• Article11 - « Jusqu’à ce qu’on nous foute la paix ! » - Un récit des luttes autonomes au Pays basque dans les années 1980 - Damien Almar
    http://www.article11.info/?Jusqu-a-ce-qu-on-nous-foute-la

    Dans ce nouveau contexte culturel, quel rôle joue l’euskara – la langue basque ?

    « La revitalisation de l’#euskara accompagne celle d’une culture méprisée et interdite pendant quarante ans. La création d’une langue basque unifiée, le batua, apprise dans les écoles, permet de passer de 10 à 40 % de locuteurs. C’est essentiel : on sort d’une époque où quasiment plus personne ne parlait basque et où même les revendications des tracts étaient rédigées en castillan ou dans un basque approximatif. En plus des structures indépendantistes basques, les nombreux #squats ruraux jouent alors un rôle essentiel dans la #réappropriation de la culture.

    Auparavant, les indépendantistes hurlaient à la Guardia Civil : ’’Dehors, l’armée d’occupation !’’ Qu’à cela ne tienne : une police basque, l’Ertzaintza, est créée en 1982. Le progrès est contestable, c’est surtout l’occasion d’être torturé dans sa propre langue... À ce petit jeu, le Parti nationaliste basque (PNV), bourgeois, catholique et raciste, parvient à tirer ses marrons du feu : une partie des effectifs de l’Ertzaintza est recrutée parmi son service d’ordre. Ce qui n’empêchera pas sa section anti-émeute de connaître quelques déboires. Au printemps 1987, lors du cinquantenaire du bombardement de Guernica, tout le milieu du rock basque se retrouve ainsi sur la place centrale de la ville. Lorsque les punks de Kortatu montent sur scène, l’Ertzaintza tire des balles en caoutchouc sur le public. Mais ce dernier se défend, avant de poursuivre les uniformes sur plusieurs kilomètres. »

    Les #luttes se développent également à la campagne ?

    « Bien sûr. Avec des épisodes très intéressants, à l’image de la lutte victorieuse contre un projet de centrale nucléaire à Lemoiz, près de Guernica. Le mouvement est fédérateur, puisqu’une manifestation de masse réunit plus de 200 000 personnes en 1984. Surtout, c’est une lutte exemplaire dans la coordination des différentes composantes armées. Alors qu’ETA (m) flingue (après avertissement) les ingénieurs ou pose des bombes sur les chantiers de l’usine, les dockers d’Euskalduna refusent de décharger le matériel. Les sous-traitants sont quant à eux la cible d’ETA (p-m) et des CAA. La mobilisation massive et les actions de sabotage provoquent finalement l’abandon du projet, en octobre 1984.

    De nombreuses autres batailles écologistes du même acabit ont lieu à l’époque, dont celle menée contre un projet d’autoroute dans la vallée du Leizaran entre 1985 et 1989. Mais elles conservent un goût d’inachevé. En effet, ces victoires à la Pyrrhus provoquent la création de mouvements écologistes officiels, avec des plate-formes et un fonctionnement centralisé. À partir de 1982, la multiplication des échelons bureaucratiques permet la récupération de nombreux mouvements de contestation et de leurs leaders, préfigurant le modèle des ONG. »

    Quels liens y a-t-il entre les #Pays_Basque espagnol et français ?

    « À cette période, un proverbe caractérise ainsi les habitants d’Iparralde : ’’Ils votent à droite la journée ; ils planquent les réfugiés la nuit.’’ Le Pays basque nord est à l’époque la base arrière des organisations armées basques.
    Les villes côtières, à l’exception de Saint-Jean-de-Luz, ne sont pas aussi bourgeoises qu’aujourd’hui. Biarritz est alors une agglomération pleine de contradictions, où riches et prolétaires se côtoient, tandis que Bayonne est vraiment une ville de pauvres. En campagne, la #paysannerie locale connaît des difficultés, mais il reste possible d’y vivre de peu, à condition d’être accepté par les habitants. Ce n’était pas encore Etorki et le vin d’Irulegi !

