company:wikileaks

  • 59 organisations internationales en appellent aux Nations Unies pour remédier aux violations des droits humains de l’éditeur de WikiLeaks, Julian Assange.

    http://www.legrandsoir.info/59-organisations-internationales-en-appellent-aux-nations-unies-pour-r

    Deux organisations suédoises, ainsi que des organisations de juristes du monde entier, y compris l’American Association of Jurists (AAJ), le National Lawyer’s Guild (NLG), l’International Association of Democratic Lawyers (IADL) et l’Indian Association of Lawyers ont présenté deux rapports – l’un en anglais et l’autre en espagnol – chacun soulignant diverses violations des droits procéduraux de Julian Assange, dans la plus longue affaire courante suédoise d’un ordre de détention provisoire.

    Un troisième rapport, signé par 33 groupes de droits humains, d’organisations de médias et de la société civile et de syndicats, comprenant la Global Women’s March (Marcha Mundial das Mulheres, MMM), a demandé à la Commission des droits humains à Genève d’intervenir pour libérer le « prisonnier politique » Julian Assange.

    Les rapports ont été présentés à l’Examen Périodique Universel (EPU) des Nations Unies, le sommet du mécanisme d’examen des droits humains de l’ONU qui examine le niveau des droits humains de chaque pays tous les quatre ans. Les observations exposent de nombreux manquements systématiques dans les procédures préventives suédoises comme le placement routinier de personnes qui n’ont été accusées d’aucun crime en détention provisoire pour une durée indéterminée, à l’isolement ou sans explication.

    Selon le rapport anglais, signé par 16 organisations, « Les méthodes employées par la procureure dans l’affaire Assange constituent une violation claire de ses droits humains fondamentaux, mais échappent pourtant à tout contrôle judiciaire. »

    La deuxième proposition, signée par 10 organisations internationales des droits humains, de procès équitables et de juristes, affirme que « « les autorités suédoises » exigent que M. Assange soit physiquement présent en Suède pour y être interrogé... ce qui implique que M. Assange aurait à renoncer à ses droits inaliénables [de la protection permise par son asile par rapport aux Etats-Unis] mais signifie aussi, dans la pratique, que M. Assange aurait à risquer sa vie et son intégrité physique ».

    La troisième présentation, signée par 33 groupes de droits humains, d’organisations de médias et de la société civile, et de syndicats, du Brésil, d’Argentine, du Mexique et de l’Equateur, ont demandé à la Commission des droits humains des Nations Unies d’intervenir en Suède afin d’obtenir la libération immédiate de Julian Assange :

    « Toute la communauté internationale a été témoin de la manipulation opportuniste des accusations contre M. Assange, dans une tentative de détruire sa réputation et pour brider sa liberté et sa capacité d’agir politiquement. Il est évident que cette situation sans précédent n’est pas le résultat d’actes allégués commis en Suède, mais plutôt en raison d’une interférence politique claire par des intérêts puissants en réponse aux activités journalistiques et politiques de M. Assange. Cette situation a fait de M. Assange un prisonnier politique, qui est effectivement condamné à une détention à domicile sans qu’aucune charge n’ait été portée contre lui, et sans qu’il puisse exercer ses droits à un procès équitable ».

    http://www.legrandsoir.info/local/cache-vignettes/L225xH225/arton26024-b2437.jpg


  • La stragégie des compagnies pétrolières pour contrer les écologistes - Reporterre
    http://www.reporterre.net/spip.php?article5192

    Alors que durant plusieurs décennies, les entreprises pétrolières et gazières ont pu jouir d’une certaine liberté de mouvement, elles doivent depuis quelques années faire face à une contestation toujours plus importante. Les multinationales impliquées dans le très controversé oléoduc Keystone-XL s’estiment d’ailleurs à ce point menacées par les activistes qu’elles encouragent leurs départements de relations publiques et de conseil à s’armer contre la critique.

    Rendu public par WikiLeaks, le document Oil Sands Market Campaigns de la société Strategic Forecasting est une présentation destinée à avertir les grands groupes pétroliers qu’en cas de contre-offensive tardive, l’hostilité à l’égard des activités du secteur pourrait se cristalliser dans la plus remarquable campagne pour l’environnement à laquelle ces grands groupes furent jamais confrontés.

