person:david



  • Le capitalisme par le LOL - Une heure de peine...
    http://uneheuredepeine.blogspot.ch/2014/09/le-capitalisme-par-le-lol.html

    Un spectre hante l’économie : le spectre du LOL. Le capitalisme, on le sait depuis Marx, est travaillé par ses contradictions. Ce sont elles qui lui donnent sa dynamique, permettent de comprendre ses évolutions et ses crises. Pour que le système économique se maintiennent, ces contradictions ont chacune besoin de trouver un « fix » - suivant la belle expression de David Harvey, un terme qui signifie aussi bien la réparation que l’effet produit par une prise d’héroïne... Or, il est une technique que les individus utilisent souvent lorsqu’ils doivent eux-mêmes faire face à leurs contradictions, et il n’y a pas de raison que le capitalisme n’en vienne pas à faire de même. Cette technique, c’est l’humour.

    #humour #capitalisme #contradiction

    • http://1.bp.blogspot.com/-isQXt9f6XMM/VBG3X4Mag7I/AAAAAAAABEE/ae-X10E_SKM/s1600/Bagel3.JPG

      L’humour, une arme de résistance subversive ? Ici, il s’agit plutôt d’une adaptation à une situation difficile. Et — ce point est essentiel — qui est reprise à son avantage par le management : avoir une « bonne ambiance » permet d’imposer des exigences plus élevés, d’attirer une main-d’œuvre qui pourrait traîner les pieds, d’éviter des formes de résistances plus dures, comme le coulage ou le sabotage. C’est ce qu’illustre finalement ma photo : on sait bien qu’on propose un emploi qui n’a rien de bien excitant, mais en y mettant un peu de « second degré », on espère vous acheter... littéralement. Et si tant qu’à y être, on se met quelques clients qui trouvent ça drôle dans la poche, c’est tout bénef.


  • #ISIS kills British aid worker
    http://english.al-akhbar.com/content/isis-kills-british-aid-worker

    http://english.al-akhbar.com/sites/default/files/imagecache/4cols/leading_images/700665-01-08.jpg

    An image grab taken from a video released by the Islamic State in #Iraq and #syria (ISIS) and identified by private terrorism monitor SITE Intelligence Group on September 13, 2014 purportedly shows British aid worker David Haines dressed in orange and on his knees in a desert landscape speaking to the camera before a masked militant. (Photo: AFP / SITE Intelligence Group)

    The Islamic State in Iraq and Syria (ISIS) claimed the beheading of a British aid worker on Saturday, an act decried as “pure evil” by Prime Minister David Cameron who vowed Britain would do all it could to catch the killers. #US President Barack Obama offered American support for its “ally in grief,” while Cameron faced growing calls to allow Britain’s military to help in Washington’s planned (...)

    #UK


  • #ISIS kills British aid worker
    http://english.al-akhbar.com/node/21523

    http://english.al-akhbar.com/sites/default/files/imagecache/4cols/leading_images/700665-01-08.jpg

    An image grab taken from a video released by the Islamic State in #Iraq and #syria (ISIS) and identified by private terrorism monitor SITE Intelligence Group on September 13, 2014 purportedly shows British aid worker David Haines dressed in orange and on his knees in a desert landscape speaking to the camera before a masked militant. (Photo: AFP / SITE Intelligence Group)

    The Islamic State in Iraq and Syria (ISIS) claimed the beheading of a British aid worker on Saturday, an act decried as “pure evil” by Prime Minister David Cameron who vowed Britain would do all it could to catch the killers. #US President Barack Obama offered American support for its “ally in grief,” while Cameron faced growing calls to allow Britain’s military to help in Washington’s planned (...)

    #UK


  • Obama Met Privately With Top Journalists Before ISIS War Speech
    http://www.huffingtonpost.com/2014/09/13/obama-journalists-isis-speech_n_5816494.html?1410651263

    NEW YORK –- President Barack Obama met with over a dozen prominent columnists and magazine writers Wednesday afternoon before calling for an escalation of the war against the Islamic State, or ISIS, in a primetime address that same night.

    The group, which met in the Roosevelt Room of the White House in an off-the-record session, included New York Times columnists #David_Brooks, #Tom_Friedman and #Frank_Bruni and editorial writer #Carol_Giacomo; The Washington Post’s #David_Ignatius, #Eugene_Robinson and #Ruth_Marcus; The New Yorker’s #Dexter_Filkins and #George_Packer; The Atlantic’s #Jeffrey_Goldberg and #Peter_Beinart; The New Republic’s #Julia_Ioffe; #Columbia_Journalism_School Dean #Steve_Coll; The Wall Street Journal’s #Jerry_Seib; and The Daily Beast’s #Michael_Tomasky, a source familiar with the meeting told The Huffington Post.

    National Security Advisor Susan Rice, Deputy National Security Advisor Ben Rhodes and White House Chief of Staff Denis McDonough also attended the meeting, according to the source.

    • Off-the-Record Session With the President on ISIS Raises Concerns
      By MARGARET SULLIVAN SEPTEMBER 17, 2014 3:15 PMSeptember 17, 2014 4:03 pm 3 Comments
      http://publiceditor.blogs.nytimes.com/2014/09/17/off-the-record-session-with-the-president-on-isis-raises

      Tom English of Jackson Heights wrote, “to me, it really looks like the meeting was held to run talking/propaganda points by the media to see how best to sell the war.” Judith Abrams of Newton, Mass., asked, “how can I have confidence in the reporting in the Times when the government and the journalists appear to have such a symbiotic relationship?” And Eric Kodish, chairman of the bioethics department at the Cleveland Clinic, wondered about the ethics of using information from those who were not supposed to talk about what they had heard.

