• SHAÏMA

    ▶ Gaza : des docteurs sauvent un bébé après le décès de sa mère - YouTube
    http://www.youtube.com/watch?v=iT8lKiVV3yk

    Ajoutée le 28 juil. 2014

    Au moment où les docteurs gazaouis ont délicatement retiré le minuscule corps de Shaïma du ventre de sa mère, cette dernière était décédée depuis une heure, ensevelie sous les décombres de sa maison bombardée par l’armée israélienne à Gaza. Durée : 02:06


  • Death toll in Gaza hits 1,088 as Israel resumes bombardment | Maan News Agency
    http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=716726
    (...)

    ’Eid of martyrs’

    There was little mood for celebration in Gaza City as the three-day festival of Eid al-Fitr that ends the holy fasting month of Ramadan got under way.

    Several hundred people arrived for early-morning prayers at the Al-Omari mosque, bowing and solemnly whispering their worship. But instead of going to feast with relatives, most went straight home while others went to pay their respects to the dead.

    Among them was Ahed Shamali whose 16-year-old son who was killed by a tank shell several days ago.

    “He was just a kid,” he said, standing by the grave. “This is the Eid of the martyrs.”

    The deaths continue

    Ministry of Health Spokesman Ashraf al-Qidra provided a continuing toll of the deaths and injuries across the Gaza Strip Monday night and Tuesday morning.

    The deaths and injuries are provided here in chronological order, with the most recent as the latest.

    Six Palestinians were killed in airstrike on two homes in the central Gaza Strip. He named the victims as Ramzy Hossein al-Far, 68, Salam Muhammad al-Far, 59, Issa Kamel Musa, 62, Abd al-Samad Mahmoud Ahmad Ramadan, 16, Ayman Adnan Musa Shokr, 25, and Azza Abd al-Karim al-Haman al-Falleit, 44.

    Fayeza Ahmad al-Futtah, 59 , succumbed to wounds she received earlier in the day in Jabaliya.

    Ali Hassan Hassan al-Huwwari, 31 , died as a result of wounds received on July 21.

    Mahmoud Abd al-Jalil Abu Kwik, 31 , and fife others were injured in Gaza City.

    Five Palestinians were killed and 20 injured in a strike near the Islamic University in Khan Younis. The dead were identified as Muhammad Jumaa Shaat, 30, Muhammad Fadhel al-Agha, Ahmad Nader al-Agha, Marwa Nader al-Agha, Dalia Nader al-Agha .

    Five were also killed and 20 injured in an Israeli strike on Khan Younis, which killed Najy Ahmad al-Raqqab, 19, Ramy Khaled al-Raqqab, 35, Mahmoud Osama al-Qosas, Shadi Abd al-Kareem Farwana, Mustafa Abd al-Samiee al-Ubadala.
    Five were killed, including three children elderly, and 50 were injured in shelling in Jabaliya. The dead were identified as Maryam Khalil Ruba, 70, Hani Abu Khalifah, a child named Yusef Emad Qaddoura, a child named Huna Emad Qaddoura, and another child named Muhammad Musa Alwan.

    18 were injured in strikes across the central and northern Gaza Strip.

    15 injured, mostly children, in an Israeli strike on Sheikh Radwan.

    Yahiya Mohammad Abdullah al-Aqqad, 49 , was killed and three more injured in a strike on al-Fakhari.

    AFP contributed to this report.

    https://pbs.twimg.com/media/BtqMXEUCIAEUWqU.jpg Baraa Muqdad , 6 ans




  • ▶ I Refuse by Udi Segal - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=a_0mEbyz54Q

    Ajoutée le 27 juil. 2014

    Udi Segal, from Kibbutz Tuval in the north, is one of the of the signatories of the new “letter of conscientious objectors 2014”. On Monday he is about to 28.7.14 report to the recruiting center and refuse to join the army. Here is his declaration of refusal.

    https://twitter.com/Elizrael/status/493817572110766081

    Udi Segal who refused to enlist to the IDF was sentenced to 20 days in military jail today.


  • 10 children killed as Israel bombs Gaza playground, hospital| Maan News Agency
    http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=716699

    GAZA CITY (Ma’an) — Israeli forces on Monday bombed al-Shifa hospital and a park near the beach in Gaza City, killing at least 10 children on the first day of the Eid al-Fitr holiday, medics said.

    The strike on al-Shifa Hospital, which is the main hospital in the besieged coastal enclave, hit the outpatient clinic, while the targeted park was located beside the al-Shati refugee camp.

    Director of reception at al-Shifa Hospital Ayman al-Sahbani said that a total of 10 children’s bodies had arrived at the hospital as a result of the two strikes.

    Thousands of Palestinians have taken refuge in the al-Shifa Hospital, as 130,000 have fled their homes as Israeli authorities declared more than 43 percent of the Gaza Strip off-limits to civilians and destroyed more than 2,000 homes in recent weeks.

    Initial reports suggested that three of the dead came from a drone strike on the clinic, while seven were killed in the attack on the park. Dozens more were injured.

    Israeli news site Haaretz said that the Israeli army said that “a preliminary investigation has found the Israeli army did not fire at the Shifa Hospital, and the fire is believed to have been Hamas.”

    • #Gaza : plusieurs #enfants palestiniens tués malgré les appels à la trêve - RTBF Monde
      http://www.rtbf.be/info/monde/detail_obama-appelle-israel-a-cesser-le-feu-a-gaza-a-la-veille-de-l-aid?id=8323

      A l’exception d’un tir de roquette palestinien sur la ville israélienne d’Ashkelon le matin et une riposte ponctuelle de l’armée sur le secteur d’origine du tir à Gaza, il n’y avait pas eu de bombardement depuis 23h (20h GMT) dimanche.

      Mais ce lundi, selon les services de secours, un enfant palestinien de 4 ans a été tué dans la matinée par un tir de char israélien dans le nord de la bande de Gaza, premier décès annoncé en ce jour de fête du Fitr. Dans l’après-midi des sources médicales annonçaient sept enfants tués par une frappe israélienne sur un camp de réfugiés.

