• Europe : difficiles marchandages pour Marine Le Pen
    http://lahorde.samizdat.net/2014/06/25/europe-difficiles-marchandages-pour-marine-le-pen

    Tout le paradoxe des adversaires de l’Europe, qui stigmatisent les dépenses et les directives de Strasbourg, se retrouve dans les tractations qui ont lieu depuis qu’est tombé le résultat des élections européennes dans tous les pays. Avec qui monter un groupe au Parlement européen ? Qui acceptera de s’afficher avec l’Aube dorée ou le Jobbik ? Le [&hellip

    #International #AfD #Aube_dorée #Dansk_Folkeparti #FN #KNP #NPD #PVV #slide #TT_Ordre_et_Justice #UKIP #Vrais_Finnois



  • À propos de la dernière sortie de #Jean-Marie_Le_Pen
    http://lahorde.samizdat.net/2014/06/10/a-propos-de-la-derniere-sortie-de-jean-marie-le-pen

    La dernière provocation de Le Pen père ne doit bien entendu rien au hasard, mais relève plutôt selon nous à la fois d’une pathétique volonté de continuer à faire parler de lui (alors que son jouet, le FN, lui échappe au profit de sa fille), d’une espiègle tentative de déstabilisation de celles et ceux qui voudraient [&hellip

    #Extrême_droite_institutionnelle #antisémitisme

    • Je suis un peu sceptique sur cette interprétation, j’y voie plutôt une manière de dediaboliser le fn, genre le FN c’est plus comme du temps du vieux borgne, le partie à évolué et deviens fréquentable. La preuve étant la pseudo opposition par journaux interposés entre la fille et le père. Je ne pense pas qu’il y ai un micron de vérité dans cette pseudo dispute ça me semble du pur #story_telling.

    • Je n’ai pas de suggestion sur ce thème. Ce thème d’ailleurs m’inintéresse.
      Le « diable » n’était-il pas un moyen commode de désigner des boucs émissaires aux époques où on ne souhaitait pas traiter les problèmes à la racine ? Tant qu’on parle du FN, on ne parle ni de ou de et de ainsi que de... :)

    • oui c’est comme ca que je comprend les choses, c’est un coup médiatique et sur le site du « lemonde.fr » hier ils s’en donnaient à cœur joie sur ce sujet. Comme le remarque @LaHorde, LePen-LeBorgne ne peu pas ne pas savoir que Bruel est juif, c’est de la provocation et je croie pas que ca soit juste parce qu’il est jaloux de sa fille et qu’il faut absolument qu’il le fasse savoir à la cantonade. Je pense qu’il y a une raison stratégique. L’effet produit c’est que j’ai l’impression que la fille se démarque du père et que le FN seraient en train de renoncer à son passé antisémite. Et je dit pas que le FN se démarque réellement, c’est une comédie. C’est l’impression que j’ai aux vues de leur « plan de communication » depuis que le partie est dirigé par la fille LePen.

      En plus ce n’est pas un complet rejet du discours antisémite du père, car même si il n’est plus directement aux manettes du parti, il reste autorisé par la presse à être une voix du FN. La presse pourrais choisir de ne pas relayer le discours de ce vieux truc et ne pas porter d’interet aux querelle familliale des Lepen comme elle le fait d’habitude pour les querelles ridicules dans ce genre. Du coup l’effet produit est double benef pour le FN, d’un coté les vieux antisémites fana du borgne sont contents de savoir qu’ils ont leur représentant qui bouge encor et les jeunes qui trouvent la fille à leurs gouts sont contents que fifille soit une pseudo-rebelle comme ca ils se sentent moins nazillons dans l’isoloir.

      et sinon merci pour les synonymes je vais éviter le mot diabolisation et son dé à l’avenir. Banalisation, ostarcisme et normalisation sont bien mieux en effet et moins manichéens.


  • ÉTRANGERS, VENEZ MANGER LE PEN DES FRANÇAIS !
    http://claudeguillon.internetdown.org/article.php3?id_article=472

    Il n’existe pas de « progrès » inéluctable qui mènerait l’humanité d’un point A à un point Z (comme zen ?). La lutte des classes, la lutte pour l’égalité des genres, n’ont pas de terme. Si nous les laissons fondre dans nos mémoires comme la banquise, nous risquons de nous retrouver coincés sur un glaçon comme un ours polaire. Sans compter qu’on ne choisit pas ses voisins de dérive. Imaginez que vous ayez le choix entre être dévoré par un #Le_Pen ou le bouffer vous-même...

    Beuark !


  • Bonne mise au point sur la galaxie extrême-droite xénophobe, avec un petit passage assez juste sur le positionnement moderne du FN

    #Le_Pen #FN #Elections #européennes #Soral #antisémitisme #racisme #xénophobie #rouge_bruns

    À la recherche du nouvel ennemi •
    Philosophie magazine
    http://www.philomag.com/les-idees/a-la-recherche-du-nouvel-ennemi-9338

