• A ’#ghost town’ created in the U.S., with a little help from Canadian oil wealth
    http://www.ottawacitizen.com/business/ghost+town+created+with+little+help+from+Canadian+wealth/9734306/story.html

    the whole relocation program might have cost the Marathon Oil Corp. less than one per cent of the overall price tag for its $2.2-billion plant renovation.

    http://www.ottawacitizen.com/business/cms/binary/9734321.jpg

    ça cause de Fort McMurray @davduf tu as vu ?
    #pétrole #logement #pollution


  • Triumph of the Drill: How Big Oil Clings to Billions in Government Giveaways
    http://www.motherjones.com/politics/2014/04/oil-subsidies-renewable-energy-tax-breaks

    Over the past century, the federal government has pumped more than $470 billion into the oil and gas industry in the form of generous, never-expiring tax breaks. Once intended to jump-start struggling domestic drillers, these incentives have become a tidy bonus for some of the world’s most profitable companies.
    http://assets.motherjones.com/politics/2014/04/tax-breaks-630.png

    #energie #gaz #petrole #lobbying #Etats-Unis


  • J’ai bien aimé cette interview simple d’Eric Escoffier sur quelques notions de permaculture (réalisée par Thierry Casasnovas).

    L’essence de la permaculture, vivrecru.org - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=Q290QA_B9SU

    D’ailleurs, ils disent qu’ils donnent une conférence ensemble le 9 mai 2014 à Bordeaux.

    #Permaculture #agriculture #pétrole #Eric_Escoffier #Thierry_Casasnovas

    • On savait qu’il y avait une conf à Bordeaux en mai mais on arrive pas à trouver le lieu exact, l’horaire, etc.

      Et sinon, du coup, en cherchant sur Google, je suis tombé sur ça (je fais exprès de ne pas mettre le lien) :

      egaliteetreconciliation POINT fr/Conference-de-Thierry-Casasnovas-Corinne-Gouget-Gilles-Lartigot-et-Claire-Severac-a-Montreuil-23584.html

      Le Thierry, qui a fait une conf cette année avec deux auteures éditées chez Soral. Sympa.

    • @rastapopoulos : oui Soral est présent de manière disproportionnée sur les réseaux perma francophones sur le net. J’ai quitté l’administration du forum perma, puis le forum tout court car j’en avais marre que ça parle plus de sionisme et de juifs (et d’extraterrestres et de pseudo-science) que d’agriculture ... Ça venait surtout d’un gars influent sur le forum et en France (parce que c’est un des rares à avoir du terrain et à s’y connaître pas mal, c’est triste à dire), mais y avait la meute des jeunes loups pas loin ...

      Cela dit pour moi c’est pas discriminant d’aller faire des confs à droite ou à gauche, c’est plus du lobbying pour la perma qu’autre chose.

      Pas encore vu la vidéo, mais je suis d’accord avec ton équation :)

    • Je m’excuse, je croyais que Kontre Kulture (qui est à la fois le nom de la maison d’éditions + le site de vente en ligne) ne vendait que ce qu’ils éditaient (ou rééditaient, comme les vieux livres antisémites). Mais non, ils vendent aussi des livres d’autres maisons d’éditions.

      Donc non, elles ne sont pas éditées par Kontre Kulture. Mea culpa.

      Ça fait partie bien sûr des stratégies de confusion de Soral et compagnie. Désolé.

      Par contre c’est amusant, le livre « Complot mondial contre la santé », et édité par Alphée, qui fait partie du Rocher, or les éditions du Rocher ont été rachetées en 2005 par Pierre Fabres, le pharmacien. Haha.

    • Ah je continue dans la même veine quand même : Gilles Lartigot, avec qui Thierry fait des conférences aussi, écrit de lui même et explicitement qu’il aime et préconise la lecture des ouvrages du survivaliste fachosphère Piero San Giorgio , qui est… tin tin tin… le co-dirigeant et financeur de tous les sites de e-commerces de Soral !

      Pas juste de la pub par écrit, il a d’ailleurs dialogué avec lui, comme ici il y a quelques mois :

      heavymetalfood POINT com/2013/11/survivre.html

      Ils s’insèrent partout et sont très en pointe pour s’insérer dans les trucs plus ou moins écolos. On en a déjà parlé ici sur Seenthis, notamment autour des articles d’Article11 ou de CQFD ou autres qui enquêtaient là dessus (je ne retrouve plus les liens là tout de suite).

    • Perso ça me gène pas que quiconque vante les mérites de la permaculture dans la production de nourriture dans ses propres cercles. Par contre je suis contre le fait que des cercles viennent vanter les mérites de leurs cause dans les cercles de la permaculture.

      Après tout la permaculture c’est surtout de l’agriculture. Les gens qui ont deux doigts de bon sens sur le sujet feraient bien de promouvoir la permaculture à ce niveau là.

    • Je trouve que Thierry Casasnovas mène plutôt bien l’interview, il est même plus intéressant qu’Eric Escoffier au final je trouve. Peut être que jouer les faux naïfs est plus facile.

      Pas convaincu par Escoffier sur un certains nombres de points, notamment la difficulté du climat méditerranéen. Oui l’été y a pas de pluie et le soleil cogne très fort, mais il y a de la pluie en automne et le soleil cogne moins tout en étant largement présent. C’est pas un mystère si les arbres et buissons persistants sont très présents en méditerranée, c’est la réponse adaptative et évolutive à ces conditions, tout comme dans l’hémisphère Sud dont l’hiver est plus doux grâce à la masse d’océans. Vu la grande réputation d’Escoffier, j’espère qu’il aura compris ça et qu’il aura planté plein d’arbres persistants délicieux et qui malheureusement sont en général trop frileux pour ceux vivant dans des zones de rusticité inférieures à 8.

    • De ce que j’ai compris, il ne parle pas d’une saison précise (l’été ou autre), il dit que sur une année complète, la conjonction de l’humidité avec une chaleur suffisante dure moins longtemps que dans les autres régions. Il ne dit pas qu’il n’y a rien, il dit juste que ça dure moins longtemps, et donc que c’est plus difficile.

    • Il me semble qu’il va plus loin en disant que genre il n’y a que les déserts ou ça pousse encore moins. Je ne suis pas sûr qu’il y ait moins de période de ces deux conditions (humidité+chaleur) réunies, je pense qu’elles sont juste décalée, donc les arbres caduques perdent leur feuille alors qu’une saison propice commence, alors que les arbres persistants en profitent. Si les paysages sont maigrelets en méditerranée, ce n’est pas à cause du climat mais des civilisations passées qui ont tout décapé, laissant peu de sol sur les roches (ce qui empêche pas que ceux qui sont sur ces sols vont plus galérer).

    • Je me demande juste si son discours n’est pas juste parce que son terrain est dans ce climat là, avec toutes les contraintes que ça implique. Genre pour moi son climat c’est un paradis parce que chez moi la biomasse des limaces doit représenter plus de 50% du tout, mais je suis moins bien placé pour voir les avantages de mon climat et les limitations des autres.


  • Ukraine : quand EDF, ENI, Shell et Chevron signaient des accords majeurs sur pétrole et gaz de schiste de Crimée - Le Blog Finance
    http://www.leblogfinance.com/2014/04/ukraine-quand-edf-eni-shell-et-chevron-signaient-des-accords-majeur-s
    http://www.leblogfinance.com/files/2014/04/ukraine-deeper-licence-oil-gas-aera-300x208.png

    Ne soyons pas dupes … Encore une fois, les vives tensions entre la Russie et l’Ukraine pourraient être liées à de fortes odeurs de gaz et de pétrole, le gaz de schiste pouvant également y jouer une large place.

