• Tech industry’s ‘invisible workforce’
    http://wpusa.org/WPUSA_TechsDiversityProblem.pdf (PDF)

    (...) tech corporations employ an “invisible workforce” of Latino, Black, and immigrant workers: those who clean, guard, maintain, and cook on tech campuses every day, often for poverty-level wages and without benefits.

    These contracted service workers aren’t counted on tech companies’ official employment rolls and are rarely mentioned in the public discourse.

    Working Partnerships (WPSUA) is a public policy institute that builds partnerships with community, labor and faith groups to improve the lives of working families.

    #Silicon_valley #tech_companies #inégalités #digital_labor


  • Loin des tranchées : quand les #Multinationales européennes engrangeaient déjà les profits de la guerre
    http://www.bastamag.net/Les-profiteurs-de-guerre

    Septembre 1914. Alors que les armées allemandes envahissent le Nord de la France, la mobilisation générale sonne aussi pour les industriels. Le gouvernement charge de grands patrons français de réorganiser l’économie, placée au service de la guerre. Mais pas question pour autant de sacrifier les profits ! Des deux côtés du Rhin, les bénéfices explosent pour quelques grandes entreprises. Une situation qui suscite colères et débats alors que des centaines de milliers d’hommes tombent au front. Plusieurs de (...)

    #Décrypter

    / #Mémoires, #Capitalisme, Multinationales, #Inégalités, #Enquêtes, #Oligarchies, #Europe, A la (...)


  • Pas de lien mais le texte devrait intéresser les gens que les #inégalités défrisent.

    Le collectif #Jeudi_Noir est abasourdi devant l’immense régression que
    constitue le plan de relance du bâtiment annoncé le 29 août 2014 par le
    Premier ministre. On avait rarement en si peu de mots enterré autant de
    promesses et offert autant de cadeaux aux #riches, à leurs enfants et à
    la rente immobilière, enfonçant d’autant plus la tête des autres sous
    l’eau.

    Qu’on en juge :

    – L’encadrement des #loyers, qui était pourtant bien léger, est quasiment
    enterré, sous la forme d’une expérimentation à Paris intramuros avant
    son abandon probable en rase campagne dans les mois qui viennent.

    – La Garantie universelle des loyers est aux oubliettes des réformes à
    peine ébauchées, limitée aux jeunes sans que soit pour autant supprimée
    la caution parentale. C’est un retour en moins bien au dispositif
    Locapass que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître et que les
    autres ont déjà oublié parce que c n’était pas franchement inoubliable.

    – Le dispositif fiscal « Duflot », rebaptisé « Pinel », permettra à de
    riches parents de construire un appartement pour leurs riches enfants,
    avec une aide de l’Etat pouvant aller jusqu’à... 54 000 euros ! Oui oui,
    54 000 euros payés par la TVA, les impôts, par vous et moi, par nous
    quoi, pour récompenser des familles assez riches pour se payer un
    deuxième ou un troisième logement pour y loger leurs enfants. Cela
    représente à peu près une vie entière d’impôts sur le revenu d’un
    salarié moyen.

    – Les familles assez aisées pour effectuer une donation d’un terrain
    constructible ou d’un #logement à leurs enfants auront droit à un
    abattement supplémentaire (en plus de tous les abattements qui existent
    déjà, hein) de 100 000 euros. Vous avez bien lu : 100 000 euros.

    Ces annonces incroyables renforceront encore un peu plus le gouffre qui
    se creuse entre les quelques familles riches et le reste de la
    population qui galère pour trouver un logement pas trop cher ni trop pourri.

    Ca méritait bien une standing ovation !

    –----
    Contact presse
    Margaux 06 21 27 08 56
    Elise 06 76 43 06 79
    Simon 06 26 02 31 96


    • Réponse en cinq points éclairants.

      « Traditionnellement, les femmes vont beaucoup plus souvent s’occuper des hommes, que les hommes des femmes. »

      Normalement, il n’aurait pas fallu attendre tant de morts [plus de 1.500 au moment de publier cet article] pour réaliser combien une attention accrue portée aux dynamiques de genre allait pouvoir sauver des vies. Dans le cas présent, cette attention aurait pu entre autres se traduire par des messages sanitaires ciblant directement les femmes et leur faisant comprendre l’importance de mesures de protection au niveau de leur foyer, ou par des initiatives permettant à leurs proches d’être pris en charge par des professionnels de santé.

      Mais dans le point suivant, on apprend que ces professionnels sont des professionnelles, infirmières en première ligne et qui ont du mal à assurer leur protection.

      Klein, qui étudie la biologie et l’immunologie, explique qu’en faire « quelque chose » signifierait passer méticuleusement le déroulement d’une épidémie, ou de n’importe quelle crise sanitaire, au crible du sexe et du genre. Et cela signifierait aussi s’attaquer à des problèmes systémiques, comme le moindre accès des femmes à des soins de santé adéquats, ou une inégalité financière qui les éloigne des traitements disponibles. En bref, cela demanderait de braver des disparités sexuelles aussi fondamentales que dangereuses.

      Et pour finir la moindre information accordée aux femmes (accès à l’espace public, priorités institutionnelles, etc.).

      Accablant.


  • L’ABC après l’ABCD (Claude Lelièvre)
    http://blogs.mediapart.fr/blog/claude-lelievre/300614/labc-apres-labcd

    D’abord ce rappel : les stéréotypes sexués ne sont pas seulement présents dans la société, ils ont été inscrits historiquement dans l’Ecole républicaine elle-même, ses représentations et matériaux pédagogiques. Et cela fait plus d’une génération que leur remise en cause a été programmée ...et que l’on piétine.
    […]
    Le très intéressant rapport de l’Inspection générale de mai 2013 sur « Les inégalités scolaires entre filles et garçons dans les écoles et les établissements » a indiqué fort opportunément que « la focalisation initialement portée sur l’orientation et principalement sur celle des filles a durablement marqué les politiques d’égalité entre filles et garçons [..]. L’effort a porté jusqu’ici sur la diversification des choix d’orientation. Mais cet effort a rencontré ses limites en intervenant assez tard dans le processus d’orientation, en fin de collège, au moment où les représentations stéréotypées sur les métiers et les formations qui y conduisent sont déjà construites. Enfin il a ciblé prioritairement sur les filles, envoyant un message ambigu. Est-il plus dérangeant que les filles n’aillent pas assez en séries scientifiques, ou que les garçons évitent les séries littéraires ? Que les filles désertent les séries industrielles, ou les garçons les services ? Qu’il n’y ait pas assez d’ingénieures ou de puériculteurs ? »

