continent:amérique du nord

  • Alienware concurrence déjà les Steam Machines
    http://www.comptoir-hardware.com/actus/ordinateurs/25990-alienware-concurrence-deja-les-steam-machines.html

    http://www.comptoir-hardware.com/images/stories/_ordinateurs/alienware_alpha.jpg

    On savait déjà que la Steam Machine d’Alienware allait sortir sous le nom Alpha. Cette petite boite configurable avec un prix de départ de $550 sera disponible d’ici novembre (le 24) en Amérique du Nord et pour Noël mondialement... [Tout lire]

    #Systèmes_complets
    http://www.comptoir-hardware.com/images/stories/_ordinateurs/alienware_alpha.jpg


  • Lian Li annonce officiellement son gros PC-V2130
    http://www.comptoir-hardware.com/actus/boitiers-barebones/25878-lian-li-annonce-officiellement-son-gros-pc-v2130.html

    http://www.comptoir-hardware.com/images/stories/_bb-boitiers/lianli/lian-li-v2130_t.jpg

    Notre Vincent vous parlait en avril du remplaçant du monstrueux PC-2120 qui se nomme PC-V2130. Lian Li l’annonce maintenant officiellement avec prix et date de sortie (uniquement pour l’Amérique du Nord pour l’instant)... [Tout lire]

    #Boitiers_•_Barebones
    http://www.comptoir-hardware.com/images/stories/_bb-boitiers/lianli/lian-li-v2130_t.jpg


  • Le « coal rolling », pollution volontaire tournée contre les écolos, fait fureur aux Etats-Unis - Reporterre
    http://www.reporterre.net/spip.php?article6150

    Aux Etats-Unis, un nouveau genre de militants anti-écolos est né : au volant de leurs pick-up trucks trafiqués, ils crachent exprès d’épais nuages de fumée noire sur les cyclistes, les piétons, et surtout les conducteurs de voitures hybrides ou électriques. Objectif : éructer leur détestation d’Obama, de sa « politique verte » et des environnementalistes en général.
    http://www.reporterre.net/local/cache-vignettes/L452xH300/arton6150-2e68a.jpg
    Polluer, salir, dégueulasser l’environnement au nom de la liberté, oui, mais autant que ça se voit, n’est-ce pas ? A chacun son modus operandi : les politiciens conservateurs, c’est-à-dire républicains, clament leur négationnisme climatique et refusent de voter les lois limitant l’usage du charbon dans le mix énergétique des Etats-Unis, au prétexte de la défense de l’emploi et des profits des grandes compagnies.

    Sur le terrain, la partie la plus arriérée de leurs troupes d’extrême droite a trouvé ce moyen spectaculaire de revendication : pratiquer le « rolling coal », ou « coal rolling », autrement dit, le charbon roulant.

    Le 10 juillet, l’influent web magazine AutoBlog décrivait ainsi la nouvelle tendance (qu’il se garde de condamner ouvertement, mais dont on devine qu’elle le dégoûte un peu) :

    « Si vous n’êtes pas familier du phénomène, le ‘rolling coal’ est une manière de cracher à la gueule d’un autre véhicule. »

    Quand vous étiez ado, avez-vous jamais piloté avec délice une mob ou un scooter au pot d’échappement bricolé pour émettre le plus de bruit possible ? Pour réveiller une cité en pleine nuit ? Ou frimer auprès des filles et des copains ? C’était illégal, bien sûr, mais vous aviez l’impression d’être un vrai mec et d’emmerder le monde.

    En plus moderne, c’est la même chose avec une certaine race de red necks (bouseux) états-uniens : ils vivent plutôt dans des comtés ruraux ou dans des gros bourgs perdus. Leur culture, c’est sport à la télé, bière à gogo, armes en vente libre, et surtout culte des gros pick-up trucks, qu’ils bichonnent en leur ajoutant des roues surdimensionnées et des pots d’échappement verticaux, dans le style des camions sillonnant le continent nord-américain. Ces gros machos ont cette phrase basique tatouée sur le cerveau : « Fuck la gauche, fuck d’abord Obama ».

    Une réaction de conservateurs extrémistes aux mesures environnementales
    http://www.reporterre.net/local/cache-vignettes/L397xH401/coal_rolling_2_v_1-e95a2.jpg
    – "Vous avez gonflé votre Civic avec quinze livres d’énergie ? C’est adorable" -

    Le phénomène du coal rolling, pas nouveau dans le monde des amateurs de pick-up frimeurs, a pris son essor en juin, avec l’annonce le 2 juin par Obama de son plan contre le réchauffement climatique. Des mesures essentiellement administratives pour diminuer les émissions des centrales thermiques, favoriser les énergies renouvelables et les voitures non polluantes, le tout à partir de décrets, pour contourner l’obstruction systématique du Congrès.

    Ainsi que le souligne Newsweek, ce genre de réaction extrême « était sans doute inévitable », résultat du jusqu’au-boutisme anti-fédéral et anti-EPA (Environnemental Protection Agency) de certains Etats, tels l’Arizona et l’Idaho, où sévissent les négationnistes climatiques les plus virulents.

    « Cela débouche sur cette logique absurde du coal rolling, devenu récemment un véritable phénomène. Un sous-ensemble de conservateurs d’extrême droite a trouvé un moyen concret pour manifester son dégoût absolu de tout ce qui touche à la défense de l’environnement. »

    Des pages sont dédiées au coal rolling sur Facebook, Instagram et Tumblr, qui diffusent des milliers de photos et vidéos de pick-up lâchant leur suie noire sur des cibles - bicyclettes, voitures, marcheurs – ahuries et furieuses. Youtube offre aussi son lot de petits films soi-disant hilarants, consultés des centaines de milliers de fois, ce qui en dit long sur la popularité du truc.

    Certes, vu la tête des victimes, c’est parfois drôle, comme quand quelqu’un reçoit une tarte à la crème dans la figure. Mais, ainsi que le soulignent les contre-blogs et les articles parus dans la presse moins complaisante, c’est également très dangereux, quand la fumée aveugle totalement un conducteur de Prius sur l’autoroute, ou un groupe de randonneurs à vélo dans des lacets de montagne.

    La "culture" de la pollution

    Transformer son pick-up diesel en machine à fumée noire n’est pas sorcier, mais il faut être prêt à investir un peu d’argent pour modifier le moteur, le système d’échappement, et installer des commandes spéciales. Quelques centaines à quelques milliers de dollars, selon la quantité de pollution qu’on veut dégager à un moment précisément choisi.

    Le site de news Vocativ publie un excellent article sur la « culture » des amoureux de pick-up, pour qui cette manière de rouler virilement des mécaniques est un profond art de vivre.

    Il cite Robin, un jeune mécanicien de 25 ans de Caroline du Sud. Celui-ci pratique le coal rolling depuis qu’il a eu son premier pick-up, encore adolescent : « Ton pick-up n’est pas seulement là pour te transporter d’un point à un autre. Il représente ta personnalité. Le rolling coal, je ne sais pas l’expliquer, c’est juste marrant : conduire, balancer de la fumée, et se marrer. »

    Un acte politique
    http://www.reporterre.net/local/cache-vignettes/L397xH397/coal_rolling_3_v_1-66a6e.jpg
    D’autres ont un discours politique nettement plus élaboré, si l’on en juge par l’enquête de Slate, qui s’est attaqué aux origines et aux usages contemporains de la pratique.

    Le journaliste a rencontré un commerçant qui diffuse des kits à installer sur les pick-up diesel pour leur faire cracher la fumée. Il dit : « Je rencontre des tas de clients qui détestent Obama. Si le Président est pour l’environnement, s’il est pour ci ou pour ça, alors, eux, ils sont contre, par principe. Ils balancent cette merde de leur camion, c’est leur façon de faire un bras d’honneur. Vous voulez de l’air pur et une empreinte carbone minimale ? On vous encule ! »

    Quand on sait que la pratique du coal rolling coûte cher non seulement en équipement préalable, mais aussi en gasoil, on peut s’étonner de cette façon de protester à base de gaspillage dispendieux.

    Selon Slate, il faut y voir la même logique politique que celle qui conduit les gens à acheter des armes et des munitions après une fusillade de masse. « A chaque fois, on entend dire que la gauche va se servir du drame pour interdire l’achat d’armes, alors on se dépêche d’en stocker. »

    En l’occurrence, il s’agit de gaspiller de l’essence tant que la pression des environnementalistes n’a pas encore fait grimper son prix à des niveaux européens.

