• Blameful Post Mortem : excellente #newsletter découverte grâce à @fil http://modelviewculture.com/mailinglist

    Chaque semaine, une #veille de #critique_techno :

    There was so much this week (and every week?).

    First, the entire industry tech press spent most of Wednesday making juvenile genitalia jokes. Mature, real fucking mature.
    http://readwrite.com/2014/07/16/airbnb-belo-vagina-logo

    Then, the Wall Street Journal carried a feature on HandUp, a “crowdfunding app for the homeless,” which just raised $850,000. Yes, $850,000. From the article: “...HandUp investor Evan Burfield noted that while HandUp is a public benefit corporation, the company faces a ‘massive market opportunity.’”
    http://blogs.wsj.com/venturecapital/2014/07/16/a-crowdfunding-app-for-the-homeless-handup-raises-850000

    We are gravely concerned with the growing trend of #Silicon_Valley techies explicitly targeting structural oppression as a “market opportunity” for their financial benefit. Gee, wonder what could go wrong?

    Plus loin :

    We lack words : “An initiative to break California into six separate states has proven to be more than just fodder for late night talk show jokes, after receiving enough signatures to be placed on the November 2016 ballot… If the plan is carried out, the nonpartisan Legislative Analyst’s Office reports that Draper’s plan would create America’s richest state (Silicon Valley, made up of Monterey, Santa Crus, and most of the Bay Area), and America’s poorest state (Central California, which includes Fresno, Stockton, and Bakersfield).”
    http://time.com/2985611/california-six-states-2016

    Cf. http://seenthis.net/messages/209823



  • #Google to create European venture capital arm (Murad Ahmed, FT.com, 10/07/14) http://www.ft.com/intl/cms/s/0/cb19852a-0783-11e4-b1b0-00144feab7de.html

    The move adds to the capital that has started to flood into the European tech scene. In June, Index Ventures launched a €400m fund dedicated to early-stage technology companies in #Europe. In 2013, the London offices of Silicon Valley group Accel Partners unveiled a similar fund worth $475m. Google Ventures said the initial investment of $100m could rise over time depending on its success.

    #startup

    • Blameful Post Mortem - Week 21

      Chris Dixon of loathsome venture capitalist firm Andreessen Horowitz has been up to no good spreading blatant exaggerations about tech salaries: “What we see at #tech_companies is initial offers for top CS students (just graduating) starts at $200K/year.”

      Wait, what?

      After many people - including CEOs, graduating CS students from top schools, #Silicon_Valley entrepreneurs and workers at multiple publicly-traded tech companies - called bullshit, he deleted the tweet. Still, it stands as another example of venture capitalists deliberately and irresponsibly spreading misinformation that results in an artificial inflation of actual and perceived financial indicators in the tech sector. This both helps build the tech bubble and secure its eventual collapse in an orchestrated cycle which venture capitalists are the primary beneficiaries of.

      Good work, team.

      Et plus loin :

      A WSJ editorial asks if Silicon Valley venture capitalists are investing in the wrong things: “And you don’t have to be a venture capitalist to question whether, from the perspective of net social benefits, or even just long-term return on capital, the problem of replacing instant messaging is a better investment than countless other potential businesses in the $16 trillion real economy.”

      http://online.wsj.com/articles/is-silicon-valley-investing-in-the-wrong-stuff-1404688048


  • Goodbye, for Now, San Francisco | Nick Bilton et Mike Isaac - NYTimes.com 28/06/2014 http://bits.blogs.nytimes.com/2014/06/28/goodbye-for-now-san-francisco

    You have these throngs of unshowered, stereotypically nerdy people lined up outside Moscone Center in the heart of #San_Francisco. Then all of a sudden, the clock strikes 10 a.m., and they stampede into the auditorium, all vying for the best seat to see guys like Sundar Pichai and Larry Page talk about A.P.I.s or something like that.

    It’s nuts.

    Nick: Oh, yes. “The Running of the Nerds,” as we call it. I agree, to me that is still incredibly bizarre. I think the strangest thing I witnessed was the way technology pervades every part of the city. I recently went to meet a friend who is a venture capitalist for a coffee at Sightglass, the local coffee shop, and he came barreling out of the cafe before I even had a chance to walk inside.

    “What’s up?” I asked him, as he told me, sternly, we weren’t having coffee there.

    “I was just standing in line behind two entrepreneurs that couldn’t be more than 19 years old and they were giving each other advice on how to fire people and run a company,” he said in a defeated tone.

    Mike: Wow. At 19, I could barely balance a checkbook. Now I don’t even know if checkbooks exist anymore.

    I think what strikes me is just how many things I find completely normalized that others just visiting are struck by.

    Remember driving down the 101 freeway and looking at all the billboards? It seemed like every other advertisement was a recruiting pitch to young engineers. I got used to it, but my friends from out of town were baffled.

    Nick: It’s interesting because I was in San Francisco last week and I walked past a driverless car. Then, a few minutes later, at the New York Times bureau, a drone hovered outside, taking pictures. In most cities in America, this would make it onto the 7 o’clock news, but in San Francisco, it’s just normal.

    Mike: It’s like “Blade Runner” lite.

    #silicon_valley (deux reporters s’en vont de la…)


  • Qu’est-ce que l’économie du partage partage ? (2/3) : la régulation en question
    http://www.internetactu.net/2014/07/09/quest-ce-que-leconomie-du-partage-partage-23-la-regulation-en-question

    L’incroyable boom du secteur de la #Consommation_collaborative, la diversification des services et des secteurs qu’elle perturbe et la concurrence qui s’exacerbe entre les startups, cristallise chaque jour d’une manière plus aiguë les questions de régulations. Le monopole algorithmique : la transparence en question Le journaliste Matthew Stoller livre sur son blog une très intéressante critique du fonctionnement d’Uber. Pour…

    #économie #confiance_numérique #politiques_publiques #Silicon_Valley #villes2.0


  • La conception de l’équipement du futur soldat états-unien confié à un accessoiriste de Hollywood…

    Wall Street Journal : US military turns to Hollywood to outfit the soldier of the future
    http://www.kyivpost.com/content/world/wall-street-journal-us-military-turns-to-hollywood-to-outfit-the-soldier-o

    The Oscar-nominated designers at Legacy Effects have outfitted such memorable movie warriors as The Terminator, RoboCop, Captain America and Iron Man. The special-effects company is now at work on what seems a mission impossible: Building an Iron Man-style suit to protect and propel elite U.S. troops by encasing them in body armor equipped with an agile exoskeleton to enable troops to carry hundreds of pounds of gear.

    http://www.kyivpost.com/media/images/2014/07/08/p18sao4lqe153l1f196qebo5es14/content.jpg

    article du WSJ, derrière #paywall


  • La #Silicon_Valley s’exporte de nouveau en #Irlande
    http://fr.myeurop.info/2014/07/07/la-silicon-valley-s-exporte-de-nouveau-en-irlande-14124

    http://cdn3.myeurop.info/sites/default/files/dynimagecache/0-0-598-317-166-88/media/images/Start-up.jpg

    Antoine Vergely

    Depuis les années 1970, de nombreuses multinationales viennent s’implanter en #Irlande pour sa fiscalité avantageuse. Après Microsoft, Google, Apple, les nouveau venus sont AirBnB, Dropbox, ou Yelp.

