company:new york times

  • Des procédures équitables pour limiter l’arbitraire des algorithmes - New York Times
    http://alireailleurs.tumblr.com/post/96349428246

    La professeure de droit Danielle Citron revient, dans un débat organisé par le New York Times sur les #big_data, sur la notion de “procédure équitable” (que nous avions évoqué dans cet article). Et rappelle que tous les systèmes de notation doivent être soumis à des exigences d’équité qui reflètent leur centralité dans la vie des gens. Elle recommande une surveillance par un organisme spécialisé afin de réduire la possibilité que les algorithmes empiètent sur les droits civils et rendre les sociétés et organismes plus sensibles aux discriminations que leurs systèmes génèrent.

    #régulation


  • The Day The Top NY Times Columnist Threatened to “Get Me” For Criticizing Israel
    http://mjrosenberg.net/2014/08/25/the-day-the-top-ny-times-columnist-threatened-to-get-me-for-criticizing

    So what’s the moral? It is this: Criticizing #Israel is dangerous business. On what other issue would a #New_York_Times columnist call a Senate staffer and threaten to destroy his career? None. And why was a New York Times columnist acting as if he was working for the Israeli government? #Safire wasn’t a journalist that day; he essentially was a representative of the Israeli government.


  • IsraelValley News : Reins : Des Courtiers en Organes Israéliens Gagnent des Fortunes.
    http://www.israelvalley.com/news/2014/08/27/44273/reins-des-courtiers-en-organes-israeliens-gagnent-des-fortunes

    Le New York Times vient de révéler quelques éléments concernant les liens entre le trafic international d’organes et quelques sociétés sans scrupules basées en Israël.

    L’enquête du New York Times commence avec l’exposé du cas d’Ophira Dorin, une Israélienne en quête d’une greffe de rein. La liste d’attente est longue et elle n’a trouvé aucun donneur compatible parmi sa famille ou ses amis. A 36 ans, cette femme aisée refuse de continuer d’accepter cette attente. Elle se met donc à rechercher un courtier en organes.

    C’est la mère d’Ophira Dorin qui va parvenir à identifier quelques personnages centraux de ce commerce d’un genre particulier : Avigad Sandler, ancien agent d’assurance soupçonné de trafic depuis 2008 et ancien officier de l’armée israélienne, Boris Volfman, jeune émigré ukrainien proche de Sandler et qui a monté sa propre société Leshem Shamaim (“Au nom du Ciel”), et Yaacov Dayan, un homme d’affaires connu dans le monde de l’immobilier.

    Ces trois hommes s’enrichissent depuis des années en organisant ce marché souterrain à partir d’Israël. Les sommes en jeu sont colossales. Et ce trio est habile pour esquiver les condamnations. Les donneurs sont recrutés dans des pays où règne la pauvreté. Il s’agit de gens à ce point démunis qu’ils acceptent de vendre leurs organes pour des montants ridicules au regard du prix final facturé aux receveurs.

    Bien sûr, les donneurs ne sont pas informés des risques médicaux qu’ils encourent et les opérations se font dans de mauvaises conditions.

    Ophira Dorin a acheté un rein pour un montant à cinq chiffres en dollars. Ce rein vient d’un quartier paumé du Costa Rica. La greffe a été réalisée d’un hôpital luxueux de Tel Aviv. Rencontre inattendue entre deux mondes que tout sépare. Pour d’autres clients, les organes reçus viennent du Sri Lanka, de Turquie, d’Egypte, du Pakistan, d’Inde, de Chine, du Kosovo, d’Europe de l’Est,…

    Dès 2008, une conférence internationale de spécialistes des transplantations d’organes avait condamné ce trafic qui viole “les principes d’équité, de justice et de respect de la dignité humaine”.

    Une condamnation morale naturellement restée sans effet. Les “courtiers en organes” israéliens facturent la transaction entre 100.000 et 200.000 $ en moyenne. L’enquête en cours à montré qu’en 2012, un richissime texan a payé 330.000 $ à Sandler pour une greffe

    Source : http://medias-presse.info/le-reseau-israelien-du-trafic-international-dorganes/14242

    #trafic_d'organes


  • ‘NYT’ journey to Israel/Palestine to be led by Israeli ‘expert’ who called on countrymen to ‘kill and kill’ Palestinians
    http://mondoweiss.net/2014/08/israelpalestine-countrymen-palestinians.html

    ...as someone who criticizes The Times reporting regularly, I’m still occasionally taken aback by new examples of how far The Times bias on Israel and Palestine extends and how deeply embedded it is at the paper. A tweet yesterday from long-time Guardian reporter Chris McGreal provides another surprising indication of this phenomenon. McGreal tweeted, “The ‘featured expert’ of NYT readers trip to Israel-Palestine is Arnon ‘the Arab counter’ Soffer. So no bias there then.” Soffer is a politically influential Israeli professor whose views have helped to provide the “intellectual” justification for Israel’s policy of carrying out regular massacres in the Gaza Strip, as well as for ghettoizing and marginalizing Palestinians in other locations.