    Rappelons ainsi qu’en novembre 2013, le groupe énergétique italien ENI et l’entreprise française EDF ont signé un accord de partage de production d’hydrocarbures avec l’Ukraine, en vue d’obtenir l’accès à une zone offshore d’une superficie de 1 400 kilomètres carrés … en Crimée occidentale.

    Selon les termes du contrat, ENI, opérateur principal, détient 50 % des parts de cette coentreprise, EDF en détenant 5%, les 45% restants étant partagés entre les entreprises publiques ukrainiennes Vody Ukrainy et Chornomornaftogaz.
    Précisons que la signature de cet accord de 4 milliards de dollars est intervenue quelques jours après la conclusion d’un précédent accord de 10 milliards de dollars avec l’américain Chevron pour la production de gaz de schiste. Une alternative aux énergies plus traditionnelles sur laquelle Kiev semblait miser jusqu’à présent, un accord analogue et d’un même montant ayant été conclu préalablement avec Royal Dutch Shell.

    http://www.leblogfinance.com/files/2014/04/ukraine-oil-gas-petrole-300x231.png

    L’Ukraine pourrait au final trouver auprès des Etats-Unis un nouvel allié pour lui permettre de s’affranchir de sa dépendance en gaz russe. L’Union européenne n’ayant pas d’autre issue quant à elle – si l’on n’y prenait garde – de passer d’une dépendance russe … à une dépendance américaine, les majors américaines pouvant habilement agir en faveur d’un isolement de la Russie en vue au final de ravir sa place sur l’échiquier énergétique mondial. Et ce d’autant plus, que le pays de l’oncle Sam a su avancer ses pions aussi sûrement que discrètement sur le marché énergétique européen.

    Les Etats-Unis pourraient en effet bénéficier des relations on ne peut plus tendues entre Russie, Ukraine et UE … pour offrir ses services – financiers – voire même profiter de l’occasion pour progresser sur le marché européen du gaz via la sulfureuse société Goldman Sachs. Un arrêté en date du 19 janvier 2010 autorisant notamment la société à exercer l’activité de fourniture de gaz sur le territoire français pour approvisionner les fournisseurs de gaz naturel.

    La prise de participation de Goldman Sachs au sein du groupe énergétique espagnol Endesa pouvant également permettre à la « pieuvre » anglo-saxonne d’avancer ses pions. Un élément à surveiller de très, près, alors que la péninsule ibérique constitue une passerelle entre le gaz algérien et les consommateurs du Vieux Continent … détournant à sa manière le client final de la suprématie russe en la matière …. avais-je indiqué ici-même sur leblogfinance.com en octobre 2012.

    http://www.leblogfinance.com/files/2014/04/ukraine-shale-gas-donet1-300x227.png

    Fin janvier 2014, c’est une part de Dong, l’entreprise publique d’énergie du Danemark qui a été cédée à la banque d’investissement américaine.

    Sources : AOF, Ria Novosti, AFP

    Elisabeth Studer – 09 avril 2014 – www.leblogfinance.com

    #Ukraine
    #chevron
    #Crimée
    #donets
    #EDF
    #endesa
    #eni
    #gaz-de -chiste
    #goldman-sachs
    #petrole
    #Russie
    #Shell



  • L’Ukraine et le dollar font flamber le cours pétrole - Le Blog Finance
    http://www.leblogfinance.com/2014/04/lukraine-et-le-dollar-font-flamber-le-cours-petrole.html
    http://www.leblogfinance.com/files/2014/04/ukraine_Dniepr-Donetz_basin1-300x195.jpg

    L’Ukraine et le dollar auront permis au prix du baril de s’envoler à New-York durant la journée de mardi, le cours gagnant plus de deux dollars.
    Les investisseurs redoutent tout particulièrement que le regain de tensions qui voit actuellement le jour en Ukraine ne conduise certains gouvernements à établir de nouvelles sanctions contre la Russie, alors que cette dernière grignote chaque jour davantage des pans entiers du territoire ukrainien.
    Or, de nouvelles mesures prises à l’encontre de Moscou pourraient conduire à l’isolement du pays, lequel n’en demeure pas moins l’un des plus gros importants producteurs de pétrole au niveau mondial et le principal fournisseur de gaz à l’Europe.
    Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en mai aura ainsi grimpé de 2,12 dollars, s’échangeant à 102,56 dollars, niveau qui n’avait pas été atteint depuis le 7 mars dernier.

    La faiblesse du dollar aura quant à elle accéléré la tendance, alors que le franchissement du seuil technique de 100 dollars demeure particulièrement surveillé. Précisons que le manque du vigueur du billet vert par rapport à d’autres monnaies favorise l’achat de matières premières dont le prix est libellé en dollar auprès des investisseurs munis d’autres devises.
    Autre élément à prendre en compte : le marché anticipe une baisse de 1 million de barils, des réserves de brut stockées à Cushing, lesquelles servent de référence au WTI. Les investisseurs tablant parallèlement sur une baisse des stocks d’essence pour la septième semaine consécutive. Rappelons que le ministère américain de l’Energie (DoE) doit publier ses chiffres hebdomadaires sur les réserves de brut US mercredi dans la matinée.

    #baril
    #gaz
    #petrole
    #Russie
    #sanctions
    #Ukraine


  • Norway agency wants to halt oil industry’s march north | Reuters

    http://www.reuters.com/article/2014/03/28/norway-oil-arctic-idUSL5N0MP19220140328

    (Reuters) - Norway should not award oil and gas exploration blocks further north in the Arctic Barents Sea and should withdraw more than a dozen blocks from the current licencing round, the Norwegian Environment Agency said on Friday.

    The agency, which advises the government but cannot block its decisions, said more rigorous assessment of ice conditions was needed, including consideration of years when the polar ice cap might expand further.

    “It is necessary to have a thorough scientific process to set a limit to the ice edge, which also covers the more extreme years,” Ellen Hambro, the agency’s director said in a statement. “The northernmost blocks nominated in the southern Barents Sea ... are located in areas where there may be ice.”

    #arctique #énergie #norvège #gaz #pétrole


  • USA : alarmes sur le Canal de Suez ... en vue de favoriser la voie maritime de l’Arctique ? - Le Blog Finance
    http://www.leblogfinance.com/2014/03/usa-alarmes-sur-le-canal-de-suez-en-vue-de-favoriser-la-voie-maritime
    http://www.leblogfinance.com/files/2014/03/voie-maritime-suez-panama-malacca-arctique1-300x173.gif

    Le nombre de personnes accédant au blog via une recherche avec pour mot clé « canal de Suez » et pétrole m’a laissé entrevoir que quelque chose se tramait de ce côté du monde. Bonne pioche …

    Le Bureau de liaison maritime des États-Unis (Marlo) à Bahreïn a mis en garde contre les menaces proférées contre des membres d’équipage US par des employés du port du Canal de Suez. Selon le Marlo, plusieurs incidents entraînant une violation de la sécurité sur des navires américains auraient été observés.

