country:tunisie

  • La #Tunisie a repêché les #corps de 41 migrants naufragés

    Les autorités tunisiennes ont retrouvé 41 corps de migrants naufragés depuis vendredi. Le bilan de ce naufrage qui a probablement eu lieu en début de semaine est provisoire.

    http://files.newsnetz.ch/story/1/7/2/17245579/4/topelement.jpg
    http://www.tdg.ch/monde/afrique/La-Tunisie-a-repeche-41-corps-de-migrants-naufrages/story/17245579

    #cadavre #migration #asile #réfugiés #Méditerranée #mourir_en_mer #naufrage #décès #mer


  • Tunisie- Quand le pays sombre dans le blackout | Businessnews.com.tn
    http://www.businessnews.com.tn/details_article.php?a=49083&t=519&lang=fr&temp=3

    A la Une
    Tunisie- Quand le pays sombre dans le blackout
    16
    01/09/2014 20:41
    Une coupure d’électricité d’envergure nationale a plongé dans le noir total, la Tunisie, dans l’après-midi du dimanche 31 août 2014 aux alentours de 17h. Rarement le pays a connu des pannes d’une telle ampleur. Le blackout généralisé a duré plus de deux heures, générant un vent de panique chez des citoyens qui ont automatiquement pensé à une attaque terroriste. Dans la confusion, les rumeurs se sont propagées. Ceci a alimenté des inquiétudes d’autant plus légitimes que la Tunisie se trouve confrontée à des menaces terroristes. On rappellera, en effet, la dernière déclaration du ministre de l’Intérieur, annonçant des attaques imminentes durant le mois en cours.


    #Tunisie #électricité #énergie #panne #coupure


  • Entretien avec Rached Ghannouchi - Institut Jean Lecanuet - France Forum
    http://www.institutjeanlecanuet.org/blog

    Jeudi 28 août 2014

    Mon panier
       
    > ACCUEIL > BLOG > ENTRETIEN AVEC RACHED GHANNOUCHI

    ENTRETIEN AVEC RACHED GHANNOUCHI

    Terre de naissance des révolutions arabes, la Tunisie vit, depuis trois ans, un chapitre capital de sa jeune histoire. C’est évidemment l’opinion de Rached Ghannouchi, président du parti Ennahda. Pour lui, l’ensemble de l’islam est concerné par l’expérience démocratique tunisienne. « Ce qui est en train de se passer en Tunisie libère l’image de l’islam de celle du terrorisme et lui associe celle de la démocratie : une démocratie musulmane, assise sur une souveraineté populaire. » La religion garde un rôle important tempère Rached Ghannouchi, mais un rôle différent : « Diffuser des valeurs de paix et de tolérance, d’équité et de justice. » Est-ce bien l’avis de tous les Tunisiens ? « Islamistes et laïques modérés peuvent vivre ensemble. Le problème vient des extrémistes des deux camps », répond le président d’Ennahda.

    Guillaume Klossa, président du think tank EuropaNova se demande néanmoins si, derrière le mot démocratie, chacun met bien la même chose. Le responsable politique tunisien est on ne peut plus clair dans sa réponse : « J’ai 72 ans et, dans ma vie, je n’ai voté qu’une fois, mais je sais ce que veut dire pour moi la démocratie : des élections libres et multipartistes, la liberté de la presse, l’égalité des sexes, la justice, l’alternance au pouvoir. » Et puis, fait-il remarquer : « Nous ne sortons pas d’une période avec un gouvernement “fort” comme ont dit certains politiques en France après la chute de Ben Ali, mais d’une dictature véritable. » Ce sera la seule petite mise au point du déjeuner car « les Tunisiens veulent aller de l’avant. Le reste, c’est de l’histoire ancienne », n’a cessé de répéter Rached Ghannouchi.

    Le sénateur de Paris Yves Pozzo di Borgo évoque les prochaines élections en Tunisie et leurs conséquences possibles sur la cohésion nationale du pays. Rached Ghannouchi, dont le parti est donné favori, se montre rassurant : « Les élections auront lieu à la fin de l’année et, quelle que soit l’issue, un gouvernement de coalition est souhaitable car notre démocratie naissante est encore fragile. Oui, un consensus est nécessaire même si une majorité se dégage. Il nous faut encore au moins cinq ans pour stabiliser notre démocratie. »

    Rachida Dati, ancien ministre de la Justice, député européen et maire du 7e arrondissement de Paris, et Anne-Marie Idrac, ancien secrétaire d’État aux Transports et au Commerce extérieur et ancienne présidente de la SNCF et de la RATP, abordent la situation compliquée des autres pays arabes : Syrie, Irak, Libye, Egypte. Entre contextes sociaux sectaires ou communautaristes, interventions extérieures, aucune solution ne semble émerger. Rached Ghannouchi constate aussi ces crises et les fortes difficultés pour qu’une véritable démocratie s’installe dans ces pays voisins, mais il reste optimiste, notamment pour l’Egypte : « Le monde arabe dans son ensemble est entré dans une nouvelle ère comme l’Europe l’a été à la suite de la Révolution française. La révolution égyptienne réussira aussi sa mue démocratique. Le génie ne retournera pas dans sa lampe ! La Tunisie a mieux réussi que les autres parce que la situation y est moins complexe. Notre société est plus homogène comparée à l’Irak, à la Syrie ou à l’Egypte. Forcément, le prix de la démocratie sera plus lourd dans ces pays. » Yves Pozzo di Borgo évoque les relations politiques des nouveaux partis du monde arabe et interroge sur les relations entre Tunisie, Algérie et Maroc. « Qu’attendez-vous de la France ? » demande Rachida Dati. « Nous attendons que nos amis français et européens nous aident, que les démocraties européennes et toute la communauté internationale fassent leur devoir car il n’y a pas d’autres solutions que la réussite de la démocratie. Chacun y a intérêt. » Il ajoute : « Nous sommes avec tous ceux qui se battent pour la démocratie et contre le terrorisme. Le vrai visage de l’islam, c’est la liberté et la démocratie. Nous devons montrer le bon produit islamique pour faire disparaître le mauvais. » Anne-Marie Idrac ajoute : « Vous devez, de votre côté, nous aider à mieux vous comprendre, c’est bien le but de telles rencontres. »

    Guillaume Klossa s’interroge sur l’état des relations avec la France compte tenu des tensions diplomatiques au moment de la révolution. Rached Ghannouchi le rassure : « Les relations avec la France et aussi avec l’Europe s’améliorent. La Tunisie a maintenant un accord de partenariat privilégié avec l’Europe. Les visites ministérielles de la France sont nombreuses. L’ambassadeur de France en Tunisie a prononcé un discours en arabe. Le nombre d’étudiants tunisiens en France augmente. Les touristes français sont un peu moins nombreux, mais c’est aussi le résultat de la crise économique en France. » « C’est aujourd’hui notre intérêt et celui de l’Europe de vous connaître et de vous accompagner vers la démocratie. J’espère que la nouvelle Commission européenne sera à la hauteur de cet enjeu », ajoute Rachida Dati.