    Marine Le Pen  : suggérer plutôt que dire
    Et le FN  ? Lorsque son père tenait le parti, xénophobie anti-arabe (souvenirs de la colonisation, ce qui le poussait à valoriser les harkis) et antisémitisme cohabitaient. Jean-Marie Le Pen était devenu un spécialiste des dérapages contrôlés et des plaisanteries orientées. En 1956, il déclarait à Pierre Mendès France, qui était d’origine juive  : « Vous cristallisez sur votre personnage un certain nombre de répulsions patriotiques, presque physiques. » En 1988, un an après avoir tenu les chambres à gaz pour un « point de détail » de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, il lançait son « Durafour crématoire » à l’encontre d’un ministre. Aujourd’hui, il soutient Dieudonné et se proclame toujours « ami de l’Iran, nation libre qui n’accepte pas le diktat d’autres pays ». Et sa fille  ? Elle a choisi son ennemi en congédiant l’antisémitisme traditionnel du FN. Au moment même de son élection à la tête du FN, début 2011, elle déclare dans le quotidien israélien Haaretz que son parti a toujours été « prosioniste ». En décembre suivant, elle effectue une visite en Israël, essayant de séduire l’électorat des juifs français. En revanche, elle développe systématiquement une argumentation anti-islam. Elle affirme, contre les faits, que les non-musulmans ne peuvent toucher de la viande halal, ce qui induirait une discrimination à l’embauche dans les abattoirs. En décembre 2010, elle compare les prières de rues des musulmans à une « occupation », sans « blindés » ni « soldats », mais « occupation tout de même ». Elle réclame que les mosquées « soient modestes et qu’elles ne soient pas ostensibles avec des minarets qui s’élèvent de plus en plus haut », et que les fidèles les financent eux-mêmes. Dans une interview accordée en avril 2013 au quotidien turc Zaman, elle martèle  : « Les Français se sentent agressés dans leurs habitudes. Les voiles, les exigences sur les lieux de prière, les demandes de nourritures spécifiques… tout ça est en contradiction avec notre culture. » Enfin, interpellée dans la rue le 19 mars dernier, elle affirme  : « Le FN n’est pas antisémite. […] Et aujourd’hui, je vais vous dire où ils sont les antisémites, ils sont dans les quartiers, là où ils sont en train d’organiser le recrutement pour le djihad. » On comprend pourquoi Alain Soral a quitté en 2009 le FN qu’il avait rejoint quatre ans plus tôt. Dans sa lettre de rupture, il dénonce « la bande à Marine – cet agglomérat de multitransfuges, de marchands du Temple et de cage aux folles – qui a tout fait pour [lui] barrer la route et [le] neutraliser depuis deux ans, et ce malgré la confiance et l’amitié que [lui] accordait le Président »… Marine Le Pen et Alain Soral n’ont pas le même ennemi. Selon ce dernier, en choisissant l’anti-islamisme et en délaissant l’antisémitisme, le programme du FN ne vise plus qu’à « faire payer aux pauvres Noirs et aux pauvres Arabes, tous déclarés islamistes et complices du terrorisme, la souffrance imposée au peuple de France par les riches Blancs, pas toujours catholiques, planqués dans leurs paradis nomades, à New York et à Miami… ».
    « Marine Le Pen conserve, consciemment ou non, tous les canaux sémantiques de la pensée fasciste traditionnelle »
     
