RastaPopoulos

Développeur non-durable.

  • « Les stéréotypes sur la pauvreté sont déshumanisants » | Secours populaire
    https://www.secourspopulaire.fr/les-stereotypes-sur-la-pauvrete-ont-pour-fonction-devacuer-une-resp

    Les stéréotypes ont exactement cette fonction d’évacuer une #responsabilité_collective à l’égard des personnes dans la détresse. Ils sont proprement déshumanisants, parce qu’ils dépouillent les personnes pauvres de leur identité, sur laquelle il faudrait pouvoir compter pour engager un dialogue ou un processus d’insertion.

    De tels discours qui brossent l’opinion dans le sens du poil « soupçonneux » aggravent le fossé divisant les Français autour de la question du travail. Ce fossé est l’une des causes du non-recours au RSA-activité destiné aux travailleurs pauvres. Le percevoir, c’est prendre le risque, aux yeux des collègues ou de l’employeur, de tomber dans la catégorie des « tire-au-flanc ».

    Le retour à des prestations universelles et inconditionnelles est une voie souvent avancée pour échapper à la stigmatisation qui accompagne tout ciblage. La logique d’une telle universalisation devrait conduire à l’option radicale d’une « allocation universelle » forfaitaire due à chacun de sa naissance à sa mort. Cependant, dans les circonstances actuelles, les situations d’exclusion frappant les jeunes et de nombreux adultes d’âge actif sont si profondes qu’elles ne seront pas surmontées sans une démarche d’accompagnement social qu’il faut prioritairement financer.

    nous constatons un enracinement de la pauvreté. L’accroissement de la grande pauvreté et de la dépendance nous inquiète, d’autant que les possibilités d’en sortir sont réduites. Déjà en 2011, un tiers des personnes en situation de pauvreté l’était depuis au moins trois ans. Les chances de sortir de la pauvreté s’amenuisent dans la durée

    #oligarchie #inégalités #dépolitisation #narcissisme #néolibéralisme #fondamentalisme_libéral #déshumanisation #barbarie
    #réciprocité #revenu_de_base

    • Si le revenu universel pose problème comme je l’ai lu ici dans différents ST, on peut imaginer que la gratuité de l’essentiel, tout ou partie, pourrait être une solution de base. Gratuité du logement, eau, électricité, gaz, communications, transports, santé, éducation ?

    • @odilon, c’est une partie de la proposition du Parti pour la décroissance, et on en a parlé ici : une garantie pour vivre décemment, offerte non pas en argent (et débrouille-toi sur le marché locatif) mais en accès à l’essentiel. La critique qui a été ébauchée ici, et pas par moi, portait sur le côté contrôle du truc, définition par en-haut de qui a besoin de quoi. Exemple : tu as besoin d’une caisse à la campagne mais pas en ville, alors on distribue comment le carburant ? Si c’est gratos en fonction du lieu où tu habites, ben pourquoi on se ferait chier en appart ? Après, ce qui est intéressant c’est de poser des effets de seuil en matière de conso, de différencier le nécessaire du mésusage. Mais là encore, il y a le risque qu’on t’explique comment tu devrais vivre.

      J’en profite pour raconter cette histoire : mon frère héberge à la maison un serveur. Le truc consomme pas mal, alors sa facture d’électricité est assez élevée. Or, c’est sur la facture d’électricité qu’on décide que son appart n’est pas bien isolé. Tu as des usages gourmands, donc ton logement finit classé F. Les deux n’ont rien à voir, mais ça va plus vite. Toutes ces procédures de contrôle, certification, administration, sont intrusives et n’atteignent pas forcément leur but quand elles sont assurées grossièrement, alors quoi faire ? Demander des contrôles plus pointilleux ?

      Toutes ces bonnes idées qui ont des effets secondaires problématiques (le revenu garanti qui nourrit l’exclusion, les contrôles divers qui te donnent l’impression que 1984 c’est aujourd’hui), au final ça rend sceptique sur la possibilité de réformer cette société de merde...


  • Alors que les États-Unis envoient 3000 militaires en Afrique de l’Ouest, une compilation d’articles sur #Ebola et la réponse internationale

    –-----

    What We’re Afraid to Say About Ebola - NYTimes.com
    http://www.nytimes.com/2014/09/12/opinion/what-were-afraid-to-say-about-ebola.html

    The Ebola epidemic in West Africa has the potential to alter history as much as any plague has ever done. (...)

    There are two possible future chapters to this story that should keep us up at night.

    The first possibility is that the Ebola virus spreads from West Africa to megacities in other regions of the developing world. (...) What happens when an infected person yet to become ill travels by plane to Lagos, Nairobi, Kinshasa or Mogadishu — or even Karachi, Jakarta, Mexico City or Dhaka?

    The second possibility is one that virologists are loath to discuss openly but are definitely considering in private: that an Ebola virus could mutate to become transmissible through the air.

    –----

    The Mathematics of Ebola Trigger Stark Warnings: Act Now or Regret It | WIRED
    http://www.wired.com/2014/09/r0-ebola
    http://www.wired.com/wp-content/uploads/2014/09/Nishiura-curves.jpg

    I’ve spent enough time around public health people, in the US and in the field, to understand that they prefer to express themselves conservatively. So when they indulge in apocalyptic language, it is unusual, and notable.

    –----

    BBC News - Ebola outbreak ’threatens Liberia’s national existence’
    http://www.bbc.com/news/world-africa-29136594

    [Defence minister] Brownie Samukai Samukai warned on Tuesday that the disease was “devouring everything in its path” in Liberia.

    The country’s weak health system was already overwhelmed by the number of cases, he said.

    Mr Samukai told UN Security Council members that Liberia lacked “infrastructure, logistical capacity, professional expertise and financial resources to effectively address this disease”.

    “Liberia is facing a serious threat to its national existence. The deadly Ebola virus has caused a disruption of the normal functioning of our state,” he said.

    Separately on Tuesday, the UN’s envoy in Liberia said that at least 160 Liberian health workers had contracted the disease and half of them had died.❞

    –----

    ‘Ebola’ Draining Economy - Min. Konneh - The New Dawn Liberia | Truly Independent
    http://www.thenewdawnliberia.com/index.php?option=com_content&view=article&id=12673:ebola-draining

    According to him, some concession companies have already scaled down operations, as expatriates depart the country for fear of contracting the Ebola virus. He said productivity in the various sectors of the economy was adversely affected, resulting in lower revenue performance, and increased expenditure demands, threatening the post- conflict recovery process of sustainable, inclusive and proper growth.

    –----

    Poor will die of hunger, not just Ebola, say Sierra Leoneans
    http://www.trust.org/item/20140915104032-w7rs4?

    FREETOWN: Supplies of food are running so low in Sierra Leone that residents fear many could die of hunger if the Ebola virus is not contained soon, reports humanitarian organisation Plan International.

    Freetown residents say food prices are soaring out of control due to the lack of cross-border trade.

    –----

    Ebola’s Hard Lessons | The CSIS Global Health Policy Center
    http://www.smartglobalhealth.org/blog/entry/Ebolas-Hard-Lessons

    In the acid words of one observer, Ebola is to WHO what Katrina was to FEMA in 2005. MSF is at its limits and cannot possibly continue to shoulder the lion’s share of responsibilities.  In the meantime, staff on the ground are becoming steadily more vulnerable – to infection and to violence – requiring greater investments to ensure their protection.

    –----

    The Ebola War
    http://haicontroversies.blogspot.ca/2014/09/the-ebola-war.html

    Although there are clearly downsides, experts from Peter Piot to MSF leaders to Mike Osterholm are calling for military involvement. 

    The need for such involvement is based simply on the scale of this disaster—WHO, CDC, non-governmental groups like MSF, no group has anything close to the logistical capability of the military to quickly deploy personnel and supplies almost anywhere in the world. If, as MSF suggests, military assets are “not…used for quarantine, containment, or crowd control measures”, which have backfired (particularly in Liberia), such a response could help bring essential capacity where it is needed most. The chart below provides a comparison of the total budgets for the US military, CDC, WHO and MSF.

    http://2.bp.blogspot.com/-ZP4TYpakerY/VBWxIgVZfxI/AAAAAAAABCY/ryAcZMqH0jQ/s1600/budgets.jpg

    –----

    Ebola outbreak an avoidable tragedy, say UK MPs | Global development | theguardian.com
    http://www.theguardian.com/global-development/2014/sep/12/ebola-outbreak-avoidable-tragedy-uk-ministers-mps

    “The devastating ongoing Ebola epidemic in west Africa has served to emphasise the importance of establishing strong health systems,” it said. “The apparent hesitancy and lack of coordination in the international response suggest that the global health system and emergency plans have failed.”

    –----

    Ebola – the World’s Katrina | Molecules to Medicine, Scientific American Blog Network
    http://blogs.scientificamerican.com/molecules-to-medicine/2014/09/09/ebola-the-worlds-katrina

    the world’s response has been incomprehensibly and seemingly irresponsibly slow. Why is this the case? Likely because of disparities in the power and wealth of people affected by the epidemic.

    The Washington Post has a good backgrounder, “The long and ugly tradition of treating Africa as a dirty, diseased place,⁠” by professors Laura Seay and Kim Yi Dionne. They note the racism of the European colonizers, and how that led to “othering” of Africans, attributing inherent flaws to the people and their societies rather than to cultural differences, without any true basis or understanding. And they cite the “persistent association of immigrants and disease in American society.”

    The impact of such “othering” was first really brought home to me in a provocative lecture by Eileen Stillwaggon in 2006, at a Global Network for Neglected Tropical Diseases⁠ conference. She spoke of the perception that AIDS was more prevalent in Africa because of different sexual mores⁠—hypersexuality⁠ and promiscuity. Then she ripped this apart with eye-opening evidence of the links between helminth (worm) infections, schistosomiasis, malaria, and AIDS, effectively demonstrating that the parasitic infections strongly increase the susceptibility to HIV, explaining the difference in HIV rates between Africa and industrialized countries.

    –----

    Ebola highlights slow progress in war on tropical diseases | Reuters
    http://www.reuters.com/article/2014/09/11/us-health-ebola-neglected-analysis-idUSKBN0H60TA20140911

    [until this crisis] the absence of economic incentives for drugmakers to develop and supply medicines for neglected tropical diseases (NTDs) has long been highlighted by health campaigners, but it rarely gets on to the political radar in the West. (...)