      Un missile israélien est tombé lundi après-midi dans l’enceinte de l’#hôpital Chifa dans la ville de Gaza, le plus grand de l’enclave palestinienne jusqu’à présent épargné, sans faire de victime, selon un journaliste de l’AFP et des sources hospitalières.

      La frappe aérienne israélienne a visé un bâtiment proche de l’entrée de l’établissement, à l’intérieur de l’enceinte, ont précisé des sources hospitalières tandis que le journaliste présent a vu le mur de l’hôpital endommagé par un tir de drone.


  • Le Hamas, affaibli militairement, est revenu au centre du jeu diplomatique
    LE MONDE | 28.07.2014 à 11h28 • Mis à jour le 28.07.2014 à 13h37 | Hélène Sallon (Jérusalem, envoyée spéciale)
    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/07/28/le-hamas-affaibli-militairement-est-revenu-au-centre-du-jeu-diplomatique_446

    John Kerry, accusé par certains en Israël de « trahison », après avoir soumis vendredi un projet de cessez-le-feu qui a suscité la « consternation » au sein du cabinet de sécurité restreint. Certains membres du cabinet s’étaient empressés de faire fuiter les termes de la proposition, considérée comme « une complète capitulation » face au Hamas et sa reconnaissance implicite comme partenaire politique légitime.

    Le texte offre au Hamas des garanties sur l’allégement du blocus de l’enclave palestinienne sans entériner en échange la demande israélienne d’une démilitarisation des factions palestiniennes. « Israël ne peut pas se résoudre à ce que le Hamas sorte renforcé de ce conflit, mais c’est un fait. Il sort forcément grand gagnant », estime une source diplomatique occidentale.
    (...)
    « Israël ne peut pas accepter que cette légitimisation du Hamas se fasse sous la médiation américaine, et non sous la médiation égyptienne. Ça change tout », note Ofer Zalzberg, analyste à l’International Crisis Group. John Kerry a eu beau se justifier, parlant de divergences de « terminologie » sur cet « avant-projet », présenté comme fondé sur l’initiative égyptienne acceptée le 17 juillet par Israël, il s’agit pour Tel-Aviv d’un nouveau lâchage du chef de la diplomatie américaine.
    (...)
    « John Kerry en a bavé avec Israël et depuis l’échec des négociations en avril : lui comme l’UE sont lassés du comportement d’Israël », dit une source diplomatique occidentale. L’image de John Kerry posant samedi à Paris, aux côtés de ses homologues français et européens, avec les représentants du Qatar et de la Turquie, parrains du Hamas, lui a valu des accusations de parti pris, tant de la part d’Israël que de l’Autorité palestinienne, grande absente du projet. L’absence de l’Egypte a également été vue comme une mise à l’écart du médiateur égyptien, considérée comme proche des intérêts israéliens en raison de son animosité affichée envers le Hamas.


  • Israeli shelling kills 2 Palestinians, 7 bodies pulled from rubble | Maan News Agency
    http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=716678

    GAZA CITY (Ma’an) — The death toll in Gaza increased by ten on Monday as two Palestinians were killed by Israeli shelling in the north, seven bodies were pulled from rubble in the south, and another succumbed to his wounds, a Ma’an reporter said.

    Israeli forces early afternoon shelled the al-Salam neighborhood in eastern Jabaliya, killing two Palestinians, one of them a child.

    The shelling targeted houses the neighborhood, killing Muhammad Abu Luz , 22, and four-year-old Samih Jibril Junaid .

    Hamas’ al-Qassam Brigades clashed with Israeli forces in the area, firing six mortars at soldiers.

    They militants also fired at soldiers with small arms weaponry.

    An Israeli army spokeswoman did not immediately comment on the incident.

    Later, statement from the army said Israeli forces in various areas of Gaza had come under mortar fire.

    Separately, Palestinian search teams were able to enter the village of Khuzaa, and collected seven dead bodies from rubble.

    Six of the seven dead Palestinians were identified as being a part of a single family.

    The village has been hit hard by Israeli shelling and airstrikes, leaving dozens dead on July 22 alone. Israeli forces have since besieged the area and severely limited access to ambulances and medical teams searching for dead and survivors.

    Some 15 ambulances were waiting near the village earlier Monday, waiting for permission from the army to enter.

    Separately, Ibrahim Awwad Qishta , 23, succumbed to wounds he sustained on Friday when Israel targeted tunnels in Rafah.

    The latest deaths and discovery of bodies brought the total death toll up to 1,045 on the 21st day of the offensive.


  • Muslim Public Affairs Centre Condemns The Gruesome Killing Of Nigerian Shia Muslims - AhlulBayt News Agency - ABNA - Shia News
    http://www.abna.ir/english/service/africa/archive/2014/07/28/627340/story.html

    http://www.abna.ir/cache/image/2014/07/28/03f732a3bbc92788628da3a8bc66d8c0.jpg

    The Muslim Public Affairs Centre (MPAC) condemned the Nigerian military’s deadly use of force against pro-Palestinian protesters as they staged a march in Zaria, Kaduna State, one of the states in the Northern Nigeria where they held their annual Al-Quds Day celebration. While the street marched went without incidents in others states, 30 members of the Shiite sect were reportedly killed in Kaduna State, including 3 children of Sheikh Ibrahim Zakzaky, the leader of the Islamic sect. Many more have been injured.

    MPAC views the gruesome killing of these young men and women and the unwarranted use of extreme force against peaceful protesters as a clear abuse of power and violation of the fundamental rights of the sect members. There is no justification for this type of violence under any circumstance and it is the responsibility of the state to protect all of its citizens, regardless of religious affiliation and support.

    The plight of the Palestinian people is one of the most enduring human rights struggles in modern times. For more than seven decades, Palestinians have endured continuous suffering at the hands of Israel, with the full backing and supports of the United States of America which has acted immorally to strengthen the brutality of the Israeli government, and its racist policies.

    The Nigerian people should be allowed to exercise free speech and protest in the name of the democracy we made significant sacrifices to enthrone, and they should be able to do this without suffering from a culture of violence that seems to be pervasive in the military profession in the country. As in similar cases, MPAC calls on the military to immediately halt attacks against law-abiding citizens and work with all parties to ensure a constructive way forward that will achieve the envisioned peace in our collective fight against terrorism.