    Mais Marine Le Pen est-elle elle-même antimusulmane  ? Elle refuse cette accusation et prétend, en républicaine fidèle au principe de laïcité, ne lutter que contre l’islamisme, acceptant parfaitement un islam vécu dans la sphère privée. Pour mieux comprendre, allons l’écouter lors de son dernier meeting pour les élections municipales, à la Maison de l’éducation permanente dans le centre de Lille, le jeudi 20 mars. Contrairement à une émission de radio ou de télévision, on assiste ici à un ensemble cohérent, un discours articulé, mais aussi à un spectacle total où le débit, l’intonation, le souffle jouent leur rôle dans la transmission du message. Désincarné, résumé en quelques phrases, celui-ci est presque inoffensif. Replongé dans son contexte et sa matière, ses allusions et ses réseaux de sens, c’est tout autre chose. Avant de passer la parole à Marine Le Pen, le candidat du FN à Lille, Éric Dillies, évoque des meurtres mystérieux au moment de l’accession de Martine Aubry à la mairie et mentionne en plaisantant, pour en suggérer le caractère immoral, des réunions politiques au Carlton. Bref, il décrit les dirigeants socialistes de la ville et leurs rivaux de droite comme les membres d’une caste mafieuse. La présidente du FN poursuit dans la même veine, visant à criminaliser les représentants politiques de tous bords. Considérant qu’ils ont « tous été pris la main dans le pot de confiture », elle appelle « le peuple français [à] prendre la décision de juger les dirigeants ». Adepte d’une version à peine édulcorée de la théorie du complot, elle avance que « tous les chiffres de la délinquance sont “bidonnés” » et que « la population française est sous-informée  : mensonges, chiffres maquillés ». Quant à l’ennemi principal, elle n’en prononce même pas le nom. Les sons composant le mot islam ou musulman ne sont pas articulés. Quatre termes suffisent  : « communautaristes », « intégristes », « cantines », « piscines ». En fait, les mots agissent ici comme des signaux faisant référence à des déclarations anciennes ou à venir sur les menus aménagés dans les cantines scolaires à l’attention des élèves musulmans, ou encore sur la question des horaires aménagés dans les piscines pour y éviter la mixité, chiffon rouge fréquemment agité par le FN.
    Telle est la nouvelle stratégie sémantique du FN, que l’on peut qualifier de troisième génération du discours xénophobe. Avant l’interdiction de tels propos, on avouait franchement sa haine des Juifs ou des Arabes. Une deuxième génération, celle de Jean-Marie Le Pen, a dû user de la périphrase, de la plaisanterie, de la suggestion, afin de faire comprendre aux électeurs la persistance d’un discours raciste et xénophobe tout en échappant au scandale et à la condamnation. Marine Le Pen représente la troisième génération. Inutile, désormais, de faire des signes d’intelligence. Il suffit d’évoquer les problématiques par quelques formules et de laisser l’imagination de l’auditeur faire le reste. Bref, on provoque l’association et on laisse libre chacun d’aller, ou non, jusqu’au bout. L’un comprendra intégriste/islamiste/musulman. L’autre s’arrêtera à l’islamiste. C’est le moyen habile choisi par Marine Le Pen pour adjoindre aux racistes traditionnels un nouveau public républicain.
    Peut-on encore qualifier ce discours de fasciste  ? D’un point de vue explicite, non, nous l’avons vu. Reste que Marine Le Pen conserve, consciemment ou non, tous les canaux sémantiques de la pensée fasciste traditionnelle  : détestation et criminalisation des élites, réveil d’émotions violentes, vocabulaire du corps (Hollande est ainsi décrit  : « torse bombé, bras mous »), théorie du complot, défense des « valeurs traditionnelles » et du « patrimoine civilisationnel », peur de la « dénaturation » et appel à « la saine réaction du peuple français ». Les mots n’y sont plus guère, mais la structure, que chacun pourra incarner à son goût, demeure. Pas d’antisémitisme  ? Non, mais la possibilité de remplir des blancs, lorsque Marine Le Pen critique François Hollande d’avoir affirmé qu’il n’aimait pas les riches avant de « se coucher » le même soir « devant la grande finance », ou lorsqu’elle attaque Nicolas Sarkozy pour avoir servi « les mêmes maîtres ». Qui donc  ? Elle enfonce le clou  : « les banquiers et la finance internationale », « les dirigeants du Medef à New York », Babylone du cosmopolitisme. Un antisémite saura parfaitement compléter, en pensée, avec sa famille ou avec ses amis, les chaînes sémantiques ici présentées de la manière la plus traditionnelle qui soit  : les politiques valets de la finance internationale, avec l’aide des « communicants du système »… Elle fait culminer son discours avec une coquetterie qui rappelle son père, en évoquant la « reptation » de l’UMP face au parti socialiste, mêlant pédanterie et allusion physique. Enfin, un autre moment du meeting mérite d’être retenu. Marine Le Pen chauffe l’assistance à propos des Roms, troisième figure, nouvelle, de l’ennemi. Elle prétend que les autorités de l’État leur fournissent des logements gratuits en priorité, laissant sur le carreau les travailleurs français qui attendent toujours un habitat social. Elle finit par faire huer les Roms.
    Le discours du FN se situe sur un autre plan que les mouvements d’extrême droite que nous avons évoqués et qui professent un credo anti-islam ou antisémite brutal et presque explicite. Mais il est certain que Marine Le Pen, même si elle se refuse à prononcer certains mots, n’a pas rompu avec des structures mentales et linguistiques plus anciennes. La pensée fasciste est parvenue à son stade postmoderne. L’avenir nous dira s’il faut plutôt s’en réjouir ou s’en inquiéter.


  • Marine #Le_Pen dicte ses conditions à France 2 - Coulisses de Bruxelles
    http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2014/04/marine-le-pen-dicte-ses-conditions-à-france-2.html

    Selon mes informations, David Pujadas a renoncé à lui opposer Martin Schulz, le président du Parlement européen et tête de liste des socialistes européens pour les élections du 25 mai prochain, celle-ci ayant menacé de boycotter « Des paroles et des actes » programmé jeudi soir dont elle est l’invité vedette. (…)

    La présidente du FN a notamment fait valoir qu’il s’agissait d’une « campagne française », ce qui est un comble pour une élection européenne…

    #télé


  • « Pas de triomphe du FN » : les #élections vues par nos voisins
    http://fr.myeurop.info/2014/03/31/elections-municipales-revue-presse-europeenne-13504

    http://cdn3.myeurop.info/sites/default/files/imagecache/third_thumbnail/media/images/anne+hidalgo.jpg

    Christelle Granja

    Elections #municipales : qu’en pensent nos voisins ? Inquiétudes, mises en garde, fierté ou distanciation traversent les colonnes de la presse européenne, de l’Espagne à la Suisse.

    « La punition », « la vague bleue déferle sur Hollande », « condamné à changer » : ce matin, les quotidiens français de gauche comme de d lire la suite

    #REVUE_DU_WEB #Europe #France #défaite #Le_Pen #revue_de_presse


  • « Pas de triomphe du FN » : les #élections vues par nos voisins
    http://fr.myeurop.info/2014/03/31/pas-de-triomphe-du-fn-les-lections-vues-par-nos-voisins-13504

    http://cdn3.myeurop.info/sites/default/files/imagecache/third_thumbnail/media/images/anne+hidalgo.jpg

    Christelle Granja

    Elections #municipales : qu’en pensent nos voisins ? Inquiétudes, mises en garde, fierté ou distanciation traversent les colonnes de la presse européenne, de l’Espagne à la Suisse.

