• Le pèlerinage à La Mecque : une industrie sous contrôle - La Vie des idées
    http://www.laviedesidees.fr/Le-pelerinage-a-La-Mecque-une.html

    En confrontant la pratique contemporaine du pèlerinage musulman à ses manifestations passées, Sylvia Chiffoleau montre comment les dispositifs de contrôle mis en place de longue date ont été renforcés et élargis par la dynastie des Saoud pour faire face à la massification des flux humains, mais aussi renforcer sa légitimité.

    #Arabie_Saoudite #pélerinage


  • L’epub, nouveau format pour les revues électroniques. Quelques conséquences pratiques
    http://rumor.hypotheses.org/3542

    parfaitement d’accord avec cet article "Le passage au fichier epub à la place du PDF qui semble s’amorcer aujourd’hui sera certainement un processus complexe et lent car les habitudes sont bien ancrées, les lecteurs ont déjà constitué de copieuses bibliothèques personnelles qu’ils ne souhaiteront / ne pourront pas aisément convertir, les portails n’auront certainement pas tous la possibilité de rétroconvertir leurs stocks de textes (par exemple Persée), une opération qui de toute façon sera lourde. Mais pour les portails et les revues qui vont s’y lancer, il faut que le travail soit fait d’une manière aboutie et adaptée aux besoins, sans imposer un point de vue localisé et partiel sur la chaîne de production. Je plaide donc pour que, sur la plateforme Revues.org, les futurs fichiers epub soient produits (...)


  • Les journaux ont été imprimés hier, même sur internet

    Bonjour,

    Nous sommes le lundi 28 avril, en soirée. L’heure de
    s’informer, de feuilleter les journaux sur le web.

    Mais il a dû se passer un phénomène étrange aujourd’hui,
    les journaux semblent parler du passé, pas de l’actualité
    du jour.

    Ils racontent que dans un pays proche on vient de condamner
    à mort près de 700 personnes, collectivement et en un seul
    procès... Un procès concernant une journée de manifestation
    dans laquelle déjà 700 autres personnes avaient déjà été tuées
    directement, sans même la caricature d’un procès.

    Journaux, radios et télés en parlent tous avec ces titres
    neutres qui fleurent bon la reprise des dépêches de l’AFP.

    Mais c’était l’information d’hier, évidemment. Où est la
    nouvelle du jour, fraîche et rapide ?

    Par exemple cette courte déclaration de l’Elysée qui
    rappelle son ambassadeur pour consultation ?

    Par exemple cette convocation du Tribunal Pénal
    International qui a certainement eu lieu aujourd’hui.

    Nous devons vivre des temps parallèles. Un tel événement a
    immanquablement suscité des réactions. Pas des mails outrés
    de simples citoyens comme moi... non, des décisions sérieuses
    par des gens sérieux.

    La Commission des Amitiés Franco-Egyptienne de l’Assemblée
    nationale a forcément dit quelque chose de frappant. L’Etat de
    droit est au coeur des relations diplomatiques.

    Mais où sont passés les caractères, les bits ou les atomes qui
    nous porteraient ces nouvelles qui ont eu lieu
    aujourd’hui dans cet espace parallèle qu’on appelle la
    démocratie et les Droits de l’Homme ?

    Hervé Le Crosnier


  • Ouverture d’un deuxième camp pour les réfugiés syriens en Jordanie
    First group of Syrian refugees arrives in Azraq camp | The Jordan Times
    http://jordantimes.com/first-group-of-syrian-refugees-arrives-in-azraq-camp

    The first group of Syrians has already arrived at the Azraq Refugee Camp, which will be officially opened on Wednesday, with a capacity of hosting up to 130,000 refugees.

    Azraq is the third Syrian refugee camp in Jordan and “probably the biggest planned refugee camp in history”, Andrew Harper, UNHCR representative to Jordan, said on Monday.

    “It probably is one of the biggest planned camps, because it’s organised; we have the resources and had 10 months to prepare it,” Harper told The Jordan Times over the phone, noting that in the case of the Zaatari camp, “we only had 10 days to prepare for it.”

    “We had to adapt with the influx of Syrians and we didn’t have the resources then,” the UNHCR official explained. The Zaatari camp is currently hosting more than 170,000 refugees, he said.

    According to official figures, the number of Syrians registered as refugees in the Kingdom has exceeded 600,000, while there are 750,000 Syrians who were in the country before the civil war erupted in March 2011.

    However, the UNHCR is currently working with the Interior Ministry to double check the latest figures, according to Harper.

    #Jordanie #Syrie #réfugiés #camp


  • La Jordanie poursuit la mise en oeuvre de son programme d’énergie renouvelable, même si ses ambitions sont modestes dans ce domaine en comparaison des projets nucléaires et de pétrole de schiste
    ‘New wind power plant to cover electricity needs of 150,000 people’ | The Jordan Times
    http://jordantimes.com/new-wind-power-plant-to-cover-electricity-needs-of-150000-people

    Construction work on Jordan’s first wind power plant, an investment worth $292 million, will start in the next few weeks, the Jordan Wind Project Company (JWPC) said Monday.