    #New_York_Times #laideur


  • « The End of liberal zionism » dans la rubrique opinion du New York Times. L’auteur se demande si le sionisme de gauche [trad. approximative de liberal] répandu chez des intellectuels de la diaspora ne se trouve pas désormais devant des contradictions insurmontables du fait de la droitisation du champ politique israélien, mais aussi des organisations des communautés juives dans le monde, qui rendent impossible une solution à deux Etats permettant à l’Etat juif [zionism] de respecter les règles d’un Etat de droit [liberal]. L’argumentation n’est pas nouvelle mais la nouveauté, je crois, est qu’on la lit dans le New York Times.
    http://www.nytimes.com/2014/08/23/opinion/sunday/israels-move-to-the-right-challenges-diaspora-jews.html?src=me&module=Ribbo

    Liberal Zionists are at a crossroads. The original tradition of combining Zionism and liberalism — which meant ending the occupation of the West Bank and Gaza, supporting a Palestinian state as well as a Jewish state with a permanent Jewish majority, and standing behind Israel when it was threatened — was well intentioned. But everything liberal Zionists stand for is now in doubt.

    [...]

    Liberal Zionists must now face the reality that the dissenters have recognized for years: A de facto single state already exists; in it, rights for Jews are guaranteed while rights for Palestinians are curtailed. Since liberal Zionists can’t countenance anything but two states, this situation leaves them high and dry.
    Liberal Zionists believe that Jewish criticism of Israeli policies is unacceptable without love of Israel. They embrace Israel as the Jewish state. For it to remain so, they insist it must have a Jewish majority in perpetuity. Yet to achieve this inevitably implies policies of exclusion and discrimination.
    They’re convinced that Israel can be both Jewish and democratic, but they fail to explain how to reconcile God’s supreme authority with the sovereign power of the people. Meanwhile, the self-appointed arbiters of what’s Jewish in the Jewish state — the extreme religious Zionists and the strictly Orthodox, aided and abetted by Jewish racists in the Knesset like Ayelet Shaked, a Jewish Home Party member who recently called for the mothers of Palestinian “snakes” to be killed — are trashing democracy more and more each day. Particularly shocking are the mass arrests — nearly 500 since the beginning of July — of Palestinian Arab citizens of Israel for peacefully protesting, and the sanctions against Arab students at universities for posting pro-Gaza messages on social media.

    [...]

    In the repressive one-state reality of today’s Israel, which Mr. Netanyahu clearly wishes to make permanent, we need a joint Israeli-Palestinian movement to attain those rights and the full equality they imply. Only such a movement can lay the groundwork for the necessary compromises that will allow the two peoples’ national cultures to flourish.
    This aspiration is incompatible with liberal Zionism, and some liberal Zionists appear close to this conclusion, too. As Mr. Freedland put it, liberal Zionists “will have to decide which of their political identities matters more, whether they are first a liberal or first a Zionist.”


  • Et maintenant tu lis ça signé du « comité éditorial » du New York Times : A Necessary Response to ISIS
    http://www.nytimes.com/2014/08/25/opinion/a-necessary-response-to-isis.html?emc=edit_th_20140825&nl=todaysheadlines&n

    The prospects of defeating ISIS would be greatly improved if other Muslim nations could see ISIS for the threat it is. But, like Iraq, they are mired in petty competitions and Sunni-Shiite religious divisions and many have their own relations with extremists of one kind or another. ISIS has received financing from donors in Kuwait and Qatar. Saudi Arabia funneled weapons to Syrian rebels and didn’t care if they went to ISIS. Turkey allowed ISIS fighters and weapons to flow across porous borders. All of that has to stop.

    (Bon, l’article ne va pas plus loin dans quelques vœux pieux, mais c’est déjà bien plus que ce qu’on pouvait lire il y a six mois.)


