person:martin luther king

  • Imagine What The World Would’ve Looked Like If These Amazing People Had Not Been Assassinated
    http://www.filmsforaction.org/watch/imagine-a-world-without-hate

    Imagine a world without hate, one where the hate crimes against Martin Luther King, Anne Frank, Matthew Shepard and others did not take place. Support us in the fight against bigotry and extremism...


  • What the Corporate Media Won’t Tell You about MLK | Interview with Drs. Jared Ball & Wilmer Leon
    http://www.filmsforaction.org/watch/what-the-corporate-media-wont-tell-you-about-mlk-interview-with-drs-

    Abby Martin hosts a discussion on the ’whitewashing’ of the legacy of Dr. Martin Luther King Jr. speaking with Howard University Professor Dr. Wilmer J. Leon, and Morgan State University Professor...



  • Dr. King on the Roots of Economic Inequality
    http://notionscapital.wordpress.com/2014/01/20/dr-king-on-the-roots-of-economic-inequality

    “At the very same time that America refused to give the Negro any land, through an act of Congress our government was giving away millions of acres of land in the West and the Midwest, which meant that it was willing to undergird its white peasants from Europe with an economic floor.

    But not only did they give the land, they built land grant colleges with government money to teach them how to farm. Not only that, they provided county agents to further their expertise in farming. Not only that, they provided low interest rates in order that they could mechanize their farms.

    Not only that, today many of these people are receiving millions of dollars in federal subsidies not to farm, and they are the very people telling the black man that he ought to lift himself by his own bootstraps.”

    – Dr. #Martin_Luther_King. Jr., “Remaining Awake Through a Great Revolution,” delivered at the National Cathedral, Washington DC on March 31, 1968 (full text here http://mlk-kpp01.stanford.edu/index.php/encyclopedia/multimediaentry/doc_remaining_awake_through_a_great_revolution).

    #discrimination #racisme #Etats-Unis #terres


  • Désobéir en démocratie - Reporterre
    http://www.reporterre.net/spip.php?article4773

    En s’appuyant notamment sur les écrits de Thoreau, Gandhi et Martin Luther King, il retrace l’apparition et l’affirmation d’une pensée qui précise peu à peu les conditions de légitimité et d’efficacité de la désobéissance civile.

    Il en ressort une certitude : la désobéissance civile, loin d’être une entorse à la démocratie, en est une composante essentielle.

    #livre #a_lire ?

    Si quelqu’un l’a lu ;-)


  • Pourquoi nous ne pouvons pas attendre - Les mots sont importants (lmsi.net)
    http://lmsi.net/Pourquoi-nous-ne-pouvons-pas

    Martin Luther King, une pensée pour les modérés que je garde au chaud :

    Je dois vous faire deux aveux sincères, mes frères chrétiens et juifs. Tout d’abord je dois vous avouer que, ces dernières années, j’ai été gravement déçu par les Blancs modérés. J’en suis presque arrivé à la conclusion regrettable que le grand obstacle opposé aux Noirs en lutte pour leur liberté, ce n’est pas le membre du Conseil des citoyens blancs ni celui du Ku Klux Klan, mais le Blanc modéré qui est plus attaché à l’« ordre » qu’à la justice ; qui préfère une paix négative issue d’une absence de tensions à une paix positive issue d’une victoire de la justice ; qui répète constamment : « Je suis d’accord avec vous sur les objectifs, mais je ne peux approuver vos méthodes d’action directe » ; qui croit pouvoir fixer, en bon paternaliste, un calendrier pour la libération d’un autre homme ; qui cultive le mythe du « temps-qui-travaille-pour-vous » et conseille constamment au Noir d’attendre « un moment plus opportun ». La compréhension superficielle des gens de bonne volonté est plus frustrante que l’incompréhension totale des gens mal intentionnés. Une acceptation tiède est plus irritante qu’un refus pur et simple.

    #ordre_social #modérés


  • Pourquoi nous ne pouvons pas attendre
    http://lmsi.net/Pourquoi-nous-ne-pouvons-pas

    A l’heure où l’on commémore le cinquantième anniversaire de son désormais célèbre discours I had a dream, nous republions des extraits choisis d’une autre très grande oeuvre de Martin Luther King : la Lettre de la geôle de Birmingham. Très loin de l’image aseptisée du pasteur qu’a construite l’idéologie dominante, plus loin encore des appels à la « tolérance », au « vivre-ensemble » et autres mots creux de l’antiracisme étatique et institutionnel, cette lettre ouverte propose l’une des analyses les plus (...)



  • Ten charts show how the U.S. has changed for the better since MLK’s speech

    Earlier today, to mark the 50th anniversary of #Martin_Luther_King Jr.’s “I Have a Dream” speech, we posted a series of charts showing that the economic gap between whites and blacks hasn’t really narrowed over the last 50 years. In some cases — like the wealth gap — it’s actually widened.

    Yet by other metrics, there has been a striking amount of racial progress in the United States since 1963. That’s worth noting too:

    http://www.washingtonpost.com/blogs/wonkblog/files/2013/08/SDT-racial-relations-08-2013-03-08.png

    http://www.washingtonpost.com/blogs/wonkblog/wp/2013/08/28/ten-charts-show-how-the-u-s-has-changed-for-the-better-since-mlks-ma

    #USA #visualisation #graphiques


  • The Ugly Revolution
    Michael Rogin
    http://www.lrb.co.uk/v23/n09/michael-rogin/the-ugly-revolution

    A falsification that held more universal sway among whites than did any Stalinist rewriting of history in the Soviet Union transformed black Americans in the post-bellum South from victims of re-subjugation into political and sexual predators.