    The 117-megawatt wind farm located in Tafileh, 180km southwest of Amman, is expected to be commercially operational in the last quarter of 2015, JWPC Chairman Samer Judeh told The Jordan Times on Monday.

    The project is co-developed with InfraMed, which has a 50 per cent share, Abu Dhabi’s Masdar with 31 per cent and EP Global Energy with 19 per cent, Judeh said.

    JWPC awarded a contract to Vestas to install turbines for the project, he added, noting that the wind farm will not only be the first in Jordan but also the first in the Middle East.

    The wind farm is projected to generate about 400 gigawatt hours of electricity per year, which is sufficient to provide power to 150,000 Jordanians.

    The 38 wind turbines required for the project will be directly transported from the Port of Aqaba to the site over the coming months, according to a statement issued by Vestas.

    “The first turbines will begin to produce electricity as from the first quarter of 2015, and the wind power plant will be fully operational by August 2015,” the statement said.

    Vestas said the project will provide jobs to “150 people during construction and 30 during its operation”.

    Under an agreement, JWPC will sell electricity to the government at a fixed price for the next 20 years after operations start, Judeh said, adding that it will help save millions of dollars for the country.

    “Generating 117 megawatts using wind energy will save about $50 million annually, as using heavy fuel and diesel for power generation, which is the current situation, means much higher costs.”

    #énergie #électricité #Jordanie #éolien #renouvelable


  • Apartheid in planning rights
    Israel’s discriminatory planning policy in the West Bank violates its most basic obligations.
    Haaretz Editorial | Apr. 28, 2014

    Haaretz
    http://www.haaretz.com/opinion/1.587690

    The High Court of Justice is scheduled to hold a hearing Monday on the issue of planning rights in Area C of the West Bank, which is under full Israeli control and constitutes 60 percent of the territory. The petition, filed in 2011 by, among others, the village of Dirat-Rafa’aya in the southern Hebron Hills, Rabbis for Human Rights and the Israeli Committee Against House Demolitions, asks the court to restore the planning committees that dealt with Palestinian development that were annulled in 1971 by the Israel Defense Forces and their authority transferred to what eventually became the Civil Administration, which is appointed by the military and consists solely of Jews.

    The planning body’s affiliation and composition reflect the policy of discrimination and lack of representation suffered by the Palestinians in the regional planning system, which leads to their eviction so that settlements can be expanded. From the data supplied by Bimkom − Planners for Planning Rights, it emerges that the areas currently designated for Palestinian development total only 1 percent of Area C, while the settlement areas with master plans constitute 26 percent of Area C (as reported by Amira Hass on Sunday). The petitioners note that the land area the state allocates to Palestinian towns is significantly less than that allocated to settlements and limits Palestinian options for future development and expansion.

    The result is that nearly all Palestinian construction in the area is considered “illegal” and subject to demolition. Between 2009 and 2013, 2,224 Palestinian structures were demolished for this reason.


  • Private-public partnership projects reach $88 billion
    http://www.hurriyetdailynews.com/private-public-partnership-projects-reach-88-billion.aspx?pageID=

    Instead of the state putting on an investor cap for public infrastructure investments that are mostly in the energy, transportation and port sectors, the state has been championing public-private partnership (PPP) projects undertaken by local-international consortiums. These PPP projects totaled 167 at the end of 2013, with the value of the projects reaching $88 billion.

    With this PPP model which is particularly supported by the World Bank, many projects in several countries have been completed and are ongoing. In the PPP system, three basic aspects of support are sought from the state. 1) The allocation of public land as well as public assets such as coasts, forests and water resources. 2) The guarantee to buy the produced energy or other services for a period of 25-30 years. 3) Assurances to international banks that debts will be covered jointly during the building of projects as necessary.

    http://www.hurriyetdailynews.com/images/content/aady7ud2.png

    A $9 billion tranche of Turkey’s $88 billion projects were planned before the AKP period, while the remaining $79 billion was planned during the party’s rule. Around $46 billion of the projects, including the “mega project” slated for the northern section of Istanbul, were planned between 2010 and 2013.

