country:corée du sud

  • Jeju : sept ans de lutte contre la militarisation de « l’île de la paix »
    http://guibuni.over-blog.com/2014/07/jeju-sept-ans-de-lutte-contre-la-militarisation-americaine-de-l-a

    Du 29 juillet au 1er août 2014 aura lieu sur l’île de Jeju la troisième marche « pour la vie et la paix ». Derrière cet intitulé généreux se cache un mot d’ordre pour le moins simple : « Non à la construction de la base navale de Gangjeong », du nom d’un petit village de 1200 âmes situé au sud de l’île la plus majestueuse de Corée du Sud. Avec en trame de fonds, l’intensification de la militarisation du Nord-Est asiatique et tous les risques d’escalade qui vont avec. (...) Source : 기분이 어때요 ?


  • Gigabits et méga-emmerdes à l’horizon
    http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2014/06/19/gigabits-et-mega-emmerdes-a-l-horizon_1045653?xtor=rss-450

    Cette semaine, l’Union européenne et la Corée du Sud ont signé un accord stratégique pour travailler ensemble sur la mise au point de la cinquième génération de réseau mobile, la 5G. Les chiffres annoncés donnent le vertige : prévu pour 2020, le réseau mobile sera capable d’atteindre un débit théorique de 10 Gigabits par seconde.

    2020, la réconciliation des FAI et des GAFA autour d’un même combat : le minitel 2.0. De toute manière, j’y connais rien mais il ne me semble pas que l’on sache faire des disques durs qui dépassent les 1Gb/s en écriture...

    #5G #Cloud_computing #Internet #Minitel_2.0 #Politique #Réseau_de_téléphonie_mobile #Téléphonie_mobile

    • Mon opinion professionnelle d’employé d’un opérateur : ne vous stressez pas trop, on ne sait même pas encore exactement ce qu’il y aura sous l’étiquette ’5G’. Côté investissement en tout cas, je vois plutôt ça comme une amélioration incrémentale du réseau actuel - sous les très larges étiquettes commerciales ’3G’ et ’4G’ se trouve un très large spectre de technologies en amélioration constante et l’étiquette ’5G’ sera tout aussi arbitraire.


  • Centre d’actualités de l’ONU

    L’ONU va ouvrir une antenne en Corée du Sud pour suivre les droits de l’homme en Corée du Nord

    http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=32683

    J’essaye de lire le titre sans me marrer, j’y arrive pas.

    30 mai 2014 – Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a annoncé vendredi qu’il allait établir une antenne en République de Corée pour suivre la situation des droits de l’homme dans le pays voisin, la République populaire démocratique de Corée (RPDC), suite aux recommandations d’une commission d’enquête.

    Cette antenne du HCDH aura pour mission de renforcer le suivi et la documentation de la situation des droits de l’homme en RPDC, afin d’assurer une meilleure visibilité de la situation et permettre des efforts de sensibilisation.

    #corée_du_nord


  • 18 mai 1980 : le soulèvement de Gwangju
    A lire sur http://guibuni.over-blog.com #Gwangju #Corée du Sud #Luttes populaires #Autogestion

    오일팔. En français, on dirait : « o – il - pal ». Trois chiffres qui forment une date : 5.18. Le 18 mai 1980 est en effet la date à laquelle débuta le soulèvement de la ville de Gwangju, sixième ville la plus importante de Corée du Sud, située au sud-ouest de la péninsule. Cette année-là, pour protester contre l’instauration de la loi martiale et la répression politique systématique s’abattant sur les opposants du dictateur Chun Doo-hwan, l’ensemble de la population de la ville a tenu tête aux militaires au pouvoir. Le tout en réalisant au passage cinq jours d’autogestion totale dans une ville en état de siège.

    Aux avant-postes de la Guerre Froide et devant composer avec une présence militaire américaine aujourd’hui encore ininterrompue, la Corée du Sud de la décennie 1980 est loin d’être un modèle démocratique. Le gouvernement civil qui prend les commandes après l’assassinat du général Park Chung-hee (박정희) en octobre 1979 s’avère relativement incapable de contenir les velléités des militaires à reprendre le pouvoir. Le 12 décembre 1979, le général Chun Doo-hwan (전두환) est l’auteur d’un coup d’Etat et réinstaure très rapidement la loi martiale dont son prédécesseur faisait un usage régulier depuis 1972, sous prétexte de lutter contre la menace nord-coréenne.

    Explosion du conflit

    C’est dans ce contexte menaçant, où les libertés civiles sont sacrifiées sur l’autel du redressement économique et de la lutte contre le communisme, qu’une nouvelle année universitaire démarre en mars 1980. Ayant vu leurs espoirs de libéralisation politique du pays déçus par le coup d’Etat de décembre 1979, les syndicats d’étudiants et de professeurs prennent la tête d’une série de manifestations réclamant une démocratisation réelle du pays, la fin de la loi militaire, la mise en place d’un revenu minimum et la fin de la censure extrêmement étroite qui musèle la presse (1). Le 15 mai 1980 à Séoul, une manifestation géante réunit plus de 100 000 manifestants. La réaction du gouvernement coréen ne fait pas dans la demi-mesure : les universités sont fermées, les activités politiques proscrites et des militaires sont envoyés dans tout le pays pour s’assurer que personne ne déroge à cette extension de la loi martiale. Les leaders de l’opposition démocratique sont également arrêtés. Originaire de la province du Jeolla, Kim Dae-jung (김대중), ancien candidat démocrate aux élections présdentielles de 1971, maintes fois pourchassé sous le régime militaire de Park Chung-hee, est condamné à mort pour sédition et conspiration.

