• Galileo, le futur rival du GPS, enfin sur le pas de tir
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/08/20/galileo-le-futur-rival-du-gps-enfin-sur-le-pas-de-tir_4473673_3234.html

    Enfin ! Sauf problème de dernière minute, jeudi 21 août, une fusée Soyouz décollera de Kourou (Guyane), emportant les deux premiers satellites opérationnels du système de navigation Galileo, qui permettra aux Européens d’être indépendants du Global Positioning System (GPS) américain.

    Je relevais l’autre jour la façon dont un journaliste expliquait combien la Russie était incohérente dans sa politique (de sanctions en particulier). Saurez-vous détecter ce qu’il pourrait être possible de dénommer « incohérences de la politique européenne » dans cette introduction d’un article du Monde ?


  • La France, championne d’Europe des versements de dividendes | France info
    http://www.franceinfo.fr/actu/economie/article/la-france-championne-du-monde-des-dividendes-553245
    http://www.franceinfo.fr/sites/default/files/styles/mea_635_350/public/asset/images/2014/08/boursejpg.jpg?itok=xvPAmGiO

    Les entreprises françaises cotées ont explosé leurs budgets accordés aux actionnaires au deuxième trimestre 2014, devant l’Allemagne et le Royaume-Uni. Un record sur le continent européen, révèle une étude.

    Près de 115 milliards d’euros (153.4 millards de dollars) ont été versés aux actionnaires ce deuxième semestre par les entreprises européennes. Soit une augmentation de 18,2% par rapport à la même saison l’an dernier, période où la majorité de ces versements sont effectués. Un record dans l’histoire économique de l’Europe depuis cinq ans, révèle l’étude de The Henderson Global Dividend Index.

    Mais le chiffre le plus élevé est attribué aux Français. Ces derniers ont augmenté leurs dividendes de 30.3%, révèle dans ses pages le journal Le Monde. Ils sont suivis de près par la Suisse mais sont loin devant l’Allemagne (9.7%), première puissance économique européenne....

    >>>

    Les entreprises françaises cotées ont explosé leurs budgets accordés aux actionnaires au deuxième trimestre 2014,
    devant l’Allemagne et le Royaume-Uni .
    Un record sur le continent européen, révèle une étude.

    <<<

    #Économie
    #dividendes
    #actionnaires


  • « L’éradication de la pauvreté » : un point de départ discutable | Courrier international
    http://www.courrierinternational.com/article/2014/08/20/l-eradication-de-la-pauvrete-un-point-de-depart-discutable

    Un groupe de travail des Nations unies a élaboré une version provisoire des Objectifs du développement durable (#ODD), succédant aux Objectifs du millénaire pour le développement (#OMD) qui expireront en 2015. Au nombre de 17, ces recommandations seront proposées le mois prochain lors de l’assemblée générale des Nations unies, qui devrait adopter le texte final en septembre 2015.

    La pauvreté n’est pas une maladie ni une prison

    Cependant, deux contributeurs du site d’information alternative Common Dreams affirment que la manière d’y appréhender la pauvreté trahit d’emblée une incompréhension profonde de ses enjeux contemporains. La pauvreté y serait présentée comme une maladie évitable à « éradiquer » et une prison dont il faut « libérer l’humanité ». Or, « les maladies sont une partie intégrante du monde naturel, ce qui suppose que personne n’en est responsable. Quand à la logique d’une prison, elle sous-tend que ceux qui s’y trouvent ont commis un crime. Ainsi est niée l’idée selon laquelle les actions humaines pourraient être une cause de l’inégalité et de la pauvreté ; celle-ci serait donc la faute – le crime – des pauvres eux-mêmes. »

    The Hidden Shallows of Global Poverty « Eradication » Efforts
    http://commondreams.org/views/2014/08/06/hidden-shallows-global-poverty-eradication-efforts

    First things to note are the big differences with the MDGs. Most strikingly, the SDGs suggest an end to poverty is possible in the next 15 years, whereas the MDGs aimed at halving it. The implication is that we’ve made amazing progress and are now in the home stretch. Secondly, the SDGs get serious about climate change. This is a major paradigm shift and, what’s more, they aim squarely at the heart of the problem: patterns of production and consumption. Impressive. Thirdly, reducing inequality “within and between” countries is there, with a goal of its own. Another paradigm shift, and a controversial one because it opens the door, just a crack, to the idea that the extremely rich might be making an undue amount of their money off the backs of the extremely poor.

    #pauvreté


  • C’est à vous de voir ce que vous faites maintenant !
    https://coutoentrelesdents.noblogs.org/post/2014/08/20/cest-a-vous-de-voir-ce-que-vous-faites-maintenant

    Surveille ton langage ! Une société de #dominations Nous vivons dans une société (ou un agglomérat de sociétés connectées) qui baigne dans les #oppressions diverses et variées : #racisme, #sexisme, homophobie, biphobie, lesbophobie, transphobie, #classisme, validisme… Depuis notre naissance, selon … Continue reading →

    #LUTTES #action_direct #âgisme #intersectionalité #luttes #pensé_critique #spécisme


  • Titiou Lecoq
    http://www.apar.tv/interview/titiou-lecoq

    La seule femme de ce site dit que « les hommes qui pissent assis sont des hommes qui lisent ». Toi, tu dis carrément qu’ils sont à un stade supérieur d’évolution.

    Bien sûr. C’est historique. Les hommes ont pissé debout pendant très longtemps, mais aujourd’hui, ils le font tous assis. Ce serait intéressant de savoir quand a eu lieu le changement vraiment.

    \o/ Je suis à un stade supérieur de l’évolution !
    #pipi


  • Une première application paradoxale mais ambitieuse du régime de protection des fonctionnaires lanceurs d’alerte
    http://revdh.revues.org/863

    Si, comme l’écrivait de belle manière l’écrivain Albert Camus, « les chemins familiers tracés dans les ciels d’étés [peuvent] mener aussi bien aux prisons qu’aux sommeils innocents » (Albert Camus, « L’étranger », partie II, chap. III, p. 147), la lecture de l’arrêt du Tribunal Administratif de Cergy-Pontoise ne saura évoquer ni prison (intellectuelle), ni sommeil (dogmatique). Bien au contraire, celui-ci semble démontrer avec éclat que l’habituelle et attendue torpeur estivale ne fait obstacle ni aux innovations juridiques, ni à la créativité juridictionnelle.