    It is now a commonplace that, instead of protecting Southern civil rights workers, the FBI (with the collusion of the Kennedy brothers) conducted a campaign to discredit King. The organisation’s assistant director, William Sullivan, compiled from the Bureau’s wiretaps and bugs a tape of the noises of the civil rights leader’s extramarital activities. He sent it to King with a letter threatening to expose him; purporting to be a ‘Negro’, the letter-writer proposed suicide as King’s only way out.

    Elevating King to the pantheon of founding fathers, however, has served as a ritual of national self-congratulation that obliterates the radical movement in which King lived, breathed and died.

    (...)

    Ronald Reagan, who had opposed not only the civil rights movement but also the national legislation ending legal discrimination and guaranteeing the black right to vote, was the President who signed the Bill declaring King’s birthday a national holiday. There were two reasons for this historical irony. First, King was being celebrated as ‘poster boy’ (Dyson’s term) for the achievement of formal legal equality by those claiming that the struggle for racial justice had been won. Second, Reagan was paying back the debt he owed King, since the entry of racial conflict into national politics overthrew the FDR/Johnson New Deal coalition and put the former actor in the White House.


  • Le « rêve » de Martin Luther King interdit sur Internet - Libération
    http://www.liberation.fr/monde/2013/08/28/le-reve-de-martin-luther-king-interdit-sur-internet_927649

    A moins de pouvoir assister aux célébrations outre-Atlantique, il n’existe d’ailleurs qu’une seule façon de revoir « I have a dream » en toute légalité : débourser 20 dollars (15 euros) pour acheter le DVD sur le site du King Center. Pour ceux qui s’y refusent, il faudra attendre que le discours passe dans le domaine public en 2038, soit soixante-dix ans après la mort de son auteur.

    #copyright (DTC)


  • Aunohr ressuscite une nouvelle culture de vie pour contrer la violence

    http://www.lorientlejour.com/article/829675/aunohr-ressuscite-une-nouvelle-culture-de-vie-pour-contrer-la-violenc

    Évoquer aujourd’hui des figures historiques telles que le Mahatma Gandhi ou Martin Luther King peut sembler anachronique, voire puéril, devant l’effusion de sang dans un monde arabe en proie à un cycle de violences morbides des plus destructeurs.

    Pourtant, l’enseignement apporté par ces mastodontes de l’action non violente a retrouvé sa place au Liban même, dans une université unique en son genre.

    Fondée en 2009 à l’initiative Walid Slaybi et Ogarit Younan, et officiellement reconnue par l’État libanais, Aunohr (Academic University for Non-Violence and Human Rights) entend réformer le système pédagogique classique en proposant d’autres alternatives et pistes de réflexion, accompagnées de méthodologies d’action et de résolution des conflits inspirées de la philosophie de la non-violence et des droits humains. C’est effectivement la première expérience universitaire de ce type dans le monde où les étudiants peuvent bénéficier d’un enseignement académique complètement orienté vers la pensée et l’action non violente.

    #Aunohr #Mahatma_Gandhi #Martin_Luther_King #Walid_Slaybi #Ogarit_Younan #non_violence #droits_humains


  • The Martin Luther King that Obama does not want you to remember
    http://stopwar.org.uk/index.php/usa-war-on-terror/2196-the-martin-luther-king-that-barack-obama-doesnt-want-you-to-remembe

    The civil right achievements of Martin Luther King are quite justly the focus of the annual birthday commemoration of his legacy.
    But it is remarkable... how completely his vehement anti-war advocacy is ignored when commemorating his life (just as his economic views are).


  • Martin Luther King disait, à juste titre, que « nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. »

    Certains pensent que vivre ensemble est égal à "commercer "librement" ensemble" !!

    Ce n’est bien sûr pas du tout ce que voulait dire MLK !!! (en réponse à la conclusion d’un article d’Afrika.com


  • Les « Playboy » américains envahissent la Mongolie - Libération
    http://www.liberation.fr/monde/2013/01/21/les-playboy-americains-envahissent-la-mongolie_875716

    L’édition en langue locale de Cosmopolitan a été lancée en décembre 2010, tandis que celle de Playboy, dont le premier numéro est sorti en octobre s’est immédiatement vendue à quelque 3000 exemplaires malgré des prix prohibitifs. (…)

    Grâce au secteur minier, le pays de 2,75 millions d’habitants connaît une croissance économique fulgurante, qui permet aux « nouveaux riches » d’accéder à des produits de consommation occidentaux.

    Bienvenue dans la modernité occidentale ! :-(

    L’annonce dans la presse locale anglophone (septembre 2012) http://www.infomongolia.com/ct/ci/4990/62

    L’article de Libé (aucune mention d’auteur ni d’origine) est très visiblement un résumé de la dépêche de l’AFP, ici http://www.rawstory.com/rs/2013/01/16/u-s-media-brings-glitz-to-increasingly-urbane-mongolia

    Le site de l’édition locale http://www.playboymongolia.mn avec, en page d’accueil, une photo de Martin Luther King.


  • Hibernation - Un jour à la fois
    http://otir.net/dotclear/index.php/post/2013/01/22/Hibernation

    Une semaine qui s’annonce frigorifiante, l’air froid stagnera au-dessus de nos cieux pour un bon bout de temps. Je suis habituée désormais à ce que janvier dans l’Etat de New York apporte des périodes glaciaires, et qui plus est, nous avions été prévenus, que contrairement à l’hiver relativement doux de 2012, cette année serait rigoureuse.