    Après la vague d’investissements des géants de l’informatique, l’Irlande attire désormais les #start-up de la Silicon Valley désireuses de s’impla lire la suite

    #Économie #Europe #Economie #Entreprises #fiscalité #impôt #internet #mondialisation #societe


  • Entre l’Afrique et l’Italie, #silence, on coule

    Nouveau drame au large des côtes italiennes. Mercredi, le Haut-commissariat de l’ONU aux réfugiés a annoncé que 75 personnes étaient portées disparues après un naufrage, alors qu’au moins quarante-cinq avaient trouvé la mort la veille..

    http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140702152425/italie-immigration-hcr-lampedusa-italie-immigration-entre-l-afrique-et

    #migration #mer #Méditerranée #mourir_en_mer #Forteresse_Europe #Forteresse_européenne #naufrage #Italie


  • « Silicon Valley’s culture of failure … and ’the walking dead’ it leaves behind. » Une start-up sachant failer doit savoir failer comme Snapchat. Sinon elle faille pour de bon, comme 90% des start-ups. Où l’on redécouvre que le fail comme mode de fonctionnement mène très souvent à la fail-lite.

    http://www.theguardian.com/technology/2014/jun/28/silicon-valley-startup-failure-culture-success-myth

    #start-up #silicon_valley #entreprise


  • Entretien avec Silvia Federici
    http://www.solidarites.ch/journal/d/article/6474/Entretien-avec-Silvia-Fedirici-Caliban-et-la-sorciere

    Il y une grande différence entre l’approche de Marx et la mienne. Marx pense et examine la formation du capitalisme à partir de la formation du prolétariat salarié. Sa perspective est déterminée par les rapports de production. Marx se focalise sur les processus qui sont fondamentaux pour la production capitaliste, avant tout la formation marchande et la constitution du prolétariat. Au contraire mon approche est construite par l’expérience du mouvement féministe, à partir de la reproduction de la force du travail. Ce que je propose dans ce livre est de montrer que l’accumulation du capitalisme a transformé aussi le mode de reproduction de la force du travail. Les hommes deviennent les forces principales pour la production du travail et les femmes pour la reproduction des forces du travail. Les femmes sont interdites de travailler dans le marché, et vont travailler dans les sphères privées. Le capitalisme veut s’approprier le corps des femmes et aussi les modes de reproduction. La communauté joue pour les femmes le rôle de policiers, avec les normes qui leur sont imposées. Il n’y a pas seulement une captation des terres mais aussi l’enferment des corps des femmes, avec la première accumulation du capital comme accumulation des forces tu travail, représentant une obsession pour une croissance de la population.

    #histoire


  • CIA expands spy work through Amazon cloud | Financial Times Barney Jopson, 24 June 2014
    http://www.ft.com/intl/cms/s/0/10e229b8-fbbd-11e3-ad9b-00144feab7de.html

    Suite de : http://seenthis.net/messages/241386

    The US spy agency already has a $600m contract in place with #Amazon – that IBM challenged unsuccessfully in the courts – under which the e-commerce group will set up and manage a private cloud computing service based on #CIA premises.

    «Federal Court Rules for Amazon in CIA ’Cloud’ Contract Dispute With IBM »
    http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702304626104579122120530360230

    Stephen Schmidt, AWS’s chief information security officer and a former Federal Bureau of Investigation official, did not talk about security arrangements with the CIA, but described Amazon’s general approach as “security through obscurity”.

    Most AWS employees knew which countries their data centres were in, but very few knew their physical addresses. “Does our staff member need to know that information to do their job? If they don’t, they don’t get access to it,” he said.

    #silicon_army


  • Pourquoi l’innovation fleurit en Israël ?

    Israel’s Startup Velocity | Index Ventures
    http://indexventures.com/news-room/index-insight/israel’s-startup-velocity

    Why Israel’s tech ecosystem became a world leader.
    Downtown Tel Aviv on a Friday evening. The restaurants and bars are packed, the streets thick with people. Cars are circling the city looking for somewhere, anywhere, to park. For those used to the orderly parking of American cities or in Western Europe, Israeli car-parks are an eye-opener; a study in creative chaos. Sidewalks are rammed with vehicles. Pairs of cars wedged into single spaces. Wheels on kerbs, everywhere you look.

    According to Gilad Japhet, Founder and CEO of MyHeritage – with 75m registered users, the most popular family network on the Internet – they also serve as the best way to explain the sheer density of startups in the country. “There is something in the Israeli character best defined by the term ‘chutzpah’,” he says, speaking at his office in Or Yehuda, near Tel Aviv.  

    “Chutzpah in Hebrew and Yiddish is that feeling that I can do something, even if you tell me that I can’t. Israelis are very creative problem-solvers, and the best way to look at it is in an average parking-lot. Go to a parking-lot in the U.S. and see how the cars are parked. They are all same distance from the dividing line and their tyres are usually straight. Then visit an Israeli parking-lot. It’s a big mess. Everyone improvises, people will go into spaces diagonally, and over the sidewalk and into patches of mud.

    “Israelis just improvise and break the rules, and breaking the rules means you don’t follow protocol. If the standards and norms are blocking your growth you invent new ones. Chutzpah, I think, really characterises Israeli entrepreneurs. They never take ‘no’ for an answer. If something seems impossible, they just find a loophole and solve it that way.”

    The highest density

    Whatever the theory (and there are a bunch of them) behind Israel’s astonishing success at tech startups and high-tech more generally, 2013 was a standout year, with highlights including Google’s $1bn acquisition of mapping service Waze, website builder Wix’s IPO and Moovit raising $28m, in a round led by Sequoia, to revolutionise the way we use public transport.

    A tiny country with a population of just 7.9m, Israel — which has more companies listed on the NASDAQ than Europe, Japan, Korea, India and China combined — was ranked in 14th place (out of 142 countries) by Cornell University’s Global Innovation Index 2013, and in second spot, behind Silicon Valley, as a startup ecosystem. Meanwhile, Tel Aviv was ranked #2 in the world for startups by Startup Genome, with the city believed to have the highest density of such companies anywhere in the world.

    In his acclaimed 2009 book Start-up Nation, Saul Singer, (and co-author Dan Senor), pinpointed a number of key factors behind Israel’s startup phenomenon, including the lack of hierarchy and emphasis on problem-solving in Israel’s (conscription) military and the ‘nothing to lose’ immigrant mind-set of many of its population.

    Sitting at the dining-room table in his Jerusalem apartment, Singer reflects on the five years since his book’s publication and says the underlying reasons for Israel’s unmatched success at innovation hold equally true today. There’s no evidence that Israel is any better at generating great ideas than anywhere else, he argues, but what there seems to be “a bit more of” are the added extras which transform ideas into innovation and, ultimately, businesses.

    Echoing Japhet’s analysis, Singer says the first of these are copious amounts of drive and determination. “We talk about chutzpah, audacity and a whole basket of things which lead Israelis to be very driven, not to give up and take on very large problems,” he says. “The other thing is a willingness to take risks.

    “If you don’t have those two extra ingredients to add to ideas, then they won’t turn into startups and innovation. So really what the book ends up being about is ‘Where did Israel get a bit more of those two things?’ From there, we talk about how the whole country is a startup and how it took a lot of drive and determination, and willingness to take risks, for it to come into existence.”

    21st century skills

    The second major factor that is still true today is the military, says Singer. Not so much as a source of technology or even of immersive technological training, though both of those are significant, but rather for the way military service imbues young Israelis with what has come to be known in the education world as ‘21st century skills’, he explains.

    “People are realising there’s a huge mismatch between education and work. Schools aren’t really producing people with the skills that companies are looking for. So what are companies looking for? It turns out they want things like leadership, teamwork, strategic thinking, decision-making, emotional intelligence and all these things we don’t teach in school.

    “But Israelis ended up picking this stuff up in the army. Not all those things, but particularly those things around leadership, teamwork and sacrifice. I think sacrifice is actually an important value for startups and entrepreneurship, because there’s usually an easier way to make a living than to do something as difficult and risky as starting your own business.”

    But the single most important skill learned during national service is ‘mission orientation’, continues Singer. “The main thing the military tries to teach you is what a mission is. How do you balance the need for success with the need to take risks? This turns out to be absolutely critical for startups.”

    The final and oft-quoted ‘X factor’ is that Israel is a country of immigrants, who by definition were driven enough to move from one place to another, taking risks to life and limb along the way. Japhet points to his grandparents on both sides of his family, who emigrated from Europe to Israel before the Holocaust.

