city:washington

  • À la suite de l’information lâchée par le gouvernement allemand, je repars à la pêche des infos sur #MH17. Finalement, beaucoup d’éléments en ligne, dont des découvertes ahurissantes…

    • l’avis de Peter Haisenko, pilote de ligne allemand (30/07/14, pour la version anglaise Shocking Analysis of the ‘Shooting Down’ of Malaysian MH17 http://www.anderweltonline.com/wissenschaft-und-technik/luftfahrt-2014/shocking-analysis-of-the-shooting-down-of-malaysian-mh17 , le 26/07 pour l’original allemand)

    First, I was amazed at how few photos can be found from the wreckage with Google. All are in low resolution, except one: The fragment of the cockpit below the window on the pilots side. This image, however, is shocking. In Washington, you can now hear views expresssed of a “potentially tragic error / accident” regarding MH 017. Given this particular cockpit image it does not surprise me at all.

    I recommend to click on the little picture to the right. You can download this photo as a PDF in good resolution. This is necessary, because that will allow you understand what I am describing here. The facts speak clear and loud and are beyond the realm of speculation: The cockpit shows traces of shelling! You can see the entry and exit holes. The edge of a portion of the holes is bent inwards. These are the smaller holes, round and clean, showing the entry points most likeley that of a 30 millimeter caliber projectile. The edge of the other, the larger and slightly frayed exit holes showing shreds of metal pointing produced by the same caliber projectiles. Moreover, it is evident that at these exit holes of the outer layer of the double aluminum reinforced structure are shredded or bent – outwardly!

    http://www.shoutwiki.com/w/images/acloserlookonsyria/thumb/5/52/MH17_left_cockpit_panel.jpg/800px-MH17_left_cockpit_panel.jpg

    • la thèse est reprise par Jacques Sapir le 30/07/14
    MH17 et Su-25 | RussEurope
    http://russeurope.hypotheses.org/2591

    Une thèse qui prend de la consistance aujourd’hui, voudrait que le Boeing de la Malaysian Airlines du vol MH17 aurait été abattu non par un missile Sol-Air mais par un tir de canon d’un Sukhoï 25 (Su-25, code OTAN « Frogfoot »). A l’appui de cette thèse, des photos circulent, dont l’une m’a été communiquée par Olivier RIMMEL.

    illustrée par un gros plan de la photo précédente.
    http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/981/files/2014/07/AAA-312-500x267.jpg

    • le 31/07/14, longue interview de Michael Bociurkiw, inspecteur canadien de l’OSCE, d’ascendance ukrainienne qui faisait partie de la toute première équipe d’observateurs de l’OSCE, arrivée sur place alors que les débris étaient encore fumants.

    Ce qu’il dit à 6:10 est sans aucune ambigüité
    http://www.youtube.com/watch?v=76PG9RQStFU

    In that interview he states, that till now there was no evidence that a missile had hit the plane. Instead the OSCE had recovered three pieces of fuselage which had been “popmarked” by heavy machine gun fire. This statement is made at timemark 6:10 minutes.

    illustré par la vidéo dans une image reprise ensuite en capture d’écran
    http://www.shoutwiki.com/w/images/acloserlookonsyria/thumb/a/ae/MH17_cockpit_right_window_frame_bullet_holes.png/800px-MH17_cockpit_right_window_frame_bullet_holes.png
    MH17 cockpit right window frame bullet holes
    (moins de 20000 vues pour ce sujet sur YT)

    • une du New Straits Times du 6/08/14
    http://www.temoignages.re/local/cache-vignettes/L600xH515/nst-mh17-25461.jpg
    L’article cite, entre autres M. Bociurkiw
    MH17 : Pockmarks look like from very, very heavy machine gun fire, says first OSCE monitor on-scene | New Straits Times
    http://www.nst.com.my/node/20961

    Bociurkiw is a Ukrainian-Canadian monitor with OSCE who, along with another colleague, were the first international monitors to reach the wreckage after flight MH17 was brought down over eastern Ukraine.

    In the CBC interview, the reporter in the video preceded it with: “The wreckage was still smouldering when a small team from the OSCE got there. No other officials arrived for days”.

    There have been two or three pieces of fuselage that have been really pockmarked with what almost looks like machinegun fire; very, very strong machinegun fire,” Bociurkiw said in the interview.

    • une liste des débris avec photo, commentaires et localisation sur l’avion (2/08/14)
    http://ronaldwederfoort.blogspot.fr/2014/08/cis-plane-mh-17-was-brought-down-by.html
    Il précise que les tirs proviendraient de deux appareils et ceux dont les impacts sont vus sur le montant du cockpit provenaient d’au dessus de l’avion.

    • enfin, un dernier article de la FAZ du 12/09/14 à propos du rapport préliminaire des enquêteurs, titré

    Une attaque provenant du sol est le scénario le plus vraisemblable

    MH-17-Ermittler : Ein Angriff vom Boden aus das „wahrscheinlichste Szenario“ - Europa - FAZ
    http://www.faz.net/aktuell/politik/ausland/europa/mh-17-ermittler-ein-angriff-vom-boden-aus-das-wahrscheinlichste-szenario-131500

    Ein Angriff vom Boden aus das „wahrscheinlichste Szenario“
    Ohne Spezialwissen ließen sich die Schlüsse aus dem am Montag vorgestellten Bericht kaum ziehen. Nun leistet der niederländische Chefermittler Interpretationshilfe. Eine Boden-Luft-Rakete soll MH17 getroffen haben.

    illustré par cette photo qui, à elle seule, prouverait le contraire…
    http://media0.faz.net/ppmedia/aktuell/politik/1717360069/1.3150130/article_multimedia_overview/ein-wrackteil-der-abgestuerzten-boeing-des-fluges-mh17.jpg

    • et donc, le 9/09/14 le gouvernement allemand révèle que les AWACS de garde n’ont pas détecté d’émission du système de guidage de missile air-sol du type de celui auquel le gouvernement états-unien et l’OTAN attribuent l’interception du vol MH17.



  • Ukrainian President Poroshenko will visit White House, Congress to seek more aid - The Washington Post
    http://www.washingtonpost.com/world/europe/ukraine-president-poroshenko-visits-white-house-congress-in-aid-bid/2014/09/17/d8e0e0b5-1917-437d-89ea-88fe8e9e451b_story.html

    Ukrainian President Petro Poroshenko will arrive in Washington on Thursday with a simple request: more economic and military aid for a nation that is reeling from an insurgency in the east.

    But amid concerns about Ukraine’s commitment to anti-corruption efforts and Western caution about escalating a military conflict with Russia, it remained far from clear that Ukraine’s leader would leave Washington with a substantial new pledge of support. The Ukrainian candy-magnate-turned-politician plans to talk with President Obama at the White House and will address a joint meeting of Congress.

    Après s’être adressé au parlement canadien hier, P. Porochenko rencontrera B. Obama et s’adressera au Congrès. À Ottawa, il a remporté de vifs applaudissements de la part des honorables parlementaires et peut-être (?) d’autres résultats plus concrets.

    With Poroshenko seeking more aid in Washington, some Ukrainians have questioned whether the country is ready to receive it, given long-running problems with corruption that have plagued Ukraine since it broke from the Soviet Union in 1991.

    Those concerns with corruption were a key focus of the winter pro-European protests in Kiev, but there are increasing worries that little has been done to combat it in the seven months since the pro-Russian Viktor Yanukovych was deposed as president.

