organization:assemblée nationale


  • Le Gardasil® en 10 questions-réponses
    Par Joël Pelerin et Philippe de Chazournes, au nom de Med’Océan, actualisé au 19 février 2014
    Inclut des informations transmises par Catherine Riva et le Dr Jean-Pierre Spinosa, auteurs de « La piqûre de trop ? »

    Depuis plusieurs années, ce vaccin est l’objet de controverses dans de nombreux pays européens et dans le reste du monde (E.U., Canada, Inde…). Depuis juin 2013 elle n’est plus recommandée par les autorités japonaises. Le 3 octobre 2011, un débat s’est tenu à l’Assemblée Nationale (vidéos complètes sur le site http://www.medocean.re) avec les auteurs du livre La piqûre de trop ? (1) et des représentants de l’Association Méd’Océan. Deux ans après, ces derniers font le point.
    http://www.medocean.re/2014/02/si-vous-etes-medecin-generaliste-ou-specialiste-et-si-vous-etes-daccord-ave

    Question préliminaire : On vous traite de « mouvement sectaire anti-vaccinal ». Qu’en est-il ?

    Réponse Med’Océan : C’est absolument faux ! L’un de nos membres a d’ailleurs travaillé en dialyse, s’est contaminé plusieurs fois et il est peut-être encore en vie grâce à sa vaccination préventive contre l’hépatite B, c’est tout dire !
    La mission de Med’Océan est de promouvoir une médecine de qualité, réfléchie, basée sur les preuves et indépendante, sur des sujets de Santé Publique et de Médecine Générale, au départ dans la zone Océan Indien (nous sommes à l’Ile de La Réunion). Nous avons vu défiler, depuis cinq ans et à grands frais via l’industrie pharmaceutique, de multiples « leaders d’opinion » promouvant activement cette vaccination, alors que son intérêt n’était pas évident. Nous avons également pu constater dans le cas du Gardasil® que de nombreux « leaders d’opinion » n’avaient qu’une connaissance très superficielle des principales études scientifiques sur ce vaccin, sans esprit critique. Ces études, non publiées dans la grande presse médicale, se trouvent sur le site de la FDA(2,3) et sont consultables par tous.
    Enfin, nous, nous n’avons aucun conflit d’intérêts.

    Question n° 1 : La plupart des articles de presse sur le Gardasil® relatent des plaintes de familles de patientes à propos d’effets indésirables graves, par exemple des paralysies ou même des décès. Quel est votre point de vue ?

    Réponse Med’Océan : Les effets indésirables « classiques » des vaccins sont les plus sujets à polémique, car sauf exception, il est quasiment impossible de prouver la causalité entre la pathologie observée et la vaccination. Aussi nous privilégions dans notre exposé tout ce que nous avons trouvé d’autre et qui repose sur des données facilement analysables. Nous reviendrons sur les effets indésirables « classiques » seulement à la fin, après la question n° 10…

    Question n° 2 : Connaissez-vous alors d’autres effets indésirables graves ?

    Réponse Med’Océan : Nous en voyons au moins deux potentiels : le premier est la possible augmentation paradoxale du nombre de lésions précancéreuses après vaccination chez les femmes déjà porteuses d’un des virus (HPV 6, 11, 16 ou 18), comme nous l’avons détaillé à l’Assemblée Nationale (10). Ce phénomène se retrouve d’ailleurs tant au niveau des lésions condylomateuses cutanées (verrues vénériennes) que des lésions sévères du col de l’utérus. Le très sérieux INSERM en parle d’ailleurs dans sa revue de novembre-décembre 2011 (11) « Des effets indésirables graves sont soupçonnés : augmentation du risque de cancer si l’infection est déjà installée, information pas toujours communiquée par le laboratoire. »

    Sur le plan scientifique, on pourrait avancer l’explication suivante : non seulement le Gardasil® n’est pas curatif, mais la montée des anticorps après vaccination exaspère la virulence oncogène.

    En clair, les parents qui font vacciner leur fille ne se doutent pas qu’ils aggravent peut-être son risque de cancer du col si elle n’est plus vierge. Et toutes celles qui se sont fait vacciner « en rattrapage dans la première année qui suit le début des rapports sexuels » sont dans le même cas. Nous y reviendrons à la question n° 7.

    Question n° 3 : Vous avez parlé d’un deuxième effet secondaire grave potentiel, quel est-il ?

    Réponse Med’Océan : Le deuxième effet secondaire grave est encore la possible augmentation paradoxale des lésions, cette fois-ci chez les femmes non contaminées ou vierges, par manque d’efficacité et faux sentiment de protection.

    Question n° 4 : Comment pouvez-vous dire cela ? Il est bien établi que le Gardasil®, s’il n’est pas curatif, est efficace à près de 100 % chez les patientes « naïves » vis-à-vis des virus HPV 6, 11, 16 et 18, principaux pourvoyeurs du cancer !

    Réponse Med’Océan : C’est la que réside tout le malentendu. Le message qui circule est que la vaccination permet d’être protégé contre ces 4 virus, qui sont à l’origine de 70 % des lésions graves. Nous saluons effectivement la réussite des chercheurs qui ont travaillé pour le fabricant, leur produit est d’une efficacité remarquable vis-à-vis des 4 sérotypes qu’il cible. Mais le problème, c’est que, malgré l’efficacité sur les 4 souches, le nombre total de lésions ne diminue pas notablement ! Il y a plusieurs dizaines d’autres virus potentiellement oncogènes, et l’efficacité réelle de ce vaccin contre tous les HPV confondus, la seule qui compte en pratique, est malheureusement de moins de 20 % (1,12).

    Question n° 5 : Cette efficacité de moins de 20 % tous virus confondus, sur l’apparition de lésions sévères du col, a été confirmée récemment par le Haut Conseil de Santé Publique et le Comité Technique des Vaccinations. Qu’en dites-vous ?

    Réponse Med’Océan : En effet, suite à notre débat à l’Assemblée Nationale, Xavier Bertrand, ministre de la Santé, a reformulé dans une lettre (13) nos questions au Professeur Salamon, Président du Haut Conseil de la Santé Publique. Le groupe de travail a répondu le 21 octobre 2011, en confirmant que l’efficacité du Gardasil, tous virus confondus, était de moins de 20 % (16,9 % et non significative dans la population per protocole et 18,4 % dans le groupe MITT3 (14) du total des essais 013 et 015).
    C’est un premier pas dans la bonne direction, malheureusement encore bien insuffisant : sur un échantillonnage plus large (essais 007+013+015) l’efficacité chute à 12.2 % et n’est plus significative (14b) !
    Par ailleurs il faudrait, par exemple, recalculer le ratio coût de la vaccination/bénéfice attendu, qui a été calculé avec 70 % d’efficacité…

    Question n° 6 : Cette efficacité du vaccin, même si elle est très inférieure à celle attendue, est toujours bonne à prendre, c’est un vaccin contre le cancer quand même !

