• « Nantes : le chef de la police assume sans réserve les blessés par Flashball »
    http://www.mediapart.fr/journal/france/180414/nantes-le-chef-de-la-police-assume-sans-reserve-les-blesses-par-flashball

    Le bilan des blessés de la manifestation de Nantes contre l’aéroport ne cesse de s’alourdir. Trois hommes ont été grièvement blessés à l’œil par des tirs policiers. Interrogé par Mediapart, le directeur départemental de la sécurité publique assume : « Ceux qui prennent le risque de s’en prendre aux forces de l’ordre s’exposent eux aussi à des dommages corporels. »

    Trois jeunes hommes ont été grièvement blessés à l’œil par des tirs policiers, lors de la manifestation du 22 février à Nantes contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. L’un est éborgné et les deux autres ont peu de chances de retrouver la vue. Sur la page Facebook d’appel à témoignages qui a été créée, plusieurs autres manifestants affirment, photos à l’appui, avoir été atteints par des tirs de #Flashball au visage : sur le crâne avec neuf points de suture, sur la joue ou encore à la lèvre. Quatre enquêtes pour violences ont déjà été confiées à la délégation rennaise de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

    C’est un bilan particulièrement lourd et inédit pour une manifestation en France. Contacté par Mediapart, Jean-Christophe Bertrand, directeur départemental de la sécurité publique de Loire-Atlantique depuis juillet 2013, a accepté de répondre le 15 avril à nos questions par téléphone. Il assume sans sourciller les violences commises et rappelle qu’une enquête de l’IGPN est en cours. « Ceux qui prennent le risque de s’en prendre aux forces de l’ordre s’exposent eux aussi à des dommages corporels », déclare Jean-Christophe Bertrand.

    Jeudi 17 avril, deux jours après cet entretien, Jean-Christophe Bertrand a incité, dans une note de service révélée par France-3 Pays de la Loire, les policiers blessés à saisir eux aussi la justice en leur annonçant la création d’une structure dédiée pour recueillir leurs plaintes. Il indique avoir lui-même décidé de déposer plainte en tant que directeur départemental : il veut « marquer tout (son) soutien aux fonctionnaires (...) mais aussi pour prendre en compte le caractère exceptionnel d’une manifestation qui a fortement marqué les esprits ». Entretien.

    Quel était le cadre d’utilisation du Flashball superpro et du Lanceur de balles de défense 40 × 46 (plus puissant et précis) au cours de cette manifestation ?

    Jean-Christophe Bertrand : Le Flashball et le LBD ont effectivement été utilisés dans cette manifestation, dans le cadre légal. À savoir dans des situations de légitime défense, quand des fonctionnaires ont été agressés par des jets de divers projectiles, dont des pavés catapultés, des billes d’acier, des boulons, et des cocktails Molotov. Et à certains moments, dans un autre cadre d’emploi, qui est la dispersion des attroupements après que des sommations ont été effectuées.

    Les fonctionnaires ont obligation de faire un rapport après chaque utilisation de ces armes. Combien de tirs ont eu lieu au cours de la manifestation du 22 février ?

    Je ne peux pas vous dire. Ce sera à l’IGPN de le déterminer lors de son enquête.

    La police française est réputée pour son savoir-faire en matière de maintien de l’ordre. Est-ce normal qu’au cours d’une manifestation, trois personnes soient grièvement blessés au visage par des tirs policiers au point, pour l’un, d’avoir perdu un œil ?

    Il y avait 20 000 manifestants (50 000 selon les organisateurs, ndlr). Tout ceux qui ont défilé pacifiquement et n’ont pas cherché l’affrontement avec les forces de l’ordre n’ont rien eu. Mais un petit millier de personnes ont voulu en découdre et se sont exposées à une réplique des forces de l’ordre. On peut considérer que trois blessés au visage c’est beaucoup, mais il faut rapporter ce chiffre au nombre de manifestants. Nous encadrons tous les jours des manifestations à Nantes sans avoir à utiliser ces armes, ce qui prouve l’extrême violence de la manifestation du 22 février. Nous n’avions jamais connu ça à Nantes, et rarement dans le reste de la France. Au total, 130 policiers et gendarmes ont été blessés (dont 27 adressés au CHU et un seul cas grave d’un officier d’une CRS souffrant d’une fracture au bras, ndlr).

    Il faut attendre les résultats de l’enquête de l’IGPN pour savoir si ces personnes ont effectivement été blessées par des tirs de Flashball et de LBD, et pour savoir ce que ces personnes faisaient au moment où elles ont été blessées. L’un des manifestants blessés à l’œil (Quentin Torselli, ndlr) se trouvait au milieu de gens qui affrontaient les forces de l’ordre. Je me demande ce qu’il faisait là (le jeune homme affirme qu’il reculait et était pacifique, ndlr).

    Doit-on en conclure que les forces de l’ordre françaises sont autorisées à crever les yeux de manifestants qui se retrouvent au milieu d’affrontements ?

    Ceux qui prennent le risque de s’en prendre aux forces de l’ordre s’exposent eux aussi à des dommages corporels. La réplique est proportionnée. Si l’on a équipé les forces de l’ordre d’armes non létales, c’est pour éviter que les fonctionnaires n’aient recours à des armes conventionnelles (armes à feu, ndlr).

    Mais comment expliquer qu’autant de personnes aient été touchées au visage, alors qu’il est expressément interdit aux fonctionnaires de viser au-dessus des épaules, sauf cas de légitime défense ?

    Si la personne bouge entre le moment où le fonctionnaire appuie sur la queue de détente de l’arme et l’impact, il y a toujours un risque que le point d’impact ne soit pas celui initialement visé.

    Les policiers et gendarmes ont-ils reçu des instructions particulière quant à l’usage de ces armes avant la manifestation ?

    Je rappelle que les fonctionnaires dotés de cette arme, à savoir les CRS, les gendarmes mobiles et les agents de sécurité publique, ont reçu une formation technique et juridique. Donc ils connaissent parfaitement leurs conditions d’usage.

    http://www.dailymotion.com/video/x1lghp5_tir-de-flash-ball-lbd-sur-quentin-torselli_news?start=1

    Sur une vidéo filmée par un photographe indépendant, on voit des CRS et un camion à eau poursuivre, gazer et asperger d’eau à haute pression des manifestants qui tentent de secourir Quentin Torselli, blessé quelques instants plus tôt. Y a-t-il eu des entraves aux secours ?

