company:new york times

  • L’#honneur perdu du #gouvernement_français - Libération
    http://www.liberation.fr/politiques/2014/07/24/l-honneur-perdu-du-gouvernement-francais_1069751

    Le 10 juillet, tandis que 23 nouvelles victimes palestiniennes étaient venues s’ajouter au décompte macabre, #Laurent_Fabius et #Bernard_Cazeneuve publiaient une tribune dans le New York Times intitulée « La France n’est pas une nation antisémite » dans laquelle ils affirmaient que « le gouvernement français se tient fermement aux côtés des juifs de son pays ». Cette déclaration insolite, des ministres des Affaires étrangères et de l’Intérieur, faite dans un quotidien étranger alors que les frappes israéliennes redoublaient sur les populations civiles de Gaza et bien qu’aucun acte antisémite n’ait été perpétré sur le territoire français, signifiait une communautarisation de la position officielle du gouvernement, puisqu’il s’agissait d’apporter un soutien non plus seulement à l’Etat hébreu mais à la communauté juive de France, comme si cette dernière avait vocation à se regrouper tout entière derrière la politique israélienne et comme si toute mobilisation contre la campagne militaire dans les Territoires palestiniens ne pouvait procéder que de l’antisémitisme. Certes, cette communautarisation politique n’est pas nouvelle, mais elle avait pris, au cours des années récentes, une forme négative, s’exprimant de manière obsessionnelle à l’encontre des populations musulmanes et plus récemment roms. C’était, désormais, de façon ouvertement positive que le #communautarisme du gouvernement se manifestait.


  • Washington accuse Moscou d’avoir violé le traité de désarmement de 1987
    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/07/29/washington-accuse-moscou-d-avoir-viole-le-traite-de-controle-des-armes-nucle

    Les Etats-Unis ont formellement demandé à la Russie de respecter le traité de contrôle des armes de portée intermédiaire, et ont réclamé d’urgence la tenue de discussions bilatérales à ce sujet. Le président américain Barack Obama a écrit lundi 28 juillet à son homologue Vladimir Poutine pour évoquer ce dossier.
    Il demande, dans sa lettre, à ce que la Russie se conforme à ce traité signé en 1987 et qu’elle apporte les preuves d’avoir éliminé les armes interdites par le texte, rapporte le New York Times et de hauts responsables américains cités par les agences de presse (AFP, Reuters).
    (…)
    Dans le détail, le « traité pour les forces nucléaires à portée intermédiaires » (dit traité FNI, devenu un traité multilatéral après l’éclatement de l’Union soviétique), « oblige les deux Etats à détruire tous leurs missiles balistiques et de croisière lancés à partir du sol ayant une portée comprise entre 500 et 1 000 kilomètres et ceux dont la portée est comprise entre 1 000 et 5 500 kilomètres », comme le résume aujourd’hui l’ONU.

    Apparemment, BHO a peur de manquer de casus belli.

    • Oui ben Salt II a été enfin ratifié en 1992 et non en 1987. Jusqu’alors et jusqu’à l’avènement de Elstine, les deux parties ne se sont jamais mis d’accord. Une fois, c’est Washington qui a fait la fine bouche, l’autre fois, c’était Moscou. Et cela a duré depuis Khrouchtchev.
      Khrouchtchev qui a été le premier à tendre la main aux USA, mais qui a été trahi le premier, d’où l’escalade qui s’en est suivi...

    • Décidément, Le Monde…
      L’article du NYT sur lequel il s’appuie (en plus d’AFP et Reuters) est rédigé ainsi

      U.S. Says Russia Tested Cruise Missile, Violating Treaty - NYTimes.com
      http://www.nytimes.com/2014/07/29/world/europe/us-says-russia-tested-cruise-missile-in-violation-of-treaty.html

      In his letter to Mr. Putin, delivered by the American Embassy, Mr. Obama underscored his interest in a high-level dialogue with Moscow with the aim of preserving the 1987 treaty and discussing steps the Kremlin might take to come back into compliance. Secretary of State John Kerry delivered a similar message in a Sunday phone call to Sergey V. Lavrov, the Russian foreign minister.

      Because the treaty proscribes testing ground-launched cruise missiles of medium-range, the Kremlin cannot undo the violation. But administration officials do not believe the cruise missile has been deployed and say there are measures the Russians can take to ameliorate the problem.

      Administration officials declined to say what such steps might be, but arms control experts say they could include a promise not to deploy the system and inspections to demonstrate that the cruise missiles and their launchers have been destroyed. Because the missiles are small and easily concealed, obtaining complete confidence that the weapons have been eliminated might be difficult.

      Ce qui a donné, donc :

      Il demande, dans sa lettre, à ce que la Russie se conforme à ce traité signé en 1987 et qu’elle apporte les preuves d’avoir éliminé les armes interdites par le texte, rapporte le New York Times et de hauts responsables américains cités par les agences de presse (AFP, Reuters).

      On notera le compactage en mode « éléphant » entre le contenu de la lettre et les explications des officiels, justifié par le lamentable « rapporte le NYT et al. »

    • Il s’agit du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF)

      Signé à Washington, D.C. par le président américain Ronald Reagan et le secrétaire du Parti communiste Mikhaïl Gorbatchev le 8 décembre 1987, il a été ratifié par le Sénat des États-Unis le 27 mai 1988 et est entré en vigueur le 1er juin de cette année.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Traité_sur_les_forces_nucléaires_à_portée_intermédiaire

    • Nouvelle rédaction à 8h46, toujours inexacte…

      Selon le New York Times, le président américain, Barack Obama, a écrit lundi 28 juillet à son homologue Vladimir Poutine pour évoquer ce dossier.
      Il demande, dans sa lettre, à ce que la Russie se conforme à ce traité et qu’elle apporte les preuves d’avoir éliminé les armes interdites par le texte, rapportent de hauts responsables américains cités par le quotidien.

      Décidément, retranscrire le langage diplomatique dépasse les possibilités du Monde, il est beaucoup plus à l’aise pour un ultimatum.