    Une atteinte à la loi

    Inquiète des proportions prises par le coal rolling, l’EPA a fait savoir le 8 juillet que cette pratique violait le Clean Air Act. « Contourner les contrôles de pollution d’un véhicule est contraire à la loi. La pollution des pots d’échappement, en principe retenue par des technologies qui réduisent les émissions, contient des suies et des composés chimiques responsables de morts prématurées, de l’asthme, et d’autres impacts dangereux pour la santé. »

    L’EPA a annoncé qu’elle allait accroître ses contrôles auprès des vendeurs d’équipements induisant le coal rolling. Pourquoi ne pas tout simplement en interdire la vente ? Parce qu’on fait ce qu’on veut avec sa voiture, tant qu’on ne roule pas sur une voie publique.

    L’association américaine des amateurs de pick-up est très embarassée par cette mode du coal rolling, et le fait savoir dans un article comminatoire sur son site : « Arrêtons tout de suite ce type de comportement. Cela alimente bêtement les stéréotypes sur les amoureux des pick-up trucks. Nous sommes les premiers à défendre le droit d’expression, mais quand quelques moutons noirs focalisent autant d’attention parce qu’ils utilisent mal leur turbo diesel, on préfère les éjecter de la communauté. » Oui, attention à la fin, quoi !

    Bon, là, je sais pas quoi mettre comme tag, je crois que #gorafi_encore_plagié est loin de suffire, je vous laisse taguer à ma place.

    • Tout à fait @odilon, je faisais référence au pamphlet de Gilles châtelet « vivre et penser comme des porcs »
      Mais oui c’est insultant pour les vrais porcs :-)

      Ça me rappelle le raisonnement de ma fille aînée récemment, réagissant en sortant d’un magasin d’habits qui vendait des manteaux en fourrure de ratons-laveurs.
      « Heureusement que les ratons laveurs n’ont pas un cerveau d’humain ! »
      Pourquoi ?
      « Parce que s’ils avaient un cerveau humain ils s’auto-extermineraient pour revendre leur fourrure.. »

    • Je ne sais pas, j’aime pas trop la forme, que je trouve assez salace. Reprendre le propos de gars qui disent « On vous encule » (en anglais c’est fuck , m’étonnerait que le gars soit allé jusqu’à fuck you in the ass, voir #sodomie), le sujet qui est d’aller montrer les pires merdes pour se sentir plus malin, le côté superficiel du reportage, tout est gênant.
      Reporterre plagie plutôt Slate (pardon, les « enquêtes de Slate ») sur ce coup-là, avec des fautes de français en sus (pour un site qui est d’habitude bien corrigé). Déception...

    • Oui moi aussi @aude_v, j’ai tiqué à ce reportage.
      Typiquement, l’usage du mot « fureur » dans le titre m’a déplu car je ne crois pas que cela fasse fureur du tout, il y a juste quelques gros beaufs qui s’y adonnent.

      Je trouve le sujet préoccupant, mais de là à le faire mousser en disant qu’il « fait fureur aux Etats-Unis », ça me grince, comme si la journaliste souhaitait importer une nouvelle super mode… J’aurais voulu en savoir plus sur ces gens qu’elle traite de ploucs, (Red-necks) car dans ce qui émerge, il y a l’idée de la vengeance, du report de la violence de l’énorme frustration d’une classe sociale délaissée d’où naissent les nouveaux fachos, un peu comme les séparatistes ukrainiens pro-russes qui tirent sur des avions qui passent au-dessus d’eux, surement pour rigoler.
      Et dernier point préoccupant que je vois dans cet article, c’est généralement l’incapacité des nouveaux écolos à considérer l’écologie comme dépendant absolument d’une pensée politique qui prend en considération globale la société et pas seulement les taux de CO2 ou de pesticides. Les communistes avaient au moins compris la nécessité éducative du prolétariat, et ces « ploucs » du « coal-rolling » sont aussi des prolos, avec toute une culture d’un autre monde. Je n’aime pas mépriser l’adversaire.

    • Ça se voit que c’est une journaliste pro, elle est allée chercher des points de vue variés. Mais elle se lâche bien sur la langue (le « truc », le ton pamphlétaire) et quel manque d’empathie (en Amérique ça a un nom : être judgemental) et d’intelligence politique pour cet article qui au final est militant. Je viens de ricaner pendant 1h30 en regardant un film de 2004 qui avait compris pas mal de choses sur ce conflit idéologique : Team America, par les créateurs de South Park, met en scène l’intelligentsia de Hollywood, sa promotion des voitures hybrides pour sauver la planète et leur recours à la violence... pour empêcher les faucons américains de recourir à la violence. En tapant sur tout ce qui bouge, le film permet de mettre à distance cette querelle et de se purger un peu des haines de classe. Le tout en portant aussi des valeurs, ce dont témoigne le support des dits acteurs tournés en dérision pendant tout le film.

      Je vois partout un militantisme identitaire, pas au sens facho mais au sens de complaisance envers des ethos super marqués socialement et qu’il s’agit de flatter ensemble, loin des autres, contre eux souvent. Et ça simplifie à outrance : les machos c’est les autres, surtout pas les mecs « féministes » donneurs de leçons aux féministes (http://blog.ecologie-politique.eu/post/Un-homme-feministe, lire les commentaires !), le mal c’est les lesbiennes qui veulent des enfants et qui sont d’immondes libérales-libertaires (#pma). Et on essaie peu de comprendre un peu les motivations des autres.

      Et si le backlash anti-écolo avait des causes qu’on ne pouvait pas écarter d’un revers de main, comme des politiques DD classistes (l’écologie urbaine qui flirte avec le marketing urbain et la gentrification : http://blog.ecologie-politique.eu/post/L-%C3%A9cologie-urbaine-contre-l-%C3%A9cologie-politique), l’appauvrissement des classes moyennes, la morgue des gouvernants qui nous disent tout et son contraire en matière d’environnement ? C’est un vrai désarroi que l’article effleure sans s’y intéresser trop.

      Il y a quelques mois j’ai rencontré une chimiste américaine porto-ricaine à qui j’ai fait le coup des deux Amériques, « le Midwest c’est des cons » et elle m’a fait honte de ma manière de dénigrer des ethos (que je ne connais que de on-dit) moins classe apparemment qu’à Portland ou on te crache dessus si tu n’es pas vegan, phobique du gluten et du lactose, mais qui sont aussi porteurs de valeurs et de sentiments. Forcément, chercher des raisons aux autres c’est moins flatteur que de les traiter de cons (pardon, on avait dit qu’on ferait des insultes politiquement correctes : de merdes). Mais c’est plus constructif, parce que ça permet de continuer à se parler.

      Et si vous saviez le mal que je pense des voitures hybrides, ces voitures de riches qui en France marchent au nucléaire à 75 % et donnent bonne conscience alors que c’est toujours des bagnoles qui polluent comme des branques avant leur premier kilomètre : eau virtuelle (c’est comme ça qu’on dit ?), énergie grise, métaux et ici, cerise sur le gâteau, #terres_rares (http://blog.ecologie-politique.eu/post/Lynas-terres-rares ). Les ploucs ont un peu raison de ne pas accepter de se faire faire la leçon...

    • Je ne retrouve pas le post sur seenthis, mais ce mépris affiché envers les #rednecks me fait penser à la critique de cette comique officiant à la radio qui s’en prenait aux ploucs de banlieue qui la draguaient, non tant pour le harcèlement mais parce qu’ils ne lui arrivaient pas à la cheville. Ce mépris de classe est non seulement lourd à vivre, mais il véhicule une guerre sociale muette qui permet que ça ne pète pas à la gueule des puissants.

      Et si le backlash anti-écolo avait des causes qu’on ne pouvait pas écarter d’un revers de main

      Oui, tout à fait. Une fois, j’ai rencontré une maraichère bio qui m’avait donné envie de filmer son histoire : Son frère et elle s’étaient partagés les terres de la ferme de leurs parents, l’un en industriel, l’autre en bio. Le frère lui menait une guerre infernale l’accusant de servir quelques privilégiés alors que lui avait pour ambition de nourrir tout le monde…

    • Plus ou moins d’accord sur cet historique de la composition individualiste de l’écologie (même si après son article de NDDL, je doute franchement de la pertinence de certains propos de Kempf). Mais à qui donne-t-on l’ autorisation à (re)penser le monde et agir dessus si ce n’est à ceux qui ont atteints un certain niveau de confort social ?
      En france, l’hypocrisie du système éducatif élitiste qui reconstruit à l’envie, jusqu’au travers des médias, cette domination de classe et ce non pouvoir perdure assez loin pour que toute une frange de la population n’est aucun droit de parole et d’action politique.
      C’est de cette non existence, ce vide, trou noir du paysage politique, accompagnée de la détestation de ceux qui sont supposés diriger, qu’il faut, je suppose, comprendre les attaques contre « les écolos ».
      Si l’écologie, tout comme le féminisme ne s’ancrent pas dans une classe sociale définie, ils ne peuvent non plus constituer en soi des programmes politiques alors que le fantasme du salariat et du capitalisme perdure. Et pour faire encore plus clair, je ne peux penser l’écologie sans révolution.