    Non, il faut faire attention aux vidéos, car on ne voit pas ce qui se passe derrière les manifestants. La caméra est tournée uniquement vers les fonctionnaires. On ne peut donc pas analyser la scène en toute impartialité. Je ne pense pas que les fonctionnaires dans le camion à eau aient pu entendre ce que criaient les manifestants devant.
    http://www.dailymotion.com/video/x1dld1x_zele-et-flash-ball-manifestation-anti-aeroport_news?start=13

    Deux journalistes ont déposé plainte pour violence. L’un d’eux, un photographe, a reçu un tir de Flashball dans le torse après avoir crié « Hé, c’est des journalistes ». Il se trouvait au milieu de plusieurs reporters clairement identifiables par leurs caméras et appareils photo. Pourquoi tirer sur un journaliste ?

    Il faut bien analyser les images et le son, parce qu’il n’est pas certain que les fonctionnaires aient entendu ce qu’il criait. Quand des journalistes sont mélangés aux casseurs, c’est assez difficile de séparer le bon grain de l’ivraie. Dans le feu de l’action, il n’est pas facile de trier.

    Est-ce normal que des agents du GIPN (Groupe d’intervention de la police nationale) de Rennes soient intervenus en maintien de l’ordre sur la voie publique, cagoulés, sans matricule, ni moyen d’identification ?

    Ils étaient identifiés en tant que fonctionnaires de police. De toute façon, personne n’est capable de lire un matricule dans un contexte aussi agité de manifestation. Le GIPN était initialement dédié à la protection de la mairie. En fin d’après-midi, la situation est devenue tellement critique qu’ils ont demandé à venir porter assistance à leurs collègues, qui se trouvaient entre le cours des 50-Otages et le parking de la Petite-Hollande.

    Attendiez-vous un milliers de « casseurs », selon le chiffre qui a ensuite été donné par la préfecture de Loire-Atlantique ?

    Nous avions des informations de risques d’agrégation de gens violents, ce qui s’est révélé exact. Mais nous n’avions pas de chiffre précis.

    Dans une lettre ouverte au ministre de l’intérieur, Françoise Verchère, conseillère générale du Parti de gauche et l’une des responsables du collectif des élus doutant de la pertinence de l’aéroport (le Cédépa), s’est étonnée que la police ne soit pas intervenue plus tôt pour interpeller le petit groupe de personnes qui se livrait à des dégradations en tout début de manifestation. Qu’en est-il ?

    Je rappelle à Mme Verchère que lorsqu’on est élu de la République, on respecte les lois de la République. En l’occurrence, les organisateurs d’une manifestation sont censés déclarer son parcours auprès des pouvoirs publics. Ce que se sont obstinément refusé à faire les organisateurs de la manifestation du 22 février (plusieurs réunions se sont tenues entre la préfecture et les organisateurs, sans qu’aucun accord n’ait été trouvé, ndlr).

    Face à l’absence de dialogue et à leur volonté de passer par le centre-ville, nous avons dû prendre des mesures de blocage des accès en centre-ville. Nous avions donc des forces mobilisées pour verrouiller le centre-ville et que nous ne pouvions pas déplacer pour aller interpeller des gens qui commettaient des dégradations le long du parcours de la manifestation. Il n’y a aucun manichéisme de notre part !

    Vous avez annoncé dans une note de service du 17 avril vouloir vous-même déposer plainte. Pourquoi ?

    Il y avait un certain nombre de demandes de la part de fonctionnaires qui avaient l’impression d’avoir été oubliés, au vu de la couverture médiatique offerte aux manifestants blessés. D’où mon souhait d’organiser le recueil de ces plaintes. Et, à titre personnel, je déposerai également plainte à l’appui des personnels agressés, en tant que chef de service, comme les textes m’y autorisent. Il y a eu des blessures physiques, comme des acouphènes, et d’autres moins visibles, psychologiques. Plusieurs fonctionnaires souffrent de troubles liés à la violence inouïe à laquelle ils ont dû faire face.

    Boite noire :
    Cet entretien a eu lieu par téléphone le 15 avril 2014 et a été complété le 18 avril (dernière question). Il n’a pas été relu par M. Bertrand.

    #police « #armes_non_létales » #violences_policières #NDDL


  • 11-Septembre : une enquête du FBI repousse la perspective d’un procès
    http://www.romandie.com/news/11Septembre-une-enquete-du-FBI-repousse-la-perspective-dun/469434.rom

    (...) Certains proches des victimes du 11-Septembre ont dit à la presse qu’ils soupçonnaient l’administration Obama, en particulier le ministre de la Justice Eric Holder, de vouloir saboter le procès devant un tribunal militaire afin de pouvoir démontrer qu’il devait se tenir devant un tribunal fédéral. M. Holder a déclaré à plusieurs reprises que, treize ans après les attentats, les cinq accusés seraient déjà condamnés s’ils avaient été jugés devant un tribunal fédéral.

    L’idée que les tribunaux militaires soient inférieurs à la justice fédérale est un grand mensonge, a fustigé Don Arias, qui a perdu son frère dans l’une des tours jumelles.

    Pour moi, ce n’était pas un hasard, a renchéri Gloria Snekszer, dont une soeur est décédée dans l’avion qui s’est écrasé sur le Pentagone, fustigeant non seulement le FBI mais aussi la défense de constamment retarder, retarder, retarder le procès.

    Le procureur Mark Martins a réitéré son souhait de voir le procès des cinq co-accusés dont KSM, le cerveau présumé des attentats, débuter en janvier 2015. Nous sommes tout sauf proches d’un procès, a toutefois estimé l’avocat Jay Connell, ajoutant qu’il n’y croyait même pas pour 2016.

    Une prochaine audience préliminaire est prévue pour juin. Les avocats ont demandé que soient entendus à cette occasion les agents du FBI.

    Le FBI cherchait apparemment à déterminer comment un pamphlet de Khaled Cheikh Mohammed, assimilé à de la propagande, avait pu parvenir à l’extérieur de la prison de Guantanamo et être publié par le Huffington Post et la chaîne britannique Channel 4, sans contrôle.

    #9/11 #11_septembre


  • Mort d’un parrain de la pègre israélienne, blessé par balle chez lui
    http://www.romandie.com/news/469436.rom

    Israël est le théâtre ces dernières années d’une féroce bataille de gangs dans laquelle seraient impliquées plusieurs familles mafieuses, dont les Aboutboul.

    Cette famille est sur le déclin depuis la mort de Félix mais était encore active dans la criminalité notamment dans le racket. Toutefois, leurs affaires avaient périclité, a déclaré à l’AFP Serge Dumont, journaliste israélo-belge spécialiste du crime organisé israélien et récent auteur d’une enquête intitulée L’histoire vraie de la mafia israélienne.

    Selon lui, Charlie Aboutboul, déjà emprisonné à plusieurs reprises, était déprimé et la thèse du suicide n’est pas à exclure.

