• #film « Aici...adica acolo »

    Ani and Sanda are two girls from Maramures who grew up with their grandparents. Their parents are working in Spain, like so many other Romanians. When they left, their common project looked promising: with the money earned in Spain they shall build a house in which the whole family will be happy. After more than 10 years, things haven’t turned out as planned, and the big house is far from being finished. Laura Capatana-Juller accompanied Ani and Sanda for three years, following with a tender and talented eye the struggles of these two girls turned into teenagers while their parents were away. This will be her first documentary feature. A film on a global issue through the microscope of direct cinema.

    http://www.imdb.com/title/tt2326111/plotsummary?ref_=tt_ov_pl
    #Espagne #Romanie #migration #mineurs #adolescence

    Trailer :
    https://www.youtube.com/watch?v=W6k9vj0jkTk

    cc @wizo @albertocampiphoto

    Teens left behind

    In her documentary “Aici... adica acolo”, the journalist and director #Laura_Capatana addresses the issue of children left behind in Romania leading us through the daily lives of two teenagers

    http://www.balcanicaucaso.org/var/obc/storage/images/articoli-da-pubblicare-2/adolescenti-left-behind-154006/941505-3-ita-IT/Teens-left-behind_large.jpg

    http://www.balcanicaucaso.org/eng/Regions-and-countries/Romania/Teens-left-behind-154006


    • Wells, Aerial
      http://www.springerreference.com/docs/html/chapterdbid/4317.html

      Artificial Condensers (Hitier, 1925) found in the ruins of the ancient Greek colony of Theodosia, Crimea, were used as a secondary source of water supply in an arid climate. A network of condensers, conduits, and cisterns provided dependable amounts of water for the town and its gardens more than 2,000 years ago. This structure for condensing atmospheric water vapor in the air was built above the ground surface instead of below it. Hence the term Aerial Well .
      F. I. Siebold’s discovery, in about 1883, of the ancient aerial wells revealed 13 enormous pyramids of crushed calcareous rock fragments, 5 to 10 cm in size. The wells were located on the crests of mountains surrounding Theodosia, 300 to 320 m above sea level. The size of the pyramidal rock piles spread over a distance of about 3 km and measured 30 m in length, 25 m in width, and 10 m in height.
      Upon entering the cool interior of the pile of crushed rock through voids, atmospheric vapor becomes chilled and is transformed ...

      (le reste derrière #paywall)

      Article de 1991 en pdf reprenant l’article de 1925 de #Hitier
      Les puits aériens de Théodosia, de Montpellier et de Trans, Alain Gioda, ORSTOM
      http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/pleins_textes_5/b_fdi_31-32/34749.pdf

      #puit_aérien

    • http://fr.ekopedia.org/Filet_capteur_de_brouillard

      Le village de Chungungo, au Chili, fut le premier a installer des filets à brouillard. Reconnu comme l’un des endroits les plus secs du monde, Chungungo ne possédait aucune source d’eau douce. Puisée à une distance de 40 km du village, l’eau était livrée par camions-citerne, ce qui engendrait des coûts élevés. Seulement 14 litres d’eau étaient disponibles quotidiennement pour la consommation d’une famille standard, et en période sèche ce volume était réduit à 3 litres.

      Aujourd’hui, grâce au financement du CRDI (Centre de Recherche pour le Développement International) et de l’ambassade canadienne à Santiago, ce village dispose de cent panneaux de polypropylène mesurant 4 mètres de haut sur 12 mètres de large. Cette installation permet de récupérer 15 000 litres d’eau en moyenne par jour, ce qui satisfait non seulement les besoins ménagers des 500 habitants de Chungungo mais aussi les besoins d’une agriculture restreinte. Le volume d’eau disponible est à présent d’environ 30 litres d’eau par personne et par jour.

      voir aussi http://www.fogquest.org

    • Ah ! Doublé, le gars !

      (Et Christo aussi, olala, y va pas être content !)
      http://arttattler.com/archivechristojeanne-claude.html

      J’étais dans une recherche de ce côté-là, et je tombe sur les « pièges à nuages » en question. Après les « Puits de rosée » voilà au moins de chouettes zappellations.

      La recherche que je menais portait sur les distillateurs d’eau salée dans le fameux désert d’Atacama. Leur principe est basé sur le même que sur les capteurs solaires et le corps noir. Jour : les calories sont attirées par le capteur-corps noir. Mais, la nuit ça marche aussi et ouskilé le corps noir ? (Ou hou ! y a quelqu’un ?) Au fond du fond du ciel. Donc, là, les calories se sauvent au fond du fond, etc. Résultat un frigo tel que, dans le cas décrit, grâce à ce rayonnement nocturne, il serait récupéré 10 l d’eau par jour et par m2 de bac de 5 cm de profondeur surmonté d’une sorte de tente-serre en plastoque transparent. Donc, en mettant de l’eau salée dans des bacs peu profonds, on récupère de la glace quasi sans sel et de la saumure condensée. Une sorte de marais dessalant ;-))

      Voilà la page 52 de l’excellentissime « La Face cachée du Soleil, énergie solaire et architecture », auteur-éditeur : Bricolo Lézardeur, 18 rue Montmartre, 75001 Paris, 4e trimestre 1974, ce qui ne rajeunit personne. Copie privée pour consultation, ne pas redistribuer, etc.

      http://cjoint.com/?0GzplhvXeLe

      Nous avons zégalement ce modèle-ci (spécial campeurs et randonneurs) :
      http://cjoint.com/?0GzpywQSn4J

      #Distillateurs #pièges_à_condensation #technologies_douces


  • Why #Oscar_Pistorius’ #Anxiety spectacle might matter more than we think
    http://africasacountry.com/why-oscar-pistorius-anxiety-spectacle-might-matter-more-than-we-thi

    Guess what? Oscar Pistorius, the South African Paralympic champion who is tried for shooting and killing his girlfriend Reeva Steenkamp, turns out to be sane. He might still lose his temper, like the other day when VIP-ing it up in a fancy night club in Johannesburg or tweet ill-guided Bible verses, self-celebratory do-good pics or […]

    #JOURNALISM #ADHD #anxiety_disorders #attention_deficit_disorders #health #race #South_Africa


  • Those likely to be most affected by AD / HD got absolutely nothing to do with Oscar
    http://africasacountry.com/82804

    Guess what? #Oscar_Pistorius, the South African Paralympic champion who is tried for shooting and killing his girlfriend Reeva Steenkamp, turns out to be sane. He might still lose his temper, like the other day when VIP-ing it up in a fancy night club in Johannesburg or tweet ill-guided Bible verses, self-celebratory do-good pics or […]

    #JOURNALISM #ADHD #Anxiety #anxiety_disorders #attention_deficit_disorders #health #race #South_Africa


  • #Gaza: Displaced Palestinians forced to leave #UNRWA schools
    http://english.al-akhbar.com/content/gaza-displaced-palestinians-forced-leave-unrwa-schools

    http://english.al-akhbar.com/sites/default/files/imagecache/4cols/leading_images/382238-01-08.jpg

    Displaced Palestinian children from Beit Hanun in the northern Gaza Strip gather on July 23, 2014 at a UN school in the refugee camp of Jabalia where families fleeing heavy fighting in the besieged Palestinian territory have taken refuge. (Photo: AFP-Mohammed Abed) Displaced Palestinian children from Beit Hanun in the northern Gaza Strip gather on July 23, 2014 at a UN school in the refugee camp of Jabalia where families fleeing heavy fighting in the besieged Palestinian territory have taken refuge. (Photo: AFP-Mohammed Abed)

    The United Nations Relief and Works Agency (UNRWA) displaced Gazan refugees again when it asked them to leave its schools serving as shelters in al-Maghazi refugee camp to a nearby camp after (...)

