country:tunisie

  • Présidentielle - Tunisie : Les candidats retenus par l’ISIE en 7 chiffres-clés
    http://www.huffpostmaghreb.com/2014/09/30/tunisie-candidats_n_5906950.html

    1 femme
    La magistrate Kalthoum Kannou, qui s’est présentée en candidate indépendante, est la seule rescapée des 5 femmes présentes sur la liste des 70 candidatures déposées. Emna Mansour Karoui, Moufida Amdouni, Cherifa Ammar et Leila Hammami n’ont pas été retenues par l’ISIE.
    2 Kasserinois
    Mondher Zenaidi et Abdelkader Labbaoui sont issus de la région qui, dans une étude sur le développement régional menée en 2012 par le ministère en charge, affichait l’indice le plus faible en savoir, richesse, emploi, justice et équité.


  • La #Banque_mondiale reconnaît partiellement ses « #erreurs » sur la #Tunisie
    http://orientxxi.info/lu-vu-entendu/l-autocritique-incomplete-de-la,0692

    La Banque mondiale n’a pas l’habitude de battre sa coulpe. Elle le fait pourtant dans son dernier rapport sur la Tunisie. On y croirait presque, si depuis trois ans la continuité ne l’emportait largement sur le changement dans tout ce qui n’est pas politique.

    #flagrantissime #foutage_de_gueule


  • Les révolutions en Egypte et en Tunisie ; et si on parlait d’autres choses
    https://www.facebook.com/groups/1470260829906710
    Calendrier du Séminaire :

    1- Mercredi 08 octobre – Habib Ayeb, Vincent Battesti, François Ireton (organisateurs du séminaire) Présentation du séminaire : objectifs ; balisage de quelques approches et notions utilisables concernant les contextes, acteurs et déroulements des « révolutions » égyptienne et tunisienne.

    2- Mercredi 22 octobre – Jocelyne Dakhlia, Historienne, Directrice d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) : « Crédits et discrédits des sciences sociales en révolution ».

    3- Mercredi 12 novembre – Raouf Saidi, Sociologue ruraliste, membre associé au LADYSS : « Autour des petites paysanneries de Sidi Bouzid ».

    4- Mercredi 26 novembre – Vincent Battesti, Anthropologue, Chargé de Recherches au CNRS/Muséum national d’histoire naturelle : « Les oasis : comment deux régions marginales (le Jérid en Tunisie et Siwa en Égypte) ont vécu socialement et économiquement la période révolutionnaire ? ».

    5- Mercredi 10 décembre – Marie Duboc, Sociologue, MCF à l’Université de Tübingen, Allemagne : « Un mouvement marginal ? Grèves ouvrières et contestation sociale en Égypte - 2005-2011 ».

    6- Mercredi 11 février – Richard Jacquemont, Professeur de littérature arabe moderne à l’Université d’Aix-Marseille : « La révolution en Égypte : une révolution culturelle ? ».

    7- Mercredi 25 février – Gilbert Achcar, Professeur d’études du développement et de relations internationales à l’Ecole des études orientales et africaines (SOAS) de l’Université de Londres : « Retour sur le soulèvement arabe : bilan d’une analyse ».

    8- Mercredi 11 mars – Mathilde Fautras, Géographe, Doctorante à l’Université Paris-Ouest-La Défense : « Espaces ruraux et révolution(s) dans la région de Sidi Bouzid ».

    9- Mercredi 25 mars – Hamza Meddeb, Politologue, Post-Doctorant à l’Institut Universitaire Européen de Florence : « La Tunisie des frontières : entre recomposition de la contrebande et enjeux sécuritaires ».

    10- Mercredi 8 avril – Mélanie Henry, Historienne, Doctorante à l’Université d’Aix-Marseille/IREMAM : « Mécanismes d’oubli et de mémoire d’insurrections : enquêter sur les soulèvements populaires de 1946 et 1977 à Alexandrie ».

    11- Mercredi 22 avril – Héla Youssfi, Sociologue des organisations, MCF en études du développement à l’Université Paris-Dauphine : « L’UGTT : acteur clé de la transition politique tunisienne : ombres et lumières ».

    12- Mercredi 6 mai – Agnès Deboulet, Sociologue urbaine, Professeur à l’Université Paris 8 à Saint-Denis : « Épreuves urbaines et participation communautaire après la révolution dans les quartiers populaires du Caire ».