      (...)

      As I noted above, Mr. Obama didn’t invent these off-the-record sessions, not by a long shot. But such meetings shouldn’t be a substitute for allowing news reporters, on behalf of the public, to grill the president on the record – especially on a subject as weighty and important as impending military action. But increasingly, they seem to be just that. Readers are right to be troubled about the implications.


  • Always crashing in the same bar - EXBERLINER.com
    http://www.exberliner.com/culture/music--nightlife/always-crashing-in-the-same-bar
    http://4.bp.blogspot.com/_YqIS9CjQPqg/TJZxgEqrz-I/AAAAAAAAA5Y/hNRPH453gXo/s1600/Bowie4.jpg
    Robert Fripp, David Bowie et Brian Eno au Studio Hansa.

    The Idiot was mostly recorded in France and Munich. Low was more a Swiss album (Bowie’s initial choice for exile was considerably tonier than walled-in Schöneberg). “Heroes”, whose cover, like The Idiot’s, was based on Erich Heckel’s “Roquairol”, is the only truly “Berlin” of his Berlin albums. Recorded at Kreuzberg’s Hansa Studios, the Kraut influences are more Berlin Kosmische, and probably the result of Eno’s palling around with Cluster, though both Neu! and Kraftwerk are name-checked in song titles.

    Like the earlier “TVC15”, which Bowie performed in the film Christiane F. (with NYC standing in for BLN), “Heroes,” the song, minus Robert Fripp’s guitar and Bowie’s dramatic delivery, is essentially boogie music, a look back in resignation to Bowie’s youthful aesthetic interests. The lyrics, which were inspired by Visconti cheating on his wife, came to represent political liberation. Which reflects the confluence of rock and Berlin’s paradoxes quite nicely.

    So is there anything David Bowie has to teach the Exberliner reader? He came here to dry out, while most expats arrive here to fuck themselves up. Of course, when you’re the biggest rock star in the world, drying out is a relative measure (“And I/I’ll drink all the time.”). Bowie did not arrive in Berlin to learn from its decadence, and decadence was not merely an ideology to be absorbed by not working, as with the petty dissolution that Australian youth wrote of in his notorious New York Times article in 2012. At his Low-est, Bowie was prolific, and not in spite of it.

    Loca virosque cano : « Heroes » de D. Bowie, Berlin au pied du mur. (1977)
    http://lhistgeobox.blogspot.de/2010/09/loca-virosque-cano-2-heroes-de-d-bowie.html
    http://1.bp.blogspot.com/_YqIS9CjQPqg/TJZqVTU36YI/AAAAAAAAA44/827Jngap5SI/s1600/76-05-15-romy-haag-300.jpg
    David Bowie et Romy Haag (@www.bowiegoldenyears.com)

    C’est une renaissance aussi bien physique qu’artistique. La « trilogie berlinoise » est véritablement considérée aujourd’hui comme une partie majeure de son oeuvre. C’est aussi là qu’il renoue avec la peinture, et qu’il tourne le film de #David_Hemmings (par ailleurs réalisateur de « Blow up »), intitulé « Just a gigolo », qui sortira en 1979 et qui offre son dernier rôle à #Marlène_Dietrich.

    C’est donc à Berlin que Bowie passe la période sans doute la plus prolifique de sa carrière. Les 3 albums sont produits dans les studios Hansa (les anglais disent « Hansa by the wall »). Situé à 200 mètres au sud de la Potsdamer Platz, Le mur est à 20 ou 30 mètres du studio, la fenêtre de la salle de contrôle donne directement dessus.

    C’est là que nait un des titres les plus célèbres de Bowie : « Heroes ». La chanson raconte une histoire d’amour dans une univers crépusculaire. Un couple se retrouve secrètement au pied du mur, sous les miradors et les armes à feu des gardes mais leurs sentiments semblent pouvoir abattre tous les obstacles et les soustraire à toutes les contraintes, y compris celles d’un avenir dépeint comme incertain.

    Tout le monde est d’accord que « Heroes » est un album berlinois. Mais pour les autres parties de la trilogie il y a des opinions divergeantes. Qui a raison ?

    #Berlin #mur


  • Les enjeux du référendum sur l’autodétermination du 18 septembre 2014, vus depuis l’Écosse — Géoconfluences

    http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/eclairage/l2019autodetermination-de-lecosse

    http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/eclairage/cartes/ecossecarte1.jpg

    Le 18 septembre 2014, quelques semaines seulement après le déroulement des Jeux du Commonwealth à Glasgow et les célébrations du 700ème anniversaire de la victoire écossaise du 24 juin 1314 [1] sur les Anglais à Bannockburn, les Écossais exprimeront par référendum leur préférence en ce qui concerne la place de leur nation au sein du Royaume-Uni. Au terme de longues négociations, un accord signé à Edimbourg le 15 octobre 2012 entre David Cameron, le Premier ministre britannique et Alex Salmond, le Premier ministre écossais [2], autorise en effet le gouvernement écossais à organiser un référendum sur l’indépendance de l’Écosse. Selon Alex Salmond, c’est « l’opportunité d’une génération » [3].
    L’unique question à laquelle les électeurs écossais devront répondre est la suivante : « L’Écosse devrait-elle être un pays indépendant ? » [4]. Dans l’hypothèse d’une victoire du « oui », il est prévu que l’Écosse devienne de fait indépendante le 24 mars 2016 [5] au terme de 18 mois de négociations avec le reste du Royaume-Uni, l’Union Européenne et les institutions internationales. Les premières élections législatives d’une Écosse indépendante auraient lieu le 5 mai 2016. Le nouveau pouvoir aurait alors la charge de poursuivre la mise en place des institutions du pays [6].