    #Palestine #Adnan_Abu_Hasna #al-Maghazi_Prep_School #Articles #Deir_al_Balah #Israel #Jabalya #Nuseirat_camp #UAE


  • Turkey: Teenage Asylum Seeker Dies, Others at Risk of Return

    Imagine fleeing your home and your country. Leaving behind everything that you know, hoping to find some safety elsewhere. Then, imagine that instead of safety you are detained, and told you will be returned to your country, without anyone properly considering your story. And then you face abuse and assault from the authorities you had hoped would protect you. Now imagine going through all of this aged just 17.

    This was the tragic situation for Lutfillah Tadjik in May this year. The 17-year-old Afghan asylum seeker died in Turkey after being detained for removal, and allegedly assaulted by a police officer.

    http://www.amnesty.org.uk/blogs/childrens-human-rights-network/turkey-teenage-asylum-seeker-dies-others-risk-return

    #Turquie #décès #jeune #adolescent #mort #détention #MourirEnDétention #rétention #détention_administrative #violence_policière #police



  • Stop à la pénalisation du mouvement social !
    http://www.syndicat-magistrature.org/Stop-a-la-penalisation-du.html

    Communiqué de presse du Syndicat de la magistrature dénonçant la permanence de la répression de la contestation, à Notre Dame des Landes et ailleurs

    Tandis que les moyens manquent à la justice et à la police pour lutter contre la délinquance économique et financière, on déroule là une mobilisation policière sans précédent et, trop souvent, un traitement judiciaire en temps réel : garde-à-vue, fichage génétique, déferrement et comparution immédiate, cette justice expéditive génératrice d’emprisonnement.

    • Contre les militants de Notre Dame des Landes, la justice devient folle
      http://www.reporterre.net/spip.php?article6155

      L’inventaire des charges retenues lors des dizaines de procès qui se sont déjà tenus montre la faiblesse des preuves et un ciblage arbitraire de militants anti-aéroport. Leur faute, au regard de la police ? Etre des militants, ce qui, en démocratie, n’est pas un délit.

      Preuves habituellement récusées

      Ces photos de qualité souvent médiocre, pour la reconnaissance formelle des visages en tout cas, n’étayent qu’une présomption de corpulence similaire, une similitude de vêtements et encore.

      « Ces photos sans origine, sans fichier source, ne seraient pas acceptées dans une procédure habituelle », ajoute Me Stéphane Vallée, soulignant le manque manifeste de ce que les juristes appellent la « loyauté de la preuve » prévu par le code de procédure pénale, ce qui ne permet pas une défense équitable.

      Mercredi 16 juillet, Grégoire comparait sur la foi de photos mais cette fois, le doute sur l’origine est censé avoir été levé par un rapport d’expert judiciaire demandée par la juge. « Une expertise extrêmement sérieuse, dit le procureur. Elle a coûté 4 500 euros et comporte 45 pages ! ».

      Le problème, c’est qu’une bonne partie de ces pages ne fait que décrire ce que montrent les images, donne des éléments d’interprétation repiquées de fiches wikipedia - et surtout, il manque l’essentiel, « l’horodatage ou time code, cette incrustation dans la mémoire de tout fichier numérique, qui donne le jour et l’heure de la prise de vue », relève Me Hugo Levy, avocat de la défense.

      Il s’interroge aussi sur la qualité de cet « expert en traitement des images » qui utilise des recoupements d’identification par le relevé des circonvolutions des lobes d’oreilles, « une technique qui ne se pratique plus dans la police depuis les années 1920 ».

      Quand le journal Ouest-France donne des photos à la police

      Du travail de l’expert, on n’obtient que les sources, deux vidéos publiées sur internet et donc libres d’accès, des clichés policiers et, plus étonnant, des photos fournies par la rédaction de Ouest-France, sans qu’on ne trouve trace ni de réquisition, ni de procès verbal de réception de ces photos non publiées par le quotidien.

      L’absence de trace de l’arrivée de ces pièces dans un dossier à charge, pour un avocat, est une question rédhibitoire. « C’est un des principes fondamentaux du droit pénal. Tout acte de police judiciaire doit figurer au dossier. C’est le seul moyen de s’assurer de la légalité des enquêtes et de l’absence d’arbitraire », ajoute à l’audience son confrère Hugo Levy.

      Mais d’une photo à l’autre, l’individu dont l’expert assure formellement que c’est la même et seule personne, passe de vêtements noirs à un pull gris, porte des casquettes différentes alors que la longueur des cheveux diffère… Le procureur réclamait un an ferme, la juge l’a condamné à dix-huit mois dont six avec sursis.


  • Another lazy South Africa ad
    http://africasacountry.com/another-lazy-south-africa-ad

    Africa is a Country has written plenty in the past on problematic #ADVERTISING, particularly that which rides on racial and sexist stereotypes, and tropes about the African continent. Invariably, the common thread that runs through many of these ads—especially the ones that ostensibly promote a social cause, like SAB’s victim-blaming‘You Decide’ billboard or Woolworths’ black labourers-white […]

    #MEDIA #OPINION #TELEVISION #Feed_A_Child #Ogilvy #racist_tropes



  • More Child Asylum Seekers Locked Up Than Adults - NFP Report

    Child asylum seekers are more likely than their adult counterparts to be held in a locked detention facility than in community alternatives, an analysis of immigration detention statistics by the Refugee Council of Australia (RCOA) has shown.

    http://www.probonoaustralia.com.au/news/2014/07/more-child-asylum-seekers-locked-adults-nfp-report#
    #Australie #migration #asile #détention #rétention #détention_administrative #réfugiés #enfants #adultes



  • Quelques mots de Christine Delphy sur la procréation, l’adoption et la filiation.

    Est-ce que cette prégnance de l’essentialisme, y compris dans le mouvement féministe, n’explique pas en partie l’importance dans la société française d’aujourd’hui du statut et du rôle de «  mère  »  ?

    Le refus de la procréation et de la maternité était, en effet, très présent dans le mouvement des femmes des années 1970 – non seulement de la maternité, une fois que l’enfant est né, comme division sexuelle du travail mais aussi de l’idéologie de la « mère ». Et puis il y a eu un retour de bâton dans les années 1980. À mon sens, cependant, l’essentialisme n’est pas seulement et exclusivement fondé sur la maternité. Repartons du départ : il y a un système de genre que la plupart des gens ne perçoivent pas en tant que tel – ils le perçoivent comme « division » et « hiérarchie naturelle » entre les sexes. Donc, prouver que tout ça est socialement construit est très difficile.