    It is not that scientists don’t have ideas for new drugs and vaccines but, until now, they have lacked the industry buy-in needed to take experimental products through the costly late stages of clinical development.

    BIOWEAPON FEARS IN WEST

    Significantly, much of the funding for Ebola has been driven not by concerns about sporadic outbreaks in Africa but by a biodefence strategy in the United States and other countries fearful of the potential to weaponize the virus.


  • La magie du travail social, ou comment faire disparaître les pauvres
    http://jefklak.org/?p=91

    Nicolas Gaillard est membre de L’Orage, une coopérative grenobloise de formateurs à l’éducation populaire. Ces éducateurs d’un nouveau genre s’essaient au périlleux exercice de la conférence gesticulée, qui mélange savoirs issus d’expériences de vie et savoirs théoriques pour mieux déconstruire « les systèmes de domination tels que nous les avons vécus et rassembler des savoirs utiles pour l’action collective ». Nicolas Gaillard, lui, s’attaque au travail social avec sa conférence gesticulée La magie du travail social ou comment faire disparaître les pauvres. Ancien éducateur spécialisé, il cherche à déjouer les rouages à l’œuvre dans ce métier qui ont fait perdre toute ambition de transformation sociale aux travailleurs sociaux. Source : Jef (...)



  • #EDF construira bien des #Grands_barrages en Amazonie
    http://multinationales.org/EDF-construira-bien-des-grands

    Il en était question depuis plusieurs mois. EDF vient d’officialiser son arrivée dans le secteur ô combien controversé des grands barrages en Amazonie brésilienne. Le groupe énergétique français a racheté 51% des parts du consortium chargé de construire le barrage de Sinop, dans le bassin du Rio Tapajós, un affluent de l’Amazone. En ligne de mire pour EDF, les enchères pour deux autres barrages encore plus importants dans la même zone, São Luiz do Tapajós et Jatobá, qui doivent se tenir fin 2014. Au même (...)

    Actualités

    / A la une, #Brésil, EDF, #GDF_Suez, Grands barrages, #changement_climatique, #droits_humains, #impact_social, #impact_sur_l'environnement, #gaz_à_effet_de_serre, communautés (...)

    #communautés_locales
    « http://economia.estadao.com.br/noticias/negocios,governo-federal-marca-leilao-da-hidreletrica-sao-luiz- »
    « http://dams-info.org/en/dams/view/sinop »
    « http://news.mongabay.com/2014/0915-tapajos-dam-deforestation.html »
    « http://dams-info.org/en/dams/view/sao-luiz-do-tapajos »
    « http://dams-info.org/en/dams/view/jatoba »
    « http://exame.abril.com.br/negocios/noticias/tractebel-ve-recuperacao-com-resultado-satisfatorio-em-2014 »
    « http://www.agenceecofin.com/electricite/0409-22544-rio-tinto-edf-et-la-sfi-recherchent-5-experts-pour-la-centr »
    « http://www.climatecentral.org/news/tropical-dams-methane-18019 »
    « https://www.flickr.com/photos/55449636@N07/8509547867

    Flickr
     »


  • Pourquoi la #programmation collaborative réussit ?... Et pourquoi parfois elle échoue - Technology Review
    http://alireailleurs.tumblr.com/post/97718078419

    L’excellent blog ArXiv de la Technology Review revient sur un article de recherche qui cherche à comprendre les raisons des succès de la programmation sociale. Pour cela les chercheurs ont analysés l’évolution de 300 000 projets déposés sur GitHub et BitBucket, les deux principales plateformes de partage de code de logiciels. Pourquoi certains projets réussissent-ils plus que d’autres ? Et bien si l’on en croit les chercheurs les projets qui réussissent le mieux, c’est-à-dire ceux qui reçoivent le plus d’attention et de popularité dans le temps, sont avant tout ceux qui ont le plus grand nombre de développeurs en interne, qui travaillent sur le coeur du projet. Mais, les projets les plus efficaces, ceux qui recoivent le plus de validation de développement, impliquent le plus souvent un développeur isolé. (...)

    #collaboration


  • Femme sorcière et femme salonnière : #femmes et #pouvoir à l’époque moderne – RHUS
    http://www.rhus.info/?articles=femme-sorciere-et-femme-salonniere-femmes-et-pouvoir-a-lepoque-mode

    En France, pendant l’Époque moderne, deux figures féminines symboliques sont garantes d’un pouvoir particulier. Alors que la femme #sorcière détient un savoir populaire qui se transmet de génération en génération, la femme salonnière, quant à elle, est porteuse d’un savoir intellectuel qui permettra aux femmes de s’affranchir dans le long terme. Or, les autorités de l’époque ne sont guère enclines à l’#émancipation de la femme. Cet article met au jour la manière dont évoluent les rapports de force exercés par la femme sorcière, par opposition à ceux de la femme salonnière. En effet, ce pouvoir dont elles étaient porteuses aura été jugé dangereux dans le premier cas et inoffensif dans le second. Leurs conditions sociales respectives les auront amenées à agir, face aux autorités, d’une façon distincte, ce qui aura concouru au destin tragique de la femme sorcière.

    #histoire #domination


  • Nouvelle #cartographie des grands projets inutiles en France, sur Reporterre : http://www.reporterre.net/spip.php?article6215

    Aéroport, ferme-usine, barrage, stade, village de vacances, centre commercial… Notre-Dame-des-Landes et le Testet ne sont que deux parmi les nombreux Grands projets inutiles qui abiment la France. Sur le terrain, les opposants se mobilisent. À l’occasion de leur première réunion de coordination, organisée ce samedi à Paris, Reporterre publie la carte de cette déferlante de béton.

    #GPI #France #carto #nddl #testet


  • Ukraine, résumé.

    Le président P. Porochenko, démocratiquement élu le 25 mai prend des décisions qui vont dans le bon sens :
    • report de l’application de l’accord avec l’UE
    • autonomie des régions russophones
    • amnistie des « séparatistes »
    cf. http://seenthis.net/messages/294019

    On remarquera juste qu’une décision sur l’autonomie, votée en avril, après « Euro-Maïdan » avec mise en œuvre rapide d’actes montrant que l’Ukraine s’engageait dans cette voie aurait très certainement suffi pour faire l’économie du conflit, des milliers de morts et des destructions…

    On remarquera aussi que le parlement qui vient d’approuver l’autonomie accrue des régions orientales est le même que celui qui, au lendemain de « Maïdan » s’est empressé de voter la loi supprimant l’utilisation du russe dans les relations avec l’administration…

    C’est le moment de se rappeler que le choix du gouvernement issu de l’émeute du 21 février s’est fait sous contrôle de Victoria « Fuck the EU » Nuland et que A. Iatseniouk a été préféré à O. Tyahnybok car ce dernier était trop marqué à l’extrême-droite, alors que Iatseniouk avait l’image d’un « technicien » plus neutre. De fait, le choix des É.-U. a clairement été de promouvoir les plus anti-russes — et donc, de fait, les (ultras-)nationalistes.
    cf. la fameuse conversation téléphonique fuitée http://www.bbc.com/news/world-europe-26079957

    L’orientation de Iatseniouk s’est récemment éclaircie avec son choix d’associer des « héros de l’opération anti-terroriste », tous issus de la droite extrême, sur sa liste de candidats au parlement.
    cf. http://seenthis.net/messages/293493

    On peut penser que les options de Porochenko sont massivement approuvées par la majorité de la population. S’il parvient à poursuivre dans cette voie, le « Bloc Porochenko » risque de faire un tabac aux législatives. Un peu moins, peut-être, dans les régions « nationalistes » d’Ukraine occidentale, dont on se rappellera d’ailleurs qu’elles ne sont ukrainiennes que depuis 1945, ou, plus exactement, depuis le traité germano-soviétique de délimitation et d’amitié du 28 septembre 1939, avec un petit « intermède » entre l’été 1941 et la fin de l’été 1944.

    S’il parvient…, car, on imagine bien une évolution très différente. Tout d’abord et c’est déjà à l’œuvre, ces décisions vont évidemment être présentées comme une immense victoire de Poutine, ce qui va donner lieu à une campagne de délégitimation de Porochenko.

    Ensuite, on peut prédire, soit un « gros accident de santé » pour P. Porochenko, soit, carrément, un coup d’état pro-occidental. Et même, plus exactement, un premier pseudo-coup pro-russe, suivi d’un contre-coup nationaliste qui permette de revenir à une plus saine vision des choses (du moins, vue par les nationalistes/marionnettes des É.-U.)

    J’espère vivement me tromper…

    • Le Guardian, factuel

      Ukraine votes to give more power to east to end separatist fighting | World news | The Guardian
      http://www.theguardian.com/world/2014/sep/16/ukraine-votes-more-power-separatist-east

      Ukraine’s parliament has voted to give the east of the country limited self-rule as part of proposals aimed at ending the deadly separatist insurgency.

      Politicians also ratified an agreement to deeper economic and political ties with the European Union, drawing a line under the issue that last year sparked the political crisis that led to the overthrow of the president, Russia’s annexation of Crimea, and a war with Russia-backed separatists that has killed more than 2,600 people.

      Rappelant qu’il s’agit de l’application du plan de paix signé le 5 septembre en Biélorussie.

      The main points of the legislation, unveiled as part of a peace plan signed with pro-Russian insurgents and Moscow on 5 September are:
      • The rebel-held Luhansk and Donetsk regions will be granted a “special status” giving them broader autonomy for a three-year period.
      • Local elections will be held in some districts of the two mainly Russian-speaking regions on 7 December. The last local elections held nationwide were in October 2010.
      • Use of the Russian language to be allowed in state institutions.
      • Regional councils will have the power to appoint local judges and prosecutors.
      • Local authorities in Donetsk and Luhansk can “strengthen good neighbourly relations” with their counterparts across the border in Russia.
      • The legislation also promises to help restore damaged infrastructure and to provide social and economic assistance to particularly hard-hit areas.
      • Another bill on amnesty protects from criminal prosecution “participants of events in the Donetsk and Luhansk regions” – appearing to apply to both the insurgents and Ukrainian government troops. Rights groups have accused fighters on both sides of abuses that might be classified as war crimes.