  • Cet Holocauste qui refuse la manipulation
    http://www.dedefensa.org/article-cet_holocauste_qui_refuse_la_manipulation_25_08_2014.html

    @TITREBREVE = Cet Holocauste qui refuse la manipulation “Jamais plus ça” – “Never again”, – dit-on pour l’Holocauste des juifs en Europe. « “Never again” must mean NEVER AGAIN FOR ANYONE !”... », conclut la lettre ouverte publiée dans le New York Times par 327 survivants et descendants de survivants de l’Holocauste, à propos de l’action d’Israël contre Gaza ainsi implicitement mise dans la même catégorie que l’Holocauste. Du point de vue fondamental du système de la


  • Burning Man : quand l’élite de la Silicon Valley gâche la fête
    http://www.tsugi.fr/magazines/2014/08/22/burning-man-quand-elite-silicon-valley-gache-fete-6317#sthash.GUa8vABk.uxfs

    Sous l’impulsion de Marck Zuckerberg (fondateur de Facebook), des employés de Twitter, de Zynga ou de Uber, les tentes et camping cars deviennent des yourtes avec air conditionné, électricité, Wi-Fi et chefs privés qui cuisinnent pour leurs riches invités sushis, homars et steak tartare sous 44 degrés. Au lieu des 300 dollars la semaine pour les festivaliers classiques, on passe à 25 000 dollars par tête de pipe (sauf pour quelques invités VIP, le plus souvent des mannequins venues de New York aux frais de la princesse).

    Tyler Hanson, qui travaillait en tant que Sherpa (grosso modo une aide payée) pour cette nouvelle scène des festivaliers grand luxe, raconte au New York Times : « Ta nourriture, tes drogues, tes costumes, tout est géré pour toi. Dans le camp dans lequel je travaillais, il y avait à peu près 30 Sherpas pour 12 invités. Les start-up tech vont maintenant à Burning Man et prennent des drogues à la recherche de la prochaine idée géniale d’appli. »

    Face à cet embourgeoisement, triste constat de cet insider : « Burning Man n’est plus une contreculture. C’est devenu le miroir de la société ».

    #Burning_Man #Drogue #Gentrification #Luxe #Nevada #Silicon_Valley #États-Unis


  • A #Ferguson Story on ‘Conflicting Accounts’ Seems to Say ‘Trust Us’ - NYTimes.com
    http://mobile.nytimes.com/blogs/publiceditor/2014/08/21/a-ferguson-story-on-conflicting-accounts-seems-to-say-trust-us

    Pour le New York Times et comme d’habitude les témoignages anonymes ont le même poids que ceux qui ne le sont pas du moment que les premiers sont en faveur de la partie dominante.

    The story’s first paragraph says that “witnesses have given investigators sharply conflicting accounts of the killing.”

    But where is the backup for the “#he_said_she_said” that readers are so tired of ? What’s the sourcing? It comes in the fifth paragraph — the basis for much of the story and one that’s so hard to grasp that I had to read it twice to understand what it was saying.

    It goes like this:

    The accounts of what witnesses have told local and federal law enforcement authorities come from some of those witnesses themselves, law enforcement authorities and others in Ferguson .”

    Once you’ve absorbed that — the basis of the “sharply conflicting accounts” — you might ask: “And from whom, exactly, has The Times learned of these accounts?” Here’s the answer, which immediately followed in the article:

    Many spoke on the condition of anonymity because they did not want to be identified discussing a continuing investigation.

    The implicit answer is “trust us.”

    The story goes on to quote, by name, two eyewitnesses who say that Mr. Brown had his hands up as he was fired on. As for those who posit that Mr. Brown was advancing on the officer who was afraid the teenager was going to attack him, the primary source on this seems to be what Officer Wilson told his colleagues on the police force. The Times follows this with an unattributed statement: “Some witnesses have backed up that account.” But we never learn any more than that.


  • Sommé de révéler ses sources sur la #CIA, un journaliste du « New York Times » va « continuer à se battre »
    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/08/15/somme-de-reveler-ses-sources-sur-la-cia-un-journaliste-du-new-york-times-va-

    Les procureurs poursuivent M. #Risen depuis 2006, réclamant qu’il confirme le nom d’un homme qu’ils estiment être sa source dans son livre State of War, sur la CIA et l’administration Bush. M. Risen refuse notamment sa convocation pour témoigner au procès d’un ancien responsable de la CIA, Jeffrey Sterling, accusé d’avoir rendu publiques des informations confidentielles. Au début de juin, la Cour suprême des Etats-Unis avait refusé de se saisir de l’affaire, maintenant donc l’injonction faite au journaliste.

    C’est bien pire en fait,

    Where’s the Justice at Justice ? - NYTimes.com
    http://www.nytimes.com/2014/08/17/opinion/sunday/maureen-dowd-wheres-the-justice-at-justice.html?smid=tw-nytopinion&_r=0

    Attorney General Eric Holder wants to force Risen to testify and reveal the identity of his confidential source on a story he had in his 2006 book concerning a bungled C.I.A. operation during the Clinton administration in which agents might have inadvertently helped Iran develop its nuclear weapon program. The tale made the C.I.A. look silly, which may have been more of a sore point than a threat to national security.

    But Bush officials, no doubt still smarting from Risen’s revelation of their illegal wiretapping, zeroed in on a disillusioned former C.I.A. agent named Jeffrey Sterling as the source of the Iran story.