    La résistance du Jeolla

    Le Jeolla-do (전라남도), province agraire du sud-ouest de la péninsule, est longtemps resté le parent pauvre du « miracle économique coréen ». Délaissée par le processus de modernisation économique, dont les faveurs sont revenues à l’axe Séoul-Busan (2), la province s’est au contraire distinguée comme le bastion de la lutte contre les dictatures militaires. Aux élections de 1971, Kim Dae-jung, l’enfant du pays, obtient 95% des suffrages dans le Jeolla... Autant dire que la nouvelle de son arrestation par les militaires contribue largement à mettre le feu aux poudres.

    Le matin du 18 mai 1980, à Gwangju, 200 étudiants se réunissent devant l’entrée principale de l’université nationale Chonnam (전남) pour protester contre sa fermeture. Ils trouvent en face d’eux une trentaine de soldats parachutistes particulièrement hostiles qui chargent très rapidement les étudiants. Ces derniers répondent en lançant des pierres. Très vite, l’échauffourée se déplace jusque dans le centre-ville où les manifestants sont rejoints par d’autres habitants autour des bâtiments de l’autorité provinciale du Jeolla. C’est essentiellement là, où, pendant trois jours, les affrontements vont avoir lieu sans discontinuer. L’après-midi du 18 mai, un homme de 29 ans est battu à mort par les soldats. C’est la première victime d’une répression qui en fera beaucoup d’autres, les soldats n’hésitant pas à utiliser leurs baïonnettes pour blesser les manifestants lors des affrontements de rue. Le 20 mai, tandis que le nombre de contestataires s’élève à plus de 100 000 personnes, la police et l’armée ouvrent le feu sur les manifestants. Ces derniers réagissent en dévalisant les commissariats et les armureries de la ville. Armés de carabines et de fusils, les insurgés parviennent à repousser l’armée, contrainte de quitter le centre-ville le soir du 21 mai.

    Militaires et policiers tabassent des manifestants.

    Parallèlement, pour pallier aux informations mensongères relayées par les médias officiels, un journal, le « bulletin des militants », est distribué pour la première fois le 20 mai. Le soir-même, les manifestants incendient les locaux de MBC (Munhwa Broadcasting Corporation) qui dissimule docilement les tueries de l’armée et de la police depuis le début du conflit. Quelques heures plus tard, c’est l’Hôtel des impôts qui part en fumée, emporté par la rage des manifestants.

    Cinq jours d’autogestion

    Le soulèvement de Gwangju a très rapidement dépassé la dimension d’une simple contestation étudiante. La nuit du 20 mai par exemple, les chauffeurs de bus et de taxi de la ville organisent une gigantesque parade de soutien aux manifestants. Depuis le début des affrontements ces derniers ramassaient déjà les manifestants pour les amener à l’hôpital, ou leur apportaint des provisions venues des villes voisines. Certains utilisent même leurs véhicules pour faire barrage aux soldats voire pour les charger. Du 22 au 26 mai, cette capacité spontanée à l’entraide va prendre la forme d’une organisation populaire dans une ville isolée du reste du pays par les militaires (3).

    Ces derniers ne se sont en effet repliés que pour attendre du renfort, coupant voies et moyens de communication vers l’extérieur. Le 23 mai 1980, les militaires ouvrent le feu sur un bus tentant de passer le barrage dans le quartier de Jiwon et font 17 morts. Pendant ce temps là, dans la ville insurgée, des comités populaires et des groupes de combat sont instaurés. Menés par des professeurs, des prêtres et des avocats, ils tentent de négocier avec les militaires un désarmement des milices populaires en échange d’une libération des prisonniers, d’un dédommagement des victimes de la répression et de la garantie de l’absence de représailles. Parallèlement et malgré la mise en quarantaine de la ville, des rassemblements de soutien aux insurgés de Gwangju vont avoir lieu dans d’autres villes du pays : à Hwasun, Naju, Haenam, Mokpo, Yeongam, Gangjin, et Muan notamment.

    Le peuple de Gwangju en armes est maître de la ville.

    Au petit matin du 27 mai, les militaires coréens reçoivent l’ordre de reprendre la ville par la force. Les combats cette fois-ci ne s’éterniseront pas. En une heure et demie les soldats se rendent maîtres des lieux. En tout, la répression de l’insurrection fera entre 500 et 2 000 morts, tandis que près de 1400 personnes sont arrêtées le matin du 27 mai. Pendant au moins une dizaine d’années, les manifestants de Gwangju resteront officiellement des vandales à la solde du communisme.