    13- Mercredi 20 mai – Yasmine Moataz, Anthropologue, Doctorante à l’Université de Cambridge, UK : « A Union of Our Own : Small Farmers, Political Agency and the State in Revolutionary Times, Egypt ».


  • Lettre d’Hervé Gourdel aux algériens
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article2301

    Notre dernier sujet sur l’Assassinat d’Hervé Gourdel Nos derniers sujets : LE SPECTRE REVENANT DU TERRORISME EN ALGERIE Un gros poisson du terrorisme algérien arrêté au Mali - 14 septembre 2014 AQMI d’Algérie et AQPA du Yémen rejoignent le DAESH. - 16 septembre 2014 Nouvelle organisation terroriste, au centre d’Algérie, affiliée au Daesh - 18 septembre 2014 Impressionnantes munitions sur 2 terroristes abattus à Jijel, 22 septembre 2014 Qui dira un jour, d’aventure, Les noirs méfaits de (...)

    Internet et entreprises qui soumettent des articles pour des liens retours.

    / Terrorisme , islamisme , Al-Qaeda , politique , , #fait_divers,_société,_fléau,_délinquance,_religion,_perdition, Afrique, Monde Arabe, islam, Maghreb, Proche-Orient,, Maghreb, Algérie, Tunisie, Maroc, Libye, Africa, population, (...)

    #Internet_et_entreprises_qui_soumettent_des_articles_pour_des_liens_retours. #Terrorisme_,islamisme,Al-Qaeda,politique, #Afrique,_Monde_Arabe,_islam,_Maghreb,_Proche-Orient, #Maghreb,_Algérie,_Tunisie,_Maroc,_Libye,_Africa,_population,_société
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/IMG/jpg/hhhhhhhhhhhhhhhhh-2.jpg


  • Tunisie : la spirale du phosphate - 26/09/2014
    http://www.rfi.fr/emission/20140926-tunisie-phosphate-mine-gafsa

    RFI - Grand reportage http://telechargement.rfi.fr/rfi/francais/audio/magazines/r176/grand_reportage_20140926_0437.mp3

    Au centre de la Tunisie, à 350 km de la capitale, 7 carrières à ciel ouvert et une mine souterraine forment le bassin minier de Gafsa, une région dont l’économie s’appuie essentiellement sur l’extraction de phosphate et cela depuis la fin du XIXème (...)


  • Tunisie. 70 candidats. Les présidentielles de tous les records
    http://www.lecourrierdelatlas.com/79202309201470-candidats.-Les-presidentielles-de-tous-les-record

    Controverse au Front Populaire

    En retard dans le rassemblement des signatures nécessaires, Hammami avait préféré se rabattre sur les parrainages des élus de l’Assemblée constituante. Il y a trouvé, en sus des quelques élus de son propre courant, le soutien du CPR « désireux de raviver l’esprit du 18 octobre » et celui d’Ennahdha (1 élu signataire) qui n’avait pas de consignes de parrainages précises.

    Furieux, Mongi Rahoui du Watad unifié, à l’étranger dans un premier temps, aurait refusé d’adjoindre sa signature à celle de mouvements qu’il considère toujours comme « politiquement responsables des assassinats politiques de Brahmi et Belaïd ». Même courroux idéologique chez le Mouvement du Peuple de feu Brahmi, indigné à l’image de celle aile la plus nationaliste du Front Populaire. S’en est suivi une querelle sur les réseaux sociaux entre jeunes du Parti Ouvrier et ceux du Watad, plus radicaux.

    Face à ce tollé, Hamma Hammami a tenté de modifier son dossier à la dernière minute lundi en se rendant à nouveau à l’ISIE pour y substituer les parrainages d’élus par 10 000 signatures enfin glanées dans la rue. Mais la manœuvre est aussitôt jugée illégale par le président de l’instance Chafiq Sarsar. Une fin de non-recevoir que le porte-parole du Front Populaire fera constater par huissier, en vue d’une plainte auprès du Tribunal administratif…


  • Impressionnantes munitions sur 2 terroristes abattus à Jijel
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article2297

    Dernièrement, aux frontières avec la Tunisie, l’armée algérienne a obstrué les passages sur son territoire des membres de la faction islamo-terroriste réfugiés dans les monts « Chaambni » à l’ouest Tunisien. Ce qui a permis aux services de sécurité du pays voisin d’éliminer quelques criminels et d’arrêter d’autres... Publication by Populi-Scoop : L’info citoyenne et l’actu critique. L’étau se resserre autour des groupes de l’AQMI au Maghreb, quand de nouvelles organisations terroristes sont proclamées, (...)

    Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde arabe, vie politique, nation, nationale,

    / Terrorisme , islamisme , Al-Qaeda , politique , , #fait_divers,_société,_fléau,_délinquance,_religion,_perdition, Afrique, Monde Arabe, islam, Maghreb, Proche-Orient,, Maghreb, (...)

    #Politique,France,_francophonie,_Algérie,_Maroc,_Tunisie,_Afrique,_monde_arabe,_vie_politique,_nation,_nationale, #Terrorisme_,_islamisme,Al-Qaeda,politique, #Afrique,_Monde_Arabe,_islam,_Maghreb,_Proche-Orient, #Maghreb,_Algérie,_Tunisie,_Maroc,_Libye,_Africa,_population,_société


  • Justice transitionnelle en Tunisie : Et si les criminels d’hier devenaient les élus de demain ? | Nawaat - Tunisia
    http://nawaat.org/portail/2014/09/19/justice-transitionnelle-en-tunisie-et-si-les-criminels-dhier-devenaient-les-

    Récemment, un groupe d’activistes à lancé un appel pour alerter l’opinion publique sur la gravité de l’état de santé de Tarek Dziri, blessé de la révolution. Alors que les présumés coupables de son agression ont été acquittés, Tarek est condamné pour le reste de sa vie et ne pourra plus jamais utiliser ses jambes pour marcher. Souffrant depuis trois ans de cet handicap, ses médecins traitants lui ont prescrit une IRM, alors même qu’il avait encore des débris de balles. Cette erreur médicale a aggravé son état, d’autant qu’il a été abandonné, durant plusieurs semaines, sans médicaments pour traiter les infections et les complications qui s’en suivirent.


  • Jebali : Voilà pourquoi je ne me présente pas aux élections présidentielles
    http://www.leaders.com.tn/article/hamadi-jebali-voila-pourquoi-je-ne-me-presente-pas-aux-elections-preside

    L’ancien chef du gouvernement et secrétaire général d’Ennahdha, Hamadi Jebali a confirmé qu’il ne se présentait pas aux élections présidentielles et expliqué les raisons qui ont présidé à sa décision. Dans un communiqué publié vendredi, il s’est fit notamment « impliqué dans le chantier de transformation de la Tunisie » et restait conscient « que tout clivage concernant l’identité, la religion et l’appartenance régionale représente un danger dans cette phase actuelle de Transition ». Il « garde l’espoir, qu’avec le temps, nous n’aurons à traiter que des conflits de nature exclusivement politique qui ne s’adossent pas à des référentiels idéologiques néfastes convoquant régression démocratique, violence, guerre civile et ingérence étrangère ». Jebali « laisse le temps à la Constitution de s’ériger comme référentiel nouveau et commun à nos comportements politiques. Et déclare : « Je décide donc en toute conscience et indépendance de ne pas me présenter aux prochaines élections présidentielles.


  • Revue de presse - - - - - - - - - Semaine du 13.09 au 19.09.14

    https://collectiflieuxcommuns.fr/spip/672-revue-de-presse-semaine-du-05-07

    En 2013, les catastrophes naturelles ont déplacé trois fois plus de personnes que les conflits

    Caractéristiques géopolitiques de l’Océan indien

    Etat islamique : l’Arabie saoudite en guerre contre elle-même

    Allemagne : les musulmans contre la « haine » et « l’extrémisme »

    « Trop violente » la parade musulmane de New York ?

    L’UGTT abandonnera-t-elle la Tunisie aux islamistes d’Ennahdha ?

    Un exercice antimusulman à l’armée belge !

    Where do atheists live ?

    Une histoire de la mémoire, de l’Antiquité à nos jours

    L’énergie, enjeu caché du référendum écossais

    L’approvisionnement électrique de la France menacé en 2016-2017

    Le méthane agricole, un nouvel agro-business ?

    Bonus


  • Kamel Bennaceur réfute la privatisation de la STEG suite à l’adoption du texte de loi sur les énergies renouvelables (audio) | Businessnews.com.tn
    http://www.businessnews.com.tn/details_article.php?a=49551&t=520&lang=fr&temp=3
    En Tunisie, c’est le FMI qui décide de la levée des subventions sur l’#électricité, dixit le ministre...