    Le féminisme et les études féministes ont mis en lumière, de plus en plus, ce qui est « construction sociale » – dans la perception différente des sexes, dans la différenciation des rôles, dans la division sexuelle du travail – et son lien avec la hiérarchie. Il y a donc une avancée évidente de l’idée que beaucoup de choses sont socialement construites, mais la majorité des féministes trouve difficile d’accepter l’idée que le genre construit le sexe. Chez certaines féministes – qui acceptent pourtant la construction sociale des sexes – il y a l’idée que quand même on ne tient pas assez compte, dans certaines situations, du biologique et de la « différence » des sexes. Une de ces « situations » est précisément la reproduction puisque, à l’évidence, ce sont les femmes qui portent les enfants et pas les hommes. Cette idée, véhiculée par l’idéologie commune, a toujours été présente dans la pensée féministe, y compris dans les années 1970 avec Antoinette Fouque et Psychépo. Aujourd’hui l’argument triomphe grâce aux succès de livres comme ceux de Françoise Héritier qui disent la même chose sous des formes pseudo-scientifiques (Héritier 1996), qui hypostasient les différences biologiques en prétendant que, dans l’humanité « première », ce qui séparait les sexes, à l’exclusion de tout autre chose, c’est que les femmes « mettaient bas ». Ce qui est plus grave encore, c’est que des femmes comme Françoise Héritier prétendent que sans l’existence et la reconnaissance de cette « distinction » première, l’humanité n’aurait pas été capable de penser ! Or, pour ridicule qu’il soit, cet argument est très difficile à dépasser aujourd’hui. Autant les gens vont admettre que c’est bien une « construction sociale » qui empêche les femmes de grimper aux arbres ou de ne pas être président de la république, autant ils ont des difficultés à ne pas voir comme une « évidence naturelle » la différence des rôles procréatifs.

    Même quand la technique permet de dépasser le caractère «  biologique  » de la procréation à l’image de la PMA  ?

    En effet, cela montre – et il n’est pas étonnant que la France ait été un des premiers pays à mettre en place un comité dit de « bioéthique » – que l’on était très inquiet, dans ce pays, à l’idée que le « naturel » pouvait être mis en danger. Le résultat de toutes les lois inspirées par ce comité de bioéthique consiste donc à faire en sorte que tout ce qui pouvait apparaître comme « non naturel » soit éradiqué – ce qui est une absurdité parce que par définition quelque chose qui peut exister est forcément naturel. C’est une tautologie de dire ça. La nature ne peut pas être conçue de manière « positive ». La nature, ce n’est qu’une série de limites. Or, les limites, elles changent constamment sous l’effet de l’action humaine. Se baser sur l’idée d’une reproduction « classique » – qui serait le produit d’une copulation entre une femme et un homme – et sur une vision très occidentale de la filiation, qui serait induite exclusivement par un acte hétérosexuel, est quand même problématique. Notre vision de la nature de la filiation est d’ailleurs le produit d’une considérable transformation du droit romain qui était, en ce domaine, beaucoup plus clair. Depuis les lumières, notre monde n’a cessé d’être « naturalisé ». Ce phénomène est peut-être du, en partie, à la déchristianisation de notre société mais, quoi qu’il en soit, la « nature » a pris une place de plus en plus importante. Dans l’évolution de nos lois, en dehors même de ces questions récentes de PMA (procréation médicalement assistée) et de techniques médicales, on voit bien que l’on essaie de calquer la filiation sur le biologique. Or, c’est absurde parce que la biologie ne connaît pas de filiation. La filiation, c’est un phénomène social. La filiation, ça implique des obligations sociales réciproques. La biologie, elle, ne connaît pas ça. Elle peut nous dire si une cellule en a engendré une autre, mais elle ne peut pas nous dire si la cellule A, par exemple, a des devoirs moraux vis-à-vis de la cellule B. Elle ne peut pas nous dire si la cellule A doit élever la cellule B ; lui changer ses couches, l’envoyer à l’école… Elle ne nous dit pas non plus que la cellule B doit assistance à la cellule A quand cette dernière vieillit. La filiation, bien loin du biologique, est un ensemble de règles évidemment mises en place par la société.

    Ce que nous dit la biologie, dans ce cadre, n’est-ce pas que la filiation doit être hétérosexuelle à l’exclusion de toute autre chose et notamment, par exemple, de l’adoption  ?

    Cette question est, en effet, liée à la biologisation — depuis une trentaine d’années – de la filiation. Dans le droit romain, l’adoption était courante et codifiée. On a eu longtemps cette règle, qui a changé avec la reconnaissance des enfants adultérins, que le mari d’une femme devait reconnaître tous les enfants procréés, dans le cadre d’un mariage légitime, par elle. C’était donc le caractère social de la filiation qui primait alors dans le droit. C’est vrai que les Romains ne connaissaient pas de couples homosexuels qui voulaient avoir des enfants – encore que, peut-être… – mais la filiation était alors si clairement sociale qu’on pourrait très bien l’imaginer. Si nous étions restés fidèles aux principes du droit romain, il y aurait, aujourd’hui, une plus grande évidence de la nature sociale de la filiation. Or à l’inverse, nous sommes dans un processus de « naturalisation » d’un droit positif que nous camouflons derrière l’idée d’une « imitation » ou d’un « respect » de la nature. On cherche de plus en plus à se rapprocher d’une nature qui, en réalité, ne nous fournit pas de réponses. Comment la nature – ou la biologie – pourrait-elle d’ailleurs nous donner des réponses sur nos institutions humaines ? La nature est devenue un point de repère : est censée être un point de repère, mais comme la biologie ne nous dit pas que la reproduction doit forcément être hétérosexuelle, puisque la biologie ne dit rien, ce point de repère en cache un autre. On fait avec la biologie comme avec Dieu. On injecte dans l’idée de divinité une morale et des obligations qui lient, les uns vis-à-vis des autres, les membres de la société. Cette « morale » et ces « obligations » sont des phénomènes séculiers que l’on prétend être l’œuvre d’un Dieu transcendant. C’est la même chose, aujourd’hui, pour la biologie. L’obligation de l’hétérosexualité : on nous dit qu’elle dépendrait de la biologie. C’est absurde. Même si la procréation demande en effet la réunion de deux cellules – l’une qui vient d’un corps défini, dans notre société, comme « femme » et l’autre d’un corps défini comme « homme » – ce n’est pas la biologie qui trace la frontière des droits et des devoirs entre chaque sexe. L’hétérosexualité n’est pas la réunion de deux cellules. C’est la réunion de deux êtres qui sont des créations sociales. La réunion des cellules nécessaires à la procréation n’entraîne pas l’hétérosexualité, elle n’entraîne rien d’ailleurs, au-delà d’elle-même. Derrière le masque de la biologie c’est la société qui s’exprime, en ventriloque.

    Pourquoi, dès lors, l’instrumentalisation du biologique devient-il, dans notre société, un enjeu si fondamental  ?