    A failure of the Nigerian armed forces to abide by its own rules of engagement, the religious profiling and arrest of Muslims and the constant harassment of Muslims being reported across the country only further undermines the Nigerian government’s claims that genuine war is being waged in the pursuit of peace, freedom and democracy for all people. In the current climate of our national and private security concerns, the Nigerian armed forces need to self-reflect on how they view human rights of citizens and how they train our armed personnel to view Nigerians, their lives and rights.


  • Ronen Bergman Confirms IDF Soldier Deliberately Killed by His Own
    http://www.richardsilverstein.com/2014/07/27/ronen-bergman-confirms-idf-soldier-deliberately-killed-by-his-ow

    Ronen Bergman was interviewed on Tel Aviv radio yesterday and confirmed my report that Sgt. Guy Levy was killed by the IDF in order to prevent his capture by Hamas fighters during a battle in Gaza. The report reads:

    …Levy was killed in Gaza in the course of a kidnap [sic] attempt. IDF soldiers succeeded in preventing the kidnapping and killed one terrorist [sic] but Levy too was killed in the midst of the attempt to prevent it.

    While I’m grateful to Bergman for affirming the accuracy of my prior report. I’m disturbed by the interview (audio) between Bergman and radio show host, Guy Zohar. At no point, do either of them doubt or question the moral basis for the Hannibal Directive. There seems a Spartan sense of sacrifice among Israelis that part of the cost of serving in the army is that your own brothers may be forced to kill you for the greater good of the nation.

    There is something deeply troubling, even demented about such a regulation. I could perhaps understand it in ancient Sparta; or even among the diehard Japanese kamikaze fighters during World War II. But in a country that prides itself as being the equal of any western democratic nation? No.

    Another bizarre aspect of this report is that the text that appeared on the radio station website above was censored (removed), presumably by the IDF censor. But the audio of the interview itself remains, uncensored. The “logic” of censorship. Go figure.

    • Hannibal Directive
      http://en.wikipedia.org/wiki/Hannibal_Directive

      The background to the formulation of the directive was the capture of two Israeli soldiers during a Hizbullah ambush in south Lebanon in June 1986. Both soldiers presumably died during the attack and their bodies were returned to Israel in an exchange with Hizbullah in 1996. The authors of the order were the three top officers of the IDF Northern Command, Major General Yossi Peled, the command’s operations officer, Colonel Gabi Ashkenazi, and its intelligence officer, Colonel Yaakov Amidror.[3]

      In a rare interview by one of the authors of the directive, Yossi Peled (later a cabinet minister) denied that it implied a blanket order to kill Israeli soldiers rather than let them be captured by enemy forces. The order only allowed the army to risk the life of a captured soldier, not to take it. "I wouldn’t drop a one-ton bomb on the vehicle, but I would hit it with a tank shell”, Peled was quoted saying. He added that he personally “would rather be shot than fall into Hizbullah captivity.”[3]


  • Oui, il faut parler de Gaza et de l’occupation

    Un courageux éditorial de Baudouin Loos, Le Soir, Bruxelles, 28 juillet
    |
    http://www.lesoir.be/609634/article/debats/editos/2014-07-28/oui-il-faut-parler-gaza-et-l-occupation

    Comment parler de Gaza ? Le conflit israélo-palestinien charrie des émotions à nulles autres pareilles, même en Europe. Emotions qui prennent souvent le dessus sur la raison. Les réseaux sociaux deviennent un défouloir navrant, au nom de la solidarité. Dans les deux camps. La « cause » de la Palestine. La « cause » d’Israël…

    En Israël, justement, la paranoïa collective bat son plein. Des foules crient « Mort aux Arabes ! ». Mais aussi « Mort aux gauchistes ! ». C’est-à-dire que ceux qui s’opposent à la méthode forte employée par l’armée israélienne à Gaza sont souvent désormais considérés comme des traîtres. L’atmosphère devient irrespirable pour ces Israéliens minoritaires qui osent montrer ne fût-ce qu’un peu d’empathie pour « l’ennemi ».

    Ces Israéliens-là, pourtant, disent souvent des choses qui font sens. Comme l’écrivain Etgar Keret qui, observant avec consternation la montée de l’intolérance dans la société israélienne, se posait une question dans un article publié par le quotidien Yediot Aharonot  : « Même si les militants du Hamas étaient éliminés un à un, y a-t-il quelqu’un pour vraiment penser que l’aspiration du peuple palestinien à l’indépendance nationale disparaîtrait avec eux ? »

    Alors, oui, Gaza symbolise la Palestine. Le malheur infini de la Palestine. A cause du Hamas ? A cause d’un mouvement islamiste radical et cynique ? Il est tentant d’adhérer à cette thèse parce qu’elle comporte une part de vérité et qu’elle rassure. Mais elle comporte aussi une très importante part de leurre en occultant quelques données factuelles simples et édifiantes.

    Il y a toujours, en Palestine, un occupant et un occupé. Bien que reconnu comme Etat par plus de cent pays, la Palestine ne jouit pas d’une once de souveraineté. Elle n’existe toujours pas. Quant à la bande de Gaza, elle a bien été évacuée en 2005 par les colons et les soldats israéliens, mais le petit territoire est devenu la plus grande prison du monde, avec la complicité de l’Egypte, renforcée depuis 2013 par le régime putschiste du maréchal Sissi. Un million huit cent mille prisonniers piégés sur 360 km².

    Les images de samedi ont indigné presque tout le monde. C’était quand les habitants de certains quartiers de Gaza ont profité d’une trêve pour retourner chez eux. Mais il n’y avait plus que des ruines. Ceux qui ont pu rester indifférents à ces destructions, à la vue de cadavres d’enfants retrouvés dans les gravats, se rassurent en soutenant que c’est la faute du Hamas. Pourtant, selon Amira Hass, la seule journaliste israélienne qui réside dans les territoires occupés, « le dégoût croissant exprimé [par les Palestiniens de Gaza] vise Israël, pas le Hamas ».

    Il faudra encore parler de Gaza et de l’occupation.