    M. Bennaceur a affirmé que produire plus d’énergie localement grâce aux énergies renouvelables va rapprocher la Tunisie de l’autosuffisance et permettra donc de diminuer l’importation de gaz naturel des pays étrangers ce qui baissera les factures d’électricité. Il rajoute, aussi, que, même si le FMI va prochainement lever les subventions de ce secteur, il y aurait toujours des aides gouvernementales mais qui seront ciblées vers les plus nécessiteux suivant un classement, sur 3 ou 4 groupes des consommateurs, qui sera réalisé suite aux recherches conjointes de la STEG et de l’INS.


  • Rached Ghannouchi en Chine et bientôt à l’université de Yale
    http://www.leaders.com.tn/article/rached-ghannouchi-en-chine-et-bientot-a-l-universite-de-yale?id=15033

    Laissant la Tunisie dans l’effervescence du dépôt des candidatures aux élections présidentielles, le chef d’Ennahdha s’est envolé dimanche soir vers Pékin pour un séjour d’une semaine. Il aura à cette occasion des entretiens avec les hauts dirigeants chinois, indique son cabinet. Accompagné de membres de son staff et d’hommes d’affaires, il participera également à un symposium international consacré au partenariat économique.

    A peine rentré de Chine, Ghannouchi reprendra à nouveaux l’avion pour se rendre, la fin du mois, aux Etats-Unis. Invité par l’Université de Yale, au nord de New-York, il donnera une conférence sur l’expérience d’Ennahdha dans la transition démocratique.


  • Tunisie, L’UGTT : les syndicalistes voteront contre ceux qui nous ont agressés
    http://www.leaders.com.tn/article/l-ugtt-et-les-elections-les-syndicalistes-voteront-contre-ceux-qui-nous-

    Après une série de consultations qui ont englobé les structures syndicales nationales, régionales et sectorielles, l’Instance administrative de l’ UGTT a appelé les dirigeants de ces structures à ne pas se porter candidats aux prochaines élections qu’il s’agisse des listes partisanes ou indépendantes, une posture qui n’est pas synonyme de neutralité puisqu’elle les exhorte à ne pas voter pour les formations qui ont exercé ou incité à la violence contre eux. Le communiqué vise de toute évidence les Ligues de Protection de la Révolution aujourd’hui dissoutes, le Mouvement Ennahdha et le syndicat qui lui est proche, ainsi qu’un parti de la troika.

    Le secrétaire général adjoint de l’UGTT, Belgacem Affia a été plus explicite. Dans une interview au journal El Maghreb, il se dit confiant dans la capacité des travailleurs à faire la distinction entre « ceux qui nous ont jeté des fleurs et ceux qui nous ont lancé des ordures et des poubelles, un certain 4 décembre, place Mohamed Ali ».

    Pour prévenir les risques de fraude et tout autre dépassement, l’UGTT a mobilisé tous ses moyens matériels et humains pour s’assurer de la transparence des opérations de vote à travers son observatoire avec la collaboration de la LTDH et l’Institut Arabe des Droits de l’Homme. Et en accord avec l’ISIE, la centrale a appelé les responsables syndicaux dans les régions à déposer leur au poste d’observateur auprès des IRIE .




  • Fini d’écouter « La Grande Table » ou des auteurEs subversifs/ves institutionnelLEs arrivent à poser la question démocratique dans le cadre étatique actuel. Le sociologue explique vers la fin que la démocratie représentative, c’est très bien, il n’a rien contre.

    http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-2eme-partie-le-mythe-de-la-democratie-reelle-

    Ça commence par un tour du monde de la rébellitude dont on exclut les questions qui fâchent, les mouvements pour la démocratisation qui se sont englués dans la guerre. Tunisie plutôt que Syrie. Ensuite il s’agit de définir qui sont les bons mouvements et les mauvais. Les mauvais, par exemple, c’est la manif pour tous. La ligne de fracture : certains mouvements se battent pour l’égalité, celui-ci se bat contre l’extension des droits. Quid du mouvement des pères qui demandent les droits égaux à la garde (dans un contexte d’inégalité de l’investissement parental et domestique) ? C’est plus compliqué, déjà. Après, les auteurEs balancent un critère convaincant : aucun de ces mouvements n’a développé de leadership. Changer le monde sans prendre le pouvoir ? Mais au final, puisque le système représentatif est pas mal, tout ça sert à lui offrir un peu d’air pur.