    Hier, nous avons joyeusement hiberné avec mes garçons. Il n’y avait pas classe, en raison de la journée consacrée à la mémoire de Martin Luther King Jr. C’était également l’inauguration présidentielle, que j’ai suivie en direct au retour d’une séance de réparation de couronne dentaire : la belle excuse pour ne pas travailler, c’est difficile d’être créative au sortir de l’anesthésique, et avec une machoire totalement endolorie. Avoir les adolescents dans les pattes n’est pas non plus propice à la concentration, même s’ils vivent leur vie de leur côté, je suis perçue comme la mère-pélican quoi qu’il advienne...

    Le bon côté de la chose était de se retrouver tous les trois hilares, et câlins, pour une séance marathon de ma série préférée de West Wing, affalés sur le canapé et picorant les restes du week-end généreusement offerts par les membres de la synagogue qui avaient préparé les buffets et vu dix fois trop grand.

    J’ai une liste de choses à faire - et en retard - longue comme six bras. Je ne jouerai pas les Shiva pour autant. Quand je ne sais pas par quoi commencer, publier un billet me semble toujours la meilleure échappatoire. Hélas, tout a une fin, et il faut bien que je m’y mette. Après le point final.


  • Il est interdit de partager sur Internet le «I Have a Dream» de Martin Luther King | Slate
    http://www.slate.fr/lien/67399/martin-luther-king-i-have-a-dream-piratage-copyright

    Mais il est un hommage que ses admirateurs ne pourront pas lui rendre, c’est celui de réutiliser librement son célèbre discours « I Have a Dream », prononcé le 28 août 1963 sur les marches du Lincoln Memorial de Washington : celui-ci est en effet sous copyright, les droits appartenant aux héritiers de King, qui en ont confié l’administration à la société britannique EMI Publishing, aujourd’hui propriété de Sony.

    #copyright #copyright_madness



  • Ignoring North Korea’s gulags - The Washington Post

    http://www.washingtonpost.com/opinions/ignoring-north-koreas-gulags/2013/01/20/7c0c1958-6328-11e2-9e1b-07db1d2ccd5b_story.html

    Ignoring North Korea’s gulags

    By Jared Genser, Monday, January 21, 1:16 AM

    Jared Genser is an attorney and serves as pro bono counsel to the International Coalition to Stop Crimes Against Humanity in North Korea.

    As Americans celebrate President Obama’s second inaugural and Martin Luther King Jr. Day — events that symbolize the power of human freedom and perseverance against oppression — for many others such freedom is a distant dream. Among the most repressive countries in the world, North Korea holds as many as 200,000 people in the vast gulag system known as the kwan-li-so. Under the guilt-by-association system established during the dictatorship of Kim Il Sung more than 50 years ago, real and imagined dissenters and as many as three generations of their relatives are punished to eliminate “the seeds” of bad families. Those imprisoned have almost no hope for release, and it is nearly impossible to escape the camps, meaning these people are almost guaranteed to die as prisoners. Over the past few decades, hundreds of thousands have perished, the Committee for Human Rights in North Korea estimates.

    #corée-du-nord


  • Il est interdit de partager sur Internet le « I Have a Dream » de Martin Luther King | Slate
    http://www.slate.fr/lien/67399/martin-luther-king-i-have-a-dream-piratage-copyright

    Ce lundi 21 janvier, c’est le Martin Luther King, Jr. Day, le jour où les Etats-Unis célèbrent la mémoire du combattant des droits civiques. Un événement qui va prendre un relief particulier cette année puisque Barack Obama va, sur les marches du Capitole, prêter serment pour un second mandat sur la Bible de King.

    Mais il est un hommage que ses admirateurs ne pourront pas lui rendre, c’est celui de réutiliser librement son célèbre discours « I Have a Dream », prononcé le 28 août 1963 sur les marches du Lincoln Memorial de Washington : celui-ci est en effet sous #copyright, les droits appartenant aux héritiers de King, qui en ont confié l’administration à la société britannique EMI Publishing, aujourd’hui propriété de Sony.

    Vendredi, une vidéo du discours était mise en ligne sur Vimeo par le groupe Fight for the Future en l’honneur du Internet Freedom Day, une journée célébrant le premier anniversaire du blackout de l’Internet américain décidé l’an dernier pour lutter contre les projets Stop Online Piracy Act (SOPA) et Protect IP Act (PIPA), depuis suspendus.

    ah les rats ! les rapaces ! les scélérats !

    • Pour ce « Martin Luther King Day », le discours de Martin Luther King est en copyright et interdit de partage par ses héritiers, seulement en vente au prix de 20$.
      Je ne pense pas que Martin Luther King aurait apprécié.
      Par conséquent je l’écoute, lui, et je passe outre.
      http://youtu.be/fIshI_qxxew

      Traduction du discours :
      "I have a Dream
      de Martin Luther King, Jr.

      traduction : Terrie-Ann WELCH
      Texte original

      Delivré sur les marches du Lincoln Memorial à Washington D.C. le 28 octobre 1963.

      Je suis heureux de pouvoir être ici avec vous aujourd’hui, à une manifestation dont on se rappellera comme étant la plus grande manisfestation pour la liberté dans l’histoire de notre pays.
      Il y a cent ans, un grand Américain, à l’ombre de qui nous sommes aujourd’hui, a signé la Proclamation d’Emancipation. Ce décret capital est arrivé comme une grande lumière d’espoir pour les millions d’esclaves qui avaient été brûlés par les flammes de l’injustice qui consume. Il est venu comme une aurore joyeuse pour terminer la longue nuit de leur captivité.

      Mais, un siècle plus tard, le Noir n’est toujours pas libre ; un siècle plus tard la vie du Noir est toujours tristement handicapée par les menottes de la ségrégation et les chaînes de la discrimination ; un siècle plus tard, le Noir vit isolé sur une île d’indigence au milieu d’un vaste océan de prospérité ; un siècle plus tard, le Noir languit toujours dans les coins de la société américaine et il se trouve en exilé dans sa propre terre.