    Complicité américaine

    Malgré son étouffement, l’insurrection de Gwangju aura eu un impact durable sur le mouvement démocratique coréen. Elle aura notamment permis aux insurgés de prendre conscience du rôle clé de l’administration Reagan dans le soutien au régime autoritaire de Chun Doo-hwan, autorisant notamment le détachement de troupes supplémentaires pour décapiter le mouvement. À Gwangju tout particulièrement, les centres culturels américains seront régulièrement incendiés par des manifestants pro-démocratie au cours de la décennie 1980. Certains étudiants iront jusqu’à s’immoler pour dénoncer le parti-pris anti-démocratique des Etats-Unis.

    Devenue une date incontournable de la lutte nationale pour la démocratie, le soulèvement de Gwangju est depuis 2002 commémoré officiellement chaque année au cimetière national de la ville, qui rassemble le corps des victimes depuis 1997, date de la réhabilitation (tardive) de leur mémoire. Il faut en effet attendre le processus de démocratisation de la fin des années 80 pour que lumière soit faite sur le massacre de Gwangju, et le milieu des années 90 pour que les responsables de ce massacre, dont le général Chun Doo-hwan et son successeur à la tête du pays, le général Roh Tae-woo, soient incriminés. Aujourd’hui encore, des acteurs clés de l’insurrection de Gwangju, toujours vivants, parsèment les rangs des deux partis de gouvernement : certains étaient alors opposants à la dictature, d’autres déjà en poste dans l’administration de l’époque. D’ailleurs depuis plusieurs années, un rassemblement de commémoration plus revendicatif a lieu en marge du rassemblement officiel. Autant dire que le souvenir de la lutte et de la répression sont encore un sujet sensible et que les braises sont encore tièdes au pays du Jeolla...

    Nicolas.

    (1) http://en.wikipedia.org/wiki/Gwangju_Uprising

    (2) La gazette de Séoul, « Le martyre de Gwangju », 18 mai 2013. http://blog.slate.fr/la-gazette-de-seoul/2013/05/18/le-martyr-de-gwangju

    (3) L’article de George Katsiaficas, « L’insurection de Kwangju en Corée du sud (1980) » (2007), insiste particulièrement sur cet aspect autogestionnaire de l’insurrection, http://cnt-ait.info/article.php3?id_article=1272


  • La FAO met à l’honneur des systèmes d’agriculture traditionnels de Chine, d’Iran et de Corée du Sud
    http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=32488

    Six systèmes agricoles traditionnels en Chine, en Iran et en Corée du Sud connus pour leurs caractéristiques et approches uniques de durabilité, ont été désignés par l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) comme Systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial (SIPAM).

    Il s’agit du système d’irrigation Qanat en Iran, un réseau de fermes irriguées qui a survécu près de trois millénaires, d’un système de 22.000 km de murets de pierre volcanique à Jeju, en Corée du Sud ; et des rizières en terrasses irriguées de Gudeuljang à Cheongsando, également en Corée du Sud.

    Trois sites chinois figurent aussi sur la liste : l’agrosystème unique Duotian de Xinghua, renommé pour sa technique d’utilisation de l’eau et des terres ; le système historique de culture du jasmin et du thé de Fuzhou ; et les plantations de dattiers chinois traditionnels de Jiaxian.

    Les sites ont été officiellement reconnus durant la session du Comité scientifique et directeur SIPAM qui s’est tenue au siège de la FAO à Rome les 28-29 avril.

    Avec l’inscription de ces nouveaux sites, le nombre total de systèmes SIPAM s’établit désormais à 31 dans 14 pays d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie. Les sites sont considérés comme des modèles d’innovation, de durabilité et d’adaptabilité, offrant d’importants avantages à l’écosystème.

    La sous-directrice générale de la FAO et coordonnatrice pour les ressources naturelles, Maria Helena Semedo, a invité à désigner d’autres sites de par le monde et à prendre des mesures concrètes afin d’améliorer la conservation des méthodes ancestrales et le partage de connaissances qui en dérivent.

    « Les Systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial (SIPAM) ont été forgés au fil des siècles, mettant à profit les expériences accumulées par les communautés rurales et les populations autochtones du monde entier », a déclaré Mme Semedo, en ajoutant que la reconnaissance de ces systèmes était parfaitement d’actualité durant l’Année internationale de l’agriculture familiale.

    #agriculture #paysannerie


  • FAO - Nouvelles : Des systèmes d’agriculture traditionnels de Chine, d’Iran et de Corée du Sud reconnus à l’échelle mondiale
    http://www.fao.org/news/story/fr/item/231010/icode

    Raffa

    FAO - Nouvelles : Des systèmes d’agriculture traditionnels de Chine, d’Iran et de Corée du Sud reconnus à l’échelle mondiale - http://www.fao.org/news...