    Il avait été gravement blessé lorsqu’il avait été la cible d’un tueur dans un restaurant de Netanya en 2008.

    Confrontée aux exactions des clans mafieux, la police israélienne a créé fin 2006 un département spécial, l’unité 443, pour lutter contre le crime organisé.

    Une dizaine d’Israéliens ont été tués ou blessés ces dernières années notamment à Tel-Aviv, Netanya et Bat Yam, hauts lieux du crime organisé en Israël, lors de règlements de comptes.

    Que fait l’armée ?
    Ah mal en point aussi : https://www.facebook.com/photo.php?v=10152100018938528&set=vb.303072763527&type=2&theater


  • Former Drone Operators Reveal Air Force Plays Key Role in Secret CIA Assassination Campaign | Democracy Now!
    http://www.democracynow.org/2014/4/17/former_drone_operators_reveal_air_force

    A new documentary film reveals how a regular U.S. Air Force unit based in the Nevada desert is responsible for flying the CIA’s drone strike program in Pakistan. “Drone” identifies the unit conducting CIA strikes in Pakistan’s tribal areas as the 17th Reconnaissance Squadron, which is located on the Creech Air Force Base, about 45 miles from Las Vegas. We are joined by the film’s director, Tonje Hessen Schei, and Chris Woods, an award-winning reporter who investigates drone warfare. Woods is featured in “Drone” and is working on a forthcoming book on U.S. drone warfare.

    #drone


  • Résister à la « cannibalisation » du patrimoine de la Palestine | Agence Media Palestine
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2014/04/17/resister-a-la-cannibalisation-du-patrimoine-de-la-palestine
    http://www.agencemediapalestine.fr/wp-content/uploads/140318-jump_0.jpg

    La ville portuaire d’Akka (connue aussi sous le nom d’Acre) est l’un des endroits où le conflit sur la possession de l’histoire et la culture palestiniennes est le plus âpre.

    La récente campagne visant à empêcher que le site historique du Khan al-Umdan ne soit transformé en hôtel de luxe par les promoteurs israéliens a mis en avant la lutte d’une communauté palestinienne économiquement et politiquement marginalisée qui veut résister à un embourgeoisement et à un nettoyage ethnique insidieux.

    Le réalisateur Patrick Stewart a exécuter un travail admirable dans son film « It’s Better to Jump » (« Il vaut mieux sauter »), où il exprime à la fois l’histoire incroyablement longue de ce magnifique port, et les défis qui, journellement, assaillent sa population.

    Le film débute sur des cartes plongeantes montrant l’importance de ce site d’Akka – durant plusieurs milliers d’années – qui se situe sur les routes commerciales s’étirant à l’est comme à l’ouest. Le film se focalise ensuite plus précisément sur la population locale – avec des personnages célèbres comme l’acteur Makhram Khoury mais aussi de simples gens, comme des guides touristiques, des enseignants et des étudiants, qui évoquent leur attachement à leur maison.

    Cet attachement leur vient de leur expérience quotidienne d’avoir grandi et vécu dans une ville : sa population, ses ruelles, les façons dont sa population gagne son pain, la nourriture qu’elle mange et les chansons qu’elle chante.

    Dans un cadre comme celui d’Akka, il est impossible de séparer tout cela de la grandeur de son environnement – les khans ottomans et les salles des Croisés – et du rôle de l’environnement construit dans l’histoire de la cité. Abdu Matta, guide touristique local, parle des célèbres remparts d’Akka, dont les dernières rénovations, par Daher el-Omar, datent du XVIIIe siècle. Sans eux, Akka n’aurait pu arrêter Napoléon Bonaparte dans sa conquête du Moyen-Orient.

    Matta déclare aussi, « je suis un Cananéen avant d’être un Palestinien ». Ce disant, sa revendication s’étend aux millénaires de ce riche patrimoine palestinien, une conscience que beaucoup de ses concitoyens akkans expriment de multiples façons tout au long du film. Le film sur l’Akka moderne se mêle à des bobines d’archives pour montrer la continuité, une continuité incarnée par les habitants de la ville.

    http://vimeo.com/81222706


    #Akka #colonisation
    #Palestine



  • Jimmy Carter est le premier ex-président américain à appeler au rejet de Keystone XL
    http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/04/16/jimmy-carter-est-le-premier-ex-president-americain-a-appeler-a

    WASHINGTON - Pour la première fois, un ancien président américain se prononce contre le projet d’oléoduc Keystone XL.

    Jimmy Carter, 39e président de l’histoire des États-Unis, se joint à un groupe de lauréats de prix Nobel dans une lettre exhortant l’actuel président à rejeter le projet d’oléoduc devant amener le pétrole des sables bitumineux de l’Alberta vers les raffineries du Texas.

    La lettre fait valoir à Barack Obama qu’il est sur le point de prendre une décision sur l’un des enjeux les plus importants dans l’histoire de l’humanité — les changements climatiques —, et que cela marquera l’héritage laissé par sa présidence.

    Le document soutient que sa décision dans ce dossier signifiera soit un « engagement dangereux » envers le statu quo, soit un leadership audacieux qui inspirera des millions de gens comptant sur lui afin de poser les bons gestes pour la protection de l’environnement.

    M. Obama a déjà indiqué que la décision sur le projet Keystone XL de TransCanada (TSX:TRP) devrait être annoncée avant l’été.

    #écologie_politique

    • Desmond Tutu appelle les Etats-Unis à ne pas construire l’oléoduc Keystone
      http://www.romandie.com/news/Desmond-Tutu-appelle-les-EtatsUnis-a-ne-pas-construire-loleoduc/469618.rom

      Washington - L’archevêque sud-africain Desmond Tutu, icône de la paix, a demandé vendredi aux Etats-Unis de ne pas construire l’oléoduc géant Keystone, affirmant que cette bombe au carbone condamnerait la capacité des Etats-Unis à s’ériger en leader dans la lutte contre le changement climatique.

      Desmond Tutu, qui a longtemps combattu le régime d’apartheid en Afrique du Sud, est à la tête d’un mouvement de contestation mondial qui a fait parvenir une lettre au secrétaire d’Etat John Kerry l’enjoignant de rejeter la construction de cet oléoduc controversé.

      Le verdict d’autoriser ou de rejeter la construction de l’oléoduc Keystone XL peut, en un instant, confirmer ou condamner le rôle de leader que l’Amérique peut jouer dans la lutte contre le changement climatique, explique la lettre envoyée à John Kerry, rendue publique par l’organisation Avaaz.

      C’est une décision politique qui aura une grande signification. Keystone a été surnommé +le fusible pour la plus grande bombe au carbone de la planète+, ajoute la lettre signée par plusieurs autres personnalités.

