• #ZAD #NDDL
    Cette semaine sur reddit/r/nddl/
    (Semaine du 2 août au 9 août)

    Une sélection parmi les liens postés :

    [zad.nadir] De la ZAD aux Communaux ? Quelques pistes à explorer pour aller plus loin
    http://zad.nadir.org/spip.php?article2586

    [Indymedia] Pourquoi je n’irai pas à l’Alternatiba – Nantes
    http://nantes.indymedia.org/articles/29939

    [Youtube] La lutte de Sivens : ZAD du Testet, barrage de Sivens (le film)
    https://www.youtube.com/watch?v=92_TeKgVQEE

    [benzaden.tumblr] Les élections : une vraie menace pour la démocratie
    http://benzaden.tumblr.com/post/93979168796/mais-parfaitement-si-on-laisse-les-electeurs

    [Agence Bretagne Presse] La communication de pro-aéroports de Nantes s’envoie en l’air
    http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=34814

    L’intégralité des liens postés cette semaine : http://www.reddit.com/r/nddl

    Pour des infos en temps réel, suivez le HT #NDDL sur twitter

    Flux RSS du sub reddit : http://www.reddit.com/r/nddl/.rss

    http://s01.justpaste.it/files/justpaste/d165/a7260331/pigsocialist.jpg


  • Loi anti-terroriste : les députés UMP et PS renforcent un véritable arsenal sécuritaire qui restreint drastiquement nos libertés individuelles et collectives

    Les députés viennent, dans une entente sacrée droite-gauche, d’adopter et au passage de renforcer, à coup de nombreux amendements, le projet de loi anti-terroriste concocté par le Premier Sinistre Manuel Valls et le Sinistre de l’intérieur Bernard Cazeneuve en ce 22 (v’la les bleus) juillet 2014. Le texte sera soumis au vote le 18 septembre aux deux chambres.

    Présenté mensongèrement aux français-e-s comme une amélioration du dispositif déjà existant depuis octobre 2012 et axé, selon les propres mots du gouvernement saucialiste, sur les candidats au Jihad désireux de combattre en Syrie et en Irak, la loi s’attaque tous azimuts aux principes mêmes de liberté individuelle.

    Les élu-e-s UMP et PS, effrayé-e-s par une contestation sociale par trop visible qui risque rapidement de remettre en cause, dans la rue plutôt que dans les urnes, leur incompétence notoire, leur corruption endémique, leur servitude au grand capital, et leur hégémonie à bout de souffle sur la scène politique française, viennent de mettre en place un dispositif sécuritaire liberticide de censure du net accompagné d’une restriction drastique de la vie privée, de la liberté de circulation et d’expression.

    La prévention du terrorisme, grande cause nationale de l’oligarchie cleptocratique capitaliste, soucieuse de préserver le plus longtemps possible ses privilèges sur le dos des masses laborieuses, permet en effet à nos représentant-e-s démo-crasse-ic-ement élu-e-s de mettre un peu tout et n’importe quoi dans un dispositif législatif fourre tout, sous couvert de « trouble à l’ordre public ».

    Dans son préambule, le projet de loi parle de la diffusion de « messages appelant au terrorisme ou le glorifiant. Ces messages participent du conditionnement idéologique et sont de nature à conduire à la commission d’actes de terrorisme. » Difficile de faire plus flou. Quels messages et sur quels sujets ? A l’appréciation de la DGSI ?

    Renforcer les moyens de contrôle des populations...
    Plus loin le texte parle d’acte terroristes commis « au nom d’une idéologie », sans qu’il n’y ait plus aucune référence aux jihadistes… contre la liberté d’expression.

    Ce torchon fasciste se targue de « renforcer les moyens de lutte contre la propagande terroriste, tant sur le plan de la procédure pénale qu’en matière de police administrative » sans bien-sûr vouloir « réprimer des abus de la liberté d’expression, mais de sanctionner des faits qui sont directement à l’origine des actes terroristes et qui participent d’une stratégie médiatique élaborée par des groupes criminels. »

    Nous y sommes, toute diffusion d’une idéologie qui n’a pas les bonnes grâces du pouvoir en place devient de fait un complot ourdi par de dangereux assassins. Fin du préambule. Amen !

    Les articles de loi :
    L’article 1 limite drastiquement la liberté de circulation de toute personne « susceptible de la conduire à porter atteinte à la sécurité publique ». Plus flou comme concept tu meurs. « Le fait de quitter le territoire national ou de tenter de le quitter en violation d’une décision d’interdiction d’en sortir est puni d’une peine de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende. » En clair, cela veut dire que le gouvernement s’autorise à dire qui est légitime de quitter le territoire français et qui ne l’est pas. A moins d’être aussi teubé qu’Estrosi n’importe qui est en mesure de comprendre qu’il s’agit d’une atteinte dramatique à la liberté de circulation dans et en dehors de l’espace de Schengen. Voyez plutôt : « Les personnes qui seront sorties du territoire, en dépit d’une interdiction dûment notifiée, pourront faire l’objet d’un mandat d’arrêt européen, qui sera diffusé dans le fichier du Système d’information Schengen et par INTERPOL. »

    L’article 2 limite le droit des étrangers placés sous surveillance de téléphoner à qui illes l’entendent.