    The slow pace of anti-corruption measures has frustrated some activists. Protesters burned tires in front of the Ukrainian parliament this week to demand that it pass legislation to strengthen scrutiny of officials who served under Ukraine’s previous leadership. A version of the measure eventually was approved after several cycles of votes.

    Other attempts at anti-corruption legislation have been rejected, and an ombudsman who was tasked with spearheading a fight against graft resigned in frustration in August.

    The general sense is that corruption is just as bad as before,” said Anders Aslund, an economist at the Peterson Institute for International Economics who has advised Ukrainian leaders on economic issues.

    La corruption en Ukraine ne fait guère de doute, avant, comme maintenant et, probablement après… La lutte contre la corruption est un thème plutôt consensuel, du moins dans les déclarations…, mais aussi un cheval de bataille de l’extrême droite.

    Certes, some activists. Protesters burned tires in front of the Ukrainian parliament this week to demand that it pass legislation to strengthen scrutiny et ont mis à la poubelle un député (triomphe médiatique dans les médias occidentaux). Il faut peut être préciser que le thème de la #lustration est actuellement LE grand thème de #Svoboda et que les « activistes » en question sont des membres de ce parti d’extrême droite.

    Cf. l’article du Kyiv Post sur cette manifestation, le 16 septembre

    http://www.kyivpost.com/media/images/2014/09/16/p191vjavec5371uncsrs1asn3r44/big.jpg
    Svoboda lawmaker Ihor Miroshnychenko (R) during a rally to support the lustration law in front of the parliament building in Kyiv on Sept. 16.
    © Volodymyr Petrov

    Ukrainians rally to support lustration law in parliament
    http://www.kyivpost.com/multimedia/photo/rally-to-support-the-lustration-law-in-front-of-the-parliament-building-in

    About 250 people under the Rada require a law on lustration in Kyiv, on Sept. 16. In front of the Verkhovna Rada activists held a picket demanding passage of the law. There were flags of Ukraine, flags with symbols of the Svoboda party, Right Sector and placards with slogans: “We demand lustration”.



  • Q&A: Ukraine’s Donbas Battalion Commander Seeks US Support
    http://www.voanews.com/content/ukraine-donbas-battalion-commander-seeks-us-support/2452051.html

    The commander of Ukraine’s famed Donbas Battalion, Semen Semenchenko, is in Washington this week to lobby U.S. officials for stepped-up non-lethal aid and possible West Point training for his men.
    (...)
    Snowiss: What’s the purpose of your visit to Washington?

    Semenchenko: "I have three goals. First, to see what kinds of dual-use technologies – those not prohibited from export to Ukraine – that we can purchase.

    "When I say ’we,’ I mean volunteer units financed directly by the [Ukrainian] people. We are the most motivated resistance fighters. We are now officially registered [in Ukraine], and I command a battalion in the National Guard. We are actually more pro-active than the government. That’s the first reason [for my trip].

    "Secondly, we would like to help strengthen our political leaders, to present the real situation in Ukraine to the U.S. officials, including members of Congress and the president, [since] the situation there endangers the entire world. We need help, first and foremost from the United States, since Europe and Russia have close relations and [Brussels] is blocking a lot of things. It’s clear that with U.S. participation, these questions get resolved more quickly.

    “Third, I want to deepen ties with the Ukrainian diaspora [in order to] organize international support, in particular, financial assistance. For example, we are buying remotely-piloted surveillance #drones which can be put to [immediate] use.”
    (...)
    I want to make Ukraine into another Israel. I mean, a country that has seen the type of danger [Israel] has must drastically change its approach to national security and create a modern military with special forces to protect itself.
    But If fighting resumes in east, even if I’m an MP, I will pick up my weapon and go to battle again.

    Snowiss: What’s your response to allegations of fascism among Ukraine’s volunteer brigades?

    Semenchenko: "I have a very warm feeling toward the Russian people. I’m Russian by nationality but also a patriotic Ukrainian. I haven’t seen any expressions of fascism in my unit. But I did see [fascism] on the other side, the terrorist side.

    "They engage in aggressive propaganda, political killings and use other terrorist methods, which are the attributes of fascism. They propogate the notion of the superiority of Russian people, and justify everything they do if needed to protect their interests.

    “On our side, I saw ethnic nationalists too. But they don’t engage in aggressive propaganda or fascist methods.”

    Snowiss: What about the videotaped footage obtained by a German news agency that shows Nazi symbols on the helmets of members of Ukraine’s volunteer Azov Battalion?

    Semenchenko: “We have to see what these people have done, and judge by their deeds.

    If the ones wearing those symbols have committed crimes, and there is evidence to support this, they should be tried in court. If not, we’ll have to ask directly why they wear these symbols and explain that there’s no place for fascism in our units.”


  • Immigrant Mothers Face ’Unnecessary Cruelty’ At Detention Facility, Lawyer Says

    WASHINGTON — Undocumented immigrant mothers and children are kept in excessively cold conditions, given undercooked food and mocked by guards in a detention facility in Artesia, New Mexico, an attorney alleged after a visit there.

    http://www.huffingtonpost.com/2014/09/12/immigration-detention_n_5811952.html

    #mères #femmes #détention #détention_administrative #rétention #USA #Etats-Unis


  • #Australia joins #US in military campaign against #ISIS
    http://english.al-akhbar.com/content/australia-joins-us-military-campaign-against-isis

    Australia became the first country to detail troop numbers and aircraft for a US-led coalition fighting the Islamic State in #Iraq and #syria (ISIS) militants in Iraq, as Washington drums up support for global action to counter the “terrorist” threat. Australia Prime Minister Tony Abbott said on Sunday a 600-strong force comprising some 400 airforce personnel and 200 special forces soldiers would be deployed to a US military base in the United Arab Emirates. read more


  • M. K. BHADRAKUMAR - Obama Launches His War, Finally -
    Melkulangara BHADRAKUMAR | 12.09.2014
    http://www.strategic-culture.org/news/2014/09/12/obama-launches-his-war-finally.html

    (...) The New Middle East

    Nonetheless, will Obama’s strategy work? Clearly, Obama’s strategy a cost-effective one and largely self-financing and might, therefore, be sustainable over a period of time. To be sure, there isn’t going to be any dearth of resources – financial or material or human – for fighting this war, given the involvement of the petrodollar states that have been pushing for regime change in Syria.

    The American public may not militate anytime soon against this war, either. The American strategic community – especially, the think tankers and the media – will also be largely supportive, since this war explicitly dovetails with Israeli interests. In fact, the US is reassembling the same old axis in the Middle East, comprising Israel and the Sunni Arab oligarchies of the Gulf region. At the same time, the US will not be accountable to the UN Security Council. It is a «coalition of the willing» that is fighting this war and internal dissent within that coalition is highly improbable, which in turn would ensure that Washington kept the command and control of this war.

    However, imponderables lie ahead. First and foremost, it is hugely significant that Obama avoided holding out any categorical affirmation of the unity of Iraq. He is also delightfully vague about what his expectations are out of an «inclusive» government in Baghdad.

    The point is, although Washington could engineer the replacement of Prime Minister Nouri al-Maliki, whether it still leads to Sunni reconciliation is far from clear as of now. This is important because the US strategy can work only if there is wholesome Iraqi Sunni mobilization against the IS. Or else, it may turn even uglier as sectarian strife continues to tear apart Iraq’s unity.

    But then, on the other hand, this also involves the question of Shi’ite empowerment in Iraq. Suffice to say, the US needs to invent some magical formula that refines the concept of democratic principles allowing majority rule in Iraq. Put differently, this is also a war that involves nation-building in Iraq and the US’s record in such enterprises abroad has been very dismal, to put it mildly. This is one thing.