    « La punition », « la vague bleue déferle sur Hollande », « condamné à changer » : ce matin, les quotidiens français de gauche comme de d lire la suite

    #REVUE_DU_WEB #Europe #France #défaite #Le_Pen #revue_de_presse


  • L’#extrême-droite bulgare fait de l’œil à Marine Le Pen

    Face à une immigration massive en provenance de Syrie, les mouvements populistes et eurosceptiques prolifèrent en Bulgarie. À quelques mois des élections européennes, le parti d’extrême droite Ataka lance un appel du pied à Marine Le Pen. Reportage.

    http://www.lyoncapitale.fr/var/plain_site/storage/images/media/01-photos/politique/jm-le-pen-siderov-bulgarie-afp/2885280-1-fre-FR/JM-Le-Pen-Siderov-Bulgarie-AFP_image-gauche.jpg

    http://www.lyoncapitale.fr/Journal/France-monde/Politique/Europe/L-extreme-droite-bulgare-fait-de-l-aeil-a-Marine-Le-Pen

    #extrême_droite #Le_Pen #Bulgarie #migration #réfugiés #asile #populisme #xénophobie #élections_européennes #Ataka #Marine_Le_Pen #racisme


  • De l’importance de vérifier ses sources et de connaître ses classiques :

    « Une députée UMP confond Montesquieu et Le Pen »

    http://www.lepoint.fr/politique/une-deputee-ump-confond-montesquieu-et-le-pen-09-08-2013-1712871_20.php

    La citation est un art. Le 8 août, la députée UMP Valérie Boyer a voulu marquer son opposition au droit du sol en publiant sur Twitter une prétendue phrase de Montesquieu : « Le droit du sol est l’absurdité qui consiste à dire qu’un cheval est une vache parce qu’il est né dans une étable. »

    Sauf que la phrase n’aurait jamais été prononcée par le penseur. En revanche, elle ressemble étrangement à une sortie de Jean-Marie Le Pen, en septembre 2012 : « Quand une chèvre naît dans une écurie, ce n’est pas pour cela qu’elle devient un cheval. »

    #Valérie_Boyer #Montesquieu #Le_Pen #racisme




  • « #Beppe_Grillo a arnaqué les Italiens »
    http://fr.myeurop.info/2013/06/01/beppe-grillo-a-arnaque-les-italiens-9363

    http://cdn3.myeurop.info/sites/default/files/imagecache/third_thumbnail/media/images/Grillo_0.jpg

    Ariel Dumont

    Expulsés en janvier dernier du Mouvement 5 étoiles pour avoir dénoncé sa dérive autoritaire, les conseillers bolognais Giovanni Favia et Federica Salsi lèvent aujourd’hui le voile sur la véritable nature de Beppe Grillo. Interview à deux voix.

    En février dernier, le Mouvement 5 étoiles (M5S) récoltait (...)

    #Politique #Italie #dictature #Le_Pen #marketing_politique #marketing_viral #populisme


  • Affaire #cahuzac : ça va devenir compliqué pour le #GUD et Marine #Le_Pen de faire de la récup’
    http://reflets.info/affaire-cahuzac-ca-va-devenir-complique-pour-le-gud-et-marine-le-pen-de-fa

    C’est amusant ces hasards de l’actualité. Nous vous parlions ce matin du GUD, un « syndicat étudiant » à l’humour percutant et décalé qui appelle à casser de l’homo pendant les Gay Prides et qui compte parmi ses membres historiques et fondateurs un ancien ministre de Nicolas Sarkozy, Gérard Longuet (qui débarquait alors d’Occident où il cassait du [...]

    #France #Politique #featured #Front_National #Péninque


  • *Enquête au coeur du nouveau #Front_National

    Son état major, son implantation locale, ses militants, sa stratégie

    par Sylvain Crépon

    Comme mouvement, le Front national a presque quarante ans. Comme phénomène politique, son éclosion date du milieu des années 1980. Le #FN constitue une des clefs des prochaines présidentielles et des législatives qui suivront. Or si les médias s’intéressent à sa nouvelle présidente, Marine #Le_Pen, ainsi qu’à son entourage, on n’y trouve pas trace d’une enquête en profondeur sur le mouvement en tant que tel : ses effectifs réels, ses militants, ses sympathisants, ses cadres locaux et nationaux, ses structures, son implantation géographique…
    Une telle enquête nécessite du temps. De plus en plus souvent sollicité par les médias comme spécialiste du sujet, l’auteur a élargi sa connaissance unique du mouvement des jeunes du FN à l’ensemble de ses structures.

    D’où un livre d’investigation clinique et critique, exhaustif et vivant, car nourri d’interviews recueillies aux quatre coins de la France par un enquêteur de terrain.Un livre qui aborde des aspects méconnus mais essentiels :
    • Le FN « Algérie française » de Marseille et le FN « fils de mineurs-CGT » du Nord-Pas-de-Calais
    • La montée en puissance dans l’appareil des anciens responsables du Front national de la jeunesse
    • La composition du noyau dirigeant
    • Les réseaux d’extrême droite (Œuvre française, « identitaires », mégrétistes)
    • Le profil des militants de base

    http://www.nouveau-monde.net/livre/?GCOI=84736100441160


  • « La guerre des deux Fronts », par Françoise Fressoz, 27 avril 2012.

    http://fressoz.blog.lemonde.fr/2012/04/27/la-guerre-des-deux-fronts

    La campagne de Jean-Luc Mélenchon visait les perdants de la mondialisation. Le candidat promettait de rompre avec l’Europe libérale mais refusait toute stigmatisation de l’étranger. Son projet était d’abord social : la réforme fiscale, le smic à 1 700 euros, la fin de l’emploi précaire, l’accès au logement pour tous, la restauration des services publics…

    Ses troupes agitaient les drapeaux rouges comme aux grandes heures du communisme. La révolution, c’était lui ! Et bien non. Dans l’électorat populaire, Jean-Luc Mélenchon arrive très loin derrière Marine Le Pen.