    Réponse Med’Océan : Double erreur fondamentale !
    Premièrement la vaccination procure donc un faux sentiment de protection. Une enquête (15) portant sur plusieurs centaines de jeunes femmes a montré qu’une majorité d’entre elles pensent qu’après vaccination, la pratique du dépistage est inutile. Un grand nombre de patientes vaccinées se croyant suffisamment protégées vont espacer leur frottis et risquent de ne consulter qu’à l’apparition habituellement trop tardive de signes cliniques du cancer. Dès 2007, le Comité Technique des Vaccinations écrivait (16) : « il serait possible que, si les femmes vaccinées se faisaient moins dépister, l’incidence et plus encore la mortalité du cancer du col de l’utérus augmentent, le vaccin n’étant pas efficace vis-à-vis d’environ 30 % des cancers ».
    Cette phrase prend aujourd’hui une valeur particulière, quand on sait que le vaccin est loin d’avoir les 70 % d’efficacité qu’on croyait à l’époque ! Il faudrait dire avec les connaissances actuelles : « le vaccin n’étant pas efficace vis-à-vis d’au moins 80 % des lésions précancéreuses ».
    Deuxièmement il n’est pas impossible que dans certaines circonstances la vaccination favorise le cancer, comme nous allons le voir plus loin !

    Question n° 7 : Les médias ont largement diffusé les résultats positifs de la vaccination à grande échelle dans « l’étude australienne »(17). Qu’en dites-vous ?

    Réponse Med’Océan : Parlons-en, de cette fameuse étude australienne ! Effectivement, chez les moins de 18 ans, on observe une certaine efficacité (sans que l’on puisse savoir si le bénéfice est dû à la vaccination ou au programme de dépistage, qui a été conduit de façon concomitante). Mais dans le même temps, on note ce que les auteurs appellent « une légère augmentation de l’incidence » chez les femmes âgées de 21 ans et plus.
    Au total on s’aperçoit que dans cette étude, portant sur plus d’un million et demi de femmes, la vaccination aurait permis d’éviter 21 lésions sévères du col chez les moins de 18 ans, mais aurait favorisé l’apparition de plus de 800 lésions chez les autres, avec un bilan global de 790 lésions supplémentaires, et de façon extrêmement significative (18).
    On retrouve encore une fois cette notion que la vaccination, non seulement n’est pas protectrice, mais qu’elle augmente le nombre de cas de lésions précancéreuses, si les femmes ont déjà été contaminées (ce qui est très fréquent dès qu’elles ont une activité sexuelle). Or, ce message n’est pas diffusé par le fabricant.
    En réponse à la question n° 2, nous avons déjà signalé que les essais randomisés montraient une tendance à l’aggravation des lésions, aussi bien pour les condylomes cutanés que pour les lésions du col, si les femmes sont déjà porteuses du virus, et dans l’étude australienne, on retrouve une augmentation très significative (p<0.0001) des lésions CIN2/3 chez les patientes au-delà de l’âge de 21 ans, l’INSERM en parle aussi (11). Pourtant le groupe de travail du Haut Conseil de la Santé Publique cité plus haut (13) conclut : « Il n’existe actuellement aucune donnée suggérant un caractère potentiellement délétère du vaccin dans certaines catégories de la population, en particulier, de risque de survenue de cancer chez des femmes préalablement infectées. »
    À noter que plusieurs membres de ce groupe de travail ont des conflits d’intérêts majeurs…

    Question n° 8 : C’est sans doute devant ces résultats que le fabricant du vaccin met l’accent sur la vaccination des adolescentes très jeunes, ayant toutes les chances d’être vierges ! Quel est votre avis ?

    Réponse Med’Océan : Chez les très jeunes patientes, la vaccination procure des taux d’anticorps contre les HPV 6,11, 16 et 18. Mais les questions sont nombreuses, par exemple le taux sera-t-il encore protecteur dans 15 ou 20 ans ? On sait déjà que 35 % des patientes n’ont plus d’anticorps anti-HPV 18 après 5 ans (19).
    D’ici 15 ou 20 ans n’y aura-t-il pas émergence massive d’autres sérotypes oncogènes ? Déjà durant la courte période des essais avant commercialisation, on observe un nombre accru de lésions sévères du col par les « autres virus » dans le groupe Gardasil® par rapport au groupe placébo (20). Et il y aura toujours le dangereux faux sentiment de protection, et les éventuels effets indésirables graves neurologiques, hématologiques, etc. Le jeu en vaut-il la chandelle ?
    Par ailleurs, une personne prendra des décisions différentes suivant si elle se croit protégée à 70 % ou à moins de 20 %.
    Enfin, préconiser « vaccination + frottis » comme étant « l’idéal » est aussi une énorme erreur, non seulement en termes de coûts, mais surtout en termes de risques d’effets secondaires de type maladies auto-immunes, et d’efficacité illusoire puisqu’il y aura toujours des femmes qui considèreront que, vaccinées, elles sont protégées, et ne feront plus de frottis, ou trop tardivement, quel que soit l’effort de leur médecin généraliste ou gynécologue pour le leur rappeler.

    Question n° 9 : Mais alors, que doivent dire les médecins à leurs patientes ?

    Réponse Med’Océan : Il suffit de se référer au serment d’Hippocrate : « … je ne tromperai jamais leur confiance… » Dire aux mères qui amènent vacciner leurs filles, et aux patientes : « Savez-vous que la protection conférée par ce vaccin est douteuse, et qu’on pense même qu’il peut aggraver les choses s’il y a déjà eu contact avec le virus ? Alors que la pratique régulière des frottis a depuis longtemps fait ses preuves ! »

    Question n° 10 : Et selon vous, quelle devrait être la position des médias ?

    Réponse Med’Océan : Leur responsabilité est très importante. Leur devoir est de relayer une information juste et sans apriori. S’ils ne font pas leur travail d’information correctement, les patientes ne peuvent pas choisir en connaissance de cause. Il est également de leur devoir de le faire pour que, plus tard, personne, aussi bien les patientes que les autorités, ne puisse dire : « A l’époque, on ne savait pas ! » Nous n’avons JAMAIS vu un parent insister pour faire vacciner son enfant à l’énoncé de tout ce qui précède.

    Retour sur la Question n° 1 : pouvez-vous parler maintenant des effets indésirables classiquement évoqués pour ce vaccin ?

    Réponse Med’Océan : Dans une population donnée, on observe toujours l’apparition d’un certain nombre de maladies auto-immunes neurologiques, hématologiques ou rhumatismales et de décès inexpliqués. La causalité avec la vaccination est donc difficile à prouver, mais elle est bien sûr possible. Trois faits majeurs sont à retenir : d’abord la forte dose de protéines injectée à chaque piqûre de Gardasil®, 120 microgrammes, ce qui, comme indiqué dans l’ouvrage récent Novel Approaches to Vaccine Research(4), expliquerait la forte proportion de maladies auto-immunes.
    Ensuite la présence d’aluminium dans l’excipient qui, même chez l’enfant, peut aussi induire des maladies auto-immunes, et pas seulement la myofasciite à macrophages, ce qu’on en connait n’est que la partie émergée de l’iceberg (syndrome ASIA : Autoimmune Syndrome Induced by Adjuvants (5,6)). À ce propos, il est tout à fait anormal que la FDA ait permis que le placébo contienne de l’aluminium dans la très grande majorité des études. Sur le plan scientifique, c’est bafouer l’intérêt des études d’innocuité, et c’est inadmissible sur le plan éthique. Cela permet de pouvoir prétendre que le vaccin n’est pas plus dangereux que son comparatif, appelé placébo, et par glissement, de faire croire que le vaccin est inoffensif. Enfin, alors que l’intérêt de la vaccination n’est pas démontré, le laboratoire, dès les premiers résultats, s’est empressé sous le couvert de raisons éthiques, de vacciner aussi le groupe placébo, ce qui fait qu’on ne peut plus suivre dans le temps l’évolution entre les deux groupes.