    #éducation #sexisme #inégalités #orientation_professionnelle #stéréotypes


  • OCDE_-_Le-point-sur-les-inegalites-de-revenu.pdf
    http://www.onpes.gouv.fr/IMG/pdf/OCDE_-_Le-point-sur-les-inegalites-de-revenu.pdf

    Des nouvelles données de l’OCDE montrent que, malgré une reprise économique déjà bien avancée, la
    distribution des revenus avant impôts et transferts reste nettement plus inégalitaire qu’elle ne l’était avant la crise économique mondiale. Les impôts et les transferts sociaux atténuent une grande partie du creusement des inégalités de revenu marchand , avec relativement peu
    d’évolution des inégalités de revenu disponible des ménages, mais, compte tenu de la faiblesse de la reprise dans la plupart des pays, les revenus des 10 % les plus pauvres de la population continuent de diminuer ou augmentent moins que ceux des 10 % les plus riches.
    La pauvreté monétaire relative (part de la population dont le revenu est inférieur à la moitié du revenu médian national annuel) est restée globalement inchangée entre 2007 et 2011 , mais la pauvreté « ancrée » ( dont le seuil est établi, en valeur réelle, au niveau de 2005) a augmenté de 2 points de pourcentage dans la zone OCDE. Une évolution de long terme, déjà évoquée dans d’autres rapports de l’OCDE, s’est encore accrue pendant la crise : les jeunes ont remplacé les personnes âgées en tant que groupe le plus exposé au risque de pauvreté monétaire.........

    >>>

    La distribution des revenus du travail et du capital devient plus inégale

    <<<

    #OCDE
    #économie
    #inégalité
    #revenus
    #travail
    #capital
    #impôts
    #transferts


  • What the Khayelitsha commission of inquiry has recommended | Groundup
    http://groundup.org.za/article/what-khayelitsha-commission-inquiry-has-recommended_2168

    The #Khayelitsha commission of inquiry into policing has made many important recommendations to the National Minister of Police. Here is a summary.

    http://groundup.org.za/sites/default/files/styles/article_image/public/field/image/SafetyAndSecurityForAllTShirts.png?itok=I_OiUsp7

    (de nos amis d’#afrique_du_sud qui s’organisent pour mettre en évidence les #inégalités et trouver des manières de contraindre l’État à y remédier : cf. « groundup » et http://visionscarto.net/khayelitsha-eau-orage-toilettes ; ici, il s’agit de changer ce que fait la #police )


  • Développeurs mobile : Coder c’est bien, manger c’est mieux
    http://www.zdnet.fr/actualites/developpeurs-mobile-coder-c-est-bien-manger-c-est-mieux-39804189.htm

    10.000 développeurs dans plus de 137 pays : l’étude de Vision Mobile ratisse large et peut se vanter d’appuyer ses conclusions sur un panel assez diversifié pour qu’on jette un œil à ses conclusions. L’année dernière, la tendance relevée par les analystes s’attardait particulièrement sur le duopole entre iOS et Android mais présentait également HTML5 comme un incontournable pour le monde du développement mobile. Les conclusions de cette année restent dans le même ton mais Vision Mobile apporte quelques nuances et s’attarde un peu plus sur les revenus générés pour les développeurs.


  • Faute de financements, le #dépistage de la #tuberculose et des #MST menacé en Seine-Saint-Denis - Libération
    http://www.liberation.fr/societe/2014/08/26/faute-de-financements-le-depistage-de-la-tuberculose-et-des-mst-menace-en

    La Seine-Saint-Denis n’a plus les moyens de dépister efficacement la tuberculose et les maladies sexuellement transmissibles (MST) après que l’État a supprimé des financements « indispensables », a affirmé mardi le président du conseil général, Stéphane Troussel.

    Alors même que « tous les indicateurs de santé sont au rouge » dans l’un des départements les plus pauvres de France, avec des taux d’infection supérieurs et une espérance de vie plus courte, « on est dans la recherche d’économies forcenée », a lancé le patron PS du département, lors d’une visite dans un centre de Médecins du Monde à Saint-Denis.

    Une remise en cause du réseau de dépistage, mis sur pied en Seine-Saint-Denis pour des patients qui ne parlent pas français et n’ont pas accès aux soins, des mal-logés ou des sans-domicile ou encore des précaires sans couverture maladie « poserait un problème de santé publique avec un développement des formes multirésistantes » de tuberculose, a ajouté le Dr Jeanine Rocherfort, déléguée générale de Médecins du monde.

    #pauvreté #inégalités #santé


  • Police use live ammunition on shackdwellers | Groundup
    http://groundup.org.za/article/police-use-live-ammunition-shackdwellers_2151

    Police used live ammunition against unarmed shackdwellers who fiercely resisted eviction in Philippi East today. It was the most violent day of clashes between police, City of Cape Town Law Enforcement and shackdwellers since forcible evictions started off Symphony Way, in response to a land invasion, two weeks ago.

    http://groundup.org.za/sites/default/files/IMG_2010.JPG

    Je vous encourage à lire l’article (pas très long) qui montre l’économie de ce chauffeur de taxi de 31 ans, qui touche 400 rands (40€) par mois, pas assez pour vivre ailleurs que dans un squatt.

    #afrique_du_sud #bidonvilles #répression #inégalités


  • L’égalité toujours au ban de l’école (Libération)
    http://www.liberation.fr/societe/2014/07/08/l-egalite-toujours-au-ban-de-l-ecole_1060032

    Inégalités territoriales, entre établissements, entre classes, absence de mixité sociale, ségrégation scolaire... L’école de la République n’est plus la même pour tous.

