• « La #crise de la zone euro a été une crise bancaire, pas une crise de la dette publique » - Coulisses de Bruxelles
    http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2014/09/la-crise-de-la-zone-euro-a-été-une-crise-bancaire-pas-une

    En octobre 2008, au lendemain de la faillite de la banque d’affaires américaine Lehman Brothers, les États de la zone euro annoncent qu’ils garantissent leurs banques en toutes circonstances et sans limite de durée. Autrement dit, toutes les #banques sont « too big too fail » (trop grandes pour faire faillite). Les créanciers bancaires seront remboursés par les contribuables nationaux. C’est la généralisation de ce que le jargon financier appelle le « bail out » (renflouement public), par opposition au « bail in » (renflouement interne) qui aurait consisté à faire payer d’abord les actionnaires et les créanciers. Puis, en octobre 2010, les Européens ont annoncé que les #dettes souveraines ne seraient pas garanties. Autrement dit, les défauts souverains devenaient possibles, comme avec la Grèce en mars 2012 : on applique le « bail in » aux obligations d’État. C’est la combinaison de ces deux facteurs, garantie des créanciers bancaires, non garantie de créanciers souverains, qui a été extraordinairement déstabilisatrice.


  • Attaque la dette ! - Christine Treguier
    http://www.politis.fr/Attaque-la-dette,28349.html

    Il y a ceux qui spéculent sur la dette des États pour accumuler encore et toujours plus de profits, au détriment des petits à qui on demande ensuite de se serrer la ceinture. Et puis il y a ceux, plus rares, qui rachètent des dettes pour les effacer et empêcher les créditeurs indélicats de faire du profit sur les dos des plus faibles. C’est le cas de Strike Debt, un collectif membre de Occupy Wall Street. Il use du même mécanisme que les « pros » de la finance : acquérir ces dettes à vil prix : 50 cents les 10 dollars (40 cts pour 8 euros). Elle est pas chère ma dette, qui n’en veut ? Mais au lieu d’aller mettre le couteau sous la gorge des débiteurs désargentés pour s’enrichir à bon compte, le collectif efface purement et simplement leur ardoise. Cadeau ! Cette opération philanthropique est bien sûr éminemment politique et puissamment pédagogique puisqu’elle dévoile les mécanismes des petits arrangements entre amis de la grande finance mondiale.

    Strike Debt s’est fait la main fin 2012, avec une première opération baptisée « Rolling Jubilee » Soit 14,7 millions de dollars (114 millions d’euros) de frais d’hôpitaux impayés, dus par des ménages américains, qui ne leur ont coûté finalement que 400 000 dollars (311 000 euros)....

    #dette #Strike_Debt #Occupy_wall_street #prêt_étudiants #dette_hopital #elle_est_pas_chère_ma_dette


  • Les Zindigné(e)s n °17
    http://bernard-gensane.over-blog.com/2014/09/les-zindigne-e-s-n-17.html
    http://www.conflitssansviolence.fr/images/2012/zindignes.jpg

    Jérémie Cravatte brosse l’historique de la #dette du Sud. « Depuis les années 1970 et leur prétendue indépendance, les pays du tiers-monde ont remboursé près de 100 fois le stock initial de leur dette extérieure publique. » Depuis, cette dette est passée de 45 milliards de dollars à 1 532 milliards de dollars.

    #domination #servitude


  • Un collectif rachète près de 4 millions de dollars de #dette étudiante
    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/09/18/un-collectif-rachete-pres-de-4-millions-de-dollars-de-dette-etudiante_448934

    Près de 3 000 Américains qui traînaient depuis des années le poids de leur dette étudiante ont eu la récente surprise de voir leur créance rachetée par des anciens d’Occupy Wall Street. Le collectif #Strike_Debt a annoncé avoir remboursé, à l’issue de l’opération Rolling Jubilee, l’équivalent de près de 4 millions de dollars de dette étudiante contractée par 2 761 personnes à travers les Etats-Unis auprès de l’université Everest College.
    Le groupe, composé d’économistes militants, n’en est pas à son coup d’essai. Le mouvement avait racheté en 2013 pour près de 15 millions de dollars de dettes contractées par des Américains auprès des hôpitaux, qu’il a ensuite effacées. L’opération, lancée le 15 novembre 2012, a ainsi profité à 2 693 individus endettés par des traitements médicaux qui, pour le collectif militant, devraient être assurés gratuitement.

    DETTE BRADÉE

    Le rachat de ces 14,7 millions de dollars de dettes n’avait coûté que 400 000 dollars au mouvement, car les créanciers, des hôpitaux ou des entreprises médicales, doutent d’être remboursés un jour et sont ravis de pouvoir s’en débarrasser, parfois à un taux inférieur à cinq cents pour un dollar . Les 400 000 dollars proviennent de dons récoltés par souscription.

    « Nous tirons avantage d’un phénomène que peu de personnes connaissent : certains types de dette sont revendus par des créanciers pour quelques centimes par dollars », explique Astra Taylor, membre du collectif. « Ainsi une facture de 1 000 dollars pour un passage aux urgences ne peut valoir que 30 à 50 dollars sur le #marché_secondaire_de_la_dette ».


  • Un collectif rachète près de 4 millions $ de #dette étudiante
    http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201409/17/01-4801202-un-collectif-rachete-pres-de-4-millions-de-dette-etudiante.php

    Près de 3000 Américains qui traînaient depuis des années le poids de leur dette étudiante ont eu la récente surprise de voir leur créance rachetée par des anciens d’Occupy Wall Street.

    Le collectif Strike Debt a ainsi annoncé mercredi avoir remboursé l’équivalent de près de 4 millions de dollars de dette étudiante contractée par 2761 personnes à travers les #États-Unis auprès de l’université Everest College.

    Le groupe, composé d’économistes militants, n’en est pas à son coup d’essai : en novembre 2013, il annonçait avoir racheté l’équivalent de 13,5 millions de dollars de dettes médicales contractées par plusieurs centaines de personnes auprès d’hôpitaux ou de cabinets médicaux.