    #PPP
    #Infrastructure
    #Istanbul


  • Un roman saoudien sur Jeddah – Les basses oeuvres de Abduh Khal | Rumor
    http://rumor.hypotheses.org/3527

    suite à http://seenthis.net/messages/243686 (signalement d’@alaingresh)

    Un des points forts et marquants du roman est l’ampleur de ces clivages internes à la société saoudienne (où les étrangers apparaissent certes présents et discriminés), qui se matérialisent dans l’écart entre les différents espaces de la cité, en particulier le quartier pauvre, renommé l’Enfer, et le Palais, que les habitants voient (dans leur jeunesse) comme le Paradis. Entre ces deux pôles, apparaissent de nouveaux espaces résidentiels (quartiers de villas) et de consommation (des malls où l’on vient s’afficher dans sa réussite sociale). Les pauvres exclus des circuits de redistribution et d’accès à la richesse y vivent dans la précarité, la misère et l’absence d’espoir – notamment les jeunes qui ne peuvent avoir accès au travail, privés d’avenir et contraints de supporter un contrôle social castrateur et inquisiteur, sauf à faire allégeance aux puissants et à renoncer à la dignité, tant cette allégeance est toujours une aliénation.

    Alain Gresh place sa préface sous le signe d’une contestation croissante contre cet ordre inique et insiste sur les mutations en cours, notamment avec l’Internet – un aspect qui est documenté avec régularité et précision sur le blog d’Yves Gonzalez : voir notamment ce billet récent. Mais finalement dans le roman, les signes de la révolte restent individuels et poussent les personnages qui en sont animés à des actions vengeresses ou désespérées, jamais collectives. Les communautés virtuelles dont on parle beaucoup aujourd’hui ne sont pas évoquées dans le roman. La seule figure de résistance morale apparaît finalement sous la forme d’un imam – pas spécialement intégriste, d’ailleurs, et surtout nullement politisé : il prône la quiétude et la patience dans la certitude de mener une vie juste.


  • Je suppose que, pour @OrientXXI, il faut classer le nouveau rapport de l’ONU sur l’accès à l’aide humanitaire en Syrie dans la catégorie « Mensonges du régime »… parce que le rapport donne quelques éléments factuels qui n’ont pas semblé dignes de l’article « Bataille de propagande autour des Arméniens de Syrie » :
    http://www.nytimes.com/interactive/2014/04/24/world/middleeast/25nations.html?gwh=E679290B0EB8AB91264E1BA1069F0539&gwt=pay

    6. In Latakia, armed opposition groups, including Jahbat al-Nusra, Ahrar al-Sham and Ansar al-Sham, launched a major offensive on Kassab town and surrounding areas on 21 March, taking control of the adjacent border crossing with Turkey from the Syrian Government. The fighting reportedly led to the forced displacement of over 7,500 people, many of whom have sought shelter in Latakia city. There have been reports of attacks on civilians, as well as looting of civilian homes and religious sites, including churches, although these remain unconfirmed.

    […]

    16. Concerns also remain about the situation of civilians in other areas under opposition control, in particular given the previous track-record of some of the opposition groups involved. After the opposition gained control of Kassab, an initial report indicated that 40 people, mostly elderly Armenians, were trapped in Kassab town and surrounding villages. Eight Armenians are reported missing and there is no information about the whereabouts of Alawites who used to live in Kassab. Both Jahbat al-Nusra and Ahrar al-Sham took part in a previous offensive on Alawite villages in rural Latakia in August 2013, which resulted in the killing of at least 190 people and the kidnapping of another 200, most of them women and children. During the reporting period, Ahrar al-Sham stated that they continue to hold over 90 hostages from that incident. In a statement issued on 29 March, Jahbat al-Nusra confirmed that it had killed a number of people, although it is not clear whether this included civilians.

    L’article d’Orient XXI sur Kessab mentionne « 670 familles […] évacuée » (« évacué » étant un joli euphémisme pour ne pas dire « réfugié ») et ; à l’heure où l’on s’inquiète tant du sort des millions de Syriens qui vivent désormais dans des conditions indignes, on peut se rassurer avec la phrase « la plupart des habitants de Kessab [sont] à l’abri », là où le rapport de l’ONU dénonce vilainement « le déplacement forcé de plus de 7500 personnes »).
    http://orientxxi.info/magazine/bataille-de-propagande-autour-des,0565
    Quant au lourd passif de Jahbat al-Nusra et Ahrar al-Sham à l’encontre des minorités dans la région de Lattaqié, sa mention aurait sans doute laissé comprendre pourquoi il y a eu une telle sur-réaction à l’annonce de l’heureuse libération de Kessab par des groupes relevant d’Al Qaeda et déjà auteurs de massacres l’année dernière. (Le fait que ces massacres et enlèvements aient été largement ignorés par les médias occidentaux l’année dernière donnant évidemment beaucoup de force à la rumeur d’un nouveau massacre.)

    Le rapport de l’ONU étant décidément lui-même pro-Bachar, il a l’impudence de s’inquiéter du sort des Alaouites de Kessab (quelle idée…).

    (Note : pour le rapport de l’ONU, consulter l’original ; j’ai dû ressaisir ces passages, ce qui est toujours source d’erreurs de copie.)