    Aux États-Unis, l’organisme VAERS (Vaccine Adverses Events Reporting System) comptabilise les effets secondaires signalés et ils sont très nombreux dans le cas du Gardasil® : par exemple, en 4 mois et demi, près de 1500 cas ont été recensés, dont 8 % ont été qualifiés de « sérieux », de même que 10 décès (7). Même si l’imputabilité à la vaccination n’est pas certaine, cela fait quand même beaucoup.
    Un autre problème soulevé récemment est la présence de borate de sodium (35 microgrammes par dose vaccinale, indique le fabricant (8)). Ce produit, connu depuis l’antiquité, était considéré comme peu toxique, mais depuis peu, on lui attribue un effet nocif sur la reproduction et le développement fœtal (9), ce qui change complètement la donne, et ces effets risquent de n’apparaître que dans de nombreuses années…

    Question d’actualité : Et la vaccination chez les garçons ?

    Réponse Med’Océan : Les extensions successives d’indication (garçons, mais aussi femmes plus âgées) auxquelles on assiste depuis deux ans semblent avant tout motivées par un souci de rentabilisation maximale du produit. Vacciner un adolescent parce que s’il se révèle homosexuel, il aura (peut-être) moins de chance de faire un cancer de l’anus, est-ce sérieux ? Faire prendre le risque d’induire une maladie auto-immune pour éviter (peut-être) des verrues vénériennes dont le traitement n’est certes pas agréable, mais efficace ? Quel parent bien informé l’autoriserait pour son enfant ?
    Enfin, on peut rappeler quelques faits sur le cancer du col de l’utérus en France : il s’agit d’un cancer dont le nombre de nouveaux cas ne cesse de diminuer, surtout depuis la mise en place du dépistage par frottis. Malheureusement, environ 800 femmes en décèdent encore chaque année… Il s’agit la plupart du temps de femmes qui ont échappé au dépistage pour diverses raisons. On peut espérer qu’un dépistage systématique et bien organisé permette rapidement de faire encore baisser cette mortalité.

    Et pour terminer, comment voyez-vous la suite de votre action ?

    Nous sommes heureux de voir que des scientifiques publient des conclusions analogues aux nôtres. Voici la traduction en français d’une récente mise au point publiée par deux chercheurs canadiens, et qui a le mérite de se fonder sur les principes de l’EBM (médecine basée sur des preuves) (21) :

    «  À ce jour, l’efficacité des vaccins anti-HPV dans la prévention des cancers du col de l’utérus n’a pas été démontrée, tandis que les risques des vaccins restent incomplètement évalués.
    Les pratiques mondiales actuelles de vaccination contre le HPV avec l’un ou l’autre des deux vaccins n’apparaissent ni justifiées par des bénéfices sanitaires à long terme ni économiquement rentables, de même qu’il n’existe pas non plus de preuve que cette vaccination anti-HPV (même si elle était prouvée efficace dans la prévention du cancer du col) puisse réduire le taux de cancers du col en deçà de ce que la pratique du dépistage par frottis a déjà permis.
    En outre, la liste des effets secondaires graves liés à la vaccination mondiale anti-HPV inclut des décès, des convulsions, des paresthésies, des paralysies, des syndromes de Guillain-Barré, des myélites transverses, des paralysies faciales, des syndromes de fatigue chronique, des anaphylaxies, des maladies auto-immunes, des thromboses veineuses profondes, des embolies pulmonaires et des cancers du col de l’utérus.
    Parce que la couverture du programme de vaccination anti-HPV est généralisée et d’ampleur mondiale, la santé à long terme de beaucoup de femmes pourrait être compromise en contrepartie de bénéfices vaccinaux toujours incertains. »

    De telles conclusions nous inquiètent aussi ; elles montrent que, pour l’avenir, tout dépendra du courage et de la réelle indépendance de nos politiques...

    Références :

    (1) Catherine Riva, Jean-Pierre Spinosa, La piqûre de trop ? Pourquoi vaccine-t-on les jeunes filles contre le cancer du col de l’utérus ? Ed. Xenia, mars 2010.

    (2) VRBPAC Background Document, mai 2006 http://www.fda.gov/ohrms/dockets/ac/06/briefing/2006-4222B3.pdf

    (3) http://www.fda.gov/cber/review/hpvmer060806r.pdf

    (4) http://issuu.com/researchsignpost/docs/hefferon_e-book?mode=window&pageNumber=1

    (5) Lucija Tomljenovic and Christopher Shaw, Mechanisms of aluminium adjuvant toxicity and autoimmunity in pediatric population , Lupus, February 2012 vol. 21 no. 2 223-230 http://lup.sagepub.com/content/21/2/223

    (6) N Agmon-Levin,GRV Hughes,Y Shoenfeld, The spectrum of ASIA : ‘Autoimmune (Autoinflammatory) Syndrome induced by Adjuvants, Lupus, February 2012 vol. 21 no. 2 118-120 http://lup.sagepub.com/content/21/2/118.full

    (7) http://www.scribd.com/full/71036877?access_key=key-1tybcgl1x1b4frvg1nwt VAERS, du 1er mai au 15 septembre 2011

    (8) http://www.merck.ca/assets/fr/pdf/products/GARDASIL-PM_F.pdf

    (9) http://www.substitution-cmr.fr/fileadmin/mediatheque/Reglementation/30th_ATP.pdf
    COMMISSION DIRECTIVE 2008/58/EC, Official Journal of the European Union, 15.9.2008, p 137 annexe 1G index 005-011-01-1

    (10) http://www.medocean.re/2011/09/le-gardasil-a-l%E2%80%99assemblee-nationale

    (11) Pharmacovigilance : l’urgence des réformes, Science et Santé n° 5 novembre-décembre 2011 (magazine de l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale), p. 42 http://www.inserm.fr/mediatheque/infr-grand-public/fichiers/science-sante/science-sante-n-5nov-dec-2

    (12) VRBPAC Background Document, mai 2006, Table 25 http://www.fda.gov/ohrms/dockets/ac/06/briefing/2006-4222B3.pdf. Réduction obtenue : 16.9 % CI (<0 %, 39.8 %) p calculé 0.25. Il s’agit de la seule étude contre placébo qui évalue l’efficacité du vaccin dans différentes populations (per protocol, en intention de traiter…) elle est déposée à la FDA et consultable par tous

    (13) « Le vaccin Gardasil® et la stratégie de prévention globale des cancers du col de l’utérus , rapport du groupe de travail du 21 octobre 2011 », p. 5 http://www.hcsp.fr/docspdf/avisrapports/hcspr20111021_gardasil.pdf

    (14) ibid., § 3-2-2 p. 19

    (14b) ) http://www.fda.gov/cber/review/hpvmer060806r.pdf tableau 272 p 355 : sur plus de 17600 femmes (8814 vaccinées et 8846 témoins, groupe MITT-3) efficacité 12.2 % non significative (p0.10) pour les lésions CIN2+ et 11.2 % non significative (p0.25) pour les lésions CIN3+

    (15) Isabelle Lerais, Mai-Ly Durant, Florence Gardella, Philippe Hofliger, Christian Pradier, Valérie Giordanengo, Françoise Bevançon, Enquête sur les connaissances, opinions et comportements des lycéens autour des Human Papilloma Virus (HPV), France, AlpesMaritimes, 2009, Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire 23 mars 2010, no 11 http://www.lecrips.net/GED/77199.pdf

    (16) Avis du Comité Technique des Vaccinations et du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France, Séance du 9 mars 2007, p. 4 http://www.hcsp.fr/docspdf/cshpf/a_mt_090307_papillomavirus.pdf

    (17) Julia M L Brotherton, Masha Fridman, Cathryn L May, Genevieve Chappell, A Marion Saville, Dorota M Gertig, Early effect of the HPV vaccination programme on cervical abnormalities in Victoria, Australia : an ecological Study, The Lancet, Volume 377, Issue 9783, Pages 2085 – 2092, 18 June 2011 http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(11)605515/fulltext#article_upsell.