    Un employé du port aurait ainsi mis le feu à des outils de nettoyage en guise de représailles pour ne pas avoir reçu des cigarettes de la part de l’équipage. Parallèlement, deux employés du port auraient accédé illégalement à un vaisseau US après avoir terminé une opération de mouillage en vue d’obtenir des cigarettes. Leurs demandes n’ayant pu être satisfaites, ils ont par la suite menacé l’équipage et le navire.

    Selon le Bulletin d’Information de la Sécurité Maritime (BISM ou MSIB), dans les deux cas, les auteurs se sont identifiés comme étant des employés de l’Administration portuaire du canal de Suez.

    Toujours selon le Bulletin, si les enquêteurs des Gardes-côtes ont certes noté que ce type de requête était tout à fait commune, le gouvernement égyptien n’a pas pris ces incidents au sérieux jusqu’à présent, suite au manque de réactivité pour remonter ces informations.

    Désormais, le BISM indique que des rapports publiés en temps opportun devraient faciliter la tenue d’une enquête conjointe approfondie entre les deux pays, en vue de prévenir de futurs incidents.

    A noter que ces événements surviennent alors que la ministre fédérale des Transports du Canada vient récemment de refroidir les ardeurs de certaines entreprises se réjouissant d’avance de pouvoir emprunter prochainement le mythique passage du Nord-Ouest, à la « faveur » du réchauffement climatique. Nouvelles routes du pétrole qui pourraient le cas échéant remettre en cause des voies maritimes telles que le Canal de Suez, le Canal de Panama et le Détroit de Malacca.

    En visite à Washington le 25 mars, Lisa Raitt a affirmé que selon toute vraisemblance, les discussions entourant la « voie maritime de l’Arctique » ne devraient pas se concrétiser à court terme.

    Devant les membres du Conseil des affaires USA/Canada, Mme Raitt a invoqué une série de motifs pour justifier sa prudence, et parmi elles, les inquiétudes des compagnies d’assurances. « Ce sont elles qui ont le dernier mot lorsque vient le temps de déterminer si un navire est autorisé ou non à emprunter cette voie maritime » a ainsi déclaré la ministre.

    Certains passages peu profonds et le manque de balises de navigation sont aussi problématiques, a par ailleurs ajouté la ministre, soulignant que l’avantage d’un trajet plus court serait forcément annulé si le navire devait rester bloqué en cours de route.

    http://www.leblogfinance.com/files/2014/03/r11-67419-senat-voie-maritime-conflit-300x283.gif

    Lisa Raitt a également tenu à rappeler que les risques d’une marée noire devaient être considérés. A cette occasion, elle a fait part de sa hâte à consulter un rapport de recommandations sur le transport maritime au nord du 60e parallèle, lequel doit être déposé l’automne prochain.

    Les gouvernements canadiens, et plus particulièrement le gouvernement Harper, se sont souvent servis de l’occupation du territoire de l’Arctique pour mettre en avant leur patriotisme. Le dossier a même parfois donné lieu à des tensions quant aux prétentions d’autres pays frontaliers – dont les États-Unis – quant à la souveraineté sur ce nouveau tracé.
    Mme Raitt a également laissé entendre que le statut de la Russie au Conseil de l’Arctique serait peut-être révisé, affirmant que son ministère avait coupé les ponts depuis le début de la crise en Ukraine. Elle a toutefois refusé de s’exprimer davantage sur le sujet, soulignant que le dossier était géré par sa collègue à l’Environnement, la ministre Leona Aglukkaq.

    « Je suis passionnée par ce dossier. Mais je ne crois pas que ce soit une panacée, et je ne pense pas que le canal de Panama ou le canal de Suez soient menacés par la compétition du passage du Nord-Ouest actuellement », a au final indiqué Mme Raitt, qui fut notamment directrice du Port de Toronto.
    Affaire à suivre, indéniablement alors que l’Egypte est de nouveau secouée par d’importantes tensions politiques … voire géopolitiques, à la « faveur » des enjeux pétroliers liés à ses richesses en hydrocarbures, ses relations avec Israël (liées notamment elles-aussi aux ressources en gaz de la zone), et l’importance économique et financière des voies maritimes qu’elle contrôle.

    Sources : Seatrade Communications, lesaffaires.com

    Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com – 30 mars 2014

    A lire également :

    . Octroi du port de Gwadar à la Chine : accord stratégique pour pétrole et gaz

    . Pétrole : menace terroriste dans le détroit de Malacca

    . Ukraine : rivalité Russie / Etats-Unis pour aides financières … et marché du gaz européen ?

    #arctique
    #canada
    #canal-de-suez
    #Malacca
    #pétrole
    #réchauffement-climatique
    #Russie
    #voie-maritime
    #Usa
    #Suez

    • Rien a voir avec le seenthis, très intéressant du reste, mais juste une remarque méthodologique qui m’ennuie un peu : deux cartes, aucune n’est sourcée... On ne sait pas d’où elles viennent, qui les a produites, à quelle date surtout, et d’où elles ont été prélevée. C’est ennuyeux que les docs ne soient pas traçables (comme les vaches, théoriquement)

    • Merci @odilon :) et c’est intéressant. Voilà un rapport commis en 2012 par une instance aussi « sérieuse » que le sénat. Ils y publient des cartes, dont une seule porte une marque : Nathalie Fau dont une recherche google rapide nous apprend qu’elle est maître de conférences à l’Université Paris 7 et chercheur au laboratoire SEDET. La carte qu’elle a apparemment conçu sinon réalisée date de 2004.

      Mais ce n’est pas une source. Or Aucun des documents n’a dfe sources. Les rapporteurs du Sénat ne citent aucune sources, aucun crédit, rien, rien de rien. On ne sait rien de ces documents que ce qu’ils montrent : des continents, des points, des carrés, des cercles des lignes dont on ne sait strictement rien de la manière dont ils on été choisis, et sur la base de quelles sources ils ont été dessinés.

      On a presque l’impression que les auteurs ont chercher sur Internet des images pour faire joli plus ou moins en rapport avec leur sujet, pour pas que le truc soit trop sec. Comme cette journaliste de RFI qui un jour m’appelle pour me demander une interview sur un sujet que j ne connaissais pas et à qui j’avais dit non, et qui me suppliait : « s’il vous plait, je vous en pris, je dois être prête dans 45 minutes, je n’ai personne, faite moi un son 20, 30 secondes, je vous en prie ».

      Dans le rapport du Sénat, d’autres éléments sont fort bien sourcés. C’est peut-être ici une certaine approche de la carte qui transparait : illustration mais pas informations, donc pas besoin de références ni d’auteur. Les cartes ne sont pas des idées, mais des jolis paysages :)

      A suivre :)

    • Et donc grâce à @odilon que je remercie, on se demande d’où le blog finance a repris les les cartes qu’elle publie : du rapport du sénat d’autre part ? comme le sénat a repompé les cartes d’ailleurs (on ne sait où), le blog finance pense que le sénat c’est du sérieux et donc repompe les cartes du rapport sans même le citer. Il faut juste imaginer que cette opération en chaîne se répète à l’infini pour comprendre l’étendue des dégâts et la validité des documents produits dans de nombreux médias, sites, blogs etc...

    • L’article initial semble être celui-ci. Nathalie Fau, 29/11/2004

      Le détroit de Malacca : porte océane, axe maritime, enjeux stratégiques — Géoconfluences
      http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/transv/Mobil/MobilScient4.htm

      Le détroit de Malacca : porte océane, axe maritime, enjeux stratégiques

      La carte y figure avec un titre :
      Situation du détroit de Malacca dans le système de transport mondial (qu’il a conservé au Sénat)
      http://geoconfluences.ens-lyon.fr/geoconfluences/doc/transv/Mobil/images/Fau1.jpg

    • Attends !