      Nous sommes donc venus ici aujourd’hui pour dramatiser une condition honteuse. Dans un sens, nous sommes venus à la capitale de notre pays pour toucher ce qui nous est dû. Quand les architectes de notre république ont écrit les mots magnifiques de la Constitution et de la Déclaration d’Indépendance, ils ont signé un billet à ordre, dont tous les Américains devaient hériter. Ce billet était une promesse qu’à tous les hommes, oui, les hommes noirs aussi bien que les hommes blancs, seraient garantis les droits inaliénables de vie, de liberté, et de poursuite du bonheur.

      Il est clair aujourd’hui que l’Amérique a manqué à ses engagements en ce qui concerne ses citoyens de couleur. Au lieu de faire honneur à cette obligation sacrée, l’Amérique a donné au peuple noir un chèque sans provisions ; un chèque qui nous est revenu marqué « fonds insuffisants ». Nous refusons de croire que la banque de la justice soit en faillite. Nous refusons de croire qu’il y ait des fonds insuffisants dans les grandes chambres fortes d’opportunité de cette nation. Par conséquent, nous sommes venus ici pour encaisser notre chèque, le chèque qui nous donnera sur demande les richesses de la liberté et la sécurité de la justice.

      Nous sommes venus à ce lieu sacré pour rappeler au peuple américain l’urgence extrème du présent. Ce n’est pas le moment de nous adonner au luxe de nous détendre ou de nous contenter de la drogue tranquillisante d’une solution graduelle. Il est temps maintenant de rendre réelles toutes les promesses de la démocratie ; il est temps maintenant de quitter la vallée sombre et désolée de la ségrégation pour nous avancer vers le sentier brillant de la justice raciale ; il est temps maintenant d’aider notre nation à se dégager des sables mouvants de l’injustice raciale pour l’installer sur le roc solide de la fraternité ; il est temps maintenant de faire que la justice devienne une réalité pour tous les enfants de Dieu. Ce serait une erreur fatale pour la nation de refuser de voir l’urgence du moment. Cet été étouffant du mécontentement légitime du Noir ne finira pas jusqu’à ce qu’arrive un automne vivifiant de liberté et d’égalité.

      1963 n’est pas une fin, mais un commencement. Et ceux qui espèrent que le Noir avait besoin de passer sa colère et qu’il est maintenant satisfait, auront un rude réveil si la nation revient à sa routine. Il n’y aura ni repos ni tranquillité en Amérique jusqu’à ce que le Noir obtienne ses droits de citoyenneté. Les tourbillons de la révolte continueront à ébranler les fondements de notre nation jusqu’à ce que le jour clair de la justice se lève à l’horizon.

      Mais il y a quelque chose que je dois dire à mon peuple, qui a le pied sur le seuil attrayant qui mène au palais de la justice. Tout en cherchant à obtenir la place qui nous est dûe, nous ne devons pas être coupables d’actions mauvaises. Ne cherchons pas à satisfaire notre soif de liberté en buvant dans la tasse de l’amertume et de la haine. Nous devons pour toujours conduire notre lutte sur un plan élevé de dignité et de discipline. Nous ne devons pas laisser nos revendications créatrices dégénérer en violence physique. Encore et encore, nous devons nous élever jusqu’aux hauteurs majesteuses où l’on réfute la force physique avec la force de l’âme.

      L’esprit militant, nouveau et merveilleux, qui a pénétré la communauté Noire, ne doit pas nous amener à manquer de confiance en tous les Blancs, parce que beaucoup de nos frères blancs, comme le prouve leur présence ici aujourd’hui, se rendent maintenant compte que leur destinée est liée à notre destinée, et ils sont arrivés à la réalisation que leur liberté est inextricablement liée à notre liberté. Nous ne pouvons pas cheminer seuls. Et en cours de chemin, nous devons promettre que nous marcherons toujours de l’avant. Nous ne pouvons pas retourner en arrière.

      Il y a ceux qui demandent aux partisans des Droits Civiques,"Quand serez-vous satisfaits ?" Nous ne serons jamais satisfaits tant que le Noir sera victime des horreurs indicibles de la brutalité de la police ; nous ne serons jamais satisfaits tant que nos corps, lourds de la fatigue du voyage, nous ne pourrons pas obtenir un logement dans les motels de la grand’route et dans les hôtels des villes ; nous ne serons pas satisfaits tant que la mobilité essentielle du Noir consistera à aller d’un ghetto plus petit à un autre plus grand ; nous ne serons jamais satisfaits tant qu’on dépouillera nos enfants de leur amour-propre et tant qu’on les privera de leur dignité avec des pancartes qui déclarent : « Pour les Blancs Seulement. » Nous ne serons pas satisfaits tant que le Noir du Missippippi ne pourra pas voter, et le Noir de New York croira qu’il n’a rien en faveur de quoi il peut voter. Non ! Non, nous ne sommes pas satisfaits, et nous ne serons pas satisfaits jusqu’à ce que « la justice dévale comme un torrent et le droit comme un fleuve puissant. »

      Je n’ignore pas que certains d’entre vous sont venus ici après de grandes épreuves et tribulations. Quelques-uns parmi vous sont récemment sortis de prisons étroites. Quelques-uns parmi vous sont venus de régions où, dans votre quête pour la liberté, vous avez été meurtris par les orages de la persécution et rendus chancelants par les vents de la brutalité de la police. Vous êtes les vétérans de la souffrance inventive. Continuez à travailler dans la foi que la souffrance non méritée est rédemptrice. Retournez dans le Mississippi ; retournez dans l’Alabama ; retournez en Caroline du Sud ; retournez en Georgie ; retournez en Louisiane ; retournez aux bas quartiers et aux ghettos des villes du nord sachant que, d’une manière ou d’une autre, cette situation doit être et sera changée ! Ne nous vautrons pas dans la vallée du désespoir !