    (18) ibid. Chez les 21-25 ans, l’incidence passe de 1.53 % à 1.71 %, soit 0.18 % de plus, soit une efficacité négative –12 % = augmentation du nombre de lésions p<0.0001, efficacité négative –13 % p<0.0001 chez les 26-30 ans, et encore efficacité négative –6 % p=0.002 chez les 31 ans et plus, cf :

    (19) Olsson SE, Villa LL, Costa RL, Petta CA, Andrade RP, Malm C, Iversen OE, Høye J,
    Steinwall M, Riis-Johannessen G, Andersson-Ellstrom A, Elfgren K, von Krogh G, Lehtinen M, Paavonen J, Tamms GM, Giacoletti K, Lupinacci L, Esser MT, Vuocolo SC, et al. Induction of immune memory following administration of a prophylactic quadrivalent human papillomavirus (HPV) types 6/11/16/18 L1 virus-like particle (VLP) vaccine. Vaccine 2:4931-9, 2007.

    (20) VRBPAC Background Document, mai 2006, Table 27 page 18 : 169 lésions dans le groupe Gardasil® attribués aux virus « non vaccinaux », seulement 142 dans le groupe témoin http://www.fda.gov/ohrms/dockets/ac/06/briefing/2006-4222B3.pdf

    (21) Tomljenovic L, Shaw CA, Human papillomavirus (HPV) vaccine policy and evidencebased medicine : Are they at odds ?, Annals of Medicine, 2011 Dec 22 ; DOI : 10.3109/07853890.2011.645353 http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/27/09/71/dec-2011/LTShaw-Annals-Med-2011--HPV-vaccines---EBM.pdf Cet article a été partiellement traduit en français : « Les pratiques vaccinales en matière de papillomavirus humain (HPV) sont-elles en phase avec l’Evidence Based Medicine ? » http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/27/09/71/dec-2011/Etude-de-C.-Shaw-et-LucijaTomljenovic.pdf
    #santé #vaccin #cancer #prévention #études


  • histoire - le 30 mars 2009 FDN se fait foutre à la porte par SFR
    https://www.youtube.com/watch?v=Ao7g5mIMAtg


    http://www.fdn.fr/-vie-de-l-association-.html

    Fin mars, #FDN a reçu de #SFR un courrier résiliant son contrat de collecte #ADSL. Fin juin, nous avions pu mettre en place un contrat chez un autre grossiste, nous permettant d’éviter toute coupure pour nos abonnés. Maintenant, le principal étant sauf (les abonnés ont toujours accès à #Internet), il est temps de traiter le problème au fond.

    Et le fond du problème est varié :
    – la coïncidence était troublante, de recevoir ce courrier de SFR alors que nous étions dans une opposition frontale avec les lobbyistes de #Vivendi dans les débats autour d’#HADOPI première mouture à l’Assemblée Nationale ;
    – même si on n’y voit pas malice, Vivendi/SFR/Neuf/Cegetel/TD semble avoir décidé de s’arroger le droit de savoir quel opérateur a le droit d’être client de son offre de gros ou pas. C’est-à-dire qu’un des 3 opérateurs faisant de la revente, et faisant par ailleurs une pression politique assez claire sur certaines modalités de régulation du contenu, se comporte en prédateur empêchant l’existence d’un espace économique viable pour ses propres clients opérateurs ;
    – la forme même de la rupture de contrat semble ne pas être bonne, et pourrait faire l’objet d’une requête auprès d’un tribunal de commerce ;
    – enfin, depuis des années, FDN passe sous silence en faisant profil bas un certain nombre de problèmes avec son grossiste, justement pour éviter d’avoir de mauvaises relations et que le contrat ne soit rompu.

    Maintenant, il va être temps que l’ARCEP réponde (pour le moment, on a pris contact comme on a pu, malgré la torpeur de l’été, et on a assez peu de réponses).

    L’ensemble est assez bien expliqué dans une interview accordée par le président de l’association au journal en ligne ecrans.fr, en deux parties (ici et là).

    http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2009/08/20/benjamin-bayart-on-sera-filtre-mais-en-plus-on-sera-taxe-12_959998
    http://www.ecrans.fr/Benjamin-Bayart-La-neutralite-du,7905.html


  • CIP-IDF > Non à l’agrément
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6924

    En 2004, lors de la conférence de presse du comité de suivi sur la réforme de l’#intermittence à l’Assemblée Nationale, François Hollande (alors député et premier secrétaire du PS) était au premier rang pour nous apporter son soutien. Tout le groupe #PS réclamait l’abrogation du protocole, demandait à Jean Jacques Aillagon puis à Renaud Donnedieu de Vabres (ministres de la culture successifs) d’imposer un accord sur les bases de nos propositions. Anne Hidalgo, alors responsable de la section culture, était présente au début des #manifestations pour renouveler le soutien du PS et soutenir l’abrogation.

    Avec des budgets en baisse, la situation s’est aggravée en 10 ans. Comment accepter une adhésion du PS à cet accord qui de fait reprend le protocole de 2003 en précarisant davantage les plus pauvres ? Comment ne pas être révolté ?

    En 2013, Michel Sapin à l’Assemblée Nationale lors de son audition à la mission d’information parlementaire a déclaré : « En période de crise, on ne doit pas toucher à l’assurance chômage qui est le meilleur des amortisseur social » . Le 21 mars 2014, exactement un an après, le même homme, au même poste, déclare que l’accord sur l’assurance chômage est bon et qu’il va donner son agrément.

    Pour rappel cet accord fait 400 millions d’euros d’économies sur le dos des pauvres. Michel Sapin a déclaré hier, 26 mars 2014, à propos des intermittents : « Les trois ajustements prévus touchent pour l’essentiel les salariés du secteur les mieux rémunérés ». Pour rappel, le chiffrage (repris par les échos) est clair : sur 165 millions d’euros d’économies, le plafonnement élevé fera maximum 15 millions d’euros sur les plus riches, 150 millions d’euros d’économies sur les tranches basses et moyennes. De deux choses l’une : Soit Michel Sapin est un menteur, soit il n’a pas lu l’accord. Mais dans tous les cas, pourquoi reprend-il la ligne de communication du MEDEF ? Comment ne pas être révolté ?