    La naissance de groupes autonomes, dans le sillage de ceux du Sud, naît de ce contexte social difficile et de la forte présence des réfugiés sur la côte, à Hendaye, Anglet, Bayonne et Bidart. Le collectif Laguntza, centré autour d’un squat de Bayonne, fait par exemple vivre la revue Kalimotxo. Lors des fêtes de soutien aux #prisonniers et aux réfugiés qu’il organise, des cars entiers se déplacent depuis Hegoalde. Un autre groupe de jeunes, nommé Patxa, ouvre de nombreux squats et gaxtetxe.

    http://www.youtube.com/watch?v=1hdNfbPBZMw


  • Japan in the 1950s
    http://www.theatlantic.com/infocus/2014/03/japan-in-the-1950s/100697

    After Japan surrendered in 1945, ending World War II, Allied forces led by the United States occupied the nation, bringing drastic changes.

    http://cdn.theatlantic.com/static/infocus/japan031214/s_j38_13011842.jpg
    Golf enjoyed some popularity in Japan before World War II, but became a national obsession in the later years of postwar Japan. Here, a three-story driving range in use in Tokyo. (AP Photo)
    #photographie


  • Curry de blettes
    http://www.cuisine-libre.fr/curry-de-blettes

    Couper les pommes de terres en morceaux et les plonger dans l’eau bouillante. Pendant ce temps, émincer les oignons et les faire revenir dans une poêle. Couper les cotes des blettes et les feuilles en gros morceaux et ajouter les aux oignons, saupoudrez d’une cuillère de curry. Une fois les oignons transparents, ajouter le lait de coco et les pommes de terres égouttées ainsi que le jus de citron, la sauce soja et le restant de curry. Laisser mijoter jusqu’à ce que les blettes soient cuites. (...)

    #Bettes, #Currys / Mijoté, #Plat_principal, #Sans_viande, #Végétalien, #Végétarien, #Sans_œuf, #Sans_lactose, Sans (...)

    #Mijoté #Sans_gluten


  • Vladimir Poutine sur l’Ukraine et la Crimée : discussion avec des journalistes
    http://questionscritiques.free.fr/edito/interview_Poutine_Ukraine_Crimee_120314.htm

    Question : M. le Président, pouvez-vous nous dire si vous vous attendiez à une réaction aussi sévère aux actions de la Russie de la part de vos partenaires occidentaux ? Pouvez-vous nous donner des détails de vos conversations avec vos partenaires occidentaux ? Tout ce que nous avons entendu était un compte-rendu du service de presse. Et que pensez-vous du sommet du G8 à Sotchi - aura-t-il lieu ?

    Vladimir Poutine : En ce qui concerne la réaction attendue, si le G8 se réunira et à propos des conversations. Nos conversations sont confidentielles, certaines se tiennent même sur nos lignes sécurisées. Par conséquent, je ne suis pas autorisé à révéler ce dont j’ai discuté avec mes partenaires. Toutefois, je parlerai de quelques déclarations publiques faites par mes collègues occidentaux ; sans citer de noms, je les commenterai dans un sens général.

    A quoi faisons-nous attention ? On nous dit souvent que nos actions sont illégitimes, mais lorsque je demande : « Pensez-vous que tout ce que vous faites est légitime ? », ils répondent « oui ». Ensuite, je dois rappeler les actions des Etats-Unis en Afghanistan, en Irak et en Libye, où ils ont agi sans mandat de l’ONU ou en détournant complètement le contenu de telles résolutions, comme ce fut le cas en Libye. Là-bas, comme vous le savez peut-être, la résolution ne parlait que de fermer l’espace aérien aux avions du gouvernement, alors que tout s’est terminé par des attaques aériennes et des opérations terrestres des forces spéciales.

    Nos partenaires, en particulier les Etats-Unis, ont toujours clairement formulé leurs intérêts géopolitiques, et les ont suivis avec persistance. Ensuite, en utilisant le principe « Soit vous êtes avec nous, soit vous êtes contre nous » ils entraînent le reste du monde. Et ceux qui ne veulent pas se joindre à eux se font « malmener » jusqu’à ce qu’ils cèdent.