    « L’union du Maghreb reste un objectif, mais la question du Sahara est toujours un point très dur entre l’Algérie et le Maroc », précise le président d’Ennahda.

    Fadila Mehal, conseillère de Paris, voit bien les interrogations qui persistent dans la société française envers les évolutions en cours en Tunisie ou au Maroc et souhaite le faire entendre à Rached Ghannouchi : « La France a deux points de vigilance très forts qui peuvent compliquer nos relations. Je pense à la question du rôle des partis religieux par rapport à nos valeurs de laïcité et aussi à la question des femmes. »

    Rachida Dati partage la remarque de Fadila Mehal, mais elle note néanmoins que « nous sommes exigeants avec les peuples arabes comme en Tunisie alors que nous avons cautionné pendant des années des dictatures ». Et elle déplore que le ressentiment contre l’Islam repose parfois sur des fantasmes ou des comportements très minoritaires : « La loi sur les signes ostentatoires, puis celle sur le port de la burqa n’ont causé aucun problème dans la communauté musulmane et chez ses responsables. »


  • BERTRAND DELANOË épinglé !!! Sa fuite de la mairie de PARIS expliquée !!!
    http://www.brujitafr.fr/article-bertrand-delanoe-epingle-sa-fuite-de-la-mairie-de-paris-expliquee-

    Voilà pourquoi il veut se « tirer » en Tunisie !!!!!!!!!! DELANOË démasqué par Capital et l’Inspection Générale de la ville de Paris ! LE BOOMERANG de DELANOË ! DELANOË PLUS VOYOU QUE CHIRAC, EH OUI !!!!! Au fil des ans, Bertrand Delanoë est parvenu à se ciseler une réputation de gestionnaire avisé. Pourtant, derrière la façade, les gaspillages s’amoncellent. A Paris, les emplois fictifs sont un peu comme les bateaux-mouches  : ils font partie du paysage. Lorsqu’il régnait sur l’Hôtel de Ville, on le sait, Jacques Chirac y appointait discrètement 21 camarades, qui travaillaient en réalité pour le RPR – il vient d’ailleurs de rembourser (avec l’UMP) 2,2 millions d’euros à la mairie, ce qui est la moindre des choses. Eh (...)


  • Qui sont les candidats d’Ennahdha aux législatives
    http://www.leaders.com.tn/article/qui-sont-les-candidats-d-ennahdha-aux-legislatives

    Le mouvement Ennahdha sort l’artillerie lourde pour les prochaines législatives. Le choix de ses candidats, aboutissement d’un long processus interne et d’une ouverture plus large sur des indépendants. Présent dans les 33 circonscriptions électorales, 27 en Tunisie et 6 à l’étranger, il aligne outre des têtes de listes qu’il juge attractives, nombre de figures connues notamment parmi les hommes d’affaires. Outre Mohamed Frikha, PDG de Telnet et Syphax qui conduira la liste de Sfax 2, on trouve en effet Walid Loukil (Mazda, Citroen, AMS, etc.) en numéro 3 à l’Ariana et 7 autres chefs d’entreprises dans les différentes circonscriptions.
    Au titre des autres indépendants, on note la présence des anciens membres du gouvernement, Slim Besbbès (Sfax 2) Naoufel Jemmali (Sidi Bouzid) et Chahida Bouraoui (Monastir). Au total, 11 membres des gouvernements Jebali et Laarayedh partent au verdict des urnes. Il s’agit, en plus des trois cités ci-haut, d’Ali Laarayedh (Tunis 1), Noureddine Behiri (Ben Arous), Mohamed Ben Salem (Zaghouan), Samir Dilou (numéro 3 à Bizerte), Abdellatif El Mekki (Le Kef) Houcine Jaziri (numéro 2 à France 1), tarek Dhiab (numéro 4 à Tunis 1) et Karim Harouni (numéro 3 à Tunis 2).

    Ennahdha aligne 3 femmes têtes de liste, Mehrezia Laabidi à Nabeul 2, Imane Ben mohamed en Italie et Saïda Lounissi dans la circonscription de France 1. Ses listes comptent 46% de femmes, 18% de jeunes, 84% d’un niveau universitaires et 16% de bacheliers. Dans cette compétition, le mouvement présente 6 enseignants universitaires, 47 enseignants du secondaire, 11 instituteurs, 9 chefs d’entreprise, 11 juristes et 6 médecins. Si 33 députés de l’Assemblée nationale constituante ont été reconduits, dix anciens membres des gouvernements Jebali et Laaryaedh sont portés candidats.

    #Tunisie #élections


  • Tunisie - 69 listes électorales déposées pour les législatives pour un total de 5.188.426 d’inscrits pour les élections | Businessnews.com.tn
    http://www.businessnews.com.tn/details_article.php?a=48912&t=520&lang=fr&temp=3

    Le chargé de communication de l’ISIE, Lassâad Ben Ahmed, a indiqué dans une déclaration à Jawhara Fm, dimanche 24 août 2014, qu’au terme de cette journée, 69 listes ont été déposées dans l’ensemble des bureaux régionaux de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), dont 27 listes de partis politiques, 29 listes d’alliance et 13 listes indépendantes sur l’ensemble du territoire.

    Par ailleurs, M. Ben Ahmed précise que jusqu’au 23 août 2014, 933.148 nouveaux électeurs ont été enregistrés, ce qui porte le nombre total des électeurs inscrits à 5.188.426 de personnes.

    #élections #Tunisie


  • Reportage : #Tunisie#Libye, aux #frontières de la guerre et de l’oubli

    Chaque crise impose ses changements. Celle de la guerre civile en Lybie a influé sur toute la région, y compris sur la Tunisie. Avec ces changements brusques et rapides, de nouvelles frontières se dessinent, desitinéraires inédits et de nouveaux commerces naissent, alors que d’autres cèdent et disparaissent. Entre Ras Jedir, le #camp_de_réfugiés de #Choucha, #Djerba et #Zarzis, des histoires de #migration, de #guerre civile, de #viol, de #mort et d’#oubli se tissent et se détissent au fil des quêtes. Nous en avons recueillis quelques unes.

    http://nawaat.org/portail/wp-content/uploads/2014/08/choucha-1.jpg
    http://nawaat.org/portail/2014/08/19/reportage-tunisie-libye-aux-frontieres-de-la-guerre-et-de-loubli
    @asile

    #Cimetière_marin

    Le lieu de l’#incident survenu le 11 février 2011 entre la frégate « Horria 302 » de l’armée nationale et l’embarcation « Raïes Ali 2 », au large de l’île de Kerkennah. Photo Bruno Giuliani.