    Justement parce que nous n’avons plus de Dieu. Nous l’avons remplacé, depuis l’époque des Lumières, par la science. Maintenant, c’est la « science » qui nous explique comment nous devons vivre, quelles règles nous devons suivre – c’est du moins ce que l’on prétend. Or, encore une fois, c’est impossible. Comment la science – et tout particulièrement les sciences physiques – pourrait-elle nous dire quelque chose de pertinent sur nos arrangements humains ? La science ne transforme pas nos rapports sociaux. Il ne faut donc pas se leurrer sur la capacité de la science à modifier notre environnement social et notre système de genre. Même lorsqu’on change de sexe, on le voit bien, il s’agit de passer d’un genre à un autre. On ne peut évidemment pas dire ça aux gens qui se font opérer parce que pour eux, on le comprend bien, c’est essentiel. Mais, si on avait une conscience claire que ce qui est social ne doit rien à la nature, on sauterait complètement ce stade-là et on changerait de genre sans passer par une transformation du sexe. On retrouve le même problème en ce qui concerne l’adoption. Dans le Pacifique, chez les Polynésiens par exemple, le don d’enfant est très couramment pratiqué. Là, on n’a pas besoin de PMA puisqu’il suffit de demander ou d’accepter un « don ». Pourquoi, en effet, un enfant procréé appartiendrait-il forcément à sa génitrice « naturelle » ou à son géniteur « naturel » ? D’une certaine manière, la PMA n’a pas posé au droit plus de problèmes que l’adoption. Le droit savait déjà résoudre la question. Et c’est bien là le problème. Dans le droit romain comme dans certains droits coutumiers, à l’image de l’exemple polynésien, l’adoption était chose courante. Le caractère social de ce que l’on appelle aujourd’hui la parentalité était donc totalement reconnu. Alors qu’aujourd’hui en France, c’est l’idéologie inverse qui s’est imposée. On voit très bien les difficultés que rencontrent les candidats à l’adoption. Adopter un enfant en France, aujourd’hui, c’est un véritable parcours du combattant. Au point que les parents adoptifs ont l’obligation de dire aux enfants qu’ils ont été adoptés et qu’ils ont des « vrais » parents quelque part. Qu’est-ce que c’est que cette idée de « vrais » parents  ? À quoi ça sert de savoir qu’on a une mère biologique ? Je me suis opposée avec vigueur à la modification de la loi – qui se trouve malheureusement dans la Convention des droits de l’enfant – d’accouchement sous X. En France, sur 700 enfants concernés par cette disposition, – qui sont pour moi des adolescents qui auraient eu, quel que soit le type de famille dans lequel ils auraient évolué, des difficultés – 10 % ont des problèmes avec leur origine. C’est un problème classique de l’adolescence de se fantasmer d’autres parents. Seulement ceux-là, ils ont soi disant une base réelle à leur fantasme parce qu’ils ont été adoptés. Ils recherchent donc leur « mère biologique ». Or, si leur mère biologique a accouché sous X, c’est qu’elle avait ses raisons. Maintenant, ces enfants voudraient que le secret de ces femmes – qui est une des rares avancées du droit français – soit divulgué pour qu’ils puissent aller les traquer n’importe où. C’est une absurdité. D’ailleurs, le peu d’enfants qui ont retrouvé leur « mère biologique » ont été horriblement déçus. Il est évident, en effet, qu’expulser un fœtus de son corps ne fait pas d’une femme une « mère ». Pour faire bien, certaines de ces femmes disent alors qu’elles ont des regrets. C’est peut-être vrai ou peut-être faux. Le problème, c’est qu’on sentimentalise, de façon excessive, des processus physiologiques. Cette tendance, qui a commencé au 18e siècle, n’a cessé de croître depuis. Or, selon moi, les nouvelles techniques médicales n’ont pas amené de situations inédites. Et d’ailleurs, parler de « nouvelles techniques » pour dénommer la petite canule qui sert à mettre du sperme dans le vagin d’une femme, c’est un peu prétentieux. Les lesbiennes américaines, qui sont moins légalistes que nous, ne s’emmerdent pas à aller chercher leur procréateur dans une banque de sperme. Elles emploient la technique dite du « turkey baster  » – ustensile très courant, une espèce de grosse seringue, qui permet de récupérer la sauce de la dinde. Le problème tient donc plutôt, selon moi, à la question de la naturalisation de notre droit vis-à-vis, notamment, de l’adoption. Entre des sociétés qui comme la nôtre l’admettent avec difficulté, des sociétés, comme en Polynésie, qui la pratiquent très facilement et de manière presque informelle et des sociétés, par exemple musulmanes, qui la refusent totalement – le panel est large. Or, dans toutes ces sociétés, les enfants sont produits par les mêmes mécanismes. Ces sociétés ont pourtant, par rapport à la filiation, des attitudes radicalement différentes. Certaines croient que l’adoption est une véritable filiation. D’autres, comme la nôtre, pensent que c’est une filiation « fictive », de plus en plus délégitimée. Sans parler des sociétés où l’adoption est purement et simplement interdite. On le voit, l’idée que l’on se fait, en ce domaine, de la « nature », est très variable selon les lieux et les contextes. Les sociétés ont souvent beaucoup de mal à accepter et à reconnaître que les règles viennent d’elles-mêmes. C’est pourquoi, elles les font venir d’un « extérieur », d’un principe transcendant qui pouvait être Dieu par le passé – ce qui est encore le cas dans de nombreuses sociétés – et qui aujourd’hui, chez nous, est la biologie hypostasiée.

    Parité, procréation, prostitution, foulard, entretien avec Christelle Taraud [1] | Le blog de Christine Delphy
    http://delphysyllepse.wordpress.com/2013/05/08/parite-procreation-prostitution-foulard-entretien-avec-chr

    #procréation #filiation #adoption #Christine-Delphy #femmes #famille #genre #mère #féminisme #essentialisme
    cc @aude_v @pacoo :)


  • Pour sauver les éléphants d’Afrique, envoyons-les aux Etats-Unis | Big Browser
    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/07/04/proposition-pour-sauver-les-elephants-dafrique-envoyons-les-

    Selon le site Internet du World Elephant Day, il ne reste que 400 000 éléphants d’Afrique sur plus d’un million en 1980. Les éléphants d’Asie, en voie d’extinction, ne sont plus que 40 000.

    Pour les sauver, pourquoi ne pas les déplacer là où ils ne seront plus chassés ? C’est ce que propose la National Review, qui préconise de réintroduire des éléphants aux Etats-Unis, au même titre que les bisons ont été réintroduits dans le pays. « La chasse a eu raison de nos éléphants américains. Comme elle a eu raison de nos bisons. mais nos bisons sont de retour. Pourquoi ne pas ramener les éléphants ? », demande l’article qui précise que le continent serait tout à fait adapté aux animaux (climat, espace, etc.).

    #biodiversité #nature #naturicide #administration_du_désastre


  • Vandana Shiva : « Sur une planète morte, on ne fait plus d’affaires » | Mediapart
    http://www.mediapart.fr/journal/international/060714/vandana-shiva-sur-une-planete-morte-ne-fait-plus-d-affaires?onglet=full

    La convention de l’ONU sur le changement climatique a été signée en 1992. En 1995, l’OMC a été créée, marquant l’apogée de l’économie mondialisée. C’est non scientifique d’avoir une économie mondialisée qui externalise sa pollution en Chine. 90 % de ce que vend Wall-Mart est fabriqué en Chine : ces émissions creusent-elles l’empreinte carbone américaine, chinoise ou celle de Wall Mart ? Je crois qu’il faut changer de méthode de comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre. Les grandes entreprises mondialisées qui polluent la terre doivent internaliser leur pollution. Ce n’est pas aux pays de rendre des comptes mais aux entreprises.

    Mais comment faire pression sur les multinationales pour les obliger à internaliser leurs coûts autrement que par les États ? Quelle autorité serait assez forte pour les y contraindre ?

    Par les mouvements sociaux. Il n’y a pas d’autre façon. Les citoyens doivent s’organiser pour construire des mouvements vraiment forts autour du « bien vivre », avec une faible empreinte écologique. Il faut aussi que les citoyens se mettent à demander des comptes aux grands groupes mondiaux. Les seuls moments où les grandes entreprises internationales sont défaites, c’est lorsque d’énormes scandales éclatent. La seule manière de faire éclater le scandale, c’est que les gens prennent conscience qu’ils se retrouvent coincés dans un système qui saccage la planète, détruit de l’emploi, produit de la souffrance, du stress, des maladies, des dépressions.

    On parle de plus en plus d’anthropocène. Que pensez-vous de cette notion ?