    1 minute ago

    from Bookmarklet

    Comment

    Like

    « Six systèmes agricoles traditionnels en Chine, en Iran et en Corée du Sud connus pour leurs caractéristiques et approches uniques de durabilité, ont été désignés par la FAO comme Systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial (SIPAM). » - Raffa

    http://www.fao.org/typo3temp/pics/b0f2f8da9c.jpg


  • VIDÉO. Un clip sexy pour donner envie aux jeunes d’écouter de la musique classique
    http://www.huffingtonpost.fr/2014/04/20/video-clip-sexy-jeunes-musique-classique_n_5181535.html

    Pour redonner envie aux jeunes (mais aussi aux adultes qui y seraient réfractaires) de s’intéresser à nouveau au classique, le festival belge B-Classic a eu l’idée de s’inspirer de ce qui est devenu la base dans certains clips de rap ou de pop : les femmes qui se trémoussent en petite tenue. Ce qui a donné une révision pleine de finesse de la Symphonie nº 9 de Dvořák.

    http://vimeo.com/92226588


    révision pleine de finesse…

    Intitulé « The Classical Comeback », ce nouveau « format vidéo » permet d’offrir au classique « une exposition identique à celle de la pop ou du rock tout en combinant l’aspect visuel avec une émotion intemporelle », selon l’organisateur du festival.

    Si le concept vous plaît, vous pouvez participer et créer votre propre clip. Il vous faudra seulement respecter les cinq règles d’or inscrites sur le site :

    1. « Faites court. Pas plus de 5 minutes, la vidéo ne doit pas être trop longue pour intéresser le public d’aujourd’hui ». Oui, il ne faudrait pas écouter trop de classique non plus.

    2. « Soyez pertinent. L’aspect visuel de la vidéo doit exprimer l’émotion de la musique classique ». Comme le font les filles qui s’essaient au twerk dans le clip ?

    3. « Soyez respectueux. La mélodie doit être entière et vous devez utiliser l’original. Pas de remix excessif ». Vous croyiez peut-être qu’ils allaient parler de respecter la parité dans les vidéos ?

    4. « Faites-vous remarquer. La vidéo doit sortir du lot ». Faire le buzz, c’est la base.

    5. « Soyez fier. Vous participez à une cause noble qui vise à promouvoir la musique classique. » Oui, enfin il y a l’art et la manière.

    http://classicalcomeback.com
    Nota : les trois sponsors de l’opération sont belges, néerlandophones…

    Et le réalisateur de ce clip est Raf Reyntjens auteur également du clip de Stromae, Papaoutai
    http://vimeo.com/68050922


  • Tous les téléphones portables seront dotés, en 2015, de la fonction « kill switch » qui désactivera la ligne et qui détruira toutes les données
    http://www.brujitafr.fr/article-tous-les-telephones-portables-seront-dotes-en-2015-de-la-fonction-

    http://moviesenserie.m.o.pic.centerblog.net/6a08b373.jpg

    Une nouvelle maladie : la dépendance aux téléphones portables Pourquoi Edward Snowden cache son téléphone portable dans un réfrigérateur ! Près de 75% de la population mondiale dispose d’un téléphone portable Aux États-Unis et en Corée du sud, un dispositif appelé « Kill Switch » est mis en place sur les terminaux portables. C’est un mécanisme de sécurité utilisé pour arrêter le fonctionnement de l’appareil dans une situation d’urgence. Ce montage d’arrêt d’urgence agit de façon destructive. A la différence d’un commutateur qui arrête le système d’une façon coordonnée et sans l’endommager, le « Kill Switch » est conçu pour être actionné d’une (...)

    #INTERNET_/_COMMUNICATION


  • Une alliance de taille entre Samsung et GlobalFoundries sur le 14nm
    http://www.comptoir-hardware.com/actus/business/24788-une-alliance-de-taille-entre-samsung-et-globalfoundries-sur

    http://www.comptoir-hardware.com/images/stories/_cpu/gravure_nm/samsung_globalfoundries_14nm.jpg

    Un nouveau partenariat vient d’être conclu entre Samsung et GlobalFoundries : le partage technologique de la gravure en 14nm. Trois usines de Samsung et une usine de GlobalFoundries, entre les Etats-Unis et la Corée du Sud, vont être converties pour fonctionner selon un process unique... [Tout lire]

    #Business_&_internet
    http://www.comptoir-hardware.com/images/stories/_cpu/gravure_nm/samsung_globalfoundries_14nm.jpg


  • Sur le blog de J. Quatremer, Un entretien avec Karel De Gucht sur le traité de libre-échange UE-Canada signé en octobre. Et toujours pas rendu public. Qui résonne évidemment avec le #TTIP en cours de négociation.

    « Il vaut mieux une économie de marché basée sur nos normes que sur les normes chinoises » - Coulisses de Bruxelles 29/10/13
    http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2013/10/il-vaut-mieux-une-économie-de-marché-basée-sur-nos-normes

    Mais il est vrai que cet accord va plus loin qu’un accord classique : il s’agit d’un accord dit « de nouvelle génération », comme ceux que nous avons déjà signé avec la Corée du Sud et Singapour et ceux que nous avons conclus avec, l’Ukraine, la Moldavie, la Géorgie et que nous négocions avec le Japon et les Etats-Unis. Sont ainsi inclus les investissements, la propriété intellectuelle, les marchés publics et, surtout, une certaine harmonisation des normes et standards est prévue.