    Riadh n’a pas peur de sauter dans le prochain bateau qui arrivera ou pas à bonne destination. Il a survécu, à chaque fois, et a acquis une expérience inégalable dans le domaine. Mais cette chance, d’autres migrants ne l’ont pas eu, comme les jeunes Tunisiens de Zarzis, qui ont trouvé la mort, la nuit du 11 février 2011, sur un bateau de fortune qui se dirigeait vers Lampedusa. Ce drame qui a fait 5 morts et 22 disparus a fait le tour des médias, à l’époque, avant d’être oublié, sauf par les familles des victimes. Les survivants ont accusé la garde nationale de vouloir tuer les 120 émigrés qui étaient sur le bateau

    http://nawaat.org/portail/wp-content/uploads/2014/08/naufrage.jpg
    http://nawaat.org/portail/wp-content/uploads/2014/08/abdallah.jpg
    #naufrage #mourir_en_mer #Méditerranée

    cc @reka


  • L’Algérie, le Maroc et la Tunisie en alerte maximale pour contrer la menace terroriste
    http://www.brujitafr.fr/article-l-algerie-le-maroc-et-la-tunisie-en-alerte-maximale-pour-contrer-l

    http://1.bp.blogspot.com/-LJD1z6S0bGk/U_kwU1npXYI/AAAAAAAAZZE/T5_a3dFEm_g/s1600/gaga.png

    Le renversement du colonel Khadafi a ouvert la boîte de Pandore en Libye. Il y a trois ans, en août 2011, le régime de Mouammar Kadhafi tombait, suite à l’intervention militaire d’une coalition menée par la France. Aujourd’hui, la Libye est embourbée dans une guerre interne entre les milices qui règnent en maître des lieux. Tripoli, Benghazi et Misrata sont les théâtres de violents affrontements entre fractions rivales qui se disputent le pouvoir, incarnés par un parlement très fragile et qui n’a aucune capacité de faire régner l’ordre et la sécurité. Le « désordre » qui règne en Libye fait craindre le pire sur les pays du Maghreb. Le chaos grandissant qui s‘installe dans l‘ex-Jamahiria inquiète sérieusement les responsables maghrébins. La (...)

    #CONFLICTS_DANS_LE_MONDE


  • Les deux Tunisie sous l’angle des inégalités de revenu
    http://www.leaders.com.tn/content/show?title_slug=les-deux-tunisie-sous-l-angle-des-inegalites-de-revenu
    par Habib Touhami

    Ce qu’il faut retenir de cette brève digression est clair et inquiétant à la fois : plus encore que le retard économique et d’infrastructure, l’ouest et le centre du pays, accusent un retard plus grand encore en matière culturelle et éducative, et par là même un retard dans l’évolution des structures mentales et des comportements sociaux. C’est ainsi que le terrorisme qui se nourrit de la misère matérielle a trouvé dans la misère culturelle caractérisant ces régions un terrain propice à son éclosion. Dès lors, la lutte armée contre le terrorisme doit s’accompagner par une politique socioéconomique et éducative spécifique en faveur de certaines régions.

    #Tunisie #développement_régional


  • A quoi a servi la soi-disant révolution en Tunisie ?
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article2249

    Il serait long de parler des effets de « la révolution ». Etablir un bilan déterminant serait aussi une gageure. On est presque tétanisé devant la situation générale née suite à cette soi-disant « révolution ». Que ce soit sur le plan politique, social ou économique, la calamité est sans conteste indéfinissable ! I- A discréditer les institutions. Aussi paradoxal que cela puisse paraitre, une des fameuse réalisation de notre « révolution » c’est d’avoir jeté à tour de bras le discrédit sur tout ce qui (...)

    Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde arabe, vie politique, nation, nationale,

    / #Tunisie,_Tunisia,_démocratie,_Bourguiba,_complot,_Ennahdha, Afrique, Monde Arabe, islam, Maghreb, Proche-Orient,, Maghreb, Algérie, Tunisie, Maroc, Libye, Africa, population, (...)

    #Politique,France,_francophonie,_Algérie,_Maroc,_Tunisie,_Afrique,_monde_arabe,_vie_politique,_nation,_nationale, #Afrique,_Monde_Arabe,_islam,_Maghreb,_Proche-Orient, #Maghreb,_Algérie,_Tunisie,_Maroc,_Libye,_Africa,_population,_société
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/IMG/jpg/avec_un_etudiant.jpg


  • Iron Fist ca sonne un peu comme des campagnes militaires israéliennes

    Le prédicateur Nabil Aouadhi bannit du Koweït | Directinfo
    http://directinfo.webmanagercenter.com/2014/08/12/le-predicateur-nabil-aouadhi-bannit-du-koweit

    gouvernement Koweitien a annoncé, mardi 12 août 2014, le retrait de la nationalité de 10 personnes et cela dans le cadre de la stratégie du “poing de fer” visant à lutter contre ceux qui cherchent à déstabiliser le pays.

    Parmi les 10 personnes dont a été retirée la nationalité, figure le prédicateur Nabil Aouadhi dont la visite en Tunisie a suscité une grande polémique.

    Sur son compte Twitter, le prédicateur en question a déclaré après l’annonce du retrait de nationalité que malgré cette décision il demeure fidèle au Koweït, sa patrie, et à son monarque le prince.



  • #Mohamed_Bouazizi, l’ouvrier agricole : relire la « #Révolution » depuis les campagnes tunisiennes

    On pourrait commencer l’histoire au début des années 2000. Mohamed, orphelin de son père, devient responsable de sa fratrie et doit subvenir aux besoins de sa famille. Lorsque son oncle maternel, Salah, achète une #terre_agricole de 18 hectares dans la région de #Regueb (gouvernorat de Sidi Bouzid, Tunisie), Mohamed commence à travailler sur l’exploitation. Lui, Salah et d’autres membres de la famille ainsi que des #ouvriers_saisonniers s’occupent des #oliviers et des #cultures_maraîchères irriguées (tomates, melons). Le projet semble bien lancé, profitant de l’#eau_souterraine de bonne qualité et du #micro-climat qui fait la réputation de cette région et de ses cultures primeurs.
    Après trois années, Salah doit commencer à rembourser les premières échéances du #crédit_agricole qui lui a permis de lancer son exploitation. Mais à partir de 2006, il rencontre des difficultés financières, et ses revenus de préparateur dans une pharmacie de Sidi Bouzid ne lui permettent pas d’éviter son #endettement auprès de la #Banque_nationale_agricole.

    http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/720/files/2014/07/mathilde1.png
    http://irmc.hypotheses.org/1572

    #Tunisie #agriculture #dette

    cc @odilon



  • Apparition d’un lac dans la région de Gafsa en Tunisie. Baignade à hauts risques.