  • New Texts Out Now: Reinoud Leenders, Spoils of Truce: Corruption and State-Building in Postwar Lebanon
    http://www.jadaliyya.com/pages/index/17427/new-texts-out-now_reinoud-leenders-spoils-of-truce

    The Lebanese Central Bank, for instance, presents a positive but relative exception to the failure of Lebanon’s state institutions to meet basic bureaucratic criteria. At the same time, the Central Bank managed to curb or prevent the corruption thriving elsewhere. I argued that following a short period wherein Lebanon’s political elites also eyed the Central Bank for their corrupt schemes, it managed to insulate itself from the otherwise incapacitating effects of the post-Ta’if political settlement. This was due to some unique circumstances that failed to emerge elsewhere. With the expansion of the market in treasury bills that financed Lebanon’s bulging public debt, political elites gained a positive and personal interest in upholding the Central Bank’s independence and institutional safeguards. This, I argued, can be explained by these elites’ own purchase of treasury bills, the vast returns involved, the critical role of the Central Bank in this context, and its reputation of integrity on which Lebanon’s debt market crucially relied. Ironically, therefore, Lebanon’s political elites were in strong agreement when it came to creating and sharing in Lebanon’s debt burden, but otherwise their fierce differences undermined virtually all state institutions, their policies, and their services.

    @nidal
    #Liban
    #corruption
    #reconstruction


  • Will Smog in China Spur Climate Solutions? | Energy Economics Exchange
    http://energyathaas.wordpress.com/2014/04/21/will-smog-in-china-spur-climate-solutions

    Some of my clean tech colleagues seem to be almost cheering for Chinese smog, though. They seem to believe that the Chinese will be forced to invest in renewables and cleanup their energy sector to address the local pollution. Because it is visible to the naked eye, has a distinctive smell and has immediate impacts on quality of life, smog, unlike greenhouse gases, will spur a clean energy transformation.

    *
    #energy #China


  • Illegal electricity usage in 2013 cost Turkish households TL 140 each
    http://www.todayszaman.com/news-345963-illegal-electricity-usage-in-2013-cost-turkish-households-t

    Illegal electricity usage in several southeastern Turkish provinces in 2013 led to a shortfall of TL 4.9 billion in national electricity bill receipts, a figure which was divided among the 35 million Turkish households registered with energy companies and led to an additional TL 140 cost per household last year, the Vatan daily reported on Wednesday.

    Last year, the Turkish Electricity Distribution Company (TEDAŞ) concluded four privatization tenders, selling Dicle, Vangölü, Toroslar and İstanbul’s Anatolian Side electricity companies for a total of around $3.4 billion.

    İşkaya-Doğu Consortium won the Dicle Electric Distribution A.Ş. (DEDAŞ) privatization tender with an offer of $387 million. Çalık Energy, Mes A.Ş.-İşkur A.Ş. Consortium and Fernas Construction were the other three bidders in the tender, which opened with a value of $226 million. DEDAŞ supplies electricity to the southeastern provinces of Diyarbakır, Şanlıurfa, Mardin, Batman, Siirt and Şırnak, where 71.4 percent of the population uses electricity illegally, leading to the TL 4.9 billion shortfall.

    The methods used by pro-government Turkish businessman Abdullah Tivnikli, one of the partners in DEDAŞ, when financing the tender has been a matter of discussion in Turkish banking circles. Tivnikli had received loans from the bank Kuveyt Türk, where he is deputy board manager, to finance the energy privatization. Tivnikli owns 30 percent of shares in DEDAŞ. Observers have said that lending to his own firms would create non-performing loan problems in the long-term.

    Another crucial factor in the very high shortfall is that according to Energy Ministry data, the electricity usage in the southeastern provinces increased by 24 percent between 2009-2013, reaching 19.3 billion kilowatts.

    Speaking to Vatan daily, DEDAŞ spokesperson Mehmet Gökay Üstün said that only 4.6 billion kilowatts of total electricity consumption was paid for. “The total cost of the electricity usage amounted to TL 6.4 billion, including tax. But only TL 1.5 billion was paid. The rest, amounting to TL 4.9 billion, was paid by registered electricity subscribers nationwide,” said Üstün.

    Üstün also stressed that after privatization, the rate of illegal electricity usage dropped by 1 percent, preventing a loss of almost TL 40 million.

    During budget talks in Parliament in December last year, Energy and Natural Resources Minister Taner Yıldız said that debts incurred by those who steal electricity in Turkey will be written off if they register as electricity users.

    During his speech, Yıldız said that electricity piracy in Turkey needed to be reduced urgently. “We will get our citizens to start paying [for the electricity they use],” Yıldız said.

    #Electricité
    #Piratage
    #Privatisation
    #Turquie


  • Erdoğan’s mega-projects promise mega-burdens for coming generations
    http://www.todayszaman.com/news-345600-erdogans-mega-projects-promise-mega-burdens-for-coming-gene

    The build-operate-transfer (BOT) and build-lease-transfer (BLT) models seem to best suit Turkey’s needs in financing ambitious projects that cost a fortune at a time when problems in the global economy are making liquidity scarcity a prominent issue, but today’s dream may turn into a nightmare in the next decade with accumulating costs, experts warn.