    Notre approche est différente. Nous procédons à partir de la conviction que nous agissons toujours légitimement. J’ai toujours personnellement défendu qu’il fallait agir conformément à loi internationale. Je voudrais insister une fois encore sur le fait que si nous prenons cette décision, si je décide d’utiliser les forces armées, ce sera une décision légitime en parfaite conformité, à la fois aux normes générales de la loi internationale, puisque nous avons cet appel du président légitime, et à nos engagements, lesquels coïncident dans ce cas avec notre intérêt de protéger les personnes avec lesquelles nous avons des liens étroits, historiques, culturels et économiques. Protéger ces personnes est dans notre intérêt national. C’est une mission humanitaire. Nous n’avons pas l’intention d’assujettir quiconque ou de donner des ordres à quiconque. Cependant, nous ne pouvons pas rester indifférents si nous voyons qu’elles sont persécutées, détruites et humiliées. Toutefois, j’espère sincèrement que n’arriverons pas à cette extrémité.
    (...)
    Question : La Russie a été impliquée dans le destin de Yanoukovitch. Comment voyez-vous son rôle à l’avenir et sa future destinée ?

    Vladimir Poutine : Vous savez, il est très difficile pour moi de le dire ; je ne l’ai pas analysé minutieusement. Je pense qu’il n’a aucun avenir politique, et je le lui ai dit. Quant à « s’impliquer dans son destin » - nous l’avons fait purement pour des considérations humanitaires. La mort est le moyen le plus aisé pour se débarrasser d’un président légitime, et je pense que c’est ce qui se serait produit. Je pense qu’ils l’auraient purement et simplement tué. Au passage, cela soulève la question suivante : pour quelle raison ?

    Après tout, regardez comment tout cela a commencé, ce qui a déclenché ces événements. La raison officielle était qu’il n’avait pas signé l’Accord d’association avec l’Union européenne. Aujourd’hui, cela semble absurde ; il est même ridicule d’en parler. Mais je veux faire remarquer qu’il n’a pas refusé de signer cet accord d’association. Il a dit : « Nous l’avons minutieusement analysé et son contenu ne correspond pas à nos intérêts nationaux. Nous ne pouvons pas augmenter brutalement les prix de l’énergie pour notre peuple, parce qu’il se trouve déjà dans une position assez difficile. Nous ne pouvons pas le faire, ni cela, ni cela. Nous ne pouvons pas immédiatement rompre nos liens économiques avec la Russie, parce que notre coopération est très étendue. »

    J’ai déjà présenté ces chiffres : sur approximativement 14 milliards [de dollars] d’exportations, environ 5 milliards représentent des produits de deuxième et de troisième niveau de transformation technologique exportés vers la Russie. Autrement dit, à peu près toute la production mécanique est exportée vers la Russie ; l’Ouest n’achète aucun produit ukrainien. Et prendre tout cela et le démolir, introduire des normes techniques européennes dans l’économie ukrainienne, que, heureusement ou malheureusement, nous n’utilisons pas pour l’instant. Nous adopterons ces normes à un moment ou un autre, mais actuellement, nous n’avons pas ces normes en Russie. Cela signifie que du jour au lendemain, nos relations et nos liens de coopérations seront rompus, les entreprises s’immobiliseront et le chômage s’accroîtra. Et qu’a dit Yanoukovitch ? Il a dit : « Je ne peux pas faire cela si soudainement, discutons-en un peu plus. » Il n’a pas refusé de le signer, il a demandé la possibilité de discuter un peu plus ce document, et ensuite toute cette folie a commencé.

    Et pourquoi ? A-t-il fait quelque chose en dehors du champ de son autorité ? Il a agi absolument dans le cadre du champ de son autorité ; il n’a rien enfreint. C’était simplement un prétexte pour soutenir les forces qui lui étaient opposées dans une lutte pour le pouvoir. Dans l’ensemble, ce n’est pas exceptionnel. Mais est-ce qu’il était nécessaire d’en arriver à ce niveau d’anarchie, à un renversement inconstitutionnel et à une prise du pouvoir par les armes, qui a ensuite plongé cette nation dans le chaos où elle se trouve aujourd’hui ? Je pense que c’est inacceptable. Et ce n’est pas la première fois que nos partenaires occidentaux le font en Ukraine.
    Parfois, j’ai le sentiment que quelque part dans cet énorme délire, en Amérique, des gens sont assis dans un labo et mènent des expérimentations, comme avec des rats, sans vraiment comprendre les conséquences de ce qu’ils font. Pourquoi ont-ils besoin de faire ça ? Qui peut l’expliquer ? Il n’y a aucune explication pour cela.