  • PM Netanyahu Calls for a Border Fence on Israel’s Eastern Border

    In light of the growing ISIS threat in Iraq, Prime Minister Binyamin Netanyahu feels Israel must build a physical border barrier on Israel’s eastern border. The prime minister explained it is entirely possible that ISIS will make good on its threat and move into Syria and portions of Jordan, making Israel a possible next target. The prime minister made his remarks at an Institute for National Security Studies forum.

    http://www.theyeshivaworld.com/wp-content/uploads/2014/06/ib.jpg
    http://www.theyeshivaworld.com/news/headlines-breaking-stories/244442/pm-netanyahu-calls-for-a-border-fence-on-israels-eastern-border.htm

    #Israël #barrière_frontalière #mur




  • Gilles Bernheim — Wikipédia
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Gilles_Bernheim

    Rabbin des étudiants, aumônier des hôpitaux et, depuis le 1er mai 1997, rabbin de la Grande synagogue de Paris, il est élu grand-rabbin de France le 22 juin 2008, entamant son mandat le 1er janvier 2009. Tenant d’un judaïsme orthodoxe ouvert sur le monde moderne, auteur prolifique, il obtient un important écho au sein de sa communauté et en dehors d’elle, participant à des débats de société comme la question de l’abattage rituel en France ou le mariage pour tous. Forcé de reconnaître que son œuvre comprend des plagiats et qu’il n’a pas, comme il l’avait laissé entendre, obtenu l’agrégation de philosophie, Gilles Bernheim annonce sa « mise en congé » le 11 avril 2013.

    Pas gêné, ce monsieur tweete :
    https://twitter.com/GBernheim/status/493322875299172353

    Que nos soldats assassinés ces dernières heures reposent en Paix. Je prie pour eux.GB #Tsahal #Israel #prayforisrael

    Olivier Da Lage lui répond :

    @GBernheim Ce sont VOS soldats ?

    Ne pas importer etc... etc...


  • Les enfants martyrs de Gaza-Plage - Le Nouvel Observateur
    De notre envoyée spéciale à Gaza, Marie Estève

    http://tempsreel.nouvelobs.com/le-conflit-a-gaza/20140724.OBS4641/les-enfants-martyrs-de-gaza-plage.html

    Un ballon. C’est tout ce qu’Ahed Bakr a pu récupérer sur la plage après la frappe israélienne qui a tué son fils, son petit-fils et deux de ses neveux, mercredi 16 juillet près du port de Gaza. Ahed et Zacharia, 10 ans, Mohamed, 9 ans, et Ismaïl, 11 ans, s’amusaient près de la jetée quand deux missiles se sont abattus sur eux, les tuant sur le coup.

    http://referentiel.nouvelobs.com/file/7566866.jpg Tahani, la mère du petit Ahed, avec ses deux filles. Ahed, 10 ans, était son seul fils.

    Les Bakr habitent au coeur du camp de réfugiés de Chati où s’entassent 87.000 Palestiniens originaires, avant la guerre de 1948 avec Israël, des villes de Lod, Beersheva et Jaffa. Ici, tout le monde connaissait les quatre garçons et leur grande famille de pêcheurs. Les Bakr ont même une rue à leur nom où ils occupent plusieurs bâtiments serrés les uns à côté des autres. La promiscuité est étouffante, aux heures les plus chaudes de l’après-midi.

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Gaza under Attack, Day 20, 26.07.2014
    par anne paq

    http://chroniquespalestine.blogspot.fr/2014/07/gaza-under-attack-day-20-26072014.html
    http://2.bp.blogspot.com/-_sq2HVJmNgc/U9U4F09KuOI/AAAAAAAAU_A/Es1__ekdc8Y/s1600/133A1439_1.JPG

    Ce sont des photos d’hier. Aujourd’hui, j’ai dû rester à la maison pour faire de l’édition et de me reposer un peu.

    Hier, c’était une autre journée exténuante. Nous avons profité de la trêve pour documenter autant que nous le pouvions.
    Le niveau de dévastation dans certaines zone est choquant. Nous sommes arrivés à Abasan alors que les secouristes amenait un corps totalement calciné dont il ne restait que la partie inférieure. Des Palestiniens du quartier découvraient avec horreur et désespoir leurs maisons détruites. D’autres creusaient encore pour trouver des corps.
    Nous avons voulu rentrer au village adjacent à Khuaz’a mais ce village, situé à l’est de Khan Yunis, reste une zone militaire fermée. Alors que les habitants ont essayé de se rapprocher de l’entrée du village, les soldats israéliens ont tiré des coups de semonce.
    J’ai aussi rencontrer un survivant de la famille al-Najaar. Presque toute sa famille proche a été tuée juste avant la trêve. Ils ont fui les bombardement de leur village, seulement pour trouver la mort un peu plus loin.
    J’ai pu aussi rentrer dans Shajaiya. Tout un quartier a été pulvérisé à coups de bombes de 100 tonnes. Nous ne pouvions aller que jusqu’ à un certain point car ils y avait des snipers israéliens.
    Ces quelques heures de cessez-le feu ne nous a permis que d’avoir d’avoir un petit aperçu de l’ampleur des destructions et des crimes de guerre infligées aux Palestiniens dans la bande de Gaza. Nous aurons besoin de temps pour vraiment comprendre ce qui s’est passé ici, et encore plus pour comprendre comment cela a même été possible.

    http://4.bp.blogspot.com/-eBBfh1-9FQk/U9U4SlAIgvI/AAAAAAAAU_Y/3IgndP_2lW0/s1600/133A1645_1.JPG


  • Marwan Barghouti s’adresse à son peuple et au monde - Le blog de José Fort
    http://josefort.over-blog.com/2014/07/marwan-barghouti-s-adresse-a-son-peuple-et-au-monde.html

    « Permettez-moi tout d’abord de saluer notre peuple, les martyrs tués au cours de la barbare agression israélienne contre la bande de Gaza, notamment les enfants, les femmes et les personnes âgées, de saluer le soulèvement populaire à Jérusalem, en Cisjordanie et à l’intérieur d’Israël ainsi que les mouvements de résistance. De ma cellule étroite, parmi les milliers de Palestiniens emprisonnés, je souligne ce qui suit :