    • Oui... à Kuantan, pour protester contre l’usine de terres rares sans plan de gestion de ses déchets radioactifs, il n’y avait quasiment que la classe moyenne chinoise, désolée du niveau de conscience politique des pauvres et des Malais (l’école primaire là-bas, et souvent ça s’arrête là, ne booste pas l’esprit critique). Et le chauffeur de camion malais qui m’a demandé mon FB, je n’ai pas su lui dire non mais je n’ai pas accepté sa demande d’amitié après...

      Je crois qu’il faut juste ne pas se mentir, savoir quand on discrimine au fric ou à l’ethos socio-culturel, au lieu de mener la grande lutte révolutionnaire (ou vélorutionnaire). Si on n’est pas capable d’inclusivité, ce n’est pas un drame, on n’a pas à tout calquer sur le même modèle.

      Mais si on se fait croire que oui, on s’aveugle, on oublie les contraintes, les bonnes et moins bonnes raisons des autres, et on devient bêtement méprisant.


  • Saga d’Eirik le Rouge (ou la découverte de l’Amérique en l’an 1000 par un viking banni)

    http://www.images-booknode.com/book_cover/420/saga-d-eirik-le-rouge-saga-des-groenlandais-419746-250-400.jpg

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/50/Viking_Expansion.svg/793px-Viking_Expansion.svg.png

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/84/Map-Erik_le_Rouge-fr.svg

    #saga #vikings #histoire #livre #mer

    Skræling — Wikipédia
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Skr%C3%A6ling

    Skræling (pluriel skrælingar) est le nom que les sagas des Groenlandais et d’Erik le Rouge prêtent aux populations de la culture de Dorset du Groenland et du Vinland. Il est possible que ce nom ait été appliqué à d’autres peuples d’Amérique du Nord rencontrés par les colons scandinaves, notamment les ancêtres des Béothuks.

    Le mot viendrait du vieux norrois dont la signification change selon les dialectes de Scandinavie. Le mot skral signifie maigre, squelettique. En norvégien, il est souvent utilisé comme synonyme pour se sentir malade, faible.

    L’ethnonyme groenlandais Kalaaleq (« Groenlandais ») pourrait être une dérivation du mot skræling (la combinaison skr est inconnue dans les langues inuits. skræling pouvait aussi signifier « Homme laid »

    La carte de Skálholt (1570) indiquant « Skralinge Land ».
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/87/Sk%C3%A1lholt-Karte.png



  • Pétrole : hormis les non-conventionnels américains, la production mondiale a baissé en 2013 | Oil Man
    http://petrole.blog.lemonde.fr/2014/06/11/petrole-hormis-les-non-conventionnels-americains-la-production-

    En dehors des nouveaux pétroles extrêmes et « non-conventionnels » d’Amérique du Nord (pétrole de schiste aux Etats-Unis et sables bitumineux au Canada), le reste des extractions mondiales a enregistré un repli sensible en 2013, que ne suffisent à expliquer ni les sanctions contre l’Iran, ni la crise libyenne. Partout sauf en Arabie Saoudite, les vannes sont restées ouvertes à fond.

    #peak_oil


  • Les Russes se sont enrichis plus que les Occidentaux en 2013 | Presse russe | RIA Novosti
    http://fr.ria.ru/presse_russe/20140610/201493833.html
    http://fr.ria.ru/images/20149/38/201493802.jpg

    Le bien-être des ménages russes a augmenté de 21,9% en 2013 pour atteindre 1 920 milliards de dollars, selon l’étude Riding a Wave of Growth : Global Wealth 2014 rédigée par le Boston Consulting Group (BCG), écrit mardi le quotidien RBC Daily.

    Les Russes se sont enrichis plus rapidement que les habitants d’Europe de l’est et d’Amérique du Nord. Cependant, la situation pourrait changer dès cette année.

    Le BCG a calculé le montant total de l’épargne des citoyens, des comptes et de divers titres de valeur en leur possession. Jusque-là, la croissance de la richesse des ménages russes était bien plus modeste : en moyenne 17,4% entre 2008 et 2012.

    Comme avant, les Russes préfèrent détenir leur épargne en liquide et sur un compte bancaire (1 200 milliards de dollars, soit 60%). Le deuxième moyen le plus populaire reste les actions (600 milliards de dollars, soit 33%), et seule une infime minorité opte pour les obligations (100 milliards de dollars, soit 7%). En cinq ans, la part des fonds investis dans divers titres de valeurs a augmenté de 37% à 43%.

    La Russie reste dans le top-15 des pays par le nombre de ménages millionnaires : 213 000 en 2013 (13ème place). Cet indice était de 0,4% en 2013 par rapport au total des ménages (contre 0,3% en 2012). Le nombre de ménages très aisés avec une fortune dépassant 100 millions de dollars s’est élevé à 536 – dans ce classement la Russie est 5ème au monde. Un an plus tôt ils étaient seulement 328.....

    #Russie
    #Occidentaux
    #enrichissement
    #épargne
    #obligations
    #croissance

    #BCG


  • Réponse à Clotilde, étudiante en journalisme

    Chère Clotilde L,
    Vous me demandez (notamment) si les actions de Boko Haram, s’ajoutant à d’autres méfaits attribués à “l’islamisme” (Al-Qaida, AQMI, le départ de Français pour mener le djihad en Syrie...) ne seraient pas dues au fait que "l’islam ne dispose pas d’une autorité unique ? ».
    La tendance, solidement ancrée, qui consiste à faire porter à la religion des “terroristes”, dès lors qu’ils l’évoquent pour se justifier, la responsabilité de leurs actes est, à mon sens, une parfaite fausse piste. Elle nous éloigne de la matrice, le plus souvent trivialement politique, des comportements incriminés. Prenons le temps de considérer sérieusement la piste que vous nous suggérez : “Ne serait-ce pas parce que l’Islam n’a pas de direction unique” qu’il produit toute cette violence ? Sans doute serez-vous d’accord avec moi pour considérer que si l’existence d’une direction unifiée (par exemple le pape et/ou l’évêque de Canterbury) était garante de modération, cela devrait se vérifier dans l’histoire de notre très chrétienne civilisation occidentale. Sans même remonter aux croisades, faisons donc sommairement le compte des victimes innocentes des entreprises humaines auxquelles la religion chrétienne a été directement ou indirectement liée : le peuplement de l’Amérique du sud par les conquistadores très chrétiens par exemple, mais aussi nombre d’entreprises conduites par des “chrétiens” que leurs leaders religieux, si tant est qu’ils aient cherché à le faire, ne sont pas parvenus à freiner : le peuplement de l’Amérique du nord, les grands massacres liés à l’expansion coloniale et impériale du 19ème siècle et du 20ème siècle sur les 4 continents, l’apartheid sud africain ou le sort des aborigènes australiens, ces « cousins » des indiens exterminés en Améririque. Enfin, même si (en mettant les massacres du stalinisme sur le compte du seul matérialisme marxiste) nous ne retenons, au chapitre des grandes tueries commises sur des terres européennes “christianisées”, que le nazisme, il faut, calculette en main, se rendre à une évidence incontournable : en matière de violence, les “performances” de l’Islam au regard de celles de cette religion chrétienne dont, malgré ses divisions, le commandement a été en grande partie unifié, sans être nulles (par exemple en matière de traite des noirs ou de traitement des Arméniens, fut-ce par des Turcs très laïques) paraissent ridiculement modestes, pour ne pas dire littéralement insignifiantes. C’est donc qu’il faut chercher ailleurs que dans l’absence d’un clergé musulman hiérarchisé l’origine des plaies humaines telles que Boko Haram. Ce n’est pas ce bon chrétien norvégien Anders Breivik qui nous contredira : les entraves, si brutales et inacceptables soient-elles, à la vie de lycéennes, doivent lui paraître bien lénifiantes… lui qui pour sa part, a préféré mettre purement et simplement un terme à celle de ses victimes. Il faut donc chercher ailleurs .
    Boko Haram et Islam. Réponse à Clotilde, étudiante en journalisme (suite)