    • New York Times inverse l’ordre d’importance des votes, insistant sur l’accord d’association avec l’UE.
      Et donne la ligne officielle : concessions majeures à la Russie…

      Ukraine Moves to Strengthen Ties With Europe, and Bolster Truce - NYTimes.com
      http://www.nytimes.com/2014/09/17/world/europe/ukraine-west-europe-russia.html

      The Ukrainian Parliament passed a series of laws on Tuesday meant to cement the country’s Western orientation while strengthening its truce with pro-Russian separatists in the southeast. The steps were more freighted with symbolism than likely to bring any immediate change.

      One of the Parliament’s votes was to ratify an association agreement with the European Union. The rejection of the pact by the previous president just before he was scheduled to sign it led to mass demonstrations and his overthrow in a people’s revolution last February.

      The lawmakers also approved two laws meant to fulfill the promises Ukraine made in negotiating a shaky cease-fire with the rebels after five months of armed conflict. One of the laws grants temporary autonomy to two regions, Donetsk and Luhansk, where the rebels tried to break away from Ukraine. The other grants amnesty to separatists who did not commit war crimes.

      President Petro O. Poroshenko of Ukraine sought to portray the votes on Tuesday as a moment of triumph for Ukraine, but they were actually concessions to Russia’s significant influence over the future of the country.

    • Une autre voie, moins radicale que le coup, pourrait se présenter : l’annulation des deux votes pour vice de procédure.

      suite de l’article du Kyiv Post pointé dans mon précédent billet

      Parliament votes to grant self-rule, amnesty to Donbas separatists
      http://www.kyivpost.com/content/ukraine/parliament-votes-to-grant-self-rule-amnesty-to-donbas-separatists-364826.h

      Both laws were passed by a majority of lawmakers during a closed session of parliament and were immediately slammed by critics as massive concessions to Russia.

      I have a nasty feeling over these laws,” Andriy Shevchenko, lawmaker of Batkivshchyna party wrote on his Twitter, claiming that process of voting was held with violation of procedure.
      (…)
      A number of lawmakers and a majority of Batkivshchyna and Svoboda factions refused to vote for the laws that were broadly supported by presidential allies, including Vitaly Klitschko’s UDAR party and the traditionally pro-Russian Party of Regions and Communists.

      Oleg Tiahnybok, Svoboda party leader, compared the adoption of today’s laws with the draconian law passed on Jan. 16 that limited public freedoms in the country. That bill led to mass streets protests in Kyiv’s center in January.

      Yulia Tymoshenko, leader of Batkivshchyna, called the laws “humiliating and betraying.” Independent lawmaker Anatoly Hrytsenko said the board showing the results of vote was off at the moment when the two bills were voted so the lawmakers couldn’t see the voting process. “Things like that have never happened in (Verhkovna) Rada,” he said.

    • Pour l’heure, l’article du Monde triomphe sur la ratification de l’accord d’association mais continue à ignorer totalement les autres décisions…

      L’Ukraine et l’UE ratifient un accord d’association « historique »
      http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/09/16/l-ukraine-et-l-ue-ratifient-un-accord-d-association-historique_4488496_3214.

      A Strasbourg, ce mardi 16 septembre, le Parlement européen a été le théâtre d’un vote inhabituel. En duplex. Avant de ratifier l’accord d’association entre l’Union européenne (UE) et Kiev, qui devra entrer en vigueur en 2015, les parlementaires européens ont pu d’abord regarder sur un écran géant leurs homologues de Kiev se prononcer sur le même sujet. Une « première », a souligné le président du Parlement, Martin Schulz. Aussi, c’est presque simultanément que les Ukrainiens et les eurodéputés ont dû se prononcer sur ce texte d’une portée « historique », selon M. Schulz.

    • Ah si.

      Un article sorti en fin de matinée le 16, mis à jour en fin d’après-midi, non présent sur la une, auquel on accède donc en passant par le pied de page Voir aussi

      Le Parlement ukrainien ratifie l’accord d’association avec l’UE et propose un statut d’autonomie à l’est
      http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/09/16/le-parlement-ukrainien-vote-plus-d-autonomie-aux-regions-separatistes_448819

      En parallèle, le Parlement de Kiev a également voté, à portes closes, deux projets de loi prévus par le plan de paix défini le 5 septembre à Minsk par Kiev et des représentants des rebelles prorusses :
      Un statut spécial d’autonomie pour les régions de Donetsk et de Louhansk
      (...)
      Une amnistie sous conditions
      (...)


  • A nous le temps des sorcières
    http://www.monde-diplomatique.fr/2014/09/DESQUESNES/50775

    Une vieille dame, laide et pauvre, affairée devant un chaudron. Personnage aussi fascinant que repoussant, la #sorcière des contes de fées semble avoir toujours existé, au fond de sa forêt, prête à se glisser dans nos imaginaires. Or cette figure a une histoire, faite de #femmes en chair et en os, ostracisées et persécutées entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Et, sans cette #histoire, on ne peut comprendre les origines du #capitalisme. C’est ce que nous dit Silvia Federici, universitaire américaine, marxiste et féministe, dans une analyse menée avec une limpidité réjouissante. Dévoré à l’étranger, Caliban et la Sorcière paraît enfin en français, dix ans après sa première publication en anglais.

    http://www.entremonde.net/IMG/arton44.jpg

    #livre @entremonde


  • La #méthode_Freinet, une pédagogie innovante au cœur de l’école publique
    http://www.lemonde.fr/societe/visuel/2014/09/15/la-methode-freinet-une-pedagogie-innovante-au-c-ur-de-l-ecole-publique_44875

    Malgré une demande croissante de la part des parents pour une pédagogie alternative, la trentenaire reste discrète sur son travail. « C’est une méthode peu connue, et surtout mal connue, argue l’institutrice. On se fond dans la masse. »

    Mais ces dernières années, « les subventions et le crédit de ces mouvements ont été écornés ». L’ICEM, comme d’autres, a vu ses moyens amoindris. Et aujourd’hui, les mouvements pédagogiques proposant des projets innovants sont noyés dans la constellation des associations agréées par le ministère, comme le soulignait notamment Jean-Jacques Urvoas, le 3 décembre 2013 dans une question écrite à l’Assemblée nationale. Si l’ICEM, comme l’Association française pour la lecture ou le Centre de recherches et d’actions pédagogiques, « sont reconnus par l’éducation nationale comme partenaires à part entière (...), ils n’apparaissent toujours pas ni dans les textes ministériels (...) ni dans les programmes de formation destinés aux futurs professeurs des écoles », écrit le député socialiste du Finistère.

    #éducation @heautontimoroumenos


  • Les églises athées débarquent à Paris
    Au début je trouvais simplement, en bon idéologue de formation philosophique, que une « église athée » c’était vraiment stupide.
    Puis je me suis renseigné sur pourquoi les gens continuaient a aller à l’église... et il apparaît qu’une grande part, ne connaîssent pas la théologie, mais surtout qu’une autre part y va parce qu’elle y trouve des pratiques spécifiques (comme le chant collectif, ou s’occuper des personnes décédé) etc.
    En fait les religions gagnent des adeptes aussi (mais pas seulement) a cause de pratiques délaissé par des organisations sociale non spécifiquement religieuse.
    C’est pourquoi a vu de nez, l’expérience me parait intéressante.
    Après ce que l’on m’a dit c’est que c’était vraiment un peu trop copié-collé d’une église classique. A voir.
    Sur la question de l’argent, je pense qu’il faut faire attention, je ne me suis pas pencher sur la question.

    D’autres part, c’est pour ce meme genre de raisons et intérêt qu’existe en France des mouvements de jeunesse laïque ! Parce que la religion prenait sinon entièrement la main dessus. Et je peux vous assurez que ça a leur pas plus aux cathos et autres de voir que des laïcard leur piquait les jeunes qu’ils auraient pu endoctriner.

    Toutefois rapellons que l’athéisme n’est pas une croyance. Il est le résultat d’une absence de preuve de la part des tenant, et d’une très forte improbabilité. La même que pour l’existence des licornes, ou plutôt des théières géantes invisibles.

    Enfin, je crains, (a la lecture de l’article de Rue 89) que ces églises soit laïque, au lieu d’être athée... ce qui est tout de même différent.

    http://rue89.nouvelobs.com/2014/09/14/sunday-assembly-les-eglises-athees-debarquent-a-paris-254481

    • Je suis tout à fait d’accord. Même réflexe de recul et d’acceptation du concept :-)

      Je me suis marié sans qu’on fasse de messe, et pour beaucoup, y compris moi même, il manquait ce moment de communion collective.
      Et je ne parle pas des enterrements où on a besoin d’un moment de recueillement collectif à la hauteur de l’hommage qu’on veut rendre au défunt..
      Les curés le savent bien, eux qui de plus en plus voient que leur mission évolue de plus en plus vers la prestation de cérémonies à la demande.

      De toutes façons, les grandes religions n’ont fait que se greffer sur les rites communautaires existants, ce n’est que juste retour des choses..

    • mmm, mais une « église athée » organisée par deux personnes qui veulent ouvrir des « communautés » partout dans le monde et qui se déplacent pour faire le show, ça pose quelques questions, non ? enfin je veux bien qu’on parle de #philanthropie, mais ça ressemble, a minima, à un petit business (pas nécessairement un truc de millionnaires, hein, juste une petite start-up évènementielle qui permet de vivre correctement)

      et ce qui est assez frappant, sur les quelques images disponibles dans la vidéo, c’est que la plupart du temps, les gens sont assis, comme à la messe, pour assister à quelque chose qui est devant eux : mauvais début...


  • Indymedia Nantes | Pourquoi je n’irai pas à l’Alternatiba le 28/09
    http://nantes.indymedia.org/articles/29939

    Depuis quelques mois, plusieurs associations nantaises se sont réunies dans l’optique d’organiser fin septembre un village des alternatives (clic) sous l’étiquette « Alternatiba ». (…)
    Après quelques recherches et plusieurs discussions, j’ai pris la décision de ne pas y participer et je m’en vais vous expliquer pourquoi. Mais d’abord, c’est quoi Alternatiba ?