    « Je condamne l’agression barbare contre notre peuple en soulignant que c’est une agression contre toute la Palestine et la totalité de notre nation, contre tous les Arabes, les musulmans, tous les gens épris de liberté à travers le monde,

    « J’appelle les dirigeants palestiniens, à commencer par le Comité exécutif de l’OLP, le Comité central du Fatah, le président Mahmoud Abbas, son gouvernement, la direction de la bande de Gaza, de prendre part, aux côtés de notre peuple, dans la bataille constante de résistance, de la levée du siège et de la reconstruction,

    « J’appelle notre peuple à lancer un mouvement populaire massif et à prendre part aux manifestations contre l’agression et l’occupation,

    « La nécessité de lever le blocus inhumain contre notre peuple dans la bande de Gaza, d’assurer l’ouverture de tous les passages, aussi bien qu’à veiller à l’ouverture du passage de Rafah immédiatement et de façon permanente,

    « J’appelle les services de sécurité palestiniens et les forces nationales à défendre leurs obligations en protégeant nos citoyens dans tout le pays,

    « Il est important de saisir à nouveau l’Organisation des Nations Unies pour obtenir la totalité de l’adhésion de l’Etat de Palestine, et d’accéder à toutes les conventions et institutions assurant la protection des droits de notre peuple, à commencer par la Cour pénale internationale,

    « Le chemin de la liberté et de la dignité est pavé de sacrifices. Les nations ne doivent pas baisser les bras, elles ne peuvent pas être vaincues et doivent refuser de coexister avec l’oppression et l’occupation. Notre peuple a des ressources inépuisables pour poursuivre la lutte. Nous avons l’obligation de transformer son sacrifice en victoires politiques les portant au plus près de la liberté et de l’indépendance. Notre peuple doit unifier ses efforts pour en finir avec l’occupation et incarner l’unité nationale qui constitue la loi de la victoire pour les peuples opprimés.

    Enfin, je dis à notre peuple palestinien, partout où qu’il soit : notre rencontre prochaine viendra bientôt, tout comme ces barreaux de prison, comme le siège, l’oppression et l’occupation, seront vaincus.

    Marwan Barghouti

    Prison d’Hadarim, cellule 28


  • Resumed Israeli strikes kill 8 Palestinians in Gaza | Maan News Agency
    Published today (updated) 27/07/2014 14:27
    http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=716492

    GAZA CITY (Ma’an) — Eight Palestinians were killed and several others were injured Sunday in Gaza after Israeli forces resumed attacks, an official said.

    Ashraf al-Qidra told reporters that four Palestinian men were killed in al-Nuseirat refugee camp in the central Gaza Strip.

    He identified the four as 23-year-old Ahmad Abu Swerih, 29-year-old Muhammad Haron, Ibrahim Khalil Dirawi, and Alaa Nahid Matar .

    Additionally, an Israeli attack on Khan Younis killed Issam Abu Saadah and Hazim Abu Shamalah in the al-Zanna area.

    He said later that Khalid Abdul-Sattar Sahmoud was killed east of Khan Younis in an Israeli airstrike on a motorcycle.

    In Shujaiyya, 24-year-old Yousif Abed Shehadah al-Masri was killed in an Israeli attack.

    Separately, a Palestinian child, Fadi Baraka , had succumbed to his wounds in a hospital in Egypt, and Baha al-Din Ahmad Said succumbed to his wounds in al-Maghazi refugee camp, bringing Gaza total death toll to 1,060.

    The Israeli army said in a statement early Sunday that it would resume attacks on Gaza by air, land, and sea in response to rocket fire from Gaza militants.(...)

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““
    https://twitter.com/Palestinianism/status/493450646344204289

    https://pbs.twimg.com/media/BtkWvTkCcAIyKIc.jpg

    • Killed Sunday, July 27
      http://imemc.org/article/68429

      1.Ikram ash-Shinbari, 23, Gaza City, died of earlier injuries.
      2.Yusef Jamil Sobhi Hammouda, 16, Gaza City, died of earlier injuries.
      3.Ibrahim Khalil ad-Derawi, 27, central District.
      4.Ala Nahedh Matar, 26, central District.
      5.Hazem Fayez Abu Shammala, 33, central District
      6.Issam Abdul-Karim Abu Sa’ada, Khan Younis.
      7.Ahmad Abu Sweirej, 23, Nusseirat, Central Gaza.
      8.Mohammad Abu Haroun, 29, Nusseirat, Central Gaza.
      9.Fadi Baraka, Gaza, child, died of earlier injuries.
      10.Baha’ ed-Deen Ahmad Sa’id, al-Maghazi, died of earlier injuries.
      11.Yousef Abed Shehada al-Masri, 24, Shuja’eyya, Gaza.
      12.Khaled Abdul-Sattar Samhoud, Khan Younis.
      13.Jalila Faraj Ayyad, Gaza City.
      14.Essam Ibrahim Abu Shab 42.
      15.Mohammad Siyam, 15, Rafah.
      16.Hussein Hasan Abu an-Naja, 65, Khan Younis.
      17.Imad Jami al-Abed al-Bardaweel, 44, Gaza.


  • A Gaza, une église lieu de prière pour les réfugiés musulmans - Yahoo Actualités France
    https://fr.news.yahoo.com/gaza-%C3%A9glise-lieu-pri%C3%A8re-r%C3%A9fugi%C3%A9s-musulmans-090919

    Mais depuis que l’armée israélienne a commencé à pilonner sa ville de Chaaf, dans le nord de ce petit territoire de quelque 360 km carrés, il n’a pas eu d’autre choix que de se réfugier dans l’église grecque-orthodoxe Saint-Porphyre, dans le quartier du Vieux Gaza.

    « Ils nous laissent prier. Cela a changé la vision que j’avais des chrétiens. Je n’en connaissais pas vraiment avant, mais ils sont devenus nos frères », explique ce musulman palestinien de 27 ans.

    « L’amour entre les musulmans et les chrétiens grandit ici », témoigne-t-il.

    Mahmoud Khalaf triture nerveusement son chapelet mais il se dit en même temps soulagé d’avoir trouvé refuge, avec quelque 500 autres déplacés, dans cette église dont personne n’ose imaginer qu’elle pourrait être une cible.