    The subpoena forcing Risen’s testimony expired in 2009 , and to the surprise of just about everybody, the constitutional law professor’s administration renewed it — kicking off its strange and awful aggression against reporters and whistle-blowers.

    Holder said in May that “no reporter who is doing his job is going to go to jail,” trying to show some leg and signal that his intention is benign, merely to put pressure on Sterling so that he will plead guilty before his trial.

    The president and the attorney general both spoke nobly about the First Amendment after two reporters were arrested in Ferguson, Mo., while covering the racial protests in the wake of Michael Brown’s death.

    Obama said that “here, in the United States of America, police should not be bullying or arresting journalists who are just trying to do their jobs and report to the American people on what they see on the ground.”

    Holder seconded the sentiment, saying that “journalists must not be harassed or prevented from covering a story that needs to be told.”

    So why don’t they back off Risen? It’s hard to fathom how the president who started with the press fluffing his pillows has ended up trying to suffocate the press with those pillows.

    How can he use the Espionage Act to throw reporters and whistle-blowers in jail even as he defends the intelligence operatives who “tortured some folks,” and coddles his C.I.A. chief, John Brennan, who spied on the Senate and then lied to the senators he spied on about it?

    “It’s hypocritical,” Risen said. “A lot of people still think this is some kind of game or signal or spin. They don’t want to believe that #Obama wants to crack down on the press and whistle-blowers. But he does. He’s the greatest enemy to press freedom in a generation .”

    #james_risen


  • 23 Female Cartoonists On Drawing Their Bodies - Buzzfeed
    http://www.buzzfeed.com/kristenradtke/draw-naked

    http://s3-ec.buzzfed.com/static/2014-08/11/12/enhanced/webdr05/original-24967-1407774918-19.jpg

    “The graphic novel is a man’s world, by and large,” wrote Charles McGrath in a New York Times Magazine cover story in 2004. He was right — in a way. Most successful graphic artists and writers were men, and the comic’s industry was and remains exceedingly male-dominated. From R. Crumb, one of the most celebrated comics artists of all time, and his often violent depiction of women, rendered as grotesque, over-accentuated commodities, to the hypersexualized, bra-breaking breasts and quivering thighs of superhero comics, most female bodies in graphic form are enough to make Barbie look realistic.

    So what happens when women draw their own bodies in a medium that has represented them so poorly? While graphic books published by men each year still outnumber those by women, the exclusionary landscape of American comics has been called into question. From blockbuster successes like Alison Bechdel’s Fun Home and Marjane Satrapi’s Persepolis, to rising indie artists and vibrant online communities, female cartoonists are producing some of the most exciting work in the genre. Here, 23 successful graphic artists share their illustrations and discuss how women are reshaping a form that has marginalized them nearly since its inception.

    (via @amandecherie sur Twitter)

    #bande_dessinée #femmes #corps #sexisme


  • New York Times to use the word ’torture’ when describing torture
    http://www.theguardian.com/media/2014/aug/07/new-york-times-torture-in-style-update

    Obligé, suite au récent rapport du Congrès, de reconnaitre que la #CIA s’est adonnée à la #torture sous peine de sombrer dans un ridicule ignominieux, le #New_York_Times veut maintenant #sans_vergogne créer un débat discutant du fait de savoir si la torture pourrait se révéler efficace,

    [Executive editor Dean] Baquet justified the Times’ longstanding decision to shy from the word by saying that details of CIA practices have remained “murky” and “vague” for years. He also emphasized “the disputed legal meaning of the word” before saying that “today, the debate is focused less on whether the methods violated a statute … and more on whether they worked.”

    • Le titre est assez drôle :)

      « Et finalement, l’homme dit “le chat” lorsqu’il parla de la manière dont son chat angora attrapé cette petite souris grise »


  • Selon le New York Times, Israël a bien appliqué le protocole Hannibal à Gaza :
    http://www.nytimes.com/2014/08/04/world/middleeast/israel-gaza-conflict.html

    For its part, Hamas’s military wing, while taking credit for the operation, said on Saturday that it had no information about the lieutenant and had lost contact with its squad, suggesting that all involved were dead. On Friday, Israeli forces immediately used a protocol for captured soldiers known as “Operation Hannibal” to pursue the Hamas squad into the tunnel and try to cut off any possibility of escape.

    Hannibal includes intense pursuit and an option to engage the enemy “even at risk of the soldier,” Colonel Lerner said.