    #éducation #école #inégalités #système_scolaire #inégalités_territoriales #mixité_sociale #ségrégation #déterminisme_social


  • Les neuro-révolutionnaires - Laurent Alexandre, à l’USI
    http://www.youtube.com/watch?v=tw1lEOUWmN8

    Faut-il mettre des limites à l’Intelligence Artificielle ? Comment la maîtriser et doit-on l’interfacer à nos cerveaux biologiques ? A l’ère des prothèses cérébrales, le risque de neuro-manipulation, de neuro-hacking et donc de neuro-dictature est immense. Nous devons encadrer le pouvoir des neuro-révolutionnaires comme Google : la maîtrise de notre cerveau va devenir le premier des droits de l’Homme.

    Je vous bassine quasi quotidiennement avec ces questions, mais cette conférence est (vraiment) à voir. Certes, Laurent Alexandre est un poil anxiogène, péremptoire, manque de nuance, etc. Certes il est concentré uniquement sur les neuro-technologies, le transhumanisme et Google (c’est sa thèse). Mais pour autant, il a raison et expose assez brillamment un monde qui vient et qu’on ne voit pas venir.

    #Cerveau #Google #Informatique #Laurent_Alexandre #Neurologie #Numérique #Politique #Silicon_Valley #Technologie #Transhumanisme

    • très très intéressant, mais dommage pour toutes ces remarques se voulant drôles sur Angela Merkel qui est grosse, Demi Moore qui est moche, Manuel Valls qui a pas le temps de penser à l’avenir parce qu’il est pris en otage par l’extrême-gauche, etc.

    • un poil anxiogène, péremptoire, manque de nuance

      C’est le moins qu’on puisse dire... ;-) les #facepalms furent nombreux lors du visionnage. A noter également que le monsieur est plus un businessman (http://www.dnavision.com) qu’un médecin (il est donc plus ou moins dans la même partie que ce dont il parle).

      Par contre, la synthèse qu’il fait du projet #transhumaniste des #GAFA est une première (en « grand public » francophone).

      Ce qui me désole, c’est le coté ethnocentré, naïf et bête, à la fois du présent discours et du projet des GAFA (où sont passés les grands scientifiques, cultivés, ayant fait leurs humanités ?).

      En forçant à peine le trait, on peut le dire : Google n’est pas une entreprise, cela devient une religion, un projet de transformation de l’humanité, fondé in fine sur la peur de la mort de ses fondateurs.

      Ah oui, et le tag #réductionnisme_neuronal qui va bien.

    • J’en ai fait mon sujet pour demain. Parce que ça fait bientôt plus de 3 piges que je tire la sonnette d’alarme et essaie de soulever un débat de société. Faut-il être bardéE de diplômes pour être écoutéE ?? Car ce qu’effleure Laurent Alexandre, c’est que vont être les sociétés de demain ? Il y a un débat à engager...pas pour nous, mais pour les générations suivantes.

    • Laurent Alexandre était invité hier de l’émission « Le sens des choses » de Jacques Attali sur France Culture.

      Et c’était fort intéressant, il a beaucoup parlé de la deuxième vague de la robotique, de la mutation des sociétés post intelligence artificielle, d’éducation, d’inégalités cognitives.

      Le cerveau et l’intelligence artificielle - Sciences - France Culture
      http://www.franceculture.fr/emission-le-sens-des-choses-le-cerveau-et-l-intelligence-artificielle-

      Le Sens des Choses propose une série spéciale sur les perspectives vertigineuses ouvertes par les progrès les plus récents et à venir des neurosciences et des sciences cognitives. Qu’est ce que la vie mentale et comment ça marche ? Pour y répondre, Jacques Attali et Stéphanie Bonvicini reçoivent une quinzaine des meilleurs spécialistes français qui apportent leur éclairage dans les domaines de la conscience et de l’inconscience, de la mémoire et de la décision, du sommeil et des rêves, des émotions et de la dépression, du langage et des apprentissages, de la musique, de l’éducation ou encore de l’intelligence artificielle.

      Laurent Alexandre, chirurgien-urologue, président de la société de séquençage de génome DNA Vision, en Belgique. Diplômé de Sciences Po, HEC et l’ENA, il a fondé en 2000 Doctissimo.fr, le site grand public d’informations sur la santé, revendu au groupe Lagardère en 2008. Passionné de génétique, il s’intéresse aux bouleversements qu’entraîneront pour l’humanité les progrès de la science, de la techno-médecine et des biotechnologies.

      http://rf.proxycast.org/929675340438052864/13830-23.08.2014-ITEMA_20661828-0.mp3

      #éducation #inégalités #IA #intelligence_artificielle

    • Ce que fait Laurent Alexandre ressemble à de la manipulation pure et dure, fort comparable aux gourous de sectes. Il utilise en particulier une technique qu’adore les transhumaniste (et tout les technogaga), annoncer le futur qu’il souhaite comme puissant et inévitable et terrifiant : « ça va arriver, on ne peut pas l’éviter, ayez peur, préparez vous, acceptez le » sans oublier le terrible « mais si on est vigilant ça peut quand même être cool et nous libérer, surtout si on le hack ». Il semble aussi aimer jouer avec les tripes de son auditoire en soufflant le froid « vous ne pissez que du code, vous allez être remplacé par des robots » et le chaud « mais ne vous inquiétez pas moi aussi je suis avec vous, je suis un geek ». Au final son discours est complétement désarmé et désarmant. Dans le même style il y a Jean-Michel Besnier, version philosophe.

      Bref de fieffés réactionnaires qui veulent se parer des airs de la subversion pour coloniser notre temps de cerveau qu’ils estiment disponible.

      En lien :

      Les nouvelles tactiques de propagande des technosciences
      http://seenthis.net/messages/287516

      « Les sciences sont notre avenir », annonce l’en-tête de Sciences en marche, site corporatiste des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). C’est-à-dire que nous n’avons pas le choix. #TINA : There Is No Alternative, comme disent les critiques du libéralisme chez qui recrutent justement les animateurs de Sciences en marche. Comme nous n’avons pas le choix, il ne nous reste qu’à aimer cet avenir inévitable, aussi haïssable et incertain qu’il puisse être. Il en va du #Progrès (de leur progrès), de l’innovation, de la compétitivité de leurs entreprises, de l’économie (de leur économie), de l’adaptation de l’homme-machine au monde-machine – et puis surtout, des crédits de la recherche et de l’emploi des chercheurs.