    “I’ve been bred by these four grandparents and a lot of Israelis living today have a similar background to them,” he says. “Israel is the startup nation because its founders were risk-takers which is exactly the characteristic of entrepreneurs.”


  • Google’s states of play
    http://dyn.politico.com/printstory.cfm?uuid=92EC06F7-32EF-4CA9-BE21-D104E0832F07

    #Google is a Washington powerhouse that shapes federal law, rewards congressional allies and boasts a new 54,000-square-foot office, just down the road from the U.S. Capitol. But the Internet giant quietly has planted its political roots in places far beyond the #Beltway — in state legislatures and city councils that have become hotbeds for tech policy fights.

    The company has hired an army of #lobbyists from coast to coast as it seeks to protect its self-driving cars, computer-mounted glasses and other emerging technologies from new rules and restrictions, according to an analysis of state records. It’s an aggressive offensive meant to counter local regulators, who increasingly cast a skeptical eye on #Silicon_Valley and its ambitious visions for the future.

    Google this year has retained a quartet of lobbyists in Maryland to remove any roadblocks facing its fleet of driver-free Priuses. It’s tapped consultants in California, Utah, Georgia and other states where the company has tried to deploy its ultrafast Fiber Internet. In Illinois and beyond, Google has worked to battle back #legislation that might affect Glass, its high-tech spectacles. And the tech giant has cozied up to leaders in New York state and New York City, while camping out in Massachusetts to seek changes in state tax laws.

    “Google is an example of a company that has, in very short order, come to value political engagement in a very expensive way,” said Lee Drutman, a senior fellow at the Sunlight Foundation. “One of the things you see when a company becomes engaged in politics: They realize it’s not just federal politics, but state and local politics” that matter.

    In a sense, Google agrees. “Technology issues are a big part of current policy discussions, not just at the federal level but in the states as well,” a spokeswoman acknowledged. “It’s important to be part of those discussions and to help policymakers understand new technologies, Google’s #business, and the work we do to encourage economic opportunity.”

    In #Washington, Google is already a political behemoth. The tech giant spent more than $3.8 million to lobby federal lawmakers on privacy, patent and immigration reforms just in the first quarter of 2014, according to federal records. So far in the 2014 election cycle, the company also has donated $1.1 million to federal candidates. And it just took residence this month in a new Massachusetts Avenue office that’s within walking distance of #Capitol_Hill, symbolizing the company’s meteoric political growth since federal antitrust regulators investigated it in 2012.

    But Google’s political tentacles reach far beyond the nation’s capital.

    #Impôts #lobbying #vie_privée


  • Les sous-fifres occupent la Philharmonie de Paris — mouvement des précaires, chantier à ciel ouvert
    http://www.archyves.net/html/Blog/?p=5920

    Hier matin, dès l’aube, 150 intermittents de l’emploi & chômeurs partiels (du Spectacle, mais pas seulement) ont occupé par surprise l’immense auditorium en construction de la Philharmonie de Paris. Vers 6h30, le tour était joué. Tandis que trois issues étaient bloquées, un groupe grimpait aux étages supérieures, réussissant à accrocher d’immenses banderoles sur les poutrelles à claire-voie de l’édifice. Source : Pense-bête



  • Il fango di Bosnia
    –-> la #boue de #Bosnie

    La fotografa #Silvia_Longhi ha visitato alcune delle aree alluvionate del paese balcanico. Distruzione e ricostruzione. Un reportage che Rassegna Est pubblica in esclusiva.

    Mai c’era stata, nei Balcani, un’alluvione di simile portata. Mai, da quando è possibile misurare la forza d’urto dell’acqua. Silvia Longhi, una giovane fotografa trevigiana, è stata recentemente nelle aree della Bosnia colpite dalla piena. A Doboj, Domaljevac, Topcic Polje e Bosanski Samac ha seguito le operazioni di aiuto e soccorso intraprese dalla Caritas italiana.

    Non c’è nulla da aggiungere, rispetto a questi scatti. Né parole, né didascalie. Colgono, con discrezione e sensibilità, la portata di questa catastrofe. Ma anche la voglia di ricostruire e vivere, sempre e comunque. Benché i tempi del recupero, delle cose, delle case, delle attività economiche, saranno inevitabilmente lunghi.

    http://rassegnaest.files.wordpress.com/2014/06/bosnia_1758.jpg?w=150&h=100

    http://rassegnaest.files.wordpress.com/2014/06/bosnia_1763.jpg?w=150&h=99

    http://rassegnaest.files.wordpress.com/2014/06/bosnia_2119.jpg?w=150&h=100

    http://rassegnaest.com/2014/06/17/il-fango-di-bosnia

    #photoreportage #inondations #photographie

    cc @albertocampiphoto @reka


  • Migrants Invisible in UK Media

    A new report published June 13th, 2014 by Migrant Voice reveals huge under-representation of migrants in mainstream British media.

    Migrant Voice analysed 577 online news stories relating to migration over an 11 week period from January to April 2014, from sources including the BBC, ITV, SKY news, The Daily Mail, The Times, The Sun, The Evening Standard, and The Guardian.

    There are some fantastic examples of migrants’ contributions to British life that feature in all of these media outlets, but when we step back and look at the overall data it is clear that migrants’ views are systematically invisible or ignored when it comes to most stories affecting migrants.

    The debate on migration takes place largely within the media, yet migrants themselves are all too often subject to a ’code of silence.’ Migrant Voice works to bring more migrant voices into the debate - voices all too often ignored by politicians or those with ’an axe to grind.’

    Following the launch of the report, Migrant Voice wrote to editors and reporters to ask them to sign up their new ’Meet a Migrant’ Campaign.

    http://www.migrantvoice.org/index.php?option=com_content&view=article&id=549:migrants-invisible-in

    #migration #médias #journalisme #visibilité #UK #Angleterre #silence



  • Alibaba launches online shop for US
    FT | June 11, 2014 By Sarah Mishkin in San Francisco
    http://www.ft.com/intl/cms/s/0/99b7ddf8-f0f7-11e3-8f3d-00144feabdc0.html

    #Alibaba launched its first direct-to-consumer online shop in the US on Wednesday, as part of a move to expand more aggressively outside its home market.

    Development of the new website, called 11 Main, has been led by two of Alibaba’s wholly owned US subsidiaries, with financial and operational support from the parent group, according to the site’s general manager Mike Effle.

    It will operate as an online marketplace similar to Alibaba’s China-based TMall, which offers virtual store fronts to merchants who set their own prices and manage every aspect of their sales apart from payment.

    “11 Main was really inspired by the ‘Main Street’ experience,” said Mr Effle. “We are hand selecting . . . and really telling the story of these shops.”

    The shop represents Alibaba’s highest-profile foray into the US, but is only one part of the group’s wider strategy there.

    In advance of its potential $20bn initial public offering in New York later this summer, Alibaba has made a string of investments in US technology companies, with the help of a newly formed team in #Silicon_Valley.


  • Il y a des philosophes qui vous font plus de bien qu’un bataillon de psychanalystes : http://vimeo.com/92958076


    Ne vous arrêtez pas au titre -l’inaudible, pour une politique du silence- qui pourrait évoquer de loin un brouet de phénoménologie molle et de Beckett mal digéré ; c’est au croisement de James, Bergson, Deleuze et Guattari (ça n’étonnera pas les lecteurs de Lapoujade). Une belle séance d’hypnose active.
    Une précision quand même : la conférence est en français malgré son titre portugais.