    #infiltration #greenwashing #récupération_capitaliste #soudoiement #crowdfunding #manipulation #extrême-droite #nddl #développement_durable

    • Ha la la... #indymedia ! c’est bien ce nom, c’est comme anarchie : on peut dire tout et son contraire tant qu’on ne connait pas :p Pour faire un très bref résumé, parce que franchement, le sac de nœud #alternatiba est bien plus passionnant, donc pour résumer : chaque indymedia est indépendant (et certains détestent cordialement les pratiques d’autres :p )
      Pour en revenir aux rebondissement et boniments d’Alternatiba nantes, j’ai lu un autre article depuis : http://nantes.indymedia.org/articles/30073
      Il se dira bien peu d’autre choses : alternatiba a demandé à tout le monde de se taire, les militants sont partagés entre l’envie de montrer et l’envie de démonter, l’acipa et autres apposants officiels à #NDDL peuvent sans doute dire merci à celles et ceux qui l’ont néanmoins ouverte pour dénoncer ces tractations et chantages...
      Je ne sais toujours pas quoi en penser globalement, mais la sensation quand même d’un gros truc qui veut faire le boeuf quitte à prendre quelques hormones qu’il oublie la petite marre nécessaire pour coasser en père peinard...
      Tout le problème tient sans doute dans ce passage d’un communiqué national : « Ce logiciel lie radicalisme et pragmatisme ; sens du travail de masse et recherche des alliances ; non-violence et détermination ; efficacité, organisation et démocratie ; interpellation sur l’urgence et l’ampleur de la crise climatique mais également sociale, économique, énergétique, alimentaire et écologique et création, promotion, renforcement des alternatives permettant de combattre ces crises et de construire une société plus humaine, plus soutenable, plus solidaire, plus juste et plus conviviale. Ce même logiciel rejette les logiques mortifères de polémiques, de division, de courses au plus pur et au plus radical qui détourneraient nos énergies de la bataille centrale dans laquelle nous avons décidé de les investir, à savoir changer le système pour ne pas changer le climat. »

    • @rastapopoulos

      on en parle de lutte des classes, me semble-t-il

      oui oui, il te semble bien. En tout cas dans plusieurs des confs qu’ils ont organisées.

      La question de lier radicalisme et pragmatisme, comme ils disent dans la communiqué, me semble effectivement centrale : comment lier le problème de fond (sortir d’un système inégalitaire, pétrolophage et qui risque de vite, durablement et profondément bousiller le climat global) avec la réussite d’objectifs atteignables en pratique.
      Vu les délais qu’on a au niveau de l’évolution du climat, je crois pas qu’on puisse raisonnablement se fixer comme objectif de sortir de l’économie et vivre dans un autre système de travail et d’échanges matériels dans les 15-20 ans qui viennent. Ce qui bien sûr n’enlève rien à l’importance de cette question et à la nécessité de la creuser dans tous les cas. Mais parallèlement, si on veut garder des chances de vivre sous un climat encore à peu-près stable, une approche dite « réformiste » visant à faire bouger les lignes et rassemblant large me semble indispensable.

      Ou alors on acte le fait que le climat est de toute façons foutu et qu’on va droit au chaos, donc autant être radical tout en prenant son temps pour construire la suite. C’est une autre vision.

      Quand au billet initialement cité je me suis arrêté à

      Ce Village des Alternatives façon beurre blanc ne traite ni plus ni moins que d’aménager le système capitaliste de façon plus vivable pour (au moins) une part de la population.

      qui a fait sonner mon detector de gilipolleces
      https://www.youtube.com/watch?v=L0VyMvb3VAQ

    • Cette critique soulève la problématique de la politique qui use du principe de proximité et de la responsabilité individuelle pour noyer l’écologie politique dans le marketing bio. Parce que si les problèmes écologiques étaient résolus seulement en fabriquant des maisons de paille et en mangeant bio (avec 0,5% d’ogm dedans quand même pour soutenir la croissance), ça éviterait de questionner les inégalités sociales, les modes d’attribution des marchés, l’industrie de l’armement, les paradis fiscaux, les politiques migratoires … de surveillance et de se positionner politiquement.
      Sauf que ce programme là est vachement moins rigolo.
      On peut entendre que la foire des bons sentiments écologiques en famille est censée ramener de l’espoir et du baume au cœur. On en a besoin aussi. Mais ce mode d’action et de récupération, qui évite soigneusement de parler politique, puisqu’il se dit apolitique, peut servir aussi à délégitimer les plus impliqués dans un changement de société en assurant un nouvel élan à la mise en scène du spectacle du capitalisme. C’est toujours Mickey, mais en terre cuite labellisé non toxique.

    • Parce que si les problèmes écologiques étaient résolus seulement en fabriquant des maisons de paille et en mangeant bio (avec 0,5% d’ogm dedans quand même pour soutenir la croissance), ça éviterait de questionner les inégalités sociales, les modes d’attribution des marchés, l’industrie de l’armement, les paradis fiscaux, les politiques migratoires … de surveillance et de se positionner politiquement.

      A ma connaissance personne ne dit que ces quelques mesures seraient suffisantes. Les questions des inégalités sociales, des grand projets inutiles et des PPP, de la finance, des politiques migratoires entre autres étaient par ailleurs très présentes l’an dernier à Alternatiba Bayonne.
      Je me souviens d’ailleurs que quelques jours avant eut lieu une hécatombe dans le détroit de Sicile, dont ils avaient parlé dans le discours de clôture d’Alternatiba, en la reliant aux mêmes inégalités et aux mêmes logiques mortifères qui sont à la source du problème climatique.

    • @koldobika
      J’entends ce que tu dis, et tant mieux si cette position est suivi d’actes.
      Dans la citation que tu reprends, et au-delà d’alternatiba, je me questionne sur les nouvelles formes d’implications sociales et politiques qui sont encore autorisées, c’est à dire qui ne subissent pas de répression et vers lesquelles le citoyen, qui n’a rien à se reprocher, se tourne plus ou moins consciemment.
      On ne peut pas ignorer les violences policières et les accusations systématiquement perpétrés vis à vis des militants, radicaux (qui agissent à la racine) ou pas, et le discrédit médiatique entretenu à leur égard. Si la difficulté à se positionner en groupes créatifs, j’entends hors partis politiques, n’en dépend pas uniquement, l’espace de liberté qui est donné pour agir me parait de plus en plus restreint.
      Je pense qu’il ne faut pas ignorer les critiques et les questionnements induits par ce qui peut apparaitre comme la mise en spectacle de l’écologie.

    • @touti

      On ne peut pas ignorer les violences policières et les accusations systématiquement perpétrés vis à vis des militants radicaux (qui agissent à la racine) et le discrédit médiatique entretenu à leur égard.

      Je te rejoins tout à fait là-dessus. Vivant au Pays Basque et voyant comment y sont traités certains mouvements, ce n’est pas moi qui dirais l’inverse.

      l’espace de liberté qui est donné pour agir me parait de plus en plus restreint.

      Je trouve aussi.

      Je pense qu’il ne faut pas ignorer les critiques et les questionnements induits par ce qui peut apparaitre comme la mise en spectacle de l’écologie.

      Tout à fait. En revanche, pour avoir connu l’Alternatiba de Bayonne, l’extrait que je citais plus haut me semble vraiment de mauvaise foi. On est pas dans du greenwashing pour gentry, c’est vraiment pas la philosophie du truc, ni sa pratique.

    • Hum, y’a mieux comme dialectique, tu es d’accord avec ce que je dis pour m’asséner ensuite que la citation est de mauvaise foi, c’est dur internet comme moyen d’échange ! Je m’exprime surement mal, je dis qu’il ne reste pas vraiment d’espace pour échapper au diktat individualisant portant apparat écologiste. Je vais donc marquer un peu plus le trait ironique : manger bio et se brosser les dents avec de l’argile pour sauver la planète est exactement ce à quoi nous sommes parvenus en 50 ans d’écologie, pas très glorieux.
      Et je ne parlais pas spécifiquement d’Alternatiba, j’y serais bien allée, par curiosité et même avec mon scepticisme et pessimisme réunis, car les rencontres in vivo sont toujours la base d’échanges et de changements.

    • @touti

      tu es d’accord avec ce que je dis pour m’asséner ensuite que la citation est de mauvaise foi

      Oui, tout simplement car les propos que je relevais reprochent à Alternatiba des choses qui ne correspondent pas à ce mouvement, qui est probablement imparfait comme tout mouvement mais qui n’est sûrement pas ce pour quoi le texte initial voudrait le faire passer. C’est ces propos-là qui sont de mauvaise foi. Prendre Alternatiba comme porte-drapeau du greenwashing pour riches, c’est de mauvaise foi.
      Et ça n’enlève rien à ce que tu disais par ailleurs d’un point de vue plus large, et avec quoi je suis d’accord, autant sur les mises à l’index mensongères de mouvements radicaux, la restriction de l’espace pour agir, ou sur la mise en spectacle de l’écologie.

      manger bio et se brosser les dents avec de l’argile pour sauver la planète est exactement ce à quoi nous sommes parvenus en 50 ans d’écologie

      ben oui. c’est justement pour aller au delà de ça qu’on a besoin de choses qui fédèrent sans perdre leur fond et qui arrivent à rassembler des démarches les plus radicales (au sens de prendre les choses à la racine) aux plus « soft » (petits gestes de simplicité volontaire), en permettant par ailleurs aux secondes de connaître les premières. Et ce dans un constat que tous partagent : si dans les 15-20 ans qui viennent on n’arrive pas à faire infléchir le réchauffement du climat, ensuite ça sera définitivement foutu.

    • Arrête s’il te plait de mutiler mon propos, ou relis moi, je vais surtout finir par croire que tu ne veux entendre aucune critique ni question.

      De toute façon, celles-ci ne manqueront pas de surgir pour cet évènement, et tant mieux, ce qui est plus que normal dans le contexte de violence de Nantes.