    Chère Clotilde,

    Pour aller au-delà de la condamnation verbale de comportements aussi parfaitement inacceptables que ceux des leaders de Boko Haram, Il faut se donner les moyens non seulement d’arrêter les agissements de ces "terroristes" mais également de démanteler durablement la machine qui les produit. Or, pour ce faire, je vous l’ai dit, ma conviction est que la lecture critique, même très attentive, du Coran, ne nous serait que de très peu d’utilité. Mon expérience m’a conduit à regarder plutôt du côté du politique - c’est-à-dire des conditions dans lesquelles vivent les auteurs de la violence - pour comprendre les mécanismes de sa “fabrication” et pouvoir dès lors les entraver. ll faut ainsi aller voir comment et pourquoi la société nigériane, musulmane et chrétienne, a laissé se développer en son sein de telles excroissances pathologiques, et connaitre, si l’on veut pouvoir les combattre efficacement, le processus qui a mené cette “Association des gens de la Sunna pour la prédication et le Jihad” (l’appellation initiale de Boko Haram) à adopter ces comportements de rupture dont l’objectif est à l’évidence de provoquer le monde entier. Cela ne doit aboutir en rien à “excuser” ces comportements, ni même à les banaliser. Et cela n’est pas antinomique avec la possibilité de recourir ponctuellement à la force pour y mettre un terme, tout particulièrement lorsque sont visées des personnes aucunement impliquées dans le processus de fabrication de la violence. Pour avoir quelques chances d’être efficace, notre réponse doit ainsi passer obligatoirement par la case “compréhension”. Comment un groupe a-t-il pu mobiliser impunément plusieurs milliers de combattants, bénéficier du soutien au moins passif d’une bonne partie de la population et , depuis plusieurs années, tenir tête à un Etat ? Ne connaissant absolument rien du Nigéria, je ne puis malheureusement pas me hasarder à vous répondre sur ce terrain. Je fais toutefois le pari que le sous-développement chronique doit faire partie du paysage nigerian. Il est fort possible que la région Nord où s’est développé Boko Haram en soit particulièrement victime. Il n’est pas impensable que la corruption du pouvoir central ait sans doute discrédité de longue date tout processus institutionnel de règlement des différends politiques. Il n’est pas impossible non plus que, lorsqu’elle a été au pouvoir, le comportement d’une minorité chrétienne ait contribué à confessionnaliser l’affrontement, ni que cette minorité ait été soutenue de façon inconsidérée par les Occidentaux, peut-être même pour protéger des intérêts basement matériels, que-sais-je... Je suis presque sûr enfin que dans l’histoire récente du nord du Nigeria on devrait trouver la trace de poussées répressives d’une violence extrême, incluant de véritables campagnes d’assassinats (je dis bien d’assassinats, pas de simples menaces sur la vie) de plusieurs centaines de personnes. Il n’est pas impensable que de telles campagnes, si elles ont eu lieu, n’aient généré aucune réaction de la “communauté internationale” en général, de ses élites médiatiques et politiques en particulier. Mais je vous laisse le soin de vérifier si ces pistes sont les bonnes. Les premières occurrences académiques disponibles sur internet semblent toutefois conforter mes intuitions. Dans l’une d’entre elles, Marc Antoine de Monclos écrit notamment….“À l’analyse, il s’avère (...) que le mouvement Boko Haram est un révélateur du politique : non parce qu’il est porteur d’un projet de société islamique, mais parce qu’il catalyse les angoisses d’une nation inachevée et dévoile les intrigues d’un pouvoir mal légitimé. (...) Loin des clichés sur un prétendu choc des civilisations entre le Nord et le Sud, la singularité de la secte au Nigeria s’apprécie d’abord au regard de son recours à des attentats-suicides. Or la dérive terroriste de Boko Haram doit beaucoup à la brutalité de la répression des forces de l’ordre, et pas seulement à des contacts plus ou moins avérés et réguliers avec une mouvance jihadiste internationale”.
    Boko Haram
    Réponse à Clotilde (suite et... fin :-))

    LE PARTAGE OU LA TERREUR

    Faut-il régler le problème par les armes me demandez vous enfin, chère Clotilde, et passer du “devoir d’indignation à un devoir d’action avec des interventions militaires concrètes contre les groupes terroristes islamiques” ?
    S’il faut bien sûr envisager de libérer les lycéennes nigérianes par tous les moyens, la gestion de Boko Haram réclame à mes yeux plus encore qu’une nouvelle campagne militaire. D’autres que vous (ou moi) ont songé en effet à combattre par les armes l’écume radicale des groupes islamiques. C’est notamment l’objectif de l’interminable guerre menée en Afghanistan, contre Al Qaïda, par les Etats-Unis et leurs alliés. C’est aussi le “sens” donné à l’exécution par des drones américains, sur le seul territoire du Yémen, depuis 2002, de plus de... 800 personnes (je dis bien huit cent). Avec une efficacité qui n’a pour l’heure convaincu absolument personne. Le “tout sécuritaire” reste notre réaction la plus spontanée. Mais pas plus que celle du taureau face au chiffon rouge, il n’est certain qu’elle soit la plus efficace. Alors dans quelle direction faut il chercher ?
    Il y a une dizaine d’année, au lendemain des attentats de Londres, j’avais essayé d’identifier la moins mauvaise de ces directions dans lesquelles nous pourrions tenter de nous mobiliser. L’article était paru le 13 juillet 2005 dans Libération sous le titre “Le partage ou la terreur”. Il n’a, me semble t-il, pas complètement perdu son actualité : "Malgré l’ampleur des moyens affectés à leur mise au point, les armes de lutte contre le terrorisme viennent une nouvelle fois de démontrer les limites de leur efficacité. Des dizaines de citoyens innocents ont à nouveau payé le prix de cette carence manifeste de notre défense. Ils vivaient hier à Londres. C’est demain à Copenhague, à Rome ou ailleurs que d’autres encore pourraient mourir. Peu d’explications de nos experts en contre terrorisme sont à ce jour réellement convaincantes. Faut-il « fermer les universités islamiques du Golfe », comme le suggère celui-ci ? Intensifier le programme de réforme de la culture de l’autre et le rythme de son apprentissage de la « liberté », des « droits de l’homme » et de la « démocratie », comme celui-là en semble convaincu ? Faut-il dresser de nouveaux murs ? Faut-il renforcer, encore et toujours, suspicion et répression et, sans craindre d’améliorer les performances de la vieille « machine » répressive « à fabriquer des poseurs de bombes », construire de nouveaux Guantanamo ?
    Il se pourrait pourtant qu’une arme autrement plus efficace ait d’ores et déjà été identifiée. Et que seul un refus aveugle de la mettre en oeuvre soit à l’origine de l’échec retentissant et répété de notre offensive contre le fléau terroriste du XXIe siècle. C’est son coût, semble-t-il, qui préviendrait ceux qui en ont les moyens de la mettre en oeuvre et de protéger leurs concitoyens.
    Cette arme est, il est vrai, particulièrement coûteuse ; et les nantis, grands et petits, « occidentaux » ou « musulmans » de l’ordre mondial du XXIe siècle naissant semblent peu enclins à vouloir en payer le prix. On les comprend : l’arme s’appelle en effet... « partage ». Et elle vise... tout ce que, précisément, ils n’entendent pas partager. Les ressources économiques et financières bien sûr, à l’échelle de la planète ou à celle de chacune de ses nations. Le pouvoir politique ensuite, accaparé par tous les leaders au long cours qui d’« élections » en « réélections » en privent toute une génération. La Palestine aussi, dont le partage, promis depuis si longtemps, est devenu aujourd’hui une parfaite fiction. Il faudrait également partager... l’émotion, devant toutes les victimes de toutes les violences, et dénoncer pour ce faire le monopole que s’arrogent en ce domaine les humanistes à géométrie variable. Partager, également, et peut-être plus encore, le droit de faire connaître et valoir sa vérité, son histoire, petite et grande, et sa vision du monde aux heures de grande écoute, sur les écrans ou dans les haut-parleurs d’une presse de moins en moins plurielle.
    Partager, en effet, ne veut pas toujours dire donner. Il peut s’agir aussi de savoir prendre. C’est le cas pour... l’avis des autres. Or, si nous « fabriquons » notre information au lieu de la collecter, si les voix du monde ne nous parviennent plus que par des canaux dont nous avons pris le contrôle, si nous en arrivons à ne plus entendre que le son de notre propre voix, nous nous privons du bénéfice d’une denrée vitale : le point de vue des autres, celui-là même qui nous permet de nous connaître dans notre relativité et, éventuellement, dans nos faiblesses et nos erreurs. Un tel enfermement ressemble vite à une forme d’autisme. C’est peut-être bien ce mal-là qui guette une partie de l’establishment médiatique et politique de notre planète. Et qui l’empêche de partager, en quelque sorte, le poids des responsabilités de « la terreur ».
    Le partage ou la terreur. Le choix, pour l’heure, est encore le nôtre".