    Je pense que c’est un très mauvais paradigme. C’est une chose d’admettre que l’irresponsabilité des humains fait du mal à la planète. Mais l’anthropocène, c’est l’arrogance de l’hubris. L’anthropocène revient à dire : « O.K., la planète est en pagaille, mais maintenant, nous allons devenir totalement des manipulateurs de la planète. » Nous allons faire de la géo-ingénierie, fabriquer des volcans artificiels, mettre des polluants dans l’atmosphère pour rafraîchir la planète…

    Si nous sommes dans une telle difficulté, c’est à cause de l’ignorance humaine cumulée à l’arrogance. Ignorance des processus biologiques subtils qui permet à Gaïa de fonctionner. Arrogance de croire que nous sommes supérieurement intelligents. Nous n’avons pas besoin d’anthropocène, mais de l’âge de Gaïa. L’anthropocène, c’est maintenir cette idée d’humains irresponsables et dominants, c’est une vision très patriarcale. Je crée le désordre ? Je vais en créer encore plus. Nous devons dire que nous sommes plus petits que la Terre, que nous en sommes une partie. Pas des maîtres et des conquérants. Un empire humain a semé le désordre sur cette Terre. Perpétuer cet empire, en l’appelant anthropocène, serait la plus grande erreur.

    Vous ne distinguez pas l’anthropocène de la géo-ingénierie ?

    Les gens qui ont commencé à parler d’anthropocène promeuvent aussi la géo-ingénierie (le prix Nobel de chimie, Paul Crutzen, par exemple – ndlr). Parler d’un « âge » de l’« anthropos » signifie que l’homme en est le facteur dominant. Que l’homme soit un facteur dominant de destruction ne signifie pas qu’il sera le facteur dominant de la régénération. La planète ne se régénérera que lorsque nous travaillerons avec elle. Et donc, parler d’anthropocène sent l’arrogance, celle d’êtres humains pensant qu’ils déterminent la vie de la planète.

    Nous ne résoudrons pas cette crise si nous ne nous repositionnons pas comme une partie de la toile de la vie et non comme les maîtres de la toile de la vie. L’idée d’anthropocène redonne du pouvoir aux multinationales qui veulent fabriquer des semences résistantes au changement climatique. Ce serait un désastre.


  • Le marché de l’#adoption d’occasion aux USA (574) | #Droits des #enfants
    http://jprosen.blog.lemonde.fr/2014/07/05/le-marche-de-ladoption-doccasion-aux-usa-574

    On a le sentiment de gens qui, par caprice, avaient décider d’accueillir un enfant pour satisfaire leur désir d’enfant à telle période de leur vie, sans considération pour l’enfant et ce qu’il vit ou a pu vivre, décident de le jeter comme on se sépare d’un #objet dont on ne veut plus soit parce qu’il ne vous satisfait plus, soit parce que l’envie première et viscérale est dépassée ou encore parce qu’il présente trop de problèmes à gérer comme ces enfants porteurs de handicaps ou de problème de santé initialement non repérés ou qui prennent une dimension non envisagée.

    La pratique du rehoming où l’enfant est chosifié ne surprend pas au pays où de longue date on présente des enfants à adopter lors de défilés organisés dans des supermarchés et où l’on pratique le recours aux mères femmes payées pour porter un enfant pour une autre. Au pays du libre échange l’enfant n’est qu’un objet de commerce parmi d’autres.

    #marchandisation #réification


  • Le Jardin de Babylone - Bernard Charbonneau (Encyclopédie des nuisances, 2002)
    http://biosphere.ouvaton.org/de-1182-a-1999/1780-1969-le-jardin-de-babylone-de-bernard-charbonneau-encycloped
    Texte écrit en 1969, extrêmement visionnaire et complet

    « La #nature est à la fois la mère qui nous a engendrés, et la fille que nous avons conçue. A l’origine, il n’y avait pas encore de nature. L’homme ne s’était pas encore distingué d’elle pour la considérer. Individus et société étaient englobés dans le #cosmos. C’est en Judée que naquit la nature, avec la Création : Jahvé a profané le cosmos et l’homme peut y porter la main. Même provisoirement écrasée, la révolte de la liberté humaine était à tout jamais déchaînée. Alors grandirent parallèlement la maîtrise et le #sentiment_de_la_nature. La science pénétra le mécanisme du cosmos, et ainsi la #technique permit de la transformer. Le sentiment de la nature apparaît là où le lien avec le cosmos est rompu, quand la terre se couvre de maisons et le ciel de fumées ; là où est l’#industrie, ou bien l’#Etat. La #campagne s’urbanise, et l’Europe devient une seule banlieue. Mais quand la nature vient à disparaître, c’est l’homme qui retourne au chaos.

    1/5) Reconstruction de la nature, fin de la nature
    L’intervention puissante et aveugle de l’homme risque de rompre l’équilibre fragile dont l’homme est issu. Le souci de la #productivité s’attache trop au présent, pas assez à l’avenir ; alors vient un jour où le #rendement baisse. Si la production continue d’augmenter indéfiniment, alors se posera un autre problème, celui de l’élimination des déchets. Trop souvent, au constat de l’épuisement du milieu naturel, les fidèles du progrès opposent un acte de foi : « On trouvera bien un moyen. » Or il y a de fortes chances que nous soyons obligés de reconstituer à grand frais les biens qui nous étaient fournis par la nature ; et ceci au prix de discipline autant que d’efforts. L’homme naît de la nature comme au sein d’une mère. Là où elle disparaît, la société moderne est obligée de fabriquer une surnature, l’homme devra réempoissonner l’océan comme il empoissonne un étang. Mais alors l’homme doit imposer à l’homme toute la rigueur de l’ordre que le Créateur s’est imposé à lui-même. En substituant dans cette recréation l’inhumanité d’une police totalitaire à celle d’une nature totale.

    Si l’homme dépasse la nature, il en est aussi le fruit. Aussi voit-on se développer dans les sociétés industrielles et urbaines un « sentiment » de nature qui reflète la gravité de la rupture avec le cosmos. Ainsi au siècle de l’artifice, nous avons la passion de cette nature que nous détruisons. Le sentiment de la nature est à la fois profond et extérieur à la vie des individus ; il se nourrit d’apparences, son domaine est celui de la peinture et du spectacle. Sauf exception, nous aimons la nature, mais nous craignons d’y vivre.

    2/5) La fin des paysans
    « Là où il existe, le #paysan est l’homme du pays, il est englobé dans la pulsation du cosmos. L’Eden terrestre n’est pas un don de Dieu, mais le fruit de la peine, moissonneurs des plaines courbés sur l’horizon. Au siècle de la division du travail le paysan est l’homme des cultures et des travaux multiples. Jusqu’en 1914, il fallait prendre la carriole à la gare pour gagner le village, et parfois du village c’est à pied qu’il fallait gagner l’encart. Jusqu’en 1945 l’industrie agricole n’existait vraiment qu’aux USA et dans quelques pays neufs. Maintenant des machines toujours plus puissantes ébranlent son univers. La campagne doit se dépeupler pour accueillir le peuple des tracteurs. Il n’y a plus de nature ni d’homme qui puisse tenir devant l’impitoyable tracé des raisons de l’Etat ou de la Production. Des lois déracinent les peuples comme le bulldozer les haies.

    L’instruction primaire obligatoire fut une sorte de #colonisation bourgeoise de la campagne. En même temps qu’il apprenait à lire et à écrire, le jeune paysan devait désapprendre : sa langue et son folklore. Les instituteurs de la IIIe République participèrent d’autant plus à cette entreprise de colonisation qu’ils étaient fils de paysans, pour lesquels devenir bourgeois était une promotion sociale. On peut imaginer une évolution différente où l’école eût continué l’Eglise dans le village, s’insérant dans la nature et la tradition en leur ajoutant, avec l’instruction, la dimension de la conscience. Mais les manuels scolaires, qui se lamentaient de la « dépopulation » des campagnes, se mirent à déplorer leur surpopulation.