    L’article 3 définit les actes de terrorisme à l’aune du matériel appréhendé susceptible de fabriquer des engins incendiaires. Camarades, diluez vos pinceaux dans du lait de chèvre pour éviter d’aller au gnouf et emportez des trousses à outil en pastique !

    L’article 4 s’attache à « lutter contre le développement, sans cesse plus important, de la propagande terroriste qui provoque ou glorifie les actes de terrorisme. » Il s’agit bien sûr de « sanctionner des faits qui sont directement à l’origine des actes terroristes ». La peine comme définie par la loi sur la liberté de la presse de 1881 passe de 5 à 7 années de réclusion. Cette loi scélérate, de plus généralise la comparution immédiate, ce qui permet à la justice de classe d’enfiler les condamnations comme des perles sans laisser le temps à la défense de se préparer.

    Résistance, Sabotage & Terrorisme, bonnet blanc et blanc bonnet
    L’article 5 met en exergue la notion « d’entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur ». La consultation de sites internet susceptibles, toujours selon l’appréciation arbitraire de la DGSI, de faire l’apologie du terrorisme devient de fait un délit. La destruction (de quoi, on ne sait pas) par des engins explosifs devient en soit un acte de terrorisme. Si les guignols de la DGSI qui manipulent déjà les instructions de nos camarades arrêté-e-s suite à la manif du 22 février à Nantes (comme l’a montré un article de Médiapart (1) paru le 22 juillet), et qui se trouveraient donc avec cette loi inique en situation de charger le plus possible les dossiers de futures inculpé-e-s en requalifiant les faits reprochés, montés de toutes pièces tant qu’à faire, en actes de terrorisme.

    Nous avons vu les conséquences d’une telle loi pour les activistes de tous poils qui se battent contre ce monde de merde. 4 de nos camarades italiens ont fait les frais de cette politique européenne du "tou-te-s terroristes". La destruction d’un engin de chantier dans le Val de Susa a valu à Chiara, Claudio, Mattia et Niccolo une condamnation à 20 années de réclusion criminelle pour terrorisme.

    Tout le pouvoir à la DGSI
    L’article 6 permet à la DGSI (police politique, ex DCRI) de faire ce qu’elle veut avec qui elle le veut en s’immiscent dans la vie privée des gens. La loi lui donne carte blanche pour « procéder à des surveillances, des infiltrations, des écoutes téléphoniques lors de l’enquête de flagrance ou de l’enquête préliminaire, des sonorisations et des captations de données informatiques. » Les barbouzes de Levalois-Perret peuvent à loisir saisir un juge des référés afin de bloquer tout contenu sur internet qui porte atteinte à l’ordre public. L’extension de la garde à vue peut être portée au delà de 48 heures. Les moyens d’investigation se voient renforcés.

    L’article 7 étend les prérogatives de la juridiction parisienne aux autres juridictions en matière de non-respect des dispositions assignées aux personnes condamnées (évasion, violation de sortie du territoire, etc).

    L’article 8 « modifie les dispositions permettant la mise en œuvre du gel des avoirs dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme ».

    L’article 9 oblige les fournisseurs d’accès à internet de bloquer tout site au contenu faisant l’apologie du terrorisme. Une fois bloqué le site sera soumis au contrôle d’un magistrat judiciaire.

    Le siphonage des disques durs c’est maintenant avec les saucialistes.

    Avec l’article 10 vos photos intimes, vos fichiers privés, stockés sur PC, smartphone où tablette n’auront plus de secrets pour la DGSI qui peut à loisir siphoner votre disque dur en quelques instants afin de le stocker sur les ordinateurs de la Police Nazionale où de la Gemmerderie.

    L’article 11 porte sur la mise en clair des données chiffrées où codées.

    L’article 12 s’en prend « aux systèmes de traitement automatisé de données, en prévoyant pour ces infractions une circonstance aggravante de bande organisée ».

    L’article 13 permet à la police d’utiliser des pseudonymes, profils Facebook pipos, forums, etc, pour démasquer de futurs terroristes en herbe.

    Les articles restants (14 à 19) ainsi que le projet de loi dans son ensemble sont consultables sur le site terroriste de l’État tricolore : http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl2110.asp

    La démocratie à l’agonie
    Ne nous y trompons pas, il s’agit avec ce projet de loi ultra-sécuritaire, d’une remise en cause généralisée de la liberté d’expression, de la liberté de la vie privée et de la liberté de circulation jamais vue dans ce pays.

    Les députés en bons larbins zélés des grandes entreprises et du CAC40, ne servent que leurs propres intérêts et ceux du capital. Avec ce projet illes se protègent de toute remise en cause par les populations de leurs privilèges afin de perpétuer leur système mortifère de domination esclavagiste.

    Les terroristes ce sont eux, l’État saucialiste et l’UMP !

    No pasaran ! Résistance & Sabotage ! A sarà düra !

    @Vinci #Prendszaddanstagueule

    Zadist

    Note : (1) http://www.mediapart.fr/journal/france/220714/manifestation-du-22-fevrier-nantes-les-dossiers-trous-de-la-justice

    http://zad.nadir.org/spip.php?article2571

    #ZAD #NDDL #Loi_anti-terroriste


  • Animalitude, journées autour de la question animale sur la ZAD

    Les journées Animalitude auront lieu sur la ZAD le 27 juillet à la maison de la Freuzière et le 29 juillet aux Hauts Fays.