      Donc, mes amis aujourd’hui je vous dis que quoique nous devions faire face aux difficultés d’aujourd’hui et de demain, j’ai tout de même un rêve. C’est un rêve qui est profondément enraciné dans le rêve américain. Je rêve qu’un jour cette nation se dressera et fera honneur à la vraie signification de son credo : « Nous tenons ces vérités comme évidentes, que tous les hommes sont créés égaux. » Je rêve qu’un jour sur les collines rouges de Georgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d’esclaves pourront s’asseoir ensemble à la table de la fraternité. Je rêve qu’un jour, même l’état du Mississippi, un état qui étouffe dans la fournaise de l’injustice, qui étouffe dans la fournaise de l’oppression, sera transformé en une oasis de liberté et de justice. Je rêve que mes quatre jeunes enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés par la couleur de leur peau, mais à la mesure de leur caractère.

      J’ai Un Rêve Aujourd’hui !

      Je rêve qu’un jour, au fin fond de l’Alabama, avec ses racistes pleins de haine —avec son gouverneur des lèvres de qui dégoulinent les mots de l’interposition et de la nullification—un jour, même là, en Alabama, les petits garçons noirs et les petites filles noires pourront aller la main dans la main avec les petits garçons blancs et les petites filles blanches, comme frères et soeurs.

      J’ai Un Rêve Aujourd’hui !

      Je rêve qu’un jour, chaque vallée sera rehaussée et chaque colline et chaque montagne sera aplanie, les aspérités seront nivelées et les endroits torteux seront rendus rectilignes, et « la gloire de Dieu sera révélée et tout ce qui est chair le verra ensemble. »

      C’est notre espérance. C’est la foi avec laquelle je retourne dans le Sud. Avec cette foi nous pourrons tailler dans la montagne du désespoir, la stèle de l’espoir. Avec cette foi, nous pourrons transformer la cacophonie des discordes de notre nation en une belle symphonie de la fraternité. Avec cette foi, nous pourrons travailler ensemble, prier ensemble, lutter ensemble, aller en prison ensemble, défendre la cause de la liberté ensemble, sachant qu’un jour nous serons libres. Et ce sera le jour, ce sera le jour où tous les enfants de Dieu pourront chanter avec une signification nouvelle :"Ma patrie c’est toi, douce terre de liberté, c’est toi que je chante. Terre où mes aïeux sont morts, terre fierté du Pélerin ; que du versant de chaque montagne retentisse le carillon de la liberté." Et si le destin de l’Amérique est d’être une grande nation, tout cela doit devenir vrai.

      Que la liberté retentisse donc des collines prodigieuses du New Hampshire jusqu’aux imposantes montagnes du New York. Que la liberté retentisse du sommet des majesteuses Alleghenies de Pennsylvanie. Que la liberté retentisse des pics couronnés de neige des Rocheuses du Colorado. Que la liberté retentisse des versants mamelonés de la Californie. Mais non seulement cela. Que la liberté retentisse du haut de Stone Mountain en Georgie. Que la liberté retentisse du haut de Lookout Mountain au Tennessee. Que la liberté retentisse de chaque colline, et des moindres monticules dans le Mississippi. « Que du versant de chaque montagne retentisse le carillon de la liberté ! »

      Et quand cela se produira, quand nous permettrons à la liberté de retentir, quand elle retentira dans chaque village, et dans chaque hameau, dans chaque état et dans chaque ville, nous serons à mesure de hâter l’arrivée du jour où tous les enfants de Dieu, noirs et blancs, juifs et non juifs, protestants et catholiques, pourrons chanter en se tenant la main ces mots du vieux Negro Spiritual : « Libres enfin, libres enfin ; béni soit le Tout-Puissant, nous sommes libres enfin ! »

      Je suis heureux de pouvoir être ici avec vous aujourd’hui, à une manifestation dont on se rappellera comme étant la plus grande manisfestation pour la liberté dans l’histoire de notre pays.
      Il y a cent ans, un grand Américain, à l’ombre de qui nous sommes aujourd’hui, a signé la Proclamation d’Emancipation. Ce décret capital est arrivé comme une grande lumière d’espoir pour les millions d’esclaves qui avaient été brûlés par les flammes de l’injustice qui consume. Il est venu comme une aurore joyeuse pour terminer la longue nuit de leur captivité.
      Mais, un siècle plus tard, le Noir n’est toujours pas libre ; un siècle plus tard la vie du Noir est toujours tristement handicapée par les menottes de la ségrégation et les chaînes de la discrimination ; un siècle plus tard, le Noir vit isolé sur une île d’indigence au milieu d’un vaste océan de prospérité ; un siècle plus tard, le Noir languit toujours dans les coins de la société américaine et il se trouve en exilé dans sa propre terre.

      Nous sommes donc venus ici aujourd’hui pour dramatiser une condition honteuse. Dans un sens, nous sommes venus à la capitale de notre pays pour toucher ce qui nous est dû. Quand les architectes de notre république ont écrit les mots magnifiques de la Constitution et de la Déclaration d’Indépendance, ils ont signé un billet à ordre, dont tous les Américains devaient hériter. Ce billet était une promesse qu’à tous les hommes, oui, les hommes noirs aussi bien que les hommes blancs, seraient garantis les droits inaliénables de vie, de liberté, et de poursuite du bonheur.