    #écosse #royaume-uni



  • VICE, a new empire

    http://www.nytimes.com/2014/09/04/business/media/vice-lands-2nd-investment-to-fuel-expansion.html?_r=0

    “They are a very powerful brand, and it cannot be underestimated their ability to reach a very hard-to-reach audience."

    Les commentaires de David Thomson, journaliste spécialiste des djihadistes sur le reportage dédié à l’EI

    http://rue89.nouvelobs.com/2014/08/22/letat-islamique-vu-vice-commentaire-dun-reportage-inedit-254339

    C’est très courageux de sa part de s’être rendu dans une zone contrôlée par l’Etat islamique. Mais ce qui en ressort, c’est exactement ce qui a été tourné par les organes officiels. EI peut donc dire : tout ce que vous voyez sur nos images est vrai, puisque quand un journaliste étranger vient et filme, vous voyez exactement la même chose.

    Finalement, c’est “tout bénéf” pour les deux parties. Vice offre à l’Etat islamique un label “vu à la télévision mécréante”. L’organisation touche un public qui ne regarde pas les vidéos djihadistes : les musulmans non-djihadistes et les non-musulmans occidentaux.

    De l’autre côté, Vice fait un “coup” énorme pour un média pas très connu du grand public. Leur reportage a été repris dans le monde entier, parce qu’il est unique. Aucun journaliste ne connaît l’Etat islamique de l’intérieur, à part en étant otage. »

    #vice


  • Longtemps pure chimère, l’indépendance de l’Ecosse inquiète désormais Londres
    http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/09/07/longtemps-pure-chimere-l-independance-de-l-ecosse-inquiete-desormais-londres

    Et si le cauchemar des dirigeants britanniques, le premier ministre David Cameron en tête, était en passe de devenir réalité ? L’indépendance de l’Ecosse, longtemps pure chimère, improbable jusqu’à ces derniers jours, relève désormais du possible.

    C’est dimanche et les anglais (une partie de ma famille est anglaise) m’ont toujours fait chier. Vive l’Ecosse libre


  • How our allies in Kuwait and Qatar funded Islamic State - Telegraph
    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/kuwait/11077537/How-our-allies-in-Kuwait-and-Qatar-funded-Islamic-State.html

