of the border with Ukraine, and I’m pretty sure it wasn’t NATO who put little green men inside Ukraine to destabilize eastern cities.»


  • Quitter Israël à cause de « la vie chère » pour l’Allemagne ? - Courrier international

    http://www.courrierinternational.com/article/2014/10/17/une-creme-dessert-peut-elle-attirer-300-000-israeliens-a-berl

    A l’origine, c’est un jeune Israélien installé dans la capitale allemande qui a publié ce cliché sur sa page Facebook le 29 septembre. Il a ensuite créé la page Facebook « Olim le Berlin », sur laquelle il appelle ses compatriotes à fuir la vie chère en Israël et à s’installer en Allemagne. Son argument : le petit pot au chocolat Milky vaut trois fois plus cher à Tel-Aviv qu’à Berlin. Avec son reçu qui prouve qu’il est possible de se procurer un flan, une escalope milanaise, du jus d’orange, des pâtes, du pain, des œufs, du lait et du fromage pour 16 euros, il a jeté de l’huile sur le feu du vieux débat sur la vie chère en Israël.

    La page « Olim le Berlin » a rapidement connu un grand succès un Israël. « Non seulement le post Facebook a rencontré un succès unanime, mais il a été suivi par des centaines de messages similaires d’Israéliens qui se plaignaient des disparités [entre les deux pays] », explique le quotidien israélien Ha’Aretz, qui ajoute que dans l’Etat hébreu aucune voix ou presque n’a condamné cet appel du jeune Israélien exilé. Le succès de l’initiative a été tel qu’il a conduit le ministre israélien des Finances à faire davantage pour contrôler les prix, ajoute le journal.

    Objectif : 300 000 émigrants

    En Allemagne, la Süddeutsche Zeitung consacre ce vendredi [le 17 octobre] une pleine page au portrait du mystérieux inconnu qu’elle appelle par un nom fictif : Tal Levy. « Ses deux meilleurs amis et ses parents sont les seuls à savoir que c’est lui l’auteur de la page ’Olim le Berlin’ qui a fait enrager les réseaux sociaux israéliens », rapporte le quotidien de Munich. Pourquoi ? Premièrement, parce qu’"Olim le Berlin" est un jeu de mots « gonflé », écrit la Süddeutsche, « olim » se traduisant par « monter », expression habituellement utilisée pour le voyage inverse, celui qui mène les Juifs en Israël. « Monter » à Berlin, la ville où a été orchestrée la Shoah, a créé la polémique sur Facebook.

    Deuxièmement, parce que 18 000 Israéliens ont rejoint la page Facebook et que Tal Lévy poursuit un objectif bien chiffré : « Je veux que 300 000 Israéliens émigrent en Allemagne. C’est à ce moment que Nétanyahou se réveillera – 300 000 Israéliens, ce sont 300 000 contribuables de moins. Les hommes politiques ne réagissent que quand ils manquent d’argent », explique-t-il.

    Israël est l’un des pays les plus riches du monde, mais 20 % de ses habitants vivent au-dessous du seuil de pauvreté , explique la Süddeutsche Zeitung. « Les salaires sont bas – malgré le bon niveau de l’éducation –, le coût de la vie est horriblement élevé. Les Israéliens financent leurs voitures, leur nourriture et leurs vacances par des crédits. » Après d’importantes manifestations contre le coût de la vie il y a trois ans, la population attend toujours une réaction du gouvernement.