    Tant que le combat contre la #précarité ne sera pas mené, tant que l’on considèrera les chômeurs, les travailleurs pauvres, les 9 millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté comme quantité négligeable, je serai révolté.

    http://www.cip-idf.org/IMG/jpg/greviste_mutant.jpg


  • Crise politique et question territoriale en Tunisie
    http://www.jadaliyya.com/pages/index/16085/crise-politique-et-question-territoriale-en-tunisi
    Une intéressante analyse de Yassine Turki

    La question territoriale a été un des fondements du soulèvement en Tunisie à la fin de l’année 2010 : développement des zones défavorisées de l’intérieur du pays et accès à l’emploi et aux services étaient parmi les principaux slogans de la révolte. Les inégalités régionales et le mode de gouvernance territoriale ont continué pendant quelques mois à marquer le débat politique, figurant notamment parmi les points forts des programmes des partis politiques en course vers la constituante. Après le 23 octobre 2011, date des élections de l’Assemblée Nationale Constituante, l’enjeu territorial a progressivement été masqué par une succession de crises politiques. Les actions des nouvelles autorités dans ce sens ont été rares et sans effets notables. Elles ont été dans certains cas un échec (par exemple, la multiplication par quatre du budget de développement régional, que les institutions régionales bloquées par la bureaucratie et manquant de ressources humaines n’ont pas pu dépenser). Dans d’autres cas, ces politiques n’ont pas réussi à dépasser l’effet d’annonce (ainsi du programme d’habitat social proposé par le gouvernement, très critiqué par les groupes socio-professionnels, et dont le premier appel d’offres a été sans suites). La principale avancée dans ce champ concerne la préparation d’une constitution adoptant des principes très prometteurs en matière de décentralisation [1].

    @alaingresh @jean_pierre
    #Tunisie
    #développement_régional


  • Assemblée Nationale : des poules et des poivrots | la hussarde

    http://lahussarde.tumblr.com/post/63580980862/assemblee-nationale-des-poules-et-des-poivrots

    C’est l’histoire d’un député qui faisait la poule dans l’hémicycle… Une femme à la tribune, et la basse cour s’agite, caquetage en prime. Un comportement primaire indigne d’un député corroboré par des effluves éthyliques plus avérées que supposées à l’origine des propos sexistes tenus en séance. C’était dans la soirée du mardi 8 octobre 2013.

    #poulegate #sexisme


  • Péril sur l’accès aux médicaments innovants : la balle dans le camp des députés | Seronet
    http://www.seronet.info/article/peril-sur-lacces-aux-medicaments-innovants-la-balle-dans-le-camp-des-deput

    Depuis plusieurs semaines, des associations (AIDES, le CISS, SOS Hépatites, l’AFM Téléthon, le TRT-5…) alertent sur un article, l’article 39, de la future loi de finances de la sécurité sociale qui, s’il était adopté en l’état, priverait des personnes de l’accès à des traitements innovants dont elles ont pourtant absolument besoin. Dans un communiqué « Accès aux médicaments innovants : aucun-e exclu-e, aucune excuse » ( (19 novembre), les associations relancent une nouvelle fois l’alerte alors que l’article est de nouveau examiné en commission des affaires sociales à l’Assemblée Nationale.

    http://www.seronet.info/sites/default/files/styles/image-full-node-680x420/public/images/article/important.jpg?itok=yyT7fPFI

    Laure va être exclue. Laure, qui vit avec une hépatite C, est inquiète depuis plusieurs semaines. Elle devait, en effet, bénéficier en janvier 2014 d’un nouveau médicament, sitôt après que les autorités du médicament délivrent son autorisation de mise sur le marché (AMM), grâce à un dispositif dérogatoire concernant les médicaments innovants ayant fait l’objet d’une autorisation temporaire d’utilisation (ATU). Or, ce mécanisme d’accès rapide est mis à mal par l’actuelle version de l’article 39 du projet de loi de financement de la sécurité sociale 2014. Laure, qui ne relève pas des ATU (car elle n’est pas sur liste d’attente de greffe du foie) pourrait donc, si le texte est adopté en l’état, attendre un an supplémentaire, et pouvoir se soigner en janvier 2015.

    #santé
    #AMM
    Depuis plusieurs semaines, des associations ( #AIDES, le #CISS, #SOS-Hépatites, l’ #AFM_Téléthon, le #TRT-5…) alertent sur un article, l’ #article-39, de la future #loi-de-finances de la #sécurité-sociale



  • La France se lance dans la préservation des librairies Par Mish « Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances
    http://leblogalupus.com/2013/10/08/la-france-se-lance-dans-la-preservation-des-librairies-par-mish/comment-page-1/#comment-26434

    http://www.politipic.com/wp-content/uploads/2012/11/Yes-we-tax.jpg

    Le Parlement Français, dans une tentative de protéger les libraires du pays face à la dominance du détaillant en ligne Américain Amazon, vient de ratifier une loi qui empêchera les vendeurs de livres sur internet d’offrir un service de livraison gratuit à leurs clients.

    Pas vraiment en odeur de sainteté auprès des politiques français, le géant américain Amazon vient de subir un gros revers avec l’adoption par l’Assemblée Nationale de la fameuse proposition de loi interdisant de cumuler frais de port gratuit et remise de 5% autorisée sur le prix unique du livre dans l’hexagone.

    A l’unanimité, les députés ont ainsi soutenu la proposition qui va maintenant prendre le chemin du Sénat où elle devrait passer là aussi sans trop d’encombres. Pour Aurélie Filippetti, il s’agit donc d’une victoire et la ministre de la culture a d’ailleurs rappelé que, pour elle, Amazon pratique la vente à perte, argumentant sur le fait que la gratuité des livraisons n’existe pas dans les pays où il n’y a pas de prix unique du livre !!! Pour Filipetti il ne fait aucun doute qu’une fois toute concurrence écrasée et les librairies traditionnelles éradiquées par Amazon, la firme de Jeff Bezos n’hésitera pas une seule seconde à remonter les prix. Une fois la proposition de loi intégralement validée, la décote de 5% ne pourra plus être appliquée sur le prix du livre mais sur son tarif de livraison…

    Dans la journée de jeudi, la Ministre de la Culture Aurélie Filippetti, à l’origine de la proposition, dénonçait la stratégie de dumping employée par Amazon et accusait la société d’offrir un service de livraison gratuit pour contourner les lois Françaises sur le prix des livres.

    Le gouvernement socialiste de François Hollande entame une politique de lobby dans l’Union Européenne en vue de réguler les plateformes de vente par internet et cherche à imposer des taxes au niveau international aux sociétés telles que Google, Facebook et Amazon au sein des pays dans lesquels leurs sites sont utilisés.

    Défendre les produits culturels de la France face à la menace de compagnies et de produits Américains est une idée phare auprès de tous les partis. Les partis politiques dominants ont tous supporté la nouvelle loi, qui devrait être ajoutée à la législation de 1981 qui autorise une réduction maximale de 5% sur le prix fixé du livre.

    Qu’arrive-t-il à ces imbéciles ? Non seulement ils fixent le prix des livres, ils fixent également leurs frais d’envois.

    #Amazon
    #France
    #ministre de la culture
    #libraires
    #culture


  • Assemblée Nationale - Rapport d’information - Au nom de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes sur le renforcement de la lutte contre le système prostitutionnel

    http://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-info/i1360.asp

    Voir aussi : http://seenthis.net/messages/179133

    Définition de la prostitution selon la jurisprudence : « la prostitution consiste à se prêter, moyennant une rémunération, à des contacts physiques de quelque nature qu’ils soient, afin de satisfaire les besoins sexuels d’autrui ».

    Les victimes de la prostitution frappe surtout les femmes, les jeunes, et les étrangers. La prostitution concerne près de 400.000 personnes en France.

    Définition du proxénétisme : « Le proxénétisme est, selon l’article 225-5 du code pénal, le fait, par quiconque, de quelle manière que ce soit, d’aider, d’assister ou de protéger la prostitution d’autrui ».