    The most disconcerting part of this war is going to be its Syrian chapter. Perhaps, the US estimates that now that Syria’s stockpiles of chemical weapons have been destroyed, it is a safe bet to launch attacks on that country. Even assuming it is so, the Syrian opposition still remains a revolving door for extremist groups, as the saga of the Islamic State proves. The US has learnt nothing and still hopes to use extremist elements as instruments of regional policies.

    Indeed, failure comes at a very heavy cost, as Iraq and Syria in their present form may well cease to exist at the end of it all. Of course, the really intriguing part is that such a denouement may well be the US’s geopolitical objective. In a recent interview with the New York Times, Obama himself put his finger on the unraveling of the Sykes-Picot agreement of 1916 as the core issue of the Middle Eastern politics.

    Equally, Obama’s intention to recruit as allies «Arab nations who can help mobilize Sunni communities» virtually acknowledges the sectarian dimension to the conflicts in Iraq and Syria. Now, there is a complicated backdrop of regional politics playing out here, involving these every same Sunni Arab nations as key protagonists. Would Obama have some recipe to heal the regional tensions? He’s had nothing to say. Interestingly, not once did Obama refer to Iran, either.

    Obama’s strategy completely bypasses the UN and, in reality, undermines the UN Charter. He failed to convincingly explain the raison d’etre of this particular variant of US military intervention in the Muslim world – unilateralist but ‘risk-free’ and low-cost – since the US’ homeland security is not even in any imminent or conceivable danger.

    At the end of the day, the impression becomes unavoidable that the US continues to arrogate to itself the prerogative to violate the sovereignty and territorial integrity of nation states on the basis of its self-interests. Indeed, that this hydra-headed war is going to assume many varied shapes as times passes and long after Obama disappears into history books is virtually guaranteed.

    Obama’s presidency has come full circle by reinventing the neocon dogmas it once professed to reject. On the pretext of fighting the IS, which the US and its allies created in the first instance, what is unfolding is a massive neocon project to remold the Muslim Middle East to suit the US’ geopolitical objectives. Call it by whatever name, it is an imperial war – albeit with a Nobel as commander-in-chief.


  • Le Liban dans la guerre contre le terrorisme
    http://www.mestrategicperspectives.com/2014/09/13/terrorisme-le-liban-entre-en-guerre-ses-risques-et-perils

    Le Liban était présent à la réunion de Djeddah (11/09), aux côtés des six Etats membres du Conseil de Coopération du Golfe, de la Jordanie, de l’Irak, de la Turquie et des Etats-Unis. Il s’est engagé à prendre part à la guerre contre le terrorisme, sous le parapluie de l’ONU. Le même jour, les chefs des Eglises d’Orient réunis à Washington, rencontraient le Président Barack Obama qui leur a transmis des messages rassurants dans la forme, sur une supposée “protection” américaine qui leur serait offerte, mais fondamentalement inquiétants en réalité.

    Les Libanais passent d’une position défensive face à la menace terroriste, à une position offensive au sein d’une coalition pilotée par Washington, et alors que l’Etat Islamique (EI) et Jobhat al-Nosra (JAN, al-Qaëda) transforment leur pays en terre de djihad. Les Chrétiens orientaux, qui ne désespèrent pas de sauver leur ultime rempart régional au Liban, se retrouvent aussi au coeur de cette confrontation entre deux mondes que tout oppose, et engagent, sans le vouloir, la survie de la nation libanaise (qui ne leur survivrait pas) dans le conflit. Ces évolutions semblent inévitables pour le Liban, mais cela paraît particulièrement risqué aussi.

    Au Liban, la présence des Chrétiens, privilégiée comme elle le fût pendant longtemps ou soumise comme elle tend à le devenir depuis quelques années, dépend d’une série de facteurs que la nouvelle aventure guerrière américaine affectera forcément. En résumé, cette guerre, imposée par l’EI et à laquelle la communauté américaine a répondu présente, achèvera de déstabiliser complètement l’environnement des populations chrétiennes libanaises devenues une minorité parmi tant d’autres dans un Moyen-Orient aux frontières redevenues floues. La violence qui croîtra nécessairement en Irak et en Syrie, et qui débordera probablement vers d’autres régions, accroîtra le déséquilibre démographique au Liban (installation durable des réfugiés syriens et palestiniens de plus en plus nombreux, immigration), l’insécurité, la précarité sociale, les incertitudes économiques etc. Cela fragilisera forcément l’environnement direct des populations chrétiennes, et attisera les doutes quant à leur avenir et leur présence au Liban. Le désastre, devenu exponentiel, provoquera aussi des réflexes identitaires forts, et donc un risque de repli sur soi et d’exclusion dangereux pour la nation libanaise édifiée sur ce maillage culturel, religieux, confessionnel.

    Le scénario catastrophe découlerait d’une association mal planifiée et désorganisée du Liban à l’effort de guerre contre l’EI. Et au Liban, avec les failles constitutionnelles que l’on sait et l’équipe dirigeante que l’on connaît, cela est tout sauf impossible. Les Forces armées et de sécurité libanaises, qui souffrent d’un sous-équipement chronique que les aides d’urgence débloquées par les Etats-Unis principalement ne pourront combler, seraient très vite débordées en cas d’offensive généralisée des djihadistes sur les fronts nord et est, offensive qui serait vraisemblablement accompagnée d’un réveil brutal des cellules dormantes à travers tout le pays. Sous fortes pressions militaires, avec des aides opérationnelles que l’on imagine ponctuelles et chirurgicales mais largement inefficaces pour contrer toutes les menaces de diverses formes sur l’ensemble du territoire national, l’Armée souffrira sans aucun doute, d’un blocage politique encore plus dangereux. Les réflexes communautaires ne manqueront pas de déstabiliser l’action des FAL, alors que l’installation dans les diverses régions, y compris dans les régions chrétiennes, de forces armées locales, jettera un discrédit encore plus pénalisant sur l’Etat et son image.

    Le Liban a choisi ses partenaires pour se défendre contre l’agression de l’EI contre son sol et sa souveraineté : les Etats-Unis, qui associent le Liban à leur coalition avec l’espoir de l’éloigner du régime syrien, l’Arabie saoudite, qui pense retenir le Liban dans son camp face à l’axe syro-iranien, la France, qui s’aligne dans le contexte actuel sur l’axe saoudo-américain. En échange de ce choix, utile pour la coalition anti-EI, le Liban reçoit beaucoup de promesses de ses partenaires : ces promesses vont d’une protection directe de la souveraineté libanaise, à celle des minorités chrétiennes, en passant par des promesses d’aides inédites au profit des Forces armées et de sécurité. Concrètement, ce choix emprisonne le Liban dans une logique binaire, et l’empêche de répondre aux sollicitations, parfois acceptées par d’autres membres de la coalition américaine et par les Américains eux-mêmes, de partenaires tiers, dont l’Iran, la Russie et même la Syrie (ces trois pays proposent au Liban leurs aides militaires intéressées). Ce choix a pour conséquences aussi d’ouvrir la scène libanaise à toutes sortes de conflits marginaux et de rivalités entre puissances régionales ou internationales, liés ou non à la guerre initiale contre l’EI (Arabie saoudite vs Qatar, Turquie, Israël), comme il risque sérieusement d’ouvrir des fronts internes encore contenus à ce jour (facteurs syriens, palestiniens).