  • Dans une lettre datée du 2 décembre 1948, adressée au New York Times, Albert Einstein, Hannah Arendt ainsi que 26 autres signataires juifs protestent contre la visite de Menachem Begin aux Etats-Unis

    « Parmi les phénomènes politiques les plus perturbateurs de notre époque, on peut compter l’émergence, à l’intérieur de l’Etat d’Israël, nouvellement créé, du “Parti de la Liberté” ( Tnuat Haherut ), un parti politique apparenté, dans son organisation, ses méthodes, sa philosophie politique et ses prétentions sociales, aux partis politiques nazis et fascistes. Il est issu des anciens membres et sympathisants de l’ancien Irgun Zvai Leumi, une organisation chauviniste, terroriste, de l’aile droite, en Palestine.

    La visite imminente, aux Etats Unis, de Menachem BEGIN, chef de ce parti, est, de toute évidence, calculée afin de donner l’impression d’obtenir un soutien américain pour son parti, à l’occasion des prochaines élections israéliennes, et de celler des liens politiques avec les éléments conservateurs sionistes américains. Plusieurs Américains de réputation nationale ont prêté leur nom pour soutenir sa visite. Il est inconcevable que ceux qui luttent contre le fascisme à travers le monde , si correctement informés sur le passé politique de Mr Begin et ses ambitions, puissent ajouter leur nom au soutien du mouvement qu’il représente.

    Avant que des dommages irréparables ne puissent être causés par des contributions financières, par des manifestations publiques de soutien au profit de Begin et par la fabrication, en Palestine, du sentiment qu’une grande partie de l’Amérique est en train de soutenir les éléments fascites en Israël, le Peuple américain doit être informé sur les antécédents et les objectifs de Mr Begin et de son mouvement.

    Les déclarations publiques du parti de Mr Begin ne révèlent pas son ambition actuelle. Aujourd’hui, ils parlent de liberté, de démocratie et d’anti-impérialisme, jusqu’à ce qu’ils aient prêché ouvertement, tout récemment, la doctrine de l’Etat fasciste. C’est dans ses actions que le parti terroriste trahit ses réelles aspirations ; à la lumière de ses actions passées, nous pouvons juger de ce à quoi l’on peut s’attendre dans le futur.

    Attaque d’un village arabe :

    Un exemple choquant a été donné par leur comportement au sein du village arabe de Deir Yassin. Ce village, situé à l’écart des routes principales et entourées de terres juives, n’a pris aucune part à la guerre et a même combattu des groupes arabes qui avaient l’intention d’établir leur base dans ce village. Le 9 avril, selon le New York Times, des groupes terroristes ont attaqué ce paisible village, qui n’était en rien un objectif militaire dans ce conflit, et ont tué la plupart de ses habitants ( 240 personnes : hommes, femmes, enfants ), et en ont gardé quelques uns en vie, afin de les faire parader, en tant que prisonniers, dans les rues de Jérusalem. La plus grande partie de la Communauté Juive fut horrifiée par cette démonstration et l’Agence Juive envoya un télégramme d’excuses au roi Abdullah de Cisjordanie. mais les terroristes, bien loin de regretter leur geste, tirèrent fierté de ce massacre, en firent largement publicité, et invitèrent tous les correspondants étrangers présents dans le pays, pour voir les cadavres entassés et les dégats causés au village de Deir Yassin.

    L’incident de Deir Yassin illustre le caractère et les actions du Parti de la Liberté.

    A l’intérieur de la Communauté juive, ils ont prêché un mélange d’ultra-nationalisme, de mysticisme religieux et de supériorité raciale. A l’instar d’autres partis fascistes, ils ont pris l’habitude de briser des grèves et ont exercé, eux-mêmes, des pressions afin d’éliminer les syndicats indépendants. Dans leur élan, ils ont proposé la création de corporations syndicales sur le modèle de l’Italie fasciste. Au cours de ces dernières années de violence sporadique à l’encontre des intérêts britaniques, le I Z L et les groupes STERN ont inauguré le règne de la terreur au sein de la Communauté juive de Palestine. Des enseignants étaient battus pour les avoir dénigré, des adultes furent abattus pour ne pas avoir autorisé leurs enfants à les rejoindre, C’est par des méthodes de gangsters, des coups, des vitrines brisées, des vols à grande échelle, que les terroristes sont parvenus à intimider la population et exiger une lourde contribution.

    Les membres du Parti de la Liberté n’ont pris aucune part dans l’heureuse édification de la Palestine. Ils n’ont réclamé aucune terre, construit aucune colonie, et n’ont fait qu’affaiblir l’activité de la défense Juive. Leurs efforts pour l’immigration, à grand renfort de publicité, étaient minutieux et principalement orientés en vue de l’immigration de compatriotes fascistes.

    Des décalages constatés :

    Les décalages entre les prétentions hardies, formulées à présent par Begin et son parti, et le constat du bilan passé, en Palestine, portent l’empreinte d’un parti qui n’est pas ordinaire. C’est la marque indiscutable d’un parti fasciste pour lequel le terrorisme ( à l’encontre des Juifs, des Arabes, aussi bien que des Britaniques ) et les masquarades sont des moyens d’action, et un “Etat suprême”, le but.

    A la lumière de ces considérations évidentes, il est impératif que la vérité, au sujet de Mr Begin et de son mouvement, soit diffusée dans ce pays. Il n’y a rien de plus tragique que de constater que le leadership du Sionisme américain a refusé de mener campagne contre les efforts de Begin, exposant de ce fait ses éléments constitutifs au danger encouru par Israël de soutenir Begin.

    Les signataires,ci-dessous désignés, ont recours à ce moyen de présenter publiquement quelques faits marquants mettant en cause Mr Begin et son parti ; et insister auprès de toute personne concernée de ne pas soutenir cette dernière démonstration de fascisme. »

    Isidore ABRAMOWITZ

    Hannah ARENDT

    Abraham BRICK

    Rabbi Jessurun CARDOZO

    Albert EINSTEIN

    Herman EISEN, M.D.

