region:méditerranée

  • Etonnant article du Nouvel Obs qui prend acte du retournement de conjoncture régionale (guerre déclarée contre Da3ech) et nationale en faveur d’Assad.
    http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20140825.REU7805/bachar-al-assad-conforte-par-la-montee-de-l-etat-islamique.html

    « Il est clair qu’Assad est dans une dynamique de victoire et qu’il va finir par l’emporter », souligne Fabrice Balanche, spécialiste de la Syrie et directeur du Groupe de Recherches et d’Etudes sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient. « La question est de savoir à quelle vitesse il va rétablir son contrôle sur le territoire, si c’est sur l’ensemble du territoire ou s’il va laisser des zones autonomes ».

    On y critique, par le biais de la voix de divers spécialistes, les analyses qui le voyaient un peu vite à bas :

    « Bachar al Assad n’est plus considéré aujourd’hui de la même manière qu’en août 2013 », lorsque Paris et Washington étaient prêts à mener des frappes contre les positions du régime, selon Didier Billion, spécialiste Moyen-Orient et directeur-adjoint de l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris).
    « On est revenu à un début de jeu diplomatique, il y a eu un changement substantiel puisque jusqu’alors personne ne voulait parler avec Bachar sauf ses soutiens », dit le chercheur.
    « Tous les va-t-en-guerre qui voulaient intervenir ou qui avaient des velléités d’intervention contre Assad se sont retrouvés gros-jean comme devant, la France en premier », après la volte-face américaine et l’accord russo-américain sur le démantèlement de l’arsenal chimique syrien.

    Et on y éreinte même l’aveuglement de la ligne du quai d’Orsay :

    “La France est bien embarrassée”, estime Fabrice Balanche. “Laurent Fabius est critiqué pour avoir manqué de prudence, avoir fait croire que le régime allait tomber et qu’il n’y avait que très peu d’islamistes dans les rangs des rebelles syriens.”
    « Aujourd’hui, il n’y a plus guère que la France et l’Arabie saoudite qui sont contre le régime syrien, les Etats-Unis ont dit que c’était une illusion de croire que l’opposition pourrait remplacer Bachar, on a compris depuis un an que le régime allait rester en place », estime-t-il.
    La marge de manoeuvre de la France, qui continue d’affirmer que Bachar al Assad n’a pas d’avenir, s’annonce donc limitée.
    “Quand on continue à exiger le départ de Bachar al Assad, ça nous rend un peu impuissant. On s’est engagés trop vite, trop loin et dans une fausse direction”, déclaré Didier Billion. “On va peut-être changer de position, ça va être compliqué à expliquer et ça ne va peut-être pas être très crédible.”

    Et pour ce qui est des erreurs des journalistes ? Cela fera l’objet d’un article ultérieur, probablement...

    • Erreurs des journalistes et des spécialistes, autoproclamés ou estampillés made in France. Balanche (un proche collègue, je précise, on est dans le même labo) a eu le cran de s’en tenir à sa ligne et à ses analyses, en se faisant traiter (avec quelques autres) d’assassin de la liberté, de facho et autres gentillesses exquises... A mon sens, la véritable question qui devrait interroger ce n’est pas tant cela que le fait que journalistes et surtout « chercheurs » se sont comportés ouvertement en militants sur cette affaire, pas en observateurs, ou analystes, ayant naturellement des convictions, mais sans que cela n’obère leur faculté de penser. (Même chose pour les diplomates d’ailleurs. Au fait, on va garder le brillant Fabius ?)

    • @gonzo
      D’accord avec vous sur le caractère militant et sur le satisfecit donné à votre collègue Balanche - dont je lis régulièrement les interventions depuis le début de cette guerre. On pourrait parler aussi, chez les universitaires, de Pichon ou du libanais G. Corm.
      Du coup, ça m’intéresserait d’avoir votre avis sur la question que vous posez. A quoi attribuez-vous cela ?

    • Joker ;-) Sérieusement, je me pose la question depuis pas mal de temps sans trouver de réponse convaincante... Pour les diplomates, si, plus facilement : atlantisme hollandien, plus pro-sionisme viscéral socialiste, plus lobbyisme libano qq chose, plus affairisme pétromonarchien, plus vieux comptes à régler avec le très réaliste et cruel régime syrien... Ok, ça peut se comprendre... En revanche, pour les gens des médias et les collègues (dont quelques-uns que j’aime bien) qui se sont enragés pour une révolution sur laquelle, honnêtement, un peu de sens politique permettait d’avoir a minima des doutes dès avril, disons mai 2011, je n’ai toujours pas de réponse qui me satisfasse. Romantisme révolutionnaire ? Oui mais pourquoi cette révolution-là, avec ses Ghalioun, Kodmani et consorts ? Pourquoi s’enticher de barbus tout de même pas follement séduisants en oubliant si longtemps les minoritaires, à commencer par les chrétiens d’Orient, si souvent chéris des orientalistes ? Dérive d’une profession de plus en plus dirigée par les intérêts médiatiques et politiques (financements des recherches, postes) ? Cela constitue des arguments, mais pas suffisants me semble-t-il... Je veux bien d’autres suggestions !