    The Justice and Development Party (AK Party) government has been hailed for its mega-projects, mostly in the fields of construction and energy, which are meant to boost welfare and create huge numbers of jobs. Nuclear energy power plants in Mersin and Sinop, 15 city hospitals in 14 provinces, a new airport in İstanbul with a capacity to serve 150 million passengers annually, a third bridge over the Bosporus, the “crazy project” of Kanal İstanbul to connect the Black Sea and the Marmara Sea and alleviate the dense and dangerous traffic on the Bosporus are only a few of these mega-projects. Their combined price tag is a hefty $150 billion. No money will be paid in advance for most of these projects, but the long-term costs will likely surge well beyond their total estimates for construction and operation, laying huge amounts of debt at the feet of the coming generations, experts say.

    The nuclear reactor in Mersin’s Akkuyu district will be the first of its kind in Turkey to satisfy the country’s ever-growing hunger for energy. The estimated cost of the power plant is $20 billion, all to be met by the Russian-owned NGS Elektrik Üretim A.Ş. But the purchase guarantee by the government mars this extremely strategic investment. Turkey has pledged to purchase the electricity to be generated by this power plant for 15 years at a price of 12.35 US cents per kilowatt-hour (kWh), which equals $4.57 billion per year considering the plant’s planned capacity of 4.8 billion megawatts. This adds up to $68.54 billion to be paid by Turkey to the NGS, which means the amount to be paid out of the state coffers is more or less $48.5 billion.
    The deal drew criticisms from many in the energy business, who largely drew attention to the price tag for the purchase guarantee, 12.35 cents per kWh. Yet nobody was sure whether the market price of electricity will be higher or lower by the end of the purchase guarantee term.

    #Nucléaire
    #Turquie
    #Infrastructure


  • Gaël Giraud, du CNRS : « Le vrai rôle de l’énergie va obliger les économistes à changer de dogme » | Oil Man
    http://petrole.blog.lemonde.fr/2014/04/19/gael-giraud-du-cnrs-le-vrai-role-de-lenergie-va-obliger-les-eco
    Une autre manière de poser le débat transition énergétique / croissance (et de ne pas les opposer).
    Tout l’entretien est passionnant, des hypothèses/soupçons sur les manipulations des prix de l’énergie aux conclusions tirées sur la nécessité, l’opportunité et les condition de possibilité de la transition énergétique, en passant par les enjeux géopolitiques de l’articulation économie/énergie et les propositions sur la (dé)structuration des sociétés en réponse à un choc pétroliers masqué.

    Sans transition énergétique (c’est-à-dire, sans réorientation volontariste de nos forces productives et de nos modes de consommation vers une économie moins dépendante des énergies fossiles), nous ne pourrons tout simplement plus retrouver la moindre croissance durable. Même si certains prétendent aller la chercher avec les dents. Mes travaux suggèrent que des économies comme les nôtres ne peuvent connaître, au fond, que trois régimes de moyen terme : une croissance significative accompagnée d’une forte inflation (les trente glorieuses), la déflation (Le Japon depuis 20 ans, l’Europe et les Etats-Unis durant l’entre-deux-guerres), ou bien une croissance molle accompagnée de bulles spéculatives à répétition sur les marchés financiers. L’Europe de l’Ouest est à l’évidence dans le troisième régime, vers lequel nous avons bifurqué au cours des années 1980, à la faveur de la dérégulation financière. La question qui nous est posée aujourd’hui est de savoir si nous voulons poursuivre cette expérience, au prix du creusement des inégalités inouï que nous connaissons et de la destruction à terme du secteur industriel européen par la sphère financière. Ou nous pouvons nous laisser glisser paresseusement dans la déflation (le plus dangereux) comme c’est déjà le cas pour une bonne partie du sud de l’Europe. Ou bien encore, nous pouvons tenter de renouer avec la prospérité. Cette dernière ne coïncide pas avec la croissance du PIB. Comme vous le savez, le PIB est, à plein d’égards, un très mauvais indicateur. Il est temps d’en changer. Le rapport Sen-Stiglitz-Fitoussi ou, mieux encore, les travaux de Jean Gadrey et de Florence Jany-Catrice indiquent des pistes très prometteuses permettant d’aller dans ce sens. Autrement dit, faire croître le PIB n’a guère d’importance. D’où l’inanité des débats sur la croissance verte, qui s’interrogent sur le fait de savoir si la transition est compatible avec la croissance du PIB. La bonne question, c’est : comment opérer la transition de manière à assurer du travail pour le plus grand nombre, et un style de vie à la fois démocratique et prospère ?

    #transition_énergétique


  • L’ère du pétrole à volonté
    http://www.slate.fr/economie/86199/lere-du-petrole-volonte

    Une partie de l’avenir énergétique de l’humanité se trouve ainsi peut-être dans l’eau de mer. D’autant plus que d’un point de vue écologique, cette technologie présente aussi certains avantages.