      Il est clair aujourd’hui que l’Amérique a manqué à ses engagements en ce qui concerne ses citoyens de couleur. Au lieu de faire honneur à cette obligation sacrée, l’Amérique a donné au peuple noir un chèque sans provisions ; un chèque qui nous est revenu marqué « fonds insuffisants ». Nous refusons de croire que la banque de la justice soit en faillite. Nous refusons de croire qu’il y ait des fonds insuffisants dans les grandes chambres fortes d’opportunité de cette nation. Par conséquent, nous sommes venus ici pour encaisser notre chèque, le chèque qui nous donnera sur demande les richesses de la liberté et la sécurité de la justice.

      Nous sommes venus à ce lieu sacré pour rappeler au peuple américain l’urgence extrème du présent. Ce n’est pas le moment de nous adonner au luxe de nous détendre ou de nous contenter de la drogue tranquillisante d’une solution graduelle. Il est temps maintenant de rendre réelles toutes les promesses de la démocratie ; il est temps maintenant de quitter la vallée sombre et désolée de la ségrégation pour nous avancer vers le sentier brillant de la justice raciale ; il est temps maintenant d’aider notre nation à se dégager des sables mouvants de l’injustice raciale pour l’installer sur le roc solide de la fraternité ; il est temps maintenant de faire que la justice devienne une réalité pour tous les enfants de Dieu. Ce serait une erreur fatale pour la nation de refuser de voir l’urgence du moment. Cet été étouffant du mécontentement légitime du Noir ne finira pas jusqu’à ce qu’arrive un automne vivifiant de liberté et d’égalité.

      1963 n’est pas une fin, mais un commencement. Et ceux qui espèrent que le Noir avait besoin de passer sa colère et qu’il est maintenant satisfait, auront un rude réveil si la nation revient à sa routine. Il n’y aura ni repos ni tranquillité en Amérique jusqu’à ce que le Noir obtienne ses droits de citoyenneté. Les tourbillons de la révolte continueront à ébranler les fondements de notre nation jusqu’à ce que le jour clair de la justice se lève à l’horizon.

      Mais il y a quelque chose que je dois dire à mon peuple, qui a le pied sur le seuil attrayant qui mène au palais de la justice. Tout en cherchant à obtenir la place qui nous est dûe, nous ne devons pas être coupables d’actions mauvaises. Ne cherchons pas à satisfaire notre soif de liberté en buvant dans la tasse de l’amertume et de la haine. Nous devons pour toujours conduire notre lutte sur un plan élevé de dignité et de discipline. Nous ne devons pas laisser nos revendications créatrices dégénérer en violence physique. Encore et encore, nous devons nous élever jusqu’aux hauteurs majesteuses où l’on réfute la force physique avec la force de l’âme.

      L’esprit militant, nouveau et merveilleux, qui a pénétré la communauté Noire, ne doit pas nous amener à manquer de confiance en tous les Blancs, parce que beaucoup de nos frères blancs, comme le prouve leur présence ici aujourd’hui, se rendent maintenant compte que leur destinée est liée à notre destinée, et ils sont arrivés à la réalisation que leur liberté est inextricablement liée à notre liberté. Nous ne pouvons pas cheminer seuls. Et en cours de chemin, nous devons promettre que nous marcherons toujours de l’avant. Nous ne pouvons pas retourner en arrière.

      Il y a ceux qui demandent aux partisans des Droits Civiques,"Quand serez-vous satisfaits ?" Nous ne serons jamais satisfaits tant que le Noir sera victime des horreurs indicibles de la brutalité de la police ; nous ne serons jamais satisfaits tant que nos corps, lourds de la fatigue du voyage, nous ne pourrons pas obtenir un logement dans les motels de la grand’route et dans les hôtels des villes ; nous ne serons pas satisfaits tant que la mobilité essentielle du Noir consistera à aller d’un ghetto plus petit à un autre plus grand ; nous ne serons jamais satisfaits tant qu’on dépouillera nos enfants de leur amour-propre et tant qu’on les privera de leur dignité avec des pancartes qui déclarent : « Pour les Blancs Seulement. » Nous ne serons pas satisfaits tant que le Noir du Missippippi ne pourra pas voter, et le Noir de New York croira qu’il n’a rien en faveur de quoi il peut voter. Non ! Non, nous ne sommes pas satisfaits, et nous ne serons pas satisfaits jusqu’à ce que « la justice dévale comme un torrent et le droit comme un fleuve puissant. »

      Je n’ignore pas que certains d’entre vous sont venus ici après de grandes épreuves et tribulations. Quelques-uns parmi vous sont récemment sortis de prisons étroites. Quelques-uns parmi vous sont venus de régions où, dans votre quête pour la liberté, vous avez été meurtris par les orages de la persécution et rendus chancelants par les vents de la brutalité de la police. Vous êtes les vétérans de la souffrance inventive. Continuez à travailler dans la foi que la souffrance non méritée est rédemptrice. Retournez dans le Mississippi ; retournez dans l’Alabama ; retournez en Caroline du Sud ; retournez en Georgie ; retournez en Louisiane ; retournez aux bas quartiers et aux ghettos des villes du nord sachant que, d’une manière ou d’une autre, cette situation doit être et sera changée ! Ne nous vautrons pas dans la vallée du désespoir !

      Donc, mes amis aujourd’hui je vous dis que quoique nous devions faire face aux difficultés d’aujourd’hui et de demain, j’ai tout de même un rêve. C’est un rêve qui est profondément enraciné dans le rêve américain. Je rêve qu’un jour cette nation se dressera et fera honneur à la vraie signification de son credo : « Nous tenons ces vérités comme évidentes, que tous les hommes sont créés égaux. » Je rêve qu’un jour sur les collines rouges de Georgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d’esclaves pourront s’asseoir ensemble à la table de la fraternité. Je rêve qu’un jour, même l’état du Mississippi, un état qui étouffe dans la fournaise de l’injustice, qui étouffe dans la fournaise de l’oppression, sera transformé en une oasis de liberté et de justice. Je rêve que mes quatre jeunes enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés par la couleur de leur peau, mais à la mesure de leur caractère.