  • Simbikangwa condamné, le génocide des Tutsi reconnu, le CPCR et Survie restent mobilisés
    http://survie.org/genocide/justice-637/article/simbikangwa-condamne-le-genocide-4640

    Paris, le 14 mars 2014 - A l’issue du verdict du Jury de la Cour d’Assises de Paris, le CPCR et Survie, parties civiles dans le procès du rwandais Pascal Simbikangwa expriment leur satisfaction de voir l’accusé reconnu coupable et condamné à 25 années de réclusion pour des actes commis durant les 3 mois du génocide des Tutsi au Rwanda en 1994. Nos organisations rappellent que ce procès historique est le premier d’une longue série à venir. A quelques semaines de sa 20 ème commémoration, ce verdict a (...)

    #Justice

    / #Complicité_de_la_France_dans_le_génocide_des_Tutsi_au_Rwanda, #Justice

    http://survie.org/IMG/pdf/Motivation-Simbikangwa.pdf







  • CIP-IDF > Occupation : la Cour des comptes nous doit des comptes
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6879

    http://www.cip-idf.org/local/cache-vignettes/L540xH404/photo_copie-484bc.jpg

    Qui informe les journalistes ?

    Puisque l’argument financier n’est plus justifié, on peut se demander pourquoi ? La réponse est très simple, elle tient pour partie au membre de la Cour des comptes chargé d’écrire cette partie du rapport : Michel de Virville. Les journalistes qui appellent les membres de la Cour des comptes « les sages de la rue Cambon » pour mettre en avant leurs soit disant neutralités feraient leur travail en enquêtant (pas plus d’1h) sur ce rédacteur.

    Pour info et en résumé : Avant d’entrer à la cour des comptes, Michel de Virville a été Directeur des Ressources Humaines de Renault et membre de la Commission des relations du travail et du travail du Medef, dont il a ensuite été nommé président. Le 31 janvier 2008, il succède à Annie Thomas (CFDT [5]) à la présidence de l’Unedic, en étant élu avec le soutien de l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), fédération influente du Medef. Il négocie ensuite le versement d’une prime de départ d’1,5 million d’euros à Denis Gautier-Sauvagnac, mis en accusation pour une affaire de retraits suspects répétés d’argent en espèce. Suite à la révélation par les médias de ce parachute doré et de son rôle dans sa négociation, Michel de Virville est contraint à la démission le 1er mars 2008 de tous les mandats qu’il possède au titre du Medef, dont la présidence de l’Unedic, où il remplacé par Geoffroy Roux de Bézieux. Suite à cette démission, De Virville retrouve sa place à la Cour des comptes où il est chargé de rédiger les rapports sur l’assurance chômage (puisque c’est sa spécialité). Il y a 1 mois, son ami Gautier Sauvagnac était condamné à 1 an de prison ferme et 3 ans avec sursis.
    En fait de sage, c’est un ancien membre du MEDEF qui rédige les rapports concernant les intermittents et l’assurance chômage. Nous exigeons que le scandale de la manipulations sur les chiffres cesse.

    #chômage #Cour_des_comptes #intermittents #plo

    • Assurance chômage : contre la précarisation, de nouveaux droits http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6862

      Récapitulatif provisoire et évolutif des actions du jour, 8 locaux patronaux et deux institutions culturelles occupés :

      Jeudi 20 mars 17h Opéra Garnier occupé , leurs « négos » se poursuivent demain. Appel à rejoindre l’assemblée en cours à l’Opéra
      17h Opéra Garnier occupé, leurs « négos » se poursuivent demain. Appel à rejoindre l’assemblée en cours à l’Opéra

      Avignon 10h30 14H les locaux du MEDEF sont occupés

      Besançon 14h, Place de la Révolution

      Chalon/Saône 12h30 assemblée générale à la péniche, 52 quai Saint-Cosme à Chalon ; 14h les locaux du MEDEF sont occupés