    Il ne recueille que 12 % du vote ouvrier alors qu’elle en attire 29 %. Chez les employés, il fait dix points de moins qu’elle (12 % contre 22 %) et ne la rattrape que dans les professions intermédiaires où il prend un léger avantage (15 % contre 12 %).

    La conclusion est dérangeante. Pour l’électorat populaire, ce n’est pas le vote Mélenchon qui est révolutionnaire mais le vote Le Pen, autrement dit l’extrême droite et non plus l’extrême gauche.

    #Mélenchon #Le_Pen #Front_de_gauche #Front_national #FN

    • Cet article que tu cites est effectivement intéressant. Notamment :

      A l’opposition “travailleurs/capitalistes”, qui permet une pensée politique et une mobilisation en termes de lutte des classes, Le Front National substitue ainsi l’opposition entre “travailleurs/assistés”, qui divise la classe populaire. Pour accentuer le trait, le discours stigmatisant mobilise d’autres caractéristiques, qui cette fois-ci s’appuient sur le schème d’enveloppe. Pour Marine Le Pen, ce sont d’abord les étrangers qui “viennent profiter” de l’Etat social français.

      Et Françoise Fressoz a effectivement un point de vue personnel.

      Cependant, deux mouvement politiques sont apparus comme anti-système lors de cette élection : le Front de gauche et le Front national. Et c’est le FN qui a le plus convaincu les électeurs.

      C’est à partir de ce constat que l’on peut affronter un programme et proposer quelque chose de mieux.

    • Un autre point de vue : https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/280412/la-souffrance-du-lepeniste

      les catégories sociales sur-représentées dans cet électorat ne sont pas tant les chômeurs ou les ouvriers que les fonctionnaires de police et les artisans-commerçants-chefs d’entreprise (les scores impressionnants du FN chez les ouvriers et les chômeurs n’étant qu’un effet d’optique trompeur lié à l’abstention : les ouvriers et les chômeurs ne votent pas plus que la moyenne pour le FN, mais ils votent moins que la moyenne pour les autres candidats, et sont sur-représentés chez les abstentionnistes et les non-inscrits)


  • Les grands principes

    Le soir du premier tour de l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a appelé ses électeurs à voter pour Hollande sans condition :

    « Ne demandez rien en échange.»

    On apprend cependant que le Front de gauche et le Parti socialiste discutent actuellement d’un accord électoral sur des circonscriptions.

    Cet accord est justifié publiquement par l’argument de la lutte contre le Front national. Le candidat du Front de gauche ajoute un autre argument, celui d’une "proportionnelle de gauche" :

    Jean-Luc Mélenchon a aussi appelé à une « proportionnelle de gauche », mettant en garde contre une élimination du Front de gauche de l’Assemblée nationale. « Les socialistes disent qu’ils veulent changer la Constitution pour mettre de la proportionnelle, c’est le moment d’en mettre maintenant », a-t-il lancé, ajoutant : "le FN qui n’est pas républicain n’y est pas, ça ne manque à personne".

    http://www.europe1.fr/Politique/Aubry-et-Melenchon-parlent-des-legislatives-1059299

    Il serait juste d’appliquer la proportionnelle pour les 4 millions d’électeurs du Front de gauche et de la refuser pour les 6 millions d’électeurs du Front national ?

    Lorsque l’on défend un principe, on le défend pour tout le monde. La proportionnelle est un principe qui vaut aussi bien lorsque cela nous arrange que lorsque cela arrange nos adversaires. Ou alors on n’y croit pas vraiment et on l’utilise seulement comme la justification d’autre chose.

    Une autre déclaration de Jean-Luc Mélenchon m’a beaucoup gêné. Elle concerne les médias :

    L’accès à une information de qualité exempte de manipulations et de volonté de nuire est un enjeu de démocratie. Je le dis après avoir reçu assez de messages de résistance de l’intérieur des médias d’une part et d’autre part, venant de l’extérieur, assez de demandes d’explications sur les calomnies qu’ils déversaient pour savoir quel enjeu c’est là. Ce système doit être détruit. Du moins son influence sur notre camp.

    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/04/28/le-vote-utile-a-favorise-lextreme-droite

    Les grands principes concernant les médias ne seraient donc à affirmer et défendre que lorsqu’ils servent nos intérêts ? Il ne faudrait pas détruire le système, mais seulement « son influence sur notre camp » ?

    #Mélenchon #Front_de_gauche #Front_national #FN #Le_Pen #médias


  • Sortir du piège

    Le 25 avril 2012, Jean-Luc Mélenchon dénonçait la mise en valeur des thèmes de l’extrême-droite dans l’entre-deux tours de l’élection présidentielle :

    « L’enjeu pour la bien-pensance est de détruire ce que nous avons essayé de construire : le retour de la question sociale et du partage des richesses qui se trouvent dans leurs poches. Rien n’est plus urgent pour les nantis et d’abord pour leur crieurs publics que d’en revenir aux bonnes grosses questions qui ne coûtent rien au portefeuille : la sécurité, l’immigration, les musulmans. »

    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/04/25/apres-le-premier-tour-un-moment-de-pause-clavier

    Il faut pousser le raisonnement. La mise en valeur de la question de l’immigration est effectivement une manière de masquer les autres sujets portés par cette campagne. C’est vrai pour le thème du partage des richesses, défendu par le Front de gauche. C’est vrai, aussi, pour les autres thèmes portés par le Front national.