    Hayim FINEMAN

    M. GALLEN, M.D.

    H.H. HARRIS

    Zelig S. HARRIS

    Sidney HOOK

    Fred KARUSH

    Bruria KAUFMAN

    Irma L. LINDHEIM

    Nachman MAISEL

    Seymour MELMAN

    Myer D. MENDELSON

    M.D. Harry M. OSLINSKY

    Samuel PITLICK

    Fritz ROHRLICH

    Louis P. ROCKER

    Ruth SAGIS

    Itzhak SANKOWSKY

    I.J. SHOENBERG

    Samuel SHUMAN

    M. SINGER

    Irma WOLFE

    Stephan WOLF

    New York, Dec. 2, 1948


  • Manifestation contre l’usine Lynas de #terres_rares en #Malaisie

    http://blog.ecologie-politique.eu/public/Malaisie/.P1060239_m.jpg

    En mars 2010, les Malaisiens apprennent dans le New York Times l’installation d’une usine australienne de traitement de terres rares à Kuantan, dans l’état de Pahang, sur la côte est de la péninsule. Tout a été vite expédié entre le gouvernement et Lynas, un acteur relativement petit à l’échelle internationale, mais qui a le projet d’ouvrir l’une des plus grosses usines au monde. Les études d’impact environnemental ont été approuvées en quelques semaines, le gouvernement fait cadeau de dix ans de contributions fiscales, les travaux peuvent commencer. C’est alors que commence une mobilisation résolue et organisée.

    http://blog.ecologie-politique.eu/post/Lynas-terres-rares

    #Australie #extractivisme #radioactivité #néocolonialisme



  • Qu’est-ce que, d’après le #New_York_Times, « une nuit relativement calme » à #Gaza ?

    The developments followed a relatively quiet night, in which the Israeli military bombed 25 sites in Gaza, killing five Palestinians in the southern cities of Rafah and Khan Younis,

    http://mobile.nytimes.com/2014/07/16/world/middleeast/israel-gaza-strip.html


  • « La France décapitée » : les Français n’aiment pas la modernité ? - Atelier des médias
    http://atelier.rfi.fr/profiles/blogs/la-france-d-capit-e?xg_source=msg_mes_network

    « La France décapitée ». C’est le titre d’un article d’opinion publié sur le New York Times en cette veille d’anniversaire de la prise de la Bastille. Il a été écrit par Roger Cohen qui suit les affaires européennes depuis Londres et qui connaît bien la région. Le titre est provocateur et le contenu mérite réflexion. Son affirmation principale est que « les Français n’aiment pas la modernité. Ils n’ont pas confiance dans la modernité. C’est le noyau du problème. Ils ne l’aiment pas et n’ont pas confiance en elle pour deux raisons. La modernité a redéfini l’espace et relégué l’Etat. C’est intolérable ».

    Un article au titre provocateur dont le contenu mérite réflexion [l’article].

    Un propos qui n’est pas avare en images chocs (la légende de St Denis décapité, nos têtes « jivarisées » ...) tout ça pour ne pas dire qu’il existe en France et ailleurs une approche critique des technologies de l’information, partie la plus visible d’une soit-disant « post-modernité ».


  • Dreadlocked #Rapunzel
    http://africasacountry.com/dreadlocked-rapunzel

    Lately, there’s been some good rumbling about the dearth of stories that include characters of color (a New York Times critique, a “Top 10 Guide” in The Guardian, 30 Classics on The Griot) . As a father with a young daughter who’s been asking those difficult questions about her place in the world and how she sees herself […]

    #BOOKS #MEDIA ##Dadsread ##WeNeedDiverseBooks #Children's_Books #dreadlocks #Lynn_Roberts #Rapunzel:_A_Groovy_Tale


  • Quand les entreprises font des profits sur la mort de leurs employés
    http://www.bastamag.net/Quand-les-banques-speculent-sur-la

    Accepteriez-vous que votre employeur souscrive une assurance-vie à votre nom, dont elle serait l’unique bénéficiaire en cas de décès, le vôtre en l’occurrence ? C’est ce que les salariés du journal américain The Orange County Register ont vécu cette année, rapporte un article du New York Times, repris par Big Browser. Leur employeur a demandé leur accord pour souscrire une assurance-vie dont il serait le bénéficiaire. Margé les pressions managériales, les salariés, choqués par cette proposition, ont refusé (...)

    En bref

    / #Capitalisme, #Finance, #Protections_sociales, #Amériques


  • Quand Blackwater menaçait directement des responsables américains

    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/06/30/quand-blackwater-se-croyait-au-dessus-des-lois_4447762_3222.html

    Un directeur en Irak de la société militaire privée Blackwater a menacé de tuer le chef des enquêteurs du département d’Etat qui menait des recherches avant que ses gardes ne massacrent des civils irakiens en septembre 2007, rapporte le New York Times.

    http://s1.lemde.fr/image/2007/09/21/534x0/957818_5_ebe7_des-employes-de-la-societe-blackwater-a_adb9229e450c68aed17815612cc38303.jpg

    Selon ce mémorandum, Daniel Carroll, le directeur de projet de Blackwater en Irak, a dit à Richter après une altercation qu’« il pourrait [le] tuer sur-le-champ et que personne ne pourrait rien faire puisqu[’ils étaient] en Irak ». « J’ai pris la menace de M. Carroll au sérieux. Nous étions dans une zone de combat où les choses peuvent arriver sans prévenir, et particulièrement quand il est question de sujets pouvant avoir un impact négatif sur un contrat lucratif de sécurité. » Un collègue du Département d’Etat de M. Richter a confirmé avoir entendu cet échange.

    Les responsables de l’ambassade des Etats-Unis s’étaient rangés du côté de Blackwater et il avait été demandé aux enquêteurs du département d’Etat de partir, selon le New York Times.