    #François BURGAT #BokoHaram #Islamisme #Politique #Journalisme


  • USA : L’Armée américaine a construit une « fausse ville » de 300 acres = une petite ville d’Amérique du Nord, où se trouvent une église, des commerces, une banque, une école, un métro.....
    http://www.brujitafr.fr/article-usa-l-armee-americaine-a-construit-une-fausse-ville-de-300-acres-u

    http://i.telegraph.co.uk/multimedia/archive/02820/MODEL-TOWN_2820900b.jpg

    La Chine se prépare à un événement planétaire imminent ! Pourquoi la Chine a fait construire des villes fantômes ? * Cette reconstitution d’une ville nord-américaine a été construite en Virginie et elle a été financée par les citoyens américains au coût de 96 millions de dollars. Pourquoi avoir construit une ville avec les institutions et infrastructures que l’on retrouve dans les villes occidentales pour exercer les militaires ? Certainement pas pour leur apprendre à désamorcer des bombes dans un camp où se cachent des Talibans ! Il est fort probable que cet espace sert à simuler des combats en milieu urbain pour préparer les soldats et les autorités (...)


  • Le plus ancien piège à caribou trouvé au fond d’un lac | Dans les pas des archéologues
    http://archeo.blog.lemonde.fr/2014/05/01/le-plus-ancien-piege-a-caribou-trouve-au-fond-dun-lac

    C’était une sorte d’autoroute. Il y a neuf mille ans en Amérique du nord, des milliers de caribous déferlaient chaque printemps par un étroit corridor de terre lors de leurs migrations saisonnières. Quittant les terres du sud où ils avaient passé l’hiver, ils n’avaient d’autre choix pour rejoindre celles du nord, que de passer par là, entre deux lacs. Un endroit idéal pour une embuscade. Nul doute que certains chasseurs préhistoriques, établis en Amérique quelques milliers d’années auparavant, se postaient là pour abattre un maximum d’animaux. Fouiller à cet endroit pourrait donc révéler aux archéologues des informations précieuses sur la manière dont vivaient les premiers Américains.

    Le problème, c’est que cette autoroute est aujourd’hui submergée.
    (…)
    Car quand le caribou est effrayé, il a tendance − comme la gazelle et bon nombre d’animaux qui vont en troupeaux − à se regrouper et suivre les lignes et délimitations naturelles du terrain : bordure de savane, ligne de crête, etc. Avec des petits murets, ou même de simples lignes de pierre, des pieux, des drapeaux, etc., il est donc a priori relativement facile de diriger un troupeau dans un cul-de-sac, afin d’abattre les animaux plus facilement. Ce sont des méthodes traditionnelles de chasse au caribou, longtemps utilisées par des populations indiennes du Canada, des Inuits, etc.

    Mais ici, s’agissait-il bien d’un piège ? Pour le vérifier, les scientifiques ont envoyé un petit sous-marin téléguidé : d’après ses vidéos, le dessin sur le sonar était effectivement causé par des grosses pierres alignées (voir des images ici). Impossible qu’elles soient arrivées là naturellement.

    Parmi les images en lien :
    http://i.livescience.com/images/i/000/065/453/i02/ancient-hunting-site-acoustic-image.jpeg
    An acoustic image of the ancient caribou hunting site produced via a mosaic of scanning sonar images. (Light colored objects are stones that produce a strong acoustic signature while dark areas are acoustic shadows.) Credit: John O’Shea/University of Michigan


  • Du Canada au Mexique, l’hiver fait un retour fracassant en Amérique du nord
    http://www.brujitafr.fr/article-du-canada-au-mexique-l-hiver-fait-un-retour-fracassant-en-amerique

    http://3.bp.blogspot.com/-Vtr8ZicN-JU/U1AkF4S3Y6I/AAAAAAAAXCI/DO5t7wL_hGs/s1600/METEO-.jpg

    Le continent nord-américain vient de connaitre une violente dégradation de printemps, avec le conflit de masse d’air entre l’air froid provenant du Canada et l’air doux remontant du Golfe du Mexique. Outre les violents orages habituels et quelques tornades relevées aux États-Unis, d’autres phénomènes intenses ont eu lieu, de fortes chutes de neige au Québec, ainsi que des inondations et des orages violents au Mexique. Depuis ce week-end, une forte perturbation allant du canada au Mexique en passant par les #USA a traversé ces pays d’ouest en est, provoquant sur son passage de nombreuses intempéries. Elle s’évacue actuellement par l’océan atlantique, même si les provinces maritimes du Canada sont encore concernées par ces intempéries. Orages, grêle et tornades entres (...)


  • Coléo anti-allergique ! | Humanite-Biodiversite.fr
    http://www.humanite-biodiversite.fr/doc/coleo-anti-allergique?fb_action_ids=609457835806754&fb_action_

    Raffa

    Coléo anti-allergique ! | Humanite-Biodiversite.fr - http://www.humanite-biodiversite.fr/doc...

    17 minutes ago

    from Bookmarklet

    Comment

    Like

    « Originaire d’Amérique du Nord, Ophraella communa a été découvert l’été dernier en Suisse, près de la frontière italienne. Ce coléoptère, accidentellement introduit via l’aéroport de Milan, est friand de l’Ambroisie à feuilles d’armoise. L’insecte exotique pourrait éliminer cette plante invasive, qui représente, par son pollen hautement allergène, une menace pour la santé publique. » - Raffa

    http://www.humanite-biodiversite.fr/system/attachments/4815/in_list/Ophraella_communa.jpg?1397630428


  • Intolérance au gluten : Monsanto serait responsable | Bio à la une
    http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/11068/intolerance-au-gluten-monsanto-serait-responsable

    “La maladie coeliaque et, plus généralement, les cas d’intolérance au gluten, sont un problème grandissant à travers le monde, et tout particulièrement en Amérique du Nord et en Europe, où l’on estime que 5% de la population sont concernés.” rappellent Anthony Samsel et Stephanie Seneff. Et bien qu’il s’agisse d’une maladie multifactorielle, le glyphosate pourrait en être la cause principale.


  • Découverte d’un #dinosaure ressemblant à « un #poulet_de_l'enfer »
    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/03/20/decouvert-d-un-nouveau-dinosaure-ressemblant-a-un-poulet-de-l-enfer_4386034_

    http://s1.lemde.fr/image/2014/03/20/534x0/4386035_5_3a48_la-reconstitution-d-une-nouvelle-espece_86dda3425dc400f355feef6c9bbc7a27.jpg

    Des paléontologues américains sont parvenus à reconstituer une espèce de dinosaure à plumes aux allures de poulet géant qui vivait en Amérique du Nord il y a 66 millions d’années (…)

    Il a été baptisé « Anzu Wyliei » : « Wyliei », d’après le nom du petit-fils d’un administrateur du Musée d’histoire naturelle Carnegie de Pittsburgh (Pennsylvanie), où se trouvent les trois squelettes fossilisés, et « Anzu » pour sa ressemblance à une divinité sumérienne démoniaque à l’apparence d’un aigle léontocéphale (à tête de lion). 

    « Anzu était une sorte de raptor géant avec une tête de poulet, probablement doté de plumes. Il devait être terrifiant », explique Emma Schachner, de l’université d’Utah, qui a participé aux recherches. De manière officieuse, les scientifiques ont surnommé d’ailleurs Anzu Wyliei « le Poulet de l’enfer », rapporte le Washington Post.