    L’UMP réduit le vote Le Pen uniquement à la sécurité et à l’immigration et écarte tous les autres thèmes qui le mettraient en difficulté. Or ces autres sujets sont nombreux et ils ont au moins autant mobilisé les électeurs du Front national que celui de l’immigration.

    Un sondage publié récemment confirme que l’immigration n’est pas la principale priorité de la population française (sondage Viavoice pour France Info et Les Echos). Il indique que « les préoccupations des Français » sont l’emploi (31%) et le pouvoir d’achat (21%), largement devant l’insécurité (5%) et l’immigration (3%). Ce seraient donc 3% de la population qui placeraient l’immigration en avant. Pas 17,9% ! Les électeurs qui ont donné ce score à Marine Le Pen ont donc été convaincus par d’autres sujets que celui qui nous est rabâché.

    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/les-francais-attendent-des-reponses-sur-l-emploi-plus-que-sur-l-immigration

    Les sondages valent ce qu’ils valent. Et Viavoice donne un autre sondage contradictoire dont lequel il affirme que la lutte contre l’immigration est « la principale préoccupation » de 50 % des électeurs de Marine Le Pen. Mais cela voudrait dire que pour la moitié ce n’est pas la principale préoccupation !

    http://www.institut-viavoice.com/viavoice/index.php/les-outils-viavoice/tous-nos-sondages/item/etude-post-electorale?category_id=2

    Le FN affirme, par exemple, avoir un programme social, défendre les services publics et même être anti-libéral. L’UMP feint de ne pas entendre. Pourtant, de très nombreux électeurs de Marine Le Pen ont été convaincus par ses déclarations sur ces sujets et se sont déplacés aux urnes avec cela en tête. S’il voulait amener ces électeurs à se porter sur son nom, Nicolas Sarkozy devrait reprendre ces questions. Il ne le fait pas. Non parce qu’il n’y pense pas. Il ne le fait pas car il ne le peut pas : son programme est en contradiction avec celui qu’affirme défendre le Front national.

    Un certain nombre d’électeurs du Front national ont aussi été convaincus par son programme en matière de politique internationale : le FN s’affirme comme anti-atlantiste et pour la sortie de la France de l’OTAN, contre l’Europe qui dissout les Etats présentés comme protecteurs, et reprend même à son compte la politique arabe de la France. A nouveau, s’il voulait convaincre les électeurs du FN de voter pour lui, Sarkozy devrait porter le débat sur ces questions. Il ne peut pas le faire car il propose une politique diamétralement opposée.

    Si l’UMP devait draguer le FN sur son programme social ou sa politique internationale, il n’y arriverait pas. Il a donc choisi de focaliser l’attention de tous sur le seul vrai point de convergence qu’ont aujourd’hui les deux partis : la sécurité, l’immigration, les musulmans.

    De cette focalisation, seuls l’UMP et le FN sortent gagnants.

    La gauche aurait tout à gagner à porter le débat là où il fait vraiment mal : en particulier sur le programme social et sur la politique internationale. L’ensemble de la gauche gagnerait à pointer les différences fondamentales entre l’UMP et le FN. Pour cela, elle doit refuser la focalisation du débat autour de l’immigration. Elle ne doit pas faire mine de croire que ce serait le seul thème porté par le parti de Marine Le Pen. La gravité de cette question ne doit pas l’aveugler sur toutes les autres questions qui ont aussi mobilisé les électeurs du Front national. En faisant surgir ces thèmes sur le devant de la scène, elle creusera la différence entre Sarkozy et Le Pen.

    Le Parti socialiste a des éléments à apporter sur certaines thématiques centrales pour une partie des électeurs du Front national. Les solutions qu’il propose dans le domaine social ont plus de consistance que celles de l’UMP. Les stratèges socialistes trouveront aussi, sans aucun doute, des éléments qui distinguent François Hollande de Nicolas Sarkozy sur les questions internationales.

    Mais, au-delà des petites stratégies du 6 mai, la lutte contre le Front national doit continuer sur ce même principe : sortir du piège du thème imposé. Il nous faut refuser de réduire le vote FN à la seule question de l’immigration et mettre en avant les autres thèmes sur lesquels la gauche a des réponses à apporter.

    #Front_national #FN #Le_Pen


  • Le #fascisme : les mots et la réalité (historique) | Yovan Menkevick
    http://reflets.info/le-fascisme-les-mots-et-la-realite-historique

    (Après avoir fait réagir avec l’affiche de Pascal Colrat, agacé avec des constats politiques sur l’entre deux tours qui n’arrivent pas à être admis par une partie des lecteurs qui commentent, le temps est venu de faire œuvre pédagogique. Ah ! La pédagogie… C’est un peu prétentieux, hein ? Oui, c’est vrai, mais quand on lit ce qu’on lit et qu’on voit ce qu’on voit et qu’on entend ce qu’on entend, ça devient une œuvre de salubrité publique, la pédagogie.) Une première chose : à Reflets on ne roule pour personne. Ecrire sur l’économie, l’histoire, la politique n’est pas ici une manière d’inciter qui que ce soit à aller dans un sens particulier, adhérer avec une quelconque idéologie. Le but est de s’emparer des sujets, de les tordre, les fouiller, sans état d’âme ni obligation éditoriale. Mais avec le plus d’honnêteté intellectuelle possible. Alors, que vous soyez ou non en accord avec des analyses, des affirmations, est tout à fait possible, mais reprocher le manque d’analyse parce que vous pensez différemment de ce qui est écrit, tout en reprochant aux médias traditionnels d’être consensuels, de ne pas dire l’entière vérité est un peu paradoxal. C’est pourquoi, cet article modeste va (...)