    • Conjoindre dans le même satisfecit Corm, Balanche et Pichon illustre à mon avis les ambiguités d’établir de tels « palmarès » des bons observateurs en live, si je puis-dire... mais l’expression colle bien à la situation.
      Quoi de commun entre l’analyste politique et économique, mais tout autant homme politique à l’engagement arabiste assumé qu’est G. Corm, pourfendeur des chimères orientalistes et culturalistes que représentent les lectures confessionnelles des conflits actuels au Proche-Orient, et Balanche (mon proche collègue également) et Pichon : deux universitaires dont les travaux se fondent précisément, à la base, sur l’entrée confessionnelle ? Certes, tous les trois ont en commun un réalisme géopolitique qui a fait défaut à nombre d’autres analystes. Mais c’est tout à mon avis, et du coup, les raisons pour lesquelles leur arguments tombent juste à l’heure actuelle sont loin d’être convergentes et cohérentes. Une étude minutieuse de leurs prises de position successives et évolutives révélerait sans doute certaines contradictions, difficiles à éviter sans doute dans le flots de sollicitations et vu l’incertitude entourant les informations (in)disponibles.
      Douter contre l’opinion dominante est sain (et courageux en effet), mais douter systématiquement de ses propres cadres d’analyse, y compris dans les médias (que cela n’intéresse sans doute guère), permettrait aussi de calmer la course des surenchères médiatiques et politiques. Courir au même rythme que les sollicitations médiatiques se fait au détriment de cette prudence...
      J’en avais fait la remarque ici : http://rumor.hypotheses.org/?p=2601

    • @gonzo : merci de votre réponse. Je n’ai pas grand chose à ajouter à votre liste si ce n’est le lien de certains de vos collègues avec un étrange cénacle euro-atlantiste où se côtoient sionistes comme Moïsi et Kouchner, une Bassma Kodmani, un François Burgat et quelques politiciens libéraux ou socio-libéraux d’envergure : http://www.ecfr.eu/paris/post/edouard_tetreau_nouveau_directeur_de_lecfr_paris
      Etrange attelage ! Mais ça reste néanmoins insuffisant...

      @rumor : là on risque d’atteindre mes limites d’homme sans qualités. Mais je m’y risque quand même. D’abord la question bourdieusienne de savoir quel risque il y a pour des universitaires à accepter les sollicitations médiatiques sans recul et donc à voir l’immixtion d’une logique médiatique délétère dans le champ universitaire qui devrait être plus attentif à maintenir son autonomie, m’intéresse assez peu. Je ne suis pas un insider et, comme simple lecteur, la mise à l’épreuve des « cadres d’analyse » par les évènements à chaud me semble un bon critère (parmi d’autres) pour savoir quel auteur lire. J’aime les gens qui ont du nez et de cette intuition qui permet de pallier au manque de recul voire au défaut de cohérence de toute pensée, aussi sophistiquée soit elle.
      Je comprends ce que vous dîtes sur la différence entre un Corm d’un côté et un Balanche de l’autre quant à l’évaluation du poids du critère confessionnel dans cette crise et dans l’analyse du Moyen-Orient en général. Personnellement ma religion – pardonnez la boutade - sur la question de savoir si le pouvoir syrien peut-être dit alaouite, ce que cela peut bien signifier, et en quelle mesure cela serait à la racine de la crise syrienne, n’est pas faite. Mais je crois que ce n’est pas essentiel. Ce qui rapproche Corm, Balanche et Pichon, ce n’est pas ce qu’ils pensent du régime ou de la société syrienne, c’est plutôt ce qu’ils s’autorisent à penser de l’opposition et de ses soutiens – et que les autres se sont visiblement interdits.
      Ainsi je remarque que tous ceux qui ont orienté leurs analyses vers un soutien sans distance à l’instar de Boissière dans votre article - allant jusqu’à attribuer les slogans sectaires entendus très tôt dans certaines manifestations – à côté du « al-cha3b al-souri wahid wahid wahid » - à des agents infiltrés du régime (1er acte de ces théories du complot anti-Bachar dont @Nidal fait la recension) et à l’effet réactif regrettable, mais mineur, de l’opposition à la nature alaouite du régime et à sa propagande à teneur confessionnelle pour fidéliser les minorités. Ainsi des gens aussi différents dans leur évaluation de l’islamisme que Kepel, qui a préfacé et fait rééditer Seurat durant la crise syrienne, et les Burgat boys se rejoignent étonnamment sur ce point là – et d’ailleurs aussi dans leur référence à Seurat. La suite de cela sera le déni autour de l’effet prévisible du financement par hommes et gouvernement du Golfe de l’insurrection armée – vieille histoire que Labévière, dès 1999, évoquait dans d’autres contrées parlant par la suite d’un « benLaden Gate » encore pendant, dont la version 2.0 serait, il faut l’espérer un « Da3ch Gate » – sans trop y croire, le benLaden Gate, 15 ans plus tard, n’ayant pas encore vraiment eu lieu.
      Cela nous mène à l’autre point commun qui permet de conjoindre ces gens là – et donc négativement la minorité variée à qui j’adressais mon satisfecit – c’est la minoration du facteur géopolitique, chose que l’on ne peut reprocher ni à Corm, ni à Pichon. Cette minoration est d’ailleurs passée par le déni de la violence armée - car sinon, qui armait ? - présente dès avril parmi une partie de l’opposition (2e acte des théories du complot anti-Bachar : ce sont les officiers qui tuent les soldats de l’ « armée de Bachar »), puis quand cela n’a plus été possible, à sa justification comme simple moyen d’autodéfense des manifestants pacifiques, alors qu’il était déjà clair que des forces régionales (et internationales ?) poussaient à une guerre par proxy.
      Je vois bien que de mon point de vue cela ne tourne pas tant autour de la solidité conceptuelle des analyses et du plus ou moins grand recul face à des faits incertains mais de quelque chose qui relève plus du travers psychologique ou de l’idéologie - j’aperçois comme un refus d’envisager certains faits allant toujours dans le même sens. Bon, ok, c’est vague !
      A titre d’illustration on peut lire l’interview de Burgat en 2011 dont le discours formellement complexe tombe tout de même allègrement dès le début dans les travers relevés ici (lire notamment les questions-réponses 3 et 6) :
      http://oumma.com/L-Impasse-syrienne