    En échange, et en dépit des promesses (comme celles prises par Riyad et Paris de fournir pour $3md d’armes et équipements à l’Armée libanaise, et qui tardent à se concrétiser alors que la France a, par exemple, pris le risque de violer les lois irakiennes et peut-être aussi les lois internationales, en approvisionnant en urgence les Peshmergas kurdes sans passer par Bagdad) et des engagements internationaux (comme celles prises par Washington et leurs alliés arabes et islamiques de détruire l’EI, sans aucune garanties de résultats bien évidemment), le Liban n’est assuré que d’une chose : se retrouver au coeur, et non plus en marge, d’une guerre générale contre un terrorisme qu’on lui avait pourtant promis de ne jamais laisser s’introduire chez lui. Le Liban accepte de jouer à ce jeu, devenu inévitable à ce stade, et prend le risque d’une déstabilisation générale et durable de sa société. Cela par manque de vision stratégique de l’équipe dirigeante, et faute de pouvoir prétendre à une véritable cohésion nationale.


  • Guerre anti-Daech : Dix pays arabes suivent les Etats-Unis, Damas met en garde
    http://www.huffpostmaghreb.com/2014/09/12/etats-unis-ei-daech-syrie_n_5808770.html

    Les Etats-Unis ont obtenu jeudi de dix pays arabes leur l’engagement, y compris éventuellement militaire, dans l’offensive annoncée par le président Barack Obama pour « éradiquer » les jihadistes de l’Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie.

    Le régime syrien, appuyé par la Russie, a toutefois mis en garde Washington contre d’éventuelles frappes sur son territoire sans son accord.

    • http://www.theguardian.com/world/2014/sep/11/assad-moscow-tehran-condemn-obama-isis-air-strike-plan

      Isis air strikes: Obama’s plan condemned by Syria, Russia and Iran
      ...
      Russia said it would not support any military action without a UN resolution authorising it. “The US president has spoken directly about the possibility of strikes by the US armed forces against Isil positions in Syria without the consent of the legitimate government,” said a spokesman. “This step, in the absence of a UN security council decision, would be an act of aggression, a gross violation of international law.” China said that the world should fight terror but that national sovereignty must be respected.

      In Damascus, the Assad government warned against US raids. “Any action of any kind without the consent of the Syrian government would be an attack on Syria,” said the national reconciliation minister, Ali Haidar. Analysts believe, however, that Assad would be likely to ignore strikes on Isis targets – and even seek to quietly cooperate with western efforts.
      ...


  • Tropical forests illegally destroyed for commercial agriculture | Global development | theguardian.com
    http://www.theguardian.com/global-development/2014/sep/11/tropical-forests-illegally-destroyed-commercial-agriculture

    Increasing international demand for palm oil, beef, soy and wood is fuelling the illegal destruction of tropical forests at an alarming rate, according to new analysis that suggests nearly half of all recent tropical deforestation is the result of unlawful clearing for commercial agriculture.

    The report, by the Washington-based NGO Forest Trends, concludes that 71% of tropical deforestation between 2000 and 2012 was due to commercial cultivation. Of that deforestation, 49% was caused by illegal clearing to make way for agricultural products whose largest buyers include the EU, China, India, Russia and the US.

    The global market for beef, leather, soy, palm oil, tropical timbers, pulp and paper – worth an estimated $61bn (£38bn) a year – resulted in the clearance of more than 200,000 square kilometres of tropical forest in the first decade of the 21st century, the report says. Put another way, an average of five football fields of tropical forest were lost every minute over that period.

    #déforestation #forêt_tropicale #soja #élevage #huile_de_palme


  • Le sénateur Ted Cruz se fait siffler pour affirmer qu’Israël est le refuge des chrétiens.
    http://m.kipa-apic.ch/index.php?pw=&na=0,0,0,0,f&ki=258514

    Les chefs des Eglises chrétiennes d’Orient se sont réunis à Washington du 9 au 11 septembre pour un sommet consacré à la défense des chrétiens du Moyen-Orient. (...)

    (...)

    Lors de son adresse aux participants, le sénateur républicain texan Rafael Edward « Ted » Cruz, s’est fait #huer quand il a prétendu devant les chrétiens d’origine arabe que les « chrétiens n’avaient pas de meilleurs alliés que l’Etat juif ». Ce politicien, qui bénéficie du soutien des ultraconservateurs du #Tea_Party, a poursuivi sous les #sifflets, affirmant que « ceux qui haïssent #Israël haïssent les #Etats-Unis », et ceux qui haïssent les juifs ne suivent pas les enseignements du Christ. « Si vous ne voulez pas être aux côtés d’Israël et des juifs, a-t-il lancé avant de quitter le podium, alors je ne serai pas avec vous ».

    Plus de details dans le lien qui suit,

    U.S. Senator Disrupts Summit in Washington, Saying Christians are Israel’s Ally
    http://www.naharnet.com/stories/en/147039-u-s-senator-disrupts-summit-in-washington-saying-christians-are-isr

    The statement infuriated Lebanese Ambassador to the United States Antoine Chedid and #Melkite Greek Catholic Patriarch Gregorios III #Laham.

    Laham was determined to withdraw from the gala dinner until Cruz left the room.

    “Who kicked off Jews from Lebanon, Syria and Iraq ?” Laham wondered [#Israel l’a-t-on entendu répondre à lui-même en arabe dans la vidéo de l’incident retransmise par la chaîne libanaise Al-Jadeed] , refusing to hear such words.

    (...)

    Maronite Patriarch #Beshara_al-Rahi called on conferees not to “reply to the Senator as the work of the conference is far more important than individual statements.”

    For his part, the President of In Defense of Christians, Toufic Baaklini, lauded al-Rahi, quoting him as saying: “At every wedding, there are a few wedding crashers.”

    “In this case, a few politically motivated opportunists chose to divide a room that for more than 48 hours sought unity in opposing the shared threat of genocide, faced not only by our Christian brothers and sisters, but our Jewish brothers and sisters and people of other all other faiths and all people of good will,” he said in a statement.


  • Une équipe du FMI en mission d’évaluation au Mali - afrique - RFI

    http://www.rfi.fr/afrique/20140911-Mali-equipe-fmi-mission-evaluation-mali-credits-IBK-avion-contrats

    Comme si le Mali avait besoin d’un malheur en plus.

    Au Mali, une équipe du FMI, le Fonds monétaire international, vient d’arriver à Bamako, en provenance de Washington. Elle commence ce jeudi une mission d’évaluation, dans un contexte tendu puisque le versement des crédits accordés au Mali est suspendu depuis plus de trois mois.

    http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/Z_IMF.JPG

    La mission d’évaluation va durer deux semaines pendant lesquelles le FMI doit se pencher sur plusieurs dossiers sensibles comme celui de l’achat d’un nouvel avion présidentiel pour 30 millions d’euros, par le chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Keita. Il n’était pas prévu dans la loi de finances. Son coût est censé avoir été intégré, depuis, au budget national.


  • Opponents of GM labelling triple lobbying spending in 2014 (03-09-2014)
    http://www.theguardian.com/environment/2014/sep/03/genetically-modified-food-labels-lobbying-monsanto-coke

    All told, the opponents of GMO labeling disclosed $15.2m in #lobbying expenditures for the second quarter of 2014, bringing the six-month total for 2014 to $27.5m. That compared with $9.3m disclosed on lobbying the issue by food and biotechnology companies in 2013, according to EWG, a Washington-based nonprofit that supports GMO labeling.