    • Je vais finir par croire qu’on ne parle pas la même langue.
      Les mises à l’index mensongères de mouvements radicaux je sais très bien comment ça se passe, c’est monnaie courante là où je vis depuis des décennies.
      Critiquer le greenwashing, le #solutionnisme écolo et la mise en spectacle de l’écologie, en ce qu’ils réduisent de 1000 façons le champ de la réflexion et des possibilités d’actions : bien évidemment.
      En revanche quand je lis la phrase « Ce Village des Alternatives façon beurre blanc ne traite ni plus ni moins que d’aménager le système capitaliste de façon plus vivable pour (au moins) une part de la population. » dans le texte initialement cité, pour avoir connu Alternatiba Bayonne c’est une remarque que je ne peux pas tout simplement pas avaler car elle est mensongère. C’est tout.

    • Nous avions mis aussi à l’évidence que le mouvement du NDDL était noyauté par les identitaires qui prennent la forme d’écologistes et pas que...
      Il faut d’abord savoir qui sont les identitaires et ne pas verser dans les travers écologistes qu’ils préconisent et c’est là le challenge pour avoir aussi une société écologique sans que cela devienne un mouvement fasciste.

      Je vis en Suisse où l’écologie fait partie du gène helvète, même si il y a encore quelques unEs qui se baladent en ville avec des tanks 4x4.
      Toutefois, nous avons deux partis écologiques au parlement, un de « gauche » et un qui est « libéral ». Sans compter que l’écologie est une véritable préoccupation nationale, donc les partis du centre et les partis de droite prennent l’écologie à coeur pour se faire des électeurs-trices supplémentaires.

      Quoiqu’il en soit, nous sommes un peu comme nos cousins germaniques qui ont aussi le nucléaire en horreur et les manifestations sont entendues par les élus. C’est ainsi qu’on a réussi à obtenir la fermeture du vieux coucou qu’est Mülheberg. Mais cela n’arrange pas tout.
      Si le tri est une obligation, une taxe au sac à ordures est introduite, où on ne trouve plus une ampoule classique mais que des économiques (qui sont plus difficiles à recycler), si les différentes communes reçoivent des subsides de l’Etat pour que les bâtiments soient rénovés et les isolations refaites afin que les déperditions calorifiques soient moindres, toutes ces décisions et encore d’autres et d’autres à venir sont prises au plus haut niveau. Et tintin pour revenir en arrière ou pour trouver une simple ampoule. Pour cela, il faudra que nous allions chez nos voisins en chercher.
      Mais pas que !
      La voiture a perdu son statut social et les infrastructures ferroviaires, trams, bus sont bien développées, sans compter le réaménagement des villes afin que ce soit de plus en plus difficile pour une voiture d’accéder au centre sans se faire prendre dans un interminable embouteillage.
      La mobilité douce est aussi mise en valeur et des pistes cyclables sont aménagées, y compris des vélos à louer, au cas où. Idem pour les voitures dont on pourrait avoir besoin pendant quelques heures histoire d’accéder dans un endroit qui n’est pas desservi.
      Bref, on en est à en avoir mal aux yeux quand il y a des petits cons qui jettent le carton et la plaque alu de leur pizza dans les bosquets au point même que nous les prenons nous-mêmes pour les mettre dans des poubelles adéquates.
      Les étrangers sont-ils plus sales que les autres ? Que nenni ! Je vois sans arrêt des personnes âgées et étrangères qui ramassent les détritus pour les mettre dans une benne car cela leur fait mal aux yeux autant qu’à nous.
      L’écologie est avant tout une question d’éducation et si avant elle était rémunérée, maintenant, nous ramassons les déchets des autres par respect.
      Il n’y a pas une construction qui se fait sans qu’elle remplisse les conditions sine qua non d’écominergie. Il n’y a pas une bagnole neuve ou non qui ne rentre si elle ne répond pas à certaines conditions écologiques et chacune est passée au crible fin de la FDC. Et cela fâche bien des constructeurs d’automobiles.

      Mais aux USA, j’ai aussi vu un pays bien propre pour la grandeur de ces différents Etats qui sont unis. Cela doit être une responsabilité politique et une volonté politique . Et même si on râle comme des charretiers devant chaque nouvelle contrainte écologique, on s’y plie une fois qu’elle rentre en fonction et on s’aperçoit que ce n’est pas si emmerdant que ça !

      Des exemples, j’en ai à la pelle et nous avons même été les précurseurs avec le lisier de cochon qui était épandu dans les champs et dont les phosphates ou les nitrates ou failli tuer le lac Léman (ou lac de Genève...) avec les algues vertes et cela date depuis plus de 30 ans. Depuis plus de 30 ans, nos lessives sont chaque fois améliorées afin qu’elles nettoient le linge sans y ajouter des phosphates, toutes ces choses-là ont permis au lac Léman de redevenir un lac où il fait bon de se baigner, si on aime le mercure puisqu’on vient de s’apercevoir qu’on a la plus grosse pollution en Valais, faite par la Lonza et ce, depuis plus de 20 ans. Un comble !!!

      Ce que je veux dire par là c’est que l’écologie doit être un mouvement d’un grand tout, et ne pas être une petite cellule autonome noyautée par les identitaires, ou où les gens viennent en bagnole diesel pour acheter des produits bio !

    • Je trouve que ce texte a ceci d’intéressant qu’il ne refait pas la discussion réforme ou révolution, possibilité de récup par le système ou truc pour super-militantEs hyper-conscientiséEs, mais qu’il insiste sur un point précis : soutien ou pas à la ZAD et condamnation ou pas de la répression ? Il en sortira soit que la mairie se sera fait avoir en espérant récupérer le truc (comme ça semble leur intention), soit elle aura bien investi ses sous pour un truc bon enfant écolo dans le centre de Nantes avec 40 000 € de bénévolat (!) et trois sous de « mais qu’est-ce qu’on peut faire ? »

      Il faudra juger après, tous les coups ne sont pas joués. Mais de fait, @koldobika, Alternatiba dans sa volonté d’ouverture est un truc à faire baver les institutions, qui rêvent d’en avoir des versions expurgées, sages et frileuses devant la dureté des luttes à NDDL, et qui s’intéresse plus aux violences lointaines. Espérons qu’elles se feront avoir et qu’elle va porter dans le centre de Nantes des questions qui fâchent. Et si ce n’est pas elle, ce sera peut-être son public, qui va finir par être bien dég suite aux saloperies gouvernementales.

    • Effectivement @koldobika, nous n’avons pas choisi les mêmes valeurs. Personnellement c’est les « silence, personne ne bouge dans les rangs » qui me gênent et réfuter toute critique quand on te donne des preuves comme le mail interne diffusé en commentaire sur indymedia, c’est pas radical comme forme de ...quoi déjà ? A chaque demande d’explication il m’a été dit d’attendre, de me taire, de pas gêner les copains, puis les commentaires ont été purgés des réseaux sociaux. Bref il ne restait que indymedia nantes qui permettait une critique, il ne faut pas s’étonner de l’y trouver. le texte initial n’est pas de moi mais les lièvres qu’il soulève, ainsi que le second que j’ai cité, me font penser qu’alternatiba a tout intérêt à revoir sa notion de transparence et d’indépendance : à ce jour, il n’est nul besoin de faire appel à des collectivités territoriales impliquées dans des #GPII pour organiser une foire à la #vertitude (propale de tag liant vertu + verdure + un soupçon d’autoritarisme déplacé... !)

      Merci @Aude_V de rappeler de quoi on parle ;)

      Quand à @geneghys... heu... comment dire.... #houla !!!

    • @geneghys, il y a de salutaires lectures sur l’#administration_du_désastre, cette manière de faire à peu près la même chose en propre : autant ou plus de flux de marchandises et d’humains le matin, PIB toujours à + tant, et c’est un prétexte acceptable par pas mal de monde pour augmenter le contrôle social. Sur le sujet, Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable et L’Enfer vert sont pas mal et font moins de dix euros. 13 CHF ?
      Edit : le pire étant que la ville est plus propre, plus policée, ok, mais les indicateurs continuent de faire flipper même quand il n’y a plus de voiture garée en bas de chez toi : les tonnages de déchets, de GES, etc. ne cessent pas de croître mais on se trouve des ennemiEs plus proches, comme le sale type qui n’éteint pas sa caisse au feu rouge et plus les institutions prêtes à tout pour deux emplois créés.
      @val_k, beaucoup d’Alternatiba manquent encore de bouteille (le conflit c’est bon si ça permet de poser calmement les questions, mais ça peut faire peur) alors j’attends pour juger - même si arrgh l’appel à des outils web corporate m’énerve, déjà. Je suis invitée à Lille pour ma conf qui explique pourquoi les élections dépossèdent le peuple de son pouvoir, et je verrai le résultat avec intérêt.

    • Aaah ça change quand même un peu, je ne vais pas défendre des propos tronqués qu’en plus je n’ai pas écrits :-)

      Sans connaitre la situation exacte sur Nantes (les copin·s qui y sont s’interrogent sur la pertinence de cet événement et les subventions allouées par la ville) j’ai effectivement fait le relais de ce texte car je trouve assez juste certaines interrogations dans le contexte écolo politique actuel.

      Si le texte comporte des critiques infondées avec des phrases à l’emporte pièces, je comprends tout à fait que si tu connais bien Alternatiba ça puisse t’énerver, dans tous les cas, ton retour pour contrebalancer sera intéressant.

    • Pour ma part je parle de ce que j’ai connu à Bayonne l’an dernier. Si à Nantes ça se passe comme tu dis @val_k, je comprends mieux le besoin de défouloir qui s’exprime sur indymedia, défouloir qui peut vite glisser dans des déclarations à l’emporte-pièce comme le dit @touti.

      Je trouverais vraiment triste que la dynamique Alternatiba s’embourbe dans des formes autoritaires ou dans de l’#administration_du_désastre, qui justement faisaient partie de ce qui était dénommé « fausses solutions » l’an dernier à Bayonne.