    Voir :
    http://seenthis.net/messages/279944



  • L’#honneur perdu du #gouvernement_français - Libération
    http://www.liberation.fr/politiques/2014/07/24/l-honneur-perdu-du-gouvernement-francais_1069751

    Le 10 juillet, tandis que 23 nouvelles victimes palestiniennes étaient venues s’ajouter au décompte macabre, #Laurent_Fabius et #Bernard_Cazeneuve publiaient une tribune dans le New York Times intitulée « La France n’est pas une nation antisémite » dans laquelle ils affirmaient que « le gouvernement français se tient fermement aux côtés des juifs de son pays ». Cette déclaration insolite, des ministres des Affaires étrangères et de l’Intérieur, faite dans un quotidien étranger alors que les frappes israéliennes redoublaient sur les populations civiles de Gaza et bien qu’aucun acte antisémite n’ait été perpétré sur le territoire français, signifiait une communautarisation de la position officielle du gouvernement, puisqu’il s’agissait d’apporter un soutien non plus seulement à l’Etat hébreu mais à la communauté juive de France, comme si cette dernière avait vocation à se regrouper tout entière derrière la politique israélienne et comme si toute mobilisation contre la campagne militaire dans les Territoires palestiniens ne pouvait procéder que de l’antisémitisme. Certes, cette communautarisation politique n’est pas nouvelle, mais elle avait pris, au cours des années récentes, une forme négative, s’exprimant de manière obsessionnelle à l’encontre des populations musulmanes et plus récemment roms. C’était, désormais, de façon ouvertement positive que le #communautarisme du gouvernement se manifestait.


  • Washington accuse Moscou d’avoir violé le traité de désarmement de 1987
    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/07/29/washington-accuse-moscou-d-avoir-viole-le-traite-de-controle-des-armes-nucle

    Les Etats-Unis ont formellement demandé à la Russie de respecter le traité de contrôle des armes de portée intermédiaire, et ont réclamé d’urgence la tenue de discussions bilatérales à ce sujet. Le président américain Barack Obama a écrit lundi 28 juillet à son homologue Vladimir Poutine pour évoquer ce dossier.
    Il demande, dans sa lettre, à ce que la Russie se conforme à ce traité signé en 1987 et qu’elle apporte les preuves d’avoir éliminé les armes interdites par le texte, rapporte le New York Times et de hauts responsables américains cités par les agences de presse (AFP, Reuters).
    (…)
    Dans le détail, le « traité pour les forces nucléaires à portée intermédiaires » (dit traité FNI, devenu un traité multilatéral après l’éclatement de l’Union soviétique), « oblige les deux Etats à détruire tous leurs missiles balistiques et de croisière lancés à partir du sol ayant une portée comprise entre 500 et 1 000 kilomètres et ceux dont la portée est comprise entre 1 000 et 5 500 kilomètres », comme le résume aujourd’hui l’ONU.

    Apparemment, BHO a peur de manquer de casus belli.

    • Oui ben Salt II a été enfin ratifié en 1992 et non en 1987. Jusqu’alors et jusqu’à l’avènement de Elstine, les deux parties ne se sont jamais mis d’accord. Une fois, c’est Washington qui a fait la fine bouche, l’autre fois, c’était Moscou. Et cela a duré depuis Khrouchtchev.
      Khrouchtchev qui a été le premier à tendre la main aux USA, mais qui a été trahi le premier, d’où l’escalade qui s’en est suivi...

    • Décidément, Le Monde…
      L’article du NYT sur lequel il s’appuie (en plus d’AFP et Reuters) est rédigé ainsi

      U.S. Says Russia Tested Cruise Missile, Violating Treaty - NYTimes.com
      http://www.nytimes.com/2014/07/29/world/europe/us-says-russia-tested-cruise-missile-in-violation-of-treaty.html

      In his letter to Mr. Putin, delivered by the American Embassy, Mr. Obama underscored his interest in a high-level dialogue with Moscow with the aim of preserving the 1987 treaty and discussing steps the Kremlin might take to come back into compliance. Secretary of State John Kerry delivered a similar message in a Sunday phone call to Sergey V. Lavrov, the Russian foreign minister.

      Because the treaty proscribes testing ground-launched cruise missiles of medium-range, the Kremlin cannot undo the violation. But administration officials do not believe the cruise missile has been deployed and say there are measures the Russians can take to ameliorate the problem.

      Administration officials declined to say what such steps might be, but arms control experts say they could include a promise not to deploy the system and inspections to demonstrate that the cruise missiles and their launchers have been destroyed. Because the missiles are small and easily concealed, obtaining complete confidence that the weapons have been eliminated might be difficult.

      Ce qui a donné, donc :

      Il demande, dans sa lettre, à ce que la Russie se conforme à ce traité signé en 1987 et qu’elle apporte les preuves d’avoir éliminé les armes interdites par le texte, rapporte le New York Times et de hauts responsables américains cités par les agences de presse (AFP, Reuters).