    Car le processus consiste à retirer du dioxyde de carbone des océans. L’un des aspects majeurs du réchauffement climatique est le fait que les océans se comportent comme une éponge et absorbent une partie croissante du gaz carbonique (CO2) répandu dans l’atmosphère. Les océans deviennent ainsi de plus en plus acides ce qui menace à terme des écosystèmes fragiles comme les barrières de corail. Or retirer le carbone des océans pour en faire du carburant et le mettre dans l’atmosphère pour qu’il soit en grande partie à nouveau absorbé par les mers est un processus presque neutre et qui pourrait se renouveler. Il s’agirait ainsi de recycler le carbone déjà répandu et pas d’en ajouter en plus dans l’atmosphère et dans les océans.


  • Le groupe 3 du Giec rend son rapport
    http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2014/04/le-groupe-3-du-giec-rend-son-rapport.html

    La limitation des sources du rapport aux publications scientifiques pose deux problèmes majeurs, qui n’existent pas en sciences du climat. Un, est-ce que l’activité scientifique sur ces sujets est au niveau requis pour des décisions informées ? Alors que l’ensemble de la communauté en sciences du climat travaille sur des sujets liés au changement climatique, c’est une minorité d’économistes, de sociologues, d’ingénieurs… qui le fait. Deux, en sciences humaines et sociales, il n’y a pas seulement une « vérité » indépendante des chercheurs, la société et les hommes tels qu’ils sont (je simplifie à outrance). Il y a aussi des points de vue et des systèmes de valeurs, qui se traduisent par des écoles de pensées. Récemment l’Association française d’économie politique (AFEP) vient de pointer la part très réduite, et de plus en plus réduite, des économistes « non orthodoxes » recrutés comme maîtres de conférences dans les universités françaises (ici article du Monde sur ce sujet). Or, si une politique climatique, pour être efficace, doit rompre avec les principes, voire les dogmes, de l’économie néolibérale qui règne non seulement dans les conseils d’administration et les gouvernements, mais aussi dans la sphère académique… comment pourrait-elle sortir de cette dernière ?

    #Giec
    #Climat
    #Sciences_Sociales

    • Veut-on la révolution ? telle est la question

      Il est assez étonnant que des commentateurs se soient rués sur les questions techniques (pour ou contre telle ou telle technologie) plutôt que de souligner que l’impasse actuelle est bien plus grave que ces discussions ou choix techniques sectoriels. Pour ne donner que cet exemple, si vous voulez faire disparaître l’aspiration à la consommation d’espace et d’énergie tirée par la volonté d’imiter les riches et super-riches, il faut bien faire disparaître ces derniers (non en tant qu’individus… mais en tant que propriétaires de fortunes et de revenus trop élevées). La révolution sociale que désigne un tel objectif n’est vraiment pas compatible avec les idéologies et politiques économiques conduites, à Washington comme à Moscou, à Berlin comme à Pékin, à New Delhi comme à Paris ou Lagos.


  • Au Liban, une semaine marquée par l’effervescence sociale de nouveau en perspective - L’Orient-Le Jour
    http://www.lorientlejour.com/article/863038/une-semaine-marquee-par-leffervescence-sociale-de-nouveau-en-perspect

    Enfin, toujours sur le plan de la grille des salaires, les mécontents étaient nombreux au sein de l’Union des syndicats touristiques, qui a dénoncé samedi le projet de taxation à 100 % des stations balnéaires ne disposant pas d’une licence d’exploitation. « Ces établissements qui ne possèdent pas de licences, dont la superficie ne représente que 18 % de l’ensemble de la bande côtière libanaise, seront tous obligés de mettre la clé sous la porte », a souligné le secrétaire général, Jean Beyrouthi, lors d’une rencontre avec le ministre du Tourisme, Michel Pharaon.

    Pauvres choux : 40 ans à exploiter le pékin sans rien payer... c’est trop dur
    #Liban #littoral #biens_fonds_maritimes

    • Ce qui m’a semblé surtout très caractéristique, c’est que sous le titre « effervescence sociale », on a uniquement un exposé de revendications anti-sociales.

      Et tiens donc, tout le monde semble avoir une bonne raison de s’opposer à une hausse des salaires :

      Des réserves et des interrogations également émises par le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï. « Nous espérons que le Parlement prendra en considération les droits du peuple et les capacités de l’État en étudiant la grille », a-t-il déclaré hier dans son homélie pour la messe des Rameaux.

    • Ce n’est pas la hausse des salaires qui est uniquement en cause, si cette hausse est adoptée, elle donnera une legitimité définitive aux comités de coordination et détruira pour toujours le peu de crédibilité qui reste à la CGTL qui n’est plus qu’un petit executant des basses besognes du haririsme.