      Clermont-Ferrand 14h, Préfecture

      Dijon 14h devant le MEDEF Bourgogne, 6 allée André Bourland, Parc Technologique de la Toison d’Or. 15h30 Medef Occupé

      Lille 16h, pl du Général de Gaulle

      Limoges 13h

      Lyon 13h, Bellecour CGPME occupé

      Mâcon Medef occupé

      Marseille 14h, Kiosque à musique des Réformés, haut Cannebière, Mucem occupé

      Montpellier 12h, pl Paul Bec

      Nancy 10 h, place Maginot, départ en action 11h au max

      Nantes Direction Policemploi occupée, Medef occupé

      Nice 14h, parvis du Théâtre national

      Niort Chambre de Commerce et d’Industrie occupée

      Pau 13h30, place Verdun

      Reims 10h, Maison des syndicats

      Rennes 14h, pl de la Mairie

      Rodez à partir de 15h devant les bureaux du Medef

      Rouen 10h, pl du Général de Gaulle

      Strasbourg 15h, pl Kleber

      Toulouse 14h Théâtre Sorano, venez avec des chaises, pour vous assoir, monter dessus, faire du bruit, réaliser une action, les laisser ou pas…. 12h les locaux du MEDEF sont occupés

      http://www.cip-idf.org/local/cache-vignettes/L470xH650/on_ne_joue_plus-2b9b8.jpg

      #occupations


  • Muriel, vie sans #thyroïde d’une e-patiente - Libération
    http://www.liberation.fr/societe/2014/03/10/muriel-vie-sans-thyroide-d-une-e-patiente_985973

    Alors que les grosses associations de malades, à l’image d’Aides, se montrent fatiguées, traversant des temps de tempête, il y a quelque chose de réconfortant à voir l’effervescence de petites structures, bourrées de vie et d’imagination. Et de projets.

    Muriel Londres a 35 ans, et elle transpire la vitalité. « Je suis une #e-patiente, je suis présente sur Twitter sous le nom de @MissLondres », dit Muriel pour se présenter. Technicienne à France Télévisions, elle est engagée à fond dans Vivre sans thyroïde.

    #santé


  • Espagne : huit ans de prison requis contre des syndicalistes d’Airbus
    http://www.bastamag.net/Espagne-huit-ans-de-prison-requis

    Huit ans et deux mois de prison, et plusieurs milliers d’euros d’amende. C’est la peine requise aujourd’hui par le ministère public de Madrid contre huit syndicalistes espagnols d’Airbus. Leur faute ? Avoir participé à la grève générale du 29 septembre 2010, destinée à protester contre les mesures d’austérité mises en place par le gouvernement espagnol. Comme dans d’autres endroits en Espagne, la manifestation et les piquets de grève organisés devant l’usine d’Airbus de Getafe, dans la banlieue de Madrid, (...)

    #En_bref

    / #Atteintes_aux_libertés, #Multinationales, #Syndicalisme, #Luttes_sociales


  • La parlotte et le bâton
    http://cqfd-journal.org/La-parlotte-et-le-baton

    Si la pipe et la plume du sous-commandant Marcos ont fait découvrir le Chiapas au monde entier, on connaît moins les luttes menées par les Nasas depuis les montagnes du Sud-Ouest colombien. Pourtant, leur organisation, le Conseil régional des indigènes du Cauca (Cric), compte parmi les plus anciennes d’Amérique latine, et leurs droits arrachés au prix d’une répression sanglante sont un modèle pour de nombreux autres peuples autochtones. Reportage. (...) Source : CQFD


  • Homicides, accidents, « malaises », légitime défense : 50 ans de morts par la police
    http://www.bastamag.net/Homicides-accidents-malaises

    Il n’existe pas, en France, de décompte officiel des interventions des forces de l’ordre ayant entraîné la mort. Combien de décès liés à une opération de police en 2013 ? Les années précédentes ? Dans quelles circonstances policiers ou gendarmes font-ils usage de la force, au risque d’entraîner la mort ? Les bavures avérées sont-elles marginales ? Impossible de le savoir autrement qu’en recensant soi-même le nombre de cas où un simple contrôle, une interpellation ou une poursuite de suspects se sont conclus (...)

