• Les hommes-abeilles du Sichuan
    LE MONDE | 23.04.2014
    http://www.lemonde.fr/planete/portfolio/2014/04/23/les-hommes-abeilles-du-sichuan_4405576_3244.html
    La baisse de la population d’abeilles serait évidente dans la région depuis les années 1990.

    http://s2.lemde.fr/image/2014/04/23/730x487/4405593_7_a810_perches-aux-branches-des-pommiers-les_9eaf9b716e9a79506cc55d78dccb5340.jpg

    Perchés aux branches des pommiers, les agriculteurs du village de Nanxin se contorsionnent pour atteindre les fleurs les plus éloignées. Faire le travail réservé ailleurs sur la planète aux abeilles requiert une certaine agilité.
    Crédits : GILLES SABRIE POUR « LE MONDE »

    http://s2.lemde.fr/image/2014/04/23/730x487/4405587_7_1473_tous-les-habitants-du-village-en-age-de_7ccf54006c5c39df711dd3160716440f.jpg

    Tous les habitants du village en âge de travailler sont mobilisés pour la pollinisation à la main. Cette année, elle a commencé mi-avril et devra être achevée avant le 27 ou 28 du même mois.
    Crédits : GILLES SABRIE POUR « LE MONDE »

    http://s1.lemde.fr/image/2014/04/23/730x487/4405588_7_d205_les-plus-anciens-de-ces-paysans-acrobates-sont_ea49bb6127526b297d11012e141af0a7.jpg

    Les plus anciens de ces paysans acrobates sont adroits et arrivent à déposer le pollen sur toutes les fleurs d’un arbre en à peine une demi-heure.
    Crédits : GILLES SABRIE POUR « LE MONDE »

    #biodiversité


  • Retour à Irqit :

    PHOTOS: On Easter, Palestinians resurrect their destroyed village | +972 Magazine
    http://972mag.com/photos-on-easter-palestinians-resurrect-their-destroyed-village/89933

    The Palestinian village of Irqit was depopulated in the 1948 war and then almost entirely razed. Now new generations of its original residents are trying to resurrect the town and realize a decades-old High Court ruling recognizing their right to return.

    http://972mag.com/wp-content/uploads//2014/04/002-20140421-105909-palestine-0006.jpg
    A handmade sign points the way to the displaced Palestinian village of Iqrit in northern Israel. (photo: Activestills.org)


  • “We Are Not Beginning a New Cold War, We are Well into It”: Stephen Cohen on Russia-Ukraine Crisis | Democracy Now!
    http://www.democracynow.org/2014/4/17/we_are_not_beginning_a_new

    (...)
    STEPHEN COHEN: Well, I think you’ve emphasized the absolute flaw in at least the American—because I don’t follow the European press that closely—the American media and political narrative. As a historian, I would say that this conflict began 300 years ago, but we can’t do that. As a contemporary observer, it certainly began in November 2013 when the European Union issued an ultimatum, really, to the then-president, elected president, of Ukraine, Viktor Yanukovych, that “Sign an agreement with us, but you can’t have one with Russia, too.” In my mind, that precipitated this crisis, because why give a country that has been profoundly divided for centuries, and certainly in recent decades, an ultimatum—an elected president: “Choose, and divide your country further”? So when we say today Putin initiated this chaos, this danger of war, this confrontation, the answer is, no, that narrative is wrong from the beginning. It was triggered by the European Union’s unwise ultimatum.

    Now flash forward to just one month ago, about the time I was with you before. Remember that the European foreign ministers—three of them, I think—went to Kiev and negotiated with Yanukovych, who was still the president, an agreement. Now, the Russians were present at the negotiation, but they didn’t sign it. But they signed off on it. They said, “OK.” What did that agreement call for? Yanukovych would remain president until December—not May, when elections are now scheduled, but December of this year. Then there would be a presidential election. He could run in them, or not. Meanwhile, there would be a kind of government of national accord trying to pull the government together. And, importantly, Russia would chip in, in trying to save the Ukrainian economy. But there would also be parliamentary elections. That made a lot of sense. And it lasted six hours.

    The next day, the street, which was now a mob—let’s—it was no longer peaceful protesters as it had been in November. It now becomes something else, controlled by very ultra-nationalist forces; overthrew Yanukovych, who fled to Russia; burned up the agreement. So who initiated the next stage of the crisis? It wasn’t Russia. They wanted that agreement of February, a month ago, to hold. And they’re still saying, “Why don’t we go back to it?” You can’t go back to it, though there is a report this morning that Yanukovych, who is in exile in Russia, may fly to eastern Ukraine today or tomorrow, which will be a whole new dimension.

    But the point of it is, is that Putin didn’t want—and this is reality, this is not pro-Putin or pro-Washington, this is just a fact—Putin did not want this crisis. He didn’t initiate it. But with Putin, once you get something like that, you get Mr. Pushback. And that’s what you’re now seeing. And the reality is, as even the Americans admit, he holds all the good options. We have none. That’s not good policymaking, is it? (...)


  • Montée du niveau des océans : la Floride en première ligne - Sciences et Avenir
    http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/20140422.AFP5425/montee-du-niveau-des-oceans-la-floride-en-premiere-ligne.html

    Lors d’une audition du Sénat américain exceptionnellement organisée à Miami, le sénateur Bill Nelson a même qualifié le sud de la Floride de « Ground Zero » du changement climatique.

    Selon l’élu, les trois-quarts des 20 millions d’habitants de la Floride vivent sur la côte. Et la mer se rapproche dangereusement. A en croire l’ONG World Resources Institute, la Floride a perdu 30 cm de côtes depuis 1870. Et d’ici 2060, la mer devrait avoir encore gagné de 23 à 61 cm.

    Plus inquiétant : la ville de Miami se trouve à seulement 1,22 m d’altitude.

    « Nous nous trouvons sur un sol constitué de roche sédimentaire calcaire qui est poreuse et imbibée d’eau », a souligné le sénateur Nelson. « Construire des digues ne servirait à rien », car le sous-sol est « comme du gruyère ».