    Le plan Monnet a déraciné les paysans que 1789 avait enracinés en leur donnant la terre. Comment des ingénieurs auraient-ils pu concevoir la campagne autrement que comme une industrie ? Dans cette optique, la campagne française était évidemment « sous-développée ». Le plan prévoyait le passage d’une agriculture de subsistance à une agriculture de marché qui intégrait le paysan dans le cycle de l’argent et de la machine. Le paysan vivait sur la propriété de polyculture familiale, maintenant il se spécialise. La monoculture le fait dépendre du marché. Désormais il lui faut acheter pour vendre, et vendre pour acheter, le superflu dont il commence à prendre l’habitude, et le nécessaire : les machines, les engrais, et même la nourriture. Les critères du plan furent exclusivement techniques : rendements à l’hectare, consommation d’énergie, possession d’une auto ou d’un téléphone. Certains facteurs ne furent pas pris en compte : la conservation des sols, la saveur des produits, l’espace, la pureté de l’air ou de l’eau. A plus forte raison certains facteurs humains comme le fait d’être son propre maître. La vie à la campagne comportait un relatif isolement, la participation à un groupe retreint mais aux liens solides ; et voici que l’organisation administrative et syndicale, la diffusion de l’instruction et de la presse, de la TV, absorbent les paysans dans la société globale.

    La seconde révolution industrielle, celle des hydrocarbures et de la chimie, va s’imposer aux campagnes européennes. La machine va trop vite pour la pensée : son usage précède toujours la conscience de ses effets. La tronçonneuse ne laisse plus le temps de la réflexion comme la hache. Si on peut abattre un chêne en quelques secondes, il faut toujours un siècle pour le faire. Le tracteur n’est plus le monopole du très grand propriétaire, les produits chimiques diminuent le travail du paysan, mais comme il faut les payer, il faut d’autant plus travailler. La petite exploitation n’était pas rentable. Le progrès technique signifie la concentration, la mécanisation engendre la grande exploitation. Le ruisseau n’est plus que l’effluent d’un terrain saturé de chimie et il suffit de quelques pompes-canons pour le tarir. Qu’est devenue la vie secrète des vallons ? Il n’y a plus que l’eau morte des retenues collinaires. Le travail devient vraiment du travail, c’est-à-dire du travail d’usine. Avant peu, les paysans réclameront à leur tour le droit de passer leurs vacances à la campagne.

    L’électrification et l’adduction d’eau multiplient les tâches en intégrant le paysan dans le système urbain. L’#aménagement_du_territoire, ou plutôt le déménagement, étendit ses méthodes à la campagne. La grande presse, et surtout la TV, achèvent d’entraîner la campagne dans le circuit des villes. Avant la dernière guerre, la ville gagnait dans la campagne, maintenant elle la submerge. C’est ainsi qu’à la France des paysages succède celle des terrains vagues. Et bientôt la France rurale ne sera plus que la banlieue de Paris. La campagne n’est plus qu’un élément d’une seule économie dont la ville est le quartier général. Le reste n’est plus que terrain industriel, aérodromes, autostrades, terrain de jeu pour les citadins. Partout pénètrent les autos, et avec elles les masses, les murs : la ville.

    3/5) Le cancer de l’urbanisation
    Les villes anciennes étaient beaucoup moins nombreuses et beaucoup plus petites que les nôtres. Elles étaient perdues dans la nature. En hiver, la nuit, les loups venaient flairer leurs portes, et à l’aube le chant des coqs résonnait dans leurs cours. Puis un jour, avec le progrès de l’industrie, elles explosèrent, devenant un chaos. Le signe le plus voyant de la montée du chaos urbain c’est la montée des ordures. Partout où la population s’accumule, inexorablement l’air s’épaissit d’arômes, l’eau se charge de débris. La rançon du robinet, c’est l’égout. Sans cesse nous nous lavons, ce n’est plus une cuvette qui mousse, mais la Seine.

    Les villes sont une nébuleuse en expansion dont le rythme dépasse l’homme, une sorte de débâcle géologique, un raz de marée social, que la pensée ou l’action humaine n’arrive plus à dominer. Depuis 1960, il n’est plus question de limiter la croissance de Paris, mais de se préparer au Paris de vingt millions d’habitants dont les Champs-Élysées iront jusqu’au Havre. Les tentacules des nouveaux faubourgs évoquent irrésistiblement la prolifération d’un tissu cancéreux. La ville augmente parce qu’elle augmente, plus que jamais elle se définit comme une agglomération. La ville augmente parce que les hommes sont des êtres sociaux, heureux d’être nombreux et d’être ensemble. Il est bien évident qu’elle n’est pas le fruit d’un projet.

    Les hommes se sont rassemblés dans les villes pour se soustraire aux forces de la nature. Ils n’y ont que trop bien réussi ; le citadin moderne tend à être complètement pris dans un milieu artificiel. Non seulement dans la foule, mais parce que tout ce qu’il atteint est fabriqué par l’homme, pour l’utilité humaine. Au milieu des maisons, les hommes ont amené de la terre, construit un décor. Les usagers des jardins publics sont trop nombreux : regardez, mais ne touchez pas. Les coûts de Mégalopolis grandissent encore plus vite que sa taille. Il faut faire venir plus d’énergie, plus d’eau. Il faut assurer le transport des vivants, se débarrasser des cadavres et autres résidus. Il boit une eau qui n’est plus que celle, « recyclée » de ses égouts, la ville en est réduite à boire sa propre urine. Je propose en plus d’estimer en francs le mètre carré ou le mètre cube d’air pur, comme le kilowatt. Le XIXe siècle avait ses bagnes industriels, le nôtre a l’enfer quotidien du transport. Mégalopolis ne peut être sauvée que par le sacrifice, chaque jour plus poussé, de ses libertés.

    Après le style primitif, après l’ordre monarchique, le désordre de la période individualiste, la ruche monolithique d’une collectivité totalitaire. Si nous n’y prenons garde, en supposant un meilleur des mondes sans crise ni guerre, nous finirons dans une caverne climatisée, isolée dans ses propres résidus ; où nous aurons le nécessaire : la TV en couleur et en relief, et où il nous manquera seulement le superflu : l’air pur, l’eau claire et le silence. La ville pourrait bien devenir le lieu de l’inhumanité par excellence, une inhumanité sociale. Peut-être que si la science réussit à rendre l’individu aussi indifférencié qu’une goutte d’eau, la ville pourra grandir jusqu’à submerger la terre. Peut-être que le seul moyen de mettre un terme à la croissance inhumaine de certaines agglomérations est de laisser la pénurie atteindre un seuil qui, en manifestant avec éclat l’inconvénient d’y vivre, découragera les hommes d’y affluer.

    Le citadin s’est libéré en s’isolant du cosmos ; mais c’est ainsi qu’il a perdu sa liberté. Aujourd’hui, pour être libre, prendre des vacances, c’est sortir de la ville.

    4/5) Le tourisme, produit de l’industrie
    Pour les primitifs et les paysans, rien n’est plus étranger que l’idée de voyager. Ceux qui ont traversé les pays ignorés du tourisme savent à quel point leurs habitants sont surpris de voir un homme qui se déplace pour son plaisir. A l’origine, l’homme ne change de lieu que contraint par une nécessité supérieure : pour fuir un ennemi, s’enrichir, ou obéir à l’ordre d’un dieu. Pour le Moyen Age, le voyageur, c’est le pèlerin ou le trafiquant. Le voyage généralisé apparaît lorsque les conditions économiques et sociales permettent à l’individu de rompre avec son milieu. Il naît avec la richesse, la sécurité des routes, la curiosité et l’ennui. Le premier touriste, ce fut peut-être l’empereur Hadrien. Au contraire, le goût des voyages décroît avec la misère et l’insécurité. Le temps des invasions n’est jamais celui du tourisme ; alors l’individu se cramponne au sol pour subsister. Comme autrefois, il n’est pas assez d’une existence pour connaître vraiment son canton, parce qu’il lui faut avancer pas à pas. Et le quitter pour un autre, c’est le perdre.