    In contrast, supporters of GMO labeling disclosed $1.9m in lobbying expenditures for the first half of 2014, up slightly from $1.6m spent in 2013.

    The expenditures by food and biotechnology companies come as the group pushes for passage of a bill introduced in April by US representative Mike Pompeo that would block state laws that require GMO labeling on food packages.

    Vermont in May became the first US state to pass a mandatory GMO labeling law that requires no other trigger to become effective. More than 20 other states are considering mandatory labeling of GMO foods, including Colorado and Oregon, which have the issue on the ballot for the November election.

    États-Unis : le Vermont fait un appel aux dons pour défendre sa loi sur l’étiquetage des OGM (23-07-2014)
    http://www.novethic.fr/empreinte-terre/agriculture/isr-rse/etats-unis-le-vermont-fait-un-appel-aux-dons-pour-defendre-sa-loi-sur-letiq

    Le jour même de la ratification de la loi, le 8 mai 2014, le gouverneur de l’État, Peter Schumlin, lançait un appel aux dons, via un site Internet, destinés « à financer les recours prévisibles » contre le texte devant la Cour de justice. Le « #Food_Fight_Fund », le Fonds de lutte pour l’alimentation, était en marche.

    La suite lui a donné raison. Début juin 2014, plusieurs groupes agro-industriels, dont la Grocery Manufacturers Association qui regroupe les plus grandes marques alimentaires américaines, ont porté plainte pour bloquer la loi. La bataille juridique qui s’engage pourrait coûter 8 millions de dollars.

    La loi devrait prendre effet le 1er juillet 2016.
    #OGM


  • Foreign Powers Buy Influence at #Think_Tanks
    http://www.nytimes.com/2014/09/07/us/politics/foreign-powers-buy-influence-at-think-tanks.html

    Je ne savais pas que la famille #Hariri était une « puissance étrangère » (là où même de véritables puissances étrangères n’ont aucune chance d’acheter la moindre #influence)

    The arrangements involve Washington’s most influential think tanks, including the Brookings Institution, the Center for Strategic and International Studies, and the Atlantic Council. Each is a major recipient of overseas funds, producing policy papers, hosting forums and organizing private briefings for senior United States government officials that typically align with the foreign governments’ agendas.

    (...)

    Michele Dunne served for nearly two decades as a specialist in Middle Eastern affairs at the State Department, including stints in Cairo and Jerusalem, and on the White House National Security Council. In 2011, she was a natural choice to become the founding director of the Atlantic Council’s Rafik Hariri Center for the Middle East, named after the former prime minister of Lebanon, who was assassinated in 2005.

    The center was created with a generous donation from Bahaa Hariri , his eldest son, and with the support of the rest of the Hariri family, which has remained active in politics and business in the Middle East. Another son of the former prime minister served as Lebanon’s prime minister from 2009 to 2011.

    But by the summer of 2013, when Egypt’s military forcibly removed the country’s democratically elected president, Mohamed Morsi, Ms. Dunne soon realized there were limits to her independence. After she signed a petition and testified before a Senate Foreign Relations Committee urging the United States to suspend military aid to Egypt, calling Mr. Morsi’s ouster a “military coup,” Bahaa Hariri called the Atlantic Council to complain, executives with direct knowledge of the events said.

    Ms. Dunne declined to comment on the matter. But four months after the call, Ms. Dunne left the Atlantic Council.

    (...)

    Ms. Dunne was replaced by Francis J. Ricciardone Jr., who served as United States ambassador to Egypt during the rule of Hosni Mubarak, the longtime Egyptian military and political leader forced out of power at the beginning of the Arab Spring. Mr. Ricciardone, a career foreign service officer, had earlier been criticized by conservatives and human rights activists for being too deferential to the Mubarak government.

    Scholars at other Washington think tanks, who were granted anonymity to detail confidential internal discussions, described similar experiences that had a chilling effect on their research and ability to make public statements that might offend current or future foreign sponsors. At Brookings, for example, a donor with apparent ties to the Turkish government suspended its support after a scholar there made critical statements about the country, sending a message, one scholar there said.

    “It is the self-censorship that really affects us over time,” the scholar said. “But the fund-raising environment is very difficult at the moment, and Brookings keeps growing and it has to support itself.”

    The sensitivities are especially important when it comes to the Qatari government — the single biggest foreign donor to Brookings.

    Brookings executives cited strict internal policies that they said ensure their scholars’ work is “not influenced by the views of our funders,” in Qatar or in Washington. They also pointed to several reports published at the Brookings Doha Center in recent years that, for example, questioned the Qatari government’s efforts to revamp its education system or criticized the role it has played in supporting militants in Syria.

    But in 2012, when a revised agreement was signed between Brookings and the Qatari government, the Qatar Ministry of Foreign Affairs itself praised the agreement on its website, announcing that “the center will assume its role in reflecting the bright image of Qatar in the international media, especially the American ones.” Brookings officials also acknowledged that they have regular meetings with Qatari government officials about the center’s activities and budget, and that the former Qatar prime minister sits on the center’s advisory board.

    Mr. Ali, who served as one of the first visiting fellows at the Brookings Doha Center after it opened in 2009, said such a policy, though unwritten, was clear.

    “There was a no-go zone when it came to criticizing the Qatari government,” said Mr. Ali, who is now a professor at the University of Queensland in Australia. “It was unsettling for the academics there. But it was the price we had to pay.”

    #corruption #Etats-Unis


  • Nouvelles de la Stealth Invasion (et de l’IC à Washington)
    http://www.dedefensa.org/article-nouvelles_de_la_stealth_invasion_et_de_l_ic_washington_03_09_2014

    @TITREBREVE = Nouvelles de la Stealth Invasion (et de l’IC à Washington) Comme nul ne peut en ignorer, il est extrêmement difficile d’avoir une vision mesurée et acceptable de la situation en Ukraine, sur quelque question ou polémique que ce soit. C’est évidemment le cas de la Stealth Invasion (voir le 2 septembre 2014), qui est l’un des gros succès de l’été en fait de concept


  • Les Etats-Unis exhortent Israël à renoncer à s’approprier des terres en Cisjordanie
    http://www.romandie.com/news/Les-EtatsUnis-exhortent-Israel-a-renoncer-a-sapproprier-des/513228.rom

    Washington - Les Etats-Unis ont exhorté lundi Israël à annuler sa décision de s’approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie, en représailles à l’un des évènements déclencheurs de la guerre.

    Cette annonce (...) est contre-productive au regard de l’objectif fixé par Israël de parvenir à une solution négociée à deux Etats avec les Palestiniens, a estimé un responsable du département d’Etat. Nous enjoignons le gouvernement israélien à annuler cette décision.

    Nous avons clairement fait part depuis longtemps de notre opposition à la poursuite de l’activité de colonisation par Israël, a ajouté cette source.

    Israël a décidé de déclarer propriété de l’Etat israélien 400 hectares proches de la colonie de Gva’ot, dans les environs de Bethléem, en réaction au meurtre de trois jeunes Israéliens en juin dans le secteur, a indiqué l’armée dans un communiqué, précisant que les parties concernées avaient 45 jours pour faire appel.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    La Russie a mis fin à son partenariat avec l’Europe, dit M. Gauck
    http://www.romandie.com/news/La-Russie-a-mis-fin-a-son-partenariat-avec-lEurope-dit-M-Gauck_RP/513231.rom

    GDANSK (Pologne) - La Russie a de facto mis fin à son partenariat avec l’Europe, a déclaré lundi à Gdansk, en Pologne, le président allemand Joachim Gauck, invoquant un nouveau conflit armé aux confins de l’Europe, en Ukraine.