    @mad_meg


  • Enquête sous le regard public | Vacarme n°25
    Entretien avec Jean-Paul Brodeur, professeur de criminologie
    http://www.vacarme.org/article1588.html

    S’il est un domaine qui semble tout entier fait de #secret et de stratagèmes, c’est bien celui de l’#enquête policière. Mais quel usage est-il fait du secret, et quelle en est la nature, lorsque l’enquête est menée sous le contrôle de l’opinion, et veut faire la lumière sur des opérations de #police ? Cette tension définit, en quelque sorte, la commission d’enquête, institution majeure, en Amérique du Nord, de l’exigence de publicité et de transparence, mais aussi du rapport à la puissance publique. J.-P. Brodeur, qui fut membre de commissions d’enquête sur les activités clandestines d’organes policiers canadiens, déploie ici les modalités pratiques de l’enquête publique sur ce que la loi appelle, au Canada, les « secrets officiels ». Il montre combien la #transparence, qui est la fin de ces commissions, en devient aussi le moyen essentiel. Une réfexion sur la dialectique de la transparence et de la vulnérabilité du pouvoir.

    Cf. http://www.vacarme.org/mot664.html


  • #USA : Début d’une ère glaciaire sur le nord de l’Amérique
    http://www.brujitafr.fr/article-usa-debut-d-une-ere-glaciaire-sur-le-nord-de-l-amerique-122669617.

    http://1.bp.blogspot.com/-FrMAgiv9iQ4/Uwcv6PRvrxI/AAAAAAAAWJI/mP6ovQGNMK4/s1600/day-after.jpg

    Les records de froid tombent les uns après les autres tandis qu’une calotte de glace s’installe du Canada jusqu’au nord des USA. Dans l’indifférence générale, le scénario du pire se vérifie. Les grands froids se sont installés durablement en Amérique du Nord depuis début décembre. Depuis, malgré quelques brefs redoux, les températures sont restées glaciales avec de fréquentes tempêtes de neige. Plus de la moitié des états américains sont enneigés, tandis que les Grands Lacs sont pris par les glaces à 88%. Un record de 40 ans. Cet hiver 2013 - 2014 est d’ores et déjà considéré comme étant le plus rigoureux depuis 1979, et serait le 4ème hiver le plus froid depuis le début des relevés météorologiques. La durée du gel, les superficies enneigées (...)


  • Santa’s Revenge: The Impacts of Arctic Warming on the Mid-Latitudes
    https://aaas.confex.com/aaas/2014/webprogram/Session6975.html

    #Climat : le #jet-stream perd le nord !
    http://www.lepoint.fr/environnement/climat-le-rechauffement-arctique-affecterait-l-amerique-du-nord-et-l-europe-

    Le réchauffement de l’Arctique pourrait affecter durablement le « jet-stream » polaire, qui est déterminant pour le climat en Amérique du Nord et en Europe, selon des travaux américains. Cette étude indique que les vents du « jet-stream », qui soufflent d’ouest en est à haute altitude, « s’affaiblissent et ce courant tend de ce fait à s’élargir et à dévier plus facilement de sa trajectoire », a expliqué Jennifer Francis, professeur de climatologie à l’université Rutgers dans le New Jersey.

    Elle est le principal auteur de cette recherche présentée samedi à la conférence annuelle de l’Association américaine pour l’avancement de la science (AAAS) réunie ce week-end à Chicago. « Quand le jet-stream s’affaiblit - ce qui a été le cas ces deux dernières décennies -, les phénomènes météorologiques ont tendance à durer plus longtemps », a-t-elle dit lors d’une conférence de presse.

    « Cela semble suggérer que les caractéristiques du temps changent », a ajouté la scientifique, selon qui « cela se produira plus fréquemment ». Ainsi, les États-Unis connaissent un hiver particulièrement froid et enneigé dans le Middle West jusque dans le sud, où cela est inhabituel. En revanche, les régions nordiques comme l’Alaska connaissent un hiver anormalement clément cette année.

    Apparition de phénomènes climatiques extrêmes

    Ce phénomène pourrait résulter du réchauffement ces dernières décennies dans l’Arctique, où les températures ont grimpé de deux à trois fois plus vite que dans le reste du globe, a relevé James Overland, un scientifique de l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) qui a participé à cette présentation.

    Le changement du « jet-stream » s’explique en partie par la différence de températures entre l’Arctique et les latitudes moyennes, a-t-il indiqué. Si cette différence est importante, la vitesse de ce courant s’accélère, un peu comme une rivière descendant une colline. En revanche, si l’écart des températures entre les latitudes moyennes et l’Arctique, qui s’est réchauffé, est faible, le « jet-stream » s’affaiblit, ont expliqué ces scientifiques.

    Avec les phénomènes climatiques extrêmes observés ces dernières années aux États-Unis - chaleur record, sécheresse...- et ailleurs dans le monde, comme la canicule record actuelle en Australie, la question se pose de savoir si ces événements résultent d’une simple variation naturelle du climat ou du réchauffement de la planète lié aux activités humaines.

    Pour Jennifer Francis, une telle conclusion est prématurée, car leurs « données portant sur ce phénomène et ses effets portent sur une période très courte, ce qui rend difficile d’avoir une interprétation claire ». « Mais quand nous disposerons de plus de mesures, je pense que nous commencerons à discerner l’influence du changement climatique », a-t-elle ajouté.

    Impact sur l’agriculture

    Mark Serreze, le directeur du Centre national américain d’étude de la neige et de la glace (National Snow and ice Data Center), a dit devant la conférence de l’AAAS que les changements dans l’Arctique et l’impact sur le climat dans les moyennes latitudes étaient « un nouveau champ de recherche controversé avec des arguments pour et contre ».

    « Fondamentalement, le fort réchauffement qui pourrait être responsable de ce phénomène est lié à la fonte de glace sur l’océan Arctique que nous constatons depuis ces dernières années », a-t-il relevé. « La calotte glaciaire agit comme un couvercle séparant l’océan de l’atmosphère et, si vous enlevez ce couvercle, la chaleur contenue dans l’eau se retrouve dans l’atmosphère », expliquant ces dérèglements atmosphériques, a ajouté le scientifique.

    L’impact sur l’agriculture est l’une des principales conséquences de ce phénomène aux latitudes moyennes aux États-Unis. « Nous allons voir des changements dans les précipitations et dans les températures qui pourraient bien être liés à ce qui se passe loin dans le nord », a prédit Mark Serreze, pour qui « les bouleversements dans l’Arctique affectent tout le climat de la planète ».

    Les États-Unis ne sont pas les seuls concernés, a souligné Jerry Hatfield , directeur du National Laboratory for Agriculture and Environment dans l’Iowa. « Dans le monde, nous produisons la plus grande partie des récoltes à ces latitudes moyennes et les températures ont un grand impact sur les cultures comme sur le bétail et la production de viande », a-t-il relevé.

    • Phénomènes climatiques extrêmes : l’œuvre du réchauffement ?
      http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/02/15/phenomenes-climatiques-extremes-l-uvre-du-rechauffement_4367241_3244.html

      Des travaux plus exploratoires cherchent à déterminer si la circulation atmosphérique elle-même est en cours de changement. Pour Stefan Rahmstorf, professeur à l’Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique, une part des étrangetés météorologiques de ces dernières années ont une cause commune : une tendance du « jet stream » à onduler plus que d’usage.

      LE TRAJET TORTUEUX DU JET STREAM

      Ce courant atmosphérique d’altitude tourne d’ouest en est autour de la Terre en ondulant, et « ce sont précisément ces méandres qui apportent de l’air très froid à certains endroits et de l’air chaud à d’autres, explique cet ancien conseiller du gouvernement allemand pour le climat. Il semble qu’il y ait plus fréquemment des situations dans lesquelles le jet stream décrit un trajet très tortueux. Or ce sont ces sinuosités qui conduisent à des événements météorologiques extrêmes. »

      « Nous avons analysé les inondations de l’Elbe en 2002, la canicule de 2003 sur l’Europe de l’Ouest et celle de 2010 sur la Russie, les inondations au Pakistan en 2010 ainsi que les récentes canicules américaines, ou encore la dernière grande crue du Danube, de juin 2013, explique M. Rahsmtorf. Nous pensons que tous ces phénomènes sont liés aux méandres de plus en plus marqués du jet stream. » L’analyse des phénomènes qui ont marqué l’hiver en cours reste à faire, mais elle pourrait révéler, selon M. Rahmstorf, une connexion semblable.

      Quant à savoir si ces sinuosités accrues du jet stream sont liées au changement climatique, certains chercheurs en doutent. Pour d’autres, à l’instar de M. Rahmstorf, le lien pourrait s’expliquer par le fort réchauffement de l’Arctique, qui favoriserait le phénomène. Dans ce cas, explique le chercheur allemand, il ne faudrait pas s’attendre systématiquement à des inondations en Grande-Bretagne ou à des sécheresses en Californie, mais à une météo de plus en plus étrange.