    Leur idée est simple : racheter à très bas prix des portefeuilles de dettes pour remettre à flot des personnes qui ont dû prendre des crédits pour se payer des soins ou des études.

    « Nous tirons avantage d’un phénomène que peu de personnes connaissent : certains types de dette sont revendus par des créanciers pour quelques centimes par dollars », explique Astra Taylor, membre du collectif. « Ainsi une facture de 1000 dollars pour un passage aux urgences ne peut valoir que 30 à 50 dollars sur le marché secondaire de la dette ».

    En l’occurrence, le collectif n’a déboursé que 100 000 dollars, issus de dons, pour racheter l’équivalent de 3,856 millions de dollars de crédits étudiants auprès de cette université.

    L’établissement compte parmi les cent universités du Corinthian Colleges, l’un des plus grands réseaux universitaires privés du pays, selon le collectif Strike Debt.

    Le bureau de protection des consommateurs a annoncé mardi qu’il déposait plainte contre ce réseau universitaire. Il l’accuse de tromper des « dizaines de milliers d’étudiants en les poussant à contracter des emprunts pour financer des frais de scolarité élevés en leur promettant des emplois bidons ».

    Après l’emprunt immobilier, la dette étudiante est la deuxième source d’#endettement aux États-Unis.

    En juin 2014, quelque 39,9 millions d’Américains étaient détenteurs d’un prêt étudiant, selon le ministère de l’#Education.

    La dette étudiante représente un total de 1,3 mille milliards de dollars à cette date, selon une estimation de l’organisation Project on Student Debt.


  • Afrique : mêmes causes, mêmes effets ...

    CADTM - Ebola ou l’expression terrifiante de la pauvreté et de l’indifférence
    http://cadtm.org/Ebola-ou-l-expression-terrifiante

    Est-ce un hasard si cette épidémie sévit dans des pays qui sont parmi les plus pauvres de la planète ? Le dernier Rapport sur le développement humain 2014 du PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement) classe la Guinée à la 179e place sur 187 pays, le Liberia figure quant à lui à la 175e place et la Sierra Léone au 183e rang de ce triste classement. L’absence - ou dans le meilleur des cas la défaillance - des systèmes de santé est la conséquence directe des coupes franches dans les budgets sociaux, du gel des salaires et des licenciements dans la fonction publique imposés par les Institutions financières internationales pour rembourser la dette. En effet, si les services de santé et d’assainissement (infrastructures d’égouts, de traitement des eaux, etc.) de ces pays n’avaient pas été entièrement démantelés par les divers plans d’ajustement structurel (PAS) imposés par le FMI et la Banque mondiale, le risque épidémique aurait été bien plus faible ou plus facilement contrôlable. Comme le souligne le Dr Jean-Claude Manuguerra, responsable de la Cellule d’intervention biologique d’urgence de l’Institut Pasteur, Ebola « profite pour se développer d’un système de santé mal organisé par manque de moyens » |5| .

    http://cadtm.org/Les-richesses-du-Maroc-sont

    Les Institutions financières internationales (FMI, Banque mondiale, BEI) et les agences de notation encensent les « performances » de l’État pour l’encourager à se jeter dans les bras des créanciers. C’est ainsi que le Maroc se trouve de nouveau pris dans la tourmente de l’endettement. La dette publique a atteint 679 milliards de DH, soit 78 % du PIB. Le service de la dette (montants empruntés + intérêts) accapare, en moyenne, 106 MMDH annuellement, depuis les cinq dernières années.

    Avec un service de la dette de ce volume, tout développement économique et humain devient impossible. Un audit de cette dette et l’annulation de la partie qui n’a pas servi les intérêts du peuple s’imposent comme deux solutions pour recommencer à croire à un développement effectif du pays. Cette piste n’est envisageable que si le Maroc arrive à se libérer de la tutelle des Centres de décision impérialistes (États et IFI) qui nous imposent leurs mesures libérales.

    Celles-ci se traduisent par l’offensive de l’actuel gouvernement sur plusieurs fronts : vers l’annulation de la Caisse de compensation, baisse de l’investissement public et dans les secteurs sociaux, gel de l’emploi public, privatisation des services publics et enfin « réforme » de la Caisse marocaine des retraites (faire passer l’âge de la retraite à 65 ans, hausse des cotisations des salariés, etc).


  • De plus en plus de #seniors américains peinent à rembourser leurs #prêts #étudiants
    http://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/0203773270885-de-plus-en-plus-de-seniors-americains-peinent-a-rembourser-le

    Difficile de rembourser une #éducation extrêmement coûteuse aux #Etats-Unis, y compris pour les #personnes_âgées, dont certaines n’ont toujours pas fini de payer leurs prêts étudiants et voient désormais leurs #retraites ponctionnées par l’#Etat qui veut récupérer son #argent.

    La dette étudiante des 65 ans et plus a atteint en 2013 aux Etats-Unis quelque 18,2 milliards de dollars, selon un nouveau rapport du Government Accountability Office (#GAO), l’équivalent de la Cour des comptes en France. Cette dette a rapidement grossi depuis 2005, où elle n’était encore pour cette tranche d’âge «  que  » de 2,8 milliards de dollars, souligne le GAO.

    La plupart de ces personnes âgées ont emprunté pour rembourser leur propre éducation, pas même celle de leurs enfants ou de leurs petits-enfants, et beaucoup peinent encore à rembourser leurs prêts. Ainsi, dans plus de la moitié des cas, les individus de plus de 75 ans font défaut sur le remboursement de leur prêt, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas effectué de paiement depuis au moins 270 jours.

    «  La #dette des personnes âgées américaines grandit et peut affecter la sécurité financière de leur retraite  », souligne le GAO dans ce rapport. En effet, lorsqu’une personne âgée ne parvient pas à rembourser un prêt de l’Etat pour ses études, le gouvernement peut piocher dans sa retraite pour récupérer son argent.