      PS : désolé d’avoir été si long, les capacités de synthèse ne sont pas mon fort.

    • @ Souriyam. Intéressant débat ;-) Au premier abord, je me suis dit : Ah oui, l’oubli du géopolitique bien entendu ! J’aurais dû l’ajouter à la liste ! Sauf que, précisément, cet oubli est plus un symptôme qu’une explication à mes yeux tant cette dimension est en général la première traitée. Là, tout à coup, plus grand chose ou presque ! Ce n’est tout de même pas faire preuve de beaucoup de nez que de s’étonner de voir réunis, contre le régime syrien, différentes forces politiques qui n’ont pas craint de le dire très fort !
      Par ailleurs, je veux bien croire aux (collusions d’)intérêts qui « expliquent » des prises de position en général consensuelles... Mais, dans le cas syrien, le nombre de ceux qui les ont prises, leur diversité disciplinaire et idéologique, continue à m’intriguer et à me laisser sans réponse...


  • Plus de 3500 migrants secourus par la #marine_italienne en un week-end

    Depuis vendredi, plusieurs milliers de migrants, essentiellement des Syriens et des Erythréens, ont été secourus par des bâtiments italiens dans le canal de Sicile, une zone allant de l’île italienne aux côtes tunisiennes et libyennes.

    http://www.rfi.fr/europe/20140824-plus-3500-migrants-secourus-marine-italienne-week-end-frontex-eurosur-a

    #migration #Méditerranée #secours #asile #réfugiés #Mare_Nostrum


  • #ClubMed : retrait de l’offre #franco-chinoise mais la messe n’est pas dite

    La bataille pour la conquête du Club Méditerranée a connu jeudi un nouveau rebondissement avec le retrait de l’offre commune de la société française d’ #investissement #Ardian et du conglomérat chinois Fosun, mais ce dernier pourrait ne pas avoir dit son dernier mot.

    Le rejet de l’offre franco-chinoise, misant sur le caractère haut de gamme du Club, sonne-t-il le glas de l’image d’excellence d’une telle enseigne, pourtant en croissance permanente dans l’Empire du Milieu ?

    http://www.20minutes.fr/economie/1428593-club-med-retrait-offre-franco-chinoise-messe-dite

    Revue de Presse Hebdomadaire sur la Chine du 11/08/2014


  • Le nombre de migrants traversant la Méditerranée a explosé début 2014 - Libération

    http://www.liberation.fr/monde/2014/08/12/le-nombre-de-migrants-traversant-la-mediterranee-a-explose-debut-2014_107

    L’agence européenne pour la gestion des frontières Frontex a indiqué que le nombre de migrants tentant de rejoindre l’Italie par la mer s’était accru de 500%.

    http://md1.libe.com/photo/664530-000_ts-dv1825790.jpg?modified_at=1406016476&width=750

    Le nombre de migrants traversant la Méditerranée depuis les côtes libyennes jusqu’à l’Italie a explosé au premier semestre de 2014, battant les records du « printemps arabe » de 2011, a indiqué mardi l’agence européenne pour la gestion des frontières Frontex.