    1 L’article 40 alinéa 2 du code de procédure pénale – décliné dans d’autres codes en diverses disposi (...)
    2En l’espèce, la requérante, directrice d’un Office Public d’Habitat, avait dénoncé, en application de l’article 40 du code de procédure pénale1, les manquements aux règles de passation des marchés publics commis l’un de ses subordonnés, et par le président de l’office. Cette dénonciation avait notamment conduit le Tribunal correctionnel de Nanterre à déclarer ce dernier coupable des délits d’atteinte à la liberté d’accès ou à l’égalité des candidats dans les marchés publics et de prise illégale d’intérêts. Ayant été révoquée de ses fonctions pour motif disciplinaire, la requérante avait contesté la décision de révocation prise par sa hiérarchie devant le Tribunal Administratif de Cergy-Pontoise puis devant la Cour Administrative d’Appel de Versailles qui avait annulé la décision litigieuse et enjoint à l’office de la réintégrer.

    3En réponse à sa demande de réintégration sur le poste de directeur général qu’elle occupait auparavant, le président de l’établissement public avait invité la requérante à présenter sa candidature à ce poste afin de la faire examiner, par le conseil d’administration de l’office. Le président de l’office avait alors présenté la candidature de la requérante de manière sciemment inexacte en indiquant notamment aux membres du conseil d’administration que la Cour administrative d’appel de Versailles avait reconnu que cette dernière avait commis des fautes graves dans la gestion de l’office. Par suite, le conseil d’administration de l’office avait alors rejeté la demande de réintégration formulée par la requérante, ce que celle-ci a par la suite contesté devant le Tribunal Administratif de Cergy-Pontoise.

    4Faisant droit à l’argumentation de la requérante, le tribunal apporte, par sa décision, une pierre supplémentaire à l’édifice chancelant que constitue le statut protecteur des lanceurs d’alerte de la fonction publique.

    5Qualifiant de détournement de pouvoir une mesure fondée en apparence sur les qualités professionnelles d’un fonctionnaire mais visant en réalité à sanctionner celui-ci en raison de la qualité de « lanceur d’alerte », le jugement démontre ainsi de manière exemplaire comment certains mécanismes traditionnels du droit administratif peuvent potentiellement venir au secours des lanceurs d’alerte de la fonction publique (1°).

    6Mais, surtout, les juges du Tribunal font application, de manière prétorienne et (presque)superfétatoire mais également de manière plus ambitieuse, une application par anticipation du régime protecteur prévu par la loi n° 2013-1117 du 6 décembre 2013 en consacrant un « principe général » du droit interdisant les mesures prises à l’égard d’un fonctionnaire pour avoir relaté ou témoigné, de bonne foi, de faits constitutifs d’un délit ou d’un crime dont il aurait eu connaissance dans l’exercice de ses fonctions (2°). Toutefois, la décision révèle également, malgré elle, une insuffisance et une incertitude quand à la portée du nouveau régime de protection des fonctionnaires lanceurs d’alerte (3°).

    #fonction-publique #discrimination #lanceurs-d'alerte


  • L’influence du ventre sur le cerveau | France info
    http://www.franceinfo.fr/emission/info-sciences/2013-2014/l-influence-du-ventre-sur-le-cerveau-01-31-2014-12-55

    Les parois de notre intestin sont tapissées de 200 millions de neurones

    Ce réseau de neurones, réparti tout au long de notre tube digestif, joue un rôle dans la digestion bien sûr, mais il agit aussi sur notre cerveau par des voies que les chercheurs commencent à peine à identifier.

    Cette interaction à distance peut notamment passer par des neurotransmetteurs, des petites molécules par l’intermédiaire desquelles les neurones communiquent entre eux. Par exemple, la sérotonine est un neurotransmetteur qui, au niveau des neurones de notre ventre, rythme le transit intestinal et régule le système immunitaire.

    Mais les chercheurs ont découvert qu’une petite partie de cette sérotonine passe dans la circulation sanguine et remonte jusque dans notre tête. Et là elle va pouvoir agir sur les neurones de notre cerveau qui eux aussi se servent de la sérotonine comme messager mais pour d’autres tâches comme la régulation de nos émotions. Voilà comment les neurones du ventre s’invitent dans la gestion de nos émotions.
    http://www.dailymotion.com/video/x1vmer6_le-cerveau-du-ventre_news


    On savait depuis longtemps que nos états émotionnels pouvaient agir sur notre ventre et les scientifiques sont en train de découvrir que l’inverse est aussi vrai. Notre ventre peut influencer nos émotions.......

    #sciences
    #cerveau
    #neurones
    #ventre


  • L’armée française est-elle en faillite ? | Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie
    http://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2014/08/20/larmee-francaise-est-elle-en-faillite
    https://www.youtube.com/watch?v=jeB99TGl36w

    Selon Lionel Bieder, patron d’Augias Environnement, une entreprise de nettoyage industriel mise en liquidation judiciaire à cause des retards de paiement de l’armée, « le ministère de la Défense a tué plus de PME que d’ennemis de la nation et créé davantage de chômeurs que Mittal en personne »…

    Officiellement, le responsable serait le système comptable Chorus… De même que les retards de versement de leur solde à des milliers de militaires, depuis des années, seraient dus au logiciel Louvois…

    >>>

    « Selon un décompte de l’Assemblée Nationale, près de 3600 PME seraient concernées par des retards de paiement qui, très souvent, les mettent en grande difficulté financière ».

    <<<

    #armée_française
    #faillite
    #PME
    #paiement
    #difficulté_financière



  • IRLANDE • Une femme forcée de donner la vie | Courrier international
    http://www.courrierinternational.com/article/2014/08/19/une-femme-forcee-de-donner-la-vie

    Une femme est violée et tombe enceinte. Sa demande d’avortement est refusée. Elle est hospitalisée quelques mois plus tard car elle est suicidaire. Elle commence une grève de la fin mais on lui impose une réhydratation artificielle. Un mois après (quand sont fœtus est tout juste viable), elle subit une césarienne.