  • Palantir : Unlocking Secrets, if Not Its Own Value - NYTimes.com
    http://www.nytimes.com/2014/06/01/business/unlocking-secrets-if-not-its-own-value.html

    Founded in 2004, in part with $2 million from the Central Intelligence Agency’s (#CIA) venture capital arm (#IN-Q-Tel), #Palantir makes software that has illuminated terror networks and figured out safe driving routes through a war-torn Baghdad. It has also tracked car thieves, helped in disaster recovery and traced salmonella outbreaks. United States attorneys deployed its technology against the hedge fund SAC Capital, which was also an early investor in the company.

    (...) Its advisers include James Carville, the Democratic strategist; Condoleezza Rice, the former secretary of state; George J. Tenet, the former C.I.A. director; and Michael Ovitz, the former head of Disney Studios and Hollywood superagent.

    (...) difficile de faire plus #silicon_army que ça, mais ce sont quand même des « idéalistes » qui veulent « sauver le monde » :

    “When you are saving the world, fighting fraud and slave labor, you can do great things,” Mr. Karp said. Palantir does not charge for most humanitarian work, which is a source of internal pride. “What concerns me,” he said, “is working with commercial entities, and non-U.S. governments.”

    (...) Palantir has worked to recover from its own ethical lapses, but Mr. Karp acknowledges that it cannot control the ethics of its customers.

    (...) Palantir is not the first company dealing with big data that has been conflicted between ideals and commerce.

    Palantir began in the mind of Peter Thiel, the Silicon Valley investor and PayPal founder

    sur l’affaire Anonymous :

    In 2011, the world got a taste of what could go wrong with Palantir’s confluence of commerce and surveillance. Along with two Beltway intelligence firms, a Palantir employee had pitched a Washington law firm on ways that it could expose the workings of WikiLeaks, the group that publishes secret government and private-sector information. The pitch included the idea of using disinformation and cyberattacks.

    The idea fizzled, but Anonymous, the loosely associated network of cyberactivists, posted both the pitch and emails indicating that Palantir also proposed creating misinformation about journalists, including Glenn Greenwald, who wrote in support of WikiLeaks and who recently shared a Pulitzer Prize for his articles on Edward J. Snowden’s leaking of National Security Agency spying documents.

    Mr. Karp publicly apologized to Mr. Greenwald. On the recommendation of an outside law firm, the employee was suspended for a while, but still works at Palantir.

    et encore, à propos des capacités de google :

    Courtney Bowman, a former Google employee, works at a Palantir as a “civil liberties engineer,” (...): “I was a quantitative analyst at Google, doing ad auction design and targeting,” he says. “I had access to ways of deriving personal identity information without breaking any laws. It was a constant anxiety to me.”

    #fichage #surveillance #privacy #data-mining et un article que @cryptome juge (à mon avis à juste titre) grotesque. En lien aussi avec Barrett Brown


  • Et si l’ère post-travail était en fait promise à un âge d’or ?
    http://www.rslnmag.fr/post/2014/05/30/Et-si-lere-post-travail-etait-en-fait-promise-a-un-age-dor-.aspx

    Dans un monde du travail envahi par les robots, la majorité des êtres humain n’aura-t-elle bientôt plus besoin de travailler ? Loin des utopies techno-béates, les représentations d’un tel futur tiennent plutôt, généralement, du bonheur impossible cher aux dystopies. Pourtant, est-il si inimaginable de prévoir cet avenir dans sa version heureuse ?

    #Automatisation #Chômage #Emploi #Prospective #Robotisation #Silicon_Valley #Travail #Économie_de_la_contribution

    • Oui, parce que les proprios des robots veulent garder toute la richesse produite pour eux seuls, parce qu’ils pensent aussi que c’est la meilleure solution pour réduire la concurrence sur les ressources naturelles : plus besoin de prolos, ils peuvent donc crever en masse et laisser les survivants profiter à fond de de tout le reste. En gros, cette évolution pourrait effectivement être une évolution d’émancipation, mais je pense qu’elle est prévue comme une évolution d’anéantissement.
      #surnuméraires

    • @koldobika Après avoir lu la réflexion de @monolecte on pourrait être tenté de croire que c’est parce que la pénurie n’aura pas lieu - pas pour ceux qui profiteront pleinement du progrès.

      Je pense que c’est plutôt un symptôme de la sclérose de l’état démocratique moderne :
      Tout le monde en a conscience mais il est impossible d’y remédier parce ce qu’on est obligé à faire des compromis avec les forces destructives. Ça s’appelle pluralisme : tant que tu ne portes pas de croix gammée ou le drapeau rouge révolutionnaire on t’accepte et ta position sera pris en compte tant que tu saches attirer du monde par ta propagande.

      Bien sûr il y aussi des situations où ces forces exercent ouvertement leur pouvoir : quand le gouvernement Merkel fait arrêter le développement de la production locale d’énergie solaire et du vent au profit des grands producteurs ou quand Kofi Annan appelle en vain pour une action concertée contre la catastrophe climatique, la position de @monolecte devient plausible.

      Lors ce qu’on tourne le regard vers les Etats Unis où sévissent les sectes évangélicales avec leur fucking rapture on comprend que les contrées de la raison ne s’étendent pas sur toute la planète, qu’il faut accepter que ces forces destructives existent vraiment et qu’elles jouent un rôle important partout. L’enlèvement risque d’avoir lieu, mais il n’aura rien de spirituel.

      Les alternatives se dessinnent de plus en plus clairement. On se souvient de socialisme ou barbarie , c’est un vieux truc français des années 1950. A l’époque il c’était encore d’une dichotomie alors qu’aujourd’hui il s’agit d’alternatives concrètes.

      Le révolutionnaire Ernest Mandel a identifié ce changement de paradigme après la recupération du territoire de la #DDR défunte par le #capitalisme de l’ouest.
      https://www.npa2009.org/content/une-biographie-syst%C3%A9matique-d%E2%80%99ernest-mandel-par-michael-l%C3%B

      Pendant ses dernières années, Mandel avait remplacé le dilemme classique « socialisme ou barbarie » par celui, apocalyptique, de « socialisme ou mort » ; le capitalisme nous conduit, insistait-t-il, à la destruction de l’humanité par la guerre nucléaire ou par la destruction écologique.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Ernest_Mandel
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Socialisme_ou_barbarie

      #rapture #enlevement #entrückung #socialisme_ou_barbarie

    • ça me fait penser aux trois scénarios d’Hervé Kempf
      http://www.reporterre.net/spip.php?article2102

      - Dans le scénario oligarchique, la classe dirigeante refuse la logique de la situation, et continue de proclamer la nécessité d’augmenter l’abondance matérielle par la croissance du PIB. Malgré un effort d’amélioration de l’efficacité énergétique – qui sera nécessaire dans tous les scénarios -, cette politique entraîne l’aggravation de la crise écologique et l’augmentation des prix de l’énergie, d’où un blocage de la croissance entraînant des frustrations d’autant plus grandes qu’une très forte inégalité perdure. Ces frustrations suscitent une montée des tensions sociales que l’oligarchie tente de détourner en stigmatisant les immigrants et les délinquants. Elle renforce l’appareil policier, ce qui lui permet au passage de réprimer les mouvements sociaux. De surcroît, la compétition mondiale pour les ressources et la dispute quant à la responsabilité de la crise planétaire enveniment les relations internationales, ce qui alimente le moulin sécuritaire et nationaliste. Le régime oligarchique, au départ encore respectueux des formes extérieures de la démocratie, les abolit progressivement.

      – Dans le scénario de gauche croissanciste, les dirigeants s’obstinent à chercher la croissance du revenu moyen, en corrigeant cependant l’inégalité sociale, à la marge pour ne pas heurter les « élites économiques ». Les tensions intérieures aux pays occidentaux sont certes moins fortes que dans le scénario oligarchique, mais le poids de la crise écologique et les tensions internationales restent tout aussi accablantes, générant rapidement les mêmes effets de frustration et de conflit. L’oligarchie, ou sa fraction la plus réactionnaire, harcèle les dirigeants en s’appuyant sur l’extrême-droite. Il faut alors choisir, si cela est encore possible, une franche rupture avec le croissancisme, ou être entrainé dans la débâcle.