  • #Brandon_Ballengée > 2012-2013 | Domaine de Chamarande
    http://chamarande.essonne.fr/brandon-ballengee-2012-2013

    Depuis une dizaine d’années, Brandon Ballengée étudie la diminution des populations et les malformations d’amphibiens. Ces espèces très sensibles à leur environnement sont des marqueurs biologiques de l’état de pollution des eaux et des écosystèmes. Après avoir mené des actions en Amérique du Nord et en Angleterre, il poursuivra pour la première fois son enquête en France dans la zone humide du Domaine de Chamarande classée ZNIEFF 2 (Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique).

    Son action répond à l’un des besoins définis par le cabinet Biotope chargé des études pour Chamarande : le suivi des populations animales présentes sur le site (chevreuils, serpents, grenouilles). Ensemble, scientifiques, bénévoles, visiteurs et artistes mèneront pendant la première quinzaine de juillet, des expériences sur le terrain et en laboratoire afin de mieux comprendre les mécanismes responsables des malformations des grenouilles.

    http://chamarande.essonne.fr/hurepoix/wp-content/uploads/2013/04/2013_06_04-_-Milieux-_-Ch%C3%A2teau-_-Brandon-Balleng%C3%A9e-%C2%A9-Laurence-Godart-130.jpg

    Augures d’Innocence
    1996 – 2013

    Depuis près de vingt ans, Brandon Ballengée, à la fois artiste et biologiste, cherche à combler le fossé entre l’art et la science en combinant sa fascination pour le vivant aux techniques de représentation des beaux-arts. Sa démarche, aux confins de la création et de la biologie, engendre un ensemble d’œuvres poétiques, véritables métaphores de la vie, qui éveillent nos consciences à la préciosité de l’environnement naturel qui nous entoure.

    Inspirées par l’étude de la biodiversité, du changement écologique et du déclin des espèces, ses œuvres naissent de l’expérience directe du monde biologique, des amphibiens, des oiseaux, des poissons et des insectes qui évoluent en milieu naturel ou artificiel. L’artiste mène des enquêtes de terrain participatives, aux quatre coins du monde, impliquant grand public et chercheurs de renom.

    L’exposition retrace le parcours de Brandon Ballengée depuis ses débuts, en 1996. Le projet MALAMP ou Malformed Amphibian Project présente ainsi plus d’une vingtaine d’œuvres sur les malformations des amphibiens engendrées par la pollution de leur environnement naturel.

    Sont également exposées ses créations les plus récentes conçues dans les zones humides du Domaine de Chamarande lors de la résidence de l’artiste à l’été 2012, ou encore Reliquaries (2001-2013), images de spécimens déformés de la taille de nouveaux nés, et Styx, (2007-2013), installation sculpturale de spécimens naturels de grenouilles aux multiples pattes chimiquement altérés et préservés. Frameworks of Absence (2006-2013) est un poignant témoignage de l’extinction des oiseaux. Pour réaliser ces pièces, l’artiste a littéralement découpé les images des espèces éteintes dans les ouvrages d’illustrations du grand naturaliste John James Audubon (1785-1851).

    http://chamarande.essonne.fr/hurepoix/wp-content/uploads/2013/05/2013_06_04-_-Milieux-_-Ch%C3%A2teau-_-Brandon-Balleng%C3%A9e-%C2%A9-Laurence-Godart-651.jpg
    http://chamarande.essonne.fr/hurepoix/wp-content/uploads
    #beau #art #science #écologie


  • Du 3 au 9 février, Maison de la Grève. Quelques jours pour penser depuis l’Amérique du Nord et Rennes Métropole la fin du monde, et son au-delà.
    https://maisondelagreve.boum.org/local/cache-vignettes/L200xH142/image_seule_interieur_a4-fd6e7.jpg

    Plus de détails sur le mini-site fait pour l’occasion (#bootstrap et #spip)
    https://maisondelagreve.boum.org/usapocalypse

    Avant
    – le 28 janvier 28h00 Lecture de #Deleuze : « Nietzsche et Saint-Paul, Lawrence et Jean de Padmos », préface de #Apocalypse de D.H. Lawrence. "La modernité de l’Apocalypse est moins dans les #catastrophes annoncées que dans « l’instauration démente d’un #pouvoir ultime, judiciaire et moral ».

    Pendant
    – le 3/02 : 20h30 | #PROJECTION
    #LasVegas Méditations , en présence du réalisateut Florent Tillon.
    « Ville du degré zéro de l’urbanité, de l’ #architecture et de la culture, #ville du degré zéro de la sociabilité, de l’art et de la pensée. Ville du trop qui devient sans, de l’excès qui se mue en défaut, de la profusion qui tourne en privation. » Bruce Bégout - Zeropolis

    – le 4/02 : 20h30 | PRESENTATION
    #Messianisme, #rédemption et métamorphose
    Analyse de l’inspiration apocalyptique dans les différents courants messianiques, bouleversés par la #kabbale lourianique et Sabbataï Tsévi, et dont les conséquences courent jusqu’à nous qui en racontons l’ #histoire.

    – le 5/02 : 20h30 | PRESENTATION
    #Anthropocène : analyse de l’effondrement de la #civilisation (USA).

    – le 6/02 : 15h00 | PRESENTATION
    Habiter la catastrophe . #Fukushima 2011 – 2014 (#JAPAN).

    – le 6/02 : 20h30 | #FILM
    #Detroit ville sauvage , en présence du réalisateur Florent Tillon
    Résurrection urbaine après le #désastre invisible du XXIe siècle.

    – le 7/02 : 19h00 | APERO
    Apéro survivaliste : dégustation d’insectes.

    – le 7/02 : 20H30 | DISCUSSION
    Fictions apocalyptiques. La guerre des usages politiques de cet imaginaire décisif.

    – le 8/02 : 20h00 | FILM + CONCERT
    Projection (Unclear holocaust) et Concert (Kawaii mort) dans un lieu tenu secret augmentant ses chances de survie face à l’apocalypse.

    Après
    – A des dates non définies : Visite de la tenture de l’Apocalypse au château d’Angers - http://angers.monuments-nationaux.fr et cours sur l’icônographie Apocalyptique. Si vous voulez être tenu au courant ou proposer des films, des ateliers, des discussions...

    https://maisondelagreve.boum.org/local/cache-vignettes/L200xH143/image_seule_exterieur_a4-d57b6.jpg


  • Amérique du Nord : 15 000 kilomètres à vélo sans eau en bouteille
    http://www.eauxglacees.com/Amerique-du-Nord-15-000-kilometres

    Depuis le 8 janvier 2014 deux Québécois, Geneviève et Jacques Alexandre Levesque, ont entamé un périple à vélo de 15 000 kilomètres en Amérique du Nord. Parcourir 15 000 kilomètres à vélo est déjà un exploit. Soutenus par la Coalition Eau Secours québécoise pour une gestion responsable de l’eau, ils ont décidé de le faire, en s’approvisionnant d’eau publique du robinet et, lorsque c’est impossible, en traitant l’eau des cours d’eau rencontrés. « L’eau embouteillée représente un marché de 15 milliards de dollars (...)


  • JAPON -Fukushima : Tepco admet que le réacteur N°3 est peut être actuellement en train d’entrer en fusion
    http://www.brujitafr.fr/article-japon-fukushima-tepco-admet-que-le-reacteur-n-3-est-peut-etre-actu

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/uploads/2013/12/Fukushima-I2-600x379.jpg

    Tepco comme les politiques ou les associations ont un point commun, ils ne sont pas très loquaces dès qu’il s’agit de tenir informé de la situation réelle à Fukushima, d’ailleurs, récemment, une loi permettant de garder le secret sur ce point est passée. Pourtant, annonce qui risque de ne pas être reprise dans les médias classiques, le fait que le réacteur N°3 entrerait actuellement en fusion, le scénario du pire qui se réalise donc… Thernobyl fut une calamité qui dure encore, et ce n’était que de l’uranium, Fukushima est chargée au mox, un mélange d’uranium et de plutonium, et là, c’est autrement plus grâve. De plus, pour rappel, toute l’Amérique du nord va être touchée par les radiations qui vont forcément aller en augmentant, reste à savoir si l’Europe va être touchée, et si oui, (...)