  • Before Shooting in Iraq, a Warning on #Blackwater - NYTimes.com
    http://www.nytimes.com/2014/06/30/us/before-shooting-in-iraq-warning-on-blackwater.html

    Just weeks before Blackwater guards fatally shot 17 civilians at Baghdad’s Nisour Square in 2007, the State Department began investigating the security contractor’s operations in Iraq. But the inquiry was abandoned after Blackwater’s top manager there issued a threat: “that he could kill” the government’s chief investigator and “no one could or would do anything about it as we were in Iraq,”

    • Les mauvais esprits ne manqueront pas de se demander pourquoi des documents rédigés en août à octobre 2007 concernant l’Irak sortent pile-poil aujourd’hui à la une du New York Times.

    • Vraiment au pifomètre : grosse campagne républicaine en ce moment pour mettre sur le dos d’Obama (son indécision, son refus d’intervenir militairement, etc.) les derniers rebondissements en Irak, et même spectaculaire retour des néo-cons à la télé. J’imagine donc comme mesure de rétorsion de la Maison blanche la fuite de quelques documents incriminant lourdement l’administration précédente.

      Mais je dis ça je dis rien, hein.


  • Covering New War, in Shadow of Old One
    http://www.nytimes.com/2014/06/29/public-editor/covering-new-war-in-shadow-of-old-one.html

    La reconnaissance antérieure par le journal même du monumental fiasco professionnel et moral qu’à constitué sa couverture 2003 de l’#Irak n’y fait strictement rien : le #New_York_Times ne prend au sérieux que les #va-t-en-guerre, notamment #néocons, et a massivement recours aux sources anonymes pour promouvoir une attitude belliqueuse, aussi catastrophiques et mensongers qu’aient pu être leurs opinions et « tuyaux »,

    ... given The Times’s troubled history when it comes to this subject, readers have good reason to be wary about what appears in the paper about military intervention in Iraq. And based on what I am already hearing from them, they are.

    Many readers have complained to me that The Times is amplifying the voices of hawkish neoconservatives and serving as a megaphone for anonymously sourced administration leaks, while failing to give voice to those who oppose intervention.

    I went back with the help of my assistant, Jonah Bromwich, and reread the Iraq coverage and commentary from the past few weeks to see if these complaints were valid. The readers have a point worth considering. On the Op-Ed pages and in the news columns, there have been very few outside voices of those who opposed the war last time, or those who reject the use of force now.

    But the neoconservatives and interventionists are certainly being heard.

    A recent profile of the historian Robert Kagan, a leading proponent of the invasion of Iraq in 2003 who is once more in the news, was one focus of sharp reader criticism. And an Op-Ed article by Anne-Marie Slaughter, another proponent of the Iraq war who says Mr. Obama should use force in Syria, also dismayed some readers.

    Phyllis Bennis, who writes frequently on the Middle East, protested in an email to me: “The appearance is that The Times takes seriously only those who were responsible for the disaster that Iraq has become.” Where, she asked, is the equivalent treatment — “serious, comprehensive, virtually uncritical” — of those who opposed the war and warned of what is coming to pass now?

    And the documentary filmmaker Robert Greenwald put it this way on Twitter: “Another day, another NYT article about a neocon and Iraq! Where are the articles about hundreds of thousands against escalation?”

    I also observed that much of the news reporting continues to reflect The Times’s extraordinary access to administration sources. That is both a competitive advantage and a potential hazard. A reader, Dave Metzger, pointed out one recent front-page article that relied heavily on such unnamed sources. His comment on Twitter dripped with sarcasm: “Iraq lessons learned.”


  • BUSINESS – Aux Etats-Unis, des assurances-vie pour que les entreprises profitent de la mort de leurs salariés | Big Browser
    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/06/27/business-aux-etats-unis-des-assurances-vie-pour-que-les-entr

    Imaginez que votre entreprise vous demande de souscrire une assurance-vie à votre nom dont elle serait bénéficiaire. Autrement dit, qu’elle capitalise en attendant votre mort, non pas pour reverser alors le solde du compte à votre famille ou à vos proches, mais bien pour les empocher. Quelle serait votre réaction ? Les employés du quotidien californien The Orange County Register, eux, ont été interloqués.

    Ils ont en effet reçu un mail de la société Freedom Communications, propriétaire de la publication, leur demandant l’autorisation d’ouvrir une assurance-vie en leur nom et dont le bénéfice serait reversé à la caisse de retraite de la société, révèle un article du site du New York Times. La direction, malgré une intense campagne de communication, a fini par abandonner son projet devant les réticences des employés. Eux sont restés choqués.

    • Effectivement, cette histoire me disait vaguement quelque chose et l’article du NYT cité indique que cette pratique aurait été « régulée » (sic) en 2006.

      Mais je m’interroge sur un aspect de cette pratique : l’assureur doit évaluer son risque sur ce type d’assurance. cela doit passer a priori par un questionnaire voire une visite médicale pour le salarié.
      1. Si l’assureur refuse d’assurer un salarié (risque évalué trop important) comment réagit l’entreprise vis à vis de ce salarié (prochaine charette...)
      2. L’entreprise a probablement accès à l’évaluation de l’assureur (en France compliqué avec le secret médical mais voir 1.)
      La « ressource humaine » porte de mieux en mieux son nom.


  • Les juges qui ont des filles sont plus souvent en faveur du droit des femmes - New York Times
    http://alireailleurs.tumblr.com/post/89647236097

    Nous ne jugeons pas sans biais, aussi invisibles puissent-ils être. Jusqu’à présent, il était admis que les juges étaient déterminés par le droit et l’idéologie. Une étude de politologues américains montre qu’un autre facteur a son importance : l’expérience personnelle, rapporte le New York Times. Une étude portant sur 2500 décisions de 224 juges de la Cour d’appel fédérale américaine a mis en avant que le fait pour un de ces juges d’avoir une fille augmente de 7% le fait que le jugement se fera en faveur des femmes. Et c’est encore plus vrai pour les juges qui n’ont qu’un enfant. Cet effet “fille” se retrouve dans d’autres domaines : les membres du congrès qui ont des filles sont plus susceptibles d’avoir des votes libéraux, notamment en faveur de l’avortement. “Les juges sont des êtres humains comme les autres. (...)

    #cognition #psychologie #justice #neutralité

    • #selon_une_étude_récente (américaine, hein, comme il se doit...)