      On notera le compactage en mode « éléphant » entre le contenu de la lettre et les explications des officiels, justifié par le lamentable « rapporte le NYT et al. »

    • Il s’agit du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF)

      Signé à Washington, D.C. par le président américain Ronald Reagan et le secrétaire du Parti communiste Mikhaïl Gorbatchev le 8 décembre 1987, il a été ratifié par le Sénat des États-Unis le 27 mai 1988 et est entré en vigueur le 1er juin de cette année.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Traité_sur_les_forces_nucléaires_à_portée_intermédiaire

    • Nouvelle rédaction à 8h46, toujours inexacte…

      Selon le New York Times, le président américain, Barack Obama, a écrit lundi 28 juillet à son homologue Vladimir Poutine pour évoquer ce dossier.
      Il demande, dans sa lettre, à ce que la Russie se conforme à ce traité et qu’elle apporte les preuves d’avoir éliminé les armes interdites par le texte, rapportent de hauts responsables américains cités par le quotidien.

      Décidément, retranscrire le langage diplomatique dépasse les possibilités du Monde, il est beaucoup plus à l’aise pour un ultimatum.


  • Dans une lettre datée du 2 décembre 1948, adressée au New York Times, Albert Einstein, Hannah Arendt ainsi que 26 autres signataires juifs protestent contre la visite de Menachem Begin aux Etats-Unis

    « Parmi les phénomènes politiques les plus perturbateurs de notre époque, on peut compter l’émergence, à l’intérieur de l’Etat d’Israël, nouvellement créé, du “Parti de la Liberté” ( Tnuat Haherut ), un parti politique apparenté, dans son organisation, ses méthodes, sa philosophie politique et ses prétentions sociales, aux partis politiques nazis et fascistes. Il est issu des anciens membres et sympathisants de l’ancien Irgun Zvai Leumi, une organisation chauviniste, terroriste, de l’aile droite, en Palestine.

    La visite imminente, aux Etats Unis, de Menachem BEGIN, chef de ce parti, est, de toute évidence, calculée afin de donner l’impression d’obtenir un soutien américain pour son parti, à l’occasion des prochaines élections israéliennes, et de celler des liens politiques avec les éléments conservateurs sionistes américains. Plusieurs Américains de réputation nationale ont prêté leur nom pour soutenir sa visite. Il est inconcevable que ceux qui luttent contre le fascisme à travers le monde , si correctement informés sur le passé politique de Mr Begin et ses ambitions, puissent ajouter leur nom au soutien du mouvement qu’il représente.

    Avant que des dommages irréparables ne puissent être causés par des contributions financières, par des manifestations publiques de soutien au profit de Begin et par la fabrication, en Palestine, du sentiment qu’une grande partie de l’Amérique est en train de soutenir les éléments fascites en Israël, le Peuple américain doit être informé sur les antécédents et les objectifs de Mr Begin et de son mouvement.

    Les déclarations publiques du parti de Mr Begin ne révèlent pas son ambition actuelle. Aujourd’hui, ils parlent de liberté, de démocratie et d’anti-impérialisme, jusqu’à ce qu’ils aient prêché ouvertement, tout récemment, la doctrine de l’Etat fasciste. C’est dans ses actions que le parti terroriste trahit ses réelles aspirations ; à la lumière de ses actions passées, nous pouvons juger de ce à quoi l’on peut s’attendre dans le futur.

    Attaque d’un village arabe :

    Un exemple choquant a été donné par leur comportement au sein du village arabe de Deir Yassin. Ce village, situé à l’écart des routes principales et entourées de terres juives, n’a pris aucune part à la guerre et a même combattu des groupes arabes qui avaient l’intention d’établir leur base dans ce village. Le 9 avril, selon le New York Times, des groupes terroristes ont attaqué ce paisible village, qui n’était en rien un objectif militaire dans ce conflit, et ont tué la plupart de ses habitants ( 240 personnes : hommes, femmes, enfants ), et en ont gardé quelques uns en vie, afin de les faire parader, en tant que prisonniers, dans les rues de Jérusalem. La plus grande partie de la Communauté Juive fut horrifiée par cette démonstration et l’Agence Juive envoya un télégramme d’excuses au roi Abdullah de Cisjordanie. mais les terroristes, bien loin de regretter leur geste, tirèrent fierté de ce massacre, en firent largement publicité, et invitèrent tous les correspondants étrangers présents dans le pays, pour voir les cadavres entassés et les dégats causés au village de Deir Yassin.

    L’incident de Deir Yassin illustre le caractère et les actions du Parti de la Liberté.