      Les écologistes sont fermement opposés à Keystone. Ils craignent des risques de fuite le long du tracé et s’en prennent au type de pétrole qui serait transporté : issu de sables bitumineux, son extraction et son exploitation émettent au final plus de gaz à effet de serre.

      Sur ces deux points, le département d’État estime que les risques sont minimes. Mais le projet attend toujours la recommandation finale de John Kerry, défenseur de longue date de l’environnement.


  • 9/11 : La culture du doute
    Un projet des étudiants en journalisme de Gennevilliers
    https://projet911.creatavist.com/culturedudoute

    (...) Mais si tant de monde se laisse effleurer par le doute, l’instauration d’un débat reste, aujourd’hui encore, impossible. L’Etat, mur inébranlable, s’en tient à ce qu’il veut bien dévoiler. Les médias rejettent, souvent avec virulence, toute voix discordante. Les exemples cités plus haut ne sont que des illustrations parmi d’autres. Face à ces deux pouvoirs hostiles, les « sceptiques » tentent alors de rallier l’espace public à leur cause. Mais comme on l’a vu ici, depuis que le 11 septembre appartient à l’Histoire, son récit s’est figé.

    #11_septembre #9/11


  • 15 avril 2014 : Conférence de presse des blessés du 22 février 2014
    http://27novembre2007.blogspot.fr/2014/04/15-avril-2014-conference-de-presse-des.html
    http://3.bp.blogspot.com/-6evLX9nAcvQ/U00lsHUwj3I/AAAAAAAAStk/y-IhI7310PA/s1600/IMG_7036.JPG
    Damien, Emmanuel et Quentin lors de la conférence de presse.

    Lors de cette conférence de presse, il a été clairement expliqué :

    C’est la première fois depuis 50 ans en France que la police TIRE sciemment et massivement sur des manifestants, et c’est à Nantes.

    Désormais, être mutilé par des tirs policiers dans le cadre de manifestations peut arriver à tout le monde.

    L’action d’un peloton du GIGN face à la manifestation démontre la MILITARISATION de la police et du maintien de l’ordre.

    L’utilisation du flashball ou du LBD permet de CRIMINALISER les participants à une manifestation de protestation sur la base d’un raisonnement fallacieux : s’il y a des blessés graves, c’est que la police a dû faire usage d’armes si puissantes qu’ils devaient faire face à des casseurs virulents.

    Le flashball ou le LBD sont règlementairement pour la police des armes de défense et non d’offensive. Lors du 22 février 2014, ces armes ont été utilisées en contradiction totale des règlements et hors de toute proportion avec la situation concrète de maintien de l’ordre.

    Le flashball ou le LBD sont INUTILES & INEFFICACES pour disperser une manifestation mais leur utilisation dans ce cas de figure MUTILE sciemment.

    * Le flashball ou le LBD infligent des blessures telles qu’elles isolent les victimes dans leur souffrances (de très nombreux blessés le 22 février 2014 ne se signalent pas).

    #NDDL


  • [Info-Palestine] - Les réfugiés palestiniens de Syrie, abandonnés à leurs souffrances par la Jordanie
    http://www.info-palestine.net/spip.php?article14492

    Au centre d’un imbroglio

    Les autorités jordaniennes se sont montrées réceptives à la situation des réfugiés syriens en leur accordant des services humanitaires et en acceptant le soutien apporté par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, alors que les réfugiés palestiniens de Syrie ont rarement droit à ces services.

    De plus, on sait que le gouvernement jordanien renvoie en Syrie les réfugiés palestiniens qui ont réussi à entrer en Jordanie, les privant ainsi de leur droit à la survie.

    Une telle politique constitue une violation du principe du non-refoulement, principe du droit international qui interdit de renvoyer un réfugié vers une zone où sa vie ou sa liberté pourraient être menacée.

    En février 2014, plus de 11 000 réfugiés palestiniens ayant fui la Syrie ont cherché à obtenir l’aide de l’UNRWA en Jordanie. Selon l’UNRWA, ce chiffre devrait approcher la barre des 20 000 réfugiés d’ici la fin de l’année 2014 en Jordanie.

    L’UNRWA reconnaît que « la situation irrégulière des réfugiés palestiniens de Syrie en Jordanie atteste du degré considérable d’insécurité qui les menace. Ils sont confrontés à des difficultés dans les procédures civiles telles que l’enregistrement des naissances et l’accès aux services gouvernementaux ; de même, ils se retrouvent constamment exposés au risque d’être refoulés ».

    Plus la guerre civile syrienne durera, plus il deviendra difficile pour les réfugiés palestiniens de Syrie de se déplacer en Jordanie. Les réfugiés palestiniens sont confrontés à une chasse aux sorcières systématique face aux autorités jordaniennes ayant décidé de sévir contre les civils qui ont fui une guerre dévastatrice.

    Au milieu de l’année 2012, les autorités jordaniennes ont commencé à refuser l’entrée dans le territoire à de nombreuses familles palestino-syriennes, qui ont essayé en vain de trouver refuge en Jordanie.

    Cette traque des palestiniens de Syrie en Jordanie est directement liée aux « pourparlers de paix » négociés par les États-Unis. Alors que le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, basé à Ramallah, a indiqué à plusieurs reprises qu’il était prêt à renoncer au droit au retour des réfugiés palestiniens, certains Jordaniens ont exprimé leur refus de voir leur pays devenir une alternative permanente pour quelque deux millions de réfugiés palestiniens ; ainsi, chaque « nouvel » arrivant palestinien dans le pays est considéré comme un Palestinien de trop.

    Il y a une semaine, le Premier ministre jordanien Abdullah Ensour s’est exprimé ainsi : « Nous devons prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter que la Jordanie devienne une patrie de substitution pour les Palestiniens ». Une déclaration qui ne tient pas compte du fait que ces Palestiniens qui fuient la guerre en Syrie sont des êtres humains avant d’être des Palestiniens (« PM : Jordan will not be a substitute homeland for Palestinians », Jordan News Agency (Petra), 26 février 2014).


  • La Première Guerre mondiale et ses conséquences sur le Moyen-orient - Georges Corm
    http://www.georgescorm.com/personal/download.php?file=art%20politique%20%C3%A9trang%C3%A8re.pdf

    La Première Guerre mondiale a eu des conséquences tragiques pour le Moyen-Orient. Elle a conduit au dépècement de l’Empire ottoman et à une balkanisation de la région. La France et la Grande-Bretagne ont semé les graines de conflits futurs en faisant des promesses contradictoires aux dif- férentes communautés. L’instabilité que l’on observe aujourd’hui au Moyen- Orient puise ses racines dans les découpages qui ont fait suite à la Grande Guerre. Une nouvelle conflagration régionale est à craindre.