    A titre indicatif, la fiche de la Commission européenne sur la « #transparence lors des négociations commerciales de l’#UE » : )
    http://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2013/june/tradoc_151381.pdf

    To summarise, the European negotiators rely on the information received from the public before the negotiations start. Their work can only be a success if it meets the expectations of European citizens. The views of civil society play a crucial role in the preparatory phase of the negotiating process and in the final stage, when the outcome of the negotiations comes under public scrutiny before being approved. (...)

    The EU trade policy is created and implemented in a transparent and democratic manner to serve the European citizen, create jobs and ensure economic prosperity.

    Hier 15 avril 2014, le site du Monde publiait une série de papiers :

    Le traité transatlantique décodé
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/04/15/il-pourrait-changer-la-face-de-l-europe-le-traite-transatlantique-decode_439
    #TAFTA, c’est quoi ?
    TAFTA est-il négocié dans l’opacité ?
    TAFTA va-t-il délocaliser notre justice à Washington ?
    TAFTA va-t-il nous faire manger des OGM et du poulet au chlore ?
    TAFTA va-t-il créer des millions d’emplois ?


  • Toyota devient plus efficace... en remplaçant ses robots par des humains - Quartz
    http://alireailleurs.tumblr.com/post/82180044623

    Les constructeurs automobiles ont été les premiers adeptes de l’automatisation. Le Japon est le second pays (derrière la Corée du Sud) en terme d’équipement en robots industriels. Mais cela n’a pas empêché Toyota de revenir en arrière en recréant des lignes de productions manuelles, explique Quartz. Pour Toyota, l’automatisation fait disparaître la qualification des employés. Si les robots savent faire rapidement des choses à faible coût, les hommes apportent une compréhension des processus de conception, de la cohérence et de la qualité. Pour Toyota, la course à la réduction des hommes abouti au développement de procédés moins efficaces. Seuls des employés au fait des processus pourront permettre d’améliorer les (...)

    #robot #innovation #emploi #travail


  • Toyota est en train de devenir plus efficace... en remplaçant les robots par des humains - Quartz
    http://qz.com/196200/toyota-is-becoming-more-efficient-by-replacing-robots-with-humans

    Les constructeurs automobiles ont été les premiers adeptes de l’automatisation. Le Japon est le second pays (derrière la Corée du Sud) en terme d’équipement en robots industriels. Mais cela n’a pas empêché Toyota de revenir en arrière, en créant des lignes de productions manuelles. Pour Toyota, l’automatisation fait disparaître la qualification des employés. Si les robots savent faire rapidement des choses à faible coût, les hommes apportent une compréhension des processus de conception, de la cohérence et de la qualité. Pour Toyota, la course à la réduction des hommes abouti au développement de procédés moins efficaces. Seuls des employés au fait des processus pourront permettre d’améliorer les machines. Tags : fing internetactu (...)

    #robot #économie #production #refaire #industrie



  • Rééducation capitaliste en Corée du Sud pour les réfugiés du Nord, par Martine Bulard (août 2013)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2013/08/BULARD/49560
    https://fbcdn-sphotos-d-a.akamaihd.net/hphotos-ak-prn2/t1/1507609_10151868588191688_1128346715_n.jpg

    C’est un passage obligé pour les Nord-Coréens qui, au péril de leur vie, parviennent à gagner le Sud : un séjour de trois mois au centre d’accueil de Hanawon, censé leur enseigner les règles régissant leur nouvel univers. Avant le grand saut dans le monde réel…


  • Mort par ventilateur - Wikipédia
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Mort_par_ventilateur

    La mort par ventilateur est une croyance répandue en Corée du Sud qu’un ventilateur électrique en fonctionnement dans une chambre close peut entraîner la mort de celui qui y dort.

    Les ventilateurs électriques vendus en Corée sont équipés de minuteries et/ou d’un système de minuterie parfois perçu comme pouvant sauver la vie de l’usager quand il utilise un ventilateur dans une chambre.
    Les ventilateurs vendus en Corée sont équipés d’une minuterie, évitant ainsi aux ventilateurs de fonctionner toute la nuit.
    Le gouvernement sud-coréen recommande d’activer un tel minuteur, ou bien de laisser la porte de sa chambre ouverte.

    #mort #ventilateur #Corée_du_Sud


  • 20 Millions de cartes de crédits volées en Corée du Sud - The Hacker News
    http://thehackernews.com/2014/01/bank-data-and-credit-card-details-of-20.html

    Après Target aux US, c’est en Corée du Sud qu’une fuite massive d’information bancaires a eut lieu... Avant la prochaine.