    Voilà, c’est ça l’offre révolutionnaire du moment qui fait frémir France Culture... A-t-on la critique de la démocratie qu’on mérite ?


  • La #Tunisie a repêché les #corps de 41 migrants naufragés

    Les autorités tunisiennes ont retrouvé 41 corps de migrants naufragés depuis vendredi. Le bilan de ce naufrage qui a probablement eu lieu en début de semaine est provisoire.

    http://files.newsnetz.ch/story/1/7/2/17245579/4/topelement.jpg
    http://www.tdg.ch/monde/afrique/La-Tunisie-a-repeche-41-corps-de-migrants-naufrages/story/17245579

    #cadavre #migration #asile #réfugiés #Méditerranée #mourir_en_mer #naufrage #décès #mer


  • Tunisie- Quand le pays sombre dans le blackout | Businessnews.com.tn
    http://www.businessnews.com.tn/details_article.php?a=49083&t=519&lang=fr&temp=3

    A la Une
    Tunisie- Quand le pays sombre dans le blackout
    16
    01/09/2014 20:41
    Une coupure d’électricité d’envergure nationale a plongé dans le noir total, la Tunisie, dans l’après-midi du dimanche 31 août 2014 aux alentours de 17h. Rarement le pays a connu des pannes d’une telle ampleur. Le blackout généralisé a duré plus de deux heures, générant un vent de panique chez des citoyens qui ont automatiquement pensé à une attaque terroriste. Dans la confusion, les rumeurs se sont propagées. Ceci a alimenté des inquiétudes d’autant plus légitimes que la Tunisie se trouve confrontée à des menaces terroristes. On rappellera, en effet, la dernière déclaration du ministre de l’Intérieur, annonçant des attaques imminentes durant le mois en cours.

    http://www.businessnews.com.tn/images/album/BN17120electriciteune.jpg
    #Tunisie #électricité #énergie #panne #coupure


  • Entretien avec Rached Ghannouchi - Institut Jean Lecanuet - France Forum
    http://www.institutjeanlecanuet.org/blog

    Jeudi 28 août 2014

    Mon panier
       
    > ACCUEIL > BLOG > ENTRETIEN AVEC RACHED GHANNOUCHI

    ENTRETIEN AVEC RACHED GHANNOUCHI

    Terre de naissance des révolutions arabes, la Tunisie vit, depuis trois ans, un chapitre capital de sa jeune histoire. C’est évidemment l’opinion de Rached Ghannouchi, président du parti Ennahda. Pour lui, l’ensemble de l’islam est concerné par l’expérience démocratique tunisienne. « Ce qui est en train de se passer en Tunisie libère l’image de l’islam de celle du terrorisme et lui associe celle de la démocratie : une démocratie musulmane, assise sur une souveraineté populaire. » La religion garde un rôle important tempère Rached Ghannouchi, mais un rôle différent : « Diffuser des valeurs de paix et de tolérance, d’équité et de justice. » Est-ce bien l’avis de tous les Tunisiens ? « Islamistes et laïques modérés peuvent vivre ensemble. Le problème vient des extrémistes des deux camps », répond le président d’Ennahda.

    Guillaume Klossa, président du think tank EuropaNova se demande néanmoins si, derrière le mot démocratie, chacun met bien la même chose. Le responsable politique tunisien est on ne peut plus clair dans sa réponse : « J’ai 72 ans et, dans ma vie, je n’ai voté qu’une fois, mais je sais ce que veut dire pour moi la démocratie : des élections libres et multipartistes, la liberté de la presse, l’égalité des sexes, la justice, l’alternance au pouvoir. » Et puis, fait-il remarquer : « Nous ne sortons pas d’une période avec un gouvernement “fort” comme ont dit certains politiques en France après la chute de Ben Ali, mais d’une dictature véritable. » Ce sera la seule petite mise au point du déjeuner car « les Tunisiens veulent aller de l’avant. Le reste, c’est de l’histoire ancienne », n’a cessé de répéter Rached Ghannouchi.