    C’est bien, les femmes sont pas du tout traitées comme de vulgaires incubateurs.(Permalink)

    #feminisme


  • La Reproduction artificielle de l’humain - Mon blog sur l’écologie politique
    http://blog.ecologie-politique.eu/post/La-Reproduction-artificielle

    On appelle ça en anglais un smart ass, capable de tout tourner en dérision pour faire parler de lui : une blague sur les taureaux qui ne font pas la vaisselle (manière de discréditer les féministes qui le demandent), une autre sur les relations sexuelles virtuelles qui permettent à Roméo #46273 de continuer sa partie (pour info, la moitié des gamers sont des gameuses, est-ce un stéréotype de genre ou de l’androcentrisme ?), qu’est-ce qu’on se marre ! Était-ce le but du jeu ? Moi qui suis féministe mais aussi écolo radicale, critique de la technique, j’aurais été heureuse de résumer le bouquin, de faire apparaître les critiques les plus importantes sur la PMA, les usages possibles du DPI, les inégalités qui (se) nourrissent (de) la reproduction artificielle de l’humain, les lignes de fracture que cela crée politiquement (et non, je ne suis pas très fan du libéralisme, moi non plus) et je me retrouve à devoir expliquer le féminisme pour les nuls.

    Le bouquin est clivant, ce n’est pas là le problème, c’est qu’il clive au mauvais endroit. « Sans doute l’unanimité en faveur de la PMA n’est-elle que de façade et de nombreuses personnes à gauche ne se reconnaissent pas dans cette innovation. » Sans doute, mais beaucoup autour de moi, dans les milieux libertaires et féministes, sont également choquées par le mépris pour les femmes et les LGBT qui se dégage des positions anti-PMA les plus visibles. A quoi bon si bien informer, si c’est pour si mal poser la question politiquement ?

    http://blog.ecologie-politique.eu/public/.couv_rah_s.jpg

    Je n’aurais pas dû relire le bouquin sur papier. Je connaissais déjà les informations que j’avais lues en pdf, et j’ai dû me fader la réitération de propos anti-féministes... d’où une lecture qui porte principalement sur l’instrumentalisation du féminisme.

    Merci @tranbert, c’est chez toi que je suis allée chourer l’image.

    @rastapopoulos #pma #féminisme #essentialisme

    • Ce n’est pas un hasard si l’auteur de Nos limites, produit de « la France bien élevée » et fervent « patriote », initiateur des « Veilleurs » qui ont éclairé nos soirées anti-faf l’an dernier, le recommande dans le Figaro : « Il faut lire à cet égard les remarquables travaux de Pièces et main d’œuvre, un groupe anarchiste grenoblois, sur l’artificialisation de la reproduction. Décapant ! » (La Reproduction artificielle de l’humain a été pré-publiée sur le site de PMO.)

      Ce n’est pas un hasard, c’est parce que le livre d’Escudero revient sur ce que nous pensions être des fondamentaux en matière d’émancipation féminine : « Si l’objet [l’enfant] est livré mal à propos, la liberté du consommateur est de pouvoir le supprimer » (p.131). Les « féministes des années 1970 » n’auraient pas su mieux dire pour lutter contre la liberté d’avorter...

      C’est parce que le livre prend plutôt le parti des hommes, dans son refus d’interroger des questions graves concernant la paternité. « Un gamin de 15 ans n’a pas à rendre visite à ses parents à la maison de retraite » (p.169), on ne saurait mieux dire, mais la seule raison pour laquelle les enfants de vieux pères ne vont pas les visiter en maison de retraite, c’est qu’ils pratiquent la sénilité à la maison, à la charge d’une compagne qui a l’âge d’être leur fille. Quid des paternités à 60 ans, qui sont le plus souvent le fait de dominants, riches en plus d’être hommes ? Et quelle réflexion sur la paternité à la carte qu’exigent notamment les masculinistes, ne demandant, juchés sur des grues, la garde de leurs enfants que pour les confier à leur nouvelle compagne ou à leur mère (soit la grand-mère des enfants) ? Paternité à la carte, quand des pères qui se sont défaussés de leurs responsabilités deviennent parents quand ça leur chante, quand l’enfant est propre ou que sa conversation devient enfin intéressante ? « L’insémination pratiquée à domicile avec le sperme d’un proche […] soulève essentiellement la question de l’accès aux origines pour l’enfant ». Non ! Elle soumet un couple de femmes aux caprices d’un géniteur, qui pourrait devenir père quand ça le chanterait. Comment accepter cette situation, dans une société qui ne fait pas de différence entre géniteurs et pères ?

      C’est parce qu’Escudero n’ouvre aucune porte aux couples lesbiens, quand bien même, de l’IA artisanale à la PMA avec DPI (que je récuse également, pour les mêmes raisons), il y aurait un véritable continuum où il s’agit de mettre des effets de seuil. Le DPI (diagnostic pré-implantatoire) et ses potentialités eugénistes en sont un. Même si pour l’instant il semble que les embryons soient choisis pour leur seule rapidité de multiplication, il est imaginable que le diagnostic se précise dans les années à venir et permettre d’éliminer ceux qui ne sont pas assez beaux, blonds et sains. Hélas, l’effet de seuil qui me semble retenu par l’auteur, celui qui est le plus marqué de tout l’ouvrage, c’est « la possibilité des personnes de même sexe de "faire" des enfants ». (De même sexe que qui ? Il manque à la phrase de préciser qu’il s’agit de faire des enfants ensemble, ce qui d’ailleurs correspond à un fantasme que l’on entend plus souvent dans des bouches homophobes que chez des lesbiennes ou des gays, puisque la revendication consiste à ce que l’un-e ou l’autre fasse un enfant qui sera élevé comme celui du couple.)

      On se pince en lisant le bouquin, on se désole que le manque de culture féministe ait produit de tels discours au sein d’un milieu qui prône l’émancipation de tous... et toutes.