      J’ai Un Rêve Aujourd’hui !

      Je rêve qu’un jour, au fin fond de l’Alabama, avec ses racistes pleins de haine —avec son gouverneur des lèvres de qui dégoulinent les mots de l’interposition et de la nullification—un jour, même là, en Alabama, les petits garçons noirs et les petites filles noires pourront aller la main dans la main avec les petits garçons blancs et les petites filles blanches, comme frères et soeurs.

      J’ai Un Rêve Aujourd’hui !

      Je rêve qu’un jour, chaque vallée sera rehaussée et chaque colline et chaque montagne sera aplanie, les aspérités seront nivelées et les endroits torteux seront rendus rectilignes, et « la gloire de Dieu sera révélée et tout ce qui est chair le verra ensemble. »

      C’est notre espérance. C’est la foi avec laquelle je retourne dans le Sud. Avec cette foi nous pourrons tailler dans la montagne du désespoir, la stèle de l’espoir. Avec cette foi, nous pourrons transformer la cacophonie des discordes de notre nation en une belle symphonie de la fraternité. Avec cette foi, nous pourrons travailler ensemble, prier ensemble, lutter ensemble, aller en prison ensemble, défendre la cause de la liberté ensemble, sachant qu’un jour nous serons libres. Et ce sera le jour, ce sera le jour où tous les enfants de Dieu pourront chanter avec une signification nouvelle :"Ma patrie c’est toi, douce terre de liberté, c’est toi que je chante. Terre où mes aïeux sont morts, terre fierté du Pélerin ; que du versant de chaque montagne retentisse le carillon de la liberté." Et si le destin de l’Amérique est d’être une grande nation, tout cela doit devenir vrai.

      Que la liberté retentisse donc des collines prodigieuses du New Hampshire jusqu’aux imposantes montagnes du New York. Que la liberté retentisse du sommet des majesteuses Alleghenies de Pennsylvanie. Que la liberté retentisse des pics couronnés de neige des Rocheuses du Colorado. Que la liberté retentisse des versants mamelonés de la Californie. Mais non seulement cela. Que la liberté retentisse du haut de Stone Mountain en Georgie. Que la liberté retentisse du haut de Lookout Mountain au Tennessee. Que la liberté retentisse de chaque colline, et des moindres monticules dans le Mississippi. « Que du versant de chaque montagne retentisse le carillon de la liberté ! »

      Et quand cela se produira, quand nous permettrons à la liberté de retentir, quand elle retentira dans chaque village, et dans chaque hameau, dans chaque état et dans chaque ville, nous serons à mesure de hâter l’arrivée du jour où tous les enfants de Dieu, noirs et blancs, juifs et non juifs, protestants et catholiques, pourrons chanter en se tenant la main ces mots du vieux Negro Spiritual : « Libres enfin, libres enfin ; béni soit le Tout-Puissant, nous sommes libres enfin ! »
      Martin Luther King
      #MLKDAY


  • Copyright Madness du 25 au 31 août : Mauvaise semaine pour le domaine public | :: S.I.Lex ::

    http://scinfolex.wordpress.com/2012/09/02/copyright-madness-du-25-au-31-aout-mauvaise-semaine-pour-le-dom

    « I have a dream »

    Une incroyable découverte a été faite récemment. Un enregistrement sonore inédit de Martin Luther King a été retrouvé. Mais puisque nous sommes dans la chronique du Copyright Madness, vous imaginez que cela cache quelque chose. Vous avez raison.

    La bande sonore devrait faire l’objet d’une transaction commerciale. Un certain Keya Morgan, spécialiste en artefacts, souhaite vendre la bobine à un musée. Après tout, M.L King est mort en 1968 et la personne qui l’a interviewé est encore en vivante. Par conséquent, l’enregistrement n’est pas libre de droit. Pourquoi se priver d’une petite plus-value ?

    En y regardant de plus près, M.L.King fait l’objet de dérives assez incroyables. En effet, vous ne pouvez pas réciter trop de phrases du célèbre discours "I have a dream."

    Ce discours a été prononcé en public dans un contexte qui a marqué l’histoire politique et sociale des Etats-Unis. Bien que les discours publics puissent s’apparenter à une exception au droit d’auteur, celui de M.L.King n’appartient pas au domaine public. Le discours ayant été diffusé à la TV par CBS, et M.L.King ayant revendiqué son droit en tant qu’auteur, il est donc soumis au droit d’auteur. De ce fait, les héritiers peuvent réclamer une redevance pour la diffusion et la reproduction sonore ou vidéo du discours.

    Rendez-vous donc en 2038 dans le domaine public !