    Le fonctionnement des réseaux est bien rôdé. Tout commence souvent avec la contraction d’une dette de passage pour l’arrivée en France qui peut aller jusqu’à 50 000 euros pour les personnes en provenance d’Afrique. Les réseaux peuvent assurer eux-mêmes le passage ou bien « récupérer » les personnes migrantes à leur arrivée.

    Les victimes de la traite sont presque toujours contraintes de se prostituer pour rembourser leur dette. Les ressorts de la contrainte peuvent varier : envoûtement, soumission filiale, violences physiques et psychologiques pour les réseaux de l’Europe de l’Est qui ont mis au point un parcours de dressage (enfermement, viols collectifs, privation de nourriture…), chantage opéré sur les familles.

    Les réseaux fonctionnent grâce à une hiérarchie interne. Parfois, en permettant aux personnes prostituées de devenir proxénètes un jour, elle offre une « promotion sociale » qui permet le maintien du réseau.

    Comme par ailleurs, les réseaux rançonnent véritablement les personnes prostituées en récupérant leurs gains, leur dette n’est pas près de s’éteindre et les personnes prostituées sont ainsi captives du système.

    La réalité prostitutionnelle, on le voit, c’est la contrainte et la violence parfois extrême, l’exploitation sexuelle et la confiscation des gains, une réalité sordide dérangeante que certains voudraient masquer derrière une façade « glamour ».

    #prostitution #maltraitance

    • En naviguant sur twitter, j’ai compris que c’est d’en faire un métier qui fait de la prostitution une dérive. Tout tourne autour de l’argent.

      Nous sommes tous des putes et tous des macs. La relation humaine ne doit pas se définir par l’argent que l’on échange, mais par le respect de soi, donc de l’autre.


  • Journal Le temps -Dialogue national - Doucement, nous sommes pressés
    http://www.letemps.com.tn/article-76698.html

    Le dialogue entre les partis politiques sous le parrainage de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), de l’Union Tunisienne de l’Industrie du Commerce et de l’Artisanat (UTICA), de la Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l’Homme (LTDH) et du Conseil de l’Ordre des Avocats avance au rythme concomitant donné par ses animateurs. Reste à savoir et attendre les résultats et ce qu’ils contiennent comme valeur intrinsèque pouvant apporter le plus escompté et sauront-ils être exploités à bon escient par l’Assemblée Nationale Constituante (ANC) ? Le rythme actuel est-il satisfaisant ?


  • #Premières #sanctions pour non- #parité salariale #Hommes #Femmes
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article1736
    La #gauche #France percutante pour l’ #égalité entre les #sexes .

    Dans un #communiqué de #presse du Haut #Conseil #français à l’égalité entre les femmes et les hommes, daté du 11 février #2013 , ont été interpellés les #présidents de la #République , du #Sénat et de l’ #Assemblée #Nationale pour désigner trois femmes au Conseil #Constitutionnel. C’est une #opportunité de faire un pas inédit vers la parité, chère aux nouvelles autorités françaises.


  • Document

    mis en distribution

    le 22 janvier 2002

    N° 2311.

    ASSEMBLÉE NATIONALE

    CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958

    ONZIÈME LÉGISLATURE

    Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 30 mars 2000.

    RAPPORT D’INFORMATION

    déposé en application de l’article 145 du Règlement

    PAR LA MISSION D’INFORMATION COMMUNE
    sur les obstacles au contrôle et à la répression de la délinquance financière et du blanchiment des capitaux en Europe (1)

    PRESIDENT
    M. VINCENT PEILLON,

    Rapporteur
    M. Arnaud MONTEBOURG,

    Monographies, volume 5 : Le Grand Duché du Luxembourg (M. Montebourg rapporteur).
    http://www.assemblee-nationale.fr/rap-info/i2311-51.asp

    TOME I

    Monographies

    Volume 5 - Le Grand Duché du Luxembourg

    (1) La composition de cette Mission figure au verso de la présente page.

    Banques et établissements financiers.

    La Mission d’information commune sur les obstacles au contrôle et à la répression de la délinquance financière et du blanchiment des capitaux en Europe est composée de : M. Vincent Peillon, Président ; MM. Michel Hunault, Jean-Claude Lefort, Vice-Présidents ; MM. Charles de Courson, Philippe Houillon, Secrétaires ; M. Arnaud Montebourg, Rapporteur ; MM. Philippe Auberger, François d’Aubert, Alain Barrau, Jean-Louis Bianco, Jérôme Cahuzac , Jacky Darne, Arthur Dehaine, Jean-Jacques Jegou, Gilbert Le Bris, François Loncle, Mmes Jacqueline Mathieu-Obadia, Chantal Robin-Rodrigo.

    Jérôme Cahuzac , bon informateur ou bien informé...


  • Oui, #cahuzac doit revenir à l’Assemblée
    http://reflets.info/oui-cahuzac-doit-revenir-a-lassemblee

    Jérome Cahuzac a menti, les yeux dans les yeux, à la représentation nationale. Dans le droit Français, ce n’est pas condamnable. Il a triché sur ses impôts, mais il y a de bonnes chances que ce soit prescrit. Au final, il est loin, très loin, d’avoir le casier judiciaire le plus chargé de l’Assemblée Nationale. Il [...]

    #On_s'en_fout


  • Une gauche de droite - Cause toujours !
    http://grosse.fatigue.free.fr/causetoujours/spip.php?article207

    Alors on s’étonne qu’un ministre possède des comptes à l’étranger pour échapper à l’impôt alors qu’il est en charge de repérer les méchants qui ont fait comme lui. On s’étonne. C’est étonnant. Combien sont-ils au gouvernement Hollande à être de gauche ? A avoir mis les pieds dans une usine, un centre d’appel ? Combien sont-ils à avoir un BEP Chaudronnerie comme mon copain Bertrand ? Y-a-t-il des couvreurs à l’Assemblée Nationale ? Ou même un instituteur ? Qui va-t-on envoyer dans la première centrale nucléaire française qui va sauter ? Y aura-t-il des volontaires chez les exilés fiscaux ?

    • Je me pose une question : ce sont des chenilles processionnaires qu’il y a sur les bordures de page de Grosse Fatigue ? Je déteste ces bestioles. Ça vous pourrit un arbre en quelques saisons si on n’y prend garde. Moi quand j’en ai eu sur mes pins, je grimpait dans les arbres pour scier les branches contaminées et je brûlais les gros nids filandreux en les aspergeant d’essence. Sinon, au printemps, les bestioles sortent du nid, descendent des arbres et processionnent comme des connes. Quand tu veux les écraser, elles rendent un gros jus marron. Surtout ne jamais les toucher car elles sont urticantes. Une vraie méga-vérole. Comme les hommes politiques finalement.


  • SNCF Tranquilien : Une nouvelle application pour les Franciliens
    http://www.transports-en-commun.info/sncf-tranquilien-une-nouvelle-application-pour-les-francilien

    SNCF Tranquilien, a été annoncée par G. Pepy il y a déjà un moment lors d’une table ronde a l’Assemblée Nationale, comme étant LA solution de la SNCF en matiere d’information pour les Franciliens...Cet article SNCF Tranquilien : Une nouvelle application pour les Franciliens est apparu en premier sur Point Info Transports.