    A l’intérieur de la Communauté juive, ils ont prêché un mélange d’ultra-nationalisme, de mysticisme religieux et de supériorité raciale. A l’instar d’autres partis fascistes, ils ont pris l’habitude de briser des grèves et ont exercé, eux-mêmes, des pressions afin d’éliminer les syndicats indépendants. Dans leur élan, ils ont proposé la création de corporations syndicales sur le modèle de l’Italie fasciste. Au cours de ces dernières années de violence sporadique à l’encontre des intérêts britaniques, le I Z L et les groupes STERN ont inauguré le règne de la terreur au sein de la Communauté juive de Palestine. Des enseignants étaient battus pour les avoir dénigré, des adultes furent abattus pour ne pas avoir autorisé leurs enfants à les rejoindre, C’est par des méthodes de gangsters, des coups, des vitrines brisées, des vols à grande échelle, que les terroristes sont parvenus à intimider la population et exiger une lourde contribution.

    Les membres du Parti de la Liberté n’ont pris aucune part dans l’heureuse édification de la Palestine. Ils n’ont réclamé aucune terre, construit aucune colonie, et n’ont fait qu’affaiblir l’activité de la défense Juive. Leurs efforts pour l’immigration, à grand renfort de publicité, étaient minutieux et principalement orientés en vue de l’immigration de compatriotes fascistes.

    Des décalages constatés :

    Les décalages entre les prétentions hardies, formulées à présent par Begin et son parti, et le constat du bilan passé, en Palestine, portent l’empreinte d’un parti qui n’est pas ordinaire. C’est la marque indiscutable d’un parti fasciste pour lequel le terrorisme ( à l’encontre des Juifs, des Arabes, aussi bien que des Britaniques ) et les masquarades sont des moyens d’action, et un “Etat suprême”, le but.

    A la lumière de ces considérations évidentes, il est impératif que la vérité, au sujet de Mr Begin et de son mouvement, soit diffusée dans ce pays. Il n’y a rien de plus tragique que de constater que le leadership du Sionisme américain a refusé de mener campagne contre les efforts de Begin, exposant de ce fait ses éléments constitutifs au danger encouru par Israël de soutenir Begin.

    Les signataires,ci-dessous désignés, ont recours à ce moyen de présenter publiquement quelques faits marquants mettant en cause Mr Begin et son parti ; et insister auprès de toute personne concernée de ne pas soutenir cette dernière démonstration de fascisme. »

    Isidore ABRAMOWITZ

    Hannah ARENDT

    Abraham BRICK

    Rabbi Jessurun CARDOZO

    Albert EINSTEIN

    Herman EISEN, M.D.

    Hayim FINEMAN

    M. GALLEN, M.D.

    H.H. HARRIS

    Zelig S. HARRIS

    Sidney HOOK

    Fred KARUSH

    Bruria KAUFMAN

    Irma L. LINDHEIM

    Nachman MAISEL

    Seymour MELMAN

    Myer D. MENDELSON

    M.D. Harry M. OSLINSKY

    Samuel PITLICK

    Fritz ROHRLICH

    Louis P. ROCKER

    Ruth SAGIS

    Itzhak SANKOWSKY

    I.J. SHOENBERG

    Samuel SHUMAN

    M. SINGER

    Irma WOLFE

    Stephan WOLF

    New York, Dec. 2, 1948


  • Manifestation contre l’usine Lynas de #terres_rares en #Malaisie

    http://blog.ecologie-politique.eu/public/Malaisie/.P1060239_m.jpg

    En mars 2010, les Malaisiens apprennent dans le New York Times l’installation d’une usine australienne de traitement de terres rares à Kuantan, dans l’état de Pahang, sur la côte est de la péninsule. Tout a été vite expédié entre le gouvernement et Lynas, un acteur relativement petit à l’échelle internationale, mais qui a le projet d’ouvrir l’une des plus grosses usines au monde. Les études d’impact environnemental ont été approuvées en quelques semaines, le gouvernement fait cadeau de dix ans de contributions fiscales, les travaux peuvent commencer. C’est alors que commence une mobilisation résolue et organisée.

    http://blog.ecologie-politique.eu/post/Lynas-terres-rares

    #Australie #extractivisme #radioactivité #néocolonialisme



  • Qu’est-ce que, d’après le #New_York_Times, « une nuit relativement calme » à #Gaza ?

    The developments followed a relatively quiet night, in which the Israeli military bombed 25 sites in Gaza, killing five Palestinians in the southern cities of Rafah and Khan Younis,

    http://mobile.nytimes.com/2014/07/16/world/middleeast/israel-gaza-strip.html


  • « La France décapitée » : les Français n’aiment pas la modernité ? - Atelier des médias
    http://atelier.rfi.fr/profiles/blogs/la-france-d-capit-e?xg_source=msg_mes_network

    « La France décapitée ». C’est le titre d’un article d’opinion publié sur le New York Times en cette veille d’anniversaire de la prise de la Bastille. Il a été écrit par Roger Cohen qui suit les affaires européennes depuis Londres et qui connaît bien la région. Le titre est provocateur et le contenu mérite réflexion. Son affirmation principale est que « les Français n’aiment pas la modernité. Ils n’ont pas confiance dans la modernité. C’est le noyau du problème. Ils ne l’aiment pas et n’ont pas confiance en elle pour deux raisons. La modernité a redéfini l’espace et relégué l’Etat. C’est intolérable ».