  • Argentine : la tromperie organisée de la #dette éternelle - Mémoire des luttes
    http://www.medelu.org/Argentine-la-tromperie-organisee

    Pardonnez mon ignorance, mais à quelle notion se réfèrent-ils quand ils affirment qu’il faut honorer la « dette souveraine » ? Pourquoi le pays devrait-il payer en même temps ce qui est légitime et ce qui est illégitime dans cette dette, sans rechercher ce qui est immoral, injuste et taché du sang du peuple ? Pourquoi payer une dette qui a déjà été payée plusieurs fois ? Qu’ont fait les gouvernements démocratiques quand ils ont cédé la souveraineté nationale à des tribunaux étrangers, et que faire pour éviter ainsi cette tromperie ?

    Cela fait plus de 30 ans que, avec des organisations sociales et des personnalités, nous proposons de faire un audit de la dette. Il est nécessaire de nous référer à Alejandro Olmos, qui a porté pour la première fois un jugement sur la dette extérieure, et au juge Ballestero qui, voici 18 ans, avait demandé au Congrès national qu’il recherche les dommages causés dans le pays par ce paiement. Depuis 14 ans, tout cela dort dans le sommeil des complicités et reste enfermé dans un placard du Congrès.

    La tragédie, c’est que les gouvernements des pays endettés se sont transformés en fidèles croyants du Dieu Moloch auquel ils rendent un culte dans leurs temples en installant le rituel du paiement de la dette éternelle avec pour objectif d’être, plus tard, bénéficiaires d’un paradis fiscal et de pouvoir un jour obtenir de nouveaux crédits pour payer les intérêts de cette dette, et ainsi s’assurer qu’elle continuera à croitre pour pouvoir continuer à la payer. Tout cela pour recevoir un jour les indulgences d’un #capitalisme qui réclame de plus en plus de sacrifices.


  • Du goudron et des plumes pour les membres de la BCE
    http://www.atlantico.fr/pepites/nobel-economie-previent-que-historiens-enduiront-goudron-et-plumes-membres

    Parmi les experts présents, figurait Peter Diamond, professeur à l’Institut de Technologie du Massachusetts [#MIT], qui a donné sa vision pessimiste de la politique économique européenne au journal The Telegraph.

    « Les jeunes d’Espagne et d’Italie, qui vont intégrer le marché de l’emploi en cette période de récession, vont être touchés pendant des décennies. C’est une situation terrible, et il est surprenant de voir combien peu de protestations il y a eu à l’encontre de ces politiques si destructrices. », a-t-il déclaré au journal lors de la conférence. Une situation telle que « les historiens enduiront de goudron et de plumes les membres de la #BCE », a-t-il poursuivi. 

    Pour l’économiste, qui reste catégorique, l’#Europe risque d’être confrontée à une longue période de stagnation. « Cela pourrait être évité par une meilleure utilisation des mesures de relance, par des dépenses d’infrastructure. Cela contribuerait à stimuler la croissance et la #dette par rapport au PIB, », a-t-il ajouté.

    #austérité


  • Comment les banques centrales provoquent les crises financières
    http://www.economiematin.fr/news-crise-financiere-cause-banque-centrale

    Nous disons et écrivons très souvent que l’économie est largement financiarisée depuis plus de 15 ans. Nous vivons dans une économie de bulles d’actifs financiers. En fait, lorsqu’une bulle éclate sur un actif, on assiste généralement à la naissance d’une nouvelle bulle sur un autre actif car l’argent abondamment créé par les banques centrales ne peut, en général, être repris sous peine de provoquer d’énormes pertes en patrimoine chez les investisseurs privés ou de créer une crise bancaire.

    Nous sommes donc en plein aléa moral puisque certains acteurs financiers ne sont pas assez rigoureux dans l’analyse du risque de leurs investissements ; ils se reposent sur le fait qu’ils ont une capacité de nuisance systémique et qu’en conséquence il y aura toujours un prêteur/sauveur en dernier ressort (en l’occurrence la banque centrale de sa zone monétaire).

    C’est l’une des principales origines des crises financières que nous connaissons depuis les années 2000 : des politiques monétaires trop accommodantes pour ne pas dire laxistes avec un environnement de taux « anormalement » bas et donc de coûts de financement très avantageux (taux emprunts d’Etat de plus en plus ridicules, écarts de taux vis-à-vis des taux de swap ne rémunérant que très peu ou même pas du tout le risque bancaire ou d’entreprise)

    La crise financière est inévitable lorsque l’investisseur va chercher du rendement sur des classes d’actifs de plus en plus risquées parce que les actifs prétendus les plus sûrs — comme les emprunts d’Etat (Etats-Unis, Royaume-Uni et grands Etats de la Zone euro) — rapportent de moins en moins.

    La crise financière peut devenir particulièrement violente — comme en 2007-2008 — lorsque de surcroît les produits de placement classiques (y compris les plus risqués) rapportent moins alors même que les exigences de rentabilité restent inchangées ; d’où l’innovation financière pour fabriquer des produits structurés sophistiqués et complexes censés procurer du rendement avec un risque maîtrisé......

    #économie
    #finance
    #BCE
    #banques_centrales
    #crises_financières
    #taux
    #rendement
    #dette


  • Les aides massives des banques centrales aux grandes banques privées | Le Blog de la Résistance
    http://resistanceauthentique.wordpress.com/2014/08/27/les-aides-massives-des-banques-centrales-aux-grande

    Mais banques centrales et grandes banques privées ne sont qu’une seule et même entité , une seule et même banque, au final ; Ceux qui possèdent la FED par exemple (ses actionnaires), sont ceux qui possèdent les grandes banques privées qui la composent : c’est un faux paradigme, dans ce qui est un immense jeu de vases communicants ; dans lequel une poignée d’élus jouissent du privilège suprême : celui de la création monétaire ; Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance (spécial été )

    Résumé : Depuis l’éclatement de la crise bancaire en 2007, les banques centrales des pays les plus industrialisés prêtent massivement aux banques à des taux d’intérêt très bas afin d’éviter des faillites, permettant aux grandes banques qui en bénéficient d’économiser des sommes considérables en termes de remboursement des intérêts.

    La Fed achète massivement aux banques des États-Unis des produits structuréshypothécaires, la BCE n’achète pas jusqu’ici de produits structurés mais elle accepte que les banques les déposent comme collatéraux, autrement dit comme garantie, des prêts qu’elle leur octroie.