      Bientôt une étude sur les juges qui sont plus cool avec les joueurs de baseball parce qu’ils ont un garçon, une étude sur la drogue avec les juges qui ont fumé un pétard quand ils étaient jeunes, une étude sur le traitement des injures blasphématoires comparés aux fréquentations des églises et, bouquet final, l’étude sur les juges noirs qui jugent des crimes raciaux... et on va découvrir dans quelques années que les robots qui jugent sont plus objectifs/neutres/tout ce qu’on veut : Le New-York Times nous fait gagner du temps, c’est formidable...


  • Mozilla se lance dans la gestion les commentaires

    L’annonce a été faite hier sur le blog de la fondation.

    En partenariat avec le Washington Post et le New York Times et grâce aux 3,89 millions de dollars de la fondation John S. and James L. Knight , Mozilla va développer une plateforme de gestion de commentaires.

    Les développeurs n’ont pas encore avancé le moindre code, mais le travail sur Persona va leur permettre d’avancer rapidement.

    Cette plateforme open-source de commentaires se veut un meilleur outil de gestion des données pour les utilisateurs. Elle supportera en plus du texte les images et bien sûr une gestion des commentaires côté modérateur.

    La fondation Mozilla compte rapprocher les internautes et les rédacteurs en :
    – facilitant la récupération et le traitement du contenu publié par les utilisateurs
    – aidant à produire une auto-gestion de l’information par les utilisateurs
    – permettant aux journalistes de découvrir les membres de leur communauté
    – permettant aux experts d’améliorer la qualité des articles et de faire de la contribution des lecteurs une valeur ajouté
    – changeant l’interaction entre les rédacteurs et les lecteurs en remplaçant le commentaire par la conversation.

    A mon avis Mozilla semble avant même son lancement une alternative crédible à Disqus pour la gestion de commentaires sur les blogs notamment (cette fonction n’étant pas des plus simple à implémenter).

    Sources :

    blog de mozilla : https://blog.mozilla.org/blog/2014/06/19/mozilla-announces-a-partnership-with-the-new-york-times-the-washington

    la fondation Knight : http://www.knightfoundation.org/blogs/knightblog/2014/6/19/mozilla-new-york-times-washington-post-project-turning-comments-co

    #mozilla #web #dev #french #news #media #open-source , rédigé le 20/06/14 par Buridan


  • On ne s’appelle plus au téléphone, on s’écrit des textos
    http://www.franceculture.fr/emission-ce-qui-nous-arrive-sur-la-toile-on-ne-s-appelle-plus-au-telep

    Dates/Horaires de Diffusion : 18 Juin, 2014 - 08:45 - 08:50

    On se parle de moins en moins au téléphone et on écrit de plus en plus de textos. Ce constat empirique est corroboré par des chiffres. Comme le rapporte un article récent du New York Times les résultats des différentes études menées sur la question convergent : la part de la communication vocale diminue d’années en années en général, et de manière encore spectaculaire chez les plus ...

    date de remontée fiction : Mercredi 18 Juin (...)

    #Information #Innovation #Internet #Technique #Direct


  • Bridj, le service de bus qui se met au rythme des gens - New York Times
    http://alireailleurs.tumblr.com/post/88652942198

    Bridj est un nouveau service de bus qui vient de se lancer dans la région de Boston, une région où le #transport est compliqué et qui subit de nombreuses perturbations liées au lancement de nouvelles offres, notamment via les VTC comme Uber qui y auraient déjà pris 30% des parts des taxis, rapporte le New York Times. Bridj affrète des bus tout confort (avec connexion Wi-Fi) très différents de l’offre de l’autorité publique des transports de la région. Mais sa particularité principale est que les trajets et les horaires sont déterminés par des algorithmes, afin de maximiser l’offre, adapter ses trajets au trafic et mieux s’adapter à la demande. Certes, le prix est près du double de celui du métro et du bus (environ 6$ pour faire un trajet qui en coûterait la moité avec l’offre publique), mais avec un (...)

    #ville #big_data


  • Supreme Court refuses to take reporter’s case on revealing confidential source
    http://www.washingtonpost.com/politics/supreme-court-refuses-to-take-reporters-case-on-revealing-confidential-source/2014/06/02/d704de58-ea54-11e3-9f5c-9075d5508f0a_story.html

    The Supreme Court on Monday declined to intervene on behalf of a New York Times reporter and author who has been subpoenaed to reveal a confidential source.

    The court without comment turned down requests from reporter James Risen and a host of media groups to overturn a lower court order and find that reporters are protected by the Constitution from testifying about their sources.

    In a 2006 book, “State of War: The Secret History of the CIA and the Bush Administration,” Risen detailed classified information about the CIA’s efforts to disrupt Iran’s nuclear program. Prosecutors want Risen to testify in its prosecution of Jeffrey Sterling, a former CIA analyst.


  • Pourquoi la NSA aspire des millions de photos de visages sur le web
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/06/02/pourquoi-la-nsa-aspire-des-millions-de-photos-de-visages-sur-le-web_4429961_

    Le New York Times publie des extraits d’une présentation PowerPoint, utilisée par la NSA en 2011 pour un usage interne et présentée comme top secrète, qui l’assure : « l’image fait tout ».

    Selon le New York Times, ces documents indiquent qu’en 2011, la NSA était capable d’intercepter en une journée « des millions d’images » dont environ « 55 000 dont la qualité suffit pour une reconnaissance faciale ». Ces images seraient récupérées dans les emails, courriels, textos, mais aussi sur les réseaux sociaux, grâce à des outils de vidéo-conférences, ou encore, dans les bases de données de photos utilisées par les administrations des pays étrangers.

    RECONNAISSANCE FACIALE

    Un porte-parole de l’agence, interrogé sur la question par le New York Times, n’a pas voulu commenter et confirmer ces informations. L’article du New York Times rappelle par ailleurs que les autorités américaines (département d’Etat, FBI, etc.) ont déjà recours à des banques d’images très fournies, incluant les photos de passeport, de permis de conduire, mais aussi, dans le cas des autorités locales, des photos trouvées sur Facebook.