    Au programme ces deux jours :

    – 9h : Atelier de cuisine végétalienne, recettes et préparation diverses (pâtés végétaux, tofu, seitan, céréales, légumineuses et bien plus...)

    – Vers 13h : Repas collectif avec participation libre en soutien à la lutte anti-répression

    – 14h : 1ère discussion « Quelle place pour l’animal dans les sociétés actuelles ? »

    – 16h : Pause

    – 16h30 : 2ème discussion « Qu’est-ce que l’animal ? »

    – 18h30 : Apéro / repas colectif, falafels de soutien au incarcérés de l’ALF le 27, pizza le 29 au Hauts Fays.

    – 20h30 : 3ème discussion « Avenir et place de l’agriculture végétalienne »

    – Vers 23h : Flot de projections en tout genre jusqu’à plus faim.

    Alors bienvenue !

    http://zad.nadir.org/spip.php?article2566

    #ZAD #NDDL #Libération_animale


  • Été 2014 : un nouveau cycle répressif dans la continuité des dernières années

    La justice (main dans la main avec la police) s’acharne sur les manifestant-E-s du 22 février

    Les procès qui ont eu lieu en ce début d’été (les 19, 20 et 27 juin, puis les 7, 10, 16 et 18 juillet) font suite aux nombreuses arrestations – près d’une trentaine à ce jour – liées à la manifestation contre le projet d’aéroport de NDDL du 22 février à Nantes.

    Il s’insère dans un moment d’accélération de la répression qui ne fait que refléter l’ampleur croissante du mouvement d’opposition à ce projet destructeur, uniquement animé par une logique de profit.

    Mais cette logique répressive, que nous subissons plus intensément aujourd’hui, est à l’œuvre depuis plusieurs années. Elle s’est en effet abattue sur toutes les formes d’expression forte du mouvement.

    Déjà en 2009, elle se manifestait contre des personnes qui s’opposaient à la réalisation des travaux préliminaires au projet ou qui exprimaient leur colère en entartant un porteur du projet. De nouveau en 2011, pour un simple jet de fumier sur des locaux de Vinci à Couëron.

    Dans cette phase répressive, le pouvoir visait principalement des personnes identifiées comme des figures emblématiques du mouvement, tentant d’isoler les personnes poursuivies et de décourager toute expression des opposant-E-s.

    En automne 2012, lors de la tentative d’expulsion de la Zad et l’occupation militaire de la zone, la répression prenait un autre visage en instaurant des contrôles d’identité systématique et un fichage de toutes les personnes se rendant sur la Zad. L’opération César a déployé une violence extrême, faisant une centaine de blessé-E-s. Cette période s’est soldée par plus de 70 procès et des condamnations systématiques pour des faits uniquement suscités par l’occupation policière de la zone. On a alors assisté au recours généralisé à la procédure de comparution immédiate, à des poursuites répétées pour refus de prélèvement génétique et à des condamnations standardisées à des peines de prison ferme ou avec sursis, assorties d’interdictions de territoire. On voyait déjà se déployer une véritable justice d’abattage et la volonté de créer un profil de délinquant-E par la construction de la figure fantasmatique du « zadiste ».

    En parallèle, le mouvement d’occupation a été confronté à une répression quotidienne, faite de harcèlement constant allant des contrôles routiers incessants à la pénalisation de pratiques de survie comme la récup de nourriture dans les poubelles.

    La vague d’arrestation massive qui a suivi la manifestation du 22 février, que nous dénonçons, ne nous étonne pas. Elle n’est que la réponse d’un pouvoir impuissant à contrer l’amplification du mouvement d’opposition à cet aéroport. Les condamnations à des peines de prison ferme qui ont suivi, très lourdes pour des faits mineurs, montre encore une fois que les tribunaux fabriquent de la chair à prison sur la base de dossiers vides de preuve et de profils préconstitués par la DGSI (ancienne DCRI). Cette pratique n’est pas nouvelle, elle est couramment utilisée à l’encontre des populations en butte à l’injustice sociale.

    Nous ne sommes pas dupes de la volonté de l’État, qui cherche à travers cette prétendue justice à museler l’expression des opposant-E-s et à diviser le mouvement. Nous réaffirmons notre solidarité avec toutes les personnes confrontées à la répression, et en particulier avec les centaines de personnes blessées ou mutilées par la police, la trentaine de personnes condamnées suite à la manifestation du 22 février, et les 2 camarades actuellement incarcérés.

    Comité Anti Répression Issu de la Lutte Antiaéroport (CARILA) / « Legal Team »

    Pour plus d’infos : http://zad.nadir.org/spip.php?rubrique56&lang=fr

    http://nantes.indymedia.org/articles/29844

    #ZAD #NDDL #Nantes #Indymedia #Répression


  • La peur comme seul argument de l’accusation

    Un montage policier ridicule avait tenté de criminaliser la solidarité envers les inculpé.e.s du 22 février en accusant 4 personnes d’association de malfaiteurs "en vue d’un rassemblement armé devant le tribunal de Nantes aux fins de dégradations" le 19 juin (date où 4 personnes passaient en procès). Au final elles ont aussi fini dans le box des accusé.e.s ce jour là. Ayant refusé la comparution immédiate, leur procès était fixé au 18 juillet.