    Les gouvernements, quant à eux, apportent leurs garanties et injectent massivement des capitaux afin de recapitaliser les banques.

    Les banques systémiques savent qu’en cas de problème, du fait de leur taille et du risque que représenterait la faillite de l’une d’elles (« too big to fail »), elles pourront compter sur le soutien des États qui les renfloueront sans sourciller.

    Les gouvernements empruntent sur les marchés financiers en émettant des titres de la dettepublique souveraine. Ils confient la vente de ces titres aux grandes banques privées. Les banques bénéficient par ailleurs de baisse d’impôts sur les bénéfices.

    De plus, au sein de la zone euro, les banques jouissent du monopole du crédit destiné au secteur public........

    >>>

    Les prêts massifs des banques centrales aux banques privées

    <<<

    #finance
    #économie
    #banques-centrales
    #banques_privées
    #banksters
    #FED
    #BCE
    #actionnaires
    #États-Unis
    #Europe
    #produits_structurés_hypothécaires
    #marchés_financiers
    #titres
    #dette_publique
    #dette_souveraine


  • La dette argentine, un instrument de domination extérieure
    http://www.marianne.net/La-dette-argentine-un-instrument-de-domination-exterieure_a240719.html

    Condamné par la justice américaine à verser 1,3 milliard de dollars à des « fonds vautours », l’Argentine a choisi de reprendre le contrôle de sa dette au grand mécontentement de ces organismes rapaces. L’occasion de revenir sur la genèse de la dette argentine, quand les banquiers britanniques prêtaient à des taux délirants des sommes astronomiques à l’Argentine pour financer les projets inexistants... d’industriels britanniques qui, eux-mêmes, ne remboursaient jamais leurs emprunts ! Une histoire rocambolesque, digne d’un polar, et qui marque le début de la mise sous tutelle économique de l’Argentine.....

    http://www.marianne.net/photo/art/default/984711-1167502.jpg?v=1408717468

    En Argentine, la dette est une institution. Un monument, au sens littéral du terme, qui se rappelle régulièrement au « bon » souvenir des Argentins. Le pays lui a même consacré un musée : le « Museo de la Deuda externa », inauguré en octobre 2003. Pas un grand musée où seraient entreposées par centaines les œuvres des grands créanciers et vautours qui rôdent au-dessus de leur proie, plutôt un centre de recherche historique sur la dette extérieure du pays.

    Car en Argentine, la dette n’est pas seulement un sujet politique majeur, c’est aussi un drame national depuis les années 1970 quand la dictature militaire de Videla a fait exploser la dette extérieure du pays. Et ses origines sont bien plus anciennes encore. En 1822, est créée à Buenos Aires une banque de commerce, une initiative privée bâtie essentiellement avec des capitaux britanniques, dont la mission est surtout d’octroyer des prêts aux investisseurs locaux issus du Royaume-Uni.

    Pour financer ses prêts, la banque manque d’argent frais. Le Conseil des représentants de Buenos Aires, un organisme gouvernemental, a alors une riche idée : voter une loi qui autorise le gouvernement à « négocier à l’intérieur ou à l’extérieur du pays, un prêt de trois ou quatre millions de pesos ». C’est dans la tête de Bernardino Rivadavia, à l’époque chargé des relations extérieures des Provinces Unies du Rio de la Plata, que germe cette brillante idée. Cet homme politique argentin deviendra deux ans plus tard, en 1826, le premier président de la nation argentine. ....

    #Etats-Unis
    #Argentine
    #Cristina_Kirchner

    #angleterre
    #banques
    #banksters
    #baring
    #dette
    #emprunt
    #fonds_vautour

    #voyoux


  • Espagne : la dette publique dépasse le seuil des 1,000 milliards - Le Blog Finance
    http://www.leblogfinance.com/2014/08/espagne-la-dette-publique-depasse-le-seuil-des-1000-milliards.html
    http://www.leblogfinance.com/files/2014/08/Espagne-euro-dette-300x189.jpg

    Information assez peu relayée par les medias … et pourtant, elle a son importance.
    La Banque d’Espagne vient ‘annoncer la semaine dernière que la dette publique de l’Espagne avait augmenté de 10,3 milliards d’euros en juin, dépassant tout juste les 1.000 milliards d’euros.

    Chiffre sans précédent …

    Pire encore, la dette représente dorénavant l’équivalent de 98,5% du PIB de 2013, si l’on en croit les calculs de Reuters.

    Madrid table sur un rapport dette/PIB de 99,5% pour fin 2014, et 101,7% en 2015.

    Un niveau bien supérieur au seuil limite de 60 % fixé par l’Union européenne.

    Et on ose nous dire que la reprise est au rendez-vous en Espagne ? Voire même que tout va mieux dans le meilleur des mondes ?

    #Espagne
    #dette_publique
    #BCE

    • Suite....
      http://www.leblogfinance.com/files/2014/06/crise-Espagne-moodys-300x197.jpg

      Toujours plus … tel semble être le maître mot des agences de notation, enfonçant un clou déjà planté par la troïka européenne.

      Alors que la plupart des Espagnols doivent faire face à une situation particulièrement exsangue, Moody’s a critiqué jeudi la réforme fiscale dévoilée il y a quelques jours par Madrid. Selon la célèbre agence de notation US, les nouvelles mesures envisagées manquent d’ambitions. Moody’s estime même que le gouvernement espagnol accroît le risque de ne pas pouvoir atteindre son objectif de déficit public pour 2015 et 2016.

      « Les changements fiscaux ne suivent pas les ambitions initiales d’une réforme fiscale plus large, telle que l’avait recommandée la commission d’experts du gouvernement lui-même », déclare ainsi Moody’s dans un communiqué.

      Rappelons que la réforme, approuvée la semaine dernière en Conseil des ministres, prévoit une baisse des impôts sur le revenu et sur les sociétés à partir de 2015, sans toutefois inclure de hausse de la TVA, contrairement aux préconisations du Fonds monétaire international et de l’Union européenne.....


