#gauche_de_droite

  • ça fait du bien de rire parfois...
    Comme quoi bien entendu, le meilleur moyen de prendre une veste, c’est de commencer par la retourner.. :-)
    #ps
    #hollande
    #veste

    Premier secrétaire du Parti socialiste en 2008, François Hollande avait donné le 17 mars une conférence de presse pour commenter les résultats des élections municipales, catastrophiques pour l’UMP (42 villes basculant de droite à gauche)... Relire la fin de son discours, consacré à la portée nationale du scrutin, ne manque pas de sel.

    Hollande propose « un remaniement du Président lui-même », fustige les « promesses non tenues », suggère de donner un coup d’accélérateur au pouvoir d’achat. C’était l’époque où il souhaitait consolider la demande et ne croyait pas encore aux vertus supposées de « l’économie de l’offre »... Voici l’extrait :

    http://rue89.nouvelobs.com/2014/03/24/quand-hollande-commentait-message-municipales-2008-250928


  • Mais où ont-ils mis leur cerveau droit ?
    http://www.politis.fr/Mais-ou-ont-ils-mis-leur-cerveau,21572.html

    http://static1.seenthis.net/local/cache-vignettes/L231xH180/17948399-un-a02a-91799.jpg

    Il y a des jours où on se demande vraiment pourquoi l’exercice du pouvoir tire inexorablement les gouvernants, quels qu’ils soient, vers la droite. En matière économique, on a bien compris que, sous la pression de l’Europe-libérale-qui-ne-bouge-pas-d’un-iota, de la préséance patronale, du réalisme de gestion et tout ça, les socialistes aux manettes barraient, comme les autres, du côté du porte-monnaie. En nous expliquant qu’il faut être analytique, logique, rigoureux dans la gestion de la crise, etc.

    Bref, en laissant la préséance à leur cerveau gauche. Du cerveau droit – celui qu’on dit empirique et intuitif, fonctionnant sur la globalité, la déduction, l’expérience et l’erreur – point trop de trace. Comme s’ils se refusaient à laisser une quelconque emprise à cet autre hémisphère, indispensable à toute bonne politique de gauche, mais physiquement situé... du côté de l’opposition.

    Il n’y a qu’à observer l’actualité pour trouver des exemples de décisions ahurissantes, contraires au bon sens, voire carrément néfastes, témoignant de ce déséquilibre fonctionnel....

    #gauche_de_droite #cerveau_droit #neutralité_du_net #action_de_groupe #ventes_liées #nominations #droit_au_plaisir #dégagez !


  • Michel #Rocard : « Il ne peut y avoir d’issue en Grèce qu’avec un pouvoir militaire » - Libération
    http://www.liberation.fr/politiques/01012393328-on-est-dans-l-imbecillite-politique-collective

    Dans cet article Rocard nie toute possibilité d’un retour à la croissance et en conclut, au moins pour la #Grèce, qu’il faut s’appuyer sur le pouvoir militaire pour sortir de la #crise.

    Au passage il défend #Sarkozy, en affirmant qu’il a essayé de prendre des mesures contre les banques et pour la croissance.

    Il en profite pour rejeter les énergies renouvelables et défendre le #nucléaire.

    La raison qu’il avance pour justifier son soutien à #Hollande plutôt qu’à Sarkozy, est qu’Hollande construit son programme sur une hypothèse #croissance moins forte.

    La position de Nicolas Sarkozy et du patronat fausse le jeu car leur hypothèse essentielle est que nous allons finir par sortir des turbulences financières et qu’après, on retrouvera la grande croissance. Et celle-ci permettra tout : réformer la Sécurité sociale, assainir la pénitentiaire, reprendre une politique du logement, améliorer l’agriculture, faire baisser le chômage, etc. Or la grande croissance, c’est terminé.

    [...]

    Et là, je fais une hypothèse, la seule du livre, c’est que l’obligation de la décroissance conduit à la guerre civile. Ce n’est pas tenable et ça pose d’ailleurs une question majeure pour la Grèce qui subit une décroissance forcée : comment fait-on dans ce contexte pour maintenir des élections ? Il n’est pas possible de gouverner ce peuple en lui disant qu’il va perdre 25 % de son revenu dans les dix ans si on tient à payer toutes les dettes. Personne ne le dit, mais il ne peut y avoir d’issue en Grèce qu’avec un pouvoir militaire.

    [...]

    Il y a urgence car le pouvoir bancaire a gagné à la City, a vaincu Obama au Sénat, dispose de Mme Merkel comme complice et est en train de gagner en France malgré la lucidité surprenante et déracinée de Sarkozy.

    Que voulez-vous dire par « lucidité surprenante et déracinée » ?

    [...]

    Mais ce qu’il avait appris en économie n’avait pas ravagé son extraordinaire disponibilité mentale à comprendre. C’est quand même une intelligence supérieure ce président. Il a mis quinze jours à tout comprendre, c’est-à-dire que la crise démontrait la fausseté des paradigmes de l’organisation économique du monde. Une fois la faillite de Lehman Brothers acquise, il a compris qu’il fallait de la garantie publique pour en sortir. Son énergie n’a pas suffi à bousculer l’Europe, mais elle a arraché des améliorations et un peu de questionnement sur les agences de notation.

    #gauche_de_droite #Plutôt_Hitler_que_le_Front_populaire