  • PHOTOS: Ten killed across West Bank in Gaza solidarity protests | +972 Magazine
    http://972mag.com/photos-ten-killed-across-west-bank-in-gaza-solidarity-protests/94420

    Ten Palestinians were killed and over 600 hundred were wounded in clashes with Israeli forces during solidarity protests with Gaza across the West Bank over the last four days. Several of those wounded are in critical conditions. The biggest protest took place on Thursday night with at least 10,000 Palestinians marching from the Am’ari refugee camp near Ramallah to the Qalandiya checkpoint. Israeli soldiers and border police responded with both live ammunition and rubber bullets, killing one.

    Live ammunition was also primarily used to suppress the protests in Husan, Qalandiya, Beit Ummar, Al Arroub Refugee Camp, Beit Fajjar, Huwwara and Jalama checkpoint, resulting in the deaths of seven Palestinians. Another Palestinian was killed in Husan from a tear gas canister that hit his head, while another Palestinian was killed by a settler who shot live ammunition from a moving car.

    http://972mag.com/wp-content/uploads//2014/07/20140725-huwwara-4.jpg


  • Yael El Fahoum. Ambassadeur de Palestine en France

    « Nous sommes en face d’un génocide avec une complicité internationale » - International - El Watan - le 26.07.14
    http://www.elwatan.com/international/nous-sommes-en-face-d-un-genocide-avec-une-complicite-internationale-26-07-
    http://www.elwatan.com/images/2014/07/26/1011222-861845-460x306_2304984.jpg Yael El Fahoum

    « C’est horrible ce qui se passe en Palestine, c’est inhumain », s’est exclamé l’ambassadeur de Palestine en France, lors d’une rencontre informelle avec la presse, pour expliquer ensuite que la stratégie guerrière du gouvernement israélien est « suicidaire » pour la société israélienne elle-même.

    Nous sommes en face d’un génocide avec une complicité internationale. » « Ce qui se passe sur le territoire palestinien, c’est plus que des crimes de guerre au sens de la convention de Genève », affirme Yael El Fahoum, ambassadeur de Palestine en France. Il dénonce un « niveau d’aveuglement grave » de la part des soutiens inconditionnels de la politique du gouvernement ultra conservateur de Tel-Aviv, tout en précisant qu’il ne s’agit pas d’« un conflit confessionnel », en voulant pour preuve qu’« il y a des juifs qui soutiennent la cause palestinienne parce qu’ils ont la volonté de soutenir les opprimés ». Il ne s’agit pas non plus d’« un problème humanitaire », c’est « un problème politique
    de droit international ».

    Concernant la position de la France sur l’agression israélienne contre Ghaza, le diplomate palestinien s’estime « un peu déçu par les hauts responsables français, ils ne veulent pas parler d’occupation, or c’est le cœur du problème. La France peut être un élément utile à la paix ». Et de noter que « par milliers, des lettres et des messages d’élus, de responsables politiques parviennent au chef de l’Etat français choqués par le manque d’action de l’Exécutif. Cette mobilisation se produit pour la première fois ».

    La communauté internationale est-elle inactive ? « Plus qu’inactive, la communauté internationale est complice », répond l’ambassadeur. « Après le massacre de nos enfants, le Congrès US décide d’octroyer une nouvelle aide militaire à Israël. Est-ce pour donner à l’armée israélienne plus de moyens pour tuer ? » Et de rappeler que « ce ne sont pas les Palestiniens qui s’en sont pris aux juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale, mais des Européens ».

    « Les Palestiniens ont payé le prix fort. Ce n’est pas aux Palestiniens de payer pour les crimes commis contre les juifs », insiste M. El Fahoum.
    « Les Palestiniens sont agressés depuis plus de 70 ans ». Et aussi : « On n’a pas besoin de déclarations mais d’actes. D’acteurs neutres, non partisans. Il y a trop d’acteurs qui tentent d’utiliser le problème palestinien pour leur propre intérêt. » « Nous demandons à la communauté internationale de défendre une paix juste. »

    Le scénario de l’agression israélienne contre Ghaza a été bien préparé à l’avance, estime Yael El Fahoum. « Netanyahu a besoin de l’argument de la violence et nous, nous ne voulons plus tomber dans ce piège. » « Pour Netanyahu, tous les Palestiniens sont des terroristes. Il tente de présenter les Palestiniens comme un peuple agressif, violent, qui ne veut pas la paix, ce n’est pas vrai. On a accepté un Etat sur 22% de notre territoire », soit 60 km2 pour 2 millions d’habitants !

    « L’objectif de Netanyahu est de casser la dynamique diplomatique pacifique de l’Autorité palestinienne, de diviser les Palestiniens et de faire échouer les négociations », estime le représentant de l’Autorité palestinienne. « Le gouvernement israélien veut empêcher toute forme de rapprochement entre les parties palestiniennes. Le peuple palestinien est uni sur les mêmes objectifs : un Etat sur les frontières de 1967 avec Jérusalem comme capitale et le retour des réfugiés. » « Nous avons choisi l’action pacifique, sous toutes les formes possibles, à la réaction. »

    Le plan de l’Autorité palestinienne repose sur la levée du blocus, la libération des prisonniers, une protection internationale, l’ouverture d’un débat sur une protection humanitaire. « Sinon, nous irons devant la Cour internationale pour tous les crimes commis par Israël. La Palestine a le droit d’accéder au Traité de Rome. »


  • Gaza, pulvérisée, est devenue méconnaissable
    par Mohammad Omer / 27 juillet 2014 - Middle East Eye / Traduction : Info-Palestine.eu - Claude Zurbach
    http://www.info-palestine.net/spip.php?article14774

    « Soit vous me donnez les corps de mes deux frères afin que je puisse les enterrer, soit vous me dites qu’ils sont vivants, et je peux les embrasser », crie une femme alors qu’elle cherche ses deux frères dans Shejaiya, à l’est de la ville de Gaza pendant la courte trêve humanitaire.