    http://www.webdo.tn/2014/07/21/gafsa-beach-paradis-deroutant

    « Nous ne pouvons que donner nos observations. L’état est totalement absent alors qu’il devrait être là pour étudier ce cas. Depuis ce matin j’essaye de joindre l’administration des ressources aquatiques mais personne ne répond. Alors nous essayons de comprendre par nous-mêmes. »

    http://www.lepoint.fr/environnement/le-mysterieux-lac-de-gafsa-beach-miracle-ou-malediction-31-07-2014-1850499_1

    Le mystérieux lac est devenu l’attraction privilégiée du coin. Pourtant, la baignade ici comporte deux risques majeurs. D’abord, le bassin dans lequel s’est formé le lac est un ancien site d’exploitation du phosphate, dont les sols de la région sont exceptionnellement riches. Or, ce phosphate est susceptible d’avoir contaminé l’eau, la rendant alors radioactive et cancérigène. Lakhdhar Souid, relate ainsi à France 24 que « les premiers jours, l’eau était limpide, bleu turquoise. Aujourd’hui, elle est verte et remplie d’algues. Cela signifie qu’elle ne se renouvelle pas et qu’elle est propice aux maladies. »


  • Archéologies révolutionnaires. Regards croisés sur la Tunisie et l’Égypte (2011-2013)

    http://anneemaghreb.revues.org/2005

    n Égypte, en Tunisie, les révolutions furent immédiatement vécues comme de vastes archéologies collectives : alors que les chapes de plomb des dictatures semblaient se briser, les groupes engagés dans l’action exprimaient de pressants et divers besoins d’histoires qui, cette fois, ne devaient pas être imposées mais sourdre de la nation elle-même. Réactualisant les souvenirs des luttes anticoloniales, les premiers usages du passé témoignent de la façon dont ces révolutions ont été vécues comme de nouvelles révolutions d’indépendance, et cette fois véritables. Permettant à des conceptions concurrentes du temps et de l’histoire longtemps étouffées d’inspirer des slogans, des programmes politiques ou d’alimenter des mobilisations collectives, ces révolutions ont aussi ouvert des boîtes de Pandore, ressuscité d’âpres conflits, suscitant parfois un climat de guerre civile dans lesquelles le passé est réinventé et utilisé comme une arme. Les dynamiques révolutionnaires n’étant pas terminées, ces processus d’appropriations politiques et de revendications identitaires peinent encore à coexister pacifiquement ou à s’accorder autour d’un récit commun. De la résolution des conflits anciens, de la capacité des groupes et des institutions représentatives à forger des versions apaisées de l’histoire dépend en partie, comme ce fut le cas pour bien des révolutions du passé, la cohésion future de sociétés engagées dans de complexes processus de transitions politiques, sociales et culturelles.

    #Egypte #Tunisie #révolution


  • #livre #parution The ‘Guantánamisation’ of Belgium

    A new book on Belgium, Guantanamo chez nous?, is an important contribution to the analysis of racism and the war on terror in Europe.

    http://www.irr.org.uk/wp-content/uploads/2014/07/Guantanamo_chez_nous_cover-187x300.jpg
    http://www.irr.org.uk/news/the-guantanamisation-of-belgium

    #Belgique #racisme #war_on_terror

    #Guantanamo chez nous ?

    Pour avoir planifié un attentat contre la base militaire de Kleine Brogel en 2001, #Nizar_Trabelsi a été condamné à des peines draconiennes : dix ans de prison ferme en Belgique et vingt-cinq ans de prison par un tribunal militaire dans la Tunisie de Ben Ali. Le régime carcéral auquel Nizar Trabelsi a été soumis n’a pas d’égal dans l’histoire carcérale belge. Sa peine pour un attentat qui n’a jamais eu lieu, a pris fin douze ans plus tard du fait de son extradition illégale aux #Etats-Unis. Comme l’épingle Maître Marc Nève, avocat de Trabelsi de 2005 à 2013, dans la préface de cet essai : « En dépit de l’injonction faite par la Cour européenne de ne pas extrader dans l’attente de sa décision sur le bien-fondé de la requête introduite au nom de Nizar Trabelsi, et en dépit de l’accord formel de l’Agent du Gouvernement intervenant devant la Cour, de respecter cet engagement, Nizar Trabelsi fut embarqué à bord d’un vol de la CIA le 3 octobre 2013 ».
    Comment la Belgique, pays fondateur de la vieille Europe et qui s’opposait à la guerre américaine contre le terrorisme en 2003, s’est-elle transformée en un des alliés américains les plus fidèles et un des meilleurs élèves dans la classe antiterroriste ?
    Dans cet essai, #Luk_Vervaet, qui suit les #procès_antiterroristes en Belgique depuis une décennie, témoigne de la #guantanamisation en cours de notre société aussi bien au niveau politique et carcéral qu’au niveau de l’opinion publique. L’auteur démontre que le #camp_hors-la-loi de Guantanamo est bien plus qu’un rassemblement de cages, mais qu’il est devenu un modèle qui fait tache, en Belgique comme ailleurs.

    http://www.antidote.be


  • Tunisie : Démission du chef d’état-major de l’armée de terre
    http://www.elmoudjahid.com/fr/flash-actu/14334

    Tunisie : Démission du chef d’état-major de l’armée de terre
    PUBLIE LE : 30-07-2014 | 20:42

     Le chef d’état-major de l’armée de terre tunisienne, Mohamed Salah Hamdi a démissionné, a indiqué hier le ministère de la Défense dans un communiqué. Le ministère a précisé que M. Salah Hamdi "a présenté sa démission le 23 juillet courant et qu’elle a été acceptée". "Le chef d’Etat major adjoint assure actuellement la direction de l’armée de terre sur proposition du ministre de la défense nationale" et ce "jusqu’à désignation d’un nouveau chef d’Etat major", indique le communiqué cité par l’agence officielle TAP. Cette démission intervient une semaine après une attaque attribuée par les autorités à des "terroristes" au cours de laquelle 15 soldats ont été tués sur le mont Chaambi (centre-ouest)
     

    Publié dans :
    ImprimmerPartagerZoomTexteDezoomFlux RSS
    DONNEZ VOTRE AVIS
    Il n’y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