    Un article au titre provocateur dont le contenu mérite réflexion [l’article].

    Un propos qui n’est pas avare en images chocs (la légende de St Denis décapité, nos têtes « jivarisées » ...) tout ça pour ne pas dire qu’il existe en France et ailleurs une approche critique des technologies de l’information, partie la plus visible d’une soit-disant « post-modernité ».


  • Dreadlocked #Rapunzel
    http://africasacountry.com/dreadlocked-rapunzel

    Lately, there’s been some good rumbling about the dearth of stories that include characters of color (a New York Times critique, a “Top 10 Guide” in The Guardian, 30 Classics on The Griot) . As a father with a young daughter who’s been asking those difficult questions about her place in the world and how she sees herself […]

    #BOOKS #MEDIA ##Dadsread ##WeNeedDiverseBooks #Children's_Books #dreadlocks #Lynn_Roberts #Rapunzel:_A_Groovy_Tale


  • Quand les entreprises font des profits sur la mort de leurs employés
    http://www.bastamag.net/Quand-les-banques-speculent-sur-la

    Accepteriez-vous que votre employeur souscrive une assurance-vie à votre nom, dont elle serait l’unique bénéficiaire en cas de décès, le vôtre en l’occurrence ? C’est ce que les salariés du journal américain The Orange County Register ont vécu cette année, rapporte un article du New York Times, repris par Big Browser. Leur employeur a demandé leur accord pour souscrire une assurance-vie dont il serait le bénéficiaire. Margé les pressions managériales, les salariés, choqués par cette proposition, ont refusé (...)

    En bref

    / #Capitalisme, #Finance, #Protections_sociales, #Amériques


  • Quand Blackwater menaçait directement des responsables américains

    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/06/30/quand-blackwater-se-croyait-au-dessus-des-lois_4447762_3222.html

    Un directeur en Irak de la société militaire privée Blackwater a menacé de tuer le chef des enquêteurs du département d’Etat qui menait des recherches avant que ses gardes ne massacrent des civils irakiens en septembre 2007, rapporte le New York Times.

    http://s1.lemde.fr/image/2007/09/21/534x0/957818_5_ebe7_des-employes-de-la-societe-blackwater-a_adb9229e450c68aed17815612cc38303.jpg

    Selon ce mémorandum, Daniel Carroll, le directeur de projet de Blackwater en Irak, a dit à Richter après une altercation qu’« il pourrait [le] tuer sur-le-champ et que personne ne pourrait rien faire puisqu[’ils étaient] en Irak ». « J’ai pris la menace de M. Carroll au sérieux. Nous étions dans une zone de combat où les choses peuvent arriver sans prévenir, et particulièrement quand il est question de sujets pouvant avoir un impact négatif sur un contrat lucratif de sécurité. » Un collègue du Département d’Etat de M. Richter a confirmé avoir entendu cet échange.

    Les responsables de l’ambassade des Etats-Unis s’étaient rangés du côté de Blackwater et il avait été demandé aux enquêteurs du département d’Etat de partir, selon le New York Times.


  • Before Shooting in Iraq, a Warning on #Blackwater - NYTimes.com
    http://www.nytimes.com/2014/06/30/us/before-shooting-in-iraq-warning-on-blackwater.html

    Just weeks before Blackwater guards fatally shot 17 civilians at Baghdad’s Nisour Square in 2007, the State Department began investigating the security contractor’s operations in Iraq. But the inquiry was abandoned after Blackwater’s top manager there issued a threat: “that he could kill” the government’s chief investigator and “no one could or would do anything about it as we were in Iraq,”

    • Les mauvais esprits ne manqueront pas de se demander pourquoi des documents rédigés en août à octobre 2007 concernant l’Irak sortent pile-poil aujourd’hui à la une du New York Times.

    • Vraiment au pifomètre : grosse campagne républicaine en ce moment pour mettre sur le dos d’Obama (son indécision, son refus d’intervenir militairement, etc.) les derniers rebondissements en Irak, et même spectaculaire retour des néo-cons à la télé. J’imagine donc comme mesure de rétorsion de la Maison blanche la fuite de quelques documents incriminant lourdement l’administration précédente.

      Mais je dis ça je dis rien, hein.