    L’accusation ne tient finalement pas la route. Comme le dit un de leurs avocats, Me. Huriet, le réquisitoire du proc’ ne fait que parler de "peur, peur, peur..." pour susciter chez les juges de "l’émotion, et pas de la réflexion". Selon l’autre avocat de la défense, Me. Poquet, le parquet fait preuve d’une « frénésie sécuritaire », et d’un manque d’exigence, vu que sur le plan juridique il n’y a rien de concret dans ce dossier ; rien que de la pure interprétation, voire de la déduction infondée.

    Le procureur requiert de lourdes peines : 6, 8 et 10 mois d’emprisonnement avec sursis respectivement, avec pour deux d’entre elles.eux une mise à l’épreuve de 2 ans (c’est-à-dire que le sursis ne tomberait pas juste en cas de nouvelle condamnation, mais aussi dans le cas de non respect des conditions de la mise à l’épreuve, à savoir, obligation de travailler, interdiction de paraître en loire atlantique et de porter une arme).

    Les avocats ont bien réussi à démonter la principale accusation d’association de malfaiteurs, ainsi que le vol de 2 frontales trouvées dans la voiture. Les juges prononcent donc la relaxe de ces deux chefs d’inculpation. Il ne reste donc plus que les classiques refus de donner son ADN ainsi que ses photos et empreintes, ce pour quoi il.le.s sont toutes condamnées (alors que pour deux d’entre elles, ce fichage avait déjà été effectué auparavant). Une personne ayant reconnu avoir déclaré une fausse identité ainsi qu’avoir essayé de voler un chargeur de batterie, se retrouve donc condamné aussi pour ces deux chefs.

    Résultat : il.le.s prennent toutes du sursis (mais pas de mise à l’épreuve) : respectivement 3 mois (pour R.), 3 mois (pour S.), 4 mois (pour D., pour la seule raison d’avoir un casier), puis 6 mois (pour I. qui avait déjà fait trois semaines de prison préventive).

    Encore une lourde condamnation pour un simple refus de fichage (qui souvent à Nantes est jugé à 1 ou 2 mois avec sursis) dû à l’ambiance ultra-sécuritaire des derniers mois autour de la manif du 22 février et de la lutte contre l’aéroport. Par contre, les personnes venues soutenir les inculpé.e.s devant le tribunal ont bien crié leur soulagement à l’écoute du rendu. C’est effectivement une bonne nouvelle que cette accusation délirante d’association de malfaiteurs n’ait pas été retenue.

    Nous ne nous lasserons pas de répéter que les flics ont encore bloqué l’accès au tribunal et seule une dizaine de personnes a pu rentrer dans la salle pour écouter l’audience censée être publique ! On ne va pas s’étonner que la police et la justice (apparemment c’est la présidente du tribunal qui ordonne la "sécurisation" du tribunal) passent outre les lois qu’eux-mêmes protègent. C’est aussi très parlant de retrouver les R.G. à papoter ouvertement avec le procureur pendant le délibéré. Ce n’est pas étonnant alors de voir que tous ces derniers procès n’ont été basés que sur les renseignements du fichage policier. Selon les propres mots de la juge, c’est le refus de se soumettre qui a été jugé ce jour là.

    Comité Anti-Répression Issu de la Lutte Antiaéroport

    http://zad.nadir.org/spip.php?article2559

    #ZAD #NDDL #Répression #Nantes #CARILA


  • Appel à réoccupation de la zone humide du Testet
    http://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH707/appel150814_recto-49154.jpg

    RAMENE TA CABANE / 15.08.2014 APPEL à REOCCUPATION de la zone humide du Testet /Forêt de Sivens jusqu’à l’abandon définitif du projet de barrage (Tarn, 81 / (Gaillac 10 km, Montauban 40km)

    http://zad.nadir.org/spip.php?article2554

    #ZAD #Testet #Sivens


  • Communiqué de la LegalTeam et CARILA :

    Aujourd’hui s’est tenu le procès d’un des inculpé.e.s suite à la manif du 22. Nous étions 400 répondant.e.s à l’appel du rassemblement devant le tribunal dont 200 casqués et armés, qui d’ailleurs nous ont bloqué l’accès au tribunal, puis à la salle d’audience. Il a fallut que les avocats négocient pour que 22 d’entre nous rentrent.
    Malgré l’expertise douteuse d’un expert douteux,
    malgré la description des keufs qui ne correspondait pas à l’accusé,
    malgré le fait qu’il n’était pas à Nantes ce jour là,
    il se prend 18 mois de prison dont 6 avec sursis assortis d’un mandat de dépôt (c’est à dire qu’il va direct en taule), une interdiction de paraître en Loire-atlantique, une interdiction de porter une arme et une obligation de dédommager la FRAM d’environ 20 000e.
    Alors que le proc avait requis 1 an de prison ferme, la juge a rajouté 6 mois de sursis mise à l’épreuve, ce qui implique un suivi judiciaire qui durera 3 an après son passage en taule assortit d’une obligation de travailler.
    Lors du délibéré G. a disparu, la juge a donc prononcé un mandat d’arrêt.
    Cours vite poto !
    Que crève la taule et la justice.