    Identifiez-vous
    S’INSCRIRE

    L’actualité en continuRSS
    Boukadir (Chlef) : Décès accidentel d’une policière20:43crash de l’avion de la swift air : Air Algérie met en place un nouveau numéro de téléphone20:43Tunisie : Démission du chef d’état-major de l’armée de terre20:42Terrorisme : Les rançons payées par l’Europe, principale source de financement d’Al-Qaïda18:17Ghardaïa : échauffourées à Berriane entre groupes de jeunes19:10Saisie de 80.000 pétards et jeux pyrotechniques à Hammam Sokhna19:10Important incendie de forêt au nord-ouest de la wilaya19:10Algérie-Tchéquie : Agrément à la nomination de l’ambassadeur tchèque19:10Annaba : Escale du navire-école Soummam21:11Sétif : Fermeture des marchés à bestiaux à la suite de l’apparition de cas de fièvre aphteuse à Bir El Arch21:11ONS : Le rythme annuel d’inflation poursuit son recul en juin22:22Jeux du Commonwealth : Un cycliste malais affiche son soutien à Gaza sur ses gants22:54AÏD-EL-FITR : La nuit du doute dimanche 27 juillet21:22Aïd El Fitr : Les journées du 1er et 2e Chaoual chômées et payées21:22Naftal : Disponibilité des produits pétroliers durant l’Aïd21:22L’otage de Beni Zmenzer libéré21:22Mostaganem : Un pompier meurt asphyxié dans un incendie de forêt19:45Le Parlement exprime la solidarité du peuple algérien18:55Constantine : soutien aux habitants de Ghaza18:54Akbou : incendie dans un parc à matériel18:29Routes : 17 morts et 89 blessés en une journée18:28Ain Temouchent : saisie de 30 quintaux de kif traité à El Malah18:28Sûreté de wilaya d’alger : 1.521 crimes et délits élucidés au 1er semestre grâce aux empreintes digitales18:284 morts et 3 blessés graves dans une collision à Ain Defla18:27Aïn Témouchent : Découverte de deux cadavres à Sidi Safi et Aïn Kihal19:45les journées des 1er et 2 chaoual chômées et payées19:23Message de vœux du Vatican aux musulmans à la veille de Aïd el Fitr19:21Grand Lacs : la Belgique salue la nomination de l’Algérien Djinnit en tant qu’envoyé spécial de l’ONU19:08SIDI BEL-ABBèS : Libération d’un citoyen enlevé et arrestation des ravisseurs18:59AÏD-EL-FITR : La nuit du doute dimanche 27 juillet18:59
    Presedant Suivent Voir tous les flash
    ARTICLES POPULAIRES
    Les Plus LusLes Plus Commentés
    30-07-2014 : 0:00 - Sports
    Olympique Lyonnais : Nabil Fékir n’a pas encore tranché sur son avenir international
    30-07-2014 : 0:00 - Nation
    Amar Ghoul à partir du Mali : « L’Algérie ne lésinera sur aucun moyen pour contribuer efficacement à l’enquête »
    30-07-2014 : 0:00 - Nation
    Sétif : Troubles à Ain Azal à la suite de la mort d’une personne par balle
    30-07-2014 : 0:00 - Nation
    celebration de l’aid el-fitr : MM. Bensalah, Ould Khelifa et Sellal accomplissent la prière de l’Aïd à la Grande-Mosquée d’Alger
    30-07-2014 : 0:00 - Nation
    Jeunesse et sports : Khomri rend hommage aux cadres retraités

    N° 15187 31/07/2014

    N° 15186 30/07/2014

    VOIR LES ARCHIVES PDF
    MEMBRES

    VALIDER
    S’inscrire
    Probléme Login ?
    Reportage, Ait Allaoua : Un village de la cerise et des sites panoramiquesHydrocarbures : Sur les chantiers de Hassi-MessaoudTiguentourine : Quand la volonté défie l’adversité

    Libye : Chronique d’une régression tragique
    Presedant Photo
    Journées portes ouvertes sur la DGSN : Des actions de proximité pour être plus proche du citoyen
    Video
    Tourisme : Deux ressortissantes britanniques découvrent l’Algérie pour la première fois
    Photo
    Conférence nationale sur l’évaluation de la réforme pédagogique : Mme Benghebrit appelle à une approche systémique dans la gestion de l’école
    Video
    Les balcons du Ghoufi à Batna
    Photo
    L’ambassadeur de Palestine au Forum d’El Moudjahid : « Le monde doit entendre les cris de Ghaza »
    Video
    Cérémonie d’investiture au Palais des nations
    Photo
    celebration de l’aid el-fitr : MM. Bensalah, Ould Khelifa et Sellal accomplissent la prière de l’Aïd à la Grande-Mosquée d’Alger
    Video
    Cérémonie d’investiture, hier, au Palais des nations : Le président de la République prête serment
    Photo
    Abdelmalek Sellal à Constantine : Inauguration de la ville universitaire et du viaduc Salah-Bey
    Video
    Discours du président Bouteflika à l’occasion de son investiture
    Photo
    Arrivées hier soir à Alger : 25 familles algériennes rapatriées de Ghaza
    Video
    Le Président Bouteflika se recueille à la mémoire des martyrs à El-Alia
    Photo
    Marche de solidarité À alger : « Nous sommes avec la Palestine, et nous le serons pour toujours »
    Video
    Election présidentielle : 51,70% de taux de participation
    Photo
    Célébration du 52e anniversaire de la création de la police : Formation, modernisation et professionnalisme
    Video
    Présidentielle 2014 : Déclaration de Louisa Hanoune
    Photo
    Hommage au chahid Si Tayeb Djoughlali : Un militant de la première heure
    Video
    Présidentielle 2014 : Déclaration du représentant du candidat Abdelaziz Belaïd
    Photo
    Presse : Le ministre de la Communication installe la commission provisoire chargée de la délivrance de la carte de journaliste professionnel
    Video
    Vote de la communauté nationale à l’étranger : Les électeurs continuent d’affluer à un rythme régulier
    Photo
    Journées portes ouvertes sur la DGSN : Des actions de proximité pour être plus proche du citoyen
    Video
    Tourisme : Deux ressortissantes britanniques découvrent l’Algérie pour la première fois
    Photo
    Conférence nationale sur l’évaluation de la réforme pédagogique : Mme Benghebrit appelle à une approche systémique dans la gestion de l’école
    Video
    Les balcons du Ghoufi à Batna
    Photo
    L’ambassadeur de Palestine au Forum d’El Moudjahid : « Le monde doit entendre les cris de Ghaza »
    Video
    Cérémonie d’investiture au Palais des nations
    Photo
    celebration de l’aid el-fitr : MM. Bensalah, Ould Khelifa et Sellal accomplissent la prière de l’Aïd à la Grande-Mosquée d’Alger
    Video
    Cérémonie d’investiture, hier, au Palais des nations : Le président de la République prête serment
    Photo
    Abdelmalek Sellal à Constantine : Inauguration de la ville universitaire et du viaduc Salah-Bey
    Video
    Discours du président Bouteflika à l’occasion de son investiture
    Suivent VOIR TOUTES LES VIDEOS|VOIR TOUTES LES PHOTOS
    Multimédia
     » Cybercriminalité : Le Wall Street Journal victime d’une cyber-attaque
     » Smartphones/Tablettes : Météo Marine
     » Santé/Téléphonie : Cette drogue appelée Smartphone
     » Smartphone/Tablettes : Tout Ramadhan à portée de clic
     » Smartphone : Dz-transport, le guide du rail
     » SMARTPHONES/TABLETTES : « Radios Algérie »
     » Web-DZ / Bibliothèque numérique : « Fimaktabati », des milliers d’ouvrages à la portée des Algériens
    TOUS LES ARTICLES
    Reportages
     » Reportage, Ait Allaoua : Un village de la cerise et des sites panoramiques
     » Tiguentourine : Quand la volonté défie l’adversité
     » Libye : Chronique d’une régression tragique
     » Adrar : Les senteurs du grand Sud
     » Préservation des ressources en eau en Algérie : Un schéma directeur pour l’assainissement de l’eau
     » Chine : Voyage au pays de la démesure
     » Une journée à l’hopital ophtalmologique d’amitié algéro-cubain de Béchar : Des soins de qualité
    TOUS LES ARTICLES
    Islam
     » MASCARA : Sidi Ahmed Benkhedda, la source de jouvence
     » La Nuit du doute : C’est ce soir
     » L’aumône de la rupture du jeûne (Zakat El-Fitr)
     » recit d’une omra : Le long périple d’Adrar à la Mecque
     » adrar : De la ziara de Blilou à la source Aïn Chafia de Bouda
     » Portrait : Cheikh Belekbir, un personnage charismatique
     » Portrait : Cheikh Belekbir, un personnage charismatique
    TOUS LES ARTICLES
    Santé
     » Tuberculose : L’OMS veut éliminer la maladie dans 33 pays
     » Santé /Environnement : Quand la pollution s’attaque à la fertilité masculine
     » Nutrition et environnement : L’huile de palme, ange ou démon ?
     » Coronavirus : Le lait de chamelle au banc des accusés
     » Près de 40 % des accouchements en Algérie se font par césarienne
     » Maladie cœliaque : Plus de 500.000 Algériens concernés
     » Près de 5% de la population âgée atteinte d’Alzheimer
    TOUS LES ARTICLES