    « Nous devons trouver des solutions innovantes » pour protéger les biens immobiliers situés au bord de l’océan qui, à Miami, ont une valeur totale de 14,7 milliards de dollars, a expliqué M. Nelson, un élu démocrate.


  • Ça tourne mal en OTANie du sud (Asia Times)
    [ Breaking bad in southern NATOstan / Apr 15, ’14 ]
    — Pepe ESCOBAR
    http://www.legrandsoir.info/ca-tourne-mal-en-otanie-du-sud-asia-times.html

    (...)
    On trouve difficilement un millimètre de nature sur la côte autour de Marseille – chapitre d’un dossier bien connu, la destruction de l’environnement en OTANie du sud. Nous parvenons quand même à trouver un coin tranquille pour laisser libre cour à notre humeur rimbaldienne (la mer, la mer, toujours recommencée).

    Puis le moment redouté montre son hideux visage – à Sanary-sur-mer, où Huxley écrivit le meilleur des mondes dans sa villa Huley et où Thomas Mann eût sa cour au chemin de la Colline. Peut-être Brecht a-t-il chanté des chants anti-nazis à une table de « la Nautique » ; et donc après avoir débattu des mérites comparés des voiliers de Beneteau, je décidai finalement de mettre fin à toute distanciation brechtienne, me rendis au kiosque le plus proche pour acheter les journaux, commandai un café au lait, et rallumai le portable.

    Dire que je ne fus pas surpris est en dessous de la vérité. Une semaine à l’écart, et la même sarabande de paranoïa, pivotement frénétique et exceptionnalisme monochrome. Et pourtant elle était là, comme une perle au bord de la méditerranée turquoise, enfouie sous l’info-avalanche : la nouvelle de la semaine, peut être de l’année, peut-être de la décade.

    Le PDG de Gazprom Alexeï Miller a rencontré le président de la Corporation Chinoise Nationale du Pétrole Zhou Jiping à Pékin mercredi. Ils vont signer un méga-contrat de 30 ans pour la fourniture à la Chine du gaz sibérien « aussi tôt que possible ». Probablement le 20 mai, quand Poutine se rendra à Pékin.

    Ça c’est de la bonne camelote. Pipelineistan rencontre le partenariat stratégique Chine-Russie, qui se construit au sein des BRICS et de l’OCS,

    avec la perspective alléchante de la fixation des prix et du paiement évitant le pétrodollar, autrement connue sous le nom d’option thermonucléaire. L’Ukraine, à côté de ça, c’est de la rigolade. (...)

    • Ukraine and the grand chessboard
      By Pepe Escobar / Apr 17, ’14

      (...) The EU will be mired in a perennial lose-lose situation if Brussels does not talk seriously with Moscow. There’s only one explanation for the refusal: hardcore Washington pressure, mounted via the North Atlantic Treaty Organization (NATO).

      Again, to counterpunch the current hysteria - the EU remains Gazprom’s top client, with 61% of its overall exports. It’s a complex relationship based on interdependence. The capitalization of Nord Stream, Blue Stream and the to-be-completed South Stream includes German, Dutch, French and Italian companies.

      So yes, Gazprom does need the EU market. But up to a point, considering the mega-deal of Siberian gas delivery to China which most probably will be signed next month in Beijing when Russian President Vladimir Putin visits President Xi Jinping.

      The crucial spanner in the works
      Last month, while the tortuous Ukraine sideshow was in progress, President Xi was in Europe clinching deals and promoting yet another branch of the New Silk Road all the way to Germany.

      In a sane, non-Hobbesian environment, a neutral Ukraine would only have to gain by positioning itself as a privileged crossroads between the EU and the proposed Eurasian Union - as well as becoming a key node of the Chinese New Silk Road offensive. Instead, the Kiev regime changers are betting on acceptance into the EU (it simply won’t happen) and becoming a NATO forward base (the key Pentagon aim).
      (...)


  • L’armée israélienne installe une nouvelle arme, contrôlée à distance, au sommet du mur de séparation
    http://www.pourlapalestine.be/index.php?option=com_content&view=article&id=1764:larmee-israelienne
    http://www.pourlapalestine.be/images/stories/machine%20copy.jpg

    Les FDI ont installé une nouvelle arme de dispersion de foule au sommet du mur de séparation à Bethléem.

    La nouvelle arme, contrôlée à distance, émet des jets d’eau putride (skunk water) et a été mise en service le mois dernier. Selon la section des porte-parole des FDI, l’arme, entre autres moyens de dispersion de foule, peut également lancer des gaz lacrymogènes.

    Au cours du mois dernier, les résidents palestiniens de Bethléem ont remarqué la nouvelle arme installée au sommet du mur de séparation, dans une zone proche où ont lieu la plupart des protestations contre l’occupation et la clôture. Selon les participants au Palestine Marathon, la semaine dernière, la nouvelle arme, équipée d’une caméra, pivotait sur son axe et les a suivis au moment où ils passaient devant, pendant la course.

    Une rumeur revenant dans les conversations entre Palestiniens dans les médias sociaux prétendait que l’arme était la même que celle installée sur les murs séparant Israël de Gaza. Selon un reporter photographe travaillant dans les territoires occupés, les militaires utilisent souvent des balles réelles contre les protestataires qui s’approchent de la grande tour dominant cette partie spécifique du mur. Toutefois, une source de l’armée a déclaré à l’adresse de +972 que l’arme serait utilisée exclusivement à des fins de dispersion de foule et qu’elle serait contrôlée par la Police des Frontières.


  • Erekat plays down threat to dismantle PA | Maan News Agency
    http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=692052

    RAMALLAH (AFP) — The PLO on Tuesday played down a threat to dismantle the Palestinian Authority, which is Israel’s interlocutor, if US-sponsored peace talks remain deadlocked.

    “No Palestinian is speaking of an initiative to dismantle the Palestinian Authority,” chief negotiator Saeb Erekat told AFP.

    “But Israel’s actions have annulled all the legal, political, security, economic and operational aspects of the prerogatives of the Palestinian Authority.”