      – Dans le scénario écologiste, les dirigeants convainquent les citoyens que la crise écologique détermine l’avenir proche. Remettant explicitement en cause la démesure de la consommation matérielle, la politique économique réoriente une part de l’activité collective vers les occupations à moindre impact écologique et à plus grande utilité sociale – l’agriculture, l’éducation, la maîtrise de l’énergie, la santé, la culture… La création d’emplois ainsi permise rend populaire cette politique, permettant d’engager ouvertement la lutte contre les privilèges de l’oligarchie : le système financier est socialisé et les inégalités sont drastiquement réduites. Cela rend possible de transformer le modèle culturel de prestige que définissent les plus aisés. De plus, la réduction des inégalités atteste que le mouvement vers la moindre consommation matérielle est partagé par tous, ce qui le rend supportable. Enfin, elle signifie que la société reprend la part de la richesse collective que s’est appropriée l’oligarchie depuis les années 1980 - près de 10 % du PIB. Ces ressources servent à améliorer le niveau de vie des plus pauvres et à investir dans les nouvelles activités écologiques et sociales. Sur le plan international, les relations sont pacifiées, parce qu’il est aisé de plaider pour une orientation écologique des politiques. La confiance mutuelle l’emporte, les dépenses militaires reculent, la crise écologique est évitée, les jeunes générations peuvent prendre en main le monde nouveau.

      Ce tableau appelle plusieurs remarques. Sur le fond, il signifie qu’il nous faut reconquérir la démocratie dans un contexte mental radicalement différent de celui dans lequel elle s’est développée. Durant les XIXe et XXe siècle, elle a grandi et convaincu parce qu’elle était une promesse d’amélioration du sort du plus grand nombre, promesse qu’elle a accomplie, en association avec le capitalisme. Aujourd’hui, le capitalisme délaisse la démocratie, et il nous faut la revigorer en annonçant un bien-être, un « bien vivre », fondamentalement autre que celui qu’il fait briller. Qui, d’abord, évitera la dégradation chaotique de la société. Qui, ensuite, ne sera plus fondé sur les séductions de l’objet, mais sur la modération illuminée par un lien social renouvelé. Il nous faut inventer une démocratie sans croissance.

    • @monolecte :

      [...] plus besoin de prolos, ils peuvent donc crever en masse et laisser les survivants profiter à fond de de tout le reste.

      Besoin encore de consommateurs pourtant. Et pour deux raisons : consommer bien sûr mais aussi produire les données que les robots exploiteront.

      On a déjà des robots qui nous libèrent massivement du travail : on a donc inventé la société du #chômage à la place de celle des #loisirs tant espérée.

      Vrai... Le déficit intellectuel est patent.

      @koldobika :

      Je comprends toujours pas comment dans ces scénarios ils ne tiennent pas compte de la pénurie énergétique à venir, ni de la pénurie de métaux rares nécessaires à la construction de tout matériel électronique.

      Oui... Mais je pense qu’il y a une sorte de fuite en avant technologique, par exemple vers les promesses que peut faire le graphène entre autre :
      http://seenthis.net/tag/graph%C3%A8ne
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Graph%C3%A8ne

      Soyons clair, ce qui est intéressant dans cet article inintéressant, c’est que les questions qu’amènent les bouleversements technologiques de la Silicon Valley (pour faire simple), ne sont pensées que par les hommes de la Silicon Valley. Il y a un aveuglement total du reste du monde politique et intellectuel, et en particulier à gauche et encore plus particulièrement ici en Europe. Qui sont ceux qui nous alertent du monde à venir ? C’est donc Steve Jurvetson de DFJ, mais aussi Bill Gates de Microsoft http://www.gizmodo.fr/2014/03/17/bill-gates-robots.html :

      La substitution logicielle, qu’elle serve aux conducteurs, aux serveurs ou aux infirmières, évolue. Au fil du temps, la technologie va faire chuter la demande pour ces emplois, et plus particulièrement en ce qui concerne les emplois peu qualifiés. D’ici à 20 ans, la demande de main-d’œuvre pour beaucoup de secteurs sera très inférieure. Je ne pense pas que les gens l’établissent dans leur modèle mental.

      ou Éric Schmidt de Google http://meta-media.fr/2014/03/12/et-voici-lere-dot-com-des-robots-attention-danger.html :

      Je suis très inquiet là dessus. Toutes les données montrent que ça va empirer (…) pour moi, c’est le sujet actuel le plus important pour les démocraties.

      etc.

      Aujourd’hui ce sont les premiers impliqués et les premiers responsables qui sont les plus inquiets. On croit rêver ! Et il ne fait aucun doute qu’ils vont apporter et proposer des « solutions ». Donc une chose est sure, nous y perdrons beaucoup à abandonner ces questions à ces gens.

    • Pour moi il y a d’autres sujets aussi pertinents que la raréfaction des ressources lorsqu’on évoque « La fin du travail (grâce à ou à cause de la robotisation) », à savoir :
      – l’exploitation humaine (femmes et enfants des pays pauvres compris) et l’esclavage moderne (allez, disons pour 99% des « travailleurs » de la planète !)
      – l’épanouissement individuel

      Je pense simplement qu’une version heureuse du #post-travail devrait avoir comme but de limiter au maximum l’exploitation humaine et d’offrir à chacun un peu plus de temps libre pour son propre équilibre et épanouissement, et cela de manière égalitaire - sachant bien évidemment que de l’autre côté, l’ère de la fin-pétrole a ses propres exigences, notamment en main d’oeuvre.

    • J’aurais donc tendance à dire, que le fait que chacun ait à retrousser ses manches pour créer les conditions de sa subsitance, n’a réellement rien à voir avec le fait d’être exploité dans son travail ou d’être obligé d’occuper des emplois contre-productifs pour la société (des emplois de merde par exemple, ou des emplois parasitaires).

    • Ah ah, on prend les mêmes et on recommence !

      Besoin encore de consommateurs pourtant.

      On voit bien que le fordisme a disparu et que chacunE veut la force de travail la moins chère (production) et les marchés mes plus prospères (consommation), donc ne pas prendre la peine d’entretenir une classe moyenne consommatrice. Le schéma est complètement guerrier et irresponsable.

      S’il est un truc qui puisse nous aider, c’est l’épuisement écologique du modèle. Et non, surtout pas les rêveries écolos décroissantes qui sont complètement déconnectées de la réalité :
      –la fin du travail est une utopie techno qui tient sur l’exploitation des machines, un modèle pas écolo, alors comment vouloir les bénéfices d’un modèle haïssable et insoutenable ?
      –c’est quoi le rapport de force envisagé pour conquérir la part du gâteau, à part persuader d’autres surnuméraires et voter ça en AG de rue avec les mains qui tournent au-dessus des têtes ?

      Je suis critique parce que j’en reviens, j’avais des impulsions à faire tourner approbativement mes mains même dans les repas de famille, tellement j’étais dedans, avec l’idée petite-bourgeoise que tu as des droits et qu’il faut les demander, et sinon les demander plus fort.

      Tu parles... on ne pourra reconstruire une économie correcte que sur un épuisement généralisé des ressources (voir #Julien_Milanesi pour la chronique dans @lan02 sur cette question), parce qu’avant, la stratégie c’est de penser qu’on a droit aux parts du gâteau et qu’il suffit de le dire.

      Exemple, mon frère à l’hosto qui entend deux servantes pendant ses années d’étudiant en médecine : « vivement qu’on ait du tout-jetable, parce que c’est ennuyeux, hein, de désinfecter tous ces ustensiles ». Il leur a dit qu’elles pouvaient toujours rêver qu’on les paye à nettoyer des ustensiles qu’elles ne nettoyaient pas, et que ce ne serait pas les vacances mais la porte.