    La legal team et le CARILA (Comité Anti-Répression Issu de la Lutte Antiaéroport)

    http://zad.nadir.org/spip.php?article2549

    #ZAD #NDDL #CARILA #Répression #Nantes



  • ZAD : Appel à matos et connaissances
    http://zad.nadir.org/spip.php?article2534

    Nos potagers vont d’ici peu regorger de courgettes. Comme on a pas envie de les perdre, on voudrait pouvoir les transformer en revigorantes soupes que l’on pourra apprécier avec délices à l’automne et pourquoi pas jusqu’à l’hiver si on en fait assez. Mais pour ça on a besoin de contenants : Si vous avez des bocaux qui trainent dans votre grenier, placard ou cave, si vous êtes gros-se consommateur-trice de jus de fruits (ceux dans une bouteille en verre à ouverture large) et que vous ne réutilisez pas les bouteilles, vous pouvez nous les apporter aux Fosses noires ou au Dôme (au fond du champ Rouge et Noir à gauche de la grande serre), on sera ravi de les remplir !

    On est quelques-un-e-s à avoir aussi envie de nous lancer dans l’aventure de « Fabrique tes pâtes toi même », si vous savez où on peut trouver du matériel pour faire ça en moyenne quantité et surtout si vous avez déjà mis en place des installations pour faire du séchage Do It Yourself et que vous avez envie de partager ça, bienvenue également au Dôme ou aux Fosses Noires.

    #ZAD #NDDL #DIY


  • Chansons écrites après le procès du 7 juillet 2014

    Outrage à agent (sur l’air de Porque te vas)

    Tu nous a enlevé nos copains, Brisées certains, Pour le plaisir de nous voir divisées, éparpillés.

    On a bien kiffé ton bouclier, on l’a jeté, dans la Loire, si tu veux tu peux y’aller, on va t’aider.

    Refrain: Toi tu crois qu’on te fait des menaces, t’as tout compris, c’est pas fini. Armé jusqu’aux dents, tu te crois à la chasse, t’as rien compris, pauvre abruti. t’as rien compris, pauvre abruti.

    C’est vrai c’est un outrage à agent, c’est pas méchant, si tu crois que perdre un œil c’est que du vent, t’es un gros gland.

    Refrain: Toi tu crois qu’on te fait des menaces, t’as tout compris, c’est pas fini. Armé jusqu’aux dents, tu te crois à la chasse, t’as rien compris, pauvre abruti. t’as rien compris, pauvre abruti.

    Chaud Tribunal

    Chaud Lacrymo, Lacrymo, chaud chaud chaud tribunal, au tribunal, Si tu dégaines le tonfa, On s’en fout on reste là.

    Chaud Lacrymo, Lacrymo, chaud chaud chaud tribunal, au tribunal, Si tu lèves ta matraque, on se barre avec ton casque.

    Chaud Lacrymo, Lacrymo, chaud chaud chaud tribunal, au tribunal, Résistance et sabotage, Sortez nos potes de vos cages.
    Source : http://zad.nadir.org/spip.php?article2547
    #zad #nddl #répression #Nantes


  • Ceci n’est pas un camping. - Zone A Défendre
    http://zad.nadir.org/spip.php?article2106

    En lieu et place de « camping », il y a en fait aujourd’hui plus d’une cinquantaine de lieux d’habitation collectifs auto-construit - maison singulières ou hameaux, ainsi qu’une dizaine de fermes et bâtisses sauvées de la destruction, rénovées et occupées. Si certain-e-s d’entre nous logeons dans des caravanes, roulottes et autres résidences plus mobiles, un grand nombre d’habitats en dur édifiées sur la zone sont de véritables oeuvres artisanales et créatives utilisant une grande diversité de techniques architecturales, usant d’ingéniosité de circonstance et de matériaux à peu près gratuits : terre paille, terre crue, poutres et palettes, pneus, verre, pierre... Certaines maisons reposent à terre, sur pilotis, d’autres sont venus se nicher dans les arbres ou flotter sur l’eau. Nos logis sont sûrement plus joyeux et chaleureux que bien des résidences en série, eco-hlm et autres immeubles gris. Autour de ces habitats, la zad compte une vingtaine de nouveaux projets agricoles et maraîchers, mais aussi des espace collectifs pour faire de la radio, la fête, des cantines, fabriquer du pain, transformer du lait, coudre, lire, jouer, se soigner, réparer des vélos ou des voitures. Des habitant-e-s ou agriculteurs-trices « historiques », ayant fait le choix de résister aux expropriations et menaces d’expulsion vivent toujours là au coté du mouvement d’occupation. Nous sommes tous et toutes aujourd’hui des « habitants qui résistent ».

    http://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH331/2_far_west-8121e.jpg

    http://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH331/3unevigiepirat-97e81.jpg

    http://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH667/25_cesttroisetagesdebonheurcestletroisiemeetagequituetoutcleaned-4e4bb.jpg

    #NDDL #ZAD #habitat #lutte


  • Nantes, 22 février, la manif régénère - Zone A Défendre
    http://zad.nadir.org/spip.php?article2246

    Les services de nettoyage de la ville de Nantes ne parviendront pas, cette fois ci, à effacer tous les stigmates de la manifestation sous la normalité jaunâtre de leur peinture anti-tag. Car les traces les plus tenaces ne sont pas à chercher sur les murs du centre ou sous les pavés du tram, mais bien dans les esprits. Ce sont les chaires de la métropole qui ont été touchées à vif par les dizaines de milliers de manifestants présents ce jour-là. Non pas par le soi-disant « saccage » du centre-ville (rien de comparable par exemple avec la mise à sac des cabanes et maisons régulièrement rasées sur la ZAD), mais par la détermination à venir porter au cœur même de la métropole une opposition, y compris physique, à ses logiques d’expansion.