  • Dette, crise, chômage : qui crée l’argent ? - Agoravox TV
    http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/dette-crise-chomage-qui-cree-l-46382

    La monnaie fait partie de notre quotidien. Elle est au cœur de nos économies : elle permet les échanges des biens et des services. Pourtant, personne ne sait vraiment qui la fabrique, ni comment elle fonctionne. En partant de ce que tout le monde connait, ce document explique les fondements des systèmes monétaire et bancaire, et en décrypte certaines conséquences. Car c’est bien l’incompréhension du système monétaire par la majorité des citoyens, des journalistes, des politiciens et de nos élites au sens large, qui permet à la finance et aux banques de régner sans entraves. Vous disposez de peu de temps libre, un résumé du documentaire de 8 mn est disponible ici.

    https://www.youtube.com/watch?v=syAkdb_TDyo&feature=youtu.be

    Ce document citoyen bien ficelé n’a aucune couleur politique. Par des exemples simples, didactiques, il décrit les mécanismes bancaires peu connus, énonce des faits et matérialise des liens avec les principaux enjeux de notre temps. Il débouche sur une critique des systèmes financier, politique et médiatique, et se termine par des objectifs et alternatives fondamentaux pour le monde de demain.......

    #Politique
    #Société
    #Démocratie
    #Monnaie
    #Banques
    #Dette
    #Oligarchie


  • CADTM - Réduction de la dette et justice sociale ne sont pas incompatibles
    http://cadtm.org/Reduction-de-la-dette-et-justice

    La répétition est mère de la sagesse : les Belges n’ont pas vécu au dessus de leurs moyens |1|.
    http://cadtm.org/local/cache-vignettes/L290xH184/arton10571-95919.png
    Selon le discours dominant, les pouvoirs publics auraient dépensé sans compter et les Belges auraient profité de manière inconsidérée des soins de santé, des pensions et d’autres avantages sociaux. Cette affirmation, que l’on entend dans presque tous les pays de l’Union européenne, est fausse : les dépenses publiques belges sont restées stables au cours des trente dernières années (autour de 43% du PIB). L’explosion récente de la dette a été avant tout provoquée par cinq facteurs.

    1. des sauvetages bancaires très couteux et réalisés sans la moindre contrepartie ;
    2. des politiques fiscales qui ont essentiellement profité aux catégories les plus aisées ;
    3. une politique de financement de la dette qui a profité aux banques privées (cf. point suivant) ;
    4. la crise économique qui a provoqué une augmentation des dépenses sociales et donc des déficits publics ;
    5. des politiques d’austérité qui n’ont fait qu’aggraver les choses en provoquant un ralentissement de l’activité économique.

    Sans l’article 123 du Traité de Lisbonne, il n’y aurait pas de problème de dette en Belgique !
    http://cadtm.org/local/cache-vignettes/L580xH279/dad-e8405.png

    Depuis la signature du Traité de Maastricht de 1992, les États n’ont plus la possibilité d’emprunter à leur banque centrale ou à la Banque centrale européenne (BCE). Pour financer leurs déficits, ils doivent donc emprunter aux marchés financiers, c’est-à-dire aux grandes banques privées. Cette interdiction d’emprunter directement à la BCE, confirmée par l’article 123 du Traité de Lisbonne, a entraîné un surcoût financier énorme pour les finances publiques.....

    >>>

    La BCE doit pouvoir prêter directement aux États !

    <<<

    #économie
    #Réduction de la #dette et #justice #sociale ....


  • La « dette écologique » des pays se creuse
    http://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/0203709312486-la-dette-ecologique-des-pays-se-creuse-et-avec-elle-les-inega

    Une «  #dette écologique  » qui ne cesse de s’alourdir. En 2000, cet indicateur créé par l’organisation non gouvernementale (ONG) Global Footprint Network (GFN) s’était allumé un 1er novembre, soit au bout de 11 mois. Il n’en faut même plus huit aujourd’hui pour que «  l’empreinte écologique  » laissée par l’homme dépasse la biocapacité de la planète, en clair le potentiel dont dispose chaque pays pour reconstituer ses stocks de #ressources, exprimés en hectares globaux (hag) par GFN.

    D’excédentaire qu’elle était encore en 1961 avec un quart de ses réserves encore non consommées, la terre est devenu déficitaire au-début des années 70. «  Au lieu de vivre strictement des «  intérêts  » du capital naturel, l’humanité à commencé à puiser dans ce capital  », explique Mathis Wackernagel, le fondateur de cette ONG et co-créateur du modèle de calcul de l’empreinte écologique.

    Ce basculement coïncide avec la croissance économique et démographique de la planète. Aujourd’hui, les besoins de l’humanité dépassent de 50 % les réserves de ressources renouvelables disponible, notamment pour l’alimentation ou encore le textile. Dit autrement, il faut aujourd’hui 1,5 terre pour répondre aux besoins d’une population croissante.

    #écologie #démographie #inégalités

    Recensé aussi là : http://seenthis.net/messages/286103
    L’année dernière, c’était déjà le 20 août ! http://seenthis.net/messages/166376

    Avec ce 1,5 terre, on (sur)produit de quoi nourrir 10 milliards d’êtres humains je crois savoir (si quelqu’un a un chiffre…), et malgré cela :

    un milliard de personnes seraient sous-alimentées en 2009 selon l’Organisation des Nations unies pour l’#alimentation et l’agriculture (FAO) ; deux milliards d’individus seraient atteints de malnutrition ; neuf millions en mourraient chaque année.
    http://www.monde-diplomatique.fr/2009/11/PARMENTIER/18435


  • CADTM - L’annulation de la dette allemande en 1953 versus le traitement réservé au Tiers Monde et à la Grèce
    http://cadtm.org/L-annulation-de-la-dette-allemande
    http://cadtm.org/local/cache-vignettes/L300xH178/arton10545-83b97.jpg

    Les États-Unis procèdent à des annulations de dettes à l’égard de certains de leurs alliés. L’opération la plus évidente dans ce contexte est le traitement de la dette allemande réglementé par l’Accord de Londres de 1953. Pour s’assurer que l’économie de l’Allemagne occidentale est relancée et constitue un élément stable et central dans le bloc atlantique, les Alliés créanciers, États-Unis en tête, font des concessions très importantes aux autorités et aux entreprises allemandes endettées qui vont bien au-delà d’une réduction de dette. Une comparaison entre le traitement accordé à l’Allemagne occidentale d’après-guerre et les PED ou la Grèce d’aujourd’hui est édifiant.