    #dissoudre_AP_ou_pas


  • En Israël, les Arabes chrétiens seront désormais appelés à rejoindre l’armée
    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/04/22/en-israel-les-arabes-chretiens-seront-desormais-appeles-a-rejoindre-l-armee_

    L’armée israélienne va commencer à envoyer des appels à la conscription à des Arabes israéliens de confession chrétienne, une mesure sans précédent et très controversée, a annoncé mardi 22 avril la radio militaire israélienne. Cette mesure prendra effet « dans les prochaines semaines », a ajouté un porte-parole de l’armée sur son compte Twitter.

    Jusqu’à présent, les Arabes israéliens chrétiens pouvaient effectuer leur service militaire en se portant volontaires. « Avec ces nouvelles dispositions, ils n’auront plus à présenter individuellement cette requête et à s’exposer à d’éventuelles pressions de leurs coreligionnaires chrétiens ou musulmans, hostiles dans leur immense majorité à la conscription », a indiqué la radio.

    Les Arabes chrétiens qui recevront la convocation pourront toutefois toujours refuser d’être enrôlés. « Une centaine d’Arabes chrétiens servent actuellement chaque année dans les rangs de l’armée. Dans un proche avenir, ce chiffre pourrait atteindre le millier », a précisé un commentateur.


  • Israël : tensions à Jérusalem lors de la semaine pascale - France - RFI
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20140421-israel-tensions-jerusalem-lors-semaine-pascale

    (...)
    Le coordinateur des Nations unies « consterné »

    Dans un communiqué, le ministère palestinien des Affaires étrangères a « condamné les interdictions faites aux fidèles musulmans et chrétiens de se rendre sur leurs lieux saints », les qualifiant de « fascistes et racistes ». Le coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Robert Serry a dénoncé pour sa part le comportement de la police durant une procession de Palestiniens chrétiens, samedi 19 avril, lors de laquelle ceux-ci devaient se rendre au Sain-Sépulcre. Robert Serry, qui participait à la procession, s’est dit « consterné » et a appelé « toutes les parties à respecter le droit de liberté religieuse et l’accès aux lieux saints pour les fidèles de toutes les confessions, et à s’abstenir de toute provocation, en particulier durant les fêtes religieuses ».

    Réaction israélienne courroucée

    Les propos du coordinateur spécial des Nations unies a donné lieu à une réaction courroucée du ministère israélien des Affaires étrangères, qui a qualifié « d’étrange » la protestation du diplomate de l’ONU, assurant que les fêtes de Pâques s’étaient déroulées « pacifiquement », grâce « au travail de la police de Jérusalem qui a géré l’événement avec le professionnalisme et la sensibilité nécessaires pour réguler les mouvements de foule et assurer la sécurité des participants ».


  • Libération des otages français en Syrie : la piste israélienne - BFMTV.com
    Harold Hyman & journaliste spécialiste de géopolitique
    Le 21/04/2014
    http://www.bfmtv.com/international/liberation-otages-francais-syrie-piste-israelienne-759427.html

    Et si un officiel israélien avait aidé à la libération de nos quatre confrères ? On ne pourra jamais tout à fait prouver ce que les services secrets ont fait dans le cas d’une négociation pour la libération d’otages. Mais une personne au moins prétend avoir aidé à la libération. Il s’agit de Mendi Safadi, druze israélien, homme politique à ses heures, au sein de la droite israélienne. Il est depuis le début de la révolte syrienne l’ « homme-contact » entre l’État israélien et les forces d’opposition démocratiques et modérées syriennes dont l’Armée syrienne libre fait partie. On peut le voir deviser avec des Syriens de l’ASL en Turquie, dans un reportage de INews24, chaîne israélienne multilingue, gardée sur Youtube.

    Voici en résumé son récit, que nous n’avons pas encore pu vérifier, à part ceci : un spécialiste du renseignement au Moyen-Orient avait effectivement entendu parlé de la démarche Safadi. Résumons : la branche modérée de la rébellion syrienne, et particulièrement sa branche armée l’Armée syrienne libre (ASL), a appris que les quatre Français étaient détenus. Apparemment, les geoliers étaient des ravisseurs criminels ordinaires. Autrement dit des bandits. La demande de ces derniers, transmise à l’ASL, était simple : 50.000 dollars pour la restitution des Français.

    (...) En écoutant ce récit non encore répandu ici en France, je suis étonné qu’avec 70.000 dollars entre les bonnes mains, tout pouvait se débloquer. Maintenant, il faudra attendre que cette version des faits soit comparé aux autres : celle du gouvernement français, et d’éventuelles tierces versions qui ne manqueront de filtrer, sans oublier la version des ex-otages eux-mêmes. Au moins la version de Mendi Safadi, qu’il faudrait peut-être un jour vérifier, valait la peine de mentionner pour sa simplicité.

    #Mendi_Safadi

    • Je relaie parce qu’effectivement ça vaut la peine de mentionner... mais gardons à l’esprit que le montant dont on parle est tout bonnement ridicule : le Français, sur le « marché des otages », ça se chiffre en plusieurs millions.


  • Israeli state water company loses #Portugal deal and faces global protests | BDSmovement.net
    http://www.bdsmovement.net/2014/mekorot-loses-portugal-deal-11985

    Lisbon’s water company EPAL has announced that it terminated a technology exchange deal with Israeli state water company #Mekorot following protests over Mekorot’s role in Israel’s ‘water #apartheid ’ over Palestinians.

    Portuguese MPs and campaign groups had argued that the deal amounted to support for Mekorot’s role in the theft of Palestinian water.

    #Israël #vol #eau #Palestine #bds


  • Les Palestiniens menacent de dissoudre l’Autorité en cas d’échec des pourparlers
    AFP / 20 avril 2014
    http://www.romandie.com/news/Les-Palestiniens-menacent-de-dissoudre-lAutorite-en-cas-dechec/469901.rom

    Ramallah (Territoires palestiniens) - Les Palestiniens n’excluent pas de dissoudre l’Autorité palestinienne en cas d’échec des négociations de paix avec Israël, a indiqué dimanche un haut responsable palestinien.

    L’équipe de négociateurs palestiniens a fait savoir au médiateur américain Martin Indyk que les Palestiniens pourraient décider de démanteler l’Autorité dirigée par le président Mahmoud Abbas afin de faire porter à Israël la responsabilité de la gestion de leur territoire en tant que puissance occupante, a précisé ce responsable.