      Sur cette question, les gentils écolos qui font l’impasse sur la question technique et sur la question des rapports de force sont comme les deux meufs en question, plus des chouignements pleins de bonne conscience sur le tout-jetable. Parce que ce serait tellement bien d’avoir le beurre et l’argent du beurre. Ah oui.

      Toute ma réflexion aujourd’hui, elle est sur qu’est-ce qui te laisse imaginer que tu pourrais avoir des droits et ne pas te faire traiter comme unE surnuméraire, si tu ne crées par une société différente, avec une relation aux autres basée sur la réciprocité et plus sur la répétition à qui veut l’entendre que tu as droit à ci et ça ?

      http://blog.ecologie-politique.eu/category/Textes/La-petite-bourgeoisie-s-amuse

      Vous l’avez compris si vous me lisez depuis le début de cette série, je suis une habituée du milieu associatif écolo. Ici pas d’obligation d’aller vendre la feuille de chou rouge sur les marchés le week-end, pas de culpabilisation quand on loupe une réunion sur deux, c’est l’esprit du « nouveau » militantisme post-it, un engagement souple, humain, gouverné par le principe de plaisir... individuel. Prière de ne pas rigoler, j’ai moi aussi participé à théoriser cette vision d’un militantisme qui fait la part belle à l’humour, aux plaisirs de la commensalité ou de la découverte, et au dialogue qui se crée entre le groupe et ses... euh, membres, usagèr-e-s, consommateurs/rices ? A la fin, on ne sait plus bien, et le dialogue est à sens unique : « Si j’veux. »

      [...]
      En déconnectant droits et devoirs, participation politique et participation de fait, au nom de sa liberté individuelle, la petite bourgeoisie se met en mesure de jouir d’échanges non-équitables, de se vautrer dans la non-réciprocité. Si elle est incapable de se sentir redevable, si elle limite son engagement à son intérêt bien compris, elle consomme les espaces collectifs sans les nourrir, prenant pour acquis que d’autres vont s’y coller. Elle perd de vue le dessin global, qui est que nous créons ensemble le monde dans lequel nous sommes amené-e-s à vivre, et qu’il peut être sacrément moche quand les responsabilités sont à sens unique.

      Et comme pour l’instant, dans les milieux les plus conscientisés, l’exploitation des ressources et du travail produits au sud n’est pas une épine dans le pied (même pas merci le billet d’avion et la tablette, c’est un dû), je doute que la prise de conscience soit là...

    • Le truc, c’est justement de limiter le nombre de convives à table, pas de garantir à chacun son rond de serviette, on se retrouve avec @aude_v.
      L’élimination des surnuméraires a déjà commencé, même si cela se voit plus dans le sud que dans le nord : on fait de la simple survie une question d’argent et on retire l’argent. Rien de plus démonstratif que cela.

      Dans le sud, c’est donc l’accès à l’éducation et aux soins de base, ce genre de choses : personne ne veut payer les 2€ qui suffisent à sauver un enfant du palu. Mais la taille de l’économie informelle permet d’absorber le reste... pour l’instant, tant bien que mal, avec un très beau ratio de pertes, ce qui ne va pas être le cas du nord, comme vous avez pu le remarquer.

      Dans nos villes impossible de manger ou de boire et même de chier sans argent. Il n’existe tout simplement plus d’espace démarchandisés, sauf illégaux. Il suffit de voir avec quelle ardeur on pourchasse les clandos et les SDF qui tentent de se bricoler des abris de fortune : circulez, circulez, sans jamais vous reposer. Vous avez la liberté de circuler, pas celle de vous arrêter. Pour nous qui ne faisons que traverser l’espace public à petits pas pressés pour aller d’un lieu privé à un autre, il n’y a là rien à voir, ressentir ou comprendre. Mais trouve-toi sans destination dans nos grandes cités riches...

      Dans les cambrousses, ce n’est pas mieux : il n’existe en fait pratiquement plus d’autres espaces publics que les routes... où il faut circuler. Tout le reste est proprement délimité, grillagé, clôturé... chaque fois que je dois pisser dans un espace rural, c’est la galère : pas un chemin qui ne soit privé, pas un bosquet qui ne planque pas une maison, une exploitation agricole.

      Il n’existe aucun espace démonétisé.
      Ensuite, l’équation est simple : pour les prolétaires, la seule manière d’avoir accès à l’eau, l’abri, la nourriture, les soins, l’énergie, c’est l’argent. Cherchez de l’eau gratuite, vous verrez. La seule manière d’avoir de l’argent, c’est de travailler. Priver les prolétaires de travail et vous tenez entre les mains leur droit à vivre. Coupez les subsides et les surnuméraires devront se battre entre eux pour survivre une journée de plus. Darwin fera le job !

    • C’est marrant :

      Il ne s’agirait donc pas de rentrer dans une course contre les machines - mais d’inventer de nouvelles façons de travailler avec elles et redéfinir les conditions de vie pour les « humains obsolètes ». Et plus encore, d’agir par la loi pour transformer le système en profondeur : repenser en fonction de ce scénario l’éducation, l’entrepreneuriat et la politique fiscale

      comment tourner délibérément autour du grand tabou en l’évitant soigneusement ? Le noeud essentiel ça s’appelle « redistribution des richesses », et nul ne l’évoque. C’est la seule mécanique à laquelle on n’ose pas toucher dans ce monde où tout doit changer tout le temps, le seul archaïsme toujours rutilant..

      Parler de fiscalité y fait allusion, mais la fiscalité sera toujours un cataplasme de #charité si le fonctionnement capitaliste moyenâgeux pourvoyeur de rentes, de privilèges de propriété et de droit à la spéculation prédatrice perdure.. Pour le reste, la technologie, c’est du gadget...

    • J’ai du mal avec la gratuité, pour l’instant j’y vois l’invitation pour les surnuméraires (artistes, scribouillardsEs, précaires) de se mettre à dispo de la collectivité, qui le leur rendra si ça lui chante - et tiens, en fait non.
      C’est la gratuité dont @monolecte parle qu’il faut retrouver, d’usage de biens communs concrets. Je cherche à commander pour @lan02 une chronique sur les chemins ruraux, communaux et vicinaux dont la privatisation interdit ou à peu près de faire autrement qu’en caisse.
      Et l’habitat léger, s’il ne ressort par le droit de chacunE à être connectéE aux réseaux et s’en sort de manière autonome, m’évoque cette liberté qu’on a perdu, notamment avec le droit d’être connectéE.
      http://terreaterre.ww7.be/habitat-mobile-et-ou-ephemere.html
      Enfin, bref, c’est la misère et ça tient pas mal à notre liberté perdue de produire et d’échanger dans un cadre démocratique...

    • Ici, c’est la guerre des chemins : les gens s’approprient par extension les voiries publiques qui jouxtent leur sacro-sainte propriété et sortent la bave aux lèvres dès qu’on fait remarquer qu’il s’agit d’une confiscation de l’espace public. Et ce n’est rien face aux agriculteurs qui ont vite fait de passer un petit coup de charrue pour régler une servitude de passage qui gêne leur remembrement perso.
      Du coup, même randonner en cambrousse devient compliqué. Il faut pratiquement adhérer à une asso qui va négocier avec les riverains et agriculteurs des autorisations de passage à géométrie variable pour des accès qui devraient être publics.

    • Enfin, bref, c’est la misère et ça tient pas mal à notre liberté perdue de produire et d’échanger dans un cadre démocratique...

      @aude_v, tout à fait d’accord. Comme tu dis, il appartient aux gens (aux communautés d’habitants) de définir leurs besoins en terme de production et d’échange. Ce que défend initialement l’écologie politique, il me semble, c’est la liberté des communautés à décider par eux-mêmes, non ?

      J’avais tendance à voir dans l’expression « fin du travail », la « fin du travail esclave » et la nécessité de dépasser l’idéologie actuelle du travail.