    #Décrypter

    / #Enquêtes, #Classes_populaires, #Mémoires, #Justice, #Services_publics, #Île-de-France, #Droit_à_la_terre, A la (...)

    #A_la_une
    http://www.bastamag.net/IMG/xls/basemortsmars2014.xls



  • Une étape dans la lutte contre l’impunité des auteurs et complices du génocide des Tutsi au Rwanda
    http://survie.org/activites/campagnes-et-mobilisation/article/une-etape-dans-la-lutte-contre-l-4639

    Avant le prononcé du verdict du Jury de la Cour d’Assises de Paris, Survie tient à exprimer ses impressions concernant le procès du présumé génocidaire rwandais Pascal Simbikangwa. Organisé dans de bonnes conditions, après une instruction sérieuse, ce procès, quelle qu’en soit l’issue, a permis de réaffirmer que ce génocide n’est pas contestable. Il a ouvert une brèche contre l’impunité de ses auteurs et complices en France, à quelques semaines de la 20ème commémoration. Télécharger le positionnement de (...)

    #Campagnes_et_mobilisation

    / #Complicité_de_la_France_dans_le_génocide_des_Tutsi_au_Rwanda, Une, Rwanda, il y a 20 (...)

    #Rwanda,_il_y_a_20_ans
    http://survie.org/IMG/pdf/2014_03_13_CP_positionnement_Survie_Assises_Simbikanwag_proces_francais_VF.p


  • Guerre de Crimée - Français et Anglais côte à côte - Herodote.net
    http://www.herodote.net/Guerre_de_Crimee-synthese-154.php

    Inutile et meurtrière, la guerre de Crimée est provoquée par l’entrée des troupes russes en territoire ottoman. Le sultan, menacé d’être défait, reçoit le soutien de la France et du Royaume-Uni, qui déclarent la guerre à la Russie le 27 mars 1854. Elles sont rejointes un peu plus tard par le royaume de Piémont-Sardaigne.

    Notons que c’est la première occasion pour les Anglais et les Français de combattre côte à côte après sept siècles de conflits, une occasion qui se renouvellera soixante ans plus tard, lors de la Grande Guerre.

    Pour l’empereur Napoléon III, cette guerre mal engagée et mal gagnée s’avère néanmoins un succès sur la scène internationale (le premier et le dernier). Le traité de Paris, qui y met un terme le 30 mars 1856, lui permet de remodéler la la carte de l’Europe, issue du congrès de Vienne et de la défaite de son oncle Napoléon 1er, quarante et un ans plus tôt.

    http://www.herodote.net/_images/macmahon.jpg

    Une querelle d’un autre âge

    À l’origine du conflit, l’on trouve une querelle d’un autre âge entre l’empereur français Napoléon III et le tsar Nicolas Ier. Chacun veut assurer en exclusivité la protection des Lieux Saints de Jérusalem, partie intégrante de l’empire turc.

    Nicolas 1er juge le moment venu de régler la « Question d’Orient » posée par la déliquescence de l’empire ottoman. Il propose à l’Angleterre un partage à l’amiable des possessions ottomanes. « La Turquie est l’homme malade de l’Europe », dit-il en substance à l’ambassadeur d’Angleterre. « Il ne faut pas le laisser disparaître sans avoir réglé sa succession ». Il lui suggère de prendre l’Égypte et la Crète, lui-même établissant son influence dans les Balkans.

    Mais l’Angleterre refuse le partage par crainte que la Russie n’acquière trop d’influence en Méditerranée et en Orient, ainsi qu’en Afghanistan où elle côtoie dangereusement ses possessions des Indes. Elle préfère conserver l’empire ottoman en l’état pour le gérer à sa manière. Dépité, le tsar envahit la Moldavie et la Valachie ottomanes puis détruit la flotte turque de la mer Noire.

    Napoléon III et le gouvernement de la reine Victoria font cause commune avec le sultan Abdul-Medjid 1er. C’est la première fois depuis... le couronnement d’Aliénor d’Aquitaine et Henri II Plantagenêt, 700 ans plus tôt, que les deux nations s’apprêtent à combattre ensemble !
    Le siège de Sébastopol

    Sous le commandement respectif des généraux Saint-Arnaud et lord Raglan, Français et Anglais débarquent dans la presqu’île de Crimée et remportent une victoire sur les bords du fleuve Alma avant de mettre le siège devant Sébastopol, puissante forteresse russe, le 26 septembre 1854.