    Elle n’est pas seule dans sa quête désespérée de ses proches - la quête prend des heures au milieu de l’odeur collante de la mort et de la chair brûlée qui remplit les ruines et les décombres de ce qui était il y a encore peu des maisons familiales. Pendant la trêve, 155 corps ont été retrouvés dans la bande de Gaza ce samedi. Toutes ces victimes sont les résultats des derniers bombardements israéliens.

    Ahmed Al-Hassan, âgé 32 ans, est un parmi d’autres à la recherche de proches disparus dans le quartier Shejaiya. Il est à la recherche de ses oncles avec lesquels il a perdu tout contact il y a plus de deux semaines.

    Al-Hassan était ici il y a un mois, mais rien de ce qu’il voit aujourd’hui ne ressemble à ce dont il se souvient avant que les missiles israéliens n’aient commencé à tomber.

    « Je ne peux pas dire quelle partie était la rue et laquelle était la maison, » dit-il tout en marchant avec précaution sur l’énorme tas de gravats, pour voir s’il peut trouver quelqu’un, de vivant ou de mort.

    Les équipes de secours utilisent des masques, mais malgré cela l’odeur est très forte. Les ambulances ont enfin pu se rendre sur place alors qu’auparavant Israël les en avait empêchées. Sept médecins ont été tués, tandis que de nombreux autres ont été blessés. Certains corps se trouvent encore ici quelques jours après, tandis que d’autres ont été transportés à la morgue de l’hôpital dans des sacs contenant les morceaux collectés dans la rue où ils ont été tués par des missiles israéliens.

    Al-Hassan continue en marchant lentement à travers ce qui reste des maisons détruites par les avions F-16, les drones ou les obus de chars et de mortiers israéliens. « C’est une tragédie du siècle, et le monde est en train de laisser Israël s’en tirer impuni », dit-il, tout en retirant une copie brulée du Saint Coran dans les ruines d’une maison.

    « Voyez, même les sites sacrés et les mosquées sont bombardés ... Ici, regardez, c’est là que j’ai l’habitude de prier lorsque je rendais visite à ma grand-mère, je reconnais l’endroit » ajoute-t-il, les yeux fatigués et son visage couvert de poussière alors qu’il poursuit sa recherche à travers la destruction de tout ce qu’il peut reconnaître.

    Il est à même d’identifier un morceau de mosaïque de la mosquée.

    Il n’arrive pas à retrouver le pilier de pierre au milieu de la maison de ses oncles, le petit jardin à l’entrée, ni la porte de couleur argentée dont il se souvient depuis l’enfance. Seules deux choses demeurent : les ruines de maisons détruites et l’odeur de la mort qui les accompagnent. Il continue sa recherche des dépouilles, conformément avec la tradition islamique qui exige que les morts soient enterrés rapidement, ce qui est la façon de leur rendre un dernier hommage. Cette pratique est partagée avec les croyants dans la foi juive.

    « Mais ils ne permettront pas à Gaza cette dignité humaine et spirituelle », dit Al-Hassan. « Dieu a créé les êtres humains pour qu’ils soient traités de façon égale et digne. Mais à Gaza, même notre mort perd dignité et respect, et est humiliée par les occupants israéliens », dit-il encore.

    Toujours confus, essayant de retrouver le plan de la maison tel qu’il l’avait dans sa mémoire et de faire le lien avec les décombres autour de lui, il dit : « Je pense que c’est là que mes enfants avaient l’habitude d’aller. Ce lieu était rempli d’amour et de souvenirs chaleureux ».

    Al-Hassan devra s’adapter à la nouvelle réalité, mais à chaque fois que les équipes de secours crient qu’ils ont trouvé des corps, dont ils reconnait certains comme étant les voisins de sa grand-mère, il connait un terrible accès de tristesse. Les odeurs autour de Al Hassan deviennent plus fortes.
    (...)
    Quand Abu Hussein retrouve enfin ce qu’il pense avoir été son domicile, il tombe en état ​​de choc.

    Il dit ce que c’est comme un ouragan provoqué par les Israéliens. Il n’a reçu aucun avertissement d’Israël avant l’attentat. C’est juste arrivé.

    Maintenant, les cadavres sont sous les immeubles et les services de santé sont appelés en toute première priorité à nettoyer ce qui est possible, de manière à éviter que la crise humanitaire et la catastrophe humaine ne s’aggravent.

    Cependant, pour Abu Hussein, il n’a plus grand-chose, pas même une pièce d’identité qu’il puisse utiliser pour prouver qu’il a une fois vécu ici.

    Telle est la réalité immédiate, il ne peut pas la changer - son héritage est une maison en ruines et sa famille est sans-abri. Beaucoup d’autres autour de lui doivent faire face à la même horreur et s’en arranger de la meilleure façon possible.

    « Il y a des matelas que mes enfants utilisaient pour dormir », dit un voisin d’Abou Hussein.

    « Mais chaque fois que nous les Palestiniens sommes martyrisés, nous nous rétablissons nous-mêmes, sous l’occupation israélienne, et nous continuons à vivre du mieux que nous pouvons. Cette fois, la Résistance est forte et nous devons nous appuyer sur elle au lieu de compter sur les dirigeants d’un monde bancal. »

    Beaucoup de gens pleurent autour de lui tandis que d’autres s’effondrent après avoir vu des corps tirés doucement des décombres, pulvérisés delà de toute reconnaissance possible.

    Un voisin d’Abou Hussein nous dit : « Les maisons peuvent être reconstruites, si Israël permet que les matériaux de construction entrent dans la bande de Gaza ». Mais il ne s’attend pas à ce que cela se produise.

    « Si nous pouvions transformer les os de notre corps en ponts vers notre liberté, nous le ferions pour échapper à ce funeste siège israélien . »


  • List of Palestinians Killed Between 7/8 and 7/26 - International Middle East Media Center
    http://imemc.org/article/68429

    This list is constantly updated due to the ongoing Israeli assault on Gaza since July 8th. The following 808 names have been confirmed.

    We realize the number of slain Palestinians is higher than this. The Ministry of Health has stated that a total of 1,049 Palestinians have been killed, and 6,000 injured since the Israeli offensive began on July 8th, as of 12:30 am Sunday July 26th, but we are still awaiting confirmation of some names.