    #migrations #asile #méditerranée #frontex


  • Le nombre de #migrants traversant la #Méditerranée a explosé début 2014

    L’agence européenne pour la gestion des frontières #Frontex a indiqué que le nombre de migrants tentant de rejoindre l’Italie par la mer s’était accru de 500%.

    http://md1.libe.com/photo/664530-000_ts-dv1825790.jpg
    http://www.liberation.fr/monde/2014/08/12/le-nombre-de-migrants-traversant-la-mediterranee-a-explose-debut-2014_107

    #explosion #asile #réfugiés #migration #flux_migratoire



  • “L’externalisation” ou quand les frontières se déplacent

    Depuis le début des années 2000, l’Union européenne et ses États membres se sont appuyés sur les régimes du sud de la Méditerranée pour délocaliser leur politique d’asile et d’immigration. C’est ce qu’on appelle l’externalisation. Selon Claire Rodier (juriste au GISTI), avec le lancement de la “dimension externe” de la politique d’asile et d’immigration en 2004, ce principe d’externalisation est devenu « la clef de voûte de toutes les négociations menées avec les voisins de l’Est et du Sud ». Ainsi, tout accord commercial ou économique conclu entre l’Union européenne et un pays voisin est désormais agrémenté d’une clause migratoire qu’il est difficile de refuser. C’est de facto une sous traitance contrainte de la surveillance des frontières qu’organise l’Europe. Un effet : la multiplication des lieux de rétention au sud de la méditerranée.

    La carte ci dessus montre la localisation des camps recensés par le réseau Migreurop chaque année. A leur localisation ponctuelle (les points noirs), est ajoutée une zone rouge représentant l’espace couvert par ces camps (définie automatiquement par une enveloppe convexe : convex hull). Au fil des ans, cette frontière mobile ainsi matérialisée se déplace, se répand, pour finalement franchir la méditerranée et rejoindre le Sahara. Si la limite de cette zone sur la carte est par construction artificielle, l’animation a néanmoins l’avantage d’illustrer simplement ce déplacement de frontière et cette politique d’externalisation (ou d’#expansion ?) de l’Europe.

    http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1381/files/2014/07/externalisation.gif
    http://neocarto.hypotheses.org/713

    #carte #visualisation #cartographie #carte_animée #migration #frontière #externalisation_des_frontières #camps #réfugiés #asile #UE #Europe #frontière_mobile #animation #Méditarranée

    • Cette carte a été réalisée intégralement avec le langage #R (avec les packages maptools, rgeos et animation).


  • SNCM : un naufrage qui vaut de l’or !
    https://www.bakchich.info/soci%C3%A9t%C3%A9/2014/07/14/sncm-un-naufrage-qui-vaut-de-l-or-63520

    La grève, le folklore de la presse et les clans corses à la chasse d’un trésor enfoui en pleine mer…
    https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/bakchich-prod/ckeditor/pictures/45919/content_sncm-corsica.jpg
    « Moi je ne me plains pas, que la saison ne serait pas bonne on le savait, rien à voir avec la grève » explique à Bakchich, le gérant d’un important établissement hôtelier sur l’île de Beauté . « Il n’y a pas d’argent, surtout pour les classes moyennes, les familles qui prennent les bateaux avec la voiture et disons la vérité, plus que le voyage, c’est ensuite la Corse qui est chère. Très chère, le double de nos voisins sardes et quand il n’y a pas d’argent, le tourisme est en baisse et les entreprises qui travaillent dans ce secteur sont inquiètes.Et leur inquiétude se cristallise sur la grève de la SNCM. C’est irrationnel, mais nous sommes en Méditerranée. »

    Irrationnel ? Effectivement quand on sait qu’entre la Corse et le continent, le secteur maritime offre 9 millions de places pour même pas trois millions de passagers transportés, on comprend aisément que « la continuité territoriale entre le continent et la Corse » pendant la grève à la SNCM « n’est pas remise en question. Les concurrents de la SNCM – la Méridionale (CMN) et Corsica Ferries – s’adaptent et remplissent des bateaux supplémentaires spécialement affrétés… » comme le constatait, tranquillement , Philippe Jacqué dans les colonnes du Monde. Il faut néanmoins remarquer que ses propos étaient quelque peu en contradiction avec un papier signé, sur le même journal, par le correspondent local qui titrait, sobrement :

    « La Corse asphyxiée ? L’Etat s’en fout »......

    >>>

    « Il n’y a pas d’argent, surtout pour les classes moyennes, les familles qui prennent les bateaux avec la voiture et disons la vérité, plus que le voyage, c’est ensuite la Corse qui est chère. Très chère, le double de nos voisins sardes et quand il n’y a pas d’argent, le tourisme est en baisse et les entreprises qui travaillent dans ce secteur sont inquiètes.Et leur inquiétude se cristallise sur la grève de la SNCM. C’est irrationnel, mais nous sommes en Méditerranée. »

    <<<

    >>>

    Alors que les bateaux de la Corsica Ferries, comme ceux de la Méridionale qui naviguaient pendant la grève n’étaient même pas pleins, car la saison touristique en Corse démarre le 14 juillet et que cette année tous les indicateurs n’annonçaient pas une bonne saison.