    n the great jihadi funding bazaar that is the Gulf state of Kuwait, there’s a terror finance option for every pocket, from the private foundations dealing in tens of millions to the more retail end of the market. Give enough for 50 sniper bullets (50 dinars, about £110), promises the al-Qaeda and Islamic State-linked cleric tweeting under the name “jahd bmalk”, and you will earn “silver status”. Donate 100 dinars to buy eight badly needed mortar rounds, and he’ll make you a “gold status donor”.
    As the jihadi funders hand out loyalty cards, the West has belatedly realised that some of its supposed friends in the Gulf have been playing the disloyalty card. Had Kuwait not been freed by American, British and allied troops in 1991, it would presumably now still be the “19th province” of Saddam Hussein’s Iraq. But the emirate has repaid the Western blood and treasure spent in its liberation by becoming, in the words of David Cohen, the US undersecretary for terrorism and financial intelligence, the “epicentre of funding for terrorist groups in Syria”.
    Islamic State (Isil), with its newly conquered territory, oilfields and bank vaults, no longer needs much foreign money. But its extraordinarily swift rise to this point, a place where it threatens the entire region and the West, was substantially paid for by the allies of the West. Isil’s cash was raised in, or channelled through, Kuwait and Qatar, with the tacit approval and sometimes active support of their governments.
    Though this has not yet been widely understood in Europe, it is no secret. Throughout 2013 and the earlier part of this year, on TV stations, websites and social media in Kuwait and Qatar, the jihadis openly solicited money for weapons and troops, much as charities in Britain might seek donations for tents and food. One of the main Oxfams of jihad is a group called the Kuwait Scholars’ Union (KSU), which ran a number of major fundraising drives, including the “Great Kuwait Campaign”, raising several million dollars for anti-aircraft missiles, rocket-propelled grenades and fighters. Some of the money went to Isil and some to the al-Qaeda front Jabhat al-Nusra, Isil’s ally until this February.
    “By Allah’s grace and his success, the Great Kuwait Campaign announces the preparation of 8,700 Syrian mujahideen,” announced the KSU’s president, Nabil al-Awadi, in June 2013. “The campaign is ongoing until 12,000 are prepared.” The same year, the KSU ran the “Liberate the Coast” fundraising campaign to help pay for a sectarian massacre of hundreds of civilians in the Syrian port of Latakia. One of the KSU’s fundraisers, Shafi al-Ajmi, tweeted that the donations would go “to buy what is needed to expel the Safavids”, an insulting term for Shia. Last month, he was designated a funder of terrorism by the US.
    Related Articles
    Anti-war Ed Miliband will have to confront Isil if he wins 06 Sep 2014
    Britain asked to join coalition to destroy Isil 05 Sep 2014
    Paying ransoms helps terrorists wreak havoc, David Cameron tells allies 04 Sep 2014
    Nato summit: Ukraine and rebels ’close to peace deal’ 04 Sep 2014
    Britain gears up for war on Isil with plans for air strikes in Iraq and Syria 04 Sep 2014
    Former SAS man wants diplomatic solution to Isis hostage 04 Sep 2014
    The Kuwaiti government’s response to the KSU and other terror funders has been “permissive,” as Mr Cohen puts it. That is very diplomatic language. In fact, as recently as January, Kuwait appointed as its minister of justice one Nayef al-Ajmi, a man who has actually appeared on fundraising posters for the al-Qaeda affiliated al-Nusra Front.
    Qatar, too, has a serious problem. Its government denied a statement last month by the German development minister, Gerd Mueller, that it bankrolls Isil directly. But Mr Cohen says that “press reports indicate that the Qatari government is supporting extremist groups operating in Syria”. There is no doubt, too, that key institutions and officials of the Qatari government have hosted and supported individuals who back Isil, including Harith al-Dari, a designated terrorist and leader of the Association of Muslim Scholars (AMS) in Iraq.
    This June, as Isil took over Mosul, the AMS praised the “great victories achieved by the revolutionaries”. As they put it: “You have already seen how a great many of the media outlets have colluded, from the first instance of the start of your revolution, and worked on the demonisation of the revolution and distorting its image.” Only a month after Washington designated al-Dari as a sponsor of the group that became Isil, he was allowed to meet the Emir of Qatar. He has made numerous visits there since; the US designation of al-Dari as a terrorist mentions Qatar as an alternative location for him.
    At least two other men designated as al-Qaeda funders, Hajjaj al-Ajmi and Hamid al-Ali, have been officially invited by Qatar’s Ministry of Endowments and Islamic Affairs to deliver sermons from government-controlled mosques calling for jihad in Syria, and donations to it. As Isil swept through Iraq this summer, Ali praised the “great cleaning of Iraq” and the “revolution of our ummah [the Muslim people] against the hateful occupier enemy”.
    Only in July, both the KSU’s Nabil al-Awadi and a man now banned from Britain as an Isil recruiter, Mohammed al-Arifi, were invited to address a Ramadan festival in Qatar co-organised by the Aspire Zone Foundation, the government-controlled body that played a major part in Qatar’s successful bid for the World Cup.
    Qatar and Kuwait, Sunni-majority states, have been helping, or at least not hindering, Isil because they saw it as a proxy counterweight to their Shia rival, Iran, and the Iranian-backed Assad regime. But like many governments before them, including America in Afghanistan, they have now discovered that the would-be puppets tend to cut loose from the puppetmasters. “Some leaders believed they could use terrorists as hired mercenaries, but suddenly found themselves stuck with terrorists who used the opportunity to advance their own interests and agenda,” in the bitter words of Ahmed Jarba, head of the moderate Syrian rebels.
    Alarmed by the savagery of Isil, and the growing hostility of the US, Kuwait, in particular, has started to crack down, sacking its jihadi justice minister and removing citizenship from a number of terror funders, including Nabil al-Awadi. But it is plainly too late. Armed with the loot of half the Iraqi military, Isil doesn’t need its Gulf patrons to buy it sniper rounds any more.
    And even before Isil started threatening the West, this was already more than a Kuwaiti or Qatari problem. As The Telegraph reported last weekend, Nabil al-Awadi is, or has been, partly resident in the UK. Until last year, he was director of the al-Birr private school in Birmingham and is described as a UK resident on his Companies House entry, with a past address in Brixton Hill, south London. He has close links with the hardline al-Muntada mosque in Parson’s Green, west London, whose imam and director are co-directors of the al-Birr school.
    After The Telegraph report, al-Awadi indignantly protested that he had “not travelled to Britain since 2011,” a denial rather undermined by his own tweets which repeatedly describe visits to Britain subsequent to that date. Several of the visits were to al-Muntada, which also raises funds for Syria – exclusively for “humanitarian purposes”, it insists.
    Al-Muntada has close links to British mosques accused of radicalising young people into Isil, including al-Manar in Cardiff, attended by Nasser Muthana and Reyaad Khan, the first Britons to appear in an Isil propaganda video. Both mosques have also organised events with Mohammed al-Arifi, the now-banned extremist cleric accused of grooming the two young Cardiff men.
    Al-Muntada’s former imam, Haitham al-Haddad, is one of the most active radical preachers in the country, reportedly a principal target of the Government’s new “anti-extremism orders” aimed at those not directly involved in violence but who voice extremist views. Al-Muntada, too, has been closely supported by Qatari money; the UK branch held its annual meeting in the Qatari capital, Doha, on March 31, 2013, and its school has been bankrolled by Qatari finance.
    Before we get too censorious about foreign politicians who back extremists, it is worth mentioning, too, that al-Muntada has picked up quite a few British political endorsements. Andy Slaughter, its local Labour MP, praised its “outstanding track record of supporting others” and said he was “very proud to be associated with it”. Stephen Timms, deputy chairman of Labour’s interfaith group, said: “I know how much effort al-Muntada puts into its community relations.”
    Richard Barnes, Boris Johnson’s then deputy mayor, praised it as “one of the world’s foremost Muslim charities”. And al-Muntada was sent good wishes, too, by a spokesman acting on behalf of none other than the deputy prime minister, Nick Clegg.
    As Qatar and Kuwait buy up more and more of Britain, maybe it is time to start asking a few more questions about what they really stand for


  • [L’oeil itinérant] L’Otan va-t-elle libérer le Djihadistan ?
    par Pepe Escobar
    Traduit par Daniel pour vineyardsaker.fr
    http://www.vineyardsaker.fr/2014/09/06/loeil-itinerant-lotan-va-t-liberer-djihadistan

    Le calife devrait toutefois savoir, même s’il est en bonne partie le produit de l’Occident, avec une contribution significative du Conseil de coopération du Golfe (CCG) sous forme de pétrodollars liquides, que l’Otan ne lui a jamais promis un jardin de roses.