    Et personne ne se pose de question pour arrêter la prolifération de trop grosses bases de données de ce type ? Tags : internetactu fing internetactu2net #securite


  • #Corée du #Sud : #Séoul paiera 866 M USD pour la présence #américaine | International | RIA Novosti
    http://fr.ria.ru/world/20140112/200199072.html
    http://fr.ria.ru/images/19971/98/199719809.jpg

    Séoul participera à hauteur de 920 milliards de wons (866 M USD) au financement de la présence militaire US dans le pays en 2014, rapporte dimanche l’agence sud-coréenne Yonhap citant le ministère des Affaires étrangères.

    En 2013, le gouvernement sud-coréen a consacré 819 M USD aux besoins des troupes américaines stationnées dans le pays.

    Un accord américano-sud-coréen ad hoc, prévu pour un délai de cinq ans, a été adopté en juillet dernier au terme de dix rounds de négociations. Pour entrer en vigueur, il doit encore être approuvé par le parlement.

    A présent, environ 28.500 soldats américains sont présents en Corée du Sud....

    #géopolitique
    #International
    #États-Unis ( présence militaire US )
    #Corée-du-Sud
    #accord-américano-sud-coréen


  • Internet en Asie. Chine, Corée du Sud, Japon, Inde (Picquier Poche)
    #livre de Karyn Poupée, Séverine Arsène, Alexandra Soulier, Ingrid Therwath et Jean-Marie Bouissou
    http://www.monde-diplomatique.fr/2014/01/BULARD/50037

    http://www.monde-diplomatique.fr/local/cache-vignettes/L90xH139/C_Internet-en-Asie_3421-6730c.jpg Excellente idée que de réunir des spécialistes de quatre grands pays d’#Asie pour pointer les bouleversements engendrés par l’arrivée du #Web. D’emblée, on perçoit les différences quantitatives : plus de 80 % de la population branchée en Corée du Sud et au Japon, près de 40 % en Chine et à peine plus de 12,5 % en Inde. Plus étonnantes sont les pratiques liées à l’univers culturel et politique de chacun.

    Martine Bulard @mb (janvier 2014).


  • #Colère de la #Chine après une visite du #Premier #ministre #japonais au #sanctuaire #Yasukuni

    Le Premier ministre nippon, Shinzo Abe, s’est rendu ce jeudi au sanctuaire #Yasukuni, au coeur de #Tokyo. Une visite qui a provoqué la colère de la Chine et de la Corée du Sud pour qui ce lieu symbolise les atrocités commises par l’armée japonaise.

    Quand c’est pas la Chine, c’est au tour du Japon de vouloir se faire plus gros que le boeuf...mais à quel prix pour les enjeux de stabilité de la zone asiatique ?

    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/colere-de-la-chine-apres-une-visite-du-premier-ministre-japonais-au-sanctua

    Revue de Presse Hebdomadaire sur la Chine du 23/12/2013


  • Les pianos Pleyel ferment après 200 ans d’excellence - BFMTV.com
    http://www.bfmtv.com/societe/pianos-pleyel-ferment-apres-200-ans-dexcellence-644748.html

    Fondée en 1807, la société Pleyel n’a pas pu résister à la concurrence venue de Chine et de Corée du Sud, en dépit d’un recentrage stratégique opéré en 2007 vers le piano haut de gamme.

    Pour avoir cherché un piano il y a quelques années, c’étaient des instruments au son magnifique mais impayables pour moi, effectivement (et c’était avant le recentrage sur le haut de gamme...).

    Accessoirement, le non-rachat par d’autres montre bien que les opérations de rachats d’entreprise sont des histoires 100% pognon et 0% qualité. Quand on parle « recentrage stratégique », « complémentarité métier », bla, c’est bel et bien uniquement financier. Et là, le recentrage sur le « très haut de gamme » c’est bingo ou suicide.


  • De nouveau un article dans le Monde (enfin dans son magazine) sur le #culte_de_la_beauté en #Corée_du_Sud.

    Dans le métro ou dans la rue, impossible de croiser une #femme le visage nu et la mèche négligée. « Je ne pourrais jamais sortir de chez moi sans maquillage, avoue une jeune cadre de 28 ans, horrifiée. Le regard des autres est très important. Il faut présenter le meilleur de soi-même pour ne pas se faire remarquer, ni se sentir exclue. Ici, on n’existe pas individuellement. On ne se sent protégé qu’à l’intérieur du #groupe. »

    Éduquées à la beauté dès le berceau, les #Coréennes n’ont pas d’autre choix que de viser la perfection #esthétique, pour le plus grand bonheur des #industriels de la #cosmétologie. « La structure de la société coréenne est fondée sur les valeurs du confucianisme, qui imprègnent tous les tissus des relations, explique Jung Ae Descamps, experte freelance de la beauté en Asie pour le cabinet de tendances NellyRodi. Cette doctrine à la fois morale et sociale, dont on peut comparer l’influence à celle du christianisme en Occident, consiste pour une femme à respecter une hiérarchie pyramidale au sein de la famille et à atteindre le degré de perfection le plus élevé. »

    [...]