      La deuxième carte est une version très légèrement modifiée d’une carte d’un certain Philippe Recacewicz
      http://www.monde-diplomatique.fr/IMG/jpg/ocean_indien.jpg
      qui figure en annexe d’un article du Diplo du 1er novembre 2008
      http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/oceanindien
      comme étant la version d’octobre 1995 de la carte qui illustre l’article.

      Les modifications portent sur la typographie et la disposition des noms (et quelques corrections d’orthographe (Golfe (Persique) au lieu de Golf)

      (version du Sénat, pour comparaison)
      http://www.senat.fr/rap/r11-674/r11-67419.gif

    • Et pour finir (?) la carte (version Sénat) figure sur un site RPDéfense qui en donne une origine sur euro-synergies
      http://rpdefense.over-blog.com/2013/11/“brève-marine”-présence-française-en-océan-indien.html

      Lequel site, Forum des résistants européens, http://euro-synergies.hautetfort.com est, semble-t-il d’extrême droite. Son dernier billet dit le plus grand bien de la nouvelle revue dirigée par Pascal Gauchon, ancien rédacteur en chef de Défense de l’Occident

      La carte est l’illustration d’ouverture de la reprise le 28/11/2008 d’un article de mai 1986 de Robert Steuckers
      http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2008/11/28/geopolitique-de-l-ocean-indien-pour-une-doctrine-de-monro
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Steuckers

    • #simplicissimus_mon_héros

      Mille mercis pour ce travail d’orfèvre qui montre ce que je voulais dire : en ce monde bourré de rapports et d’informations, on est peu de chose. Quelques vérifications ici et là montre que deux auteurs peuvent publier sans que personne ne s’en émeuve, un rapport illustrés de documents qui ont 20 ans ou 30 ans d’âge. Ceci sans mentionner ni la date, ni les auteurs, ni les sources, ni le lieu de prélèvement, ces auteurs ayant sans doute pensé que la présence de @simplicissimus sur seenthis allait amplement suffire à lever toute ambiguïté :)

      La recherche et les trouvailles de @simplicissimus montrent qu’il est possible aujourd’hui dans la plupart des cas, via quelques outils efficaces, de retrouver les traces des documents non sourcés. C’est parfois plus difficile et plus long, mais on finit toujours par tomber sur des indices. Et avec du temps et de l’intérêt, on finira toujours par retrouver les publications originales, les sources, etc...

      Cela me mène à penser qu’il faut désormais changer fondamentalement d’attitude pour ce qui concerne deux aspects de notre métier : d’abord repenser très profondément l’intention cartographique, et donc la vision du monde qu’on veut transmettre, et justifier la démarche cartographique en publiant en même temps sources et origines (primaires ou secondaires) des informations qu’on utilise, y compris quand ces informations sont simplement « des perceptions et des lectures qu’on peut faire d’une situation à travers notre savoir, notre niveau de connaissance ». Ensuite, redoubler d’efforts et renforcer notre regard critique face aux rapports, articles et analyses qui nous arrivent tous les jours via les médias souvent via les réseaux sociaux.

      Vous me direz qu’il en arrivent tellement que ça sera très fatiguant... Et vous aurez raisons. C’est impossible. Il faudra alors compter sur les autres, sur le collectif, sur la confiance. Mais la confiance est une dimension qui est assez longue à construire.

    • Merci à toi @uston de signaler si souvent des analyses intéressantes ! il s’agit moins ici du papier lui même, assez bien mené, que du choix « non-pensé » des documents qui accompagne le papier. Mais je me dis qu’en voyant la façon dont on traite, le document, l’image, la carte, on peut légitimement douter de la façon dont l’auteur du papier s’est documenté pour écrire son papier.

      Les sources, les sources, rien que les sources :) [enfin, aussi la méthode, un peu...]


  • Lebanon’s energy window is slowly closing | Opinion , Commentary | THE DAILY STAR
    http://www.dailystar.com.lb/Opinion/Commentary/2014/Mar-28/251488-lebanons-energy-window-is-slowly-closing.ashx#axzz2xLWHiKtI

    Attracting lucrative bids is tied to competitive pricing and export. Upon closer examination, it becomes apparent that Lebanon cannot profitably export natural gas if it acts alone in doing so. Only regional cooperation for a joint pipeline or a liquefied natural gas plant can help the country export at a profit. In the absence of such cooperation, gas exports would be either impossible or too costly for Lebanon.

    et si le Liban exportait du gaz en Syrie ?
    #pétrole
    #gaz
    #Liban
    #Chyptre
    #Israël


  • L’An 02 — Politique des hydrocarbures
    Killing for Coal et Carbon Democracy
    http://www.lan02.org/2014/03/politique-des-hydrocarbures

    À la fin du XIXe siècle, la progression des lignes de chemin de fer vers l’Ouest américain impose de trouver de nouveaux combustibles pour faire circuler les trains. Le Colorado devient ainsi un site d’extraction, à l’initiative des entrepreneurs du rail. Dès lors, une communauté de travailleurs/euses s’installe dans le sud du Colorado : le rail favorise leur migration dans un sens (1), tout en permettant d’évacuer le charbon dans l’autre. Ainsi le Colorado s’intègre-t-il dans le marché économique américain.

    Bien que les entrepreneurs présentent ces réalisations comme le berceau d’une société pacifiée, cette micro-société fondée sur le charbon est la scène de l’un des conflits sociaux les plus durs du XXe siècle américain. Dans le village de Ludlow, un mouvement social de plusieurs mois s’achève par le massacre des grévistes par la garde nationale américaine, le 20 avril 1914. L’analyse de Th. Andrews invite à comprendre ces conflits sociaux comme le produit de l’appétit de la société américaine pour les énergies fossiles.

    #carbone #pétrole


  • L’agriculture dans les villes de l’après-pétrole - citésterritoiresgouvernance
    http://www.citego.info/?L-agriculture-dans-les-villes-de-l

    L’agriculture dans les villes de l’après-pétrole
    2013

    Par Christine AUBRY

    L’arrivée du pic pétrolier reste entourée de controverses mais il est certain que l’après-pétrole concernera des populations essentiellement urbaines. Un récent article (Pinson, 2012) présente les différents scénarios, pour nos métropoles françaises, élaborés par la prospective « Territoires 2040 » de la DATAR (Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale) [1] : la mercapole amplifierait la mondialisation néolibérale des principales villes en y concentrant des activités tertiaires et en y laissant croître les inégalités sociales. Par une réaction de la régulation politique, l’archipole reconstituerait en ville des systèmes productifs diversifiés, en particulier industriels et agricoles, afin de valoriser la production de proximité qui limite les coûts des transports. L’antipole, enfin, antithèse choisie ou forcée du processus de mondialisation, tenterait d’inventer, sur d’autres espaces que ceux des villes historiques muséifiées, une autonomie productive fondée sur la sobriété des consommations, notamment énergétique, dans les agglomérations.