    • juste un truc, @koldobika, parce qu’en fait ça passe vraiment pas : quand tu daigneras voir par toi même Notre-Dame-des-Landes, préviens-moi histoire qu’on rigole avec ton relevé des identitaires. Soyons clairs, il y a eut de tentatives et il reste surement quelques faf et/ou soralien voire même des ... raéliens ? (et que sais-je encore) et beaucoup de râleurs. Mais c’est vraiment une méconnaissance crasse de cette lutte que dire qu’elle est contrôlée par les identitaires. Je t’invite par exemple à la prochaine AG mardi qui vient à la Vacherit : on verra combien de temps tu tiendras pendant que nous nous escrimerons à faire une consensus entre toutes les tendances présentes (agricultures, militances, ...) Les conspi ont peut-être fait quelques dégâts, mais les identitaires n’ont JAMAIS réussi à s’implanter dans une lutte « contre l’aéroport et son monde ».
      Je t’invite à lire « De la ZAD aux #Communaux ? Quelques pistes à explorer pour aller plus loin » : un des derniers texte vraiment collectif de la ZAD et dont parle @zad_poleon dans une de ses publications. L’histoire des communaux m’a beaucoup plus parlé que la fabrication artificielle d’une mouvance commune comme Alternatiba. Il faut dire que le processus n’est pas du tout le même et c’est sans doute ça qui échappe à certain-e-s : l’acceptation que sans conflit abouti sur un consensus, rien ne se construit de valable et je vous comprends, c’est tellement chronophage et énergivore qu’il est bien plus simple de ne pas s’y mettre, je suis la première a avoir du mal ! Il me semble cependant que la lutte d’ #EZLN au #Chiapas a pris ces mêmes chemins et que c’est ce qui en fait un mouvement passionnant...
      http://zad.nadir.org/spip.php?article2586

    • @val_k

      juste un truc, @koldobika, parce qu’en fait ça passe vraiment pas : quand tu digneras voir par toi même Notre-Dame-des-Landes, préviens-moi histoire qu’on rigole avec ton relevé des identitaires.

      je crois que ce passage s’adresse plutôt à @geneghys qui dit plus haut :

      Nous avions mis aussi à l’évidence que le mouvement du NDDL était noyauté par les identitaires qui prennent la forme d’écologistes et pas que...
      Il faut d’abord savoir qui sont les identitaires et ne pas verser dans les travers écologistes qu’ils préconisent et c’est là le challenge pour avoir aussi une société écologique sans que cela devienne un mouvement fasciste.

    • @geneghys, il y a du grabuge avec les identitaires sur la zone du Testet … et les Zadistes demandent de l’aide !

      Je me rappelle une femme partie vivre en pleine nature dans les Alpes avec enfants, maison en paille et potager bio. Au final, grand désespoir, car l’usine XXX déversait des dioxines détruisant leur rêve de vie naturelle.

      @aude_v tout à fait d’accord sur l’administration du désastre, merci pour la lecture prochaine.
      En même temps, j’envie un peu les suisses (ma grand-mère était de Zurich) ici à Toulouse, depuis le changement de maire, c’est la destruction des quelques avancées écolos de l’équipe précédente : zones piétonnes détruites et ouvertes aux autos qui sont beaucoup plus nombreuses partout avec des accidents graves, destruction des espaces de biodiversité, suppression des parkings à vélo ou enlèvement… pas cool.

    • @Aude tu as tout-à-fait raison et ce serait bien pire si il n’y avait pas des lois pour prendre le virage écologique, puisque depuis Fukushima, nous avons décidé de quitter le nucléaire et qu’il va bien falloir compenser si on ne veut pas tirer du nucléaire français en hiver.

      Que ce soit clair, je ne suis pas nationaliste ou quoi que ce soit. Mais je crois que la Suisse est en danger car elle est au coeur de l’Europe et se ramasse toute la saloperie de nanoparticules qui sont bloquées par les Alpes. Les nôtres et celles des autres, évidemment. Mais en tant que petit pays, il peut aussi montrer qu’un virage écologique peut se prendre et ses expériences peuvent être envisagées à plus grande échelle. Cela s’est passé pour l’essence sans plomb, pour les lessives sans phosphates, pour les CFC, du chauffage à distance, et pour bien d’autres choses aussi.

      De même que nous regardons dans d’autres pays des possibilités de faire la même chose ou peut-être l’améliorer pour l’adapter aux conditions du terrain.

      Et si les Verts ont des sièges au Parlement et qu’on peut parfois les traiter de fascistes écolos, il y a un problème de réchauffement climatique que nous ressentons plus que les pays alentours. Nous avons la fonte des glacers, ou des chaleurs anormales, ou des étés tropicaux. Le fait que beaucoup de chercheurs dans beaucoup de domaines nous permet de voir plus rapidement ce que le réchauffement climatique veut dire dans notre pays. Ne serait-ce que pour la fonte du permafrost où là, on rigole moins qu’avec la fonte des glaciers. Ou encore des pics de pollutions où on recommande aux asthmatiques de ne pas sortir. Ce qui n’empêche pas, et là, je te rejoins, de regarder ces conducteurs qui laissent leur diesel tourner pour avoir le chauffage en hiver et ainsi, se bécoter sans avoir à aller, ou chez l’un, ou chez l’autre.

      Cela ne nous empêche pas d’avoir des entreprises qui polluent ailleurs et d’en tirer le bénéfice qui nous permet de vivre, puisque nous n’avons aucune ressource naturelle. Cela montre à quel point nous pouvons être ambivalents et donneurs de leçons sur que faire et ne pas faire, comme dit dans le rapport du GIEC qui est sorti quand même d’une uni à Genève ! Mais l’objectif est quand même de vivre mieux avec les produits du coin, d’où les pubs parfois effarantes qui passent à la téloche. Mais il y a une réelle volonté politique écologique dans tous les cantons et dans la confédération. Et c’est ce qu’il faut dans certains pays. Le virage vers le vert permet aussi une nouvelle économie, de nouvelles recherches, et de ne pas foncer dans le mur en se disant qu’au point où on en est, on laisse tout aller à vau l’eau et qui vivra verra. A ce moment-là, pourquoi avoir fait des enfants ?!

      Et le site NDDL a tellement été noyauté qu’il n’existe plus depuis bien des mois...Quant à Indymedia, ils publient aussi ce qui leur pète ! Expérience faite.

    • « Et le site NDDL a tellement été noyauté qu’il n’existe plus depuis bien des mois... »
      Va falloir étayer, là, parce que je suis abonnée au flux rss du site et je viens de recevoir encore 2 nouvelles publications. Toutes les semaines, un billet des infos est mis à jour au fur et à mesure et l’agenda est plutôt bien remplis. Et le texte sur les communaux cité plus haut est paru cet été. Quand à indymedia, bah... non rien ! En fait, tu n’es peut-être pas nationaliste mais t’as l’air un chouillat borné, non ?

    • @ Val_K je suis bornée sur ce que je crois être bien pour la nature, que cela se passe sur le chantier du NDDL et du Testet. Comme le dit si bien Miguel Benasayag, nous habitons un territoire commun où il nous faut oublier les frontières et les propriétaires et de penser beaucoup plus aux écosystèmes que l’on détruit.

      Mais peut-être, et je te l’accorde, je me trompe de débat et vous n’êtes pas en train de parler d’écologie, mais de phénomènes de société que sont le racisme et autres ségrégations ! Dans ce cas, c’est clair que mes interventions tombent comme un cheveu dans la soupe et je m’en excuse. J’ai peut-être raté le coche !

    • @geneghys là pour l’instant tu parles surtout dans le vide au regard des questions posées : tu as affirmé plusieurs fois une chose que l’on t’a demandé d’argumenter et d’étayer de preuves. Il y a des gens ici qui ont participé et/ou participe encore directement à NDDL, sur place et sur internet, et qui connaissent ce qui s’y passe de l’intérieur. Donc si tu veux affirmer des choses péremptoires comme tu l’as fait plusieurs fois précédemment, va falloir apporter plus que deux phrases à la va-vite…

    • @aude_v
      Tant que nous serons dans l’illusion de la représentation démocratique par le vote, en déléguant nos vies et notre société à quelques tarés psychopathes mégalomanes qui tout les cinq ans fêtent leur prise de pouvoir et croient en légitimer l’établissement dans la destruction des idées qui leurs sont adverses (celles de l’autre), et cela uniquement dans l’optique d’influer sur le prochain vote, nous devrons subir ce cercle de revers absurdes qui se jouent sur le dos des démunis, de l’environnement, de la société sans jamais rien faire avancer de l’intelligence collective.

    • @RastaPopoulos Étayer ce que je dis va me fournir un effort incroyable car le site NDDL sur Wordpress n’existe plus ou ne donne des nouvelles qu’une fois l’an. Mais Steph (des AZA et des Nosotros.Incontrolados overblog.com) est décédé et habitait près du NDDL. Steph est décédé d’un cancer depuis, mais il avait mis en lumière l’auteur du « Breitz Journal » qui était du mouvement GRECE et avait plusieurs fois répondu sur le site des NDDL. De même qu’une certaine Clémentine ou Mandarine qui était complètement facho.
      Des mouvements anti-CRS avaient alors éclaté entre certains opposants du NDDL qui n’étaient pas du coin, mais qui étaient venus à la rescousse. Ils n’ont pas été les bienvenus et ont été violemment pris à partie par les gens locaux.
      Il me semble qu’ils avaient alors écrit à Steph par email de façon à ce qu’il puisse faire un texte pour Indymedia. Et Indymedia ne l’a jamais publié. Steph leur avait alors demandé des explications et il a semblé que ce texte n’était pas conforme aux critères d’Indimédia.
      Lorsqu’on sait le talent d’écriture et les mises au point de Steph, il n’apparaissait pas possible que ce texte soit refusé d’être mis en ligne.
      S’en est suivi d’une foire d’empoigne entre les gens d’Indymedia et les AZA/NI...
      Cela s’est passé fin 2012, début 2013 et depuis, nous ne prenons plus nos références sur ces deux sites.
      Les détails et les échanges de mails ont été malheureusement perdus, ce que je regrette profondément.
      Maintenant, ce sont nos paroles contre leurs paroles, mais nous avons pas mal de grabuge lors de notre enquête sur les réseaux fachos de France que nous avons regroupés là :
      http://lesazas.org/les-themes/extreme-droite/france

      Et on vient de m’envoyer ce lien-là :
      http://lutteaeroportnddl.com/2012/12/31/parce-que-nous-nous-battons-contre-laeroport-mais-aussi-son-monde

    • @touti, on est d’accord, je suis moi aussi critique de la représentation, c’est une de mes cibles favorites. Mais j’ai eu du mal à lier le sujet à mes préoccupations écolo et finalement j’ai laissé tomber cette partie de ma brochure en passant à la conférence : http://blog.ecologie-politique.eu/post/7-%C3%89cologie-%3A-stop-la-d%C3%A9mocratie%2C-ou-encore. C’est peut-être là que les réformes (démocratie directe dans une société pourrie jusqu’à la moelle par la distribution des bénéfices de l’exploitation tous azimuts : Nature et pays pauvres) n’ont plus de sens.