    De façon prévisible donc, les ingrats Barack Obama et David Cameron, le Premier ministre britannique (ces deux là oui, parce que la « relation spéciale » est tout ce qui compte au sein de l’Otan, les autres n’étant que des faire-valoir) ont juré d’aller aux trousses du calife en montant une grande (en fait, pas si grande que ça) « coalition des volontaires », formée des suspects habituels du CCG, plus la Turquie et la Jordanie, pour bombarder le Kurdistan irakien, une partie de l’Irak sunnite et même la Syrie. Après tout, c’est le président syrien « Bachar al-Assad doit partir », ou plutôt « la brutalité d’Assad », pour reprendre la formulation de Cameron, que visent vraiment les actions du calife.

    Tout cela au nom de la Guerre mondiale contre le terrorisme et de sa liberté immuable à jamais.

    Il faut stopper le calife slave

    Le secrétaire-général sortant de l’Otan, Anders « Fogh la Guerre » Rasmussen, était un peu ébranlé. Après tout, ce sommet de l’Otan au Pays de Galles devait être le « moment crucial » où l’Otan, au faîte de sa rhétorique de Guerre froide 2.0, devait porter secours aux « alliés », les 28 au complet, face à la sombre morosité de leur insécurité. La réplique du glorieux Eurofighter Typhoon déployée devant l’hôtel du sommet de l’Otan à Newport, au sud du Pays de Galles, en dit d’ailleurs long à ce sujet.

    Pour compléter, le méchant calife slave, Vlad Poutine lui-même, a élaboré un plan de paix en sept points afin de régler le bourbier ukrainien, au moment même où la lamentable armée de Kiev est réduite en bœuf Stroganov par les fédéralistes/séparatistes dans le Donbass. Le président ukrainien Petro Porochenko, qui, jusqu’à hier encore, poussait des hurlements (Invasion !) jusqu’à s’en arracher les poumons, a laissé échapper de longs soupirs de soulagement. Puis il a révélé, en passant, que Kiev allait recevoir des armes de haute précision d’un pays anonyme, qui ne peut être que les États-Unis, le Royaume-Uni ou la Pologne.

    Sauf que tout cela pose problème. Contre qui l’Otan va-t-elle défendre la civilisation occidentale, si la menace que constitue « l’agression russe » se dissout dans une feuille de route menant à la paix ?
    (...)
    http://www.abc.es/Media/201409/04/otan-cumbre--644x362.jpg

    Pour sa part, la « vieille Europe » a tenté du moins de sauver un espace de négociation avec Poutine. Cette chère prudence, démontrée surtout par Berlin, a fini par aboutir au plan de paix de Poutine.

    Juste au cas où, pour ne pas trop froisser l’Empire du Chaos, Paris a annoncé qu’elle ne livrera pas à Moscou, comme prévu, le premier des deux navires porte-hélicoptères Mistral. L’Otan ne s’est pas fait prier non plus, pour durement condamner la Russie à propos de l’Ukraine, et l’Union européenne a renchéri en imposant d’autres sanctions.

    Quant à Fogh la Guerre, c’était prévisible, il a continué à jongler avec sa rhétorique digne de « Mars attaque ! » [1], en blâmant Moscou pour tout. L’Otan n’est rien d’autre qu’une force d’apaisement innocente, puissante et solide. Mais l’Otan n’est pas assez insensée pour commencer à dépeindre la Russie comme une ennemie déclarée.

    #OTAN


  • Russell Brand : Is British PM David Cameron More Dangerous Than ISIS ?
    http://www.filmsforaction.org/watch/russell-brands-the-trews-is-british-pm-david-cameron-more-dangerous-

    David Cameron outlined new anti-terror measures this week but is the Prime Minister’s strategy on terrorism as straightforward as we’re being led to believe? The Trews is Russell Brand’s analysis...


  • How to Spot - and Defeat - Disruption on the Internet
    http://www.filmsforaction.org/articles/how-to-spot-and-defeat-disruption-on-the-internet

    The 15 Rules of Web Disruption

    David Martin’s Thirteen Rules for Truth Suppression,  H. Michael Sweeney’s 25 Rules of Disinformation (and now Brandon Smith’s Disinformation: How It Works) are...


  • #Fort_McMoney : Mention spéciale du jury Visa d’or RFI-France 24
    http://www.davduf.net/fort-mcmoney-mention-speciale-du-jury-visa-d-or

    Communiqué : « Le jury a souhaité remettre une mention spéciale à « Fort McMoney » de David Dufresne et Philippe Brault qui à travers un jeu interactif ambitieux proposent une nouvelle façon d’impliquer le public. ». Le jury a souhaité remettre une mention spéciale à « Fort McMoney » (http://fortmcmoney.com) de David Dufresne et Philippe Brault qui à travers un jeu interactif ambitieux proposent une nouvelle façon d’impliquer le public. Un jeu documentaire, comparable à une superproduction américaine, qui (...)

    Fort McMoney / Une, Prix & Récompenses

    #Prix_&_Récompenses
    « http://www.legrandincendie.fr »



  • Le Grand Paname, fabrique de l’imaginaire
    http://www.lan02.org/2014/08/le-grand-paname-fabrique-de-limaginaire

    Un imaginaire entravé par les politiques publiques

    La panne de cette fabrique du rêve aujourd’hui ne vient pas d’une panne de la créativité de ses habitant·e·s. Le peuple de Paris est riche de projets, d’idées et d’invention. Même précarisé et fragilisé, c’est un peuple de porteurs de projets culturels et solidaires, d’œuvrier·e·s. L’institution lui retire un à un ses lieux d’expression de proximité (le dernier en date : la Forge à Belleville, comme le Carrosse), et ce faisant toute possibilité de rencontre gratuite. Pire, elle les remplace par les relais culturels de ses politiques d’image, favorisant ainsi « la valorisation » du quartier, sa gentrification.