  • Loyers : une loi inique - L’Orient-Le Jour
    http://www.lorientlejour.com/article/862686/loyers-une-loi-inique.html

    Qui sont les propriétaires de ces appartements qui profitent de cette surcharge, dans cette période de crise ? 80 % sont des héritiers directs ou indirects, qui veulent profiter d’un bien qu’ils n’ont eu aucune difficulté à obtenir. Pour les baux commerciaux, la gestion est la même.
    Des immeubles vétustes, miraculeusement maintenus debout, et dont les locataires participent à tous les frais d’entretien (concierge, ascenseur, réparations, électricité, tuyauterie, etc.).
    Quels sont les locataires ? En grande partie des employés et des ouvriers qui arrivent à peine à joindre les deux bouts.
    Si vous faites un sondage sur les bénéficiaires, vous verrez qu’une grande partie sont des hauts fonctionnaires, des députés ou des gros commerçants.
    Dans cette nouvelle loi, il n’est pas fait mention de l’indemnité à payer aux locataires, qui ne pourront pas honorer cette augmentation nulle et non avenue. Le gouvernement prend en charge le paiement de la différence, et là ce sont de nouveau les interventions, non gratuites, qui entrent en jeu.
    Messieurs les parlementaires, cela suffit !

    #Liban #Loyer #immobilier



  • The curious timing of the World Bank Report on Economic Corruption under Ben Ali | Nawaat - Tunisia
    http://nawaat.org/portail/2014/04/06/the-curious-timing-of-the-world-bank-report-on-economic-corruption-under-ben

    à propos du récent rapport de la BM sur la capture des profits par la clique de Ben Ali, cet article se demande si pour la BM, le principal scandale n’est pas, en fait, l’entrave à l’investissement étranger et surtout au rapatriement des bénéfices... vive le libéralisme !

    The statement, without deliberately identifying the World Bank’s own potential culpability as a significant personal interests-seeking force, nonetheless conveys the hidden agenda of the recent report and, on a larger scale, of the World Bank’s over-arching plans for the Tunisian economy.

    By reforming the Investment Law, The World Bank hopes to expose Tunisia’s economy to large corporations and encourage the country to repatriate benefits without restrictions.


  • L’Uranium de Sra Ouertane : Les dessous des cartes du phosphate convoité ! | Nawaat - Tunisia
    http://nawaat.org/portail/2014/03/26/luranium-de-sra-ouertane-les-dessous-des-cartes-du-phosphate-convoite

    En ce qui concerne le projet de la centrale nucléaire, il n’a guère disparu. Au mois de mars 2013, nous avons pris connaissance de l’existence d’un bureau rattaché à la STEG qui est encore chargé de l’étude du projet. Pendant le Débat National sur l’énergie, Nidhal Ouerfelli, alors secrétaire d’État chargé des mines et énergie, a évoqué l’énergie nucléaire comme étant une source d’électricité qui, théoriquement, pourrait être utilisée pendant les prochaines années. Le problème, selon lui, était l’immensité du capital que l’État devra investir pour pouvoir construire cette centrale. Y aurait-il des intentions non déclarées de faire appel à un contrat de Partenariat Public Privé pour pouvoir construire ladite centrale ? Nous nous permettons de douter de cela vu que le gouvernement est toujours en train de cacher une importante partie de l’information. Le dernier communiqué du gouvernement Jomaa qui porte sur le dossier Sra Ouertane notait que l’étude du projet sera confié à une société tunisienne appelée “Société d’étude d’exploitation des phosphates de Sra ouertane”. Cependant, un haut responsable de la direction des mines au ministère de l’Industrie, ainsi qu’un autre cadre du GCT nous ont déclaré que le contact avec le cabinet Jacobs Engineering a été rétabli dernièrement. Le responsable du ministère de l’Industrie nous a même confirmé qu’une étude a dernièrement été commandée au cabinet Jacobs Engineering, et qu’une partie de l’étude portera sur… l’uranium.

    La ruée vers l’uranium semble encore nous cacher des mystères.

    #Tunisie #nucléaire #uranium #STEG #énergie


  • La Banque Mondiale organise un “débat” avec les jeunes du printemps arabe … Poisson d’avril ! | Nawaat - Tunisia
    http://nawaat.org/portail/2014/04/07/la-banque-mondiale-organise-un-debat-avec-les-jeunes-du-printemps-arabe-pois

    La page facebook de la Banque Mondiale pour la région MENA a lancé un évènement public intitulé “Débat sur les jeunes et le développement“, dans le monde arabe. L’évènement était prévu début avril, dans la médina de Tunis. Derrière l’image de la Banque Mondiale qui s’intéresse à la situation de la jeunesse arabe, la réalité est tout autre !