    • Pourquoi donc, dans une aussi remarquable enquête sur la reproduction artificielle (que je recommande malgré tout, ne serait-ce que parce qu’il n’en existe pas encore d’autre et que le sujet mérite qu’on s’y intéresse),

      Ta critique de ce texte me confirme plutôt que je fais bien d’éviter ce pamphlet masculiniste emplit de conneries antiféministes et antilgbt, j’ai le malheureux sentiment que pmo, terre promise des révolutionnaires antitechno, ne sait que raconter pour défendre des positions de plus en plus réactionnaires.

    • Oui, c’est désolant parce que tout ça propose une vision des choses simpliste : ou bien tu es libérale cyber queer et tu vas te payer un gosse par GPA pour ne pas avoir de vergetures, ou bien tu acceptes l’ordre patriarcal et la différence des sexes étendue l’air de rien au social. Et le résultat, c’est qu’on ne se pose plus de questions mais on s’identifie à des camps qui les résolvent à la machette, j’observe ça de plus en plus, l’identification aux idées, aux groupes, et le refus de poser les questions dans leur complexité. Tout l’entre-deux entre les positions extrémistes est nié.

      [Sur le revenu garanti, je me suis pris sur mon blog tellement d’explications comme si je n’avais pas compris que j’ai décidé que les commentaires seraient paritaires (autant dire, si plus un mec ne peut poster avant que les meufs s’y mettent sur ces grandioses question macro-économiques, que les commentaires sont fermés !). Depuis que je suis hors-orga, après plus de dix ans à relayer les positions d’orga auxquelles j’appartenais, je m’aperçois que mes idées n’ont plus les mêmes caractéristiques, même si j’ai toujours des influences... Je crois que c’est la liberté de penser.]

      J’espère que notre ami d’ami Escudero ne prendra pas trop mal mon texte ;-) et qu’avant tout ça l’interrogera qu’une féministe comme moi soit plus que gênée par son propos. Moi aussi, le slogan de la Pride de Lyon (« droit des trans, PMA, IVG, GPA, prostitution : nos corps, nos choix ») me fait gerber de libéralisme, avec un pluriel qui cache mal « j’fais c’que j’veux ». (Note : je suis pour la moitié de ces revendications.) Mais ce n’est pas ou bien je suis à fond dans ces revendications ou bien je m’aligne sur des discours homophobes (voir http://seenthis.net/messages/272640, c’est gratiné).

      Et encore, Escudero refuse de voir l’IAD avec médiation sociale (pour un donneur anonyme, sinon c’est accepter qu’un homme s’incruste à sa convenance dans la vie d’un couples de femmes), qui implique faible médicalisation et est une revendication sur laquelle on peut s’entendre, mais il ne tombe pas dans la haine panique de l’homosexualité, plutôt du mépris pour les LGBT qui ne pensent pas comme lui. Mais quel manque de bienveillance et de culture.

    • Celles, et elles sont nombreuses, qui portent un autre féminisme auront envie de rappeler ce qu’elles entendent par construction : à partir d’un donné naturel, que pour la plupart nous ne nions pas, s’élabore le genre, distribution des rôles sociaux en fonction du sexe.

      Cette position est de bon sens mais j’ai l’impression – peut-être fausse – qu’elle est trop nuancée pour être entendue.

      Concernant la PMA, s’il semble juste de dénoncer l’hétéronomie accrue à l’égard des médecins, de la science, de l’État, du capital (etc.) qu’engendre cette technique, il est dommage que cela paraisse déboucher sur une posture moralisatrice qui ne fait que reproduire ce qui est critiqué. C’est-à-dire l’intrusion de tiers dans ce que ne devrait regarder au fond que la décision d’un couple qui souhaite avoir un enfant.

      À quoi bon vouloir renverser l’emprise de la technocratie médicale sur les individus si c’est pour la remplacer par celle d’intellectuels moralisateurs ou de prêcheurs pseudo-libertaires dont l’attitude confine parfois au religieux ? L’autonomie c’est non seulement se défier du pouvoir de la science mais aussi de tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à un dogme religieux.

    • @badoldworld, il me semble que c’est la définition minimale du genre, c’est difficile de faire plus simple, mais après je tente des explications concrètes.

      C’est-à-dire l’intrusion de tiers dans ce que ne devrait regarder au fond que la décision d’un couple qui souhaite avoir un enfant.

      C’est la question que pose l’idéologie libérale-libertaire : pourquoi devrait-on avoir droit de regard sur les agissements d’autres ? notamment dans la sphère intime ?

      Mais ce qu’explique bien Escudero, c’est qu’à partir du moment où on utilise la PMA pour avoir de plus beaux bébés, avec le diagnostic pré-implantatoire qui permet d’éliminer les plus faibles (sur des critères qui vont aller en s’affinant), les bébés qui sont nés du hasard, de couples qui ne se sont pas offert ce plus, vont être désavantagés. En clair, les bébés de pauvres vont se retrouver comme Ethan Hawke dans Gattaca, avec de moins bonnes chances dans la vie.

      C’est le même raisonnement qu’Illich sur la bagnole : à partir du moment où des riches prennent en bagnole ton petit chemin, tu te prends de la fumée et de la poussière dans la gueule, quand on te fait le plaisir de ne pas te rouler dessus (voir Paris-Dakar). Le rêve, pour la gauche, c’est de généraliser la bagnole, comme ça plus aucun pauvre n’aura à marcher sur le chemin. Mais on peut aimer marcher, trouver ça bon pour la santé, et à terme la bagnole on voit ses nuisances environnementales globales et l’impasse que ça représente. L’autre rêve, le mien et celui d’Escudero je crois, c’est d’arriver à faire usage du monde avec des objets techniques qui limitent la puissance et la capacité de nuisance...

      Sur la prostitution également, je trouve que l’acceptation sociale de la mise à disposition des corps de femmes et un peu d’hommes aux hommes dans des relations inégales est problématique pour l’ensemble de la classe des femmes. Il semblent que les viols ne baissent pas dans les sociétés prostitutionnelles, et qu’au contraire la culture du viol et de la baise sans désir féminin se renforcent. Ça fait des années que je pense que la morale c’est pas ce qu’on fait avec nos zizis, c’est pas à des églises de la dicter, mais on peut avoir une morale sur des principes philosophiques émancipateurs : ne fais pas ce qui dégrade les conditions de vie sur la planète où tu habites. En général à ce niveau de la conversation on n’utilise plus le mot latin mais le mot grec qui signifie exactement la même chose : éthique. Mais j’aime bien le latin, et marre de laisser la morale aux curés !