    • Le texte complet :

      LES CHEMINS DE LA LIBERTÉ (16)Pendant six ans, un pêcheur tunisien a acheminé des centaines de migrants en Italie. Jusqu’au drame et à la condamnation.

      Le coryphène est un poisson méditerranéen réputé très paresseux. Si peu énergique qu’il n’aime rien tant que se prélasser à l’ombre des feuilles de palmier, dispersées dans l’eau par les pêcheurs pour lui tendre des pièges. Ou sous des corps de migrants, qui, par centaines, n’atteignent jamais leur destination. La vision des coryphènes sous les dépouilles flottantes rappelle bien des choses à Mohamed Cheikh Mohamed. Longtemps, ce pêcheur de 52 ans a été l’un des principaux passeurs du Sahel tunisien. Presque parmi les pionniers : depuis ses premiers voyages, en 1996 (les migrations maritimes se sont massifiées au début des années 90), Mohamed estime avoir acheminé environ 550 Tunisiens, en 14 passages, du petit port de Ksibet el-Médiouni - à 10 km de Monastir - vers la Sicile. Jusqu’en 2002, année où la machine s’est enrayée et où il a atterri derrière les barreaux. L’affaire a fait grand bruit en Tunisie : même l’ancien président Ben Ali s’en est mêlé.
      Sur le chemin de la rédemption, Mohamed Cheikh Mohamed a choisi de raconter son histoire « pour faire passer un message » à l’attention des milliers de jeunes Tunisiens (les statistiques sont imprécises mais le chiffre qui revient le plus souvent fait état d’environ 16 000 départs chaque année par la mer) qui émigrent illégalement. Son récit permet de démythifier en partie le milieu opaque des passeurs de clandestins.

      TOUT POUR LA SÉCURITÉ
      La rencontre a lieu dans les locaux du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), une association de défense des droits de l’homme. Mounir Hassine - militant qui assure la traduction - nous montre les résultats tout frais d’une enquête menée auprès de 589 lycéens. A la question « Pensez-vous quitter un jour la Tunisie ? » 56% ont répondu oui. « Je sais comment vivent les immigrés tunisiens en Italie,raconte Mohamed, mais quand ils reviennent au pays, ils donnent la fausse impression d’être très aisés, alors ça donne envie aux jeunes de partir. » Il n’en dira pas plus sur les motivations des clandestins. A l’époque où il œuvrait, le passeur prenait soin, en tout cas lorsque ses clients étaient de Ksibet, de s’assurer que leurs parents étaient informés et d’accord avec ce départ. Ensuite, son boulot était de les amener à bon port et vivants, pas de juger ce qui les incitait à s’installer à 40 dans son bateau à 4 heures du matin.
      Tout a commencé un peu par hasard. En 1996, à l’occasion d’une pêche dans les eaux libyennes, deux Palestiniens aisés, persécutés par le régime de Kadhafi, le paient 3 000 dollars pour les acheminer à Syracuse (Sicile). Une fois à l’abri, les deux hommes l’aiguillent vers quatre familles, toujours en Libye, qui offrent au pêcheur 150 000 dollars, dont la moitié sur-le-champ, pour rejoindre l’Italie. Pour Mohamed les choses sont claires : il peut devenir riche. Et n’est-il pas déjà marié et père, mais sans maison ? Bien qu’appâté par le montant de la proposition des familles libyennes, inquiet de tomber au cœur d’un trafic, il refuse. Mais l’idée fait son chemin. Fils de pêcheur, Mohamed connaît les eaux méditerranéennes comme sa poche. Avec l’argent des Palestiniens, il acquiert un solide dix-mètres. Il est prêt, et le fait discrètement savoir dans son entourage. Le bouche à oreille fonctionne et, une nuit de printemps, Mohamed emmène 29 migrants, qu’il dépose aux abords d’une plage sicilienne, contre 900 dinars par tête (un peu moins de 400 euros au cours actuel). Prudent, Mohamed a pris soin de ne pas accompagner d’habitants de Ksibet, par crainte que la nouvelle ne se répande trop vite et ne suscite des jalousies qui pourraient nourrir une dénonciation. Il se fixe aussi comme règle de ne jamais emmener ses « passagers » à Lampedusa ou sur l’île de Pantelleria, des points de chute à l’époque déjà prisés de l’immigration clandestine, car il sait qu’en cas de météo difficile il peut avoir besoin de s’abriter dans ces endroits : pas question de se griller dans des ports cruciaux pour son activité de pêcheur.

      Avec ce premier passage, Mohamed s’offre une jolie maison à rénover dans le cœur de Ksibet. Ce baptême lui a aussi permis de vérifier un point qu’il avait déjà remarqué en pêchant : les gardes-côtes italiens sont peu nombreux et mènent des patrouilles à heures fixes, faciles à éviter. L’Italie ne doit pas encore barricader ses eaux, ainsi qu’elle le fera après la révolution tunisienne de 2011 et la déferlante migratoire qui s’ensuivra. Mohamed se renseigne sur le fonctionnement de la police tunisienne : un jour les gardes-côtes patrouillent, le lendemain, des indics en civil rôdent sur les quais, la troisième nuit, les deux systèmes sont combinés, et ainsi de suite.