    #Tunisie


  • A quoi sert l’Académie française ?
    http://abonnes.lemonde.fr/culture/article/2014/04/11/a-quoi-sert-l-academie-francaise_4400052_3246.html
    Dans les commentaires, un souhait que le partage très largement

    J’aimerais que l’AF fasse réellement son travail. Il faut simplifier drastiquement la langue, de façon à la rendre meilleure, plus compacte, plus capable d’être utilisée par tous. Les exceptions sont des survivances du passé, généralement inutiles. Les conjugaisons, notamment, sont une horreur. L’orthographe est à revoir totalement. Si l’AF s’en était réellement occupée, le français serait peut-être la langue du monde !


  • From Cairo to Suez, Egypt workers defy government with labor strikes -
    The Washington Post
    11th of april

    http://www.washingtonpost.com/world/middle_east/from-cairo-to-suez-egypt-workers-defy-government-with-labor-strikes/2014/04/11

    SUEZ, Egypt — Strikes staged by thousands of Egyptian workers for higher wages and better working conditions in recent months are setting the stage for a possible confrontation between the impoverished laborers and a new president after elections this spring.

    The rallies and sit-ins that have crippled the postal service, textile factories and even public hospitals are still fragmented, largely uncoordinated and lack unified demands. But as the cash-strapped government moves to quash labor unrest in places such as Suez, the strikes underscore a social discontent that is still festering among Egypt’s working class and could evolve into a more solid opposition to the military-backed administration.

     

    “Businessmen in this country have sucked the blood of the people — and the one who is responsible is Abdel Fatah al-Sissi,” Ahmed Mahmoud, who heads the Cairo branch of the Independent Union for Public Transport Workers, said of the powerful former defense minister and now presidential hopeful.

    Sissi, who spearheaded the coup against Islamist President Mohamed Morsi last summer and recently resigned as military commander to run for the presidency, oversaw in February the mobilization of scores of army bus drivers to thwart a strike led by Mahmoud’s union. Sissi’s allies have included some of the corrupt businessmen and politicians who grew rich under former autocrat Hosni Mubarak.

    “The army and police are stronger than us,” Mahmoud, 49, said at a rally held by government postal workers outside the cabinet building in Cairo last month. Police had arrested and detained five postal employees in Alexandria, Egypt’s second-largest city, the week before for leading strikes for better pay.

    “But our movement will spread in the face of this government,” he said.

    Not all of Egypt’s striking workers are as quick to link their bread-and-butter issues in the workplace to a wider political struggle — or even to the shared pains of their fellow laborers.


  • Silence… pas d’histoire, pas de mémoire ! Un déni de la guerre, d’une génération à l’autre | #LIBAN, CHRONIQUES CIVILES
    http://libanchroniquesciviles.wordpress.com/2014/04/12/silence-pas-dhistoire-pas-de-memoire-un-deni-de-la

    Culte, culture du silence… culte, culture de guerre ?

    39 ans ont passé depuis le 13 avril 1975 avec sa cohorte de morts, de disparus, handicapés, déplacés, traumatisés, ruinés, émigrés… et avec toutes les destructions physiques, notamment du coeur battant de Beyrouth. Et dans les écoles, discuter ouvertement de la guerre n’est toujours pas au programme. Ce jour du 13 avril n’est même pas un jour férié, un jour-marqueur du souvenir pour dire « plus jamais ça » ! Non, il reste un jour comme un autre : surtout ne rien dire, ne pas se souvenir… ne pas remuer les (mauvais) souvenirs et faire comme si – reconstruire.

    On a reconstruit depuis 1990, bien sûr, des routes, des ponts, des bâtiments, des centres commerciaux, des hôtels… mais il manque tant de passerelles dans les têtes, entre les hommes et les femmes de ce pays ! Comment retrouver l’autre sans le montrer du doigt mais en lui tenant la main, regarder l’horizon ensemble, se projeter vers demain ensemble ? De génération en génération se perpétue le déni des massacres, des destructions de l’autre… ce qu’on devrait enfin classer dans la rubrique « histoire », « fini » – mais qui reste obstinément partie de notre quotidien puisqu’enfoui et non exorcisé, non exfiltré de nous-mêmes.

    Universitaire, Pamela CHRABIEH l’a observé récemment sur un groupe d’étudiants à Beyrouth. De son côté, Elie YAZBEK vient de faire paraître une intéressante étude sur le cinéma libanais, où il montre le poids « invisible » de la guerre (Regards sur le cinéma libanais (1990-2010), L’Harmattan, 2013). Dans les arts, l’évocation de la guerre est obstinément présente. A tout juste 23 ans Maya KHADRA, décrit – expulse ! – en quelques pages dans les Derniers jours d’une nymphomane (Ed. Noir sur Blanc, Beyrouth, 2014) un monde de tabous, d’hypocrisies, de violences crues, de « prostitution des consciences » (page 25).

    Les odeurs de « la guerre », son vacarme, sa tension, ses urgences, ses hommes et leurs discours haineux et définitifs… Non, nous n’en sommes absolument pas sortis : elle est en nous, elle court de génération en génération.

    #guerre_civile