    A télécharger ici : http://www.reporterre.net/IMG/pdf/oil_sands_market_campaign.pdf
    [...]

    Strategic Forecasting classe les opposants des compagnies pétrolières en différentes catégories (radicaux, idéalistes, réalistes et opportunistes) avant d’expliquer comment appréhender chacune d’entre elles.

    Parmi les radicaux, on retrouvera des organisations militantes populaires telles que Rising Tide North America, Oil Change International et Indigenous Environmental Network.

    Greenpeace et Rainforest Action Network sont perçues comme deux entités hybrides, mi-radicales, mi-idéalistes.

    Sierra Club - le plus grand groupe environnemental américain -, Amnesty International et Communities for a Better Environment demeurent des « idéalistes » ; et les différentes structures plus conventionnelles telles que le World Wildlife Fund, Natural Resources Defense Council et Ceres (une association du secteur non-marchand qui rassemble des entreprises, des investisseurs et des groupes d’intérêt publics) se rangent dans la classe des réalistes.

    La tactique de défense des compagnies fossiles

    Selon Strategic Forecasting, bien que les activistes demandent l’arrêt des projets dangereux pour l’environnement, il apparaît que leur « exigence avérée » est l’application d’un code déontologique au secteur pétrolier. C’est pourquoi, la firme conseille aux compagnies concernées de poursuivre leurs activités tout en veillant à se fabriquer une image plus éthique destinée à atténuer la contestation .

    Elle préconise en outre de limiter les contacts avec les organisations de défense de l’environnement, de reporter sciemment les négociations, et d’ établir des programmes environnementaux propres visant à éclipser les exigences des activistes. Il s’agit ni plus ni moins de museler l’opposition le plus longtemps possible, en tout cas tant que son influence politique est limitée .

    Les révélations de WikiLeaks confirment l’ampleur toujours croissante des moyens mis en œuvre pour faire pression sur l’opinion publique afin de pouvoir poursuivre ses projets.

    Les travaux tels que le « fracking » et la pose d’oléoducs amènent les entreprises pétrolières toujours plus près des communautés locales - parfois jusqu’à littéralement envahir les jardins privés ! Les citoyens inquiets rejoignent alors les rangs des activistes et donnent davantage de poids aux campagnes de protestation.

    (c’est moi qui ai mis certains passages en gras)
    #pétrole #énergie #climat #extractivisme #communication #manipulation #greenwashing


  • Web Exclusive: Julian Assange on Fighting the International Crackdown on WikiLeaks | Democracy Now!
    http://www.democracynow.org/blog/2013/5/29/extended_interview_julian_assange_on_international_crackdown_on_wikile

    In this 40-minute web exclusive interview, Julian Assange of WikiLeaks discusses his more than 300 days in the Ecuadorean embassy, the U.S. Justice Department spying on journalists, the future of WikiLeaks and Visa’s financial blockade on WikiLeaks.

    Watch our recent interview with Assange about the guilty plea of hactivist Jeremy Hammond, the upcoming “show trial” for accused Army whistleblower Bradley Manning, and his little-known meeting with Google CEO Eric Schmidt.
    GUEST

    Julian Assange, founder and editor-in-chief of WikiLeaks. He was granted political asylum by Ecuador last year and sought refuge almost a year ago at the Ecuadorean embassy in London because the British government promises to arrest him if he steps foot on British soil. Assange is the co-author of the book Cypherpunks: Freedom and the Future of the Internet.


  • WikiLeaks publishes 1.7 million « Kissinger Cables »
    http://english.al-akhbar.com/content/wikileaks-publishes-17-million-kissinger-cables

    International whistle-blower website WikiLeaks announced on Monday the release of 1.7 million confidential, or formerly confidential, US diplomatic and intelligence records dated from 1973 to 1976.

    The documents, most of which are contained in the US National Archives but are difficult to obtain, include revelations over US support of South American and European dictators, and provide details on the 1973 October War, among other topics relating to the time period.

    The new collection, dubbed the “Kissinger Cables” after then-US Secretary of State Henry Kissinger, is the largest group of documents from the WikiLeaks Public Library of US Diplomacy database, which now contains about 2 million formerly classified documents.
    https://search.wikileaks.org/plusd

    “The collection covers US involvements in, and diplomatic or intelligence reporting on, every country on Earth. It is the single most significant body of geopolitical material ever published,” WikiLeaks chief Julian Assange said in a statement.