    Nous souhaitons un partenariat et des relations de bon voisinage avec la Russie dans l’avenir, mais à condition que Moscou change sa politique et qu’il y ait un retour au respect des droits des peuples , a dit M. Gauck dans un discours prononcé à l’occasion du 75e anniversaire du début de la 2e guerre mondiale.


  • Six mensonges à propos de l’Ukraine : le narratif de Washington n’est que pure propagande
    http://www.brujitafr.fr/article-six-mensonges-a-propos-de-l-ukraine-le-narratif-de-washington-n-es

    http://media-cache-ec0.pinimg.com/736x/e4/eb/93/e4eb9342f44496737600ebc0ef2a99c9.jpg

    Dimitri Orlov ClubOrlov jeu., 28 août 2014 13:26 CDT Traduit par Résistance 71 Au regard de ce qu’il se passe en Ukraine, j’ai entendu pas mal de voix européennes et américaines disant que oui, Washington et Kiev fabriquent une version totalement fictionnelle des évènements à des fins propagandistes, mais que les Russes font pareil. Ils semblent assumer que si les merdias occidentaux sont infestés de bouffons menteurs et incompétents qui sont trop heureux de répéter la ligne du parti, alors les Russes font pareil, sûrement même pire. La réalité est bien différente. Bien qu’il y ait un véritable blackout des informations en provenance d’Ukraine à l’Ouest, peu étant montré au delà de quelques photos et des têtes pensantes de Washington et de (...)

    #CONFLICTS_DANS_LE_MONDE


  • rappel = Washington sur Seine ? Ces ministres de François Hollande qui ont été formés par les Américains
    http://www.brujitafr.fr/article-washington-sur-seine-ces-ministres-de-fran-ois-hollande-qui-ont-et

    http://www.atlantico.fr/sites/default/files/imagecache/Une/gouvernement.jpg

    (article datant de 2012) : La French American Fondation est connue pour sa formation, les "Young Leaders", réservée à une dizaine de jeunes surdiplômés chaque année. Sur les huit socialistes sélectionnés comme Young Leaders depuis François Hollande en 1996, six rentrent dans son gouvernement cette semaine. Le plus "atlantiste" n’est pas toujours celui qu’on croit... Exit Alain Juppé, Valérie Pécresse, Nathalie Kosciusko-Morizet, Laurent Wauquiez, Jeannette Bougrab... Place à François Hollande, Pierre Moscovici, Arnaud Montebourg, Marisol Touraine, Najat Vallaud-Belkacem, Aquilino Morelle (plume du Président), etc. « Enfin des têtes nouvelles ! » entend-t-on ici ou là. Nouvelles ? Tout est relatif, quand on sait décrypter la liste (...)

    #POLITIQUE


  • L’extraordinaire aplomb des officiels étasuniens,

    Les États-Unis vont livrer des armes à l’armée libanaise
    http://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/201408/14/01-4791756-les-etats-unis-vont-livrer-des-armes-a-larmee-libanaise.php

    « Les États-Unis vont bientôt livrer aux Forces armées libanaises (FAL) des armes offensives et défensives », a déclaré l’ambassadeur David Hale dans un communiqué.

    « Cette assistance améliorera la capacité des FAL à sécuriser les frontières du Liban, à protéger la population libanaise et à combattre les groupes extrémistes violents », a-t-il ajouté.

    Washington fournit des armes légères à l’armée libanaise contre les jihadistes
    http://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/201408/14/01-4791756-les-etats-unis-vont-livrer-des-armes-a-larmee-libanaise.php

    « Le Liban a demandé, les États-Unis ont fourni », a affirmé l’ambassadeur américain David Hale vendredi, lors d’une brève cérémonie à l’aéroport de Beyrouth, peu après l’arrivée d’un avion militaire C-130 transportant l’aide. « Soutenir l’armée et les services de sécurité libanais est à la tête des priorités des États-Unis », a-t-il ajouté devant des militaires libanais et la presse.

    Selon une source militaire à l’ambassade américaine, Washington a livré entre jeudi et vendredi 1 500 fusils d’assaut M16, 480 lance-roquettes antichars et environ 60 mortiers et des obus de 81 et 120 mm.

    « D’autres mortiers, des lance-grenades, des mitrailleuses et des roquettes antichars vont également arriver », a souligné l’ambassadeur David Hale.


  • L’ONU demande aux États-Unis de renforcer leurs lois antiracistes
    http://www.lapresse.ca/international/dossiers/ferguson/201408/29/01-4795655-lonu-demande-aux-etats-unis-de-renforcer-leurs-lois-antiracistes

    Contrairement à ce que dit le titre l’ONU ne demande pas de « renforcer » mais d’appliquer correctement les lois existantes,

    Ce cas « illustre d’importants problèmes aux États-Unis, tels que les préjugés raciaux des responsables de l’application de la loi, le manque d’application des normes et réglementations relatives à l’usage de la force, et la formation insuffisante des forces de l’ordre », a estimé M. Amir.

    • #Criminalisation of Homelessness in U.S. Criticised by United Nations
      http://www.ipsnews.net/2014/09/criminalisation-of-homelessness-in-u-s-criticised-by-united-nations

      WASHINGTON, Sep 2 2014 (IPS) - A United Nations panel reviewing the U.S. record on #racial #discrimination has expressed unusually pointed concern over a new pattern of laws it warns is criminalising homelessness.

      U.S. homelessness has increased substantially in the aftermath of the financial downturn, and with a disproportionate impact on minorities. Yet in many places officials have responded by cracking down on activities such as sleeping or even eating in public, while simultaneously defunding social services.

      The new rebuke comes from a panel of experts reviewing the United States’ progress in implementing its obligations under a treaty known as the International Convention on the Elimination of All Forms of Racial Discrimination, commonly referred to as #CERD or the race convention.

      “The Committee is concerned at the high number of homeless persons, who are disproportionately from racial and ethnic minorities,” the CERD panel stated in a formal report released on Friday, “and at the criminalization of homelessness through laws that prohibit activities such as loitering, camping, begging, and lying in public spaces.”

      This was only the second time that the United States’ record on race relations and discriminatory practices, and particularly the federal government’s actions in this regard, have been formally examined against the measuring stick of international law.

      The panel not only called on the U.S. government to “abolish” laws and policies that facilitate the criminalisation of homelessness, but also to create incentives that would push authorities to focus on and bolster alternative policy approaches.

      The CERD findings were actually the second time this year that new U.S. laws around the criminalisation of homelessness have been criticised at the international level. Similar concerns were expressed by the Human Rights Committee, which warned the cumulative effect was “cruel, inhuman, and degrading”.

      #Etats-Unis #sans-abri


  • Journalist Killing Highlights Role of Freelancers - NYTimes.com

    http://www.nytimes.com/aponline/2014/08/27/us/politics/ap-us-conflict-zones-freelancers.html?smid=tw-share&_r=0

    via @cdb_77

    WASHINGTON — Journalists James Foley, Steven Sotloff and Peter Theo Curtis all had one thing in common when they were captured by Islamic militants in Syria, the title “freelance journalist.”

    The role of freelancers, who make a living by selling individual stories, photos and video to multiple outlets, has expanded across conflict zones in recent years with the spread of technology and social media, which provides a ready canvas for their work. Some are cautious and well-trained; Others take major risks. And they often lack the institutional support staff journalists receive if they get into trouble in a conflict zone.