  • Littérature et psychanalyse - La France en Israël - Ambassade de France à Tel Aviv
    http://www.ambafrance-il.org/Litterature-et-psychanalyse

    L’UFR d’études psychanalytiques de l’Université Paris Diderot et le département d’herméneutique et d’études culturelles de l’université Bar Ilan organise du 30 avril au 2 mai une rencontre scientifique franco-israélienne sur le thème de l’inconscient créateur. Le colloque “Littérature, écriture et psychanalyse” se tiendra à l’université de Bar Ilan et permettra aux équipes scientifiques des deux universités de se rencontrer pour installer une coopération inter-universitaire stable et suivie.

    L’objectif de ce colloque est de discuter et analyser la rencontre entre d’une part, la théorie et l’écriture psychanalytiques et d’autre part la littérature en général.

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Lettre inédite de Sigmund Freud à Chaim Koffler, membre de la Fondation pour la réinstallation des Juifs en Palestine , datée du 26 février 1930
    http://www.cairn.info/revue-cliniques-mediterraneennes-2004-2-page-5.htm

    Je ne peux éprouver la moindre sympathie pour une piété mal interprétée qui fait d’un morceau de mur d’Hérode une relique nationale et, à cause d’elle, défie les sentiments des habitants du pays.


  • Le régime syrien vient d’arrêter Safwan Akash, membre du bureau exécutif du Comité national de coordination (l’opposition intérieure dont nous connaissons ici Haytham Manna) :
    http://al-akhbar.com/node/204689

    أفادت «هيئة التنسيق» عن اعتقال عضو مكتبها التنفيذي صفوان عكاش، صباح أمس، «من قبل عناصر للأمن العسكري، وذلك على حاجز خربة الشياب بينما كان في طريقه إلى السويداء». وأضاف البيان الصادر عن الهيئة أنّه جرى نقل عكاش «إلى مفرزة الأمن العسكري في الكسوة». وأدانت «الهيئة» هذا «الاعتقال التعسفي»، مطالبة «بإخلاء سبيله فوراً».


  • Israël et l’Ukraine : une ambiguïté extrême
    http://www.dedefensa.org/article-isra_l_et_l_ukraine_une_ambigu_t_extr_me_12_04_2014.html

    • La position d’Israël vis-à-vis de la crise ukrainienne est d’une ambiguïté exemplaire. • Les liens avec Moscou comptent-ils plus dans ce cas que les liens avec Washington ?

    • U.S. officials angry: Israel doesn’t back stance on Russia
      Amid tension, Netanyahu backs out of event he was invited to personally by Putin.

      http://www.haaretz.com/mobile/.premium-1.585333?v=D97A0B2854A04B94D98D82EF9EBCFBD7
      By Barak Ravid
      Published 02:49 13.04.14

      White House and State Department officials in Washington have built up a great deal of anger over Jerusalem’s “neutrality” regarding Russia’s invasion of the Crimean Peninsula. Senior figures in the Obama administration have expressed great disappointment with the lack of support from Israel for the American position on the Ukraine crisis and with the fact that the Israeli government puts its relations with the United States and with Russia on the same plane.

      One senior U.S. official noted that one of the reasons for the anger in the White House was Israel’s absence from the UN General Assembly vote about two weeks ago on a resolution censuring the Russian invasion and expressing support for the territorial integrity of Ukraine.

      “We have been consulting closely on Ukraine not only with our partners and allies around the world," a senior U.S. official told Haaretz. "Obviously we are looking to the entire international community to condemn Russia’s actions and to support Ukraine, so we were surprised to see that Israel did not join the large majority of countries that voted to support Ukraine’s territorial integrity at the United Nations.”

      A senior Israeli official said that Israel’s absence from the United Nations vote was viewed around the world as an extremely irregular measure, a departure from a long-standing Israeli policy of voting with the United States in the UN. While the Americans viewed Israel’s behavior as ungrateful, in light of Washington’s unshakable support for Jerusalem in the UN, in the Kremlin and in the Russian media Israel’s action was seen as an expression of support for Moscow, or at the very least a lack of opposition to the invasion of Ukraine.

      According to the Israeli official, in response to U.S. inquiries Israel attributed its absence at the vote to the strike by the Foreign Ministry’s employees. The White House and the State Department found the explanation wanting, especially in light of the lack of advanced notice from Jerusalem.


  • منّاع يترك قيادة فرع المهجر بهيئة التنسيق المعارضة ويؤكد : لا خلفية سياسية لهذا القرار
    http://www.alquds.co.uk/?p=155609

    منّاع يترك قيادة فرع المهجر بهيئة التنسيق المعارضة ويؤكد: لا خلفية سياسية لهذا القرار

    Un entretien de Haytham Manna pour UPI. Voici l’essentiel :

    Haytham Manna annonce qu’il quitte ses fonction en tant que porte- parole à l’étranger du Comité national pour le changement démocratique en Syrie. Il ne s’agit pas d’un différend politique, mais de la volonté de la part de l’intéressé de ne pas se représenter, ne serait-ce que pour faire de la place à la nouvelle génération. Le nouveau comité, élu à Paris, voit sa moyenne d’âge baisser de 15 ans.
    Manna confirme également que les discussions avec la Coalition natinale sont plus qu’au moint mort dans la mesure où cette Coalition, en réalité, n’a pas la voix au chapitre [en raison des pressions de ses parrains étrangers]. Pour aller de l’avant par rapport aux discussions de Genève, il faudrait que « le train soit à nouveau sur de bons rails », en d’autres termes que Russes et Etasuniens s’entendent, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Le dossier syrien n’étant plus sur le devant de la scène, les acteurs locaux ont plus de marge de manœuvre. Dans la mesure où Erdogan traverse une situation difficile, l’opposition nationale syrienne devrait tenter d’en profiter pour oeuvrer à un rapprochement irano-saoudien, gage d’une détente régionale qui profiterait à la Syrie. Sur la question d’éventuelles livraisons d’armes à l’opposition, Manna rappelle une fois de plus qu’il faut cesser de se bercer d’illusions à propos d’une modification du rapport de force militaire et d’essayer de remettre à flot l’Armée syrienne libre.
    « Quand je parle de se bercer d’illusions, je pense à la fois aux actuels dirigeants syriens et aux exploitants de la misère au sein de l’opposition. Notre histoire dure et tant qu’il y aura, au sein des centres de décision du régime, des gens pour croire à un règlement militaire, cette sale guerre se poursuivra en mettant à feu et à sang le pays. »


  • Israël autorise l’occupation par des colons d’une maison disputée à Hébron
    http://www.romandie.com/news/467752.rom

    JERUSALEM - Le ministre israélien de la Défense, Moshé Yaalon, a approuvé dimanche le retour de colons juifs dans une maison de quatre étages très disputée à Hébron, en Cisjordanie occupée, a indiqué le ministère israélien de la Défense.