    L’allègement radical de la dette de la République fédérale d’Allemagne (RFA) et sa reconstruction rapide après la seconde guerre mondiale ont été rendus possibles grâce à la volonté politique de ses créanciers, c’est-à-dire les États-Unis et leurs principaux alliés occidentaux (Royaume-Uni, France). En octobre 1950, ces trois alliés formulent un projet dans lequel le gouvernement fédéral allemand reconnaît l’existence des dettes des périodes précédant et suivant la guerre. Les alliés y joignent une déclaration signifiant que « les trois pays sont d’accord que le plan prévoit un règlement adéquat des exigences avec l’Allemagne dont l’effet final ne doit pas déséquilibrer la situation financière de l’économie allemande via des répercussions indésirables ni affecter excessivement les réserves potentielles de devises. Les trois pays sont convaincus que le gouvernement fédéral allemand partage leur position et que la restauration de la solvabilité allemande est assortie d’un règlement adéquat de la dette allemande qui assure à tous les participants une négociation juste en prenant en compte les problèmes économiques de l’Allemagne » |1| .....

    >>>

    La dette réclamée à l’Allemagne concernant l’avant-guerre s’élève à 22,6 milliards de marks si on comptabilise les intérêts. La dette de l’après-guerre est estimée à 16,2 milliards. Lors d’un accord conclu à Londres le 27 février 1953 |2|, ces montants sont ramenés à 7,5 milliards de marks pour la première et à 7 milliards de marks pour la seconde |3|. En pourcentage, cela représente une réduction de 62,6 %.

    <<<

    #finance
    #banques
    #Allemagne
    #annulation de la #dette #allemande en #1953 versus le traitement réservé au #Tiers_Monde et à la #Grèce


  • #Mohamed_Bouazizi, l’ouvrier agricole : relire la « #Révolution » depuis les campagnes tunisiennes

    On pourrait commencer l’histoire au début des années 2000. Mohamed, orphelin de son père, devient responsable de sa fratrie et doit subvenir aux besoins de sa famille. Lorsque son oncle maternel, Salah, achète une #terre_agricole de 18 hectares dans la région de #Regueb (gouvernorat de Sidi Bouzid, Tunisie), Mohamed commence à travailler sur l’exploitation. Lui, Salah et d’autres membres de la famille ainsi que des #ouvriers_saisonniers s’occupent des #oliviers et des #cultures_maraîchères irriguées (tomates, melons). Le projet semble bien lancé, profitant de l’#eau_souterraine de bonne qualité et du #micro-climat qui fait la réputation de cette région et de ses cultures primeurs.
    Après trois années, Salah doit commencer à rembourser les premières échéances du #crédit_agricole qui lui a permis de lancer son exploitation. Mais à partir de 2006, il rencontre des difficultés financières, et ses revenus de préparateur dans une pharmacie de Sidi Bouzid ne lui permettent pas d’éviter son #endettement auprès de la #Banque_nationale_agricole.

    http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/720/files/2014/07/mathilde1.png
    http://irmc.hypotheses.org/1572

    #Tunisie #agriculture #dette

    cc @odilon


  • Après avoir fait #défaut, l’#Argentine met en cause « la responsabilité des #Etats-Unis »
    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/07/30/les-negociations-sur-la-dette-argentine-n-aboutissent-toujours-pas_4464402_3

    Les #fonds_spéculatifs « ont essayé de nous imposer quelque chose d’#illégal », a déclaré le ministre de l’économie argentin, Axel Kicillof. « Nous leur avons fait une offre. Nous leur avons proposé de faire un gain de 300 %. Ça n’a pas été accepté, parce qu’ils veulent plus et ils le veulent maintenant. »

    Buenos Aires « remboursera » les porteurs de bons issus de la #dette #restructurée, mais « à des conditions raisonnables, sans tentative d’extorsion, sans pression, sans menace », a-t-il ajouté.

    #dette_illégitime #fonds_vautours #capitalisme_financier


  • Cela se passe près de chez vous du Samedi 2 Aout 2014 : Le Crédit Agricole, le bon sens près de chez vous Par Bruno Bertez | Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances
    http://leblogalupus.com/2014/08/02/cela-se-passe-pres-de-chez-vous-du-samedi-2-aout-2014-le-credit-agrico
    https://pbs.twimg.com/media/BtzDvPIIUAAwieo.jpg:large

    Tout le monde le sait depuis la pub, le crédit Agricole, c’est le bon sens. Tout le monde sait également que votre argent, il est investi près de chez vous, comme le disent les débiles que l’on voit à la TV. Il est investi dans les opérations immobilières catastrophiques de copinage comme l’a fait le Crédit Agricole du Nord de la France, par exemple.

    Le Crédit Agricole est le grand spécialiste français de la destruction de valeur. Il n’est pas le seul, mais il vient quasi en tête. Dominé par les sociétés de pensée comme l’on dit, par les intérêts politiques régionaux et nationaux, par le népotisme, il a pris le large de l’International.

    Il pille ses Caisses Régionales par tous les moyens en attendant le grand jour où, sur les injonctions des institutions de contrôle, on n’ose dire de surveillance, il passera le grand râteau pour se recapitaliser sur les dos des épargnants de proximité. Comme cela s’est fait avec la Caisse d’Epargne.

    On avait vu la vente de Emporiki, en Grèce, pour 1 euro symbolique après une ardoise visible de 2 milliards, on assiste maintenant à l’effondrement de la valeur, là aussi visible, de la participation dans Espirito Santo qui représente tout ce qu’il y a de plus pourri dans le capitalisme financier. Quel sera le coût réel de cette gabegie, on s’interroge. Du moins nous, nous nous interrogeons, car à ce jour, tout cela ne semble intéresser personne. Quels sont les engagements hors capital sur le Crédit Agricole,quelle va être l’incidence sur le bilan, sur les résultats et sur l’image ? Et y aura-t-il des conséquences judiciaires en raison des malversations et négligences qui ont été couvertes, on attend….

    https://pbs.twimg.com/media/BsL0sZ2IgAACwIg.jpg

    Ce Vendredi 31 Juillet 2014 l’action Crédit agricole accusait l’une des plus fortes baisses des banques européennes en Bourse ainsi que du CAC 40 en France, l’établissement français pâtissant de son exposition à Banco Espirito Santo (BES) dont il est le deuxième actionnaire avec près de 15% du capital.