  • Manifestation de Nantes : des casseurs, mais aussi des tracteurs
    http://www.reporterre.net/spip.php?article5458

    http://rezo.net/local/cache-vignettes/L119xH120/arton209666-6c537.jpg

    La manifestation de Nantes samedi contre le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes a été marquée par des affrontements entre des (« antifas » et la police. Une réalité qui fait oublier la forte présence des paysans et le nombre des manifestants. (...) Source : Reporterre

    • C’est le plus souvent au nom de l’"image", de la "respectabilité" que ce type de séparations sont légitimées. Faut pas être complaisant avec les "éléments" (comme les nomme l’article, empruntant au style policier).
      D’ailleurs, au vu par exemple du peu d’arrestations, ce qui dénote d’un certain rapport de forces, pourquoi ne pas croire plutôt qu’« Il y a eu un espèce de laisser-aller, quasiment de la complaisance » comme le déclare le Maire PS de Nantes qui porte plainte ?http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/02/23/notre-dame-des-landes-le-maire-de-nantes-porte-plainte_4371883_3244.html

    • Ayrault le dit, faut _« sortir de l’ambiguïté ».
      « Tous ceux qui exercent des responsabilités publiques doivent condamner les squatteurs de la ZAD [zone d’aménagement différé réservée à l’aéroport], organisateurs délibérés de ces violences », a déclaré le premier ministre dimanche au quotidien Presse-Océan.

    • ouais, l’opposition entre « casseurs », « fauteurs de troubles », etc. et « gentils manifestants non-violents » est franchement crade. d’autant que des milliers de gentils manifestants non-violents sont restés à proximité des affrontements, et se replaçaient une fois le gaz lacrymogène dissipé. me semble que ça témoigne de leur volonté de ne pas prendre leurs distances avec ceux qui étaient en première ligne.

    • (…) Cela veut dire diffusion d’une pratique radicale dans un espace démocratique. Toute la question est celle de l’admissibilité de certaines pratiques illégales. Les luttes politiques et sociales ont toujours supposé un espace de jeu entre légalité et légitimité. C’est cet espace de jeu que bloque le concept de terrorisme. Il faut voir sa nouveauté. Autour de 68, on incriminait les « #casseurs » auprès de l’opinion en dépolitisant ainsi leurs actions et, d’un autre côté, on utilisait contre les militants une législation interdisant la reconstitution des ligues dissoutes qui avait été établie par la gauche en 1936 contre les ligues d’extrême-droite. Mais on ne parlait pas alors de « terrorisme ». Ce qui s’opère avant tout aujourd’hui, c’est une criminalisation des #illégalismes, qui était impensable dans ces années-là. L’occupation de locaux ou la séquestration des cadres étaient à l’époque considérés comme éléments du rapport de force, et le sabotage était poursuivi comme action criminelle ordinaire.

      Un entretien avec Jacques Rancière, Le sabot, outil de liaison locale sur Rennes et ses environs, n° 4, mars 2009
      http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=4442

    • NOUS SOMMES TOUS DES CASSEURS

      une majorité d’interventions dans la sens d’une indistinction/solidarité grévistes/casseurs. ont été votés, un communiqué (qu’on devrait voir ici tôt ou tard) et deux banderolles en tête de manif. la première « nous sommes tous des casseurs », la seconde, un truc du genre « casseurs, grévistes, nous sommes tous des insoumis ».

      20 mars 2006, AG de plusieurs milliers de personnes à la fac de Rennes
      http://nantes.indymedia.org/articles/8175

    • #Emmanuelle_Cosse, (…). « On a toujours dénoncé les actes de violence donc les choses sont très simples » a-t-elle déclaré avant de souligner que son parti avait condamné dès samedi soir les violences à Nantes dues à des « éléments perturbateurs ».

      le préfet de Loire-Atlantique, Christian de Lavernée, a déclaré que « l’opposition institutionnelle à l’aéroport d[eva]it cesser d’être la vitrine légale d’un #mouvement_armé »

      Le même article du Monde, journal officiel de tous les pouvoirs, « actualisé » à plusieurs reprises.
      http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/02/23/notre-dame-des-landes-le-maire-de-nantes-porte-plainte_4371883_3244.html

    • Quentin, gravement blessé à l’oeil le 22 février à Nantes
      http://nantes.indymedia.org/articles/28990

      Et ils visaient, au flash ball, ils étaient cachés, on les voyait viser, suivre des gens qui marchaient ou qui couraient en face pour aller se mettre à l’abri. Ils les visaient, les suivaient et shootaient, quoi. et ils visaient pas les pieds. On a vu la façon dont ils tiraient, c’était très... c’était ciblé.