    Deux de ces trois scénarios confèrent un rôle important, voire majeur, à « l’#agriculture_urbaine » [2] dans et à proximité de la ville pour son approvisionnement ainsi que d’autres fonctions comme l’emploi, le recyclage de déchets etc. De fait, on a pu démontrer que l’agriculture, victime première de l’extension urbaine, a d’ores et déjà entamé, à l’échelle mondiale, la reconquête du milieu périphérique et intra-urbain (Aubry et Pourias, 2013).


  • Sanctions antirusses : quelles retombées pour les pays de l’UE ? | Opinions | RIA Novosti
    http://fr.ria.ru/analysis/20140319/200762370.html
    http://fr.ria.ru/images/20065/46/200654615.jpg

    (...) L’Allemagne, la France, l’Italie et l’Espagne ont importé en 2012 233,6 milliards de mètres cubes de gaz (dont 195 milliards de mètres cubes par le gazoduc et 38,8 milliards de mètres cubes de GNL). Sur ces 195 milliards de mètres cubes, la part de Gazprom s’élève à 30% - soit 57,3 milliards de mètres cubes.

    Les pays de la zone euro consomment 9,5 millions de barils de pétrole et de produits pétroliers par jour, et leur déficit intérieur en hydrocarbures avoisine 98% : c’est-à-dire que presque tous les pays en importent de l’étranger. En 2012-2013 on estime que les importations ont représenté 370 à 380 milliards de dollars par an. Les pays de l’UE, la Norvège et la Suisse consomment près de 13 millions de barils par jour. Les dépenses totales pour la consommation de pétrole et de produits pétroliers s’élèvent à 510-520 milliards par an. Le déficit intérieur des hydrocarbures en UE atteint 75% en tenant compte de la Norvège, et jusqu’à 90-92% sans la Norvège. Les importations compte tenu de la Norvège atteignent 380 à 400 milliards de dollars.....

    #géopolitique
    #marché-énergétique
    #gaz
    #pétrole
    #Allemagne
    #Union-Européenne
    #sanctions
    #Angela-Merkel
    #intégration-économique-eurasiatique


  • Libye : les Etats-Unis feraient-ils la loi … sur le pays et le pétrole ? - Le Blog Finance
    http://www.leblogfinance.com/2014/03/libye-les-etats-unis-feraient-ils-la-loi-sur-le-pays-et-le-petrole.ht
    http://www.leblogfinance.com/files/2014/03/pirate1-libie-300x168.jpg

    Cela pourrait s’appeler de l’ingérence mais pour les Etats-Unis , cela se justifie par le maintien de l’ordre voire par la lutte contre le terrorisme.

    Le pentagone a annoncé lundi que les forces spéciales de la marine américaine avaient repris le contrôle du pétrolier Morning Glory, un navire appartenant à l’Etat libyen, capturé il y a trois mois, transportant du brut acheté illégalement aux rebelles autonomistes libyens. Lesquels occupent les terminaux pétroliers de l’est.

    Une manière de démontrer s’il en était besoin que la situation qui règne en Libye depuis des nombreux mois est on ne peut plus fortement liée au pétrole … et à la manne pétrolière.

    L’opération a été menée à la demande à la fois des gouvernements libyen et chypriote et tout particulièrement approuvée par le président US Barack Obama. Menée par deux destroyers, l’USS Roosevelt et l’USS Stout, basés en Méditerranée, elle a eu lieu peu après 02h00 GMT lundi, « dans les eaux internationales au sud-est de Chypre », précise un communiqué. Piloté par un équipage de la marine américaine, il devrait « bientôt être acheminé vers un port de Libye ».

    Officiellement, ces manœuvres spectaculaires des forces américaines avaient pour but d’empêcher la vente du pétrole par les rebelles autonomistes libyens sur le marché international, et de freiner le « détournement » de la production pétrolière libyenne.

    Le pétrolier d’une capacité de 37.000 tonnes avait appareillé du port d’Es Sider, tenu par des rebelles autonomistes libyens, ces derniers bravant l’interdiction des autorités. Une affaire qui avait conduit le Congrès général national (CGN) à destituer le Premier ministre, Ali Zeidan.

    Notons par ailleurs que si le bâtiment bat pavillon nord-coréen, mais le régime de Pyongyang a démenti toute responsabilité.

    « Le Morning Glory transporte une cargaison de pétrole qui appartient à la Compagnie nationale libyenne des pétroles. La prise de possession du bateau et sa cargaison a été illégalement obtenue au port libyen d’Es Sider », a indiqué le Pentagone. Sans toutefois expliquer, en quoi cela regardait les Etats-Unis et encore moins dans quelle mesure cela justifiait une intervention armée US ….

    Quoiqu’il en soit, le gouvernement libyen a remercié les Etats-Unis et Chypre pour avoir aidé à la prise de contrôle du pétrolier, ajoutant que l’équipage serait traité conformément à la législation libyenne et au droit international. C’est le minimum que l’on est en droit d’espérer ….

    – Le pétrole : enjeu majeur du dossier libyen

    Ces événements surviennent alors que le gouvernement autoproclamé – en juin 2013 – de la Cyrénaïque (situé à l’Est du pays), bras politique de la rébellion, vient d’organiser au début du mois de mars une cérémonie en vue de marquer le début des exportations de brut depuis le port d’al-Sedra.

    A cette occasion, Abd-Rabbo al-Barassi, président du bureau exécutif de la Cyrénaïque, avait indiqué ne pas vouloir défier le gouvernement ni le Congrès, mais être contraint d’ »arracher ses droits ». Tout en affirmant ne pas œuvrer pour une partition du pays, assurant que les revenus du pétrole seraient répartis sur les trois régions. Rappelons que les partisans du fédéralisme affirment agir sur la base de la Constitution de 1951 qui divisait le pays en trois régions : la Cyrénaïque, la Tripolitaine et le Fezzane, avant la suppression du système fédéral en 1963.

    Précisons que la production de pétrole de la Libye demeure toujours à l’heure actuelle sous la barre des 400.000 barils par jour, l’extraction et l’acheminement du pétrole étant grandement impactés par les tensions qui y règnent depuis des nombreux mois. Le pays est en effet plongée dans une grave crise économique depuis le blocage mi-2013 de ses principaux sites pétroliers. Lequel a provoqué pendant plusieurs mois une chute de la production du pays à 250.000 barils par jour, contre 1,5 million b/j auparavant. La levée du blocus conduit par des protestataires sur le champ al-Charara dans le Sud du pays a certes permis à la production de grimper à 570.000 b/j début janvier, mais la fermeture du champ d’al-Wafa dans le Sud-Ouest le mois dernier par des manifestants a entraîné un nouveau recul.

    En novembre 2013, le mouvement rebelle de l’Est du pays avait déclaré avoir formé une compagnie pétrolière afin de gérer la production et la vente du pétrole et du gaz. Abd-Rabbo al-Barassi avait alors affirmé que la compagnie sera temporairement basée à Tobrouk, sur la côte méditerranéenne, avant qu’elle ne s’installe à Benghazi.
    Le Premier ministre libyen avait alors indiqué qu’il prévoyait un déficit budgétaire de la Libye dès le mois de décembre, en raison de la perturbation de près de 60% de ses exportations pétrolières, la plupart étant situées à l’est du pays.
    La corruption et la mauvaise gestion des revenus pétroliers nationaux avaient été les arguments officiellement mis en avant par les dirigeants du mouvement rebelle pour décréter l’autonomie de la région orientale de Cyrénaïque.