    A 11h45, le titre cèdait 4,16% à 10,13 euros contre un recul de 0,61% pour le CAC 40 et de 1,63% pour l’indice Stoxx du secteur bancaire européen. Le titre Crédit Agricole perdait 4,5% autour de 10,09 euros aux alentours de 16h30 à la Bourse de Paris. Après avoir été suspendue en matinée, l’action BES chutait quant à elle de 39,48% à 0,21 euro à la Bourse de Lisbonne.

    Banco Espirito Santo (BES) a fait état mercredi d’une perte de 3,6 milliards d’euros au titre du premier semestre de l’année, en raison essentiellement de prêts consentis au groupe familial, en grande difficulté, qui l’a fondée.

    La première banque cotée du Portugal, qui avait déjà levé 1,045 milliard d’euros dans le cadre d’une augmentation de capital en juin, se retrouve désormais avec une base de capital inférieure au minimum requis par les autorités de régulation, ce qui va la conduire à lancer un nouvel appel au marché.( L’augmentation du capital s’impose car le ratio de fonds propres de la banque est tombé à 5%, en dessous du minimum de 7% requis par la Banque du Portugal.).....

    >>>

    Depuis l’augmentation de capital du mois de juin réalisée par BES, l’action Crédit agricole perd environ 15% et le titre BES 80%. Source Les Echos+ Agences 31/7/14

    <<<

    #banques
    #dette
    #Crédit_Agricole


  • Tromperie sur la dette
    http://www.marianne.net/Tromperie-sur-la-dette_a240371.html
    http://www.marianne.net/photo/art/default/984328-1166974.jpg?v=1406813089

    La dette publique est aujourd’hui hissée au rang de fléau ultime. Un mot d’ordre est répété en boucle : pas de croissance sans désendettement, et pas de désendettement sans austérité. Pour renouer avec la prospérité, encore faudrait-il que les populations acceptent de se serrer la ceinture. C’est en tout cas, sur l’air de « There is no alternative », le message qui leur est envoyé. Et c’est le point de départ d’un essai qui défend une approche aussi radicale que différente......

    >>>

    « L’enjeu n’est pas l’équilibre budgétaire »

    <<<

    >>>

    la crise permet de délivrer l’Etat « de l’emprise de la lutte des classes, de la pression des revendications sociales et de l’élargissement des droits sociaux »

    <<<

    >>>

    ... d’imposer des prélèvements multiples : impôt, réduction du salaire nominal, coupe dans les dépenses sociales comme les retraites, augmentation des prix, privatisations...

    <<<

    #banques
    #banksters
    #dette
    #europe
    #finance
    #politique


  • Fonds vautours : l’Argentine dit « merde » à ses créanciers
    http://www.marianne.net/Fonds-vautours-l-Argentine-dit-merde-a-ses-creanciers_a240406.html

    L’Argentine et les fonds spéculatifs ne sont pas parvenus à s’entendre sur le remboursement de la dette de Buenos Aires. Un défaut de paiement relatif qui porte sur 7% de la dette du pays et une logique judiciaire qui pose la question de la fétichisation de l’Etat de droit.

    http://www.marianne.net/photo/art/default/984368-1167039.jpg?v=1406809133

    « C’est une situation inédite, insolite, injuste » s’est insurgé le ministre de l’Economie argentin, Axel Kicillof en conférence de presse, hier, à New York. Considérée en défaut de paiement, l’Argentine a pourtant remboursé, comme prévu ses créanciers. Seulement, la somme, un peu plus de 500 millions de dollars, a été bloquée aux Etats-Unis. Par un juge fédéral. Thomas Griesa.

    Un peu plus tôt cet été, le magistrat avait en effet condamné l’état argentin à honorer tous ses créanciers, sans exception, y compris les 7% ayant refusé, après la faillite du pays en 2001, de restructurer leur dette, autrement dit de revoir à la baisse les marges de leurs bénéfices. Faute de quoi, aucun des 93% de créanciers restants ne pourraient, à leur tour, percevoir leur dû. Ce qui est arrivé hier, date à laquelle les pourparlers arrivaient à échéance...

    <<<

    .. entre le droit et la politique et de la légitimité de tribunaux - qui plus est étrangers- de décider de la faillite d’un état. Un rapport de forces si cher au modèle libéral.

    <<<

    #argentine
    #dette
    #fonds_vautours
    #griesa
    #kirchner
    #usa


  • Au bas de l’échelle sociale, la dette menace de rebasculer | La Chronique Agora
    http://la-chronique-agora.com/echelle-sociale-dette

    Nous voyons douleur et souffrance. Au bas de l’échelle financière, jour après jour, les gens rament.

    Ce phénomène est masqué par les statistiques. Les chiffres moyens — pour les salaires, les revenus et la richesse des ménages — sont gonflés de gaz. Grâce à la hausse des cours, ceux qui ont des actifs substantiels sont devenus substantiellement plus riches… faisant grimper les moyennes avec eux.

    Mais qu’en est-il de ceux tout en bas ? Nous ne parlons pas de la classe moyenne, mais ceux encore au-dessous. Comment vivent-ils ? Que mangent-ils ? Comment font-ils pour joindre les deux bouts ? Non que nous soyons tout à coup devenu charitable. Nous ne nous soucions pas d’"équité" non plus. De telles préoccupations sont bien trop généreuses et socialement responsables pour nous.