  • Bayard Rustin: The invisible civil rights rights leader, organiser, intellectual and gay man - by Zackie Achmat « Writing Rights
    http://writingrights.nu.org.za/2010/09/03/bayard-rustin-the-invisible-civil-rights-rights-leader-organise

    A Quaker and therefore a pacifist, Rustin was one of the most important leaders of the Civil Rights movement in the United States. He was the chief organiser of the March on Washington for the civil rights of African-Americans where Martin Luther King jnr. gave his most famous “I have a Dream” speech. For decades, Rustin disappeared from history. Rustin’s gay identity and the homophobia of all progressive movements but specifically the Black community in the United States was at the core of his political invisibility.

    http://writingrights.nu.org.za/wp-content/uploads/2010/09/Rustin-mugshot.jpg

    #histoire #etats-unis


  • The Black Power Mixtape - videos.arte.tv
    http://videos.arte.tv/fr/videos/the_black_power_mixtape-6564426.html

    De 1967 à 1972, des équipes de télévision suédoises se sont intéressées au mouvement des droits civiques aux États-Unis. Du quotidien d’une famille noire qui manque de tout au désespoir des habitants de Harlem après les assassinats de Martin Luther King et Bob Kennedy, d’un discours de Bobby Seal au procès très médiatisé de l’égérie des Black Panthers Angela Davis, ces journalistes ont relayé le soulèvement de la population afro-américaine en tentant d’en comprendre les causes. Ils ont approché les grands leaders du #Black_Power lors de prises de positions publiques, mais aussi dans l’intimité.


  • « Ceux qui veulent le Pays pour tous » LE MEPRIS CA SUFFIT !
    http://ouvriersgensdici.free.fr/spip.php?article217

    Il n’y a pas d’immigrés, il n’y a pas de français de souche ! IL Y A DES PERSONNES QUI VIVENT ICI, ET QUI ENSEMBLE FONT LE PAYS !

    Ras le bol des discours racistes, de la préférence nationale, des incitations à la guerre civile, des polices spéciales contre les étrangers (PAF), contre les jeunes et les habitants des banlieues (BAC) ! On est des individus, on ne veut pas d’étiquette pour nous trier et nous diviser. Le pays c’est nous tous, qui y vivons. A chacun de nous d’en faire un pays où chacun est compté, respecté pour ce qu’il est.

    Il n’y a pas « ceux qui méritent » et les « fraudeurs », les « bons » et les « mauvais » : IL Y A DES GENS QUI SONT CONFRONTES A LA DURETE DE LA VIE, A LA MISERE, A LA MALADIE, AU MANQUE DE TRAVAIL... et qui bataillent pour s’en sortir. C’est honteux d’accuser les pauvres, les chômeurs, les malades, les enfants qui ne réussissent pas à l’école, etc... d’être des charges.

    Il n’y a pas ceux qui comptent et ceux qui ne « valent rien » : CHAQUE PERSONNE EST IMPORTANTE, ET LES DROITS DOIVENT ETRE LES MEMES POUR TOUS. Ca suffit les lois d’exception, pour enlever le droit aux gens, pour les persécuter jusque dans leur vie quotidienne (comme la loi CESEDA contre les étrangers, la loi LLOPSI contre les « marginaux », la loi de rétention de sûreté contre les malades mentaux, les lois PERBEN contre les jeunes...). Les lois doivent dire le même droit pour tous.

    Le mépris ça suffit : les soi-disant experts qui nous prennent pour des chiffres et des variables d’ajustement n’ont aucun droit à décider de notre vie. C’EST A NOUS DE DIRE CE QUE NOUS VOULONS, POUR L’INTERET GENERAL, ET NON POUR L’INTERET PARTICULIER DE POLITICIENS OU DE CAPITALISTES. C’EST A NOUS DE MONTRER QU’ON EST LA, QU’ON EXISTE, ET QU’ON COMPTE.

    On n’a rien à attendre de ces élections, il suffit d’écouter les discours des candidats ! L’état n’est pas là pour les gens, et pourtant certains sont pour l’état : ils reprennent ses propos et propositions ! A nous d’affirmer autre chose, pas contre les gens, mais pour l’intérêt général, pas des paroles en l’air, des promesses fumeuses, mais des principes et des prises de position sur le réel, sur ce qu’est notre vie : à chacun d’affirmer qu’on est autre chose qu’une origine, un papier, une nationalité, une couleur, une religion...

    C’est à nous de prendre la parole, de discuter entre nous de ce qu’on veut, de comment faire pour le mettre en place, et veiller les uns sur les autres.

    On organise un rassemblement pour ça : Des prises de parole et des discussions auront lieu. Dans les jours qui viennent nous ferons circuler des déclarations, ou des gens, en leur nom, disent le réel de leur situation, avec leurs mots et non avec ceux de l’état.

    Nous ne parlerons pas des immigrés, des musulmans, du hallal, des fraudeurs, des assistés, des budgets..., mais des droits pour tous, du pays pour tous, de la réalité de la vie des gens, de comment chacun compte vraiment, comment la situation de chacun est prise en compte, du pays que nous faisons nous vraiment, de comment défendre les enfants...et de ce que vous amènerez vous-mêmes ! Les mensonges de l’état et des partis ça suffit ! A nous de parler de nous mêmes, à nous de dire la vérité sur nos vies !

    RASSEMBLEMENT SAMEDI 14 AVRIL, 15H

    Place Martin Luther King (métro Bellefontaine)

    Ceux qui veulent le Pays pour tous

    #Toulouse

    http://ouvriersgensdici.free.fr/IMG/pdf/pour_le_14_avril.pdf


  • The haunting, rarely seen pictures captured on the night Martin Luther King was assassinated | road2justice

    He is one of the most celebrated figures in modern history, whose murder sent shock waves through American society.

    But the extraordinary photos documenting the aftermath of the assassination of Martin Luther King had until now remained in archives, never published.

    Now, 44 years later, these remarkable images shot by Life magazine photographer Henry Groskinsky on the night of King’s death April 4, 1968, have come to light.

    http://i.dailymail.co.uk/i/pix/2012/01/14/article-2086676-0F734DB800000578-755_634x947.jpg
    http://i.dailymail.co.uk/i/pix/2012/01/14/article-2086676-0F734DB400000578-667_634x422.jpg
    http://road2justice.wordpress.com/2012/01/14/the-haunting-rarely-seen-pictures-captured-on-the-night-mart