    Les Palestiniens ont déjà évoqué ces dernières années la possibilité de dissoudre l’Autorité, créée à la suite des Accords d’Oslo (1993) pour administrer les zones autonomes des Territoires, mais c’est la première fois que la menace est brandie depuis la reprise des pourparlers de paix israélo-palestiniens sous l’égide du secrétaire d’Etat américain John Kerry en juillet dernier.

    Ces négociations sont complètement bloquées et l’initiative de M. Kerry apparaît de plus en plus compromise.

    Les Palestiniens ont informé Indyk que si l’intransigeance israélienne continuait, ils ont plusieurs options, a expliqué à l’AFP le responsable palestinien sous couvert de l’anonymat, en faisant référence à la dernière rencontre entre l’émissaire américain et les négociateurs palestiniens vendredi.

    D’abord, il y a l’option de rendre les clés de l’Autorité aux Nations unis afin qu’elles prennent en charge le peuple palestinien et l’Etat de Palestine, qui est sous occupation - ou bien qu’Israël assume à nouveau l’entière responsabilité de son occupation, a-t-il souligné.

    L’Autorité du président Abbas, soutenue par la communauté internationale, est confrontée en permanence à d’importantes difficultés financières et dépend, pour survivre, de l’aide étrangère.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Official : PA could be dismantled if talks fail
    http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=691650

    #dissoudre_AP_ou_pas



  • « Nantes : le chef de la police assume sans réserve les blessés par Flashball »
    http://www.mediapart.fr/journal/france/180414/nantes-le-chef-de-la-police-assume-sans-reserve-les-blesses-par-flashball

    Le bilan des blessés de la manifestation de Nantes contre l’aéroport ne cesse de s’alourdir. Trois hommes ont été grièvement blessés à l’œil par des tirs policiers. Interrogé par Mediapart, le directeur départemental de la sécurité publique assume : « Ceux qui prennent le risque de s’en prendre aux forces de l’ordre s’exposent eux aussi à des dommages corporels. »

    Trois jeunes hommes ont été grièvement blessés à l’œil par des tirs policiers, lors de la manifestation du 22 février à Nantes contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. L’un est éborgné et les deux autres ont peu de chances de retrouver la vue. Sur la page Facebook d’appel à témoignages qui a été créée, plusieurs autres manifestants affirment, photos à l’appui, avoir été atteints par des tirs de #Flashball au visage : sur le crâne avec neuf points de suture, sur la joue ou encore à la lèvre. Quatre enquêtes pour violences ont déjà été confiées à la délégation rennaise de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

    C’est un bilan particulièrement lourd et inédit pour une manifestation en France. Contacté par Mediapart, Jean-Christophe Bertrand, directeur départemental de la sécurité publique de Loire-Atlantique depuis juillet 2013, a accepté de répondre le 15 avril à nos questions par téléphone. Il assume sans sourciller les violences commises et rappelle qu’une enquête de l’IGPN est en cours. « Ceux qui prennent le risque de s’en prendre aux forces de l’ordre s’exposent eux aussi à des dommages corporels », déclare Jean-Christophe Bertrand.

    Jeudi 17 avril, deux jours après cet entretien, Jean-Christophe Bertrand a incité, dans une note de service révélée par France-3 Pays de la Loire, les policiers blessés à saisir eux aussi la justice en leur annonçant la création d’une structure dédiée pour recueillir leurs plaintes. Il indique avoir lui-même décidé de déposer plainte en tant que directeur départemental : il veut « marquer tout (son) soutien aux fonctionnaires (...) mais aussi pour prendre en compte le caractère exceptionnel d’une manifestation qui a fortement marqué les esprits ». Entretien.

    Quel était le cadre d’utilisation du Flashball superpro et du Lanceur de balles de défense 40 × 46 (plus puissant et précis) au cours de cette manifestation ?

    Jean-Christophe Bertrand : Le Flashball et le LBD ont effectivement été utilisés dans cette manifestation, dans le cadre légal. À savoir dans des situations de légitime défense, quand des fonctionnaires ont été agressés par des jets de divers projectiles, dont des pavés catapultés, des billes d’acier, des boulons, et des cocktails Molotov. Et à certains moments, dans un autre cadre d’emploi, qui est la dispersion des attroupements après que des sommations ont été effectuées.

    Les fonctionnaires ont obligation de faire un rapport après chaque utilisation de ces armes. Combien de tirs ont eu lieu au cours de la manifestation du 22 février ?

    Je ne peux pas vous dire. Ce sera à l’IGPN de le déterminer lors de son enquête.

    La police française est réputée pour son savoir-faire en matière de maintien de l’ordre. Est-ce normal qu’au cours d’une manifestation, trois personnes soient grièvement blessés au visage par des tirs policiers au point, pour l’un, d’avoir perdu un œil ?

    Il y avait 20 000 manifestants (50 000 selon les organisateurs, ndlr). Tout ceux qui ont défilé pacifiquement et n’ont pas cherché l’affrontement avec les forces de l’ordre n’ont rien eu. Mais un petit millier de personnes ont voulu en découdre et se sont exposées à une réplique des forces de l’ordre. On peut considérer que trois blessés au visage c’est beaucoup, mais il faut rapporter ce chiffre au nombre de manifestants. Nous encadrons tous les jours des manifestations à Nantes sans avoir à utiliser ces armes, ce qui prouve l’extrême violence de la manifestation du 22 février. Nous n’avions jamais connu ça à Nantes, et rarement dans le reste de la France. Au total, 130 policiers et gendarmes ont été blessés (dont 27 adressés au CHU et un seul cas grave d’un officier d’une CRS souffrant d’une fracture au bras, ndlr).

    Il faut attendre les résultats de l’enquête de l’IGPN pour savoir si ces personnes ont effectivement été blessées par des tirs de Flashball et de LBD, et pour savoir ce que ces personnes faisaient au moment où elles ont été blessées. L’un des manifestants blessés à l’œil (Quentin Torselli, ndlr) se trouvait au milieu de gens qui affrontaient les forces de l’ordre. Je me demande ce qu’il faisait là (le jeune homme affirme qu’il reculait et était pacifique, ndlr).