    WikiLeaks is partnering with Al-Akhbar and over a dozen other media organizations around the world to report on the documents.

    #kissinger_cables donc


  • WikiLeaks, Al-Akhbar collaborate on «embarrassing» Syria Files
    http://english.al-akhbar.com/content/wikileaks-al-akhbar-collaborate-embarrassing-syria-files

    Al-Akhbar will work with WikiLeaks over coming weeks to release a large number of emails detailing the inner workings of Syria’s political and business elite, the two organizations confirmed on Thursday.

    WikiLeaks announced in a statement on Thursday it will publish more than 2 million emails “from Syrian political figures, ministries and associated companies, dating from August 2006 to March 2012.”

    The Syria Files are set to reveal the intimate workings of the country’s ruling elite, as well as its opponents. Among the government departments included are the Ministries of Presidential Affairs, Foreign Affairs, Finance, Information, Transport and Culture.

    “The material is embarrassing to Syria, but it is also embarrassing to Syria’s opponents,” WikiLeaks founder Julian Assange said.

    #wikileaks #syria_files



  • Retaliation Fears Spur Anonymity In Internet Case - WSJ.com
    http://online.wsj.com/article/SB10001424052970203363504577185364230417098.html

    Anonymous is a loose affiliation of hackers and activists who are self-proclaimed protectors of Internet freedom. To the Justice Department, the group is something more sinister. More than a dozen alleged members have been charged with computer crimes; they have pleaded not guilty. Anonymous has no formal structure or membership, and in some ways is more of a banner under which hackers and others choose to operate than an actual organization.

    Though it has existed in one form or another since 2003, Anonymous raised its profile in 2010 after the website WikiLeaks released a large cache of secret U.S. documents. Anonymous-linked hackers attacked credit-card companies that froze WikiLeaks accounts, law-enforcement officials have alleged.

    The U.S. has been investigating WikiLeaks founder Julian Assange and has issued subpoenas seeking more information about how he obtained access to the U.S. secrets. No charges have been filed. Mr. Assange’s legal team has said the U.S. has no jurisdiction to prosecute him, because he is an Australian citizen who committed no crimes on U.S. soil.

    One U.S. prosecutor whose name was publicly linked to the WikiLeaks probe faced so many personal intrusions that colleagues grew concerned about possible bodily harm, according to multiple law-enforcement officials. The prosecutor’s home address was spread online, and the person’s email account was subscribed to a pornography site, officials said. The prosecutor was also bombarded with harassing phone calls, they said.




  • Frontline a organisé une conférence-débat contradictoire, sur les lanceurs d’alerte.

    Pour les lanceurs d’alerte :
    – Julian Assange, editor-in-chief of WikiLeaks
    – Clayton Swisher, head of Al-Jazeera’s Transparency Unit
    – Mehdi Hasan, senior political editor, New Statesman

    Contre :
    – Sir David Richmond, former director, defence and intelligence, British Foreign & Commonwealth Office
    – Bob Ayers, former director of the US Department of Defence Information Systems Security Programme
    – Douglas Murray, author and political commentator

    La vidéo dure une heure et demi, je crois que je vais me regarder ça par petits bouts.

    http://frontlineclub.com/events/2011/04/this-house-believes-whistleblowers-make-the-world-a-safer-place.html

    #wikileaks


  • Nicky Hager » Visiting #Wikileaks in December 2010
    http://www.nickyhager.info/visiting-wikileaks-in-december-2010

    Nicky Hager le journaliste néo-zélandais qui a découvert ... Echelon a visité les "bureaux" de WikiLeaks :

    the small inner core of WikiLeaks’ workers was mainly journalists and computer specialists: competent, strikingly free of egotism and personal conflict, and very focused on the work that needed to be done.
    (...)
    Some of the early news coverage of the cables made them sound mainly like titillating and embarrassing diplomatic gossip. But it is a treasure trove of information about superpower politics and the inner workings of governments around the world. Journalists, researchers, film-makers, academics, students and many others will be using this information source for years to come.