    <<<

    #france
    #sncm
    #corsica_ferries
    #transport
    #low_cost


  • Triple #non-lieu au #Canal_de_Sicile : 45 #morts / #Alexis_Nuselovici (Nouss)

    Les 45 #exilés morts débarqués mardi dernier, le 1er juillet, dans la petite ville sicilienne de #Pozzallo bénéficiaient d’un triple non-lieu. Face à l’horreur des drames provoqués par la crise des migrations contemporaines, notamment en Europe, le non-lieu désigne une réalité propre à l’expérience exilique, à savoir une spatialité géographiquement localisée mais échappant au type d’assignation qui dans la culture des humains ferait d’un lieu un endroit habitable et habité ; bref, le non-lieu est un #nulle-part qui serait malgré tout #quelque_part.

    http://nle.hypotheses.org/2190

    #migration #Méditerranée #mourir_en_mer #exil



  • L’idée de #prisons suisses au #Maroc traverse la Méditerranée

    L’idée chère au conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet de reconduire les #criminels dans leur #pays_d’origine est déjà perçue comme un fait accompli par certains médias.

    http://files.newsnetz.ch/story/1/9/9/19974718/19/topelement.jpg
    http://www.tdg.ch/monde/afrique/L-idee-de-prisons-suisses-au-Maroc-traverse-la-Mediterranee/story/19974718

    #externalisation #frontière #Suisse #détention


  • Le RDCL et l’Ipemed planchent sur les moyens de rapprocher les rives de la Méditerranée
    http://www.lorientlejour.com/article/874651/le-rdcl-et-lipemed-planchent-sur-les-moyens-de-rapprocher-les-rives-d
    Selon Jean Louis Guigou, délégué général de l’IPEMED un think tank d’affaire se consacrant au rapprochement des rives nord et sud de la Méditerranée :

    « Le monde arabe est entré dans la puberté de la modernité. S’il est aujourd’hui laid, orgueilleux et sans identité, il est à même d’enclencher son entrée véritable dans le monde moderne »

    Toujours cette vision anthropomorphique, normative et condescendante du développement. Enfant ou adolescent, finalement, cela veut dire non adulte...
    #développement #eurocentrisme #


  • Entre l’Afrique et l’Italie, #silence, on coule

    Nouveau drame au large des côtes italiennes. Mercredi, le Haut-commissariat de l’ONU aux réfugiés a annoncé que 75 personnes étaient portées disparues après un naufrage, alors qu’au moins quarante-cinq avaient trouvé la mort la veille..

    http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140702152425/italie-immigration-hcr-lampedusa-italie-immigration-entre-l-afrique-et

    #migration #mer #Méditerranée #mourir_en_mer #Forteresse_Europe #Forteresse_européenne #naufrage #Italie


  • GISTI - Actions collectives / 63 migrants morts en Méditerranée : l’armée française devra finalement s’expliquer

    http://www.gisti.org/spip.php?article4673

    À la suite du drame du « bateau cercueil » (left-to-die-boat) qui a coûté la vie, en mars 2011, à 63 personnes à proximité des côtes libyennes, au plus fort des opérations militaires coalisées en Méditerranée, quelques rescapés et plusieurs organisations ont déposé une plainte, le 14 juin 2013, mettant en cause l’armée française pour non assistance à personne en danger.

    Sans même engager la moindre investigation, la juge d’instruction, le 6 décembre 2013, a prononcé un non lieu « ab initio », en reprenant à son compte les affirmations de l’état major des armées selon lesquelles aucun bâtiment français n’était présent sur cette zone. Elle faisait ainsi bon marché des rapports d’organismes européens concluant à la nécessité de mener une enquête approfondie afin d’identifier les navires impliqués.

    Parce que les rescapés et les familles des victimes, ainsi que les organisations qui les soutiennent, avaient le droit d’en savoir plus, un appel a été formé contre l’ordonnance de non-lieu.

    La chambre de l’instruction vient d’infirmer l’ordonnance de non lieu : elle estime qu’une information judiciaire doit être ouverte et menée à son terme.