      #bouchers #flashball

      il y aurait au moins 4 blessés graves suite à la manif d’hier à Nantes (mel)

    • #Hervé_Kempf, ah wéééé, je prends note…
      Pour la #culture_politique des rapports de force, des principes de perturbations de la société (peut-elle bouger autrement que par des affrontements ?) on relira avec plaisir Francis Dupuis-Déri http://www.atelierdecreationlibertaire.com/article.php3?id_article=382

      Du politicien au policier, en passant par l’idéologue capitaliste, le bon manifestant, la « porte-parole » du mouvement altermondialiste, l’éditorialiste, le journaliste et même l’analyste communiste, tous partagent ici les mêmes sentiments et les mêmes conclusions. À ce discours unanime ne manque pourtant qu’une voix, celle des personnes ayant participé à des Black Blocs. La réalité devient à la fois plus complexe et plus intéressante lorsqu’on accepte de prêter l’oreille à leurs discours, un effort qui permet de mieux comprendre ce phénomène, ses origines, sa dynamique, ses objectifs, ses faiblesses et ses succès.

    • cc (pour les commentaires) @bastamag qui a repris l’article avec un bien meilleur titre mais la même analyse - et notamment ceci qui mériterait quelques précisions vues les infos qui ont suivi...

      Les gendarmes, retranchés derrière leurs grilles, ne bronchent pas, répliquant par des tirs de grenades – en l’air et non en tir tendu – et par le canon à eau. Il s’agit de ne pas blesser les milliers de manifestants pacifiques qui sont encore sur le cours Franklin Roosevelt.

    • Cassons la figure du « casseur » !
      http://nantes.indymedia.org/articles/29041

      J’ose espérer également que les « casseurs » étaient aussi des « casseuses », et que lancer des projectiles ne renvoie pas juste à un comportement de mec viril. Les femmes aussi ont le droit de l’être [le faire, ndc] non ? Et si on parlait de « casseures » ?

      J’ose espérer enfin que les centaines de personnes qui assistaient et soutenaient les « casseures » avaient envie d’en faire autant mais n’osaient pas se lancer tant la violence symbolique imposée par ce dispositif militaire et les risques d’interpellations et de blessures physiques étaient forts.

      Moi même, j’étais pris dans ce sentiment d’ « attraction-répulsion » vis à vis des zones d’ « émeutes ». Impossible de fuir ces zones et de laisser ces gens qui dépassaient leur peur pour résister et nous protéger tou-te-s, car oui, face à un tel dispositif policier, il est difficile de se sentir en sécurité. L’envie était forte de lancer moi aussi des projectiles. Mes quelques œufs de peinture préparés pour l’occasion commençaient à faire pale figure à côté des pavés qui commençaient à pleuvoir en tous sens. Mon dernier œuf rose lancé derrière les grilles anti-émeutes pour rendre visible la couleur socialiste de tout cet armement m’a valu de belles critiques de la part d’un ’manifestant pacificiste’ : « faux-révolutionnaire », « bouffon », « petit bourgeois ». Ma réponse fut instantanée : « si tu veux garder ta rage dans ta tête, c’est ton problème, mais ne m’empêche pas d’exprimer la mienne ! ». Son attaque méprisante fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase de ma colère. Ras le bol de leur stratégie politique bidon où il faudrait jouer l’unité et attendre le soutien de BFM pour que l’aéroport ne se fasse pas.

      RETOUR À NANTES (RÉFLEXIONS AUTOUR DE LA MANIFESTATION DU 22 FÉVRIER ET SES SUITES)
      http://www.article11.info/?Retour-a-Nantes-Reflexions-autour#pagination_page

      Fabrice Nicolino a fort bien répondu sur son site dans un texte adressé à Hervé Kempf : « Crois-tu sérieusement qu’on parlerait encore de Notre-Dame-des-Landes sans eux ? [les « violents »] Penses-tu - mais dans ce cas, écris-le ! - que les traditionnelles protestations auraient permis à elles seules de bloquer ce foutu chantier ? Moi, je suis certain que la détermination sans faille des zadistes - dont un nombre x sont aussi jeunes et violents que je l’ai été - a permis la création d’un rapport de forces favorable à notre combat commun. Attention ! Je ne prétends pas qu’ils auraient suffi, car je suis sûr du contraire. Il fallait aussi, bien entendu, la mobilisation des habitants, des paysans de la Conf’, de la gauche non inféodée… »


  • #Notre_Dame_des_Landes : Suivi en #direct de la manif du 22 février #Paris-Luttes.info
    https://paris-luttes.info/nantes-notre-dame-des-landes-suivi

    Le point sur la manif du 22 février à #Nantes par quelques Parisiens sur place. Article mis à jour régulièrement .

    Le parcours de la #manifestation a été interdit.
    Le gouvernement PS #CAC_40 - ou la sociale démocratie #Vinci, comme vous voudrez - cherche à diviser des opposants dont la diversité comme les contradictions sont réelles... sans y être parvenu jusqu’alors.

    #action_collective #lutte #police #socialisme #vitrine


  • La question de la Nature à Notre Dame Des Landes...