      A défaut d’avoir le choix ou d’aimer cet avenir scientifique, nous pouvons en parler. Ça ne change rien, mais ça soulage et, qui sait ? nous pouvons même nous y faire, faire notre deuil, trouver des moyens de l’adoucir et de l’accepter. Il y a des cellules psychologiques pour ça. On peut par exemple détruire un mode de vie et lui substituer un musée cimetière où employer les survivants comme guides, gardiens, fantômes. Enfin, il y a plein de possibilités. L’important c’est de participer - pas de gagner, puisque gagner est impossible, soyez rationnels. Participer, c’est accepter l’inévitable, l’avenir scientifique en marche. Voilà une attitude mûre, rationnelle et bénéfique : se soumettre à la loi du plus fort et tirer de cette soumission les miettes symboliques.

      Malheureusement la société n’est pas aussi rationnelle qu’il le faudrait pour son propre bien. Elle est agitée de courants réactionnaires, bruyants, hostiles au nucléaire, au numérique, à la robotisation, aux #OGM, aux #nanotechnologies, aux gaz de schiste, aux puces #RFID, à l’#eugénisme, à la reproduction artificielle de l’humain. A l’organisation scientifique de la société. Des mouvements de refus s’expriment ; la jeunesse déserte les carrières scientifiques ; on ne croit plus les autorités scientifiques ; les médias échouent à porter la bonne parole et à faire entendre raison ; l’expertise et la démocratie technique sont tournées en dérision ; les pseudo-débats organisés par des instances pseudo-indépendantes donnent lieu au chahut et à la colère de la société. Du moins de cette partie de la société qui ne décide pas de notre avenir, qui ne fait pas partie du personnel technoscientifique ni de leurs partenaires publics et privés. C’est très inquiétant. Un rapport gouvernemental nous le dit : on ne peut pas, par exemple, développer les nanotechnologies ni la biologie de synthèse à l’échelle industrielle, sans le soutien de la société : « Il demeure impossible de déployer ces technologies à plus grande échelle sans un #fort_consensus_social » (1). – Tiens donc ! Ainsi, finalement, nous aurions le choix. Il y aurait une alternative. Et cela ferait une différence de dire oui ou de dire non.

    • Oui, Laurent Alexandre fait partie depuis plusieurs années de ce petit groupe d’acceptionnistes (communicants, philosophes, sociologues) qui vont de colloques en conférences grands publics afin de « critiquer » mollement tout en affirmant que c’est impossible d’y échapper et qu’il faut s’y préparer. C’est un grand classique, mais ça marche toujours.

    • @Gastlag Merci pour cette précieuse documentation. Bien que je partage certains aspects sur la robotisation du monde du travail et autres sujets que Laurent Alexandre soulève, je me dis qu’il faut tout de même se préparer à un grand bouleversement sociétal, d’où l’instauration d’un revenu universel pour tous.

      Je ne le dis pas en l’air, car j’ai des contacts avec des professeurs qui travaillent dans la recherche fondamentale sur le cerveau et la neurologie. De même que j’habite à côté de l’EPFL et que nous sommes au courant des recherches qui s’y déroulent.
      Il y a une éthique que les chercheurs ne doivent pas franchir et ils s’y tiennent. Mais ils sont aussi conscients que si des recherches ne sont pas faites dans le cadre de l’université, des laboratoires sont ouverts dans des pays qui ne sont pas regardants sur certaines expériences.

      Je ne pense pas qu’il faille jeter le bébé et l’eau du bain, car tout ce qu’il dit n’est pas faux. Cela est effrayant, mais ayant connu l’essor informatique depuis 1987 en travaillant sur MS_DOS et UNIX, les projets étaient de créer un monde formidable où les gens seraient libérés des tâches contraignantes et que si certaines personnes voulaient s’adonner à des tâches qu’ils leur plaisaient, ils pouvaient le faire sans stress et que tout le monde il était beau, tout le monde il était gentil. Bien sûr, ayant tout le temps le nez fourré dans les programmes, nous n’avions pas conscience de la surpopulation, de la pollution etc...
      Quoique pour la pollution, nous triions nos déchets depuis des lustres, puisque cela nous rapportait des sous !

      Je pense qu’il ne faut perdre de vue certaines évolutions et de nier certaines évidences puisque certains travaux sont déjà remplacés par les machines. Ce n’est pas de la propagande que je fais là et je ne connaissais pas Laurent Alexandre avant la vidéo d’Homlett. Mais il m’est d’avis qu’il y a des choses à en tirer et de ne pas s’aveugler sur les avancées technologiques.


  • #Ferguson, produit d’une longue histoire de brutalités policières
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/visuel/2014/08/21/ferguson-produit-d-une-longue-histoire-de-brutalites-policieres_4474169_4355

    Les manifestations se poursuivent à Ferguson après la mort de Michael Brown, adolescent noir abattu par un policier le 9 août dernier, alors que la garde nationale vient d’être mobilisée pour les réprimer. L’opinion publique prend la mesure d’une réalité ancienne : celle d’une police aux méthodes souvent brutales et dont les principales victimes sont noires.

    Trois éléments sont utiles pour comprendre l’indignation et l’émotion suscitées par la mort de cet adolescent. D’une part, loin d’être isolé, ce drame s’ajoute à une longue liste de violences policières. D’autre part, on assiste depuis une vingtaine d’années à une militarisation de plus en plus importante poussée par une puissante industrie de la défense. Enfin, tout cela a lieu dans une Amérique qui peine à éradiquer un racisme systémique et où les préjugés sont tenaces.

    http://www.lemonde.fr/mmpub/edt/zip/20140821/091235/img/carte-blindes.png
    et tout plein d’#infographie #visualisation #racisme #inégalités #violences_policières


  • La France, championne d’Europe des versements de dividendes | France info
    http://www.franceinfo.fr/actu/economie/article/la-france-championne-du-monde-des-dividendes-553245
    http://www.franceinfo.fr/sites/default/files/styles/mea_635_350/public/asset/images/2014/08/boursejpg.jpg?itok=xvPAmGiO

    Les entreprises françaises cotées ont explosé leurs budgets accordés aux actionnaires au deuxième trimestre 2014, devant l’Allemagne et le Royaume-Uni. Un record sur le continent européen, révèle une étude.