    #migrations #asile #boat_left_to_die


  • Drame de l’immigration : la cour d’appel de Paris ouvre une enquête - France - RFI

    http://www.rfi.fr/afrique/20140627-drame-immigration-cour-de-appel-paris-ouvre-une-enquete-libye/?ns_campaign=nl_AFRIQUE280614&ns_mchannel=newsletter&ns_source=emailvision&ns_li

    La justice française ordonne l’ouverture d’une enquête sur un drame de l’immigration clandestine. La décision de la cour d’appel de Paris vise non des passeurs mais l’armée française. Celle-ci est soupçonnée de ne pas avoir porté secours, en mars 2011, à une embarcation à la dérive en mer Méditerranée. La dérive a duré deux semaines, causant la mort de 63 des 72 passagers, la plupart des migrants africains fuyant la Libye en guerre.

    http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2013-11-26T111655Z_77860320_GM1E9BQ1HFU01_RTRMADP_3_ETHIOPIA-ERITREA-MIGRANTS_0.JPG

    Ils étaient 72 à avoir pris place en mars 2011 à bord d’une embarcation de fortune. Soixante-dix adultes et deux enfants, tous originaires d’Afrique.

    #migrations #asile #mourir_en_mer #gisti #filmon


  • GISTI - Actions collectives / 63 migrants morts en #Méditerranée : l’armée française devra finalement s’expliquer
    http://www.gisti.org/spip.php?article4673
    cc @cdb_77 @reka

    À la suite du drame du « bateau cercueil » (left-to-die-boat) qui a coûté la vie, en mars 2011, à 63 personnes à proximité des côtes libyennes, au plus fort des opérations militaires coalisées en Méditerranée, quelques rescapés et plusieurs organisations ont déposé une plainte, le 14 juin 2013, mettant en cause l’armée française pour #non_assistance_à_personne_en_danger.

    Sans même engager la moindre investigation, la juge d’instruction, le 6 décembre 2013, a prononcé un non lieu « ab initio », en reprenant à son compte les affirmations de l’état major des armées selon lesquelles aucun bâtiment français n’était présent sur cette zone. Elle faisait ainsi bon marché des rapports d’organismes européens concluant à la nécessité de mener une enquête approfondie afin d’identifier les navires impliqués.

    Parce que les rescapés et les familles des victimes, ainsi que les organisations qui les soutiennent, avaient le droit d’en savoir plus, un appel a été formé contre l’ordonnance de non-lieu.

    La chambre de l’instruction vient d’infirmer l’ordonnance de non lieu : elle estime qu’une information judiciaire doit être ouverte et menée à son terme.

    #migration


  • Quel projet européen en Méditerranée ?
    http://www.taurillon.org/quel-projet-europeen-en-mediterranee

    En 1995, conscients des enjeux présents en mer Méditerranée, les Européens et leurs partenaires méditerranéens s’engagèrent dans une coopération économique, politique, et culturelle, mis en oeuvre à partir une convention signée à Barcelone. Pour la première fois depuis l’affaiblissement de l’empire ottoman et l’effondrement et des cités italiennes au XVIII° siècle, la Méditerranée redevint un espace d’échanges et de collaboration. Elle semblait, jusque-là, avoir définitivement abandonné ce rôle à l’océan (...)

    Actualité


  • Défenseur des colons… et des députés arabes, figure de la droite libérale, l’ancien président de la Knesset Réouven Rivlin succède à Shimon Pérès à la présidence d’Israël. En octobre 2010, dans un article consacré à ceux qui « prônent un seul Etat sur tout le territoire entre la Méditerranée et le Jourdain », @alaingresh (@ag) évoquait la position « iconoclaste » de M. Rivlin.

    http://www.monde-diplomatique.fr/2010/10/GRESH/19739


  • En Méditerranée, il reste du thon rouge, mais seulement pour la pêche industrielle - Reporterre
    http://www.reporterre.net/spip.php?article5967

    A l’arrière, un immense filet forme un tas de plus de deux mètres de haut : il s’agit de la senne, qui sert à encercler les bancs de thon. « Quand on repère un banc de thon, on le met à la mer, raconte Jean-Jacques, un des membres d’équipage. Il est tiré par le skiff, le canot, qui fait le tour des poissons. Puis on jette les mailles, on resserre et le poisson est à l’intérieur. »

    Le poisson est ensuite transféré en pleine mer dans la cage d’un mareyeur, un grossiste de poissons. Il les engraisse pendant quelques mois, avant de les vendre à prix d’or sur le marché japonais, qui représente environ les trois quarts de la consommation mondiale de #thon_rouge. Là-bas, le prix peut atteindre des centaines d’euros au kilo.

    Chez Greenpeace, on reconnaît également une amélioration de la situation mais on reste prudent. « La pêche est ouverte pendant un mois, mais c’est la période de reproduction du thon », déplore François Chartier, chargé de campagne océans de l’ONG. Les poissons les plus prisés au Japon sont les plus gras, c’est-à-dire les femelles encore enceintes d’œufs qu’elles n’ont pas pondus.

    La famille Avalonne, avec ses quatre thoniers senneurs concentre 600 tonnes de quotas, soit un quart des 2400 tonnes attribuées à la France en 2014. « Ils n’auraient pas dû conserver tous ces quotas », dénonce Frédéric Reste, Président du Syndicat professionnel des pêcheurs petits métiers du Languedoc Roussillon. Les pêcheurs à la ligne n’ont eux que 230 tonnes soit 10 % du quota, à répartir entre les 87 licences octroyées aux petits métiers.