    • L’An 02 — La culture de proximité, c’est aussi un laboratoire du vivre ensemble
      http://www.lan02.org/2014/08/la-culture-de-proximite-cest-aussi-un-laboratoire-du-vivre-ensemble

      par David Langlois-Mallet
      Collectif Un peuple créatif

      La réflexion politique, dans une société en crise profonde, économique, environnementale mais aussi humaine, passerait-elle par des voies détournées et inattendues ?

      Quand des artistes isolé·e·s et sans ateliers ont inventé le squat collectif, qu’ont-ils fait sinon proposer à la société une réflexion sur le partage de l’espace ? En passant de l’atelier-logement individuel à l’atelier-logement collectif, ils et elles ont aussi réinventé du quartier, des lieux d’usage multiples.

      Quelles conséquences ces « réinventions » et ces mutualisations ont-elles pour le logement ? Quelles solutions collectives pourraient-être proposées aux familles monoparentales en difficulté ? Partager les coûts, les servitudes et les obligations pourrait rendre le quotidien plus agréable, plus convivial ou dans certains cas moins toxique pour les enfants ?

      On trouve intelligent de dépenser notre argent public pour chasser dans nos rues (à cheval maintenant) les biffins, ces petits chiffonniers de la misère, alors qu’une partie de l’avenir de notre société est dans nos poubelles. N’est-il pas temps au contraire de généraliser une société de la récupération dans laquelle les petits métiers méprisés gagneraient un statut et une reconnaissance au lieu de pousser des précaires dans une misère encore plus dangereuse pour tou·te·s ?


  • Pascal Rogard : « je déteste le concept de neutralité du net » - Next INpact
    http://www.nextinpact.com/news/89564-pascal-rogard-je-deteste-concept-neutralite-net.htm

    Pascal Rogard, directeur général de la SACD, a dit à l’Université d’été du Parti socialiste tout le mal qu’il pensait de la neutralité du net. Un concept qu’il « déteste », a-t-il exposé, assis aux côtés de Fleur Pellerin, Axelle Lemaire, le sénateur David Assouline et Pierre Lescure.

    Suivi de :

    « chaque internaute peut devenir diffuseur et dès lors qu’il devient diffuseur, il porte atteinte naturellement aux droits de propriété intellectuelle ».

    Grandiose.

    #internet #neutralité #régulation #socialistes


  • NATO Set to Ratify Pledge on Joint Defense in Case of Major Cyberattack
    NYT By DAVID E. SANGER AUG. 31, 2014
    http://www.nytimes.com/2014/09/01/world/europe/nato-set-to-ratify-pledge-on-joint-defense-in-case-of-major-cyberattack.htm

    When President Obama meets with other NATO leaders later this week, they are expected to ratify what seems, at first glance, a far-reaching change in the organization’s mission of collective defense: For the first time, a cyberattack on any of the 28 NATO nations could be declared an attack on all of them, much like a ground invasion or an airborne bombing.

    The most obvious target of the new policy is Russia, which was believed behind computer attacks that disrupted financial and telecommunications systems in Estonia in 2007 and Georgia in 2008, and is believed to have used them in the early days of the Ukraine crisis as well.

    But in interviews, NATO officials concede that so far their cyberskills are limited at best.

    #OTAN sans stratégie en cas de #cyberguerre ; #sécurité_informatique #surveillance

    • In fact, NATO officials say they have never been briefed on the abilities of the National Security Agency and United States Cyber Command, or those of The Government Communications Headquarters, or GCHQ, its British equivalent. Both countries have routinely placed sensors into computers, switching centers and undersea cables for years, as the documents released by Edward J. #Snowden, the former National Security Agency contractor, make clear.


  • Le Sionisme et l’antisémitisme : l’Accord signé en août 1933 entre les plus hautes autorités sionistes et nazies | annie bannie’s Weblog
    par Jacques Bude
    http://anniebannie.net/2014/08/30/le-sionisme-et-lantisemitisme-laccord-signe-en-aout-1933-entre-les-plus

    (...) Il est évidemment significatif que ce principal promoteur de l’accord Haavara soit un des plus hauts responsables de la communauté juive implantée en Palestine mandataire puis de l’État d’Israël. Lévi Eshkol faisait partie du Haut Commandement de la Hagana, l’armée clandestine juive sous le Mandat britannique et il est en 1950-1951 le Directeur Général du Ministère de la Défense. De 1949 à 1963, il est le Chef du Département Colonisation de l’Agence juive.[8] En 1951, il devient Ministre de l’Agriculture et du Développement. Il est Ministre des Finances de 1952 à 1963. En 1963, il succède à David Ben Gourion à la fois comme Premier Ministre et comme Ministre de la Défense.

    L’accord Haavara a suscité de vives oppositions parmi les Juifs de l’époque. Cet accord qui bénéficiait du soutien des plus hautes autorités nazies[9] et des plus hautes autorités sionistes[10], traduisait les intérêts complémentaires des nazis qui voulaient que les Juifs quittent l’Allemagne et des sionistes qui voulaient qu’ils émigrent en Palestine. Or la plupart des Juifs allemands auraient préféré rester dans leur pays. L’idée d’un boycott économique et diplomatique international naquit aux États-Unis avec le soutien du Congrès juif américain. Il avait pour but d’essayer de forcer les nazis à mettre fin aux persécutions afin que les Juifs puissent continuer à vivre en Allemagne.[11]

    Le débat entre l’incitation à l’émigration en Palestine et l’appel au boycott de l’Allemagne nazie s’inscrit dans l’opposition qui existait de longue date entre sionisme et assimilation, entre d’une part la volonté de certains Juifs – une petite minorité – d’émigrer en Terre d’Israël et d’autre part la volonté d’autres Juifs – une écrasante majorité – de rester dans leur pays ou d’émigrer ailleurs qu’en Israël, ce qui impliquait évidemment le désir que leurs droits humains soient respectés partout – notamment en Allemagne – et donc de combattre l’antisémitisme.