    Le sénateur de Paris Yves Pozzo di Borgo évoque les prochaines élections en Tunisie et leurs conséquences possibles sur la cohésion nationale du pays. Rached Ghannouchi, dont le parti est donné favori, se montre rassurant : « Les élections auront lieu à la fin de l’année et, quelle que soit l’issue, un gouvernement de coalition est souhaitable car notre démocratie naissante est encore fragile. Oui, un consensus est nécessaire même si une majorité se dégage. Il nous faut encore au moins cinq ans pour stabiliser notre démocratie. »

    Rachida Dati, ancien ministre de la Justice, député européen et maire du 7e arrondissement de Paris, et Anne-Marie Idrac, ancien secrétaire d’État aux Transports et au Commerce extérieur et ancienne présidente de la SNCF et de la RATP, abordent la situation compliquée des autres pays arabes : Syrie, Irak, Libye, Egypte. Entre contextes sociaux sectaires ou communautaristes, interventions extérieures, aucune solution ne semble émerger. Rached Ghannouchi constate aussi ces crises et les fortes difficultés pour qu’une véritable démocratie s’installe dans ces pays voisins, mais il reste optimiste, notamment pour l’Egypte : « Le monde arabe dans son ensemble est entré dans une nouvelle ère comme l’Europe l’a été à la suite de la Révolution française. La révolution égyptienne réussira aussi sa mue démocratique. Le génie ne retournera pas dans sa lampe ! La Tunisie a mieux réussi que les autres parce que la situation y est moins complexe. Notre société est plus homogène comparée à l’Irak, à la Syrie ou à l’Egypte. Forcément, le prix de la démocratie sera plus lourd dans ces pays. » Yves Pozzo di Borgo évoque les relations politiques des nouveaux partis du monde arabe et interroge sur les relations entre Tunisie, Algérie et Maroc. « Qu’attendez-vous de la France ? » demande Rachida Dati. « Nous attendons que nos amis français et européens nous aident, que les démocraties européennes et toute la communauté internationale fassent leur devoir car il n’y a pas d’autres solutions que la réussite de la démocratie. Chacun y a intérêt. » Il ajoute : « Nous sommes avec tous ceux qui se battent pour la démocratie et contre le terrorisme. Le vrai visage de l’islam, c’est la liberté et la démocratie. Nous devons montrer le bon produit islamique pour faire disparaître le mauvais. » Anne-Marie Idrac ajoute : « Vous devez, de votre côté, nous aider à mieux vous comprendre, c’est bien le but de telles rencontres. »

    Guillaume Klossa s’interroge sur l’état des relations avec la France compte tenu des tensions diplomatiques au moment de la révolution. Rached Ghannouchi le rassure : « Les relations avec la France et aussi avec l’Europe s’améliorent. La Tunisie a maintenant un accord de partenariat privilégié avec l’Europe. Les visites ministérielles de la France sont nombreuses. L’ambassadeur de France en Tunisie a prononcé un discours en arabe. Le nombre d’étudiants tunisiens en France augmente. Les touristes français sont un peu moins nombreux, mais c’est aussi le résultat de la crise économique en France. » « C’est aujourd’hui notre intérêt et celui de l’Europe de vous connaître et de vous accompagner vers la démocratie. J’espère que la nouvelle Commission européenne sera à la hauteur de cet enjeu », ajoute Rachida Dati.

    « L’union du Maghreb reste un objectif, mais la question du Sahara est toujours un point très dur entre l’Algérie et le Maroc », précise le président d’Ennahda.

    Fadila Mehal, conseillère de Paris, voit bien les interrogations qui persistent dans la société française envers les évolutions en cours en Tunisie ou au Maroc et souhaite le faire entendre à Rached Ghannouchi : « La France a deux points de vigilance très forts qui peuvent compliquer nos relations. Je pense à la question du rôle des partis religieux par rapport à nos valeurs de laïcité et aussi à la question des femmes. »

    Rachida Dati partage la remarque de Fadila Mehal, mais elle note néanmoins que « nous sommes exigeants avec les peuples arabes comme en Tunisie alors que nous avons cautionné pendant des années des dictatures ». Et elle déplore que le ressentiment contre l’Islam repose parfois sur des fantasmes ou des comportements très minoritaires : « La loi sur les signes ostentatoires, puis celle sur le port de la burqa n’ont causé aucun problème dans la communauté musulmane et chez ses responsables. »