    • @aude_v Attention je n’ai pas parlé de positions morales mais d’attitudes moralisatrices ce qui est assez différent à mon point de vue.

      N’oubliez jamais que ce qu’il y a d’encombrant dans la morale, c’est que c’est toujours la morale des autres.

      disait le poète...

      La décision est l’affaire de celles et ceux qui sont directement concerné-es dans leur vie par la question de vouloir un enfant lorsque, pour des raisons biologiques, il n’est pas possible d’en avoir un « naturellement ». Ceci relève peut-être d’une position « libérale » et alors je l’assume complètement car il s’agit avant tout de liberté avec tout le "prix" à payer car s’engager dans une PMA est une épreuve.

      Si la définition d’une morale commune consiste à vouloir se mêler des décisions intimes de ses voisin-es alors je ne suis pas d’accord. Un ensemble de valeurs communes sur lesquelles construire une société émancipée ne consiste pas pour moi en un retour à l’aliénation villageoise d’antan.

      Je suis de plus en plus convaincu que les critiques du libéralisme à la Michéa se fourvoient en partie et sont contraintes de se contredire. Si le libéralisme est un tout qu’il convient de rejeter non seulement économiquement bien sûr mais aussi politiquement et culturellement alors il faut aussi assumer l’autoritarisme moralisant qui résulte d’une telle assertion. Des gens comme Michéa admettent eux-mêmes que le libéralisme originel a « coïncidé » avec la volonté d’émancipation socialiste et qu’il garde un attrait dans une perspective anarchiste. En sorte que le libéralisme politique et culturel est nécessaire mais pas suffisant car il n’engage pas collectivement.

      La question de savoir si la PMA est une affaire individuelle ou collective est éminemment complexe. Évidemment s’il s’agit de s’opposer à l’eugénisme et de contrôler étroitement l’action médicale et scientifique, il s’agit d’une question collective. D’après ce que je sais, en France, la sélection se fait sur le seul critère de réussite possible de la fécondation. Une FIV par exemple est quelque chose de très lourd médicalement pour les femmes et elle peut échouer. Il semble rationnel d’éviter un échec. Techniquement une sélection dans un sens beaucoup plus affiné est, me semble-t-il, possible mais elle doit être tout simplement interdite et là il s’agit bien sûr d’une question éthique éminemment collective car touchant à l’évolution de l’humanité dans son ensemble.

    • Clairement, aujourd’hui la PMA c’est la libération des appétits de la techno-science et d’une médecine pousse à l’acte... Les personnes qui s’engagent dans des PMA sont mal informées du taux de réussite pathétique de la démarche, et qu’elles vont devoir imaginer avant tout un échec, après des tentatives très lourdes (enfin, très lourdes pour les femmes, hein, c’est pas grave). D’ailleurs, aux lesbiennes qui se font faire des IAD simples en Espagne et Belgique, on vend... des PMA, avec traitement hormonal, DPI, etc. On pousse tout le monde à la PMA sans trop d’information : c’est de l’abus.

      Ensuite on a un diagnostic pré-implantatoire (DPI), qui pour l’instant est eugéniste avec des moyens ridicules et orientés vers la seule survie de l’embryon, et ensuite sera eugéniste avec des moyens inquiétants (et où sera le seuil, celui sur lequel les indignations vont éclater et on va décider collectivement que c’est dégueu ? la révolution sera douce, autant dire que c’est plié et qu’on est au bon vouloir de l’avancement pas trop rapide de la technoscience). Ah, et puis ensuite on garde les embryons pas retenus pour faire de la recherche avec, là encore sans trop en parler aux « personnes concernées », chouette !

      On est loin du désir d’enfant... c’est une industrie qui est en train d’échapper à tout critère démocratique, c’est pour ça que je suis pour des actes plus simples : IAD avec donneur anonyme pour toutes, pas de fécondation in vitro qui laisse la place à trop de manips. C’est l’effet de seuil que je vois pour que l’exploitation de désir d’enfant de couples infertiles n’ouvre pas la porte au cauchemar. En fait, dans le débat, il faudrait dire exactement quel effet de seuil on voit et si c’est faisable. Mais la politique qui colle aux désirs de certaines personnes, un peu comme elle colle aux faits divers... je suis anti-libérale et opposée à ça. La seule manière de mener des politiques humaines si on pose ça, c’est de les poser dans des communautés humaines à taille humaine, ce que ne sont pas nos sociétés.

      Après, ce qui est dégueu c’est que le truc existe depuis aussi longtemps et que ça éclate en exploitant les réflexes homophobes, puisque l’extension de la PMA aux couples hétéros fertiles ne fera jamais autant de foin et n’ouvrirait pas un débat aussi virulent...

      Sur la morale, on pourrait dire que moralisateur c’est quand c’est l’autre qui met à l’usage des arguments moraux ;-).

    • Comme on parlait de liberté individuelle, je me suis réveillée ce matin en pensant que les questions que pose la PMA, d’articulation entre désir individuel et cadre collectif, étaient assez proches de celles de l’épilation intégrale du pubis : des normes qui se diffusent et dont on paye le prix collectivement.

      L’épilation intégrale du pubis et le sens de la vie - Mon blog sur l’écologie politique
      http://blog.ecologie-politique.eu/post/L-epilation-integrale-du-maillot

      Comment osé-je parler de non-choix, dans une société qui valorise à l’excès la notion de liberté individuelle ? D’abord, ce ne sont pas des choix informés : les poils pubiens ne sont pas là pour nous ennuyer, ils sont là pour nous protéger, le saviez-vous ? Les gynécologues avertissent que cette barrière de poils est la première protection d’un écosystème très fragile. Si vous n’aimez pas la barbe, choisissez la moustache, et laissez-en au moins de quoi faire cette barrière naturelle !