    Doit-on en conclure que les forces de l’ordre françaises sont autorisées à crever les yeux de manifestants qui se retrouvent au milieu d’affrontements ?

    Ceux qui prennent le risque de s’en prendre aux forces de l’ordre s’exposent eux aussi à des dommages corporels. La réplique est proportionnée. Si l’on a équipé les forces de l’ordre d’armes non létales, c’est pour éviter que les fonctionnaires n’aient recours à des armes conventionnelles (armes à feu, ndlr).

    Mais comment expliquer qu’autant de personnes aient été touchées au visage, alors qu’il est expressément interdit aux fonctionnaires de viser au-dessus des épaules, sauf cas de légitime défense ?

    Si la personne bouge entre le moment où le fonctionnaire appuie sur la queue de détente de l’arme et l’impact, il y a toujours un risque que le point d’impact ne soit pas celui initialement visé.

    Les policiers et gendarmes ont-ils reçu des instructions particulière quant à l’usage de ces armes avant la manifestation ?

    Je rappelle que les fonctionnaires dotés de cette arme, à savoir les CRS, les gendarmes mobiles et les agents de sécurité publique, ont reçu une formation technique et juridique. Donc ils connaissent parfaitement leurs conditions d’usage.

    http://www.dailymotion.com/video/x1lghp5_tir-de-flash-ball-lbd-sur-quentin-torselli_news?start=1

    Sur une vidéo filmée par un photographe indépendant, on voit des CRS et un camion à eau poursuivre, gazer et asperger d’eau à haute pression des manifestants qui tentent de secourir Quentin Torselli, blessé quelques instants plus tôt. Y a-t-il eu des entraves aux secours ?

    Non, il faut faire attention aux vidéos, car on ne voit pas ce qui se passe derrière les manifestants. La caméra est tournée uniquement vers les fonctionnaires. On ne peut donc pas analyser la scène en toute impartialité. Je ne pense pas que les fonctionnaires dans le camion à eau aient pu entendre ce que criaient les manifestants devant.
    http://www.dailymotion.com/video/x1dld1x_zele-et-flash-ball-manifestation-anti-aeroport_news?start=13

    Deux journalistes ont déposé plainte pour violence. L’un d’eux, un photographe, a reçu un tir de Flashball dans le torse après avoir crié « Hé, c’est des journalistes ». Il se trouvait au milieu de plusieurs reporters clairement identifiables par leurs caméras et appareils photo. Pourquoi tirer sur un journaliste ?

    Il faut bien analyser les images et le son, parce qu’il n’est pas certain que les fonctionnaires aient entendu ce qu’il criait. Quand des journalistes sont mélangés aux casseurs, c’est assez difficile de séparer le bon grain de l’ivraie. Dans le feu de l’action, il n’est pas facile de trier.

    Est-ce normal que des agents du GIPN (Groupe d’intervention de la police nationale) de Rennes soient intervenus en maintien de l’ordre sur la voie publique, cagoulés, sans matricule, ni moyen d’identification ?

    Ils étaient identifiés en tant que fonctionnaires de police. De toute façon, personne n’est capable de lire un matricule dans un contexte aussi agité de manifestation. Le GIPN était initialement dédié à la protection de la mairie. En fin d’après-midi, la situation est devenue tellement critique qu’ils ont demandé à venir porter assistance à leurs collègues, qui se trouvaient entre le cours des 50-Otages et le parking de la Petite-Hollande.

    Attendiez-vous un milliers de « casseurs », selon le chiffre qui a ensuite été donné par la préfecture de Loire-Atlantique ?

    Nous avions des informations de risques d’agrégation de gens violents, ce qui s’est révélé exact. Mais nous n’avions pas de chiffre précis.

    Dans une lettre ouverte au ministre de l’intérieur, Françoise Verchère, conseillère générale du Parti de gauche et l’une des responsables du collectif des élus doutant de la pertinence de l’aéroport (le Cédépa), s’est étonnée que la police ne soit pas intervenue plus tôt pour interpeller le petit groupe de personnes qui se livrait à des dégradations en tout début de manifestation. Qu’en est-il ?

    Je rappelle à Mme Verchère que lorsqu’on est élu de la République, on respecte les lois de la République. En l’occurrence, les organisateurs d’une manifestation sont censés déclarer son parcours auprès des pouvoirs publics. Ce que se sont obstinément refusé à faire les organisateurs de la manifestation du 22 février (plusieurs réunions se sont tenues entre la préfecture et les organisateurs, sans qu’aucun accord n’ait été trouvé, ndlr).

    Face à l’absence de dialogue et à leur volonté de passer par le centre-ville, nous avons dû prendre des mesures de blocage des accès en centre-ville. Nous avions donc des forces mobilisées pour verrouiller le centre-ville et que nous ne pouvions pas déplacer pour aller interpeller des gens qui commettaient des dégradations le long du parcours de la manifestation. Il n’y a aucun manichéisme de notre part !

    Vous avez annoncé dans une note de service du 17 avril vouloir vous-même déposer plainte. Pourquoi ?

    Il y avait un certain nombre de demandes de la part de fonctionnaires qui avaient l’impression d’avoir été oubliés, au vu de la couverture médiatique offerte aux manifestants blessés. D’où mon souhait d’organiser le recueil de ces plaintes. Et, à titre personnel, je déposerai également plainte à l’appui des personnels agressés, en tant que chef de service, comme les textes m’y autorisent. Il y a eu des blessures physiques, comme des acouphènes, et d’autres moins visibles, psychologiques. Plusieurs fonctionnaires souffrent de troubles liés à la violence inouïe à laquelle ils ont dû faire face.

    Boite noire :
    Cet entretien a eu lieu par téléphone le 15 avril 2014 et a été complété le 18 avril (dernière question). Il n’a pas été relu par M. Bertrand.