  • BERTRAND DELANOË épinglé !!! Sa fuite de la mairie de PARIS expliquée !!!
    http://www.brujitafr.fr/article-bertrand-delanoe-epingle-sa-fuite-de-la-mairie-de-paris-expliquee-

    Voilà pourquoi il veut se « tirer » en Tunisie !!!!!!!!!! DELANOË démasqué par Capital et l’Inspection Générale de la ville de Paris ! LE BOOMERANG de DELANOË ! DELANOË PLUS VOYOU QUE CHIRAC, EH OUI !!!!! Au fil des ans, Bertrand Delanoë est parvenu à se ciseler une réputation de gestionnaire avisé. Pourtant, derrière la façade, les gaspillages s’amoncellent. A Paris, les emplois fictifs sont un peu comme les bateaux-mouches  : ils font partie du paysage. Lorsqu’il régnait sur l’Hôtel de Ville, on le sait, Jacques Chirac y appointait discrètement 21 camarades, qui travaillaient en réalité pour le RPR – il vient d’ailleurs de rembourser (avec l’UMP) 2,2 millions d’euros à la mairie, ce qui est la moindre des choses. Eh (...)


  • Qui sont les candidats d’Ennahdha aux législatives
    http://www.leaders.com.tn/article/qui-sont-les-candidats-d-ennahdha-aux-legislatives

    Le mouvement Ennahdha sort l’artillerie lourde pour les prochaines législatives. Le choix de ses candidats, aboutissement d’un long processus interne et d’une ouverture plus large sur des indépendants. Présent dans les 33 circonscriptions électorales, 27 en Tunisie et 6 à l’étranger, il aligne outre des têtes de listes qu’il juge attractives, nombre de figures connues notamment parmi les hommes d’affaires. Outre Mohamed Frikha, PDG de Telnet et Syphax qui conduira la liste de Sfax 2, on trouve en effet Walid Loukil (Mazda, Citroen, AMS, etc.) en numéro 3 à l’Ariana et 7 autres chefs d’entreprises dans les différentes circonscriptions.
    Au titre des autres indépendants, on note la présence des anciens membres du gouvernement, Slim Besbbès (Sfax 2) Naoufel Jemmali (Sidi Bouzid) et Chahida Bouraoui (Monastir). Au total, 11 membres des gouvernements Jebali et Laarayedh partent au verdict des urnes. Il s’agit, en plus des trois cités ci-haut, d’Ali Laarayedh (Tunis 1), Noureddine Behiri (Ben Arous), Mohamed Ben Salem (Zaghouan), Samir Dilou (numéro 3 à Bizerte), Abdellatif El Mekki (Le Kef) Houcine Jaziri (numéro 2 à France 1), tarek Dhiab (numéro 4 à Tunis 1) et Karim Harouni (numéro 3 à Tunis 2).

    Ennahdha aligne 3 femmes têtes de liste, Mehrezia Laabidi à Nabeul 2, Imane Ben mohamed en Italie et Saïda Lounissi dans la circonscription de France 1. Ses listes comptent 46% de femmes, 18% de jeunes, 84% d’un niveau universitaires et 16% de bacheliers. Dans cette compétition, le mouvement présente 6 enseignants universitaires, 47 enseignants du secondaire, 11 instituteurs, 9 chefs d’entreprise, 11 juristes et 6 médecins. Si 33 députés de l’Assemblée nationale constituante ont été reconduits, dix anciens membres des gouvernements Jebali et Laaryaedh sont portés candidats.

    #Tunisie #élections


  • Tunisie - 69 listes électorales déposées pour les législatives pour un total de 5.188.426 d’inscrits pour les élections | Businessnews.com.tn
    http://www.businessnews.com.tn/details_article.php?a=48912&t=520&lang=fr&temp=3

    Le chargé de communication de l’ISIE, Lassâad Ben Ahmed, a indiqué dans une déclaration à Jawhara Fm, dimanche 24 août 2014, qu’au terme de cette journée, 69 listes ont été déposées dans l’ensemble des bureaux régionaux de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), dont 27 listes de partis politiques, 29 listes d’alliance et 13 listes indépendantes sur l’ensemble du territoire.

    Par ailleurs, M. Ben Ahmed précise que jusqu’au 23 août 2014, 933.148 nouveaux électeurs ont été enregistrés, ce qui porte le nombre total des électeurs inscrits à 5.188.426 de personnes.