    Le #tourisme commence au XVIIIe siècle, et d’Angleterre il gagne l’Europe. Le voyage n’est plus le fait d’une aristocratie, il devient celui d’une classe sociale tout entière : la bourgeoisie, et finalement les masses populaires. Pour un homme des villes, vivre physiquement et spirituellement, c’est retourner à la nature. Accablés de vêtements et d’artifices, nous nous étendons nus sur le sable. Ce sont les hommes de l’auto et de l’avion qui escaladent à pied les montagnes. La sympathie pour les sociétés indigènes aboutira tout au plus à un folklore pour touristes plaqué sur un abîme d’uniformité. On enfermera les derniers hommes sauvages, comme les derniers grands mammifères, dans des réserves soigneusement protégées, où ils joueront le rôle du primitif devant un public de civilisés. Le parc national n’est pas la nature, mais un parc, un produit de l’organisation sociale : le jardin public de la ville totale. C’est la terre entière qui devrait devenir un parc national ; tandis que la masse humaine irait vivre sous cloche dans quelque autre planète.

    La nature reste l’indispensable superflu de la société industrielle. La nature est photogénique ; notre civilisation de l’image est portée à l’exploiter pour compenser la rationalité de son infrastructure mathématique. Les mass media diffusent quotidiennement les mythes de la Mer, de la Montagne ou de la Neige. Le touriste n’est qu’un voyeur pour lequel le voyage se réduit au monument ou au site classé. Partout l’artifice cherche à nous restituer la nature. Isolé de la nature dans son auto, le touriste considère d’un œil de plus en plus blasé le plat documentaire qui se déroule derrière le miroir. Admirer les glaciers à travers les vitres d’un palace n’empêche pas de se plaindre de la faiblesse du chauffage. Un touriste ne vit pas, il voyage ; à peine a-t-il mis pied à terre que le klaxon du car le rappelle à l’ordre ; le tourisme et la vraie vie ne se mélangent pas plus que l’huile et l’eau. Avec la société capitaliste, le tourisme est devenu une industrie lourde. L’agence de tourisme fabrique à la chaîne quelques produits standard, dont la valeur est cotée en bourse. Il n’y aura plus de nature dans la France de cent millions d’habitants, mais des autoroutes qui mèneront de l’usine à l’usine – chimique ou touristique.

    L’auto, qui nous permet de nous déplacer aisément, par ailleurs nous enferme. Certains massifs de Pyrénées dépourvus de routes sont moins fréquentés qu’à l’époque de Russel et de Chausenque. Mais demain, le bulldozer permettra aux modernes centaures d’envahir partout la montagne, sans risque d’abîmer leurs délicats sabots de caoutchouc. Il faut du nouveau à l’individu moderne, n’en fût-il plus au monde. Le touriste change de lieu chaque fois plus vite – jusqu’au moment où le voyageur n’est plus qu’un passager affalé qui ronfle dans le fauteuil d’un avion lancé à mille à l’heure. Ce qui rend les voyages si faciles les rend inutiles. L’avion fait de Papeete un autre Nice, c’est-à-dire un autre Neuilly. Les temps sont proches où l’avion pour Honolulu n’aura pas plus de signification que le métro de midi. Tourisme ? Exactement un circuit fermé qui ramène le touriste exactement à son point de départ. A quoi bon l’auto qui permet de sortir de la ville, si elle nous mène au bord d’un autre égout ? Sur deux cents kilomètres de plage landaise, il n’est pas un feston de la frange des vagues qui ne soient ourlé par les perles noires du mazout. Et le soir, à la villa, le bain d’essence devient le rite complémentaire du bain de mer. On pouvait voir les bancs de perche évoluer dans les algues par trois mètres de fond dans l’étang de Biscarosse ; selon un rapport du Muséum il est aujourd’hui classé dans la quatrième catégorie, le maximum de pollution. La paix de l’hiver est rompue par les skieurs, le blanc des neiges, piétiné et balafré, n’est plus qu’un terrain vague maculé de débris et de traces. La montagne est mise à la portée des masses payantes. Mais est-elle encore la montagne ? Il n’y a plus de montagne ; il ne reste qu’un terrain de jeu. Le domaine du loisir étant celui de la liberté, pourquoi dépenser des milliards à couvrir les montagnes de téléphériques pour hisser le bétail humain sur les crêtes ? Aujourd’hui sites et monuments sont plus menacés par l’admiration des masses que par les ravages du temps. On voit venir le moment où les lieux les plus célèbres se reconnaîtront au fait que la visite en est interdite.

    Rien n’empêche la société industrielle d’enfermer la momie de Thoreau dans la vitrine de la littérature bucolique. Si nous voulons retrouver la nature, nous devons d’abord apprendre que nous l’avons perdue.

    5/5) Conclusion : échec et résurrection du sentiment de la nature
    Il n’est pas de lieu plus artificiel que ceux où la nature est vendue. Si un jour elle est détruite, ce sera d’abord par les industries de la mer et de la montagne. Si un « aménagement du territoire » désintéressé et intelligent s’efforce d’empêcher le désastre, il ne pourra le faire qu’au prix d’une organisation raffinée et implacable. Or l’organisation est l’exacte antithèse de la nature. Le « sentiment de la nature » s’est laissé refouler dans le domaine du loisir, du superflu et du frivole. La révolte naturiste n’a engendré qu’une littérature et non une révolution. Le scoutisme n’a pas dépassé l’enfance.

    Les passionnés de la nature sont à l’avant-garde de sa destruction : dans la mesure où leurs explorations préparent le tracé de l’autostrade, et où ensuite pour sauver la nature ils l’organisent. Ils écrivent un livre ou font des conférences pour convier l’univers à partager leur solitude : rien de tel qu’un navigateur solitaire pour rassembler les masses. L’amoureux du désert fonde une société pour la mise en valeur du Sahara. Cousteau, pour faire connaître le « monde du silence », tourna un film qui fit beaucoup de bruit. Le campeur passionné par les plages désertes fonde un village de toile. Ainsi, réaction contre l’organisation, le sentiment de la nature aboutit à l’organisation.

    En réalité il n’y a probablement pas de solution au sein de la société industrielle telle qu’elle nous est donnée. L’organisation moderne nous assure le superflu en nous privant du nécessaire. En dehors de l’équilibre naturel dont nous sommes issus, nous n’avons qu’un autre avenir, un univers résolument artificiel, purement social. L’homme vivra de la substance de l’homme, dans une sorte d’univers souterrain. Si l’espèce humaine s’enfonçait ainsi dans les ténèbres, elle n’aurait fait qu’aboutir à la même impasse obscure que les insectes. A moins qu’on ne s’adapte pour grouiller comme des rats dans quelque grand collecteur. Que faire ?