    Selon ce représentant des pêcheurs artisans, au moment de la réduction des quotas en 2007, la famille Avallone a racheté des thoniers senneurs destinés à la casse : « Ils ont eu les subventions pour les détruire, et au lieu de remettre les quotas correspondants dans le pot commun, comme c’était prévu, ils les ont reportés sur leurs autres bateaux ! » Un privilège dû au fait qu’ils ont « les moyens de défendre leur position à Bruxelles », confie Frédéric Reste. En effet, c’est l’Union Européenne qui définit la politique commune de la pêche et répartit les quotas entre pays.

    Comme pour l’agriculture, les subventions vont aux industriels !

    #pêche_industrielle #surpêche #pêche_artisanale #quotas_de_pêche #ressources_naturelles

    • Mais surtout, l’avantage des petits métiers est qu’ils sont « polyvalents », insiste le syndicaliste. « On pêche la sole, la dorade, le rouget, le maquereau en fonction des saisons, détaille-t-il. C’est cela une pêche durable. » Elle permet aussi aux pêcheurs de vivre toute l’année, pas seulement un mois par an pendant la saison des thoniers senneurs, et crée plus d’emplois.

      « C’est une grosse bêtise de vouloir spécialiser la pêche, poursuit-il. Cela pousse forcément à la surpêche. Regardez, les deux espèces qui font l’objet d’une pêche spécialisée en Méditerranée, le thon rouge et l’anguille, sont menacées. »


  • Middelhavet er blitt en gravplass

    http://www.nrk.no/verden/--middelhavet-er-blitt-en-gravplass-1.11759324

    Aujourd’hui, grâce a une communication de l’ONU reprise par les associations dont « United » qui dénonce depuis des années cette boucherie, certains (re)découvre que la méditerranée est un cimetière. L’ONU rappelle que plus de 20 000 migrants ont perdu la vie en 20 ans en tentant de rejoindre l’Europe et « craint » une catastrophe...

    Donc nouveau tag : #craindre_une_catastrophe

    Et relire éventuellement http://visionscarto.net/mourir-aux-portes-de-l-europe

    Middelhavet er blitt en gravplass

    http://gfx.nrk.no/front/2014/06/07/c=212,0,935,763;w=419;h=342;4991.jpg

    På 20 år har 20.000 dødd på vei over havet. FN forventer at rekordmange vil forsøke å komme til Europa sjøveien i år, og de frykter en katastrofe.


  • Une géographie de l’Islam classique - Fernand Braudel
    http://bougnoulosophe.blogspot.fr/2009/08/une-geographie-de-lislam.html
    chez @le_bougnoulosophe

    L’Islam c’est une longue route qui de l’océan Atlantique à l’Océan Pacifique perce la masse puissante et rigide du Vieux Monde. Rome n’a pas fait davantage quand elle a constitué l’unité de la Méditerranée.

    L’Islam, c’est donc cette chance historique qui, à partir du VIIe siècle, en a fait l’unificateur du Vieux monde. Entre ces masses denses d’hommes : l’Europe au sens large, les Afriques Noires, l’Extrême-Orient, il détient les passages obligés et vit de sa fonction profitable d’intermédiaire. Rien ne transite qui ne le veille ou ne le tolère. Pour ce monde solide, où manque, au centre, la souplesse de larges routes marines, l’Islam est ce que sera plus tard l’Europe triomphante à l’échelle de la planète, une économie, une civilisation dominante.

    Forcément cette grandeur a ses faiblesses : le manque d’hommes chroniques ; une technique imparfaite ; des querelles intérieures dont la religion est le prétexte autant que le fondement ; la difficulté congénitale, pour le premier Islam, à se saisir des déserts froids, à les écluser au moins à la hauteur du Turkestan ou de l’Iran. Là est le point faible de l’ensemble au voisinage ou en arrière de la porte de Dzoungarie http://fr.wikipedia.org/wiki/Dzoungarie, ente le double danger mongol et turc.

    Dernière faiblesse : l’Islam est prisonnier bientôt d’une certaine réussite, de ce sentiment confortable d’être au centre du monde, d’avoir trouvé les solutions efficaces, de ne pas avoir à en chercher d’autres. Les navigateurs arabes connaissent les deux faces de l’Afrique Noire, l’atlantique et l’indienne, ils soupçonnent que l’Océan les rejoint et ils ne s’en soucient pas…

    Sur quoi arrive, avec le XVe siècle, l’immense succès des Turcs : un second Islam, un second ordre islamique, lié celui-là à la terre, au cavalier, au soldat. « Nordique » et, par la possession des Balkans, terriblement enfoncé en Europe. Le premier Islam avait abouti en Espagne en fin de course. Le cœur de l’aventure de Osmanlis se situe en Europe et dans une ville maritime qui les emportera, les trahira aussi. Cet acharnement d’Istanbul à sédentariser, à organiser, à planifier est de style européen.