    #élections #Tunisie


  • Reportage : #Tunisie#Libye, aux #frontières de la guerre et de l’oubli

    Chaque crise impose ses changements. Celle de la guerre civile en Lybie a influé sur toute la région, y compris sur la Tunisie. Avec ces changements brusques et rapides, de nouvelles frontières se dessinent, desitinéraires inédits et de nouveaux commerces naissent, alors que d’autres cèdent et disparaissent. Entre Ras Jedir, le #camp_de_réfugiés de #Choucha, #Djerba et #Zarzis, des histoires de #migration, de #guerre civile, de #viol, de #mort et d’#oubli se tissent et se détissent au fil des quêtes. Nous en avons recueillis quelques unes.

    http://nawaat.org/portail/wp-content/uploads/2014/08/choucha-1.jpg
    http://nawaat.org/portail/2014/08/19/reportage-tunisie-libye-aux-frontieres-de-la-guerre-et-de-loubli
    @asile

    #Cimetière_marin

    Le lieu de l’#incident survenu le 11 février 2011 entre la frégate « Horria 302 » de l’armée nationale et l’embarcation « Raïes Ali 2 », au large de l’île de Kerkennah. Photo Bruno Giuliani.

    Riadh n’a pas peur de sauter dans le prochain bateau qui arrivera ou pas à bonne destination. Il a survécu, à chaque fois, et a acquis une expérience inégalable dans le domaine. Mais cette chance, d’autres migrants ne l’ont pas eu, comme les jeunes Tunisiens de Zarzis, qui ont trouvé la mort, la nuit du 11 février 2011, sur un bateau de fortune qui se dirigeait vers Lampedusa. Ce drame qui a fait 5 morts et 22 disparus a fait le tour des médias, à l’époque, avant d’être oublié, sauf par les familles des victimes. Les survivants ont accusé la garde nationale de vouloir tuer les 120 émigrés qui étaient sur le bateau

    http://nawaat.org/portail/wp-content/uploads/2014/08/naufrage.jpg
    http://nawaat.org/portail/wp-content/uploads/2014/08/abdallah.jpg
    #naufrage #mourir_en_mer #Méditerranée

    cc @reka


  • L’Algérie, le Maroc et la Tunisie en alerte maximale pour contrer la menace terroriste
    http://www.brujitafr.fr/article-l-algerie-le-maroc-et-la-tunisie-en-alerte-maximale-pour-contrer-l

    http://1.bp.blogspot.com/-LJD1z6S0bGk/U_kwU1npXYI/AAAAAAAAZZE/T5_a3dFEm_g/s1600/gaga.png

    Le renversement du colonel Khadafi a ouvert la boîte de Pandore en Libye. Il y a trois ans, en août 2011, le régime de Mouammar Kadhafi tombait, suite à l’intervention militaire d’une coalition menée par la France. Aujourd’hui, la Libye est embourbée dans une guerre interne entre les milices qui règnent en maître des lieux. Tripoli, Benghazi et Misrata sont les théâtres de violents affrontements entre fractions rivales qui se disputent le pouvoir, incarnés par un parlement très fragile et qui n’a aucune capacité de faire régner l’ordre et la sécurité. Le « désordre » qui règne en Libye fait craindre le pire sur les pays du Maghreb. Le chaos grandissant qui s‘installe dans l‘ex-Jamahiria inquiète sérieusement les responsables maghrébins. La (...)

    #CONFLICTS_DANS_LE_MONDE


  • Les deux Tunisie sous l’angle des inégalités de revenu
    http://www.leaders.com.tn/content/show?title_slug=les-deux-tunisie-sous-l-angle-des-inegalites-de-revenu
    par Habib Touhami

    Ce qu’il faut retenir de cette brève digression est clair et inquiétant à la fois : plus encore que le retard économique et d’infrastructure, l’ouest et le centre du pays, accusent un retard plus grand encore en matière culturelle et éducative, et par là même un retard dans l’évolution des structures mentales et des comportements sociaux. C’est ainsi que le terrorisme qui se nourrit de la misère matérielle a trouvé dans la misère culturelle caractérisant ces régions un terrain propice à son éclosion. Dès lors, la lutte armée contre le terrorisme doit s’accompagner par une politique socioéconomique et éducative spécifique en faveur de certaines régions.

    #Tunisie #développement_régional