    – Les exportations de pétrole sous l’emprise des rebelles autonomistes -

    En août dernier, les rebelles autonomistes se sont emparés de trois terminaux d’exportation, lesquels représentaient alors des volumes d’exportations de 700.000 barils par jour.

    Samedi dernier, Abb-Rabbo al Barassi, désormais Premier ministre auto-proclamé du mouvement rebelle, a déclaré qu’il était prêt à négocier la fin du blocus des ports, sous réserve que le gouvernement renonce préalablement à son projet d’offensive militaire. Des propos qui font suite à l’ultimatum du président du CGN, lequel a donné aux rebelles deux semaines pour se retirer des ports dont ils se sont emparés sous peine de devoir faire face à l’armée libyenne.

    Mais de l’avis même des analystes, l’armée libyenne qui n’est pas encore totalement reconstituée depuis le renversement de Mouammar Kadhafi, pourrait être mise à mal par les rebelles lourdement armés, dont les forces sont constituées en grande partie des soldats qui ont fait défection de la Force de protection des infrastructures pétrolières libyennes (PPF)......

    #géopolitique
    #énergie
    #pétrole
    #Libye
    #États-Unis
    #pentagone


  • Le marché transatlantique contre le climat et la transition énergétique ?

    Ce vendredi 14 mars s’achève à Bruxelles le quatrième cycle de la négociation sur le commerce et les investissements entre l’Union européenne et les Etats-Unis, entamée à l’été 2013. Non-transparentes, ces négociations hypothèquent notre avenir en aggravant notre dépendance aux énergies fossiles.

    http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-combes/140314/le-marche-transatlantique-contre-le-climat-et-la-transition-energeti

    #TTIP #TAFTA #PTCI #marché_transatlantique #Union_européenne #Etats-Unis #investisseurs #fracturation_hydraulique #transition_énergétique #climat #dérèglements_climatiques #KeystoneXL #sables bitumineux #gaz_de_schiste #fracturation_hydraulique #pétrole_de_schiste #de_Gucht #Barack_Obama #François_Hollande
    @rezo


  • Villes de sel — Abdul Rahman Mounif (par @warda)
    http://orientxxi.info/lu-vu-entendu/le-roman-de-l-arabie,0439

    Le roman de l’Arabie
    Une œuvre majeure de la littérature arabe

    Dans Villes de sel, Abdul Rahman Mounif raconte la transformation de la péninsule arabique après la découverte du #pétrole.

    http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/couv_jpg/9782330024482.jpg

    #livre recommandé par @alaingresh #arabie_saoudite #histoire #roman #bédouins

    Seul défaut : seul le premier tome est traduit ; du coup c’est frustrant…


  • Occident : la culture du supermarché… | Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie
    http://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2014/03/11/occident-la-culture-du-supermarche
    http://olivierdemeulenaere.files.wordpress.com/2010/08/cropped-or-petrole-economie4.jpg

    « La culture dite “de supermarché” fait des ravages en occident. Des crétins croient que c’est automatique, et qu’il “niaqua”.

    Visiblement, en occident, personne ne comprend rien à rien. Le problème du gaz russe est vite évacué. Pas grave. On a des réserves, et on trouvera d’autres fournisseurs, par GNL, ou autre.

    Complétement idiot. D’abord, parce qu’au niveau mondial, les disponibilités ne sont pas élevées, et le gaz, ce n’est pas le pétrole. Le pétrole s’exporte facilement, à faible coût, pour 2/3 de son volume, le gaz, lui, difficilement pour 20 % seulement de son volume, avec des dépenses de structures dantesques. Le gaz ne coûte rien à extraire, ou presque, et tout à véhiculer. Le pétrole peut être très coûteux à extraire, mais une fois extrait, le reste, c’est pratiquement rien.

    Donc, en cas d’embargo, souvent consécutif aux retards de paiements ukrainiens, Gazprom relève les manettes et se voit condamné par l’occident. En réalité, quel culot de vouloir être payé, et pas à prix amical, mais normal.

    Toujours est il qu’en la matière, il n’y a pas, en Europe, d’alternative au gaz russe. Quelques cargaisons de GNL, le gaz de schiste ? De la fumisterie. Il faudrait 10 ou 20 ans d’investissements pour que cela ait des effets, et le seul mode réel d’exportation du gaz, ça s’appelle le gazoduc. Le reste, c’est du pipi de chat.

    Quant à la fable des USA approvisionnant l’Europe, là aussi, on pourra y croire quand les USA cesseront de consommer plus qu’ils ne produisent, et qu’ils auront construit un gazoduc à travers l’Atlantique. Facile, non ?

    En attendant, en cas de montée de fièvre, une économie occidentale privée de gaz russe durerait le temps de ses stocks, mais encore faudrait il savoir à quel niveau ils sont (48.8 % nous dit le site, mais ça représente quoi ?). Vous savez, le stock, dans le monde du supermarché, c’est 3 jours, et le stock, ça coûte cher, nous dit on.

    Alors, on les vide, et les pertes de GDF sont éloquentes là-dessus. Dépréciation des infrastructures.

    En attendant, une fois consommé les stocks, les européens verraient leur chauffage et leurs cuisinières à l’arrêt, leurs centrales électriques aussi, la plupart de leurs industries, idem, etc, etc, etc…

    Le plus marrant, d’ailleurs, c’est qu’on aurait même plus d’essence, les raffineries fonctionnant au gaz.

    Même à l’époque de la Grande misère elstinienne, d’ailleurs, c’était vrai. Mais à l’époque, il y avait un peu plus de mou sur les disponibilités énergétiques.

    On verrait donc réapparaître le quotidien des “heures les plus sombres de notre histoire”, sans doute appelées ainsi parce qu’il n’y avait que très peu d’électricité, même pour les quelques loupiotes qui étaient le gros des installations.

    Quand on veut tourner le fournisseur russe, il faut… s’adresser au fournisseur russe, et stocker tout ce que l’on peut, ou peut.

    Donc, sans un coup de feu tiré, en cas de confrontation, l’Europe occidentale n’aurait que deux alternatives.

    La première, c’est de se précipiter à Moscou capituler, dissoudre l’Otan, l’UE, etc…

    La seconde, c’est de demander au parrain US de déclencher la guerre nucléaire ».

    #énergie
    #géopolitique
    #Occident
    #gaz
    #pétrole
    #Russie
    #Moscou
    #Gazprom
    #Ukraine
    #embargo
    #USA
    #gaz-de-schiste
    #Europe
    #UE
    #OTAN

    • J’avais lu je ne sais plus où que les USA devenaient exportateur et non plus importateurs de gaz, et que du coup l’Europe pouvait s’approvisionner au Qatar (je crois) qui avait fait de gros investissements pour liquéfier le gaz et le transporter en cargo.


  • Jordan signs deal with Egypt, Iraq over regional energy venture | The Jordan Times
    http://jordantimes.com/jordan-signs-deal-with-egypt-iraq-over-regional-energy-venture

    Jordan, Iraq and Egypt started on Thursday studying projects to transfer natural gas from Iraq to the Kingdom and Egypt, according to energy ministers of the three countries.

    With regard to this, the three countries have started looking into extending an oil pipeline from Iraq’s Basra to Egypt via Jordan’s Aqaba to export Iraqi oil to Africa, they said during a ceremony to sign a memorandum of understanding.