    Bientôt rejoints par une poignée de soldats piémontais, les assiégeants, au nombre de 185.000, découvrent la dureté de l’hiver russe et doivent mener une éprouvante guerre de tranchées autour de la citadelle.

    Florence Nightingale (12 mai 1820 – 13 août 1910) L’hiver se fait meurtrier pour les troupes, victimes du froid, du choléra et du typhus plus encore que des combats, d’autant que l’impréparation du conflit a été totale et les services de ravitaillement et de soins en-dessous de tout.

    Une Britannique de 34 ans, Florence Nightingale, émue par l’abandon des malades, organise avec talent des hôpitaux de campagne. Son talent et son dévouement font la Une des journaux anglais.

    La campagne donne lieu à d’héroïques mais dérisoires opérations comme la charge de la Brigade légère de Lord Cardigan pendant la bataille de Balaklava.

    Mais à Londres et Paris, l’opinion s’exacerbe devant l’enlisement du conflit. Un consommateur parisien est interpellé pour avoir lancé dans un café : « C’est ici comme à Sébastopol, on ne peut rien prendre ! ». Enfin, les zouaves du général de Mac-Mahon s’emparent du fort Malakoff, qui domine la citadelle de Sébastopol.

    La chute de Malakoff décide du sort de Sébastopol. Les Russes se retirent de la citadelle deux jours plus tard, après l’avoir proprement incendiée.....

    #Histoire
    #Guerre de #Crimée
    #français
    #anglais
    Le siège de #Sébastopol
    #Napoléon-III
    #unpeud'histoire



  • tapin²
    http://tapin2.org

    1998 : T.A.P.I.N. 2014 : tapin² Après des années d’inactivité, TAPIN revient sous une nouvelle forme, tapin² en présentant dores et déjà plus de poètes, plus de poèmes que l’ancienne version. Plus de 60 poètes, et certainement le double dans un an, venus de partout, avec des pratiques très différentes proposant ainsi une vaste étendue de ce que peut être la poésie « hors du livre » : poésie sonore, performances, lectures, poésie action, vidéo-poésie, texte visuel, poésie visuelle, etc. Source : Relevé sur le Net...


  • La douloureuse #démocratisation de l’Espagne
    http://www.laviedesidees.fr/La-douloureuse-democratisation-de.html

    Alors que la crise économique dégénère en crise de régime en Espagne, le livre de Sophie Baby vient à point en rappeler l’histoire. En dévoilant les violences d’une transition démocratique trop longtemps idéalisée et aujourd’hui remise en cause, sa réflexion fait écho à d’autres situations de pacification nationale conduites à marche forcée.

    Livres & études

    / démocratisation, #violence, #politique_de_mémoire, #mémoire

    #Livres_&_études


  • l’histgeobox : Loca virosque cano (14) : Mediolanum.
    http://lhistgeobox.blogspot.fr/2014/03/loca-virosque-cano-14-mediolanum.html

    « L’incontestable supériorité militaire des légions permet aux Romains de dominer un immense empire. A partir du règne d’Auguste, les empereurs considèrent comme primordial de contrôler solidement ces vastes espaces, plutôt de poursuivre la politique de conquête agressive, forcément aléatoire. Aux frontières, l’armée surveille le limes pour empêcher les attaques des “peuples barbares” voisins. Pour plusieurs siècles, l’Urbs impose son autorité par les armes, certes, mais surtout en s’appuyant sur le formidable pouvoir d’attraction de sa civilisation.
    De quelle manière le processus de romanisation se diffuse-t-il en Gaule au cours de la paix romaine ?
    Pour répondre à cette question, nous prendrons l’exemple d’une ville importante de la province d’Aquitaine, chef-lieu de la cité (civitas) des Santons : Mediolanum. Pas plus qu’ailleurs, les habitants ne purent résister au puissant processus d’acculturation que représentait le “roman way of life”. »