    Près de 115 milliards d’euros (153.4 millards de dollars) ont été versés aux actionnaires ce deuxième semestre par les entreprises européennes. Soit une augmentation de 18,2% par rapport à la même saison l’an dernier, période où la majorité de ces versements sont effectués. Un record dans l’histoire économique de l’Europe depuis cinq ans, révèle l’étude de The Henderson Global Dividend Index.

    Mais le chiffre le plus élevé est attribué aux Français. Ces derniers ont augmenté leurs dividendes de 30.3%, révèle dans ses pages le journal Le Monde. Ils sont suivis de près par la Suisse mais sont loin devant l’Allemagne (9.7%), première puissance économique européenne....

    >>>

    Les entreprises françaises cotées ont explosé leurs budgets accordés aux actionnaires au deuxième trimestre 2014,
    devant l’Allemagne et le Royaume-Uni .
    Un record sur le continent européen, révèle une étude.

    <<<

    #Économie
    #dividendes
    #actionnaires


  • Où vit-on le mieux en France ?
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/08/20/ou-vit-on-le-mieux-en-france_4473507_4355770.html

    Il en ressort des disparités déjà relevées dans des études précédentes : les habitants d’Ile-de-France sont bien mieux dotés en termes de revenus, les Bretons figurent parmi ceux qui atteignent le plus le bac, tandis que le grand Est souffre le plus de la pauvreté et du chômage.

    https://dl.dropbox.com/s/xn407vygp2yn1of/bien%C3%AAtre.jpg
    #bien-être #inégalités #cartographie #visualisation


  • Land Grab and the false promise of food security
    http://farmlandgrab.org/post/view/23846-land-grab-and-the-false-promise-of-food-security

    One can only speculate why the secretive government of Ethiopia is giving away the country’s fertile land to foreign agribusinesses. But we know the official explanation; that is, such ‘long-sought’ agricultural investments enhance the country’s food security. For a country that is intuitively associated with hunger and starvation, there should indeed be no higher priority than food security. Yet, how agricultural production by profit-driven foreign businesses improves the food security of poor Ethiopians is not terribly clear. Indeed, compelling empirical and theoretical evidences show that increased food production per se doesn’t necessarily correlate to any improvement in the food security of people in any country. That is what I wish to discuss here. Before turning to this issue, however, a word or two on the equivocal concept of food security is in order.

    A. Food Security: What is It?

    The notion of food security, like GDP, conceals more than it reveals about how the actual lives of people go. It may mean different things, depending on whose security is at stake. Generally, food security is raised at three different levels:

    global, national, familial...

    #terres #sécurité_alimentaire #pipeau #pauvreté #inégalité #faim


  • La « dette écologique » des pays se creuse
    http://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/0203709312486-la-dette-ecologique-des-pays-se-creuse-et-avec-elle-les-inega

    Une «  #dette écologique  » qui ne cesse de s’alourdir. En 2000, cet indicateur créé par l’organisation non gouvernementale (ONG) Global Footprint Network (GFN) s’était allumé un 1er novembre, soit au bout de 11 mois. Il n’en faut même plus huit aujourd’hui pour que «  l’empreinte écologique  » laissée par l’homme dépasse la biocapacité de la planète, en clair le potentiel dont dispose chaque pays pour reconstituer ses stocks de #ressources, exprimés en hectares globaux (hag) par GFN.

    D’excédentaire qu’elle était encore en 1961 avec un quart de ses réserves encore non consommées, la terre est devenu déficitaire au-début des années 70. «  Au lieu de vivre strictement des «  intérêts  » du capital naturel, l’humanité à commencé à puiser dans ce capital  », explique Mathis Wackernagel, le fondateur de cette ONG et co-créateur du modèle de calcul de l’empreinte écologique.

    Ce basculement coïncide avec la croissance économique et démographique de la planète. Aujourd’hui, les besoins de l’humanité dépassent de 50 % les réserves de ressources renouvelables disponible, notamment pour l’alimentation ou encore le textile. Dit autrement, il faut aujourd’hui 1,5 terre pour répondre aux besoins d’une population croissante.

    #écologie #démographie #inégalités

    Recensé aussi là : http://seenthis.net/messages/286103
    L’année dernière, c’était déjà le 20 août ! http://seenthis.net/messages/166376

    Avec ce 1,5 terre, on (sur)produit de quoi nourrir 10 milliards d’êtres humains je crois savoir (si quelqu’un a un chiffre…), et malgré cela :

    un milliard de personnes seraient sous-alimentées en 2009 selon l’Organisation des Nations unies pour l’#alimentation et l’agriculture (FAO) ; deux milliards d’individus seraient atteints de malnutrition ; neuf millions en mourraient chaque année.
    http://www.monde-diplomatique.fr/2009/11/PARMENTIER/18435


  • #Ferguson met les #États-Unis devant la #question_raciale

    DÉCRYPTAGE - La mort du jeune #Michael_Brown et les manifestations qui s’en sont suivies à Ferguson, au Missouri, jettent la lumière sur les relations tendues entre les forces policières et les Noirs aux États-Unis, ainsi que la situation socio-économique encore difficile de plusieurs Afro-Américains.

    http://img.src.ca/2014/08/19/635x357/stats_ferguson_inegalites.png
    http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2014/08/19/006-michael-brown-ferguson-contexte-socioeconomique-inegalites-econ

    #USA #racisme #inégalité #infographie #visualisation


  • Half of black men in the US have been arrested by age 23 - Vox
    http://www.vox.com/2014/8/19/6044573/half-of-black-men-have-been-arrested-by-age-23

    Forty-nine percent of black men have been arrested at least once by age 23, and so have over 40 percent of all men.

    Those are the big takeaways from a study in the April issue of Crime & Delinquency that has gained new relevance in light of the events unfolding in Ferguson, Missouri.

    http://cdn3.vox-cdn.com/thumbor/X-ClLWYVNwXze-_YXi_h4NpBbQ0=/625x0/filters:no_upscale()/cdn0.vox-cdn.com/uploads/chorus_asset/file/663114/male_arrest_prevalence.0.png


  • Projet » Islande : sortir de la #crise autrement
    http://www.revue-projet.com/articles/2014-08-thorsteinsson-islande-sortir-de-la-crise-autrement

    Ce choix, qui s’avéra judicieux, montre bien qu’il existe différentes options pour résoudre une crise bancaire. Rien n’oblige un État à sauver à tout prix des #banques menacées de faillite. Il peut, au contraire, en profiter pour réduire leur taille et éliminer leurs dettes toxiques. Une analyse approfondie pour décider ce qui doit être préservé est alors bienvenue. Quand un établissement fait faillite, ce n’est pas sans raison et un gouvernement doit s’assurer qu’il ne dépense pas son argent pour rien.