    “We are looking into linking the natural gas fields in Iraq that are being developed to the Arab Gas Pipeline in Jordan. Then, we can provide the commodity to Jordan, Egypt and many other countries that are connected through the existing pipeline,” Iraq’s Oil Minister Abdul Kareem Luaibi told The Jordan Times on Thursday on the sidelines of the ceremony.

    The Arab Gas Pipeline stretches from Egypt to Lebanon through Jordan and Syria.

    Under the memo, the three countries will examine extending the $18 billion Iraqi oil pipeline, which will transfer one million barrels of crude oil per day from Basra to Aqaba, to reach Egypt, Egypt’s oil minister, Sherif Ismail, said during a press conference after he signed the memo with his peers.

    Rappelons qu’aujourd’hui le pipeline en question traverse #Israël
    #gaz_naturel
    #pétrole


  • L’accord UE-Etats-Unis, le plan B des multinationales pour exploiter les hydrocarbures de schiste ?

    Un accord commercial majeur, en cours de négociation, entre l’Union européenne (UE) et les États-Unis (US) menace les pouvoirs dont disposent les gouvernements pour protéger les populations et l’environnement des nouvelles technologies à risque telles que la fracturation hydraulique (fracking en anglais).

    http://france.attac.org/nos-publications/notes-et-rapports-37/article/non-a-la-fracturation-hydraulique

    #gazdeschiste #pétroledeschiste #TTIP #Tafta #PTCI #schiste #Etats-Unis #UnionEuropéenne #fracking #ISDS #poursuites
    @rezo


  • Ukraine, Syrie, Venezuela : Cherchez le gaz | Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie
    http://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2014/03/05/ukraine-syrie-venezuela-cherchez-le-gaz
    http://olivierdemeulenaere.files.wordpress.com/2014/03/gaz-offshore-syrie-israel.jpg?w=576&h=333

    "Et c’est écrit en toutes lettres dans l’un des articles du JSS News :

    Quel regard portera le monde sur le minuscule Etat israélien lorsque celui-ci fera son entrée dans « la cour des grands », en tant qu’Etat producteur/exportateur de gaz et de pétrole ?

    Les récentes découvertes relatives aux gigantesques gisements de gaz (ainsi qu’aux nappes de pétrole se situant en dessous du gaz), au large des côtes israéliennes, risquent d’apporter bien plus à l’Etat d’Israël que la dite indépendance énergétique tant convoitée.

    En effet, au-delà de cette indépendance non négligeable, tant espérée de surcroit, se trouve un autre filon à exploiter, et non des moindres, un filon politique et stratégique, véritable levier contre l’anti-israélisme.

    (…)

    Dans le même ordre d’idées, on a vu de quoi était capable la Russie de Poutine lorsque, suite à un différend entre les deux partenaires en 2005, Gazprom posa un ultimatum à l’Ukraine en menaçant de lui couper le gaz, ne laissant passer que celui à destination de l’Europe. Il y a eu un nouveau différend en 2009 entre Gazprom et l’Ukraine concernant un défaut de paiement d’une partie des livraisons de 2008, à la suite de quoi Gazprom a réduit, puis stoppé net, les livraisons du gaz naturel envers ce pays. Le résultat fut que les pays membres de l’Union européenne reçurent moins de gaz naturel en provenance de Gazprom, celui-ci transitant en grande partie par l’Ukraine. Or le réseau traversant l’Ukraine est particulièrement stratégique pour l’UE, dans la mesure où le géant russe est son principal partenaire. L’UE est donc éminemment tributaire de l’approvisionnement gazier d’un partenaire fort capricieux, dont il est bon de savoir ménager les susceptibilités.

    On voit, de ce fait, à quel point les pays occidentaux sont devenus les otages politiques de ces régimes. Ils sont dépendants d’alliances stratégiques avec des Etats aux méthodes souvent peu reluisantes, mais qui possèdent toutes les cartes en main pour exercer sur eux des pressions à nulles autres pareilles.

    Il est donc plus que probable qu’enfin, après des décennies de chantage ininterrompu de la part des Etats arabo-musulmans et de leurs alliés russes ou vénézuéliens, les choses prennent une tournure toute autre. Tout au moins si les réserves israéliennes d’hydrocarbures se révèlent à la hauteur de leurs espérances. (1)

    Depuis, il s’avère que ces gisements sont encore plus prometteurs que prévus : Tamar et Leviathan .. (2) gisements qui pourraient faire d’Israël le 2ème plus gros exportateur de gaz et de pétrole au monde .

    Mais pour pouvoir approvisionner l’Europe, il faut les tuyaux ukrainiens .. et il faudra relier ces tuyaux , aux nouveaux gisements . La Turquie s’en charge avec la construction d’un nouveau gazoduc (3)

    L’Europe va juste changer de dépendance. Si ce n’est que dans un cas comme la France elle n’était pas totalement dépendante de la Russie pour ses approvisionnements en gaz , puisque l Algérie reste un très gros fournisseur ; la France a donc tout à perdre dans ce jeu de dupes.

    Et en plus miracle, à la sortie, c’est Goldman Sachs (actionnaire de la Fed ) qui assurera la distribution puisqu’ils se placent partout en Europe sur les concessions de services publics gaziers privatisés !!!

    France, Espagne , Pays bas…

    Il faut également rappeler , ce que les médias actuels occultent soigneusement, qu’en 2010, l’Ukraine a bien été sauvée financièrement par la Russie avec quelques petites conditions :

    Russie/Ukraine : concession sur le gaz en échange du maintien militaire en Crimée (4)

    jusqu’en 2042 ou 2047 (5) concession assortie d’une rente et d’une baisse du prix du gaz :

    Ce délai de 2017 avait été fixé en 1997 – soit une durée de vingt ans – moyennant le versement par l’armée russe, à la ville de Sébastopol, d’une rente annuelle de 100 millions de dollars (74 millions d’euros). Désormais, les navires ruses sont assurés de pouvoir rester jusqu’en… 2042, voire 2047.

    7 milliards d’économies

    En contrepartie, Kiev bénéficiera d’une ristourne sur le prix du gaz russe, qui pourra atteindre 100 dollars pour 1 000 mètres cubes. Parallèlement, le volume des achats ukrainiens augmentera de 10 milliards de mètres cubes par an. Au final, l’Ukraine devrait réaliser une économie d’environ 7 milliards de dollars en 2010 et 2011 (5,2 milliards d’euros).

    Il suffit dès lors de regarder la carte pour comprendre pourquoi les Chinois s’en mêlent aussi avec les accès à la mer noire (6)..

    Mais parler d’une agression russe en Crimée parait un peu exagéré, si l’on regarde la réalité des faits … On pourrait plutôt parler d’une agression et d’un coup d’Etat financé pour déstabiliser l’Ukraine et les intérêts russes qui y sont présents. Et surtout pourrait-on juste arrêter de nous prendre pour des imbéciles .

    La géopolitique de l’énergie n’est certainement pas la seule raison à ce qui se passe en Ukraine, mais elle est sûrement un facteur essentiel des orientations voulues par les "gentils Américains" pour se défendre contre les "méchants Russes" …

    Une Europe indépendante, non asservie et non inféodée serait certainement la meilleure solution pour tout le monde … Visiblement ce n’est pas le cas.