    This site, ’Beyond Numbers’, has pictures of many of these victims. http://www.beyondthenumber.org


    Killed Saturday, July 26

    1.Husam Abul-Ghani Yassin, 15, Gaza.
    2.Ismael Abdul-Qader al-Kojok, 53, Gaza.
    3.Mohammad Hosni as-Saqqa, 20, Gaza.
    4.Islam Ibrahim an-Naji, 19. Gaza.
    5.Mohammad Matar a-Abadla, 32, Gaza.
    6.Yorsa Salem Hasan al-Breem, 65, Gaza.
    7.Mohammad Ahmad Abu Wadia, 19, Gaza.
    8.Hani Adel Abu Hassanen, 24, Gaza.
    9.Abdullah ‘Ayesh Salam Ermeilat, 39, Deir al-Balah.
    10.Eman Hasan ar-Raqeeb, Khan Younis.
    11.Bara’ Mahmoud ar-Raqeeb, 11
    12.Khalil al-Najjar, 59, Khan Younis.
    13.Jona al-Najjar, Khan Younis.
    14.Ekhlas Najjar, Khan Younis.
    15.Amna al-Najjar, Khan Younis.
    16.Mutaz al-Najjar, Khan Younis.
    17.Majed Sameer Al-Najjar, 19, Khan Younis.
    18.Ghalia Mohammed al-Najjar, 56, Khan Younis.
    19.Ahmad Khaled al-Najjar,14, Khan Younis.
    20.Eman Salah al-Najjar, 20, Khan Younis.
    21.Ulfat Hussein al-Najjar, 4, Khan Younis.
    22.Sumayya Harb al-Najjar, 50, Khan Younis.
    23.Kifah Samir al-Najjar 23, Khan Younis.
    24.Rawan Khaled al-Najjar, 17, Khan Younis.
    25.Husam Hussein al-Najjar, 7, Khan Younis.
    26.Samir Hussein al-Najjar, 2, Khan Younis.
    27.Ikhlas Sameer Abu Shahla, 30, Khan Younis.
    28.Amira Hammoudeh Abu Shahla, 1, Khan Younis.
    29.Islam Hammoudeh Abu Shahla, 4, Khan Younis.
    30.Riham Fayez al-Breem, 19
    31.Fadel At-Tawaneh, Gaza City.
    32.Arafat Abu Oweily, Central District.
    33.Abdul-Rahman Ouda at-Tilbani, Central District.
    34.Nidal Ahmad ’Issa Abu al-’Asal, 27, Rafah.
    35.Salim Salaam Abu ath-Thoum, 87, Rafah.
    36.Naim Abdul Aziz Abu Zaher, 36, Deir al-Balah



  • Pendant la trève entre Israël et le Hamas, dans les décombres de Chajaya
    http://www.lefigaro.fr/international/2014/07/26/01003-20140726ARTFIG00143-pendant-la-treve-entre-israel-et-le-hamas-dans-le
    http://www.lefigaro.fr/medias/2014/07/26/PHO55f0fe1e-14e3-11e4-9267-73d08cec11cf-805x453.jpg

    « Shahid ! Shahid ! » Perchés sur la montagne de décombres qu’ils fouillent à la main depuis plusieurs heures, quatre Palestiniens se redressent soudain pour appeler des renforts. Ils pensent avoir localisé l’un des dix « martyrs » enfouis ici, sous des tonnes de béton, depuis le dimanche 20 juillet à l’aube. Selon Issam al-Helou, un proche parent, c’est une famille entière qui a été tuée par une frappe de l’aviation israélienne. Il y avait Djihad le patriarche, sa femme Siham et ses deux fils. L’un d’eux avait trois enfants dont deux jumeaux âgés de cinq mois, Karam et Kareem. Une dizaine de jeunes hommes arrivent aussitôt pour prêter main forte, ainsi que deux secouristes professionnels. Au bout de quelques minutes, ces derniers affirment qu’il s’agit d’une fausse alerte. Les autres redoublent d’ardeur - non par espoir de trouver des survivants mais parce qu’ils sont décidés à exhumer les corps de leurs proches avant la fin du cessez-le-feu.

    Après dix-huit jours de guerre, la journée de samedi avait pourtant commencé sous le signe de la résurrection. Dès huit heures du matin (heure locale), à l’entrée en vigueur de la trêve décidée par Israël et le Hamas, des milliers d’habitants avaient réinvesti les rues de Gaza désertées depuis le début du conflit. De longues files d’attente s’étaient formées devant les banques, des carrioles chargées de légumes se bousculaient au marché et les embouteillages habituels s’étaient reconstitués en un clin d’œil. Sur les trottoirs de la place principale, les marchands de babioles étalaient leur sacs-à-dos Pokémon et les articles d’artisanat destinés à d’improbables touristes. Pour la première fois depuis que quatre enfants ont été tués sur la plage par des tirs israéliens, le 16 juillet dernier, quelques pêcheurs s’étaient même aventurés à jeter leurs filets à la mer..........

    http://www.lefigaro.fr/medias/2014/07/26/PHO005940c8-14e4-11e4-9267-73d08cec11cf-805x453.jpg

    Rue Beltaji, une forte odeur de brûlé supplante celle des bêtes en décomposition. Quelques flammes lèchent encore l’intérieur d’une usine de plastique dont les façades sont noircies. Au pied d’un immeuble dévasté, des adolescents chargent à la hâte des matelas à l’arrière d’une camionnette. « La guerre n’est pas finie, croit savoir Ahmed Abou Eisheh, et nous n’avons que peu de temps avant le retour des tanks israéliens ». Partout, ce qui reste de ce quartier raconte la violence des affrontements qui s’y sont déroulés. Des trous de toutes les tailles percent les murs et ajourent les façades. Les épaves de deux ambulances dévastées par des tirs stationnent l’une derrière l’autre. Assis sur le trottoir, Moayin al-Eijla peine à détacher son regard embués du bâtiment qui, il y a peu, abritait son épicerie. « Ils ont tout détruit, soupire-t-il. J’avais ici pour un demi-million de dollars de marchandises. »....

    #Israël
    #Hamas
    #Chajaya