    Mais les documents analysés par le New York Times décrivent aussi comment la NSA a ensuite recours à des logiciels permettant d’analyser et exploiter toutes ces photos, grâce à des outils de #reconnaissance_faciale de plus en plus évolués. Leur développement se serait accéléré sous l’administration Obama : collecter un maximum de photos, et pouvoir analyser précisément toutes les informations qui s’y trouvent, permettrait, ainsi, de repérer au plus vite des cibles potentielles.

    « Il ne s’agit pas d’en avoir après les communications traditionnelles. Il s’agit de déployer tout un #arsenal pour exploiter numériquement les indices qu’une cible laisse derrière elle dans ses activités courantes sur Internet, afin de recueillir des #informations_biographiques et biométriques », explique un document de la NSA datant de 2010, cité par le quotidien.

    #surveillance #biométrie

    • Et pis d’abord, c’est même pas vrai…

      NSA not amassing Americans’ photos for face-recognition program, chief says - Yahoo News
      http://news.yahoo.com/nsa-not-amassing-americans-photos-face-recognition-program-221654331.htm

      Adm. Michael Rogers, chief of the National Security Agency, acknowledged Tuesday that the NSA uses facial recognition technology to investigate foreign intelligence and counterterrorism targets, but he insisted that photos of Americans are generally off limits unless those individuals are linked to an investigation of a foreign subject.

      We have very specific restrictions when it comes to US persons," Rogers told attendees of a Bloomberg Government cyber-security conference, according to Bloomberg. “In broad terms, we have to stop what we’re doing if we come to the realization that somebody we’re monitoring or tracking has a US connection that we were unaware of.

      … ou alors, si peu, que ça compte pas.

      … generally off limits unless those individuals are linked to an investigation of a foreign subject …

      (rires enregistrés)



  • La vérité mais pourquoi faire ?
    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=3010

    http://www.la-bas.org/IMG/artoff3010.jpg

    Un entretien avec NOAM CHOMSKY

    En 1971, le scandale des « Pentagon Papers », les documents militaires secrets clandestinement transmis au New York Times, dévoilait soudain les mensonges du pouvoir concernant la guerre du Vietnam. Le lançeur d’alerte à l’époque s’appelait Daniel Ellsberg. Il fut aidé par un linguiste, un certain Noam Chomsky. C’est lui que nous retrouvons aujourd’hui pour une heure inédite enregistrée en octobre 2013.

    Entretien : Daniel Mermet (traduction : Giv Anquetil)


  • La direction du 14 Mars demande au gouvernement libanais d’expulser les Syriens qui ont commis cet acte impardonnable d’aller voter aujourd’hui :
    https://now.mmedia.me/lb/ar/nownewsar/549128-أمانة-14-آذار-لترحيل-السوريين-الموالين-للنظام

    بيروت – طالبت أمانة 14 آذار الحكومة اللبنانية بترحيل السوريين الموالين للنظام، معتبرة أن «العراضات والاستفزازات التي قام بها السوريون الموالون للنظام في لبنان تحت ذريعة المشاركة في التصويت، أوضح دليل على أنهم غير مهددين بأمنهم، وبالتالي فإن صفة النزوح لا تنطبق عليهم».

    • Je crois qu’on ne va pas s’arrêter à ce détail que serait la crédibilité : « on » les a forcés à aller voter.
      http://www.france24.com/fr/20140528-vote-syriens-liban-foule-immense-chaos-beyrouth-assad-syrie-elect

      Reste à savoir si cet enthousiasme électoral est sincère ou feint. Un article du « New York Times » affirme que des pressions ont été exercées par des officiels de l’ambassade de Syrie au Liban, enjoignant à des réfugiés d’aller aux urnes « s’ils espéraient pouvoir rentrer un jour chez eux ». L’ambassade a nié ces accusations, affirmant que ces témoignages rapportaient des propos tenus lors d’un programme d’inscription des électeurs.

      […]

      Le quotidien libanais francophone « L’Orient-Le Jour » a révélé, de son côté, des opérations « de ramassages organisés » d’ouvriers syriens, qui auraient été effectuées dans une région industrielle au nord de Beyrouth. Selon un industriel libanais, cité par le journal, des hommes, décrits comme étant libanais et membres du Hezbollah, le parti chiite allié du régime de Damas, sont venus rassembler une centaine d’employés syriens. Après avoir pris leurs papiers d’identités, ils les auraient fait monter dans des vans, direction l’ambassade de Syrie. « Selon l’industriel, les employés ne pouvaient pas vraiment refuser d’embarquer à bord des vans », indique « L’Orient-Le Jour ».

    • May Chidiac se lâche sur Facebook :
      https://www.facebook.com/pages/May-Chidiac/21499453392

      بنيسان 2005 أُخرجنا35 ألف جندي سوري غاصب من لبنان، من الباب، اليوم تثبت جحافل السوريين الذين تهافتوا الى السفارة السورية في اليرزة أنّ معظم هؤلاء الذين يبصمون تأييداً لبشّار الأسد ، أننا ولسذاجتنا الانسانية سمحنا لأدوات بشاّر بالعودة بالملايين من الشبّاك..... أصبحنا بحاجة الى 1559 جديد لتحرير لبنان من هؤلاء الذين لا يُمكن أن ينطبق عليهم تسمية لا نازحين ولا لاجئين... ما داموا يريدون أنْ يفدوا بشار الأسد بالروح والدم فليعودوا الى سوريا ويقوموا بالواجب ويريحوا لبنان من هذا الاكتظاظ الديمغرافي الذي يكبت على أنفاسه!

    • L’Orient-Le Jour dans le même délire raciste, opposant « les Libanais » aux méchants Syriens qui sont allés voter. Accessoirement, le simple fait d’aller voter est une « démonstration de force ».