      Toujours prudent sur les risques de commérages dans son village natal, Mohamed fait passer, pendant les trois premières années, des migrants issus des gouvernorats sahéliens de Monastir, de Sousse ou de Mahdia. Il s’adjoint les services d’un intermédiaire, chargé de battre la campagne pour « collecter » des candidats et s’assurer qu’ils n’ont pas de casier judiciaire qui pourrait éveiller les soupçons de la police. Pour éviter, aussi, de se retrouver en contact direct avec les familles qui, en cas de souci, pourraient se retourner contre lui.

      LES ENNUIS COMMENCENT
      Le système tourne bien, à raison d’un passage tous les trois ou quatre mois. Le pêcheur assure qu’il a toujours prêté une grande attention à la sécurité (il n’a jamais eu d’accident sur un trajet de 300 kilomètres nécessitant 32 heures environ en mer), fournissant un gilet de sauvetage à chaque passager, veillant à ne jamais dépasser les 40 clients, refusant les moins de 16 ans et les femmes. Une fois seulement, il a dû accepter un couple, car le mari a menacé de le dénoncer s’il n’embarquait pas avec sa compagne. Pour déjouer les radars des gardes-côtes, il a enlevé tout le métal présent sur son bateau. Même le tuyau d’échappement, relié au moteur, est en plastique, régulièrement refroidi par une pompe à eau. Mohamed commence à acquérir une petite notoriété, au point que des hommes du quartier de Kabaria, à Tunis, l’invitent à entrer dans leur réseau, proposition qu’il décline. Un été, il s’offre même deux mois en Italie, où il passe des vacances chez d’anciens « clients ». Les prix des passages augmentent : 1 500 dinars par personne en 2001 - ils peuvent atteindre 3 500 dinars depuis la révolution de 2011.« J’ai gagné beaucoup d’argent, admet sans détour Mohamed. J’ai rénové ma maison, acheté des voitures, je vivais bien. Mais j’ai aussi dépensé beaucoup, perdu dans des affaires qui n’ont pas marché. »

      Les ennuis commencent, en 2000, d’une façon un peu ridicule. Un des frères de Mohamed, bien que garde national, veut assurer un de ces passages si lucratifs. Il se fait pincer en mer. Notamment parce qu’avant de partir il avait abandonné sur le quai tous ses filets de pêche (pour dégager de l’espace pour les clandestins), ce qui avait éveillé la curiosité des policiers. Il est condamné à six mois de prison et perd son emploi. Mohamed est ainsi repéré par les autorités.

      Un an plus tard, c’est un autre membre de sa famille qui grippe le confortable business. Un neveu subtilise un de ses bateaux et entreprend la traversée vers l’Italie avec 35 personnes à bord. Moins expérimenté que son oncle, le jeune homme se fait arrêter par la marine tunisienne, qui confisque l’embarcation, et retrouve la trace de Mohamed. Il écope de trois mois de prison et le neveu d’un an. La condamnation, médiatisée, lui colle définitivement l’étiquette de « passeur ». Riche de surcroît, ce qui attise les jalousies.
      « SI TU LES EMMÈNES, JE TE QUITTE »
      Un groupe d’hommes d’une commune voisine de Ksibet le sollicite. Hésitant à poursuivre son activité, Mohamed refuse. Les hommes menacent de le dénoncer. Face à un nouveau refus, les villageois le signalent à la police, expliquent qu’ils lui ont versé l’argent du passage et qu’il refuse d’exécuter la prestation. Un juge oblige Mohamed à verser au groupe 12 500 dinars (« C’était les impôts ! » en rit-il amèrement) en échange de sa liberté. Il a trouvé plus malin que lui.

      Les choses se calment, le passeur reprend la mer. Mais un nouveau groupe le soumet au chantage et un juge le condamne à leur verser 22 000 dinars. C’en est trop pour sa femme. Alors qu’il organise un passage, elle lui soumet un ultimatum : « Si tu les emmènes, je te quitte. » Il contacte l’intermédiaire avec lequel il travaille depuis des années et lui annonce sa décision de raccrocher. L’associé apprend alors à Mohamed qu’un de ses neveux, âgé de 22 ans, souhaite prendre la relève. Un autre homme, qui a travaillé sur un chalutier, se dit prêt à s’associer avec lui.

      Mohamed consent à leur passer la main, et, deux semaines durant, leur détaille les pièges de la mer. Il explique surtout comment débarquer les clandestins qui, souvent, ne savent pas nager. « Il y a deux techniques : un homme plonge jusqu’à la plage et y fixe une corde, grâce à laquelle les autres peuvent s’accrocher pour franchir les quelques mètres les séparant de la plage. Soit, si vraiment presque personne ne sait nager, le capitaine navigue par-dessus la fosse, qui se trouve juste avant la plage, et s’arrête à un mètre du sable. Mais il faut parfaitement connaître la topographie des lieux. »

      QUATORZE MORTS
      Mohamed est inquiet du projet de son neveu, mais les familles, ayant versé de l’argent, insistent. Un dernier élément intervient : le frère de Mohamed (le père du neveu) rajoute 40 migrants et le bateau part chargé de 80 passagers. A l’approche de la côte sicilienne, le capitaine les débarque, pensant qu’il se trouve après la fosse, alors que le bateau est stabilisé juste avant : les clandestins sautent dans l’eau, profonde d’une dizaine de mètres. Quatorze meurent, d’autres sont arrêtés, certains parviennent à rejoindre la plage et à se disperser dans la nature. Le neveu et le capitaine sont condamnés à deux ans de prison en Italie.

      Apprenant la nouvelle sur une chaîne italienne, Mohamed joint l’intermédiaire. Les deux hommes savent que la police tunisienne ne va pas tarder. Mohamed l’encourage à fuir vers la Libye avant que les familles des victimes ne le cherchent, ou à profiter du fait qu’il n’est qu’indirectement impliqué dans le drame et se taire. L’homme opte pour la deuxième solution mais, devant les policiers, il craque et balance Mohamed. Il raconte leurs six années de passages clandestins ; les dates, les lieux, le nombre de clandestins, l’argent.