    Selon Ben Gourion, “Les assimilationnistes ont toujours déclaré la guerre à l’antisémitisme. Aujourd’hui, cette guerre s’exprime par un boycott contre Hitler. Le sionisme, lui, a toujours plaidé pour l’indépendance du peuple juif dans sa patrie. Aujourd’hui, certains sionistes ont rejoint le chœur des assimilationnistes : « guerre » à l’antisémitisme. Mais nous devons donner une réponse sioniste à la catastrophe que subissent les Juifs allemands – transformer ce désastre en une occasion de développer notre pays, et sauver les vies et la propriété des Juifs d’Allemagne pour le bien de Sion. C’est ce sauvetage qui a priorité sur tout le reste.“ Et Ben Gourion de conclure que se focaliser sur le boycott constituerait un “échec moral“ d’une envergure sans précédent.[12]

    À l’évidence, “sauver les Juifs“ n’était pas la priorité de celui qui sera 10 ans plus tard le Père fondateur de l’État d’Israël. Il déclare le 7 décembre 1938, soit un mois à peine après les Nuits de cristal : “Si j’avais su qu’il était possible de sauver tous les enfants d’Allemagne en les transportant en Angleterre, mais seulement la moitié en les transportant en Palestine, j’aurais choisi la seconde solution – parce que nous ne devons pas seulement faire le compte de ces enfants, mais nous devons faire le compte de l’histoire du peuple juif.“[13] Bref l’ultranationalisme, la priorité du bien de Sion sur tout le reste. (...)


  • L’unité des Palestiniens se forge dans la résistance
    vendredi 29 août 2014 - David Hearst - 27 août 2014 - Middle East Eye / Traduction : Info-Palestine.eu - al-Mukhtar
    http://www.info-palestine.net/spip.php?article14913

    (...) L’un d’entre eux était de maintenir le siège de Gaza. Il n’est maintenant plus un gouvernement en Europe ou en Amérique qui puisse imaginer qu’aider Israël à maintenir le blocus soit une bonne idée. Le désarmement du Hamas est également sorti de tous leurs agendas et parler de prévenir le réarmement du Hamas est une politique assez différente. Un signe du décalage qu’il y a entre insister sur le désarmement du Hamas et empêcher son réarmement est visible dans le document concocté par les représentants de l’Allemagne, de la France et du Royaume-Uni, puis communiqué au conseiller israélien à la sécurité nationale Yossi Cohen et qui a servi de base à une résolution des Nations Unies.

    Le deuxième objectif stratégique des gouvernements israéliens successifs a été de garder les Palestiniens divisés. Cela a été la pierre angulaire de toute une stratégie pour empêcher la naissance d’un État palestinien, et elle s’est érodée à la suite de cette guerre, bien que la haine personnelle de Mahmoud Abbas à l’égard du Hamas ne doit jamais être sous-estimée. C’était l’assaut le plus brutal jamais lancé par Israël sur Gaza, mais cela ne reste pas sans conséquences. Les choses ne sont plus là où elles en étaient il y a 50 jours.

    Les célébrations auxquelles on a assisté à Gaza la nuit dernière en ont fourni la preuve. L’accord politique d’unité entre le Fatah et le Hamas est moins important à cet égard, et en particulier plus fragile que l’aspect militaire de la question. Le Hamas n’a pas réussi à briser le siège et la deuxième série de pourparlers au Caire sur un port et l’aéroport pourrait ne jamais commencer, ou plus probablement, ne jamais aboutir. Mais ce que la guerre de 50 jours a fait à Gaza, c’est de restaurer la notion de résistance militaire comme moyen de l’unité palestinienne. Et c’est ce que les habitants de Gaza et les Palestiniens dans le monde entier ont fêté.

    Ce n’était pas écrit sur le Playbook de Netanyahu. Rappelez-vous quand il a commencé la guerre il y a 50 jours. Il disait que c’était un bon moment pour frapper le Hamas. Israël et en particulier l’Autorité palestinienne avaient imaginé que le Hamas était impopulaire dans la bande de Gaza et que les Gazaouis se révolteraient s’ils étaient soumis au malheur d’une autre guerre. Netanyahu pensait que le Hamas était privé de fonds et d’armes en provenance d’Iran et du Sinaï, maintenant que l’Égypte avait fermé tous les tunnels. On parlait même de réinstaller Mohammed Dahlan dans un Gaza sans Hamas.

    C’est le contraire qui s’est produit. Le Hamas a contre-attaqué, avec efficacité. Même au plus fort de la seconde Intifada, le Fatah étaient considéré comme co-responsable de la résistance, en grande partie en raison de son histoire. Aujourd’hui, il n’y a aucun doute dans la rue palestinienne, de qui dirige la résistance aujourd’hui : les Brigades al Qassam, dont la figure de proue est Mohammed al-Daif.

    La guerre s’interrompt avec les Brigades al-Qassam placées au sommet d’une force de résistance plus large qui comprend d’autres factions palestiniennes, dont une partie affiliées au Fatah. La résistance remplace les factions et l’idéologie, et sur le champ de bataille, elle a réussi à combler la fracture Hamas-Fatah.

    Le changement dans l’équilibre du pouvoir entre les deux principales factions palestiniennes se reflète aussi dans une réunion houleuse à Doha entre Mahmoud Abbas et Khaled Mechaal. Meshaal a critiqué Abbas pour la récente vague de répression contre les manifestants en Cisjordanie, et Abbas a accusé Meshaal de tenter de monter un coup de force contre lui, se référant à une histoire étrangement publiée au préalable dans les médias israéliens.