  • Que feriez-vous si vous aviez accès à tous les messages de seenthis (ou éventuellement une sélection), dans un format simple (texte), synchronisé en continu sur votre disque dur ou sur votre serveur ?

    Quelques idées pour démarrer :
    – un archivage
    – une version « offline »
    – une application décentralisée
    – des services complémentaires
    – un moteur de recherche
    – des statistiques, de l’apprentissage (machine learning)

    https://dl.dropbox.com/s/i2slu5x44hq4g5c/seenthis-spotlight.jpg?dl=0


  • Subjective Atlas of Palestine
    http://bureaudevet.be/subjectieveatlas/atlas/subjective-atlas-of-palestine

    Sublime landscapes, tranquil urban scenes, frolicking children; who would associate these images with Palestine? All too often the Western media show the country’s gloomy side, and Palestinians as aggressors. It is this that makes identifying with them virtually impossible. If we are to relate to the Palestinians other images are needed, images seen from a cultural and more human vantage point.

    The Dutch designer Annelys de Vet invited Palestinian artists, photographers and designers to map their country as they see it. Given their closeness to the subject, this has resulted in unconventional, very human impressions of the landscape and the architecture, the cuisine, the music and the poetry of thought and expression. The drawings, photographs, maps and narratives made for this atlas reveal individual life experiences, from preparing chickpeas to a manual on water pipe smoking, from historic dress to modern music. Pages containing humorous and caustic newspaper cartoons and invented Palestinian currency followed by colourful cultural diaries and moving letters from prisoners.

    All in all, the contributions give an entirely different angle on a nation in occupied territory. In this subjective atlas it is the Palestinians themselves who show the disarming reverse side of the black-and-white image generally resorted to by the media.

    #Palestine


  • Là-bas si j’y suis plus
    http://www.arteradio.com/son/616458/la-bas_si_j_y_suis_plus

    Pour la première fois depuis 25 ans, Daniel Mermet est absent de la grille de France Inter. Son émission de reportages « Là-bas si j’y suis » a été supprimée. Jeune producteur, Oliver Minot lui rend un hommage intime et enjoué qui jongle avec l’amour de la radio, l’image du père et l’âge du caporal. Durée : 15 min. Source : Arte Radio


  • Quels logiciels éducatifs sous Linux utiliser en classe ?

    J’ai récupéré un ordinateur sous Linux pour ma classe de CP (merci @caro), reste à y installer tout plein de logiciels éducatifs pour enfants de 6 ans.

    Vous avez des conseils, des recommandations, des références, merci de les laisser dans les commentaires ci-dessous.

    Merci d’avance !

    #la_minute_coopérative_sur_seenthis_éduc


  • François Béranger - Mamadou m’a dit
    http://www.youtube.com/watch?v=G-wyEDe26CA

    Vous comprenez Monsieur c´est quand même pas normal
    Ils nous bouffent notre pain ils reluquent nos femmes
    Qu´ils retournent faire les singes dans leur cocotiers
    Tous nos bons nègres à nous qu´on a si bien soignés
    Et puis c´qui est certain c´est qu´un rien les amuse
    Ils sont toujours à rire ce sont de vrais gamins.

    #François-Béranger #musique #chanson #colonisation #racisme #classique :)


  • Wikipedia et la vérité - les responsables pour l’exécution des Romanovs

    Aprés la révolution de 1917 les bolchéviques suivent l’exemple des révolutionnaires francais et se débarassent des « fripons de l’ancien régime ». Pour des raisons toujours inconnues il n’y aura pas de procès et l’exécution du dernier tsar, de sa femme et de ses enfants sera un carnage improvisé.

    Qui croit trouver des informations fiables sur l’événement dans wikipedia se trompe. On y lit :

    Assassinat de la famille impériale russe
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Assassinat_de_la_famille_imp%C3%A9riale_russe

    L’assassinat de la famille Romanov et de ceux qui ont choisi de les accompagner en exil, le Dr Evgueni Sergueïevitch Botkine, Anna Stepanovna Demidova, Alekseï Egorovitch Trupp et Ivan Kharitonov a eu lieu à Ekaterinbourg le 17 juillet 1918, sur les ordres de Lénine.
    ...
    Bien que les officiels soviétiques placent la responsabilité de la décision sur l’Uralispolkom, Léon Trotsky écrit dans son journal personnel que cet assassinat a été commis sous l’autorité de Lénine6. Trotsky affirme alors dix-sept ans après les faits que les Bolcheviks ont massacré toute la famille dans le but de terroriser l’ennemi.

    Shooting of the Romanov family
    http://en.wikipedia.org/wiki/Shooting_of_the_Romanov_family

    The action had been ordered by the government in Moscow by Vladimir Lenin and Yakov Sverdlov to prevent the rescue of the Imperial Family by approaching White forces during the ongoing Russian Civil War.
    ...
    Trotsky wrote: ... “And who made the decision?” I asked. "We decided it here. Ilyich [Lenin] believed that we shouldn’t leave the Whites a live banner to rally around, especially under the present difficult circumstances.

    Ermordung der Zarenfamilie
    http://de.wikipedia.org/wiki/Ermordung_der_Zarenfamilie

    Lenin und Swerdlow waren zu der Überzeugung gekommen, dass ein Prozess gegen den ehemaligen Zaren zu riskant sei. Ein unschuldiger Zar hätte die Richtigkeit der Revolution in Frage gestellt. Der Rat der Volkskommissare in Moskau beschloss die Vernichtung der Zarenfamilie in Jekaterinburg.

    Wikipedia nous raconte une histoire qui a l’air de tenir debout, on y trouve même une citation de Trotsky qui semble la confirmer. Pourtant avec un petit effort on trouve une source fiable récente qui n’a aucun intérêt à disculper Lénine et les autres dirigeants bolchéviques de 1918.

    No proof Lenin ordered last Tsar’s murder
    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/russia/8264321/No-proof-Lenin-ordered-last-Tsars-murder.html

    :11PM GMT 17 Jan 2011
    Historians and archivists have found no evidence that the Bolshevik leader or regional chief Yakov Sverdlov gave permission for the family to be shot in 1918, Vladimir Solovyov, Russia’s chief investigator, told the Izvestia newspaper.

    “The top experts in this subject took part in the investigation, historians and archivists. And I can say with full confidence that today there is no reliable document proving the instigation of Lenin or Sverdlov” in carrying out the killings, he said.

    Russia has now closed a criminal probe aimed at naming those guilty for the murders, Mr Solovyov said.

    Solovyov donne mêne une explication pour l’affirmation de Trotsky.

    “When they heard that the whole family had been shot, they officially approved the shooting. None of the organisers nor the participants suffered any punishment,” he said.

    Vu d’aujourd’hui pour nous la question n’est pas essentielle si oui ou non la famille impériale périt sur ordre de Lénine. Pour les auteurs de Wikipedia c’est différent. Il présentent un chef communiste sanglant et contribuent à construire une belle image humaine du tsar. Les articles de Wikipedia se révèlent comme home story bien syncronisée entre les versions linguistiques que j’ai comparé.

    #histoire #faux

    • Ce qui est frappant dans ces trois articles, c’est la minimisation, dans les versions française et allemande, du rôle joué par la Légion tchécoslovaque qui, 8 jours plus tard, le 25 juillet, occupa la ville, abandonnée par les bolcheviques.

      Le mot (tchécoslovaque) ne figure qu’une fois dans l’article en français et une fois (tschechoslowakisch) dans celui en allemand et, dans les deux cas, après le récit de l’assassinat. L’article allemand est très nettement le plus pro-Romanov.

      En anglais, czechoslovak figure 5 fois dans le corps de l’article, dont 3 fois dans la partie sur le contexte de l’exécution, avant l’assassinat.

      On 16 July 1918 forces of the Czechoslovak legions were closing on Yekaterinburg, not realizing that Russia’s royal family was being held under house arrest there. The Bolsheviks, believing that the Czechoslovaks were on a mission to rescue the Russian royals, panicked and executed their wards. The real reason for the Czechoslovaks being en route to Yekaterinburg was to protect the Trans-Siberian Railway, of which they had total control. The Legions would arrive less than a week later to capture the city. These circumstances played a large part in the execution of the Russian royal family.

    • Merci pour les infos supplémentaires :-)
      Quand l’envie me prendra je me pencherai sur l’autre grand énigme du vingtième siècle d’avant 911 :
      Qui a mis le feu au Reichstag à Berlin en 1933 ?
      A propos de ce sujet il y a également des théories assez folles pour qu’on s’amuse un peu.

      http://de.wikipedia.org/wiki/Reichstagsbrand#Der_Streit_.C3.BCber_die_T.C3.A4terschaft

      Es gibt drei Theorien zu den Hintergründen des Brandes:

      Die Nationalsozialisten sprachen von einem „kommunistischen Aufstand“, zu dem der Brand des Reichstags das Fanal gewesen sein soll. Ein Großteil der historischen Forschung argumentiert, dass die Nationalsozialisten – zunächst tatsächlich an den kommunistischen Aufstand glaubend – die Gelegenheit virtuos ausgenutzt und den Verdacht als Tatsache dargestellt hätten.
      Schon im Anschluss des Reichstagsbrandes wurde vermutet, dass die Nationalsozialisten selbst das Feuer gelegt hätten, um einen Vorwand für die Verfolgung politischer Gegner und die anschließende „Gleichschaltung“ des deutschen Staatswesens zu besitzen. Mitglieder der regierenden NSDAP – allen voran Reichstagspräsident Göring – hätten zumal am ehesten die Möglichkeit dazu gehabt.
      Schließlich gibt es die These von der Alleintäterschaft des am Tatort aufgefundenen Marinus van der Lubbe. Ihr zufolge lässt sich ein bedeutsames Element der nationalsozialistischen Machtausweitung letztendlich auf ein zufälliges Ereignis zurückführen, das den Nationalsozialisten gelegen kam.[


    • Le Grand Moscou, à qui profite la ville ?
      http://www.lan02.org/2014/09/le-grand-moscou-a-qui-profite-la-ville

      Adeline Marquis

      En 2011, Dmitri Medvedev, alors président de la fédération de Russie, annonce le lancement d’un projet démesuré, la création du Grand Moscou. Il s’agit de hisser la capitale russe au rang des villes mondiales, d’en faire une place financière forte, capable de rivaliser avec les plus grandes. La superficie de la ville double par absorption d’une large bande de terre et de ses habitant·e·s au sud-ouest, pour dépasser les 2 500 km2, soit le double de New York. Dix équipes internationales triées sur le volet participeront au concours, selon trois axes, la constitution de l’agglomération moscovite, l’aménagement de l’extension et la création ex-nihilo d’une ville pour relocaliser les fonctionnaires des grands ministères et administrations, appelés à quitter le centre d’une ville où la spéculation foncière fait voltiger les prix.