    Dans le cas islandais, des mesures ont été mises en place, dans un programme du FMI, pour contrôler les mouvements de capitaux. Ceci a contribué à stabiliser la monnaie et à stopper l’énorme fuite des capitaux spéculatifs qui avaient été placés en Islande par des investisseurs étrangers avant la crise. En effet, l’Islande appartient à l’Espace économique européen et le pays a adopté la plus grande partie de la législation relative au marché unique, y compris la libre circulation des capitaux.

    Pour résoudre la crise, aucune entreprise publique ni aucun service public n’ont été privatisés. À l’inverse, de nouveaux services publics ont été introduits : les soins dentaires universels pour les enfants, le large développement des #transports publics… Les emprunts dont les taux étaient liés aux devises étrangères ont été déclarés illégaux par la Cour suprême, entraînant une réduction considérable des créances pour les banques. De même, le gouvernement a engagé l’annulation de créances pour les maisons sur-hypothéquées, plusieurs mesures en faveur des personnes endettées et des réductions considérables de la dette des sociétés.

    En gros, pile poil l’inverse de ce dans quoi nos gouvernants s’entêtent, alors que chaque jour, les faits leur prouvent qu’ils ont tort.

    Un ensemble de mesures sociales à caractère incitatif a été introduit en 2011, parallèlement à l’augmentation des salaires et des prestations sociales. D’où ce constat de l’OCDE : « Les inégalités de revenus ont considérablement reculé en Islande, permettant au pays de descendre de onze places sur l’échelle des pays les plus inégalitaires et de devenir le pays de l’OCDE où le niveau d’inégalité est le plus faible. Les politiques de consolidation semblent avoir été conçues d’une manière globalement égalisatrice[2]. »

    On comprend que cela fasse peur : réduire les #inégalités !


  • Monsieur le Président, prendrez-vous la Liberté de Fêter la #Voie_balte ?
    http://www.lettonie-francija.fr/Monsieur-le-President-Liberte-Feter-Voie-Balte-842

    Monsieur le Président, allez-vous commémorer le 23 aout 1989 avec les peuples Baltes ? L’anniversaire de la plus grande chaine humaine pacifique réalisée à l’époque dans le Monde ? Allez-vous amplifier 25 ans d’ héritage des glorieuses pages pacifiques Baltes quand deux millions de héros anonymes Baltes, s’enchainaient pacifiquement en chantant, à travers 600 km de leurs mains rejointes, réclamant le retour de leur #Indépendance ?

    #La_Voie_Balte_-_Lietuva,Latvija,_Eestimaa-_23_aout_1989

    / Indépendance, inégalité, #Francija, #histoire_lettonie, #Crise, #Patrimoine, solidarité, #Unesco, #Heritage, #Lituanie_Lietuva, #Vaira_Vike_Freiberga, #Europe, #France, #France-lettonie, #Lettonie, #Latvija, #les_pays_baltes, #pays_baltique, Voie balte, (...)

    #inégalité #solidarité #Estonie


  • #livre #Dictionnaire des #inégalités

    Les inégalités n’ont cessé de s’accroître ces dernières années dans nos sociétés contemporaines. Perçue par une large part du public, cette tendance est confirmée par de nombreuses études scientifiques, si bien que la question des inégalités est devenue un objet de préoccupation majeure. Loin de se limiter à dresser un état des lieux, l’ambition de cet ouvrage est de fournir les clefs indispensables à la compréhension de cette dynamique.

    Riche de plus de cinq cents entrées, ce dictionnaire couvre l’ensemble des dimensions des inégalités sociales : inégalités entre #classes, entre #sexes, entre #âges et #générations, entre #nationalités et #groupes_ethniques, ou encore entre différents #espaces (#centres et #périphéries, villes et campagnes...). Afin de dépasser le seul cadre hexagonal, plusieurs entrées sont consacrées à des pays ou à des comparaisons internationales. Pour autant, ne sont négligés ni les débats et controverses ni les aspects méthodologiques relatifs à l’étude des inégalités et à leur mesure. Enfin, l’aspect systémique des inégalités est mis en évidence, en analysant comment celles-ci s’engendrent bien souvent conjointement.

    Fruit de la collaboration de sociologues, ethnologues, historiens, géographes, économistes, statisticiens, philosophes, médecins et juristes, ce dictionnaire pluridisciplinaire, premier du genre, apporte un éclairage inédit sur le fonctionnement de nos sociétés.

    http://lectures.revues.org/docannexe/image/14799/image002-small227.jpg
    http://lectures.revues.org/14799


  • La #crise ne rend pas les riches plus #riches et les #pauvres plus pauvres, sauf en France | Le reste du monde
    http://ecointerview.wordpress.com/2014/08/14/la-crise-ne-rend-pas-les-riches-plus-riches-et-les-pauvres-p
    https://ecointerview.files.wordpress.com/2014/08/img_3205.png

    4 pays dans lesquels les riches se sont enrichis tandis que les plus pauvres se sont appauvris. Curieusement, c’est en France que le phénomène anti-redistributif a été le plus prononcé. En effet, le revenu après impôt des plus riches a progressé de 2% par an (ce qui est mieux qu’aux Etats-Unis), tandis que celui des plus modestes perdait annuellement 1,5%. Cette évolution jette une lumière éclatante sur les dispositions fiscales de l’ère Sarkozy, dont on mesure pleinement la réussite .

    • Après, ce serait bien de savoir qui est quoi et donc les critères de tri des riches et pauvres.
      Et il faut voir que même dans les pays où riches et pauvres ont suivi les mêmes tendances, généralement les riches s’appauvrissent moins fortement que les pauvres ou s’enrichissent plus franchement. Donc, à quelques exceptions près, les écarts se sont creusés.