    Cela dit nous laisserons la conclusion à Monsieur Bzrezinski et en particulier ce qu’il écrivait sur l’Ukraine, pour savoir que tout ceci était parfaitement programmé. On ne peut en effet être plus clair… et ceci éclaire très particulièrement les aides à des mouvements néo nazis pour cette déstabilisation ukrainienne. Comme pour l’Irak et ses 500 000 enfants morts qui étaient pour Madame Albright : "le prix à payer"… il semble que pour l’Ukraine, le prix à payer ne soit certainement pas une "avancée démocratique".

    "Sans l’Ukraine la Russie cesse d’être un empire en Eurasie… L’Ukraine constitue l’enjeu essentiel… Si l’Occident devait choisir entre une Ukraine démocratique et une Ukraine indépendante ce sont les intérêts stratégiques et non des considérations démocratiques qui devraient déterminer notre position" (7).

    #géopolitique
    #Ukraine, #Syrie, #Venezuela : Cherchez le #gaz
    #pétrole


  • Bassil : Le ministère des AE a aussi son mot à dire dans le dossier du pétrole - L’Orient-Le Jour
    http://www.lorientlejour.com/article/855779/bassil-le-ministere-des-ae-a-aussi-son-mot-a-dire-dans-le-dossier-du-

    Il est de notre devoir d’assumer nos responsabilités, d’assurer 24 heures sur 24 d’électricité fin 2015, de sauvegarder les eaux souterraines et de donner plus d’importance à la construction de barrages pour les jours difficiles de sécheresse, et d’entamer la production pétrolière avant l’année 2020 », a-t-il conclu, s’adressant à l’administration du ministère de l’Énergie.

    #électricité
    #pétrole
    #Liban
    #Bassil


  • Norwegian universities consider the ethics of oil and gas research | Ragnhild Freng Dale
    http://www.theguardian.com/business/political-science/2014/feb/10/norwegian-universities-consider-the-ethics-of-oil-and-gas-research

    The debate flared up after Norwegian oil giant Statoil renewed its contract with the University of Bergen (UiB) last year. The contract is intended to finance independent research at the baseline level, teaching and PhD scholarships, and commits Statoil to give 55m Norwegian Kroner (roughly £5.5m) to the University of Bergen over a five-year period.

    Though the contact is question is not explicitly linked to fossil fuels, there is an expectation it will be used for research that is “strategically important” both for Statoil and for UiB. Previous years’ reports clearly show that nearly all the money has been invested in petroleum-related research; the 2012 report (pdf) also lists carbon capture and storage as a “renewable energy”, making it difficult to determine whether any significant amount of money went to research that is not in some way geared towards extended oil or gas production.

    #Norvège #pétrole #énergies_fossiles #université #recherche



  • Rights to Resources Interactive Map
    http://www.wri.org/applications/maps/rights-to-resources

    The Rights to Resources interactive map presents information on citizen and community rights to natural resources in sub-Saharan Africa. As part of WRI’s Land and Resource Rights project, national framework laws were reviewed to answer a set of questions regarding local rights to five natural resources: water, trees, wildlife, minerals and petroleum.

    #energie #eau #petrole #Afrique


  • Lebanon: The Oil & Gas Week, January 27, 2014 | Middle East Strategic Perspectives
    http://www.mestrategicperspectives.com/2014/01/26/lebanon-the-oil-gas-week-january-27-2014

    Russia continues to show interest in the Eastern Mediterranean. After gaining its first stake in the region’s offshore resources through the State-controlled Soyuzneftegaz, which was awarded an exploration and production license in Syria’s 2,190 km2 block 2 at an initial cost of $90 million, Russia is reportedly attempting to secure a $1 billion energy deal with the Palestinians, which would include a massive gas project off the coast of Gaza. It is unclear if any of those two projects would materialize given the local context in both Syria (well into its third year of conflict), and Palestine (the Palestinian Authority has little authority in Gaza). After the setbacks registered so far in Cyprus and Israel, Russia is still trying to expand its foothold in the region, and the frequent visits of its navy is but a small example of its desire to strengthen its influence in the Eastern Mediterranean. However, the type of deals Moscow is really eyeing is a stake in the oil and gas sector in either Cyprus, Israel or… Lebanon.

    #Russie
    #Palestine
    #Syrie
    #pétrole
    #gaz


  • Le boom du pétrole de schiste américain devrait plafonner en 2016 , selon Washington. Et ensuite ? | Oil Man
    http://petrole.blog.lemonde.fr/2014/01/22/le-boom-du-petrole-americain-devrait-plafonner-en-2016-selon-wa

    Le boom du pétrole de schiste américain devrait plafonner en 2016, selon Washington. Et ensuite ?
    Pour l’industrie, le boom du pétrole de schiste aux Etats-Unis ouvre une voie capable de repousser sine die le déclin de la production mondiale de brut. Une voie étroite, vu le dernier pronostic publié par l’administration Obama. Tout autour du globe, la course de crête est lancée !

    Grâce à la fracturation hydraulique du pétrole de schiste aux Etats-Unis (et bientôt ailleurs), la question du pic de production « ne semble plus vraiment pertinente », m’a récemment fait savoir un haut responsable du groupe pétrolier français Total.

    Le boom du pétrole de schiste (ou de roche-mère à plus proprement parler) a permis un bond de 15 % de la production américaine de brut l’an dernier. Il s’agit de la plus forte progression enregistrée depuis vingt ans où que ce soit dans le monde. La production pourrait à nouveau augmenter de pas moins de 780 000 barils par jour en 2014, soit une nouvelle hausse spectaculaire de près de 10 %.

    Les arbres ne montent cependant toujours pas jusqu’au ciel.

    L’administration Obama a annoncé en décembre que la production américaine de pétrole brut devrait plafonner à partir de 2016, "quasiment" au niveau de son record historique de 1970. Puis cette production entrera à nouveau en déclin en 2020. Un sursis pourrait être apporté par de nouvelles prouesses techniques, très plausibles (nous y reviendrons).

    Washington estime pour l’heure que le boom du pétrole de roche-mère, concentré au Texas et dans le Dakota du Nord, devrait durer sept ans au total, de 2009 à 2016. C’est plus court que la phase d’expansion de l’Alaska et plus court encore que celle de la mer du Nord, deux zones pétrolifères développées tambours battant à l’issue du premier choc pétrolier, et désormais en fort déclin.

    En prenant en compte les agrocarburants, les liquides de gaz naturel et les condensats, la production totale de toutes les formes de carburants liquides aux Etats-Unis pourrait dépasser 14 millions de barils par jour. Ce serait la production la plus élevée jamais atteinte par un pays dans l’histoire. Cette production totale devrait elle aussi plafonner en 2016, et entrer en déclin en 2020 :

    http://petrole.blog.lemonde.fr/files/2014/01/EIA-US-wall.png

    Il sera indispensable de répéter ailleurs le boom américain du pétrole de roche-mère, si l’industrie veut en faire une issue face au déclin de la production de pétrole conventionnel.

    Où ça ailleurs ?

    En Ukraine, Shell et Chevron ont signé en novembre des plans d’investissements de plusieurs milliards de dollars potentiels pour rechercher et exploiter du pétrole et du gaz de roche-mère.

    En Argentine, Shell et Chevron, encore eux, ont commencé l’exploration de la formation de Vaca Muerta. Ils sont loin d’être seuls sur les rangs.

    #pétrole-de-schiste
    #Etats-Unis
    #Argentine
    #BP
    #Chevron
    #Exxon
    #peak-oil
    #pic-pétrolier
    #Royal-Dutch-Shell
    #Shale-oil
    #Total
    #Ukraine.