      L’affaire devient le premier grand procès d’un passeur en Tunisie. Ben Ali condamne publiquement ces pratiques. Les ministres de la Justice et de l’Intérieur, originaires du gouvernorat de Monastir, veulent faire de Mohamed un exemple. La sanction tombe, lourde : huit ans de prison, ramenés à six ans et demi en appel. Par la suite, la loi est même durcie à l’encontre des passeurs, jusqu’à vingt ans de prison si la traversée cause la mort de migrants.
      De 900 dinars, le prix de la traversée est passée à 1500 dinars en 2001. Depuis la révolution tunisien de 2011, il peut atteindre 3500 dinars, soit 1500 euros. Photo Nicolas Fauqué

      Mohamed sort de prison en 2009. Brisé. Et sans permis de pêche. Il tente le tout pour le tout : muni d’une bouteille d’essence, il s’enferme dans le bureau du chef de la police de Monastir et menace de s’immoler. Inquiet de la mauvaise publicité que cet acte de rébellion va provoquer, le ministre de l’Intérieur lui octroie son sésame pour reprendre la mer. C’est désormais son seul métier. Parfois, des migrants lui font encore un appel du pied. Parfois, des passeurs arrêtés se recommandent de lui, ce qui occasionne quelques convocations au commissariat. Mais Mohamed veut avant tout pêcher en paix. Et maintenant, lorsqu’il voit un bateau surchargé de migrants, notamment ces « navires poubelles » en provenance de Libye, Mohamed prévient les gardes-côtes italiens.

      Fabrice TASSEL


  • Les membres de l’ANC, des sangsues voraces !
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article2222

    Dés le début de sa création de l’ANC, Assemblée Nationale Constituante en Tunisie, était constituée que de bouches inutiles, d’apprentis politiciens parasites, de parvenus incompétents et ignares. tous dévorés par le désir de s’enrichir au détriment d’un peuple déjà exsangue et meurtri… Des faits probants sont venus confirmer ce que nous avions avancé dans ce sens, il y a presque deux ans… J’ai proposé la conservation de la constitution existante avec des modifications et amendements plausibles pour la rendre (...)

    Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde arabe, vie politique, nation, nationale,

    / #Tunisie,_Tunisia,_démocratie,_Bourguiba,_complot,_Ennahdha, Afrique, Monde Arabe, islam, Maghreb, Proche-Orient,, chômeurs, emploi, social, syndicat, revendication, (...)

    #Politique,_France,_francophonie,_Algérie,_Maroc,_Tunisie,_Afrique,_monde_arabe,_vie_politique,_nation,_nationale, #Afrique,_Monde_Arabe,_islam,_Maghreb,_Proche-Orient, #chômeurs,_emploi,_social,_syndicat,_revendication,_jeunesse,_travailleurs,_chômage


  • Les Etats-Unis évacuent leur ambassade en Libye - Challenges
    http://www.challenges.fr/monde/20140726.REU6951/les-etats-unis-evacuent-leur-ambassade-a-tripoli-en-libye.html

    Le personnel de l’ambassade des Etats-Unis à Tripoli a été évacué vers la Tunisie voisine en raison de la dégradation de la sécurité dans la capitale libyenne, a annoncé samedi le département américain d’Etat.

    L’évacuation par voie terrestre, avec un appui aérien, résulte des combats à la roquette et à l’artillerie entre milices rivales qui font rage depuis deux semaines dans Tripoli.

     
    Selon le secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui se trouvait à Paris pour des entretiens consacrés à la situation en Israël et dans la bande de Gaza, la Turquie a procédé pour sa part à l’évacuation de quelque 700 personnes.

    Je te mets une photo pour que tu visualises l’événement :
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/9/95/Saigon-hubert-van-es.jpg


  • 2è grand attentat en 3 mois, en Algérie !
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article2219

    C’est le second attentat d’ampleur pour qu’il soit cité et relaté, depuis l’élection de Bouteflika pour un 4ème mandat usurpé à l’avancée démocratique en Algérie. 2 jours après le vote du 17 avril dernier, une embuscade montée par des terroristes, contre un contingent de l’armée rentrant à son casernement en Kabylie, s’est soldée de 11 soldats tués sur le coup, et puis revue à la hausse, son bilan est de 14 morts... 3 mois plus tard, aucun terroriste n’est abattu et plusieurs vies humaine de pertes côté (...)

    Politique, France, francophonie, Algérie, Maroc, Tunisie, Afrique, monde arabe, vie politique, nation, nationale,

    / Terrorisme , islamisme , Al-Qaeda , politique , , #fait_divers,_société,_fléau,_délinquance,_religion,_perdition, Afrique, Monde Arabe, islam, Maghreb, Proche-Orient,, Maghreb, (...)

    #Politique,France,_francophonie,_Algérie,_Maroc,_Tunisie,_Afrique,_monde_arabe,_vie_politique,_nation,_nationale, #Terrorisme_,_islamisme,Al-Qaeda,politique, #Afrique,_Monde_Arabe,_islam,_Maghreb,_Proche-Orient, #Maghreb,_Algérie,_Tunisie,_Maroc,_Libye,_Africa,_population,_société


  • Episode 26 : la quadrature du « premier cercle » | Tarnac, une instruction française
    http://tarnac.blog.lemonde.fr/2014/07/11/episode-26-la-quadrature-du-premier-cercle

    11 juillet 2014, par Laurent Borredon
    Episode 26 : la quadrature du « premier cercle »

    On connaissait l’histoire, on reste étonné devant l’imbécillité de ces enquêtes, du personnel employé de bas en haut de la hiérarchie policière jusqu’à la Ministre restée en mémoire pour son intervention à propos de la Tunisie, une personne qui ne semble pas être une lumière...

    • Non rien de neuf sauf peut-être une sècheresse de constat plus accessible car sans auteur ni talent et ceci est important pour les lecteurs de journaux vite impatientés par une présence subjective, celle de l’écrivain .
      De la simple info mais suffisante car elle permet de comprendre l’inanité du pouvoir policier manipulé et mené au pire par un pouvoir politique qui a, de même, entrainé le pouvoir judiciaire dans la sottise malfaisante.


    • Et si je puis me permettre : un billet particulièrement trépidant. Il n’y a vraiment que toi pour réussir à nous passionner avec des feuilletons du ramadan (la grève des gardiens de prison, c’est justement un rebondissement qu’on ne pourrait pas inventer dans un feuilleton…).


  • La Polit-Revue : Les limites de la gauche libérale – libertaire | Nawaat - Tunisia
    http://nawaat.org/portail/2014/06/29/la-polit-revue-les-limites-de-la-gauche-liberale-libertaire

    « L’initiative de la coalition électorale Union Pour la Tunisie n’a pas trouvé l’enthousiasme escompté ». C’est en ces termes plutôt évasifs et nonchalants que Lazhar Akremi a justifié vendredi à Sidi Bouzid le choix de se présenter sous l’étiquette individuelle Nidaa aux prochaines élections, lors d’un rassemblement qui n’a lui-même pas mobilisé grand monde.

    Un stéréotype en matière de dysfonctionnements inhérents aux démocraties modernes veut que l’argent soit le nerf de la guerre en matière d’élections. Ainsi il est utile d’écouter les financiers des grands partis, en l’occurrence Faouzi Elloumi, pour mieux comprendre les décisions souvent verticales prises en coulisses. « En démocratie, les coalitions sont gouvernementales, elles se font en aval, à la lumière des résultats des élections, et non en amont », a argumenté Elloumi lors de la même réunion.