    • Même si tout le monde est à +2%, les écarts se creusent. Et en Grèce et Espagne, tout le monde n’a pas trinqué « de concert » comme dit le commentaire, les pauvres s’en sont pris plein la gueule. Quitte à avoir moins de sous, tu préfères être à -2% ou à -12% ? Hongrie, Mexique aussi, ce sont des différentiels de 3 à 5 %, sur une base où déjà c’était les pauvres qui avaient du mal à joindre les deux bouts, pas les riches. -1% sur un revenu tout juste, c’est pas la même chose que pour un ménage aisé.
      Les riches et les pauvres à 10 % des ménages, ça me semble assez signifiant. Même si en matière de pauvreté, l’important c’est d’atteindre ou pas le seuil d’une vie décente.
      Le commentaire est un peu pauvre, mais le graphique est super intéressant.


  • De l’absolue nécessité d’un revenu universel
    http://blog.monolecte.fr/post/2014/08/12/de-labsolue-necessite-dun-revenu-universel
    https://www.flickr.com/photos/monolecte/3455858616

    Flickr

    Comme dirait Coluche : il parait qu’il y a cinq-millions de personnes qui veulent du #travail. C’est pas vrai, de l’argent leur suffirait ! Je crois bien, mais je ne suis pas sure, que nous n’avons jamais été aussi riches qu’en ce…Lire la suite →

    #Pol-éthique #économie #inégalités #libéralisme #liberté #pauvreté #politique #RdB

    • C’est marrant, tout le monde t’explique le mot du chef Cri qui dit que « l’argent ne se mange pas » et pourtant la revendication du revenu garanti continue à penser que l’argent donne accès à ce qui est nécessaire pour vivre. Le matériel et l’immatériel (les ami-e-s qui vivent sur le même rythme que toi, la reconnaissance, de quoi ne pas se foutre en l’air).

      http://seenthis.net/messages/284206
      Et ici : http://www.lecourrier.ch/111821/le_minimum_vital_inconditionnel.

    • Comment, dans cette société qui est la nôtre (je rappelle : caractère extrêmement sélectif du marché du travail et monde associatif offrant peu de gratifications), promouvoir le revenu garanti sans même se poser la question de ses possibles effets secondaires ?

      Un an après l’interpellation que je faisais, force est de constater que la seule personne qui a pris la peine de m’engueuler était un chômeur de longue durée, engagé dans des collectifs de chômeurs et précaires. Les autres, les inclu-e-s qui rêvent de revenu garanti mais n’abandonneraient peut-être pas leur boulot, n’avaient-ils et elles donc pas le temps de se pencher sur les questions que je posais ?

      Le problème, c’est que emploi = travail + revenu.
      Mais que déjà, la majorité du travail se fait sans revenu.

      Et pour les

      Dix ans de « malgré tout l’intérêt que présente votre candidature »

      Nous sommes jumelles, comme tu le sais.

      Tu sais que tu travailles sans relâche depuis 10 ans, je ne vois pas pourquoi tu devrais te passer de revenu !

    • Dans l’exemple que je donne de La nuit des temps , ils sont passés à l’étape suivante, qui est l’abolition de l’argent. Tout comme dans le modèle de civilisation intergalactique de La Culture, présentée tout au long de l’œuvre de Iain M. Banks. À partir du moment où tu as un droit de tirage sur les biens et services produits par la collectivité, l’argent devient vachement moins important.
      Pour moi, le Revenu universel n’est qu’un outil de transition sociale, rien d’autre.
      Une transition de civilisation qui élimine le concept même de surnuméraires.

      Bien sûr, il nous reste l’épineux problème des ressources limitées, mais si la plupart des gens qui gâchent leur talent dans les circuits économiques actuels d’exploitation se mettent à y penser sérieusement, je pense que ce ne devrait pas rester un problème très longtemps.

    • J’ai un frangin qui a refusé le statut d’intermittent pour aller trimer à l’usine monter des conneries dès 6-7h du mat’. Le type même de boulot pas épanouissant, et entre deux des contrats de technicien du spectacle. Un jour que je lui demandais pourquoi, il m’a répondu « pour pas m’emmerder », point barre parce qu’il est un peu bourru et ne lit pas de livres. C’était le plus malin de nous deux.

    • Effectivement, on ne devrait pas parler d’un revenu de base, mais des revenus universels . Déjà, de base , je n’aime pas trop, ça modère tout de suite les ambitions.
      Ensuite, il y a un fort consensus autour de l’idée principale : un revenu pour tous, mais absolument aucun autour des modalités d’application.

      Il y a un courant libéral assez fort qui voit le revenu de base comme une sorte d’ aumône automatique qui remplacerait tous les autres revenus sociaux et qui serait ainsi moins onéreuse à gérer, qui dédouanerait le corps social de toute responsabilité envers les pauvres (" fais pas chier, coco, tu as le revenu de base "), qui serait suffisamment peu élevé pour que tout le monde soit obligé de continuer à travailler, mais dont la seule existence permettrait de rogner encore plus sur les salaires.
      C’est une version de socialisation supplémentaire des bas salaires , tout bénef pour les patrons.

      Tu as une autre version, plus centre-gauche, d’un montant un peu plus élevé, mais pas trop, pour éviter d’avoir la honte collective d’avoir des miséreux, tout en étant bien certain de ne pas « dé-inciter » au sacrosaint travail , parce que la gauche productiviste reste, quelque part, le bras armé du patronat.

      Et puis, il y a la version « hard », la mienne, celle de Barjavel que je cite dès le début : le fait que l’argent cesse de créer artificiellement la pénurie dans un monde d’abondance , que chacun puisse couvrir à sa convenance et selon son mode de vie l’ensemble de ses besoins, celle où le travail retourne à sa vraie place, c’est à dire très périphérique dans un monde dominé par les machines qui nous affranchissent de l’effort.
      Dans cette version, l’émancipation de la nécessité change forcément profondément les rapports sociaux . Si, dans un premier temps, tu as l’impression que les riches vont rester riches, même si la pauvreté de privations disparait, assez rapidement, on devrait se rendre compte que ce qui rend les riches aussi riches, c’est le pouvoir de coercition que leur argent exerce sur les « nécessiteux » , c’est à dire ceux dont l’existence est subordonnée à la nécessitée de la survie.
      Dans cette version (assez minoritaire, je le conçois), le revenu de base n’est que l’instrument du changement, pas une fin en soi.