    • @koldobika Les trois scénarios de Kempf ont déjà été testé implicitement dans le passé, alors on en connaît le résultat. Le modèle oligarchique a provoqué une destruction de la société par la guerre avec comme résultat une phase où le modèle écologique s’imposait pour faire place au modèle croissanciste une fois cette phase de réorganisation et d’accumulation de capital accomplie.

      La population de la ville de Berlin a augmenté jusqu’à 4,48 millions d’individus en 1942 suivi d’une chute brutale vers 3 millions en 1945/46 pour augmenter à nouveau jusqu’à environ 3,5 millions aujourd’hui.
      On peut se faire une idée de ces phases quand on regarde des photos du Tiergarten, l’immense parc du centre ville.

      Plan du parc de 1833 (la parte de Brandebourg à l’est se trouve en bas au centre)
      http://upload.wikimedia.org/wikipedia/de/1/1e/Tiergarten_1833.jpg

      Panorama estival du Tierparten aujourd’hui
      http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/eb/Berlin_Siegessaeule_Panorama.jpg

      Le parc transformé en potager après la famine de l’hiver 1945/46
      http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4c/Bundesarchiv_Bild_183-H0813-0600-009%2C_Berlin-Tiergarten%2C_Gem%C3%BCsebeet_wird_gegossen.jpg
      http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f1/Bundesarchiv_Bild_183-M1015-314%2C_Berlin%2C_baumloser_Tiergarten.jpg

      Photo aerienne permettant de situer les prises de vue
      http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Berlin_Tiergarten_Siegess%C3%A4ule_Luftansicht.jpg

      Je crois que ça vaut la peine de s’engager pour empêcher ce cycle de trois phases de se répéter.

      #berlin #histoire

    • Comment limiter les prélèvements sur les ressources quand on observe aujourd’hui l’explosion mondiale du marché des tablettes numériques et des smartphones, alors que les entreprises de la « nouvelle économie » - particulièrement les entreprises de la Silicon Valley comme Google - et les opérateurs de téléphonie mobile, attendent 2 milliards d’abonnés à internet supplémentaires provenant des pays émergeants ou pauvres (inde, chine, etc) ?

      https://blog.mozilla.org/garykovacs/2013/02/bringing-the-worlds-next-2-billion-people-online

      Currently, less than a third of the world’s population are connected to the Internet. But two billion more people will come online in the next five years, primarily through mobile devices and in emerging markets. Every one of those two billion individuals has a unique voice, and an open system is necessary to help them find it.

      –-> traduction « Actuellement, moins d’1/3 de la population mondiale est connectée à l’internet. Mais 2 milliards d’habitants supplémentaires vont rejoindre le monde du Web dans les 5 prochaines années, principalement à travers des appareils mobiles et grâce aux nouvelles offres de marché. Chacune de ces personnes parmi ces 2 milliards est une unique voix, et un système ouvert est nécessaire pour les aider à la trouver. »

      Je pense qu’à l’ère numérique, l’accès à internet est un droit fondamental, et que chaque terrien doit pouvoir accéder et contribuer au monde de l’internet, d’une manière ou d’une autre. Internet me semble en effet un facteur important pour la démocratie. Mais dans un marché de 4 milliards de consommateurs connectés à internet - ça fait un peu bétail, mais bon - , je pense qu’il faudrait parvenir à optimiser l’usage de ces appareils, voire si c’est possible partager l’usage de ces appareils.

      #mozilla #firefoxos #sur-consommation

    • Sans compter la « démocratisation » de la voiture, du transport aérien... L’apparition d’une classe moyenne mondiale, c’est le truc qui enthousiaste, alors que c’est sur un modèle dépassé : la classe moyenne des pays riches est en train de se réduire et son mode de vie est insoutenable...
      J’ai passé plus de trois ans de trop dans une revue « écolo » ou on s’extasiait sur des infos comme ça et ça fait plaisir de lire que c’est inquiétant !

    • @aude_v, je pense que tu veux dire que la conscience environnementaliste (avec ses constats alarmistes) et celle qui observe la dégradation toujours plus poussée des conditions de vie ne suffiront pas, s’il n’y a pas de réelle volonté de changements des rapports humains : je pense que c’est pertinent de parler de nécessité de réciprocité dans les rapports humains, comme de parler de droits ET de devoirs. Il me semble que tu parles d’abord d’éthique dans les relations.

    • Et à l’échelle historique j’ai l’impression que ce déploiement d’internet sera une brève parenthèse, un feu de paille, par l’effet combiné de l’obsolescence programmée de ce matériel, de l’épuisement des métaux nécessaires à leur fabrication, et de la dé-démocratisation (d’internet, de la voiture, de l’avion) à mesure que le coût de l’énergie se fera sentir, combinée à un captage de richesses par une minorité.

    • Ce qui était le plus râlant, en fait, c’était que je posais la question dans les termes de @koldobika : on court derrière l’effet-rebond, il n’y a aucune efficacité qui fasse baisser la conso, et c’est des ressources de dingue qui sont utilisées à un rythme qui ne cesse d’augmenter.

      Et au lieu de ça, en s’extasiant devant la révolution Internet on perdait de vue le big picture (pour nous, les écolos, c’était la déplétion des ressources naturelles et les conflits qui s’ensuivent) et on s’engouffrait dans une voie qui n’avait pas besoin de nous pour être promue. Promue en mieux, puisque nos discours étaient vraiment indigents par rapport aux échos que j’entends ici, avec des gens comme @fil ou @rastapopoulos. Notre maître à penser sur Internet, c’était un gars qui avait écrit à la machine (merci le tipp-ex) et faxé son testament intellectuel, « La sortie du capitalisme a déjà commencé ». On y est pile, vous avez dû remarquer.

    • Notre maître à penser sur Internet, c’était un gars qui avait écrit à la machine (merci le tipp-ex) et faxé son testament intellectuel, « La sortie du capitalisme a déjà commencé ». On y est pile, vous avez dû remarquer.

      http://kinoks.org/spip.php?article214

      Produire ce que nous consommons et consommer ce que nous produisons est la voie royale de la sortie du marché. Elle nous permet de nous demander de quoi nous avons réellement besoin, en quantité et en qualité, et de redéfinir par concertation, compte tenu de l’environnement et des ressources à ménager, la norme du suffisant que l’économie de marché a tout fait pour abolir. L’autoréduction de la consommation, son autolimitation - le self-restraint - et la possibilité de recouvrer le pouvoir sur notre façon de vivre passent par là.

      Il est probable que les meilleurs exemples de pratiques alternatives en rupture avec le capitalisme nous viennent du Sud de la planète, si j’en juge d’après la création au Brésil, dans des favelas mais pas seulement, des « nouvelles coopératives » et des « pontos de cultura ». Claudio Prado, qui dirige le département de la « culture numérique » au ministère de la culture, déclarait récemment : « Le ’job’ est une espèce en voie d’extinction...

    • Pourtant une tout autre voie de sortie s’ébauche. Elle mène à l’extinction du marché et du salariat par l’essor de l’autoproduction, de la mise en commun et de la gratuité. On trouve les explorateurs et éclaireurs de cette voie dans le mouvement des logiciels libres, du réseau libre (freenet), de la culture libre qui, avec la licence CC (creative commons) rend libre (et libre : free signifie, en anglais, à la fois librement accessible et utilisable par tous, et gratuit) de l’ensemble des biens culturels - connaissances, logiciels, textes, musique, films etc. - reproductibles en un nombre illimité de copies pour un coût négligeable. Le pas suivant serait logiquement la production « libre » de toute la vie sociale, en commençant par soustraire au capitalisme certaines branches de produits susceptibles d’être autoproduits localement par des coopératives communales. Ce genre de soustraction à la sphère marchande s’étend pour les biens culturels où elle a été baptisée « out-cooperating », un exemple classique étant Wikipedia qui est en train d’« out-cooperate » l’Encyclopedia Britannica. L’extension de ce modèle aux biens matériels est rendue de plus en plus faisable grâce à la baisse du coût des moyens de production et à la diffusion des savoirs techniques requis pour leur utilisation. La diffusion des compétences informatiques, qui font partie de la « culture du quotidien » sans avoir à être enseignées, est un exemple parmi d’autres. L’invention fabbers, aussi appelés digital fabricators ou factories in a box - il s’agit d’une sorte d’ateliers flexibles transportables et installables n’importe où - ouvre à l’autoproduction locale des possibilités pratiquement illimitées.