    Pourtant, l’idéal de beauté n’a pas toujours été aussi radical. Lorsqu’on se penche sur les #publicités du plus grand groupe de beauté coréen, Amore Pacific, depuis sa création en 1945, on s’aperçoit que le fantasme actuel de visage mince et de doubles paupières est très récent. Dans les années 1960, 1970 et même au cours de la décennie 1980, on trouve encore des mannequins asiatiques aux yeux bridés et aux mentons arrondis.

    [...]

    Ainsi à #Séoul, 20 % des femmes âgées de 19 à 49 ans ont-elles déjà subi une intervention chirurgicale (source : International Society of Aesthetic Plastic Surgery).

    [...]

    Consommatrices compulsives de cosmétiques, les Coréennes sont aussi les plus exigeantes en matière de résultat. Une aubaine pour l’industrie de la beauté, qui ne cesse de leur proposer des solutions - qui pourraient bien intéresser le reste de la planète dans les années à venir. C’est pour elles qu’on a inventé la fameuse BB Cream, cette crème à tout faire, lancée à Séoul en 2006, pour réduire l’apparence des rougeurs post-chirurgicales, embellir le teint sans le masquer, hydrater la peau et la protéger du soleil. Une petite révolution qui a largement dépassé les frontières de la Corée du Sud puisque sa formule a été adaptée et déclinée dans le monde entier par toutes les marques ces cinq dernières années.

    « Le marché coréen est aussi réactif que dynamique, souligne Florence Bernardin. On ose ici des lancements en petite quantité, parfois sur des durées très courtes. Si le succès prend, alors on démultiplie l’offre. » Parmi les groupes les plus innovants, le coréen Amore Pacific investit dans la #recherche_et_le_développement un plus grand pourcentage de son chiffre d’affaires annuel que le groupe américain Estée Lauder ou encore le japonais Shiseido. A la tête d’une trentaine de marques, dont une vingtaine consacrées à la beauté (parmi lesquelles les parfums Lolita Lempicka et l’enseigne Annick Goutal), le géant coréen a les moyens de diffuser ses inventions. Ainsi, en 2008, observant le succès de la BB Cream, son laboratoire met au point une forme inédite de fond de teint.

    http://www.lemonde.fr/le-magazine/article/2013/11/08/la-beaute-fait-son-marche-en-coree_3509607_1616923.html

    #chirurgie_esthétique


  • Entre résidus et ressources : du traitement des déchets dans des villes françaises et allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale
    Colloque Larhra-CHRD en partenariat avec Triangle « Lyon dans la seconde mondiale : Villes et métropoles à l’épreuve du conflit"
    http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article3717
    Je me suis laissé dire que cette communication était passionnante

    Entre résidus et ressources : du traitement des déchets dans des villes françaises et allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale
    par Chad Denton (Underwood international college, Yonsei University, Corée du Sud) : et Heike Weber (Institut de philosophie, littérature et d’histoire des sciences et techniques, université technique de Berlin)
    Cette communication examine les origines, la mise en oeuvre et les résultats des initiatives de traitement des déchets dans les villes françaises et allemandes pendant la Seconde Guerre Mondiale. Un examen attentif des archives de la récupération et de l’utilisation des déchets et vieilles matières de Vichy, ainsi que des archives municipales de Francort-sur-Main et Lyon, montre que ces initiatives en France étaient largement influencées par les pratiques de l’Allemagne nazie, pratiques qui étaient elles-mêmes inspirées par les mouvements de récupération de la Première Guerre mondiale en Allemagne. Entre 1939 et 1940, même si la propagande française avait précédemment ridiculisé les initiatives de récupération allemandes, considérées comme des preuves de faiblesse économique, les fonctionnaires du ministère de l’Armement ont imité l’Allemagne nazie en organisant des campagnes de récupération de la ferraille et du papier. Après la défaite de la France en juin 1940, cette émulation s’est muée en collaboration. Les programmes de traitement des déchets de Vichy étaient une initiative commune franco-allemande, organisée aux plus hauts échelons de l’administration vichyssoise. »

    #déchets


  • La guerre des #fesses aura bien lieu... sur le #corps des #femmes, pour changer
    http://www.citazine.fr/article/fesses-contre-fesses-sociologie-kaufmann-guerre

    D’après les études, les hommes préfèrent les femmes plus rondes mais sont partagées. Ils sont séduits par les femmes très minces et aériennes, type figures de mode. Ils s’imaginent bien les avoir à leur bras pour se montrer et gagner des bons points en société. Mais dans l’intimité, le plus souvent, ils préfèrent les rondeurs bien marquées.

    #sociologie @beautefatale


  • CADTM - La crise de l’euro et de l’Union européenne
    http://cadtm.org/La-crise-de-l-euro-et-de-l-Union
    http://cadtm.org/local/cache-vignettes/L259xH194/arton9566-c242b.jpg

    La crise n’a pas été provoquée par la concurrence étrangère

    La crise n’est pas due à la concurrence de la Chine, de la Corée du Sud, du Brésil, de l’Inde ou d’autres économies de pays en développement.