  • Menacée par un rapport sur la torture, la CIA soupçonnée de piratage du Sénat américain
    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/03/12/menacee-par-un-rapport-sur-la-torture-la-cia-soupconnee-de-piratage-du-senat

    Quand la sénatrice de Californie Dianne Feinstein, présidente de la commission du renseignement, a fini son discours, après trente-huit minutes d’une intervention solennelle, debout, dans la chambre du Sénat, son collègue Patrick Leahy, 73 ans, ancien procureur et président de la commission des affaires judiciaires, s’est approché du micro. « En quarante ans au Sénat, j’ai entendu des milliers de discours. Je n’en vois pas un, d’aucun membre d’aucun parti, qui n’ait été aussi important que celui-ci. »

    #torture #CIA #Guantanamo #Bush #Obama

    • La commission a achevé son rapport (6 300 pages) en décembre 2012. L’une de ses conclusions déplaît particulièrement à la CIA : rien ne permet d’affirmer que les mauvais traitements ont été utiles et que des informations de valeur ont été obtenues par la torture.

      #80_ans_et_toutes_ses_dents


  • Syrie : Clap de fin pour Robert Ford et Bandar Ben Sultan
    http://www.renenaba.com/syrie-clap-de-fin-pour-robert-ford-et-bandar-ben-sultan

    Première victime majeure de cette hécatombe, Robert Ford qui se voulait le Paul Bremer de Syrie, du nom du premier proconsul américain en Irak. Mais auprès d’une opposition syrienne off-shore, polymorphe, hydrique, sans âme, sans foi ni loi, cet ancien adjoint de John Negroponte en Irak, en sera son cerbère, la cornaquant constamment, la tançant plus de besoin, au point d’en faire la risée des observateurs internationaux et le désespoir de ses nombreux parrains (1).

    La sortie de route du chef d’orchestre clandestin de la glorieuse révolution syrienne est à l’image de l’équipée islamo atlantiste en Syrie. Chaotique, cahoteuse ; indice d’un grave trouble de vision et de perception, symptomatique d‘un dérèglement mental.

    En un scénario identique à l’Irak, en trois ans de combat, le bilan de Syrie est impressionnant par la qualité des victimes : Nicolas Sarkozy, qui projetait de se servir de la Syrie comme d’un tremplin pour sa réélection présidentielle, Hamad du Qatar et son premier ministre Hamad Ben Jassem (HBJ), qui se vivaient réellement comme les « Air and Field Marshal » du Monde arabe, l’un comme le George Montgomery de la Cyrénaïque et de la Tripolitaine, l’autre comme le Patton de la percée du corridor de Bab Amro, le « Stalingrad du Moyen Orient », de même que Khaled Mecha’al, le chef politique du Hamas qui aura dévoyé le combat national palestinien en un affrontement sectaire inter islamique.

    Parmi les autres victimes figurent Mohamad Morsi, le premier président néo islamiste démocratiquement élu dans le plus grand état arabe, victime de l’allergie saoudienne pour le principe de l’élection, Bandar Ben Sultan, le chef des services de renseignements saoudiens à la carrière météoritique, le libanais Wissam Hassan, la dague sécuritaire du clan saoudo-américain au Moyen orient, et, naturellement, la cohorte des intellectuels organiques français ainsi que Laurent Fabius, le somnolent des forums internationaux.


  • Ruée sur les terres d’Europe de l’Est : un accaparement avec la bénédiction de l’Union européenne
    http://www.bastamag.net/Ruee-des-terres-vers-la-Roumanie

    Paradis agricole, la Roumanie est de plus en plus convoitée par les investisseurs étrangers, au risque de voir ses terres arables lui échapper. Attirés par des terres grassement subventionnées par les aides européennes et une main d’œuvre bon marché, de nombreux Européens, mais aussi des Libanais ou des Qataris, s’y sont installés ces dernières années. Bruxelles nie tout accaparement des terres : la venue des investisseurs étrangers ne serait que la suite logique de l’intégration européenne. C’est bien (...)

    #Décrypter

    / Agriculture , #Droit_à_la_terre, #Enquêtes, #Europe, #A_la_une

    #Agriculture_