      En page d’accueil, le titre : « Vote ou provocation ? L’insulte faite au citoyen libanais », qui mène à l’article : « Les Libanais bloqués des heures durant sur les routes à cause d’une démonstration de force pro-Assad »
      http://www.lorientlejour.com/article/869323/les-libanais-bloques-des-heures-durant-sur-les-routes-a-cause-dune-de

      Ce qu’il n’a pas dit, cependant, c’est que de nombreux Syriens ont été sommés de se rendre à l’ambassade pour voter, sous peine de représailles, et que le Hezbollah et le Parti syrien national social (PSNS) se sont activés pour organiser ce qui a fini par devenir, au grand dam de l’État et du citoyen libanais, une démonstration de force pro-Assad, lamentable et provocatrice. « On m’a fait comprendre que si je ne me rendais pas pour voter, je ne pourrais plus retourner dans mon pays », raconte ainsi ce jeune chrétien de Syrie, employé dans une boutique à Beyrouth. À l’ambassade de Syrie, raconte-t-il, on lui a fait signer un registre et c’est le fonctionnaire de service qui a glissé à sa place un bulletin dans l’urne. Inutile de préciser que dans ce bureau de vote, l’isoloir n’existe pas.

    • Aujourd’hui, Al-Akhbar a un article qui revient sur la déclaration du Secrétariat du 14 Mars :

      ... حين يلكُم النازح السوري ثوار الأرز | الأخبار
      http://www.al-akhbar.com/node/207394

      http://www.al-akhbar.com/sites/default/files/imagecache/465img/p08_20140529_pic2.jpg

      لم يكد السوريون يبدأون يومهم الانتخابي، حتى جنّ جنون فريق 14 آذار. مشهد الزحف باتجاه السفارة السورية أفقد «الأمانة العامة» صوابها. «فوارسها» الذين لطالما دافعوا عن اللاجئين ثاروا أمس، مطالبين بطردهم ونزع صفة اللاجئين عنهم

    • Le Guardian-avec-Associated-Press reprend la lubie du jour: Syrians in Lebanon battle crowds to vote for Bashar al-Assad
      http://www.theguardian.com/world/2014/may/28/syrians-lebaanon-vote-assad-embassies-refugees-boycott

      In the eastern Lebanese town of Marj, a tented settlement for refugees was half empty on Wednesday morning. Residents said some people were at work, others had gone to vote. Some said they felt compelled to vote out of fear that Syrian authorities were monitoring them.

      “We don’t want to vote, but if we don’t and they don’t let us go back to Syria, what do we do then?” said Kifah, a refugee from Syria’s rebellious eastern Ghouta region near Damascus. She declined to give her last name because of security concerns.

      […]

      A Syrian woman from Damascus, who identified herself as Um Mutazz al-Shaar, said: “My son was one of the people who started the protests against the regime. He was unarmed but they killed him.” She said all those who were going to vote were doing so out of fear.

    • Le Nahar a carrément le titre qui va bien : « pourquoi les syriens pro-régime ne retournent-ils pas en Syrie ? »
      لماذا لا يعود مؤيدو الأسد الى سوريا؟ - محمد نمر
      http://www.annahar.com/article/137063-لماذا-لا-يعود-مؤيدو-الأسد-الى-سوريا

      «يا عيب الشوم» أقل كلمة طالت الدولة اللبنانية اليوم، خصوصاً وزارة الداخلية والبلديات، جراء تقصيرها في تنظيم عملية الانتخابات السورية الرئاسية في سفارة دمشق في اليرزة. المشهد كان كارثياً وفوضوياً، إذ استهل اللبنانيون يومهم بصباح متوتر لعن فيه بعضهم اليوم الذي ولدوا فيه لبنانيين. زحمة سير، طرق مقفلة، طلاب لم يصلوا إلى امتحاناتهم، عمال غابوا عن أعمالهم لساعات، اشعة شمس حارقة، سيارات تعطلت من الزحمة وغيرها من المظاهر التي تستقيل الحكومة على اثرها لو كان البلد حضارياً.

    • Il y a tout de même une invraisemblable contradiction du 14 Mars à, d’un côté, s’étrangler de haine raciste en réclamant l’expulsion des syriens qui ont voté et à, dans le même temps, prétendre qu’ils ont été forcés à voter à l’insu de leur plein gré.

    • Ils ont une attitude raciste de principe et ils cherchent par tous les moyens à la mettre en avant. L’important c’est que les gens aient un sentiment viscérale envers les syriens.

    • Soaid Meets Geagea, Urges ’Measures’ against Syrians Not Eligible for Refugee Status
      http://www.naharnet.com/stories/en/132775-soaid-meets-geagea-urges-measures-against-syrians-not-eligible-for-

      March 14 General Secretariat Coordinator Fares Soaid on Thursday called for taking “necessary measures” towards Syrians “moving freely” between Lebanon and Syria, stressing that they are not part of the refugees who have fled “the killing machine called Bashar Assad.”

      “The scene of the Syrian presidential elections that were held in Lebanon raises a question mark regarding the definition of a Syrian refugee. Do all Syrians residing in Lebanon really need to be in Lebanon?” Soaid said after meeting Lebanese Forces leader Samir Geagea in Maarab.

      “The heroic Syrian people are fighting a killing machine called Bashar Assad,” the embattled Syrian president who is seeking a third presidential term.

      And as he noted that “Lebanon has utilized its assets and opened its heart and mind for all Syrian families,” Soaid added: “Are all Syrians in Lebanon afraid for their safety or are they crossing the Lebanese-Syrian border under the eyes of the Lebanese General Security?”

    • Syrian voters shake up Lebanese politics
      http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2014/05/lebanon-syrian-voters-strong-presence-fears.html

      The first question that came to mind on May 28: Has Syrian tutelage returned? Has it returned through this show of force that resembled a military parade? Everyone was surprised how “Syrian voters” invaded the streets of Beirut. This was not a spontaneous event triggered by the Syrian presidential elections, rather, it was an “organized surprise” that sent multiple messages, including that the forces supporting the Assad regime are still present in Lebanon and are highly prepared.

      Unlike in 1976, when Syrian tanks invaded Lebanon, the Syrians have returned through throngs of people — the exact opposite of what happened in the spring of 2005, when the masses of the Cedar Revolution swept Beirut demanding the withdrawal of Syria from Lebanon, a demand that was implemented in April of that year.