    #SNCF_Transilien


  • #Parité à l’Assemblée Nationale : Le Conseil constitutionnel refuse la coprésidence paritaire des groupes politiques | La Revue des Droits de l’Homme
    http://revdh.org/2013/03/08/parite-assemblee-nationale-conseil-constitutionnel-copresidence-paritaire

    D’un certain point de vue, le choix pour les auteurs de la résolution de renoncer au caractère obligatoire de cette coprésidence pour des raisons politiques est également responsable de cette censure par le Conseil constitutionnel qui, alors, n’aurait pu opposer le principe d’égalité tel qu’il l’a fait. On regrettera d’ailleurs que l’argument-clé du Conseil constitutionnel soit précisément celui de l’égalité qui, s’il avait été utilisé différemment lui aurait peut-être permis de conclure à l’inverse en défendant de préférence l’égal accès des hommes et des femmes aux fonctions électives plutôt que l’égal traitement hypothétique des groupes parlementaires. C’est donc bien ici le retournement du principe d’égalité contre celles qu’il aurait pour vocation prioritaire de protéger auquel on assiste.

    Charlotte Girard, « Parité à l’Assemblée nationale : Le #Conseil-constitutionnel refuse la coprésidence paritaire des groupes politiques » in Lettre « Actualités Droits-Libertés » du CREDOF, 8 mars 2013.


  • La LDJ invitée à l’Assemblée nationale
    http://oumma.com/15825/ldj-invitee-assemblee-nationale

    Info Oumma. Les membres de la Ligue de défense juive ont été conviés à participer à un débat sur l’antisémitisme qui aura lieu dans l’enceinte de l’Assemblée nationale.

    Lundi 18 février, de 14h à 19h, un colloque spécial se tiendra dans la Salle Victor Hugo de l’Assemblée nationale et « sous le haut-patronage de Claude Bartolone », président de la chambre parlementaire. Le thème du jour : « Les sources contemporaines de l’antisémitisme ». Vaste sujet : les angles d’approche seront particulièrement variés comme l’illustre le programme ci-dessous.

    Sous le haut-patronage de
    Claude BARTOLONE
    Président de l’Assemblée Nationale

    LUNDI 18 FEVRIER 2013

    LES SOURCES CONTEMPORAINES DE
    L’ANTISEMITISME

    Présentateur et animateur : Michel ZERBIB Directeur de l’information de Radio J

    13h00 Accueil
    13h55 Ouverture par Sammy GHOZLAN Président du B.N.V.C.A.

    14h00 - 15h30 : LE CONSTAT

    Exposé inaugural par le Professeur Raphaël DRAÏ
    Pourquoi lutter contre l’antisémitisme aujourd’hui ? Le mal antijuif et l’avenir des démocraties

    Frédéric PLOQUIN Grand Reporter à Marianne
    Le nouvel antisémitisme, 13 ans déjà dans les médias ?

    Michel DUBEC Expert Psychiatrique
    Évolution du profil de l’antijuif : étude de deux cas contemporains, l’antisémitisme est-il une pathologie ?

    Jean-Yves CAMUS Politologue
    Antisémitisme, apanage de l’extrême droite ?

    Xavier RAUFER Criminologue
    Après Toulouse, l’Etat des lieux de la menace antijuive en France

    JONATHAN AYOUN Président de l’U.E.J.F
    Les réseaux sociaux de la haine

    15h30-17h00 : LES CAUSES

    Exposé inaugural par le Professeur Shmuel TRIGANO
    L’antisémitisme, symptôme de la « post modernité »
    Grand Témoin : Latifa IBN ZIATEN

    Daniel SIBONY Psychanalyste
    Survivre à l’antisémitisme

    Guy ROZANOWICZ Journaliste à Radio J
    Combattre cette vieille haine

    Hassen CHALGHOUMI Imam de Drancy
    Un antisémitisme musulman ?

    Guy MILLIERE Economiste
    Comme si une seconde Shoah se préparait…
    Modérateur : Richard ABITBOL

    Intervention de Richard Pasquier Président du CRIF

    17h00-18h30 : LES REPONSES
    Exposé par le Professeur Georges Bensoussan Historien
    Grand Témoin : Chantal VIROULAUD

    François MOLINS Procureur de la République
    Justice : Les cibles de l’antisémitisme, l’antisionisme militant

    Patrick HEFNER Contrôleur Général
    Chef du Pôle Judiciaire Prévention et partenariat à la Direction générale de la Police Nationale

    Alain JACUBOWICZ Président de la LICRA
    Le racisme et l’antisémitisme de la société française

    EDWARD AMIACH Vice-Président de l’UPJF
    L’antisionisme dans la classe politique française, un soutien aux antisémites ?

    Sammy GHOZLAN Président du B.N.V.C.A.

    Intervention de Joël Mergui Président du Consistoire Central de France

    Modérateur : Michel ZERBIB

    18h30 : CONCLUSIONS

    Sammy GHOZLAN
    Président du B.N.V.C.A.

    Claude BARTOLONE
    Président de l’Assemblée Nationale

    “““““““““““““““““““““““““

    Un colloque indécent à l’Assemblée Nationale - [UJFP]
    http://www.ujfp.org/spip.php?article2595

    Aujourd’hui, se tient à Paris, à l’Assemblée Nationale, sous le haut patronage de Claude Bartolone président de l’Assemblé Nationale, dans une salle de cette institution républicaine un colloque intitulé « Les sources contemporaines de l’antisémitisme »

    Les organisateurs de ce colloque, particulièrement le BNCVA – Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme – présidé par Sammy Ghozlan, ainsi que les thèmes des interventions, ne peuvent que nous interpeller.
    La question de l’antisémitisme n’est ici que prétexte à instrumentaliser une question grave et sérieuse pour tenter de déjouer la prise de conscience, par des pans de plus en plus importants de la société civile française, de la réalité de la politique d’apartheid israélienne à l’encontre du peuple palestinien, et de criminaliser toutes les actions de soutien à la Palestine, en particulier la campagne internationale BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) qui répond à l’appel de la société civile palestinienne.

    Ce combat de l’extrême droite juive sioniste française sous couvert d’une inquiétude qui pourrait être légitime ne s’inscrit pas dans une véritable lutte contre le racisme malgré les apparences qu’il essaie de se donner : bien au contraire il est en réalité le socle d’un véritable discours raciste, anti-arabe et islamophobe, dont la cible sont les populations françaises issues de l’immigration maghrébine, la jeunesse des quartiers et des banlieues.

    L’UJFP dénonce fermement la tenue d’un tel colloque, les dérives racistes entretenues par les représentants du CRIF (sous des étiquettes diverses) qui se seront exprimées au cours de celui-ci. Nous dénonçons fermement la tenue d’un tel colloque dans le cadre et avec le soutien de l’Assemblée Nationale – sans oublier le fait que ces mêmes organisateurs attaquent et cherchent à empêcher toute prise de parole publique sur les conditions faites au peuple palestinien par le régime israélien.
    Nous appelons tous les démocrates et les véritables antiracistes à renforcer leur soutien au peuple palestinien à travers la campagne nationale BDS, seule réponse politique à ces dérives dangereuses.

    Le bureau national de l’UJFP, le 18 février 2013


  • L’Assemblée nationale et la science-fiction
    http://hyperbate.fr/dernier/?p=22722

    Il manque à l’Assemblée Nationale la mentalité du scientifique, qui cherche à comprendre le réel ; de l’ingénieur, qui prend un problème et qui cherche le moyen de le résoudre ; du programmeur, qui cherche la réponse automatisée la plus simple à des problèmes complexes à venir ; du designer, qui cherche la forme la plus adaptée pour répondre à des besoins divers — y compris des besoins que l’on découvre en même temps que leur solution. Il manque aussi des artistes ou des poètes, capables de faire un pas de côté et d’amener de la beauté ou de la grandeur.