    #police « #armes_non_létales » #violences_policières #NDDL


  • 11-Septembre : une enquête du FBI repousse la perspective d’un procès
    http://www.romandie.com/news/11Septembre-une-enquete-du-FBI-repousse-la-perspective-dun/469434.rom

    (...) Certains proches des victimes du 11-Septembre ont dit à la presse qu’ils soupçonnaient l’administration Obama, en particulier le ministre de la Justice Eric Holder, de vouloir saboter le procès devant un tribunal militaire afin de pouvoir démontrer qu’il devait se tenir devant un tribunal fédéral. M. Holder a déclaré à plusieurs reprises que, treize ans après les attentats, les cinq accusés seraient déjà condamnés s’ils avaient été jugés devant un tribunal fédéral.

    L’idée que les tribunaux militaires soient inférieurs à la justice fédérale est un grand mensonge, a fustigé Don Arias, qui a perdu son frère dans l’une des tours jumelles.

    Pour moi, ce n’était pas un hasard, a renchéri Gloria Snekszer, dont une soeur est décédée dans l’avion qui s’est écrasé sur le Pentagone, fustigeant non seulement le FBI mais aussi la défense de constamment retarder, retarder, retarder le procès.

    Le procureur Mark Martins a réitéré son souhait de voir le procès des cinq co-accusés dont KSM, le cerveau présumé des attentats, débuter en janvier 2015. Nous sommes tout sauf proches d’un procès, a toutefois estimé l’avocat Jay Connell, ajoutant qu’il n’y croyait même pas pour 2016.

    Une prochaine audience préliminaire est prévue pour juin. Les avocats ont demandé que soient entendus à cette occasion les agents du FBI.

    Le FBI cherchait apparemment à déterminer comment un pamphlet de Khaled Cheikh Mohammed, assimilé à de la propagande, avait pu parvenir à l’extérieur de la prison de Guantanamo et être publié par le Huffington Post et la chaîne britannique Channel 4, sans contrôle.

    #9/11 #11_septembre


  • Mort d’un parrain de la pègre israélienne, blessé par balle chez lui
    http://www.romandie.com/news/469436.rom

    Israël est le théâtre ces dernières années d’une féroce bataille de gangs dans laquelle seraient impliquées plusieurs familles mafieuses, dont les Aboutboul.

    Cette famille est sur le déclin depuis la mort de Félix mais était encore active dans la criminalité notamment dans le racket. Toutefois, leurs affaires avaient périclité, a déclaré à l’AFP Serge Dumont, journaliste israélo-belge spécialiste du crime organisé israélien et récent auteur d’une enquête intitulée L’histoire vraie de la mafia israélienne.

    Selon lui, Charlie Aboutboul, déjà emprisonné à plusieurs reprises, était déprimé et la thèse du suicide n’est pas à exclure.

    Il avait été gravement blessé lorsqu’il avait été la cible d’un tueur dans un restaurant de Netanya en 2008.

    Confrontée aux exactions des clans mafieux, la police israélienne a créé fin 2006 un département spécial, l’unité 443, pour lutter contre le crime organisé.

    Une dizaine d’Israéliens ont été tués ou blessés ces dernières années notamment à Tel-Aviv, Netanya et Bat Yam, hauts lieux du crime organisé en Israël, lors de règlements de comptes.

    Que fait l’armée ?
    Ah mal en point aussi : https://www.facebook.com/photo.php?v=10152100018938528&set=vb.303072763527&type=2&theater

    • L’image d’Israel comme société démocratique acceuillant les juifs victimes de discrimination n’arrête pas à prendre des coups :

      Thousands of Israelis Are Threatened With Jail Time If They Try to Leave
      http://iacknowledge.net/thousands-of-israelis-are-threatened-with-jail-time-if-they-try-to-lea

      Disagree, agree, give an opinion, but it is indisputable that the draconian family laws in Israel are enforced by using a dangerous weapon. The weapon is curtailing freedom of movement. Usually it is for an alleged debt, or a need for future financial security in divorcing couples. You don’t have to be a debtor, just an alleged one. Whilst Israel battles its bordering neighbours, inside the country individuals are battling each other.

      Trying to leave with a No Exit Order incurs a two year prison sentence. If someone helps you – and there is evidence that smuggling people out of Israel is a big business – they will also incur a prison sentence. Returning to Israel, if someone has placed the order on you whilst you are abroad, also incurs an automatic sentence.

      #israel #divorce #famille


  • Former Drone Operators Reveal Air Force Plays Key Role in Secret CIA Assassination Campaign | Democracy Now!
    http://www.democracynow.org/2014/4/17/former_drone_operators_reveal_air_force

    A new documentary film reveals how a regular U.S. Air Force unit based in the Nevada desert is responsible for flying the CIA’s drone strike program in Pakistan. “Drone” identifies the unit conducting CIA strikes in Pakistan’s tribal areas as the 17th Reconnaissance Squadron, which is located on the Creech Air Force Base, about 45 miles from Las Vegas. We are joined by the film’s director, Tonje Hessen Schei, and Chris Woods, an award-winning reporter who investigates drone warfare. Woods is featured in “Drone” and is working on a forthcoming book on U.S. drone warfare.

    #drone


  • Résister à la « cannibalisation » du patrimoine de la Palestine | Agence Media Palestine
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2014/04/17/resister-a-la-cannibalisation-du-patrimoine-de-la-palestine
    http://www.agencemediapalestine.fr/wp-content/uploads/140318-jump_0.jpg

    La ville portuaire d’Akka (connue aussi sous le nom d’Acre) est l’un des endroits où le conflit sur la possession de l’histoire et la culture palestiniennes est le plus âpre.

    La récente campagne visant à empêcher que le site historique du Khan al-Umdan ne soit transformé en hôtel de luxe par les promoteurs israéliens a mis en avant la lutte d’une communauté palestinienne économiquement et politiquement marginalisée qui veut résister à un embourgeoisement et à un nettoyage ethnique insidieux.

    Le réalisateur Patrick Stewart a exécuter un travail admirable dans son film « It’s Better to Jump » (« Il vaut mieux sauter »), où il exprime à la fois l’histoire incroyablement longue de ce magnifique port, et les défis qui, journellement, assaillent sa population.