    Non, nous nous inquiétons simplement, égoïstement, de ce qui arrive aux passagers des cabines de première classe quand la vie sur le pont inférieur devient intolérable.
    Une partie croissante de l’économie imbibée de crédit dépend des marginaux qui sont dans la soute. En 2007, c’est la dette immobilière subprime marginale qui a fait basculer le monde financier dans la crise. A présent, il existe aussi des prêts automobile subprime… des prêts étudiants subprime… des obligations d’entreprises subprime… des dettes gouvernementales subprime (le Sénégal… la Grèce !)....

    >>>

    Nous avons entendu parler des « courses de minuit », par exemple. Les programmes gouvernementaux d’aide alimentaire créditent leurs cartes à minuit. Des consommateurs désespérés font déjà la queue dans les magasins discount ouverts 24 heures sur 24… et les ventes augmentent au milieu de la nuit.

    <<<

    #économie
    #finance
    #dette
    #consommation
    #emploi


  • Jean GADREY » Blog Archive » La grosse dette qui monte qui monte… Vers un « défaut » partiel ?
    http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2014/06/19/la-grosse-dette-qui-monte-qui-monte%E2%80%A6-vers-un-%C2%AB-defaut-%C2%BB-partiel/#more-752

    ...Voici les dernières prévisions de l’OCDE pour 2014. Il ne s’agit pas de la notion européenne de « dette au sens de Maastricht », qui est un peu inférieure, mais c’est tout comme. Pour tous les pays dont la dette dépassait 100 % du PIB en 2013, dont la France et tous les pays du sud de l’Europe, ainsi que les Etats-Unis et le Japon (record toutes catégories), le poids de la dette devrait progresser à nouveau en 2014. Cela concerne aussi bien les pays soumis à la chape de plomb de l’austérité que des pays (Etats-Unis, Japon) ayant suivi d’autres voies, aussi bien ceux de la zone euro que les autres. Ce qui tend à confirmer une de mes hypothèses déjà émise : ni la monnaie unique, ni la politique monétaire, ni même le choix ou non de l’austérité ne sont les facteurs premiers de la crise de la dette et de la crise en général. Le facteur premier est la finance dérégulée au pouvoir.

    http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/files/tableaudettes.jpg

    Cela va s’arrêter quand ? En 2015 bien entendu, nous disent-ils. Vous les croyez ? Moi pas. Tant que la finance dérégulée et les marchés ne seront pas mis sous contrôle, cela va continuer, et pas de façon progressive : au prix d’une nouvelle « crise », ou plutôt, comme nous sommes en crise permanente, au prix d’un nouvel effondrement boursier et économique qui semble probable (voir plus loin). Pas seulement en Europe, et PAS PRINCIPALEMENT A CAUSE DES DETTES PUBLIQUES, mais parce que ce sont toujours les banques et les marchés financiers qui font la loi et qui, relayés par des politiques plus ou moins à leur service, ont provoqué l’explosion des dettes publiques et la montée des risques systémiques privés. Et parce qu’ils continuent comme avant, ou presque. Et parce que, pour toutes ces raisons, nous sommes probablement déjà dans une bulle financière très gonflée.....

    >>>

    Depuis 2010, nous avons eu droit chaque année à des prévisions officielles qui annonçaient le bout du tunnel à une échéance de deux ou trois ans : grâce aux politiques lancées de 2008 à 2010, la dette des pays les plus endettés (du fait de la crise) allait se réduire après 2012 ou 2013. Loupé.

    <<<

    #dette


  • UMP : coup de projecteur sur les comptes et la dette abyssale - Yahoo Actualités France
    https://fr.news.yahoo.com/ump-coup-projecteur-comptes-dette-abyssale-074912760.html;_ylt=Ajea1V
    https://s3.yimg.com/bt/api/res/1.2/q6nU_aiVURxVNecSkpUpMw--/YXBwaWQ9eW5ld3M7Y2g9MzQxO2NyPTE7Y3c9NTEyO2R4PTA7ZHk9MDtmaT11bGNyb3A7aD0zNDE7cT04NTt3PTUxMg--/http://media.zenfs.com/fr_FR/News/AFP/15351aa97db38afeb2227948017640adc762ce75.jpg

    Une dette abyssale de plusieurs dizaines de millions d’euros : les grandes lignes d’un audit financier commandé par la nouvelle direction de l’UMP seront dévoilées mardi, en pleine guerre des ambitions à quelques mois de l’élection du nouveau président.

    Les principaux cadres de l’UMP, réunis dans le huis clos du siège du parti fondé en 2002, s’apprêtent à vivre mardi à partir de 18H00 un nouvel épisode de la crise financière et morale traversée depuis 2012.

    En proie à de graves difficultés de trésorerie depuis plusieurs années, l’UMP est désormais au bord du gouffre.

    D’après des documents que l’AFP a pu consulter, la dette était de 76 millions d’euros à la fin de l’année 2013, contre 96 millions à la fin de l’année 2012.

    D’après ces documents, la ligne « propagande et communication » de l’année électorale 2012 affiche à elle seule 33,329 millions d’euros. Il s’agit de l’année où l’UMP aurait pris en charge des dépenses de campagne, notamment des meetings, du candidat Nicolas Sarkozy, selon les affirmations de la société Bygmalion et de l’ex-directeur adjoint de campagne, Jérôme Lavrilleux (10 à 11 millions selon Bygmalion).

    Ce marasme financier vient encore noircir un tableau judiciaire déjà bien sombre.

    S’est encore ouvert lundi un nouveau front avec l’ouverture d’une enquête pour « abus de confiance » concernant le paiement par l’UMP des pénalités infligées à Nicolas Sarkozy - plus de 300.000 euros - après l’invalidation de ses comptes de campagne. François Fillon s’était récemment interrogé sur « la légalité » de ce paiement par le parti.

    D’après une source judiciaire, l’alerte a été donnée début juillet par les commissaires qui ont par ailleurs certifié les comptes de l’UMP fin juin.........

    >>>

    D’après des documents que l’AFP a pu consulter, la dette était de 76 millions d’euros à la fin de l’année 2013, contre 96 millions à la fin de l’année 2012.

    <<<

    #UMP
    #Dette qui explose
    #audit_financier
    #CNCCFP Commission nationale des comptes de campagne et du financement de la vie politique
    #emprunts
    #banques

    #financement_public