    • Par Philémon

      « Mais laissez-moi partir ! »

      Dans une carrière professionnelle, le passage par Paris est plus un « mal nécessaire » qu’une envie d’habiter dans la région capitale. Ainsi, alors que les pouvoirs publics font tout leur possible pour attirer de nouveaux emplois dans la région capitale, les Français·es, eux, préféreraient aller travailler ailleurs :

      54 % des Franciliens souhaitent quitter l’Île-de-France à court ou moyen terme ;

      77 % de ceux et celles qui souhaitent partir veulent vivre à la campagne ou dans une ville de moins de 100 000 habitants ; d’abord pour trouver un cadre de vie plus agréable (68 %).

      Après le prix de l’immobilier (56 %), les raisons de partir sont le stress de la vie quotidienne (41 %) et le temps passé dans les transports (40 %) (5).

      Ainsi, si le Grand Paris est au top pour vendre la capitale aux grandes firmes internationales, il semblerait qu’une composante ait été oubliée : ses habitant·e·s, actuel·le·s et futur·e·s.

      #aménagement #ville



  • Valérie Trierweiler : les coulisses du pouvoir
    http://blog.monolecte.fr/post/2014/09/09/valerie-trierweiler-les-coulisses-du-pouvoir
    http://blog.monolecte.fr/wp-content/uploads/2014/09/7093455787_536f4f3161_k-560x746.jpg

    Les scandales qui enflent comme des grenouilles folles dans la médiasphère ne m’intéressent généralement pas. Il s’agit le plus souvent de contrefeux médiatiques qui ont pour objectif inavoué de détourner l’attention des choses plus importantes qui se trament en coulisse…Lire la suite →

    #Le_petit_bout_de_la_lucarne #bouquin #femmes #Les_Affabulateurs #politique


  • Podemos, le parti politique alternatif espagnol qui étend la démocratie en ‘Cercles’
    http://fr.globalvoicesonline.org/2014/09/08/174498

    Un des facteurs des débuts prometteurs de Podemos est le système d’organisation communautaire en “cercles.” Tel est l’objectif de Jago. Les cercles sont des groupes sans dirigeants ni cotisations, qui fonctionnent en assemblées publiques ouvertes où les présents débattent de tout ce qui leur paraît s’appliquer à leur situation. “Les assemblées permettent aux personnes qui ne participent pas au mouvement de s’exprimer et de voir qu’il y en a d’autres qui pensent comme eux,” explique Oscar Gonzalez, un porte-parole du cercle de Podemos dans la cité portuaire galicienne de Vigo. Les cercles ont une focale locale marquée, à l’échelle d’une ville entière ou d’un arrondissement, ou se constituent autour d’un domaine particulier (par exemple, il existe actuellement des cercles sur la psychanalyse, la musique (...)

    • aussi a voir:

      How Tech-Savvy Podemos Became One of Spain’s Most Popular Parties in 100 Days | 2014-08-25

      http://blog.p2pfoundation.net/how-tech-savvy-podemos-became-one-of-spains-most-popular-parties-in-100-days/2014/08/25

      [...]

      Currently, Podemos is working on an even more ambitious project. LaboDemo (Laboratorio Democrático), a techno-political consulting and researching organization that is focused on how to use Internet tools to optimize democratic processes, began to collaborate with Podemos in June on testing new apps that would allow for instant mass polling.

      “We started to test a number of tools after a national meeting of all the ‘Circulos’ on 14th June,” Yago Bermejo Abati, the coordinator of LaboDemo, tells techPresident. The ‘Circulos’ or Circles are local, offline places for citizen participation that are open to all, launched by Podemos in order to fulfil its ambition of being a real citizens’ party. The Circulos have been one of the key factors of Podemos’ success. Today there are around 800 Circles scattered throughout the country. During meetings, members discuss policy issues, such as debating the proposals that will be brought to Podemos’ National Party Assembly. They often use Titanpad, a tool that allows many people to edit one document. “That means that everyone can take part in the building of Podemos. This is democracy,”says a post on one of the local Circulos’ Facebook page.

      http://techpresident.com/files/Screen%20Shot%202014-08-11%20at%202.39.15%20PM.png

      A screenshot of Podemos’ Circulos map

      Podemos also uses the Circulos as a place to test new apps. “Appgree was first tested at the national meeting,” says Bermejo Abati. Appgree is a mobile app that filters proposals by type and can quickly poll thousands of people simultaneously. More than 9,000 participated during the national Circulos meeting in June and more than 5,000 were on the app simultaneously. A number of questions were proposed, for example, like suggesting a collective tweet to the president of Spain.

      “We think Appgree will be useful in the future to allow very fast feedback regarding proposals or polls,” explains Bermejo Abati.

      [...]

      “Our methodology seeks to go beyond clicktivism, introducing the idea of responsibility, competence and scalability in the participatory decision-making process,” she says. For instance, Partido X tried to implement a decision-making process based less on majority voting and more on consensus, less on opinion and more on expertise.

      However noble Partido X’s attempt at creating a more meaningful platform for political engagement, it was less effective at communicating its vision to the public. While Partido X was often considered the main heir to 15-M, it was unable to win any seats in the last election while Podemos has become the fourth largest national political force and the third largest in many regions, including Madrid.

      Podemos’ founders do realize its methods are far from perfect. “We are always looking to improve our participation systems and looking to find new ones,” say Labuske and Ardanuy. “Improving #democracy is one of our main objectives, and we believe that technology is very important in reaching that goal.” And despite its flaws, Podemos is leading the way in online politics in Spain.

    • Ça se ressemble un peu aux assemblées de quartier suite au printemps érable : des assemblées locales qui s’attaquent à la vie dans le territoire et à des sujets transversaux. Je ne sais pas ce que c’est devenu, mais c’était clairement en perte de vitesse à l’automne : le boulot, les petits, pas le temps...

    • Ça fait bien longtemps que le cercle, c’est pour aller boire des coups... Je n’ai appris que tardivement l’histoire des cercles, alors qu’ils reprennent un peu de vigueur, version socio-cul, en sud-Gironde en tout cas. Plus politique, en revanche, c’est des projets qui s’en inspirent comme celui de Bernard Lubat à Uzeste.


  • Supervénus, par Frédéric Doazan (3’) - ARTE
    http://www.arte.tv/guide/fr/051909-000/supervenus?autoplay=1

    Âmes sensibles s’abstenir

    A quoi ressemble la femme lambda ? Les planches d’anatomie nous le montrent. Et à quoi ressemblent les femmes présentées dans les magazines et les publicités comme des beautés parfaites ? En tout cas pas à la femme lambda ! Il y a quelques retouches à faire…

    Frédéric Doazan est réalisateur de films d’animation et de films expérimentaux. En 2004, il fonde avec quelques collègues le collectif vidéo « la-cause.org ». Avec deux autres animateurs français, il réalise en 2012 les vidéos d’animation 12fps.net.

    #chirurgie_esthétique #femmes


  • Prolétaires de tous les pays, qui lave vos chaussettes ?
    http://cafaitgenre.org/2014/09/08/slogans-3-proletaires-de-tous-les-pays-qui-lave-vos-chaussettes

    Slogans expliqués. Lle livre 40 ans de slogans féministes le fait remonter à 1972, lors d’une manifestation en soutien à des ouvrières en grève. Il s’agit évidemment d’une parodie du célèbre appel qui conclut le Manifeste du parti communiste : « prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! ». D’autres slogans qu’on pouvait lire lors de cette manif de 1972 : « Le steak d’un militant est aussi long à cuire que celui d’un bourgeois », « Je suis désolée, il n’est pas à la maison maintenant, il est à la manif pour les peuples opprimés ». Source : Genre !

    • « A partir du moment où on reconnaît l’existence d’un travail domestique gratuit et largement invisible, donc problématique »

      Qu’entendez-vous par « travail domestique gratuit » ? « Gratuit » signifie-t-il non rémunéré ?
      J’espère ne pas dire de bêtises, mais il me semble que dans la théorie économique marxiste, le salaire correspond au prix de la force de travail du/de la prolétaire, et non de son travail. C’est-à-dire que ce n’est pas le travail lui-même qui est rémunéré : c’est simplement que le/la patron/ne donne à l’employé-e de quoi se nourrir, se vêtir, se loger, etc.

      Du coup, ça n’a pas grand sens de parler de « travail gratuit » dans une perspective marxiste. Le travail de l’homme qui a un-e patron-ne est tout aussi « gratuit » que celui de sa femme qui réalise un travail domestique ; inversement, le salaire permet de reconstituer la force de travail ET de l’homme, ET de la femme.

      Très bel exemple de #mecsplication dans les commentaires (le mien est passé en spam) : controverses sur un point de théorie marxienne auquel le slogan ferait injustice, avec appel à économistes qui théorisent bien pour régler la question. Rappel : c’est un slogan ! pas une thèse. En attendant, la question à proprement parler féministe est évacuée. Dommage collatéral pour les femmes. Le tout tellement poliment, sans les habituelles couilles sur la table et même avec une pointe de modestie, qu’on aurait tendance à ne pas remarquer qu’un mec vient de redéfinir tout le sens du billet et de passer la discussion sur un sujet « universel ». Assez fort, je recommande.

      http://blog.ecologie-politique.eu/post/Marre-des-forums-au-masculin