    Il engage les Sultans dans des conflits périmés, leur cache les vrais problèmes. En 1529, ne pas creuser un canal de Suez cependant commencé ; en 1538, ne pas s’engager à fond dans la lutte contre les Portugais et se heurter à la Perse dans une guerre fratricide, au milieu du vide des confins ; en 1569, rater la conquête de la Basse-Volga et ne pas rouvrir la Route de la Soie, se perdre dans des guerres inutiles de Méditerranée alors que le problème est de sortir de ce monde enchanté : autant d’occasions perdues !… »

    (Fernand Braudel, La Méditerranée)

    #islam #histoire
    pour la perception historique de l’Islam depuis l’Europe voir aussi http://www.parutions.com/pages/1-4-5-869.html
    et écho avec cette analyse de @mona reprenant Liogier http://seenthis.net/messages/164388



  • Quand Cannes fait son cinéma, la Méditerranée trinque
    http://www.reporterre.net/spip.php?article5905

    Les autorités locales ont beau nettoyer de temps en temps, chaque orage crée une nouvelle décharge sous le palais, les détritus venant de très loin depuis l’intérieur des terres. Lorsque les milliers de festivaliers, journalistes et badauds auront quitté Cannes avec leur moisson de rêves étoilés, d’autographes griffonnés et de sourires forcés, au fond de la baie resteront les mégots, cannettes et gobelets. Source : Reporterre


  • L’Allemagne met son veto aux subventions pour les canonnières destinées à Israël, évoquant la rupture des pourparlers de paix
    http://www.protection-palestine.org/spip.php?article12918

    Barak Ravid – 15 mai 2014 – Haaretz

    La décision coûtera à Israël des centaines de millions de dollars

    Le gouvernement allemand a pris la décision de ne pas accorder à Israël de subvention massive pour l’achat des canonnières lance-missiles allemandes, en raison de la rupture des pourparlers de paix israélo-palestiniens, ont affirmé jeudi les deux conseillers israélien et allemand.

    Pendant des mois, Israël et l’Allemagne ont négocié un accord par lequel Israël achèterait trois ou quatre canonnières allemandes pour protéger ses champs de gaz offshore en Méditerranée. L’accord, révélé par Haaretz, était évalué à environ 1 milliard de dollars avant toute remise.

    Toutefois, Israël a demandé à l’Allemagne les mêmes trente pour cent de remise qu’il avait obtenus dans un achat antérieur de sous-marins allemands – un avantage qui correspond à des centaines de millions de dollars. Berlin avait accepté d’assumer un tiers du coût des sous-marins, comme une mesure entrant dans la politique de la Chancelière Angela Merkel pour renforcer la sécurité d’Israël.

    La décision allemande de ne pas subventionner les canonnières a d’abord été annoncée jeudi matin, sur le site israélien Maariv-Hashavua. Selon cet article, les Allemands ont adressé une « lettre secrète » annonçant la décision au cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le Jour de l’indépendance (le 6 mai). Mais Haaretz a appris que l’information n’était pas parvenue par lettre, mais par un appel téléphonique du conseiller à la sécurité nationale de Merkel, Christoph Heusgen, à son homologue israélien, Joseph Cohen.

    La conversation entre Heusgen et Cohan a été extrêmement difficile et elle a rapidement dégénéré en récriminations mutuelles. Selon un haut responsable israélien, Cohen a accusé les Allemands de violer une promesse explicite que Merkel avait faite à Netanyahu lors d’une réunion commune des cabinets allemand et israélien à Jérusalem en février. Heusgen a répondu que Merkel n’avait jamais fait une telle promesse.

    Les Allemands ont dit qu’ils seraient heureux de vendre les canonnières à Israël, mais seulement au prix fort. Heusgen a expliqué à Cohen qu’étant donné la rupture des pourparlers de paix israélo-israéliens, dont sont responsables, au moins partiellement, les constructions israéliennes dans les colonies, il n’y avait aucune chance pour que le parlement allemand accepte de subventionner le marché des canonnières.

    traduction de cet article : http://seenthis.net/messages/257409


  • #Immigration : les dessous de l’opération militaire #Mare_Nostrum

    Pour éviter les naufrages de migrants en #Méditerranée, l’#Italie a réquisitionné sa #marine_militaire. L’opération Mare Nostrum sauve des milliers de vies. Mais l’#humanitaire se double d’une étroite #surveillance militarisée des #frontières visant à stopper les migrants.

    http://www.mediapart.fr/journal/international/190514/immigration-les-dessous-de-loperation-militaire-mare-nostrum

    de @carine

    #migration #mourir_en_mer #asile #réfugiés