    Le film débute sur des cartes plongeantes montrant l’importance de ce site d’Akka – durant plusieurs milliers d’années – qui se situe sur les routes commerciales s’étirant à l’est comme à l’ouest. Le film se focalise ensuite plus précisément sur la population locale – avec des personnages célèbres comme l’acteur Makhram Khoury mais aussi de simples gens, comme des guides touristiques, des enseignants et des étudiants, qui évoquent leur attachement à leur maison.

    Cet attachement leur vient de leur expérience quotidienne d’avoir grandi et vécu dans une ville : sa population, ses ruelles, les façons dont sa population gagne son pain, la nourriture qu’elle mange et les chansons qu’elle chante.

    Dans un cadre comme celui d’Akka, il est impossible de séparer tout cela de la grandeur de son environnement – les khans ottomans et les salles des Croisés – et du rôle de l’environnement construit dans l’histoire de la cité. Abdu Matta, guide touristique local, parle des célèbres remparts d’Akka, dont les dernières rénovations, par Daher el-Omar, datent du XVIIIe siècle. Sans eux, Akka n’aurait pu arrêter Napoléon Bonaparte dans sa conquête du Moyen-Orient.

    Matta déclare aussi, « je suis un Cananéen avant d’être un Palestinien ». Ce disant, sa revendication s’étend aux millénaires de ce riche patrimoine palestinien, une conscience que beaucoup de ses concitoyens akkans expriment de multiples façons tout au long du film. Le film sur l’Akka moderne se mêle à des bobines d’archives pour montrer la continuité, une continuité incarnée par les habitants de la ville.

    http://vimeo.com/81222706


    #Akka #colonisation
    #Palestine



  • Jimmy Carter est le premier ex-président américain à appeler au rejet de Keystone XL
    http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/04/16/jimmy-carter-est-le-premier-ex-president-americain-a-appeler-a

    WASHINGTON - Pour la première fois, un ancien président américain se prononce contre le projet d’oléoduc Keystone XL.

    Jimmy Carter, 39e président de l’histoire des États-Unis, se joint à un groupe de lauréats de prix Nobel dans une lettre exhortant l’actuel président à rejeter le projet d’oléoduc devant amener le pétrole des sables bitumineux de l’Alberta vers les raffineries du Texas.

    La lettre fait valoir à Barack Obama qu’il est sur le point de prendre une décision sur l’un des enjeux les plus importants dans l’histoire de l’humanité — les changements climatiques —, et que cela marquera l’héritage laissé par sa présidence.

    Le document soutient que sa décision dans ce dossier signifiera soit un « engagement dangereux » envers le statu quo, soit un leadership audacieux qui inspirera des millions de gens comptant sur lui afin de poser les bons gestes pour la protection de l’environnement.

    M. Obama a déjà indiqué que la décision sur le projet Keystone XL de TransCanada (TSX:TRP) devrait être annoncée avant l’été.

    #écologie_politique

    • Desmond Tutu appelle les Etats-Unis à ne pas construire l’oléoduc Keystone
      http://www.romandie.com/news/Desmond-Tutu-appelle-les-EtatsUnis-a-ne-pas-construire-loleoduc/469618.rom

      Washington - L’archevêque sud-africain Desmond Tutu, icône de la paix, a demandé vendredi aux Etats-Unis de ne pas construire l’oléoduc géant Keystone, affirmant que cette bombe au carbone condamnerait la capacité des Etats-Unis à s’ériger en leader dans la lutte contre le changement climatique.

      Desmond Tutu, qui a longtemps combattu le régime d’apartheid en Afrique du Sud, est à la tête d’un mouvement de contestation mondial qui a fait parvenir une lettre au secrétaire d’Etat John Kerry l’enjoignant de rejeter la construction de cet oléoduc controversé.

      Le verdict d’autoriser ou de rejeter la construction de l’oléoduc Keystone XL peut, en un instant, confirmer ou condamner le rôle de leader que l’Amérique peut jouer dans la lutte contre le changement climatique, explique la lettre envoyée à John Kerry, rendue publique par l’organisation Avaaz.

      C’est une décision politique qui aura une grande signification. Keystone a été surnommé +le fusible pour la plus grande bombe au carbone de la planète+, ajoute la lettre signée par plusieurs autres personnalités.

      Les écologistes sont fermement opposés à Keystone. Ils craignent des risques de fuite le long du tracé et s’en prennent au type de pétrole qui serait transporté : issu de sables bitumineux, son extraction et son exploitation émettent au final plus de gaz à effet de serre.

      Sur ces deux points, le département d’État estime que les risques sont minimes. Mais le projet attend toujours la recommandation finale de John Kerry, défenseur de longue date de l’environnement.


  • 9/11 : La culture du doute
    Un projet des étudiants en journalisme de Gennevilliers
    https://projet911.creatavist.com/culturedudoute

    (...) Mais si tant de monde se laisse effleurer par le doute, l’instauration d’un débat reste, aujourd’hui encore, impossible. L’Etat, mur inébranlable, s’en tient à ce qu’il veut bien dévoiler. Les médias rejettent, souvent avec virulence, toute voix discordante. Les exemples cités plus haut ne sont que des illustrations parmi d’autres. Face à ces deux pouvoirs hostiles, les « sceptiques » tentent alors de rallier l’espace public à leur cause. Mais comme on l’a vu ici, depuis que le 11 septembre appartient à l’Histoire, son récit s’est figé.

    #11_septembre #9/11


  • 15 avril 2014 : Conférence de presse des blessés du 22 février 2014
    http://27novembre2007.blogspot.fr/2014/04/15-avril-2014-conference-de-presse-des.html
    http://3.bp.blogspot.com/-6evLX9nAcvQ/U00lsHUwj3I/AAAAAAAAStk/y-IhI7310PA/s1600/IMG_7036.JPG
    Damien, Emmanuel et Quentin lors de la conférence de presse.

    Lors de cette conférence de presse, il a été clairement expliqué :

    C’est la première fois depuis 50 ans en France que la police TIRE sciemment et massivement sur des manifestants, et c’est à Nantes.

    Désormais, être mutilé par des tirs policiers dans le cadre de manifestations peut arriver à tout le monde.