    #is #irak #syrie #james_foley



  • Politiques de la Pachamama - Ritimo
    http://www.ritimo.org/article5316.html

    À bien des égards, la majorité des partis de gauche en Amérique du Sud constituent un progrès par rapport à leurs prédécesseurs néolibéraux. Ils ont contribué à tracer un chemin formidable vers des modèles alternatifs qui sont une source d’inspiration dans le monde entier. Dans l’ensemble, ils ont permis aux pays de se libérer du joug du Fonds Monétaire International et des dictatures soutenues par les États-Unis, et leur ont donné les moyens d’accéder à l’autodétermination. Dans l’intérêt de ses nouvelles orientations, il est à espérer que la droite néolibérale ne parviendra pas à regagner du terrain dans la région dans un futur proche et que Washington ne pourra plus continuer à s’immiscer dans les affaires d’une Amérique Latine toujours plus indépendante.

    Néanmoins, alors que cette marche vers le progrès se poursuit sous toutes ses formes, et que les périodes d’élections vont et viennent, les perdants de la nouvelle gauche d’Amérique Latine sont bien souvent les mêmes qu’avant... les communautés rurales expropriées et les mouvements indigènes qui, pourtant, ont ouvert la voie ayant permis à ces présidents d’accéder au pouvoir. Au nom du progrès, de la Terre Mère, du Buen Vivir et du socialisme du XXIe siècle, ces gouvernements contribuent à empoisonner les rivières et la terre, et à déplacer, emprisonner et assassiner les militants anti-extractivistes. Une solidarité qui resterait aveugle à cette contradiction causerait beaucoup de tort aux divers mouvements populaires qui luttent pour un monde meilleur.

    Si un modèle alternatif - mettant la qualité de vie et le respect de l’environnement au-dessus de la croissance du produit intérieur brut et de l’expansion de la société de consommation, plaçant la soutenabilité au-dessus de la dépendance face à l’extraction des matières premières finies, mais aussi respectant le droit à une agriculture à petite échelle et le droit à l’autonomie des territoires indigènes plutôt que l’intérêt des compagnies minières et des exploitations de soja - parvient un jour à triompher, ce modèle sera sûrement le fruit des luttes menées par ces mouvements populaires. Pour que ce modèle réussisse à transformer les tendances progressistes de toute la région, il est nécessaire que les espaces de dissidence et de débat au sein des mouvements indigènes, paysans et de défense de l’environnement soient respectés et renforcés, et non pas écrasés et réduits au silence.

    « Nous sommes debout, et nous manifestons contre l’extractivisme, conclut Rojas, la Terre Mère est fatiguée. »


  • Etonnant article du Nouvel Obs qui prend acte du retournement de conjoncture régionale (guerre déclarée contre Da3ech) et nationale en faveur d’Assad.
    http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20140825.REU7805/bachar-al-assad-conforte-par-la-montee-de-l-etat-islamique.html

    « Il est clair qu’Assad est dans une dynamique de victoire et qu’il va finir par l’emporter », souligne Fabrice Balanche, spécialiste de la Syrie et directeur du Groupe de Recherches et d’Etudes sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient. « La question est de savoir à quelle vitesse il va rétablir son contrôle sur le territoire, si c’est sur l’ensemble du territoire ou s’il va laisser des zones autonomes ».

    On y critique, par le biais de la voix de divers spécialistes, les analyses qui le voyaient un peu vite à bas :

    « Bachar al Assad n’est plus considéré aujourd’hui de la même manière qu’en août 2013 », lorsque Paris et Washington étaient prêts à mener des frappes contre les positions du régime, selon Didier Billion, spécialiste Moyen-Orient et directeur-adjoint de l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris).
    « On est revenu à un début de jeu diplomatique, il y a eu un changement substantiel puisque jusqu’alors personne ne voulait parler avec Bachar sauf ses soutiens », dit le chercheur.
    « Tous les va-t-en-guerre qui voulaient intervenir ou qui avaient des velléités d’intervention contre Assad se sont retrouvés gros-jean comme devant, la France en premier », après la volte-face américaine et l’accord russo-américain sur le démantèlement de l’arsenal chimique syrien.

    Et on y éreinte même l’aveuglement de la ligne du quai d’Orsay :

    “La France est bien embarrassée”, estime Fabrice Balanche. “Laurent Fabius est critiqué pour avoir manqué de prudence, avoir fait croire que le régime allait tomber et qu’il n’y avait que très peu d’islamistes dans les rangs des rebelles syriens.”
    « Aujourd’hui, il n’y a plus guère que la France et l’Arabie saoudite qui sont contre le régime syrien, les Etats-Unis ont dit que c’était une illusion de croire que l’opposition pourrait remplacer Bachar, on a compris depuis un an que le régime allait rester en place », estime-t-il.
    La marge de manoeuvre de la France, qui continue d’affirmer que Bachar al Assad n’a pas d’avenir, s’annonce donc limitée.
    “Quand on continue à exiger le départ de Bachar al Assad, ça nous rend un peu impuissant. On s’est engagés trop vite, trop loin et dans une fausse direction”, déclaré Didier Billion. “On va peut-être changer de position, ça va être compliqué à expliquer et ça ne va peut-être pas être très crédible.”

    Et pour ce qui est des erreurs des journalistes ? Cela fera l’objet d’un article ultérieur, probablement...

    • Erreurs des journalistes et des spécialistes, autoproclamés ou estampillés made in France. Balanche (un proche collègue, je précise, on est dans le même labo) a eu le cran de s’en tenir à sa ligne et à ses analyses, en se faisant traiter (avec quelques autres) d’assassin de la liberté, de facho et autres gentillesses exquises... A mon sens, la véritable question qui devrait interroger ce n’est pas tant cela que le fait que journalistes et surtout « chercheurs » se sont comportés ouvertement en militants sur cette affaire, pas en observateurs, ou analystes, ayant naturellement des convictions, mais sans que cela n’obère leur faculté de penser. (Même chose pour les diplomates d’ailleurs. Au fait, on va garder le brillant Fabius ?)

    • @gonzo
      D’accord avec vous sur le caractère militant et sur le satisfecit donné à votre collègue Balanche - dont je lis régulièrement les interventions depuis le début de cette guerre. On pourrait parler aussi, chez les universitaires, de Pichon ou du libanais G. Corm.
      Du coup, ça m’intéresserait d’avoir votre avis sur la question que vous posez. A quoi attribuez-vous cela ?

    • Joker ;-) Sérieusement, je me pose la question depuis pas mal de temps sans trouver de réponse convaincante... Pour les diplomates, si, plus facilement : atlantisme hollandien, plus pro-sionisme viscéral socialiste, plus lobbyisme libano qq chose, plus affairisme pétromonarchien, plus vieux comptes à régler avec le très réaliste et cruel régime syrien... Ok, ça peut se comprendre... En revanche, pour les gens des médias et les collègues (dont quelques-uns que j’aime bien) qui se sont enragés pour une révolution sur laquelle, honnêtement, un peu de sens politique permettait d’avoir a minima des doutes dès avril, disons mai 2011, je n’ai toujours pas de réponse qui me satisfasse. Romantisme révolutionnaire ? Oui mais pourquoi cette révolution-là, avec ses Ghalioun, Kodmani et consorts ? Pourquoi s’enticher de barbus tout de même pas follement séduisants en oubliant si longtemps les minoritaires, à commencer par les chrétiens d’Orient, si souvent chéris des orientalistes ? Dérive d’une profession de plus en plus dirigée par les intérêts médiatiques et politiques (financements des recherches, postes) ? Cela constitue des arguments, mais pas suffisants me semble-t-il... Je veux bien d’autres suggestions !