    Meshaal a répondu avec mépris que personne ne pouvait monter un coup d’État alors que l’ensemble de la Cisjordanie est sous occupation. Meshaal a ensuite demandé à savoir quand Abbas signerait le traité de Rome qui permettrait à l’État non membre de Palestine à rejoindre la Cour pénale internationale. Toutes les factions palestiniennes ont signé, sauf bien sûr, Abbas. Meshaal voulait savoir quand ce sera fait. Abbas n’a rien répondu.

    L’autre conséquence de la guerre était d’exposer qui faisait le mouchard à l’oreille de Netanyahu et pourquoi Israël et l’Égypte ont pensé pouvoir contourner leur bienfaiteur commun, l’Amérique. Le soutien à Israël par l’Arabie Saoudite, l’Égypte et les Émirats arabes unis (EAU), qui avant la guerre était un secret, est maintenant devenu manifeste. Les responsables israéliens n’arrêtaient pas de se vanter à ce sujet. Israël a révélé que Abdel Fatah al-Sisi et Mohammed bin Zayed, le prince héritier d’Abou Dhabi, voulaient la destruction du Hamas, en allant même plus loin que ce qu’’ils étaient en train de faire. Les pays du Golfe ont considéré la guerre contre Gaza comme faisant partie intégrante de leur campagne contre les Frères musulmans et les islamistes en général et dans toute l’Afrique du Nord.

    Ce n’est pas une coïncidence si la semaine qui a précédé le cessez-le-feu, les EAU ont emprunté les aéroports égyptiens et ont bombardé des cibles islamistes et du mouvement de Misrata à Tripoli pour empêcher l’aéroport international de tomber entre leurs mains. La guerre par procuration en Libye a impliqué directement des avions du Golfe et des bases égyptiennes. Les Américains étaient si furieux qu’ils l’ont fait savoir par le New York Times. Ces mêmes États voulaient et avaient besoin de la destruction du Hamas.


  • L’extraordinaire aplomb des officiels étasuniens,

    Les États-Unis vont livrer des armes à l’armée libanaise
    http://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/201408/14/01-4791756-les-etats-unis-vont-livrer-des-armes-a-larmee-libanaise.php

    « Les États-Unis vont bientôt livrer aux Forces armées libanaises (FAL) des armes offensives et défensives », a déclaré l’ambassadeur David Hale dans un communiqué.

    « Cette assistance améliorera la capacité des FAL à sécuriser les frontières du Liban, à protéger la population libanaise et à combattre les groupes extrémistes violents », a-t-il ajouté.

    Washington fournit des armes légères à l’armée libanaise contre les jihadistes
    http://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/201408/14/01-4791756-les-etats-unis-vont-livrer-des-armes-a-larmee-libanaise.php

    « Le Liban a demandé, les États-Unis ont fourni », a affirmé l’ambassadeur américain David Hale vendredi, lors d’une brève cérémonie à l’aéroport de Beyrouth, peu après l’arrivée d’un avion militaire C-130 transportant l’aide. « Soutenir l’armée et les services de sécurité libanais est à la tête des priorités des États-Unis », a-t-il ajouté devant des militaires libanais et la presse.

    Selon une source militaire à l’ambassade américaine, Washington a livré entre jeudi et vendredi 1 500 fusils d’assaut M16, 480 lance-roquettes antichars et environ 60 mortiers et des obus de 81 et 120 mm.

    « D’autres mortiers, des lance-grenades, des mitrailleuses et des roquettes antichars vont également arriver », a souligné l’ambassadeur David Hale.


  • Debunking 8 Myths About Why Central American Children Are Migrating - Centre Tricontinental - CETRI

    http://www.cetri.be/spip.php?article3614&lang=en

    Debunking 8 Myths About Why Central American Children Are Migrating

    ‘Lax enforcement’ is not the culprit—U.S. trade and immigration policies are.

    by David Bacon

    The mass migration of children from Central America has been at the center of a political firestorm over the past few weeks. The mainstream media has run dozens of stories blaming families, especially mothers, for sending or bringing their children north. The president himself has lectured them, as though they were simply bad parents. “Do not send your children to the borders,” he said in a June 27 interview with George Stephanopoulos. “If they do make it, they’ll get sent back. More importantly, they may not make it.”

    #migrations #asile #enfance #amérique_centrale


  • 8月28日のツイート
    http://twilog.org/ChikuwaQ/date-140828

    http://i2.ytimg.com/vi/Uvkqr-S-1Ac/default.jpg

    Top story: David Lynch - Ice Bucket Challenge for ALS www.youtube.com/watch?v=Uvkqr-…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ

    posted at 12:37:36

    My Tweeted Times tweetedtimes.com/ChikuwaQ - top stories by Kitri1, Limportant_fr posted at 12:00:06

    Feel like Z.Z. Top coming on stage -> RT @yurikageyama: the world soulful taiko drumming from Miyake island. youtu.be/LY8P3PKgLzY posted at 10:05:34

    RT @iarehautjobb: iarehautjobb//art.is.hard is out! paper.li/iarehautjobb/a… Stories via @H_C @momentsoffilm @ChikuwaQ posted at 10:02:06

    Papier is out! paper.li/ChikuwaQ/13277… Stories via @fuzambointl @Orange_Cineday @Rouqui2 posted at 09:13:36

    Top story: 75% des sympathisants PS approuvent le limogeage de Montebourg @must… limportant.fr/infos-politiqu…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ posted at (...)