    La nature n’est pas une mère au sens sentimental du terme, elle est la Mère : l’origine de l’homme. L’homme doit péniblement se maintenir entre ces deux abîmes : la totalité cosmique et la totalité sociale ; et c’est ce terme même de nature qui lui indique où est son étroit chemin. Il faudra dominer l’industrie comme on a dominé la nature. Il nous faut réviser nos notions de nécessaire et de superflu. Il faut affronter le standard de vie, les investissements, les fusées et la bombe atomique pour choisir l’air pur. Ce n’est que si l’homme est capable de se dominer qu’il pourra continuer de dominer la terre. La solution suppose un renversement des valeurs. Il faut que la fin : la nature pour les hommes, commande les moyens : la science, l’industrie, l’Etat. Pour nous et surtout pour nos descendants, il n’y a pas d’autres voies qu’une véritable défense de la nature. Désormais toute entreprise devrait être envisagée en tenant compte de la totalité de l’équilibre qu’elle perturbe. Les hommes qui se voueraient à une telle révolution pourraient constituer une institution, indépendante des partis ou des Etats, consacrée à la défense de la nature. Elle se considérerait comme une sorte d’ordre, imposant à ses membres un certain style de vie, qui les aiderait à prendre leurs distances vis-à-vis de la société actuelle. Ils pratiqueraient une sorte d’objection de conscience. La merveille de Babylone est ce jardin terrestre qu’il nous faut maintenant défendre contre les puissances de mort.

    #ruralité #paysannerie #urbain_diffus #banlieue_totale #administration_du_désastre #wilderness #écoumène #critique_techno #système_technicien #déracinement #effet_rebond #hors_sol #soleil_vert #contre-productivité


  • Comics and US politics: The case of Captain #America and #Superman
    http://english.al-akhbar.com/content/comics-and-us-politics-case-captain-america-and-superman

    http://english.al-akhbar.com/sites/default/files/imagecache/4cols/leading_images/superman_a.jpg

    Popular comic book superhero, Superman. (Photo: AFP) Popular comic book superhero, Superman. (Photo: AFP)

    The global media industry likes to drag politics into everything, and comics are no exception, given their multigenerational audience. Below, we shed light on two particular comic book characters, on account of their huge fame and their political and ideological discourses.

    Abdul Rahman Jasem

    read more

    #Culture_&_Society #Adolf_Hitler #American_comics #Articles #Captain_America #Nazis #Richard_Nixon


  • Etude Web Energy Archive : la consommation énergétique des sites web, côté utilisateur | ADEME Presse
    http://www.presse.ademe.fr/2014/07/etude-web-energy-archive-la-consommation-energetique-des-sites-web-cote

    Pendant un an, le projet Web Energy Archive , soutenu par l’ADEME, a mesuré les consommations énergétique de 600 sites web par le biais de leurs utilisateurs.

    Les 100 sites français les plus visités engendrent une consommation annuelle totale de 8,3 GWh, soit l’équivalent de la consommation d’énergie de 3 077 foyers. L’impact de ces mêmes sites côté serveur est de 0,58 GWh, soit plus de 10 fois moins !

    Selon le niveau d’éco-conception du site web (optimisation du poids du site et de ses images éventuelles,…), la consommation varie de 10 à 300 Wh pour 1000 pages vues.

    #énergie #web via @marclaime


  • Oral Histories by US Ambassadors to Israel and Consuls General, Jerusalem

    https://t.e2ma.net/webview/57upj/9b331d7d456cc79d60e67011a539e2d5

    Oral Histories by US Ambassadors to Israel and Consuls General, Jerusalem

    The Association for Diplomatic Studies and Training (ADST), a nonprofit group, has published hundreds of oral histories by American diplomats who have served around the world. This archive is a rich and unique source of information and analysis covering decades of American diplomacy. The entire ADST oral history collection can be found at adst.org.
    For analysts, scholars, historians and others who study the Arab-Israeli and Palestinian-Israeli conflict, the following oral histories by American diplomats who served in Tel Aviv or Jerusalem are valuable resources. See links below to oral histories by US Ambassadors to Israel in Tel Aviv and by US Consuls General in Jerusalem.
    For oral histories by other US diplomats who have served in Tel Aviv or Jerusalem since 1948, or otherwise involved, see ASDT’s Excerpts from the Israel Country Reader, adst.org/oral history/country-reader-series/


  • BBC News - Tibetan altitude gene inherited ’from extinct species’
    http://www.bbc.com/news/science-environment-28127785

    The variant of the EPAS-1 gene, which affects blood oxygen, is common in Tibetans - many of whom live at altitudes of 4,000m all year round.

    But the DNA sequence matches one found in the extinct Denisovan people.

    Many of us carry DNA from extinct humans who interbred with our ancestors as the latter expanded out of Africa.

    Both the Neanderthals - who emerged around 400,000 years ago and lived in Europe and western Asia until 35,000 years ago - and the enigmatic Denisovans contributed DNA to present-day people.

    The Denisovans are known only from DNA extracted from the finger bone of a girl unearthed at a cave in central Siberia. This 40,000-50,000-year-old bone fragment, as well as a rather large tooth from another individual, are all that is known of this species.


  • #Croatie : l’heure n’est plus à la fête
    http://fr.myeurop.info/2014/07/03/croatie-heure-plus-fete-14104

    http://cdn3.myeurop.info/sites/default/files/imagecache/third_thumbnail/media/images/Croatie_0.jpg

    Camille Selosse

    Il y a un an, l’entrée de la #Croatie dans l’Union européenne était fêtée en fanfare. Aujourd’hui, le pays est en proie à de sérieuses difficultés économiques et l’anniversaire est plutôt passé sous silence, à #Bruxelles comme à #Zagreb.

    Un an après avoir intégré l’Union européenne, la Croatie est toujours dans une impasse économique. lire la suite

    #INFO #Politique #Économie #adhésion #anniversaire #austérité #chomage #Commission #corruption #crise #déficit #dette #Economie #Europe #intégration #integration #politique #privatisation #réforme #Serbie #union_européenne


  • #gentoo Wiki Archives - HOWTO_IP_Aliasing
    http://www.gentoo-wiki.info/HOWTO_IP_Aliasing

    Gentoo : need to load #multiple #IP addresses to a single ethernet interface ? These steps will help you do just that. Voir /usr/share/doc/netifrc-0.1/net.example pour la config de plusieurs passerelles en cas d’adresses IP sur des réseaux séparés. (pfff ! point de vue config, gentoo c’est systématiquement la misère !)

    #serveur #linux #howto #adresse-ip #migration


  • #Lebanon: Adlieh center detainees subject to inhumane and illegal incarceration
    http://english.al-akhbar.com/content/lebanon-adlieh-center-detainees-subject-inhumane-and-illegal-inca

    http://english.al-akhbar.com/sites/default/files/imagecache/4cols/leading_images/10426533_306556216169536_2876694007659217947_n.jpg

    Women held in the #Adlieh_Retention_Center in Beirut hold a prayer session. (Photo: Lebanese Center for Human Rights) Women held in the Adlieh retention center in Beirut hold a prayer session. (Photo: Lebanese Center for Human Rights)

    Immersed in darkness and impending gloom, hundreds of migrants, asylum seekers and #domestic_workers are illegally cooped up in wretched and cramped underground cages under a busy highway bridge in Adlieh, Beirut for a prolonged period of time.

    Rana Harbi

    read (...)

    #Politics #Articles #General_Security #Internal_Security_Forces #UN


  • gorhill/httpswitchboard · GitHub
    https://github.com/gorhill/httpswitchboard

    A Chromium browser extension which let you whitelist or blacklist requests originating from within a web page according to their type and/or destination as per domain name. As of May 2014, the extension comes with preset blacklists totaling over 60,000 distinct hostnames out of the box (these lists can be disabled, or more can be enabled).

    Une alternative à #Adblock, particulièrement flexible et optimisé.