    Suite à la décision de la Cour suprême, le ministre de la Défense Moshé Yaalon a approuvé aujourd’hui l’occupation de la +Maison brune+ par ses acquéreurs, a indiqué le ministère dans un communiqué, en précisant qu’un petit nombre de familles devait s’y installer.

    La radio militaire israélienne a assuré que trois familles avaient déjà pris possession des lieux dimanche après-midi.

    La Cour suprême israélienne avait statué le 11 mars que des colons juifs étaient les propriétaires légaux de cette maison, située entre la Vieille ville de Hébron et la colonie de Kiryat Arba, en Cisjordanie, dans l’enclave dite zone H2 qui est sous la protection de milliers de soldats israéliens.

    Cela montre à quel point le gouvernement israélien préfère s’engager dans la voie de la colonisation plutôt que celle de la paix, a déclaré dans un communiqué le membre du Fatah et négociateur palestinien Mohammad Shtayyeh qui a estimé que cette décision menaçait la vie des Palestiniens de Hébron qui souffrent en permanence des actes de terrorisme des colons.

    L’ONG Breaking the Silence (Briser le Silence), une association pacifiste d’anciens militaires israéliens, qui témoignent et répertorient les violations des droits des Palestiniens, a indiqué de son côté dans un communiqué qu’il s’agissait de la première fois depuis 1980 que les autorités israéliennes autorisaient l’établissement d’une nouvelle colonie à Hébron.

    Selon cette ONG, avec le renforcement d’une présence militaire dans le secteur de cette nouvelle implantation, les Palestiniens feront face à de nouvelles restrictions comme la fermeture de routes ou celle de commerces.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Israeli forces detain Hebron man after settlers invade his home
    http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=689513

    HEBRON (Ma’an) — Israeli forces detained a Palestinian man on Saturday evening after he tried to defend his family from a home invasion by Jewish settlers in the southern West Bank city of Hebron, a local activist group said.

    Mofid Sharbati, 46, was detained by Israeli forces after a group of settlers entered his home on Shuhada street in central Hebron, coordinator for Youth against Settlements Issa Amro said.

    His brother Zidan Sharbati was wounded during the incident, which began when Jewish settlers entered their homes and began beating the brothers as well as members of their families.

    When the two attempted to respond, Israeli forces who were on the scene came to the aid of settlers and continued the assault, Amro said.

    Israeli forces detained Mofid during the incident, while Zidan was evacuated from the scene by an ambulance and taken to Hebron Hospital, where doctors said his wounds were “moderate.”

    An Israeli military spokeswoman did not have any information regarding the incident.

    Jewish settlers routinely threaten and harass local Palestinians in Hebron’s Old City in an effort to force them to hand over their properties for the expansion of Jewish settlements.


  • Ce que nous devons à Alain Finkielkraut | Jacques Tarnero
    http://www.huffingtonpost.fr/jacques-tarnero/alain-finkielkraut-elu-academie_b_5130595.html

    (...) Sa défense exigeante du droit d’Israël fut sans doute son plus grand handicap tant la cause de l’Etat juif n’est pas en odeur de sainteté chez tous ceux qui ont fait d’Israël la causalité diabolique des malheurs du monde. (...)

    non, mais de celui des Palestiniens.


  • Avant un concert à Tel-Aviv, Carla Bruni se dit « folle d’Israël » - 20minutes.fr
    http://www.20minutes.fr/culture/1349973-avant-un-concert-a-tel-aviv-carla-bruni-se-dit-folle-d-israel

    Carla Bruni, 46 ans, a indiqué à Yediot Aharonot qu’elle était déjà venue deux fois en Israël : une fois en tant que top model, et une autre lors d’un voyage officiel de son mari, l’ex-président Nicolas Sarkozy.
    « Son père est juif »

    « Je suis folle d’Israël », a-t-elle confié. « C’est plein de vie ». Carla Bruni a précisé que son père était juif ainsi que l’un des grands-pères de son mari.

    Son fils Aurélien, né en 2001 d’une relation avec le philosophe Raphaël Enthoven, a été à la fois circoncis et baptisé, a-t-elle ajouté.


  • Seymour Hersh gets it wrong on Turkey - Al-Monitor: the Pulse of the Middle East
    http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2014/04/turkey-not-supporting-jabhat-al-nusra.html#

    True, Hersh is a journalist who has done formidable work in the past. But, as Kenar writes, to have Pulitzers doesn’t guarantee that you will write reliable and accurate reports all your life. For example, The New York Times writer Thomas Friedman has three Pulitzers, but they did not stop him from getting it wrong on the Iraq invasion.

    Is this Hersh’s first dubious reporting? Wasn’t it Hersh who said that the US operation to kill Osama bin Laden was a big lie? Wasn’t it Hersh who said that the Fatah al-Islam outfit in Lebanon was financed by Saad Hariri and the United States? Didn’t it later come out that Fatah al-Islam was supported by the Syrian intelligence?

    #Hersh_bashing

    • Au sujet du « big lie », noter que l’article du Guardian a été corrigé quelques jours après sa publication, avec notamment cette mention :

      Hersh has pointed out that he was in no way suggesting that Osama bin Laden was not killed in Pakistan, as reported, upon the president’s authority: he was saying that it was in the aftermath that the lying began.

    • US Produced Sarin Gas Used in Syria | Veterans Today
      http://www.veteranstoday.com/2014/04/08/296525

      - How did you find out that chemical weapons were being transported into Syria from Georgia and what further information do you have about this?
      Gordon Duff provided me with this information. It was also confirmed by my own sources. He stated, based on reliable sources, that chemical weapons were being transferred by sea from Georgia to Syria. They have human intelligence sources who find and track such materials. I have provided the government with those secret recordings, which I have obtained, including materials concerning illegal weapons deals in Georgia, including information about deals with Israel and of other types of material assistance. Gordon and his investigation team confirmed the accuracy of my information.
      This is a team of American veterans who found out that the supply of chemical weapons in Syria was performed from outside, via Turkey. They have proof that heavy materials, which can be used to build underground bunkers, as well as special underground chemical, biological or even nuclear research facilities, were imported into Georgia back in 2010.

      http://www.geworld.ge/img/xim1.jpg

    • Syria Special: Identifying the Sources for Hersh’s “Insurgents’ Chemical Weapons Attacks”
      http://eaworldview.com/2014/04/syria-special-source-hershs-insurgents-carried-chemical-weapons-attacks

      Of course, Hersh may have a source or sources who are not listed above. However, without information beyond his general labels, we have no way of establishing this.