  • #Initiative #Citoyenne, #innovation #démocratique majeure.

    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article1241

    Depuis le 1er avril 2012, les #pétitions des #habitants de l’ #UE (Union Européenne) peuvent ouvrir des #projets de #lois #continentales.

    La #décision de créer des lois revient habituellement aux #élus du #peuple, à travers des #institutions comme l’ #Assemblée #Nationale . L’UE européenne n’est effective que si elle est source de nouvelles #législations , ce qui lui arroge vraiment d’encadrer et de gérer l’ensemble de la #communauté humaine du continent.


  • « Le déficit des annexes 8 et 10 des intermittents n’existe pas »

    Audition de Mathieu Grégoire, maitre de conférences à l’Université de Picardie (CURAPP), à l’Assemblée Nationale par la mission d’information sur l’emploi dans les métiers artistiques (extraits)

    Les annexes 8 et 10 des intermittents sont-elles viables ? Mathieu Grégoire revient ici sur les contre-sens majeurs qui ont été au fondement des réformes du régime d’indemnisation des intermittents du spectacle et de leur échec.
    http://www.ies-salariat.org/spip.php?article145


  • Sciences Po : dénouement fatal pour l’équipe dirigeante - Le Nouvel Observateur
    http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20121122.OBS0280/sciences-po-denouement-fatal-pour-l-equipe-dirigeante.html

    Sale temps pour deux grandes figures de l’establishment, en ce jeudi 22 novembre : Jean-Claude Casanova, éminent intellectuel, président de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, et Michel Pébereau, icône de la haute finance, ancien président de BNP Paribas, président du Conseil de direction de Sciences Po, sont très sévèrement épinglés - même si ce n’est pas nominativement - par le rapport de la Cour des Comptes paru ce matin. Qui accable, sur plus de 100 pages, la « gestion défaillante » de Sciences Po. Dans la foulée, ils étaient conviés à s’expliquer devant la Commission des affaires culturelles de l’Assemblée Nationale. Et alors qu’ils s’y trouvaient, Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, publiait un communiqué annonçant que, prenant acte de ce rapport, elle allait nommer un administrateur provisoire à la tête de l’école.

    Le salaire mensuel d’un président d’université, a rappelé la Cour des Comptes, s’établit entre 6.000 et 9.000 euros par mois, celui de Descoings était de 44.000 euros. Pour Pébereau, Sciences Po c’est une entreprise. Et Descoings méritait des primes sur résultats comme un patron du CAC 40 dont le cours en bourse a monté. La Cour réplique vertement que la Fondation nationale des sciences politiques « est un organisme d’intérêt général à but non lucratif, ce qui impose une gestion désintéressée et transparente ».

    Mais surtout, la Cour a du finir par penser que #Sciences_Po se moquait d’elle, en se croyant protégé par de puissants appuis en haut lieu. Didier Migaud, a rappelé que Sciences Po avait été négocier sans vergogne son budget de façon totalement dérogatoire directement à Matignon en 2008, puis à l’Elysée en 2009. Puis il a rappelé que le précédent contrôle de la Cour, en 2003, avait déjà mis en évidence des irrégularités dans la gestion de Science Po, qui avaient entraîné des suites juridictionnelles, y compris pénales. A ceci près que Descoings avait, à l’époque, habilement étouffé celles-ci.


  • Barbie à l’Assemblée Nationale « Le mauvais genre
    http://lemauvaisgenre.wordpress.com/2012/10/13/barbie-a-lassemblee-nationale

    Jean Député porte bien ses 42 ans, dont dix passés sur les bancs de l’Assemblée. Crinière abondante et très brune (il avoue se teindre pour masquer les cheveux blancs), silhouette fine et sportive, il porte ce matin un costume bleu marine à fines rayures crème, bien taillé, une cravate de couleur vive, des mocassins discrets. Un style classique mais d’un bon goût certain. Père de deux enfants, de 13 et 16 ans, il raconte les appeler tous les jours : “ils sont ma force, mon énergie, ma fierté”, confie-t-il. Il reste très proche d’eux, malgré son divorce et les tensions incessantes avec le nouveau mari de Laetitia, son ancienne compagne

    […]

    Quelque chose vous choque ? Oui, oui, c’est normal. Je parie que ça vous choquerait moins si on parlait de Marie Députée ?

    Les femmes politiques, ces hommes politiques étranges (on murmure qu’elles seraient dotées d’un vagin) font l’objet d’un traitement médiatique spécifique. On utilise à leur égard des expressions langagières et des procédés stylistiques que l’on n’aurait jamais idée d’employer si elles avaient le bon goût d’être dûment équipées de testicules.

    Au sommaire :

    1) L’infériorisation : “vous êtes bien mignonnes” !
    – L’infantilisation par l’usage du prénom
    – Les gossips avant tout
    – Sois belle…
    – … et tais toi !

    2) Les stéréotypes : assignation symbolique aux rôles féminins traditionnels
    – Au dessus du niveau de la mère ?
    – L’effet première dame

    3) La disqualification implicite

    #infériorisation #stéréotypes #disqualification
    #discrimination #sexisme


  • Cumul Info Service : Arrêter de cumuler en 90 jours, c’est possible ! (Relevé sur le Net...)
    http://www.cumul-info-service.fr

    Oui le cumul des mandats est une addiction grave pour la démocratie. Pour la seule Assemblée Nationale, 339 des députés élus en 2012 en sont victimes. Parmi eux se distinguent les 179 socialistes qui s’étaient engagés à renoncer à tout mandat exécutif local avant fin septembre 2012. Ce site s’adresse aussi bien aux élus qu’à leurs proches et à leurs électeurs. Il se tournera en premier lieu vers les députés socialistes qui ont déjà franchi une étape vers le sevrage et que nous souhaitons particulièrement encourager. (...) Source : Relevé sur le Net...


  • Actualites Tunisie - Tunisie : Mustapha Ben Jaâfar & la Normalisation avec Israël
    http://www.tunisienumerique.com/mustapha-ben-jaafar-la-normalisation-avec-israel/142632

    Pour Mustapha Ben Jaâfar, président de l’Assemblée Nationale Constituante (ANC), la plus haute Instance en Tunisie, la normalisation des relations avec Israël n’est bloquée que par une minorité de nationalistes extrémistes. Cette déclaration, qui plus est commise à Vienne lors d’une visite officielle (obligation de réserve ?!), est lourde de sens, de significations, voire d’arrière-pensées. Mustapha Ben Jaâfar serait-il enclin à faire le lit d’un obscur projet de normalisation ?

    Réduire un désaccord profond secouant la Tunisie à l’opposition de quelques “extrémistes” est non seulement une insulte au peuple tunisien, en majorité contre toute idée de normalisation, mais notamment une manière bien inconsidérée de traiter une telle question chargée de tension, de rivalité et de symbole.

    Dans quel cadre sied-il de situer la déclaration de Mustapha Ben Jaâfar quand on sait que Farida Labidi, présidente de la commission des droits et des libertés à l’ANC, a annoncé, le 31 juillet 2012, que la majorité des membres de la commission ont voté en faveur de la criminalisation de toute forme de normalisation avec l’entité sioniste.