    #Politique #Tribunes #Italie #Le_Pen #marine #mussolini #politique_FN #Sarkozy


  • Entre 2002 et 2012, l’extrême droite ne progresse pas : tout le monde oublie Mégret !

    http://o3geoclip.blogspot.fr/2012/04/presidentielle-lextreme-droite-ne.html

    Ces variations, somme toute assez faibles, masquent en fait une sensible réorganisation spatiale du vote d’extrême droite. Il a régressé dans un certain nombre de grandes villes (Paris, Marseille, Nice, Lyon, Strasbourg...), et progressé dans des zones moins peuplées, ou là où le vote FN était historiquement faible, contribuant à réduire les contrastes entre territoires.

    #présidentielles #Le_Pen #Mégret


  • Ils ont voté Le Pen au premier tour, ils ont choisi Hollande pour le second | Rue89 Présidentielle
    http://www.rue89.com/rue89-presidentielle/2012/04/22/pourquoi-certains-electeurs-fn-choisiront-hollande-au-second-tour

    Pour Pierre, Nicolas Sarkozy est le candidat de la déréglementation. C’est le candidat de « l’hyper-classe », « des médecins et des pharmaciens » et des lobbys agro-alimentaires. C’est le candidat du Medef, aussi. Celui qui a « organisé » avec les syndicats, « l’individualisation du contrat de travail ». Les entreprises se sont mises à négocier le temps de travail de façon individuelle. Hollande sera lui « tenu par un peuple de gauche et qui ne pourra donc aller moins loin dans la déréglementation ».

    Au sein du FN, il se sent un peu en minorité.

    #présidentielles #le_pen #hollande #FN #PS #UMP #sarkozy #intention #vote #second_tour #2nd_tour


  • Démontage du pseu-sondage montrant Marine Le Pen en tête chez les jeunes, sur le blog de Jean-Luc Mélenchon (dont il écrit lui-même ses longs textes souvent très argumentés) :

    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/04/12/le-president-de-lequateur-mencourage

    Mardi 10 avril, on trouvait en une et en page 3 du « Monde » un article intitulé « Le FN pourrait arriver en tête chez les jeunes ». Alors que Marine Le Pen est en difficulté, cette analyse est un pur montage médiatique sans rapport avec l’actualité. Quelle est donc cette fameuse enquête dont on entend parler depuis le week-end dernier et selon laquelle les jeunes voteraient majoritairement pour Marine Le Pen ? Elle n’existe tout simplement pas. En réalité, les chiffres publiés dans « Le Monde » proviennent de trois enquêtes réalisées par l’institut de sondage CSA entre le 12 mars et le 27 mars. Il s’agit donc de résultats ayant entre 15 jours et 1 mois. Ils n’ont donc aucun rapport avec l’état actuel de l’opinion et de la campagne. Cela montre aussi comment CSA a trouvé une nouvelle manière de contourner la loi de 1977 qui encadre la publication des sondages. Aucune notice n’a en effet été publiée par l’institut contrairement à ce que prévoit la loi. Aussi il est impossible de savoir combien de « jeunes » ont été interrogés pour arriver à ces résultats. Bien sûr, CSA avait publié une notice spécifique pour chacun des trois sondages mais ces documents n’indiquaient alors pas la part de jeunes interrogés. On peut néanmoins supposer que sur les 1 000 personnes interrogées dans chaque sondage, on compte au maximum 100 jeunes de 18 à 24 ans car cette tranche d’âge représente en effet 10% de la population. Même en cumulant ces trois sondages du mois de mars, CSA n’a donc interrogé au maximum que 300 jeunes ! Les sondeurs savent pertinemment qu’il est impossible de faire une enquête sérieuse avec un échantillon aussi réduit. Avec 300 personnes interrogées, les marges d’erreurs sont en effet de 5%. Et encore, il s’agit d’une estimation basse car il est tout à fait possible que le nombre de jeunes interrogés soit encore plus faible. Quel rôle joue « Le Monde » dans cette histoire ? Pourquoi ce journal, qui se veut le quotidien de référence, accepte de participer à cette grossière manipulation ?