    • Conjoindre dans le même satisfecit Corm, Balanche et Pichon illustre à mon avis les ambiguités d’établir de tels « palmarès » des bons observateurs en live, si je puis-dire... mais l’expression colle bien à la situation.
      Quoi de commun entre l’analyste politique et économique, mais tout autant homme politique à l’engagement arabiste assumé qu’est G. Corm, pourfendeur des chimères orientalistes et culturalistes que représentent les lectures confessionnelles des conflits actuels au Proche-Orient, et Balanche (mon proche collègue également) et Pichon : deux universitaires dont les travaux se fondent précisément, à la base, sur l’entrée confessionnelle ? Certes, tous les trois ont en commun un réalisme géopolitique qui a fait défaut à nombre d’autres analystes. Mais c’est tout à mon avis, et du coup, les raisons pour lesquelles leur arguments tombent juste à l’heure actuelle sont loin d’être convergentes et cohérentes. Une étude minutieuse de leurs prises de position successives et évolutives révélerait sans doute certaines contradictions, difficiles à éviter sans doute dans le flots de sollicitations et vu l’incertitude entourant les informations (in)disponibles.
      Douter contre l’opinion dominante est sain (et courageux en effet), mais douter systématiquement de ses propres cadres d’analyse, y compris dans les médias (que cela n’intéresse sans doute guère), permettrait aussi de calmer la course des surenchères médiatiques et politiques. Courir au même rythme que les sollicitations médiatiques se fait au détriment de cette prudence...
      J’en avais fait la remarque ici : http://rumor.hypotheses.org/?p=2601

    • @gonzo : merci de votre réponse. Je n’ai pas grand chose à ajouter à votre liste si ce n’est le lien de certains de vos collègues avec un étrange cénacle euro-atlantiste où se côtoient sionistes comme Moïsi et Kouchner, une Bassma Kodmani, un François Burgat et quelques politiciens libéraux ou socio-libéraux d’envergure : http://www.ecfr.eu/paris/post/edouard_tetreau_nouveau_directeur_de_lecfr_paris
      Etrange attelage ! Mais ça reste néanmoins insuffisant...

      @rumor : là on risque d’atteindre mes limites d’homme sans qualités. Mais je m’y risque quand même. D’abord la question bourdieusienne de savoir quel risque il y a pour des universitaires à accepter les sollicitations médiatiques sans recul et donc à voir l’immixtion d’une logique médiatique délétère dans le champ universitaire qui devrait être plus attentif à maintenir son autonomie, m’intéresse assez peu. Je ne suis pas un insider et, comme simple lecteur, la mise à l’épreuve des « cadres d’analyse » par les évènements à chaud me semble un bon critère (parmi d’autres) pour savoir quel auteur lire. J’aime les gens qui ont du nez et de cette intuition qui permet de pallier au manque de recul voire au défaut de cohérence de toute pensée, aussi sophistiquée soit elle.
      Je comprends ce que vous dîtes sur la différence entre un Corm d’un côté et un Balanche de l’autre quant à l’évaluation du poids du critère confessionnel dans cette crise et dans l’analyse du Moyen-Orient en général. Personnellement ma religion – pardonnez la boutade - sur la question de savoir si le pouvoir syrien peut-être dit alaouite, ce que cela peut bien signifier, et en quelle mesure cela serait à la racine de la crise syrienne, n’est pas faite. Mais je crois que ce n’est pas essentiel. Ce qui rapproche Corm, Balanche et Pichon, ce n’est pas ce qu’ils pensent du régime ou de la société syrienne, c’est plutôt ce qu’ils s’autorisent à penser de l’opposition et de ses soutiens – et que les autres se sont visiblement interdits.
      Ainsi je remarque que tous ceux qui ont orienté leurs analyses vers un soutien sans distance à l’instar de Boissière dans votre article - allant jusqu’à attribuer les slogans sectaires entendus très tôt dans certaines manifestations – à côté du « al-cha3b al-souri wahid wahid wahid » - à des agents infiltrés du régime (1er acte de ces théories du complot anti-Bachar dont @Nidal fait la recension) et à l’effet réactif regrettable, mais mineur, de l’opposition à la nature alaouite du régime et à sa propagande à teneur confessionnelle pour fidéliser les minorités. Ainsi des gens aussi différents dans leur évaluation de l’islamisme que Kepel, qui a préfacé et fait rééditer Seurat durant la crise syrienne, et les Burgat boys se rejoignent étonnamment sur ce point là – et d’ailleurs aussi dans leur référence à Seurat. La suite de cela sera le déni autour de l’effet prévisible du financement par hommes et gouvernement du Golfe de l’insurrection armée – vieille histoire que Labévière, dès 1999, évoquait dans d’autres contrées parlant par la suite d’un « benLaden Gate » encore pendant, dont la version 2.0 serait, il faut l’espérer un « Da3ch Gate » – sans trop y croire, le benLaden Gate, 15 ans plus tard, n’ayant pas encore vraiment eu lieu.
      Cela nous mène à l’autre point commun qui permet de conjoindre ces gens là – et donc négativement la minorité variée à qui j’adressais mon satisfecit – c’est la minoration du facteur géopolitique, chose que l’on ne peut reprocher ni à Corm, ni à Pichon. Cette minoration est d’ailleurs passée par le déni de la violence armée - car sinon, qui armait ? - présente dès avril parmi une partie de l’opposition (2e acte des théories du complot anti-Bachar : ce sont les officiers qui tuent les soldats de l’ « armée de Bachar »), puis quand cela n’a plus été possible, à sa justification comme simple moyen d’autodéfense des manifestants pacifiques, alors qu’il était déjà clair que des forces régionales (et internationales ?) poussaient à une guerre par proxy.
      Je vois bien que de mon point de vue cela ne tourne pas tant autour de la solidité conceptuelle des analyses et du plus ou moins grand recul face à des faits incertains mais de quelque chose qui relève plus du travers psychologique ou de l’idéologie - j’aperçois comme un refus d’envisager certains faits allant toujours dans le même sens. Bon, ok, c’est vague !
      A titre d’illustration on peut lire l’interview de Burgat en 2011 dont le discours formellement complexe tombe tout de même allègrement dès le début dans les travers relevés ici (lire notamment les questions-réponses 3 et 6) :
      http://oumma.com/L-Impasse-syrienne

      PS : désolé d’avoir été si long, les capacités de synthèse ne sont pas mon fort.

    • @ Souriyam. Intéressant débat ;-) Au premier abord, je me suis dit : Ah oui, l’oubli du géopolitique bien entendu ! J’aurais dû l’ajouter à la liste ! Sauf que, précisément, cet oubli est plus un symptôme qu’une explication à mes yeux tant cette dimension est en général la première traitée. Là, tout à coup, plus grand chose ou presque ! Ce n’est tout de même pas faire preuve de beaucoup de nez que de s’étonner de voir réunis, contre le régime syrien, différentes forces politiques qui n’ont pas craint de le dire très fort !
      Par ailleurs, je veux bien croire aux (collusions d’)intérêts qui « expliquent » des prises de position en général consensuelles... Mais, dans le cas syrien, le nombre de ceux qui les ont prises, leur diversité disciplinaire et idéologique, continue à m’intriguer et à me laisser sans réponse...