    Au cours des 10 dernières années, l’Allemagne (mais aussi les Pays-Bas et l’Autriche) s’est lancée dans une politique néo-mercantiliste : elle a réussi à augmenter ses exportations notamment au sein de l’Union européenne et de la zone euro en comprimant les salaires des travailleurs d’Allemagne |5|. Elle a donc gagné en compétitivité par rapport à ses partenaires et en particulier ceux de pays comme la Grèce, l’Espagne, le Portugal et même la Roumanie, la Bulgarie, la Hongrie (qui ne font pas partie de la Zone euro). Ceux-ci ont vu s’installer ou se creuser un déficit commercial par rapport à l’Allemagne et d’autres pays du Centre.

    L’euro comme camisole de force

    Lors de la création de l’euro, la monnaie allemande a été sous-évaluée (à la demande de l’Allemagne) et les monnaies des pays les plus faibles ont été surévaluées. Cela a rendu les exportations allemandes plus compétitives sur le marché des autres pays européens et les plus faibles d’entre eux ont été particulièrement touchés (Grèce, Portugal, Espagne, pays d’Europe centrale et de l’Est…).

    En gros, l’endettement des pays de la périphérie au sein de l’UE est essentiellement dû au comportement du secteur privé (les banques, les entreprises de construction immobilière, le reste de l’industrie et du commerce). Incapables de rivaliser avec les économies les plus fortes, les secteurs privés se sont endettés, auprès des banques du Centre (Allemagne, France, Pays-Bas, Belgique, Autriche, Luxembourg,…) mais aussi auprès d’agents internes, l’économie de ces pays s’étant largement financiarisée depuis l’adoption de l’euro. La consommation a connu un boom dans les pays concernés et, dans certains d’entre eux (Espagne par exemple), s’est développée une bulle immobilière qui a fini par éclater. Les gouvernements de ces pays sont venus au secours des banques ce qui a provoqué une forte augmentation de la dette publique.

    Évidemment, les pays qui font partie de la zone euro ne peuvent pas dévaluer leur monnaie puisqu’ils ont adopté l’euro. Des pays comme la Grèce, le Portugal ou l’Espagne sont donc coincés par leur appartenance à la zone euro. Les autorités européennes et leur gouvernement national appliquent dès lors ce qu’on appelle la dévaluation interne : ils imposent une diminution des salaires au grand profit des dirigeants des grandes entreprises privées. La dévaluation interne est donc synonyme de réduction des salaires. La dévaluation interne est utilisée pour augmenter la compétitivité mais on constate qu’elle est très peu efficace pour retrouver de la croissance économique car les politiques d’austérité et de répression salariale sont appliquées dans tous les pays. Par contre, les patrons des entreprises sont contents car cela faisait longtemps qu’ils voulaient réduire radicalement les salaires. De ce point de vue, la crise de la zone euro qui a pris un caractère très aigu à partir de 2010-2011 constitue une aubaine pour les patrons. Le salaire minimum légal a été réduit fortement en Grèce, en Irlande et dans d’autres pays....

    La #crise de l’ @euro et de l’ #Union-européenne
    #économie
    #Disparité-salariale
    #profits
    #entreprises-privées


  • Manœuvres militaires des forces états-uniennes, japonaises et sud-coréennes en Corée du Sud. Heureusement, elles sont exclusivement à caractère humanitaire.

    Pyongyang met en garde Washington avant des manœuvres tripartites
    http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/10/08/pyongyang-met-en-garde-washington-avant-des-man-uvres-tripartites_3491609_32

    Les manœuvres navales tripartites doivent démarrer mardi autour de la péninsule coréenne, si la menace d’un typhon est écartée. Les troupes comprennent notamment le sous-marin américain à propulsion nucléaire USS George Washington. Ces manœuvres sont « un exercice annuel de recherches et de sauvetage, de nature humanitaire », a indiqué un porte-parole des forces sud-coréennes et américaines. La semaine dernière, un haut responsable de la défense américaine les avait décrites comme « de plus en plus habituelles ».

    Accessoirement, le USS George Washington n’est pas un sous-marin à propulsion nucléaire — dont on se demande ce qu’il viendrait faire dans l’humanitaire… — mais un porte-avions à propulsion nucléaire.

    • Mais, finalement, les manœuvres sont reportées du fait du typhon Danas.
      S. Korea, U.S., Japan delay joint naval drills due to Typhoon Danas — http://www.arirang.co.kr/News/News_View.asp?nseq=151997

      With gusty winds of up to 45 meters per second,
      Typhoon Danas is making its way through the Korea Strait, a sea passage between Korea and Japan, moving at a speed of at least 30 kilometers per hour.
      (…)
      The drills were to involve the nuclear-powered American aircraft carrier, the USS George Washington, a guided-missile cruiser and a guided-missile destroyer from the U.S., as well as Aegis destroyers from South Korea and Japan.
      A South Korean senior Navy official, speaking on the condition of anonymity, said Tuesday that consultations are underway on whether to postpone the drills a few days or cancel them.
      The official added the George Washington has been moved to a safer place and is currently on standby.

      Ah ! et puis peut-être qu’on ira les faire ailleurs. Ou même qu’on les annulera.

      Mais alors, comment on va faire pour l’humanitaire ?