      Instead, we are left with the language of Hersh’s summary and the one document that he cites. Both the language and the document are remarkably similar to assertions — which put forth no evidence, apart from one claimed Department of Defense document — put out by the following, all of whom cite each other in the recycling of claims:

      1. Yossef Bodansky, a former staffer for the US House of Representatives who is now senior editor of the Global Research website, notable for its criticism of US foreign policy and claims of conspiratorial US interventions, and who is linked to President Assad’s uncle;

      2. The retired officers of the Veteran Intelligence Professonals for Sanity;

      3. F. Michael Maloof, a former staffer of the Department of Defense.

    • Nouvel exposé de Seymour Hersh : la Turquie a organisée des attaques au gaz pour provoquer une guerre des États-Unis contre la Syrie
      Par Patrick Martin
      8 avril 2014
      https://www.wsws.org/fr/articles/2014/avr2014/hers-a08.shtml

      Ce rapport de Hersh est son second exposé long en quatre mois sur l’attaque au gaz à Damas qui a été faussement présentée. Les deux articles ont été publiés dans ce journal britannique parce qu’aucun grand journal ou magazine américain ne veut publier d’articles de ce journaliste qui a obtenu le prix Pulitzer.

      Depuis son reportage sur le massacre de My Lai au Vietnam pour le New York Times, Hersh s’est spécialisé dans le développement de sources dans l’appareil militaire et des services de renseignements américains, fréquemment celles qui ont des divergences politiques avec le gouvernement en place à Washington. Hersh a quitté le Times pour Newsday et a ensuite écrit pour le New Yorker pendant de nombreuses années.

      Le New Yorker et le Washington Post ont tout deux refusé de publier son premier article sur l’attaque au gaz à Ghouta, qui imputait l’attaque aux rebelles syriens du Front Al-Nusra, forçant Hersh à trouver un éditeur britannique pour son rapport. La presse américaine a été largement silencieuse sur celui-ci et a pour le moment tait cette dernière révélation.

      (Article original paru le 7 avril 2014)


  • Séisme de magnitude 6 dans les îles Salomon
    http://www.romandie.com/news/Seisme-de-magnitude-6-dans-les-iles-Salomon/465010.rom
    04 avril 2014

    SYDNEY - Un séisme de magnitude 6 a eu lieu vendredi dans les îles Salomon, dans le sud-ouest de l’océan Pacifique, a annoncé l’institut géologique des Etats-Unis (USGS), et les premières informations ne faisaient pas état de dégâts.

    Le séisme s’est produit à 22h40 heure locale (11h40 GMT) à une profondeur de 63 kilomètres, à environ 30 kilomètres à l’ouest de la ville de Kirakira, située sur la côte nord de l’île de Makira, l’une des îles de l’archipel des Salomon.

    Grèce : séisme de magnitude 5,4 en mer Egée
    http://www.romandie.com/news/Grece--seisme-de-magnitude-54-en-mer-Egee/465158.rom
    04 avril 2014

    ATHENES - Un tremblement de terre d’une magnitude de 5,4 sur l’échelle de Richter s’est produit vendredi soir au sud-est de l’île grecque d’Hydra, en mer Egée, a annoncé l’Institut de géodynamique d’Athènes, et il a été perceptible à Athènes.

    Selon l’Institut, qui l’a évalué dans un premier temps à 5,6, le séisme s’est produit à 23H08 locales (20H08 GMT) à 29 km au sud-est d’Hydra, et à 89 km au sud d’Athènes.

    Séisme dans le sud-ouest de la Chine, 25 blessés dont cinq graves
    http://www.romandie.com/news/Seisme-dans-le-sudouest-de-la-Chine-25-blesses-dont-cinq-graves/465308.rom
    05 avril 2014

    PEKIN - Un séisme dans le sud-ouest de la Chine, de magnitude 5,3 selon le centre de sismologie chinois, a fait samedi au moins 25 blessés dont cinq grièvement atteints, a annoncé l’agence officielle Chine Nouvelle.

    La secousse tellurique a ébranlé à 06h40 samedi (22h40 GMT vendredi) la province du Yunnan, près de la frontière avec le Sichuan, causant l’effondrement de vingt maisons et l’évacuation de 21.000 habitants, a précisé l’agence de presse chinoise.

    Selon le centre de sismologie chinois, cité par l’agence, le séisme avait une magnitude de 5,3 et s’est produit à une profondeur de 13 kilomètres. L’Institut de géophysique américain (USGS) a pour sa part évalué sa magnitude à 5,4 et sa profondeur à 26 kilomètres.

    Fort séisme dans le Sud-Est de la France, pas de blessé
    le 08/04/2014
    http://www.ladepeche.fr/article/2014/04/08/1858853-fort-seisme-sud-est-france-blesse.html

    Un séisme de magnitude 5 sur l’échelle de Richter a été ressenti lundi soir dans une bonne part du quart sud-est, sans faire ni dégât important ni blessé mais suscitant sur le coup de vives inquiétudes, une telle secousse se produisant « une fois tous les 30 ans dans les Alpes » selon un spécialiste.

    L’épicentre du séisme, qui s’est produit à 21h27, se situe dans les Alpes-de-Haute-Provence, à 7 km de Châteauroux-les-Alpes, 8 km d’Embrun et 10 km de Barcelonnette, selon le Réseau national de surveillance sismique (Renass), basé à Strasbourg.

    La profondeur de l’épicentre est estimée à 5 km sous terre. Il s’agit là, toujours selon le Renass, d’un séisme de magnitude 100 fois inférieure à celui de L’Aquila en Italie (6.4) qui avait fait plus de 300 morts et d’énormes dégâts, en avril 2009.

    « C’est une magnitude qui est importante pour la France, qui arrive à peu près tous les 10 ans », selon cette même source, qui indique que « le dernier séisme de cette magnitude a eu lieu près de la Corse » en juillet 2011 (5.3 sur l’échelle de Richter).

    “““““““““““““““““““““““ et ça repart....

    Un séisme de 7,3 au large de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, pas d’alerte au tsunami
    http://www.romandie.com/news/Un-seisme-de-73-au-large-de-la-PapouasieNouvelleGuinee-pas/467178.rom
    11 avril 2014

    SYDNEY - Un séisme d’une magnitude de 7,3 a été enregistré vendredi au large de la Papouasie-Nouvelle-Guinée mais tout risque de tsunami est écarté, a annoncé l’institut américain de géophysique (USGS).

    L’hypocentre du séisme a été mesuré à 54 km de profondeur et son épicentre à une cinquantaine de kilomètres de la ville de Panguna, sur l’île Bougainville.