    • Lebanon to strip Syrians of refugee status if they visit home | Al Akhbar English
      http://english.al-akhbar.com/content/lebanon-strip-syrians-refugee-status-if-they-visit-home

      Syrian refugees in Lebanon will lose their status as such if they return home for a visit, the interior ministry said Saturday.

      At the same time, there are calls among political and media figures associated with the Western and Saudi-backed Marched 14 political alliance for deporting those who voted in an election in which Syrian President Bashar al-Assad is expected to win.

      More than a million Syrians have fled their war-torn country for Lebanon in the past three years, according to the United Nations.

      “Syrian displaced people who are registered with the UN High Commissioner for Refugees are requested to refrain from entering into Syria starting June 1, 2014, or be penalized by losing their status as refugees in Lebanon,” said the March 14-aligned ministry.

    • Et maintenant : le ministre libanais de l’Intérieur veut retirer le statut de réfugié aux Syriens qui se rendraient en Syrie pendant les élections (où donc ils risqueraient de voter).

      Security fears prompted review of Syrian refugees : Machnouk
      http://www.dailystar.com.lb/News/Lebanon-News/2014/Jun-02/258507-security-fears-prompted-review-of-syrian-refugees-machnouk.ashx

      Machnouk categorically denied rumors that the new governmental policy – announced Saturday – was related to controversy over the enormous turnout of Syrian refugees and expatriates who voted as part of their country’s presidential election at the Syrian Embassy in Yarze last week.

    • Syrian refugees in Lebanon held hostage by the Future Movement
      http://english.al-akhbar.com/content/syrian-refugees-lebanon-held-hostage-future-movement

      The interior and municipalities minister, Nouhad al-Machnouk, tried yesterday in vain to lessen the effect of the shock that befell his political team upon seeing droves of Syrian voters heading to their country’s embassy in Lebanon’s Yarze last week to take part in the presidential election. He said they were at most six percent of the total number of Syrians in Lebanon. He threw numbers around haphazardly and could not justify the reason that prompted him to issue a decision to revoke the refugee status of any Syrian citizen who visits their country.

      Machnouk wanted to proceed with the US-Saudi-European decision to block the Syrian elections. He tried to keep Syrians in Lebanon from participating in the election so he issued a decision that prevents them from holding “political gatherings.” But the scene in Yarze prompted him to raise the bar a notch. He gave the refugees two options, to either participate in the elections or maintain their status as refugees, claiming that it is impossible to do both. The purpose of Machnouk’s actions is to prevent Syrian refugees from being anything but supporters of the Syrian opposition .

      The interior minister tried in vain to distance his decision from politics. In an interview with al-Jadeed TV channel yesterday, he said that he proposed to the Syrian government, through a Lebanese security agency, transferring polling stations to a border area between the Masnaa crossing on the Lebanese side and Jdeidet Yabous crossing on the Syrian side but the Syrian side rejected the proposal. Did Machnouk believe that Damascus would participate in a political decision of this kind? The minister used security concerns and Lebanon’s inability to keep its border permanently open to Syrian refugees to justify his decision. What is certain is that this decision turns refugees into prisoners in Lebanon based on the claim that the refugee status does not apply to anyone who can enter Syria.


  • Comment dormons-nous ? - New York Times
    http://alireailleurs.tumblr.com/post/86585611184

    Tanya Marie Luhrmann, anthropologue à Stanford, livre une fascinante tribune au New York Times, rappelant que notre obsession à dormir huit heures d’affilé est en grande partie une construction sociale née avec l’électrification. Le #sommeil segmenté, entrecoupé de moments de veille voir d’activité, a certainement longtemps été la norme. Pour le psychothérapeute Doug Hollan, penser que le sommeil est une fonction biologique qui peut être gérée parce qu’elle interfère avec des choses que nous avons à gérer le jour ne se retrouve pas dans toutes les sociétés humaines, tant s’en faut. Est-ce que les différentes cultures du sommeil expliquent (en partie) les différents modèles d’expérience spirituel et surnaturel ?, questionne Tanya Lurhmann. En quoi notre sommeil est-il transformé par le monde social auquel nous (...)

    #psychologie #anthropologie


  • Doit-on forcer Google à oublier ? - New York Times
    http://alireailleurs.tumblr.com/post/86482790459

    La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a débouté Google, mardi 13 mai, dans une affaire de « droit à l’oubli » numérique, en estimant qu’un moteur de recherche sur Internet est responsable du traitement des données personnelles contenues dans les pages qu’il renvoie aux internautes suite à une recherche, rapporte Le Monde. Une décision qui place Google en juge des informations que les internautes lui demanderont de censurer, estime Guillaume Champeau pour Numerama, car le moteur ne devra pas censurer d’information d’intérêt public, estime la CUJE. Mais qui vérifiera l’opportunité des choix de Google ? Alors que l’Europe semble plutôt se féliciter de cette décision qui va dans le sens d’un droit à l’oubli, qui ne censure pas les pages originelles, mais impose aux moteurs de recherche de déférencer des (...)

    #neutralité #droit_à_l'oubli


  • Le CV à la mode Google - Quartz
    http://alireailleurs.tumblr.com/post/86389585285

    Pour Laszlo Bock (voir également "Limite et puissance du Big Data appliqué aux ressources humaines chez Google"), responsable des ressources humaines chez Google, un bon CV ce n’est pas dire ce qu’on a fait et où, explique-t-il à Thomas Freidman sur le New York Times. Si vous êtes journaliste ne dites que vous écrivez des édito pour un journal, dites plutôt que vous avez publié X éditoriaux qui ont fait X visites par rapport à une moyenne de X de mes collègues… “La plupart des gens ne mettent pas les bons contenus sur leurs CV”. Pour Pamela Slim (@pamslim) sur Quartz, auteur de plusieurs livres sur le #travail, pour que le CV ne devienne pas tout à fait mort, il faut qu’il soit meilleur qu’un profil sur un média social. Mettez en avant des résultats plutôt que ce que vous (...)

    #emploi