    En lisant avec gourmandise comme d’habitude les commentaires de ma dernière note, j’ai trouvé cette analyse (commentaire 143) qui précise le tableau. Je vous le livre donc. Ne manquez pas de dire s’il y a erreur. « Gros titre du Monde aujourd’hui, relayé hier soir par tous les médias dans tous les journaux télévisés : « Marine Le Pen pourrait arriver en tête chez les 18-24 ans ; 26 % d’entre eux seraient prêts à voter pour elle au premier tour de la présidentielle, selon une étude de l’institut CSA fondée sur un cumul de trois vagues successives d’intentions de vote réalisées du 12 au 28mars. » Sans vouloir accorder trop de crédit aux sondages, je suis quand même allée voir les quatre sites des instituts pour lire leurs dernières enquêtes. Qu’y apprend-on ? « CSA dans sa dernière enquête en avril n’a pas travaillé sur la répartition des votes par âge. IFOP, dans son enquête du 9 avril, donne 17% des 18-24 ans pour Mélenchon, 27% pour Hollande, autant pour Sarkozy et 16% pour Le Pen. SOFRES n’a rien publié de récent. LH2 dans sa dernière enquête des 30 et 31 mars donne 26% des 18-24 ans pour Mélenchon, 23% pour Hollande, 20% pour Sarkozy et 11% pour Le Pen. On est donc très loin des "prédictions" du Monde. Mais après la une de « Libération » qui, en janvier, avait décompté pour Le Pen, dans un grand ensemble, les 18% qui avaient répondu voter "certainement" et "probablement" avec les 12% ayant déclaré "probablement pas", on peut s’attendre à tout ! Visiblement, les grands médias ont fait très ouvertement le choix d’une jeunesse raciste et toute imprégnée des thèses d’extrême-droite. »

    #mélenchon #marine_le_pen #le_pen #fn #front_national #jeunes

    • Marine Le Pen et les jeunes, halte au sensationnalisme | L’Humanité , 17 Avril 2012.

      http://www.humanite.fr/politique/marine-le-pen-et-les-jeunes-halte-au-sensationnalisme-494727

      Le Monde titrait en Une la semaine dernière : "Marine Le Pen arrive en tête parmi les jeunes". Affirmation amplement reprise mais qui relève fort heureusement d’un bidouillage de sondage, ce qu’a dénoncé lundi la commission des sondages.

      Le quotidien a d’ailleurs du publier dans son édition datée de ce mardi (en page 7) une lettre de la dite commission qui explique bien : « S’il n’est pas interdit, à l’occasion de la publication d’un sondage, de faire état de résultats portant sur un sous-échantillon représentatif d’une population particulière, cette publication doit obligatoirement s’accompagner de l’indication de l’effectif de ce sous-échantillon ». En l’occurrence moins de 200 personnes. Soit une marge d’erreur comprise entre 6 et 8 %, tout de même, selon les instituts de sondages eux-mêmes, ce qui rend l’affirmation du Monde : 26 % des 18-24 ans choisiraient Marine Le Pen contre 25 % François Hollande, franchement caduque.

      Ce que confirment de récentes études portant sur des échantillons 4 à 5 fois plus conséquents et par conséquent plus fiables. L’IFOP a ainsi questionné spécifiquement les 18-22 ans (primo-votants), et si la candidate FN reste très haut placée (23 %), François Hollande domine à 31 %. Une autre étude réalisée la semaine dernière pour le site etudiant.fr montre que l’ancrage à gauche des étudiants est encore plus marqué, avec 30 % d’intentions de vote pour le candidat PS, 15 % pour Jean-Luc Mélenchon et seulement 11 % pour Marine Le Pen.

      Pour le Front de gauche qui a réagi dans un communiqué, Le Monde est "pris la main dans le sac d’intox pour le FN". "Alors que la campagne du FN rencontre des difficultés depuis plusieurs semaines, il est particulièrement sidérant et même dangereux que des journaux qui se veulent de référence répercutent de fausses informations qui ne profitent qu’à Marine Le Pen et à tous ceux qui ont intérêt à l’existence de cette formation d’extrême droite" dénonce Alexis Corbière, animateur du Front de gauche.


  • Marine Le Pen. Les hommes préfèrent les blondes… | Je ne pense qu’à ça
    http://sexe.blog.lemonde.fr/2012/03/03/marine-le-pen-les-hommes-preferent-les-blondes

    Les écrivains aussi craquent pour la blonde Marine. Régis Jauffret s’échauffe dans Libération : « C’est exactement le genre de fille qu’on a envie de sauter entre deux portes », ajoutant que ce sera meilleur en se mettant « dans la peau d’un sans papier macho et irascible ».

    Marine Le Pen, bientôt la sextape ?

    #le_pen #fn #séduction #médias #danger ?


  • Le #Figaro - International : En visite à #Fukushima, Éric Besson se dit « rassuré »
    http://www.lefigaro.fr/international/2012/02/21/01003-20120221ARTFIG00268-en-visite-a-fukushima-eric-besson-se-veut-rassura

    À l’issue de sa visite qu’il a effectuée revêtu d’une combinaison blanche de protection, masqué, ganté et chaussé de deux paires de surbottes, le ministre s’est dit « globalement rassuré ».

    Ben voyons.
    #nucleaire #france #ASN #AREVA #EDF


  • Les voix de Jeanne d’Arc | Jean-Paul Jouary
    http://owni.fr/2012/01/26/les-voix-de-jeanne-d%e2%80%99arc

    Jeanne d’Arc, icône disputée tant par Nicolas Sarkozy que par Marine Le Pen, est également l’une des figures historiques privilégiées des « fous » qui se prennent pour un grand personnage. Un parallèle étonnant, analysé ici avec #philosophie.

    #Chronique #Politique #Pouvoirs #Epcitete #Front_National #Jean-Paul_Jouary #Jeanne_D'Arc #Le_Pen #Nicolas_Sarkozy #xenophobie