    • Et un contre-exemple pour bien avoir à l’esprit que le revenu universel, ce n’est pas ce qu’on en retient chez latribune.fr

      http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140827tribf44e00996/l-allocation-universelle-europeenne-une-idee-pas-si-saugrenue.html

      Une réponse : la politique budgétaire contra-cyclique, via l’allocation universelle

      Face à cette politique monétaire pro-cyclique au niveau national, il faut que la zone euro réponde par une politique budgétaire contra-cyclique (qui freine l’économie en période de surchauffe et l’aide en période de contraction) adaptée à chaque pays. L’allocation universelle européenne mérite en cela d’être observée.
      Un outil simple, efficace, et stabilisateur

      Il est très facile d’imaginer une allocation universelle européenne, ou du moins de la zone euro, qui ne serait pas redistributive l’année de sa création, mais qui ensuite le serait en cas de choc économique touchant une ou plusieurs économies de la zone euro. Une telle allocation doit être fondée sur le Produit Intérieur Brut, ou plutôt sur sa variation d’une année à l’autre, qui est la seule mesure totalement transparente et unifiée au sein des pays membres de l’eurozone.

      Sous la dictature des marchés, on abrège la vie des bonnes idées pour les recycler en merde infâme.

      Voir aussi :
      http://seenthis.net/messages/288102
      http://seenthis.net/messages/288007

    • Ça fait au moins quinze ans que traîne aussi l’idée d’un revenu garanti néolibéral, en échange de la « simplification » des prestations sociales notamment.
      Tiens, je découvre le décès cette semaine de Yoland Bresson, qui a une vision plus libérale je crois (au sens ou Van Parijs est un philosophe politique libéral) et fait une petite histoire de l’idée : http://owni.fr/2011/03/18/yoland-bresson-revenu-existence.

    • Les néolibéraux causent pas de revenu garanti mais de revenu de base, ou de revenu universel. Et, comme il se doit, la quantité se transforme en qualité. Et leur « revenu universel » est universellement bas, alors que l’exigence d’un revenu garanti vise à pouvoir (non seulement vivre mais aussi) refuser des emplois (quant à se flinger par manque d’estime de soi, c’est encore une autre affaire, surtout si l’estime de soi est si pauvrement liée à la « reconnaissance » de... nawak, la plus normopathe.).

      Nul hasard donc qu’en vertu des normes supposées en vigueur, cette revendication d’un revenu garanti situe son montant à un niveau au moins égal au SMIC mensuel (ou, tout comme l’ancien « nouveau » modèle des coordinations des intermittents et précaires dise Allocation Journalière minimum = *Smic/jour* , pour tenir compte de l’annualisation du temps de travail et lui opposer une garantie concrète, c’est à dire journalière).

      Oui, ce qui compte c’est qui cause et d’où. Depuis l’"expertise" et au nom d’un soit disant « intérêt général » (Boutin, revenu de base, salaire à vie à la Friot) ou depuis un point de vue de classe, depuis un point de vue de lutte, c’est à dire un point de vue qui se fonde sur des comportements de refus (des formes de révoltes et de ruse/contournement face à la logique du capital) et cherche, à partir de là, à organiser une lutte politique d’ensemble contre cette société.

      Mais qui ne veut pas le voir ne le voit pas.

      L’intermutin, matériaux pour le précariat - Précaires associés de Paris (PAP), 2003
      http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=7333

    • L’Après Salariat a été publié en 1984 et a participé à une convergence étonnante. Philippe Van Parijs, spécialiste de philosophie politique à Louvain, concluait son analyse la nature de la société par la nécessité d’une allocation universelle ; en Allemagne, Claus Offee, sociologue, arrivait aussi à l’idée qu’il fallait un “basic income” ; en Angleterre, Keith Roberts, spécialiste de sécurité sociale, est parvenu à la nécessité d’un “citizen income” en cherchant une organisation optimale de sécurité sociale.

      En 1984 ! C’était il y a longtemps ça ! Où en est-on maintenant ?

      Je me souviens d’avoir fait une mini-histoire du BIEN en interviewant van Parijs (j’ai aussi suivi son séminaire sur la justice pendant une année) : Basic Income European Network puis Earth Network, et dans la biblio aussi les premiers bouquins de PVP datent des années 80. Le bouquin de Bresson, c’était une grosse référence il y a bientôt quinze ans.

    • Eh bien c’était du temps perdu. Ces gens du Bien sont d’un irénisme absolument hors de propos (on joue à gouverner « mieux » dans la paix et l’harmonie).

      La guerre est mère de toute chose et la richesse de tous n’a rien à voir avec le baratin habermassien sur le « débat démocratique », rien à voir non plus avec le soit disant bon sens, même élevé à la supposée dignité de la philosophie analytique. N’en déplaise à tous les bisounours (qui rationalisent l’impuissance qui leur est accordée de droit). Comme dit Warren Buffet : « il y a une lutte de classes et c’est la mienne qui est train de la gagner » et ceux qui passent leur temps à désarmer les précaires (honte, culpabilité, envie de se flinguer parce que pas reconnue, et qui plus est, selon les normes de cette société) sont soit des abrutis, soit des ennemis. Comme toute chose, rien de tout cela n’est immuable, camarade, encore un effort...

    • @colporteur tu es pour moi depuis quinze ans que je te connais le spécialiste de la question. Et voilà une réponse que tu as mis une heure à rédiger pour mettre à disposition ta connaissance extensive du sujet en partageant des éléments concrets de critique pour permettre aux personnes qui connaissent moins bien le versant libéral du revenu garanti de le découvrir avec ses embûches. J’en sais plus aussi sur moi-même et les tréfonds de mon besoin de reconnaissance, merci la psychanalyse express (moi qui croyais parler à la petite bourgeoisie, me voilà désarmant les précaires). C’est surtout pas le truc chié en cinq minutes comme on se regarde dans le miroir.
      Et si c’est une insulte pour traiter les non-marxistes productivistes (anti-indus, anti-étatistes et écolos radicaux) de bisounours et de néolibéraux, c’est bien vu.
      #didactique_militante #générosité #grande_classe