      Ensuite qui suis-je pour vous imposer mes vues, alors que tous les goûts sont dans la nature et se valent ? Comme nous constituons ce que tout le monde à l’exception de Margaret Thatcher (paix à son âme) appelle une société, je suis celle qui contribue (modestement, hélas) au financement de cette sécurité sociale qui remboursera vos prochaines consultations gynéco. Et je suis aussi cette femme (rappelez-vous le début de cet article, il ne s’agissait pas que d’une introduction plaisante) qui va devoir faire avec un regard social qui considérera bientôt son sexe comme un animal à fourrure en voie de putréfaction – puisque personne n’a jamais été très complaisant avec le sexe des femmes, dans un mépris largement documenté et qui a interdit aux femmes elles-mêmes de se regarder (les unes les autres également) avec un peu plus de bienveillance.

    • Ouais c’est bien. Bon juste je laisse tomber les grands discours. Il se trouve que dans ma vie personnelle, j’ai refusé pour tout un ensemble de raisons y compris « éthiques » de m’engager dans un processus de PMA avec la personne avec qui je vivais à l’époque – oui ça m’arrive de vivre en couple, nul n’est parfait – d’ailleurs ce couple là, en tout cas, n’existe plus. Il est vrai que les toubibs poussent à l’acte. Il est faux de dire qu’ils n’avertissent pas sur le risque important d’échecs et sur la lourdeur du traitement. Maintenant je ne me verrais en aucun cas juger des personnes autour de moi qui souhaiteraient utiliser cette technique.

      Autrement je suis anarchiste et cela suppose en guise de prémices un minimum de libéralisme politique.

      Bonjour chez vous.

    • – oui ça m’arrive de vivre en couple, nul n’est parfait –

      Il se trouve que c’est la normalité et on paye cher –à tout point de vue– de s’y soustraire. Dans tout ce que j’ai lu au sujet de la PMA et de ses critiques, pour ou contre, il n’est question que de couple. Et le mariage pour tous (je n’ai rien contre) a porté à son paroxysme le couple comme norme.


  • Réponse à Nadine Morano - Valerie CrepeGeorgette
    https://www.facebook.com/valeriecrepegeorgette/posts/10152431509738052

    « Dans un court texte public sur facebook (https://www.facebook.com/Nadine.Morano/posts/10152202000275793) Nadine Morano s’élevait contre la présence d’une femme portant un foulard sur une plage publique. Nadine Morano voit donc arriver un couple ; l’homme va se baigner. La femme qui porte un foulard reste sur la plage.

    En 3 minutes Nadine Morano en a conclu qu’ils sont mariés et que cette femme est une "douce soumise" à son mari ce qui l’empêche de se baigner.

    Il existe des milliers de raisons qui ont pu empêcher cette femme de se baigner. Peut-être a-elle ses règles et n’aime t elle pas se baigner dans ces circonstances là ? Peut-être n’est elle pas à l’aise en maillot de bain ? Peut-être ne supporte-t-elle pas l’eau de mer ? Peut-être vient elle de manger ?

    Mais parce qu’elle porte un (...)

    • Ce qui me choque surtout, dans le texte de Morano, c’est le « Lorsqu’une Française se déplace dans un pays où la culture est différente, elle respecte et ne se présente pas en tenue de Bardot ». Selon cette approche identitaire, lorsqu’un français va en Arabie Saoudite, il peut battre sa femme pendant le séjour ? Curieuse conception des droits de la femme, considérés comme non universels.

    • Rien dans nos coutumes n’interdit de s’habiller en tutu vert si ça nous chante pourtant.
      De là à pondre une loi pour forcer les femmes à se mettre en bikini sur la plage, sous peine de crime contre nos valeurs, il n’y a qu’un pas que ces gens biens devraient franchir allégrement, histoire de bien montrer le côté totalitaire de leur raisonnement. N’y-a-t-il pas d’ailleurs des communes, de droite, aussi, qui interdisent de circuler dans la rue le torse nu ? Est-ce une atteinte aux bonnes pratiques laïques ? Je termine sur les obligations de tenues décentes dans les églises, sur les lieux de pèlerinages en particulier, je pense à Lourdes par exemple, où shorts et t-shirts sont indésirables.
      Il n’y a rien à faire... ce genre de sorties est une provocation volontaire, raciste et imbécile, il n’y a rien à répondre d’autre que ce que Valérie a répondu fort bien... mais quelle misère que de devoir supporter ce genre de personnes. Pourquoi les propos de cette ectoplasme sont-ils donc répercutés avant tant d’efficacité ?


  • « Dans un futur lointain, la pollution industrielle –un signe manifeste d’activité technologique– pourrait être détectée à des centaines d’années-lumière. Est-ce que des civilisations extraterrestres seront un jour capables de nous trouver grâce à notre pollution ? Et, inversement, si les aliens nous ressemblent un tant soit peu, pourrions-nous détecter l’existence de civilisations extraterrestres grâce à la leur ? »

    http://www.slate.fr/story/90859/extraterrestres-pollution

    #pollution #extraterrestres #SETI


  • #Bangladesh : 1 600 ouvriers en grève pour réclamer le paiement de leurs salaires
    http://www.novethic.fr/empreinte-sociale/sous-traitance/isr-rse/bangladesh-les-ouvriers-du-textile-ne-veulent-plus-se-laisser-faire-142709.

    Les ouvriers du textile bangladais veulent faire respecter leurs droits. Après des semaines de négociations infructueuses, près de 1 600 d’entre eux, travaillant pour #Tuba_Group, un fournisseur de marques occidentales comme #Walmart, mais aussi la Fédération internationale de football (#FIFA), se sont lancés dans une grève. Le mouvement a duré un dizaine de jours.

    Certains d’entre eux ont également choisi d’observer une grève de la faim. Ils entendaient ainsi protester ainsi contre le non-paiement de leur salaire sur les trois derniers mois, des heures supplémentaires et des primes de congés.

    Tuba Group est déjà impliqué dans le drame de l’incendie de l’usine de Tazreen qui avait fait plus de 110 morts en 2012. Le directeur du groupe, Delwar Hossain, était d’ailleurs en prison depuis février 2014. Il a été relâché sur caution le 5 août. Ce qui a eu pour effer de renforcer le mouvement de protestation des ouvriers.