    Les sismologues australiens l’ont mesuré à 7,4 et estiment qu’il a pu faire quelques dégâts aux Salomons. Ces îles du Pacifique sud se remettent tout juste de crues éclair qui ont fait plus de 20 morts.

    #séisme


  • « À mes yeux, la Palestine est le paradis » – Un entretien avec Leila Khaled
    Enregistré le 3 avril 2014, Pour le site "Le Mur a des 0reilles "
    http://www.pourlapalestine.be/index.php?option=com_content&view=article&id=1762:-l-a-mes-yeux-la-p`
    http://www.pourlapalestine.be/images/stories/leila%20kh_532x299.jpg

    LMADO s’entretient avec Leila Khaled, icône palestinienne et responsable du Département des réfugiés et du droit au retour au sein du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP).

    LMADO. Si les négociations n’apportent pas la paix aux Palestiniens, qu’est-ce qui le fera ? Qu’est-ce que la direction devrait faire ?

    LK. Résister ! C’est comme cela qu’on réalise ses droits en tant que peuple. L’histoire nous l’a prouvé. Aucun peuple n’a gagné sa liberté sans se battre. Là où il y a occupation, il y a résistance. Ce n’est pas une invention palestinienne. En fait, nous allons lancer un appel en faveur d’une conférence qui se tiendra sous les auspices de l’ONU, précisément pour appliquer les résolutions décidées par cette organisation à propos de la question palestinienne. La Résolution 194 demande à Israël d’accepter le retour des réfugiés. Bien ! Mettons donc l’ONU sous les feux de la rampe. Organisons une conférence qui rappellera la chose aux gens. Le problème, c’est que les références à toutes les négociations qui ont eu lieu ont été élaborées par les Américains dont nous savons qu’ils sont partiaux, et ce, en faveur d’Israël.

    LMADO. L’OLP signifie Organisation de libération de la Palestine. Pensez-vous qu’elle a perdu son sens réel ? En 2008, Bassam Shaka m’a dit qu’avant tout, ce sont l’OLP avait besoin, c’était de retourner à ses racines en tant que mouvement de libération…

    LK. Aucune libération ne peut être menée à bien sans résistance. Mon parti n’a pas changé. Il est resté collé à son programme d’origine. Nous appelons à l’escalade, dans la résistance. Les gens parlent de résistance populaire. Cela ne signifie pas que des manifestations. Se servir d’armes est également populaire. Nous avons des gens qui sont prêts à se battre.

    LMADO. Que signifie la résistance pacifique et non violente pour quelqu’un comme vous, qui a choisi la résistance armée comme moyen de libération ?

    LK. La résistance revêt plus d’un aspect. Il peut y avoir tous les genres de résistance. La non violente et la violente. Je n’ai pas de problème avec les gens qui choisissent la non-violence. Nous ne libérerons pas notre pays par la seule lutte armée. D’autres genres de résistance sont nécessaires. La résistance politique, la diplomatique, la non violente. Nous devons utiliser tout ce que nous avons. Depuis plus de dix ans, maintenant, les gens manifestent à Bil’in, à Nabi Saleh… Ils protestent contre le mur et contre l’annexion des terres. Comment Israël traite-t-il cette affaire ? Par la violence, les gaz lacrymogènes, les bombes… Pensez-vous qu’il soit acceptable d’utiliser une armée, avec un arsenal impressionnant, contre des gens qui brandissent des banderoles ? Je suis pour le fait de recourir à toutes les sortes de résistance. Nous ne pouvons pas dire que la résistance non violente à elle seule réalisera nos droits. Nous sommes face à un État d’apartheid, au sionisme en tant que mouvement, aux Américains et, en général, à l’Occident, qui soutient Israël. Quand l’équilibre des forces changera, alors nous pourrons envisager de penser à négocier.



  • Au #Québec, la défaite d’une laïcité dogmatique
    http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-bauberot/080414/au-quebec-la-defaite-d-une-laicite-dogmatique

    Le verdict est sans appel, le #Parti_Québécois, et sa répressive #Charte de la laïcité, ont subi une très nette défaite aux élections législatives québécoises. Cette charte était l’exemple type d’une laïcité #dogmatique et à géométrie variable. Pauline Marois a tiré les conséquences de ce résultat et se retire de la tête du PQ. C’est une victoire de la société civile de la Belle Province et l’échec d’un repli #identitaire du courant souverainiste, dérivant d’un nationalisme civique à un #nationalisme_ethnicisé.

    #excellente_nouvelle #islamophobie

    • Lettre d’un ancien péquiste « je n’ai pas quitté le PQ, c’est le PQ qui m’a quitté »
      http://quebec.huffingtonpost.ca/simon-delorme/lettre-ancien-pequiste_b_5113932.html
      par Simon Delorme

      René Levesque :
      « Pour moi, tout parti politique n’est au fond qu’un mal nécessaire, un de ces instruments dont une société démocratique a besoin lorsque vient le moment de déléguer à des élus la responsabilité de ses intérêts collectifs. Mais les partis appelés à durer vieillissent généralement assez mal. Ils ont tendance à se transformer en églises laïques, hors desquelles point de salut, et peuvent se montrer franchement insupportables. À la longue, les idées se sclérosent, et c’est l’opportunisme politicien qui les remplace. Tout parti naissant devrait à mon avis inscrire dans ses statuts une clause prévoyant qu’il disparaîtra au bout d’un certain temps. Une génération ? Guère davantage, ou sinon, peu importe les chirurgies plastiques qui prétendent lui refaire une beauté, ce ne sera plus un jour qu’une vieillerie encombrant le paysage politique et empêchant l’avenir de percer. »


  • Poursuites pénales contre contre trois diplomates israéliens à New Delhi

    Daily News (Inde) 7 Avril 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri
    http://mounadil.wordpress.com/2014/04/08/terroristes-sionistes-presses-daller-sur-les-chemins-de-katmando

    Une procédure pénale a été engagée contre trois diplomates israéliens pour avoir agressé un agent de la police de l’air et des frontières à l’aéroport international Indira Gandhi de Delhi, a indiqué la police aujourd’hui. Cependant, le trio n’a pas pu être arrêté par la police parce qu’ils jouissent de l’immunité diplomatique.

    L’incident a eu lieu hier après-midi vers 13h30 au Terminal 3 de l’aéroport alors que les trois diplomates se dirigeaient vers Katmandou au Népal. Les trois jeunes diplomates avaient dû attendre pour laccomplir les formalités de sortie du territoire car il y avait du monde au guichet. Enfin, quand un fonctionnaire identifié sous le nom de Somveer les a accueillis, ils l’ont accusé d’être lent. Une altercation a éclaté au cours de laquelle l’un d’eux a giflé le fonctionnaire tandis que les deux autres le malmenaient, a indiqué la police.