    Ni Expulsions Ni Béton ! [Panthères Enragées - 18.02.2014]
    http://pantheresenragees.noblogs.org/post/2014/02/18/ni-expulsions-ni-beton

    A Notre Dame des Landes, les Naturalistes en lutte ont changé la donne [Reporterre - 15.02.2014]
    http://www.reporterre.net/spip.php?article5407

    Les Naturalistes en lutte à Notre-Dame-des-Landes [Lutopik - 04.06.2013]
    http://www.lutopik.com/content/les-naturalistes-en-lutte-notre-dame-des-landes

    Quand les arbres fulminent [Zad Automedias - 03.03.2013]
    http://zad.nadir.org/spip.php?article1334

    Le film, réalisé par l’équipe de Quand les arbres s’agitent commence quand l’autre finit. Il s’ouvre sur la semaine d’échanges de savoirs à la forêt de Rohanne, puis montre comment les expulsions ont continué de s’intensifier avec au final l’annonce de la pause de la destruction des espaces naturels dans la zone.

    Le film évoque aussi des questions autour de l’écologie, de notre propre impact écologique, des différentes tactiques employées et de la violence dans la lutte.

    À voir absolument lorsqu’on hait les aéroports !

    “Quand les arbres s’agitent” : la défense de la forêt de Rohanne (ZAD) [gaRENNES - 24.01.2013]
    http://garennes.noblogs.org/post/2013/01/24/quand-les-arbres-s-agitent-notre-dame-des-landes

    Quand on vit coupé de la nature, avoir un rapport harmonieux avec les êtres vivants d’une forêt, d’une zone humide… ne va pas forcément de soi. Il faut prendre le temps d’observer, de comprendre comment vivent ces différents milieux.

    A ce titre, des activistes de la ZAD mettent en avant cet aspect, dans la défense de la forêt de Rohanne (et plus généralement des arbres, des zones humides menacées).

    Des actions mises en images et en mots, avec le documentaire “Quand les arbres s’agitent”

    #nature #écologieradicale #Rohanne #ZonesHumides #ZAD #NDDL #aéroport


  • Notre-Dame-des-Landes : l’aéroport, c’est toujours non !
    http://www.brujitafr.fr/article-notre-dame-des-landes-l-aeroport-c-est-toujours-non-122596468.html

    http://www.bastamag.net/local/cache-vignettes/L520xH347/arton3773-0502d.jpg

    Le gouvernement semble décidé à poursuivre le projet de construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Les opposants à ce projet ont donc décidé d’organiser une grande manifestation dans les rues de Nantes le samedi 22 février 2014. Nous relayons ci-dessous leur appel. Notre-dame-des-landes = bruxelles donne son feu vert à l’aide d’etat France : notre-dame-des-landes : signature prochaine des arrêtés autorisant les travaux Le gouvernement semble décidé à poursuivre le projet de construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Les opposants à ce projet ont donc décidé d’organiser une grande (...)

    http://www.annonces-ndl.org
    http://acipa.free.fr
    http://zad.nadir.org




  • « Notre-Dame-des-Landes : paysans et occupants mènent leur propre opération d’utilité publique » (Bastamag)
    http://www.bastamag.net/article3042.html

    A propos de cette belle initiative, « Sème ta ZAD »
    http://zad.nadir.org/spip.php?rubrique44

    et avec cette précision énorme :

    Pour 2017, #Vinci envisage la création d’une #Amap (Association de maintien de l’agriculture paysanne) pour que les personnels travaillant à l’#aéroport puissent s’approvisionner en produits locaux et bio. « Dégagé du souci de rendement et de vente, le producteur recherche la satisfaction des consommateurs en privilégiant les variétés végétales – ou races animales – du terroir ou anciennes reconnues pour leur qualité gustative », expliquait le géant du #BTP dans une annexe de son projet de contrat de concession. Exactement ce que souhaitent faire paysans et occupants des 2 000 hectares de la ZAD, que la multinationale attend de voir vidée de ses occupants pour entamer les travaux. Mais les produits ne proviendront plus du bocage recouvert de béton. Bagagistes, hôtesses et agents de l’aéroport pourront toujours se souvenir de la manière dont on produit légumes et fruits grâce à l’« espace de déambulation et propice à l’attente bénéficiant d’un point de vue sur les jardins botaniques », que prévoit Vinci dans la zone d’embarquement.

    #greenwashing #NDDL #ZAD #récupération


    • Les robots ne lisent pas les images ;)

      Grande Manif Mise en Culture - Sème ta ZAD

      samedi 13 avril 2013

      Le début du mois d’avril sera un moment charnière : la fin de la « commission de dialogue » proposée par le gouvernement pour « mieux expliquer la nécessité de l’aéroport » signifiera le retour possible d’opérations d’expulsions de grande ampleur. En face, la dynamique d’occupation de la ZAD, relancée le 17 novembre dernier, se tourne à présent vers des projets agricoles destinés à s’implanter dans la durée. La remise en culture, en masse, des terres expropriées sera notre manière de tirer le trait sur un dialogue fantoche – et de célébrer les quelques mois passés à (re)construire, malgré l’incessante occupation militaire des routes du bocage. Cette manifestation sera aussi une manière de prendre de l’avance sur d’éventuels travaux en allant s’installer sur une partie des terres menacées à court terme.