    #industrie_textile #travail #exploitation #esclavagisme #violences_policières


  • Des députés en stage de PDG, à quoi ça sert ? - Libération
    http://www.liberation.fr/politiques/2014/08/19/des-deputes-en-stage-de-pdg-a-quoi-ca-sert_1080050

    Impossible de le rater, en costard sous son tablier Nature&Découvertes. Le socialiste Laurent Grandguillaume a fait parler de lui en juillet en troquant sa casquette de député pour endosser durant une semaine celle de stagiaire au sein de l’entreprise de distribution française. Comme lui, 27 parlementaires, dont deux sénateurs, ont répondu présent à l’appel lancé le 5 mai par Entreprises et progrès, une association patronale apolitique qui propose aux élus d’emboîter les pas d’un PDG durant quelques jours. Le but affiché : les sensibiliser au monde de l’entreprise, jugé trop méconnu dans les deux hémicycles. Mais difficile de croire qu’il suffit d’une semaine pour comprendre la complexité du métier d’entrepreneur et que l’opération ne ressemble pas à un simple coup de com.

    Un chiffre qui lui permet de justifier l’opération menée par le think tank patronal créé par un ancien PDG de L’Oréal, dont la principale revendication est la simplification du code du travail. Sans pour autant préciser que le but du Parlement, c’est de représenter tous les Français.

    Si c’est pas du #lobby ça, alors dites-moi ce que c’est !


  • Ferguson, Missouri
    http://otir.net/dotclear/index.php/post/2014/08/18/Ferguson

    http://otir.net/dotclear/public/pics/michael-brown1.jpg

    J’aurais pu titrer ce billet « La question noire aux Etats-Unis » mais Ferguson, Missouri est en passe de devenir un nom commun pour une crise de société magistrale tout comme en France ces petites villes de banlieue parisienne, en 2005 Clichy-sous-Bois ou en 2007 Villiers-le-Bel, bien que je me refuse à comparer ce qui n’est pas comparable.

    Ferguson est une petite ville du Missouri aux Etats-Unis, un Etat du Midwest avec environ 6 millions d’habitants. Ferguson, quant à elle, recensait près de vingt-deux mille âmes au dernier recensement de 2010, ceci pour vous permettre une échelle de la taille de la ville (et pour reprendre ma comparaison que je me refuse à faire, Villiers-le-Bel a une population de 27.000 habitants).

    Samedi 9 août dernier, un jeune homme nommé Michael Brown était abattu par (...)

    #West_Side_Stories #discrimination #droits_civiques #Ferguson_Mo. #racisme


  • Enjeux environnementaux et économiques des laisses de mer sur les plages girondines — Observatoire de la côte aquitaine
    http://littoral.aquitaine.fr/Enjeux-environnementaux-et,414.html

    Il n’y a pas que les fonds marins que l’on gratte et détruit …
    En vendée, les tracteurs passent tous les jours ramasser la #laisse_de_mer pour « plaire aux touristes », alors que c’est ce qui tient les dunes et permet de garder un équilibre écologique et un réservoir de nourriture pour tout un tas d’animaux. En quelques dizaines d’années, au nom des touristes, s’est produit un saccage énorme, là où la nature sauvage avait un peu survécu. Et pour la pêche à pied, il n’y a plus de coques, de couteaux ou de bouquets. Tant pis, ce soir, on mangera les quelques algues trouvées.

    #écologie #plages #propreté_ennemie_de_l'écologie



  • La ville de Munich bientôt de retour sur Windows et Office ?
    http://www.zdnet.fr/actualites/la-ville-de-munich-bientot-de-retour-sur-windows-et-office-39804939.htm

    Ce choix et ce possible retour à Windows est ainsi manifestement en partie une affaire politique. Mais le second adjoint au maire de Munich, Josef Schmid, assure que ce réexamen est nécessaire en raison des plaintes exprimées par des employés qui souffriraient de la transition. Ce dernier a échoué en mai dernier à remporter l’élection et à ravir le siège de maire.

    #linux


  • Un revenu de base nécessaire mais pas suffisant | Jean Zin
    http://jeanzin.fr/2014/08/18/un-revenu-de-base-necessaire-mais-pas-suffisant

    Est-ce qu’un revenu de base est nécessaire depuis les débuts de l’économie monétaire et de la division du travail ? La réponse est à l’évidence, oui, appliqué peu ou prou dans l’espace domestique et principe de la simple humanité, ce qui n’empêche pas qu’il manque toujours. Est-ce qu’un revenu de base s’impose encore plus à l’ère du numérique ? La réponse est encore une fois oui et plutôt deux fois qu’une pour des raisons qui tiennent au caractère non linéaire du travail créatif ou complexe ainsi qu’à la gratuité numérique (reproduction à coût marginal nul). Est-ce que c’est une raison suffisante pour obtenir un revenu de base qui ne soit pas trop indigne ? Pour l’instant, du moins, la réponse est hélas négative. On verra ce qui se passe en Suisse mais il ne faut pas croire que ce serait simplement une question de rapport de force ou de démocratie, comme si une grève générale ou un référendum populaire allaient permettre de conquérir ce nouveau droit à l’existence sans se soucier un peu plus de ses conséquences, de sa soutenabilité, sa capacité à s’auto-entretenir.

    Il ne faut pas se leurrer, il s’agit pas du tout de rêver d’une société idéale, comme si on était en position de refaire le monde, mais bien plutôt de traiter une urgence sociale. On ne peut se contenter d’incantations ou de raisonnements théoriques audacieux pour financer un revenu de base décent supposé sans contreparties productives, en s’imaginant par exemple qu’on pourrait créer l’argent ex nihilo. Pourquoi pas ? C’est d’ailleurs ce que font les banques centrales en ce moment et ce que devraient faire des monnaies locales quand il y a des capacités humaines inemployées mais ce n’est absolument pas une source durable de financement. Dans le contexte actuel, si quelque chose comme un revenu de base a des chances d’être adopté, il sera loin de pouvoir nous sortir de la précarité et plutôt de l’ordre du RSA actuel avec le risque d’aggraver la situation d’un certain nombre - si ce n’est l’occasion de baisser toutes les autres prestations sociales...