  • J’ai reçu un mail raciste ce matin

    Voici ce qu’il dit :

    Cher ami

    L’heure est grave. Un mouvement inouïe s’opère sous nos yeux et l’on tente de nous le cacher. La classe politique incompétente qui nous dirige a peur de notre réaction, si nous venions à apprendre le secret de la situation qui se dessine un peu plus chaque année : les contours de la France du futur ; résultat de 30 de pression patronale et communautaire.

    L’Institut de Veille Sanitaire a publié en 2012 son étude concernant le dépistage d’une maladie génétique rare : la drépanocytose (voir PJ), qui a pour particularité, de toucher les populations d’origine africaine et sémitique.

    Suivant les résultats de ce rapport (voir PJ, p. 5), il apparait avec certitude qu’en 2010, au moins 31,5% des nouveau-nés en France métropolitaine étaient issus de deux parents nés dans les régions suivantes :

    – Départements d’outre-mer (Antilles, Guyane, la Réunion, Mayotte)
    – Afrique subsaharienne et au Cap-Vert
    – Amérique du Sud (Brésil, Noirs d’Amérique du Nord)
    – Inde, Océan Indien, Madagascar, Île Maurice, Comores
    – Afrique du Nord (Algérie, Tunisie, Maroc)
    – Méditerranée orientale (Italie du Sud, Sicile, Grèce, Turquie)
    – Moyen-Orient (Liban, Syrie, Arabie Saoudite, Yémen, Oman).

    Si nous nous référons aux évaluations similaires effectuées entre 2006 et 2010, nous constatons une augmentation constante des nouveau-nés issus de ces groupes de population (page 6) :

    2006 : 214 181
    2007 : 223 964 (+4,5 %)
    2008 : 235 905 (+5,3%)
    2009 : 242 673 (+2,8%)
    2010 : 253 466 (+4,4%)

    C’est bien la preuve indubitable que le dynamisme démographique métropolitain, tant vanté par nos classe médiatique, ne provient que de ces naissances.

    Avec une augmentation absolue comprise annuellement entre 2,8% et 5,3%, il est possible d’arriver à suivre la transition ethnique qui s’opère actuellement en France métropolitaine, et qui aboutirait en 2030 au maximum, une minorité de nouveau-nés issus de deux parents européens !!!

    Une substitution de population est donc scientifiquement en cours à l’heure ou vous lisez ces lignes.

    Un mouvement de population inouïe dans l’histoire de France s’opère, dont le précédent. Il tient à nous de l’arrêter et de transmettre autour de nous ces informations qui sont cachées au peuple de Franc, afin que nous puissions nous déterminer en toute connaissance de cause, et répondre à la cette question :

    LA FRANCE DOIT-ELLE RESTER UN PAYS EUROPÉEN OU NON ?

    Ceci concerne notre futur, et nous seuls, possédons le pouvoir de choisir notre destinée.

    –-
    Bien à vous
    Pierre de Lancastel

    PJ : Rapport 2010 de l’institut de veille sanitaire

    Voici l’entête complet de ce mail (sauf mon adresse) :

    http://imageshack.com/a/img593/6080/q8k6.jpg

    Avec ce mail il y a une pièce jointe : beh_27_28_2012.pdf
    dont voici les informations :

    http://imageshack.com/a/img440/883/aprt.png

    #racisme #propagande

    • La substitution de population : un nouvel élément du crime de génocide ?

      http://unautredroit.unblog.fr/2013/09/15/la-substitution-de-population-un-nouvel-element-du-crime-de-geno

      Pour que les politiques publiques menées puissent être qualifiées d’actes de génocide, il faut que leurs victimes aient été visées à raison de leur appartenance à un « groupe national, ethnique, racial ou religieux ».

      Il semble évident que le groupe qui subit cette politique depuis 1976, était préalablement constitué comme tel, comme étant le groupe majoritaire appelé communément « française de souche ». Ce terme a fait l’objet de diverses polémiques, mais il a été retenu dans la quasi-totalité des travaux produits par l »établissement public français chargé des questions démographiques : l’Institut National des Études Démographiques.

      La première définition est celle de ceux dont les deux parents sont nés en France, et plus respectivement comme ceux dont les grands-parents sont nés en France. Mais ce terme revêt aussi une fonction culturelle déterminant un legs homogène français, qui diffèrent des français d’origine étrangère dont la culture est composite, bien qu’ils possèdent légalement la nationalité française.

      Plus largement le groupe à considérer pourrait tout simplement être un groupe racial d’origine européenne, rentrant de manière indiscutable dans la définition donnée par l’article II de la Convention de 1948.

      Cette affirmation d’une affiliation celte et gauloise a été constante depuis le XIXè siècle. Il est patent que cette notion soit aujourd’hui remise en cause par l’ensemble d’une classe politique, alors même qu’en dernière instance, il s’agirait alors d’un groupe de race blanche.

      L’appellation « français de souche » fait référence d’un point de vue culturel, par opposition aux « français de branche. D’après les documents émanents des organismes officiels chargés des questions démographiques, elle vise un groupe ethnique se définissant par une affiliation suffisamment longue et prouvée aux populations autochtones habitant la France, bien avant que les premières lois n’autorisent l’acquisition automatique de la nationalité française par des étrangers (principalement la loi de 1881, et surtout le décret de 1976).

      La question qui reste sans réponse est celle de savoir si l’intention des autorités française était bien la « destruction » de ce groupe, en tout ou en partie (dolus specialis). Ceci implique une intention de destruction physique ou biologique, mais non culturelle (le » génocide culturel » n’ apas été retenu dans la Convention fut rejetée en 1948. cf. à ce sujet, Nicodème RUHASHYANKIKO, ibid., paras. 441 à 449).

    • Désolée de relancer cette conversation après tant de temps. J’avais reçu moi aussi ce mail que vous décrivez. Et j’en ai reçu un autre aujourd’hui, évoquant un historique de « l’interdiction de la présence noire en France »... Est-ce votre cas ?
      Je suis curieuse également de savoir comment cette personne a eu mon adresse email, que je ne communique qu’à des personnes physiques...


  • Aux #Etats-Unis et au #Canada, le #père-Noël est #escorté par l’ #armée, et c’est un problème | Slate.fr
    http://www.slate.fr/monde/81263/pere-noel-escorte-militaire-polemique
    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=GhTLGBq-Uyg

    Cette année, lors de son passage en Amérique du nord, le père Noël sera sous la bonne garde de deux avions de chasse de l’armée canadienne. Une précaution qui provoque la colère d’une association de protection de l’enfance, accusant le Norad (le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord) d’encourager l’endoctrinement militaire des enfants, comme le rapporte le Boston Globe.

    Cette mesure de sécurité apparaît dans une vidéo (visible ci-dessus), postée dans le cadre de la campagne de communication que l’organisation américano-canadienne chargée de la défense de l’espace aérien des deux pays mène chaque année à l’approche des fêtes. Depuis près de soixante ans, raconte le site web spécial Noël du Norad, lisible en huit langues dont le français, l’organisation assure également la sécurité du père Noël. et de la surveillance militaire de la tournée du père Noël.

    Dans la vidéo de cette année, on peut voir pendant quelques secondes deux CF18 Hornet escorter le traîneau du père Noël.

    C’est ce petit détail, absent des vidéos du Norad les années précédentes (LCI y avait consacré un sujet en 2011), qui a semé « la consternation parmi au moins quelques défenseurs de l’enfance », selon le Boston Globe :

    « “Les enfants associent le père Noël aux cadeaux, à la joie et à tous les autres aspects positifs de Noël”, a déclaré Allen Kanner, pédopsychologue californien et cofondateur de Campaign for a Commercial Free Childhood [campagne pour une enfance sans publicité], une association basée à Boston. “Ils [le Norad] associent tout ça aux militaires dans l’esprit des enfants. C’est totalement inapproprié.” ».....



  • L’évaluation par les pairs est-elle systématiquement misogyne ?
    Vincent Larivière
    http://www.nouvelles.umontreal.ca/recherche/sciences-humaines-lettres/20131211-levaluation-par-les-pairs-est-elle-systematiquement-mis

    « Nous avons découvert qu’en Amérique du Nord, en Europe de l’Ouest et dans des pays très productifs en recherche, tous les articles ayant des femmes au sommet de la hiérarchie des auteurs sont moins cités que les articles ayant des hommes en position équivalente, explique Vincent Larivière. De plus, les femmes ont moins de collaborations internationales que les hommes. Or, les collaborations internationales augmentent généralement les chances d’être cité. »