    L’action d’un peloton du GIGN face à la manifestation démontre la MILITARISATION de la police et du maintien de l’ordre.

    L’utilisation du flashball ou du LBD permet de CRIMINALISER les participants à une manifestation de protestation sur la base d’un raisonnement fallacieux : s’il y a des blessés graves, c’est que la police a dû faire usage d’armes si puissantes qu’ils devaient faire face à des casseurs virulents.

    Le flashball ou le LBD sont règlementairement pour la police des armes de défense et non d’offensive. Lors du 22 février 2014, ces armes ont été utilisées en contradiction totale des règlements et hors de toute proportion avec la situation concrète de maintien de l’ordre.

    Le flashball ou le LBD sont INUTILES & INEFFICACES pour disperser une manifestation mais leur utilisation dans ce cas de figure MUTILE sciemment.

    * Le flashball ou le LBD infligent des blessures telles qu’elles isolent les victimes dans leur souffrances (de très nombreux blessés le 22 février 2014 ne se signalent pas).

    #NDDL


  • [Info-Palestine] - Les réfugiés palestiniens de Syrie, abandonnés à leurs souffrances par la Jordanie
    http://www.info-palestine.net/spip.php?article14492

    Au centre d’un imbroglio

    Les autorités jordaniennes se sont montrées réceptives à la situation des réfugiés syriens en leur accordant des services humanitaires et en acceptant le soutien apporté par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, alors que les réfugiés palestiniens de Syrie ont rarement droit à ces services.

    De plus, on sait que le gouvernement jordanien renvoie en Syrie les réfugiés palestiniens qui ont réussi à entrer en Jordanie, les privant ainsi de leur droit à la survie.

    Une telle politique constitue une violation du principe du non-refoulement, principe du droit international qui interdit de renvoyer un réfugié vers une zone où sa vie ou sa liberté pourraient être menacée.

    En février 2014, plus de 11 000 réfugiés palestiniens ayant fui la Syrie ont cherché à obtenir l’aide de l’UNRWA en Jordanie. Selon l’UNRWA, ce chiffre devrait approcher la barre des 20 000 réfugiés d’ici la fin de l’année 2014 en Jordanie.

    L’UNRWA reconnaît que « la situation irrégulière des réfugiés palestiniens de Syrie en Jordanie atteste du degré considérable d’insécurité qui les menace. Ils sont confrontés à des difficultés dans les procédures civiles telles que l’enregistrement des naissances et l’accès aux services gouvernementaux ; de même, ils se retrouvent constamment exposés au risque d’être refoulés ».

    Plus la guerre civile syrienne durera, plus il deviendra difficile pour les réfugiés palestiniens de Syrie de se déplacer en Jordanie. Les réfugiés palestiniens sont confrontés à une chasse aux sorcières systématique face aux autorités jordaniennes ayant décidé de sévir contre les civils qui ont fui une guerre dévastatrice.

    Au milieu de l’année 2012, les autorités jordaniennes ont commencé à refuser l’entrée dans le territoire à de nombreuses familles palestino-syriennes, qui ont essayé en vain de trouver refuge en Jordanie.

    Cette traque des palestiniens de Syrie en Jordanie est directement liée aux « pourparlers de paix » négociés par les États-Unis. Alors que le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, basé à Ramallah, a indiqué à plusieurs reprises qu’il était prêt à renoncer au droit au retour des réfugiés palestiniens, certains Jordaniens ont exprimé leur refus de voir leur pays devenir une alternative permanente pour quelque deux millions de réfugiés palestiniens ; ainsi, chaque « nouvel » arrivant palestinien dans le pays est considéré comme un Palestinien de trop.

    Il y a une semaine, le Premier ministre jordanien Abdullah Ensour s’est exprimé ainsi : « Nous devons prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter que la Jordanie devienne une patrie de substitution pour les Palestiniens ». Une déclaration qui ne tient pas compte du fait que ces Palestiniens qui fuient la guerre en Syrie sont des êtres humains avant d’être des Palestiniens (« PM : Jordan will not be a substitute homeland for Palestinians », Jordan News Agency (Petra), 26 février 2014).


  • La Première Guerre mondiale et ses conséquences sur le Moyen-orient - Georges Corm
    http://www.georgescorm.com/personal/download.php?file=art%20politique%20%C3%A9trang%C3%A8re.pdf

    La Première Guerre mondiale a eu des conséquences tragiques pour le Moyen-Orient. Elle a conduit au dépècement de l’Empire ottoman et à une balkanisation de la région. La France et la Grande-Bretagne ont semé les graines de conflits futurs en faisant des promesses contradictoires aux dif- férentes communautés. L’instabilité que l’on observe aujourd’hui au Moyen- Orient puise ses racines dans les découpages qui ont fait suite à la Grande Guerre. Une nouvelle conflagration régionale est à craindre.


  • Littérature et psychanalyse - La France en Israël - Ambassade de France à Tel Aviv
    http://www.ambafrance-il.org/Litterature-et-psychanalyse

    L’UFR d’études psychanalytiques de l’Université Paris Diderot et le département d’herméneutique et d’études culturelles de l’université Bar Ilan organise du 30 avril au 2 mai une rencontre scientifique franco-israélienne sur le thème de l’inconscient créateur. Le colloque “Littérature, écriture et psychanalyse” se tiendra à l’université de Bar Ilan et permettra aux équipes scientifiques des deux universités de se rencontrer pour installer une coopération inter-universitaire stable et suivie.

    L’objectif de ce colloque est de discuter et analyser la rencontre entre d’une part, la théorie et l’écriture psychanalytiques et d’autre part la littérature en général.

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Lettre inédite de Sigmund Freud à Chaim Koffler, membre de la Fondation pour la réinstallation des Juifs en Palestine , datée du 26 février 1930
    http://www.cairn.info/revue-cliniques-mediterraneennes-2004-2-page-5.htm

    Je ne peux éprouver la moindre sympathie pour une piété mal interprétée qui fait d’un morceau de mur d’Hérode une relique nationale et, à cause d’elle, défie les sentiments des habitants du pays.