    #RdB


  • Le « #travail ménager », son « #partage inégal » et comment le combattre - Les mots sont importants (lmsi.net)
    http://lmsi.net/Le-travail-menager-son-partage

    Le travail “ ménager ” ou “ #domestique ” a été beaucoup étudié depuis trente ans. Il n’y a pas eu en revanche d’avancée dans la découverte de solutions au “ problème ” qui a ainsi été posé, tant dans un cadre militant que dans un cadre universitaire, si l’on excepte la campagne “ #Salaire pour (ou parfois “ contre ”) le travail ménager ” animée par Selma James dans les années 70. Cette suggestion – le versement d’un salaire par l’Etat – n’a pas eu de retentissement favorable en France, bien au contraire. Si cette solution a été rejetée par les #féministes, la classe politique en revanche la ressort périodiquement ; les mesures sociales “ en faveur des #femmes ” constituent dans plusieurs pays européens l’équivalent ou au moins l’embryon d’un tel salaire ou dédommagement. Mais le mouvement féministe en général ne les a pas appréhendées ni étudiées en tant que telles, et s’est contenté de s’élever contre les mesures nouvelles telles l’APE (Allocation parentale d’éducation) qui enlèvent du marché du travail des femmes qui y sont déjà ; les mesures plus anciennes qui ont le même résultat ne sont pas examinées ; pas plus que les raisons pour lesquelles un nombre de femmes de plus en plus réduit, mais qui reste important, n’arrive jamais sur le marché du travail.

    #RdV

    Dès que deux personnes de sexe différent se mettent en couple, la quantité de travail ménager fait par l’homme diminue tandis que la quantité de travail ménager fait par la femme augmente. Quand un homme se met à vivre en couple hétérosexuel, la quantité de travail ménager qu’il faisait est divisée en moyenne par deux. Quand une femme se met en couple, elle fait en moyenne une heure de travail ménager de plus que lorsqu’elle était célibataire. La femme perd à peu près exactement ce que l’homme gagne, dès la mise en ménage et avant l’arrivée d’enfant

    s.


  • Le Bouquinovore: La #violence des #mots
    http://bouquinovore.blogspot.fr/2014/08/la-violence-des-mots.html
    http://1.bp.blogspot.com/-_ngVHkLKoIU/U_GiwGEFiyI/AAAAAAAAXzo/vNPre32AxoM/s1600/campagnechoc8.jpg

    Cette campagne dénonce ce que trop souvent nous avons tendance à oublier lorsque nous parlons de la violence. Pour la majorité d’entre nous la violence n’est que physique mais bien souvent la pire des violence est verbal et psychologique. la stigmatisation d’une personne fait souvent autant voir plus de mal que les coups.



  • Fin de karma - Blog éclectique & sans sujet précis
    http://www.coindeweb.net/blogsanssujetprecis/index.php?post/Fin-de-karma

    La #technologie continuait de galoper, et le pauvre karma, incapable d’évoluer en RAM, limité à des disques IDE trop petits et à présent hors de prix, devenait de moins en moins utile. Mon Raspberry Pi, tellement peu cher que ce fut un achat d’impulsion, a un peu plus de puissance de calcul — mais pas de carte Gbit ni de mémoire de masse, ok. Le présent site tourne sur la machine virtuelle la plus minimaliste que vend Gandi, avec dix fois plus de bogomips et cent fois plus de bande passante — mais moins de disque et hors de mon réseau.

    #cloud #serveur #Linux #debian #obsolescence


  • Projet » Islande : sortir de la #crise autrement
    http://www.revue-projet.com/articles/2014-08-thorsteinsson-islande-sortir-de-la-crise-autrement

    Ce choix, qui s’avéra judicieux, montre bien qu’il existe différentes options pour résoudre une crise bancaire. Rien n’oblige un État à sauver à tout prix des #banques menacées de faillite. Il peut, au contraire, en profiter pour réduire leur taille et éliminer leurs dettes toxiques. Une analyse approfondie pour décider ce qui doit être préservé est alors bienvenue. Quand un établissement fait faillite, ce n’est pas sans raison et un gouvernement doit s’assurer qu’il ne dépense pas son argent pour rien.

    Dans le cas islandais, des mesures ont été mises en place, dans un programme du FMI, pour contrôler les mouvements de capitaux. Ceci a contribué à stabiliser la monnaie et à stopper l’énorme fuite des capitaux spéculatifs qui avaient été placés en Islande par des investisseurs étrangers avant la crise. En effet, l’Islande appartient à l’Espace économique européen et le pays a adopté la plus grande partie de la législation relative au marché unique, y compris la libre circulation des capitaux.

    Pour résoudre la crise, aucune entreprise publique ni aucun service public n’ont été privatisés. À l’inverse, de nouveaux services publics ont été introduits : les soins dentaires universels pour les enfants, le large développement des #transports publics… Les emprunts dont les taux étaient liés aux devises étrangères ont été déclarés illégaux par la Cour suprême, entraînant une réduction considérable des créances pour les banques. De même, le gouvernement a engagé l’annulation de créances pour les maisons sur-hypothéquées, plusieurs mesures en faveur des personnes endettées et des réductions considérables de la dette des sociétés.

    En gros, pile poil l’inverse de ce dans quoi nos gouvernants s’entêtent, alors que chaque jour, les faits leur prouvent qu’ils ont tort.

    Un ensemble de mesures sociales à caractère incitatif a été introduit en 2011, parallèlement à l’augmentation des salaires et des prestations sociales. D’où ce constat de l’OCDE : « Les inégalités de revenus ont considérablement reculé en Islande, permettant au pays de descendre de onze places sur l’échelle des pays les plus inégalitaires et de devenir le pays de l’OCDE où le niveau d’inégalité est le plus faible. Les politiques de consolidation semblent avoir été conçues d’une manière globalement égalisatrice[2]. »

    On comprend que cela fasse peur : réduire les #inégalités !