      Écrit à la Remington, ça doit faire drôle. Et hop, encore la gratuité et toujours pas la réciprocité, d’autres échanges (immédiats ou non, formels ou non, monétaires ou non, mais gratuité et gratuité ça n’a jamais fait un échange).

    • À propos de biens communs, ce week-end on a revu un couple de nos connaissances qu’on avait pas vu depuis un baille, et dans notre conversation on a parlé d’accès aux terrains mais aussi de leurs voyages en Europe de l’est. Et de mettre les deux en rapports était assez saisissant.

      En fait ces dernières années ils sont allés plusieurs fois vers la Bosnie et le Monténégro avec leur fille, en camionnette retapée. Et là-bas, partout où ils sont allés, les gens n’ont pas de travail ou très peu. Mais ça reste très rural y compris dans les grandes villes. Et les gens ont à peu près tous un toit, un bout de terrain, des légumes, des poules, des cochons. Régulièrement ce couple cherchait un endroit où garer leur véhicule pour dormir sans déranger, mais à chaque fois qu’ils demandaient à quelqu’un pour être poli, ils finissaient toujours par se faire inviter chez les gens, à manger, etc. Et le lendemain ils partaient avec une poche de légumes et de pains alors qu’ils n’avaient rien demandé. Les gens n’ont pas de travail mais ils arrivent à manger et même à offrir des choses aux gens de passage.

      Chez nous, on a encore un peu de travail, on a trois ordis par foyer, mais à moins de faire partie du haut du panier, on a aucun toit à nous, aucun terrain, aucun moyen de se nourrir sans argent et donc sans travail (ou sans voler).

      L’ère post-travail (au sens capitaliste) devra avoir une grande part de ruralité, sinon je ne vois pas comment on peut parler d’émancipation individuelle. Pour pouvoir être socialement progressiste, il ne faut pas être en train de se monter les uns sur les autres pour subvenir à nos besoins de base.

      À nous de travailler (hihi) pour que le fait de revenir en arrière matériellement sur certains points, ne signifie pas revenir à l’ensemble d’une époque passée avec ses mauvais côtés sociaux inégalitaires. L’Histoire (et donc y compris l’histoire des conditions matérielles d’existence) n’est pas linéaire.

    • Illich décrit les vies développées comme des vies avec des coûts d’accès très élevés. Pas de caisse ? Dommage, parce que tu n’as plus les moyens d’aller à pied. Le TGV, c’est la fin des billets de train à un prix décent. Le meilleur pour touTEs ceusses qui peuvent se le payer. Et plus rien à côté.

    • Des fois je me dis que ça devrait pas être difficile de vivre bien. Si les terrains n’étaient pas à des prix prohibitifs, il y aurait moyen de se construire des habitats pour pas cher, et de produire une grosse partie de sa nourriture (ou en tout cas la partie qui coûte cher car gourmande en main d’œuvre) assez facilement. On y ajoute une énergie de chauffage performante (chaleur de décomposition, biogaz, poêles de masse qui prennent des brindilles), et finalement on a une base d’existence sécurisée. Après manque plus que de se mettre d’accord pour gérer le reste de manière sympa. Y aura moins d’entertainment , de gadgets, d’électricité, mais je pense que ça peut être une broutille pour la qualité de vie par rapport à des rues, places, etc aménagées pour que les gens y passent des moments agréables, à jouer au ballon, aux échecs ou aux dominos, à l’ombre des arbres, sans avoir peur qu’une voiture percute ses gosses.

      C’est mon utopie naïve à moi :)

    • L’ère post-travail (au sens capitaliste) devra avoir une grande part de ruralité, sinon je ne vois pas comment on peut parler d’émancipation individuelle. Pour pouvoir être socialement progressiste, il ne faut pas être en train de se monter les uns sur les autres pour subvenir à nos besoins de base.


      #démocratie #délibération #liberté
      Economie basée sur l’identification des besoins des habitants
      L’économie au service des habitants


  • SigFox Installing a Cellular Network for the Internet of Things in San Francisco and #Silicon_Valley | MIT Technology Review
    http://www.technologyreview.com/news/527376/silicon-valley-to-get-a-cellular-network-just-for-things

    San Francisco is set to get a new cellular network later this year, but it won’t help fix the city’s spotty mobile-phone coverage. This wireless network is exclusively for things.

    The French company SigFox says it picked the Bay Area to demonstrate a wireless network intended to make it cheap and practical to link anything to the Internet, from smoke detectors to dog collars, bicycle locks, and water pipes.

    A SigFox base station can serve a radius of tens of kilometers in the countryside and five kilometers in urban areas. To connect to the network, a device will need a $1 or $2 wireless chip that’s compatible, and customers will pay about $1 in service charges per year per device.

    #iot #internet_des_objets


  • A propos des essaims de drones autonomes…

    Intéressé par l’article de @larotative sur le festival alternatif survolé par un drone,
    http://seenthis.net/messages/257818
    je découvre dans la bio du fournisseur du festival, DroneContrast, que son principal technicien a bossé sur un projet d’"essaim de drones autonomes".
    http://www.dronecontrast.com/equipe.html
    En cherchant un peu, je m’aperçois que le ministère de la Défense a lancé en juin 2011 – peu avant le projet de fin d’étude du jeune ingénieur, d’ailleurs – le projet SUSIE, permettant à un opérateur unique de gérer ce type très particulier d’escadrille.
    http://www.defense.gouv.fr/actualites/economie-et-technologie/projet-susie-escadrille-de-drones-a-l-horizon
    http://www.dailymotion.com/video/xjfmut_recherche-exploratoire-susie-supervision-de-systemes-d-intellige

    On connaît le rôle et l’utilité des drones et autres engins autonomes sur les théâtres d’opération, et les enjeux qu’ils représentent pour l’avenir de la Défense. Mais si ces robots sont déjà au cœur des stratégies militaires, leur utilisation, très complexe, mobilise beaucoup de personnel. Aussi, la DGA a décidé de valider et soutenir le projet de recherche visant à explorer la façon dont un opérateur humain peut agir sur tout un groupe de systèmes autonomes

    Développé par la DGA en coopération avec Deev-Interaction, issue d’un incubateur breton, le projet a reçu le prix de l’innovation de l’Otan en 2012 : http://deev-interaction.com/2012/05/14/project-susie-wins-innovation-prize

    Mais la start-up ne compte pas s’arrêter à ces glorieux honneurs, et avec ses partenaires universitaires, toujours parrainés par la DGA, travaille à la suite du projet SUSIE. Voilà donc DAISIE, pour Design d’Applications Innovantes pour Systèmes d’Intelligence par Essaim http://www.agence-nationale-recherche.fr/projet-anr/?tx_lwmsuivibilan_pi2%5BCODE%5D=ANR-13-ASMA-0004

    Le projet DAISIE travaillera notamment sur l’implémentation concrète et la démonstration de mécanismes de communication locale au sein d’essaims de microdrones permettant d’effectuer différentes types de mission

    La page de l’incubateur Recherche Télécom Bretagne est instructive sur ces nouvelles évolutions de la robotique militaire :
    http://recherche.telecom-bretagne.eu/daisie/index.php?lang=fr_FR

    A propos des enjeux notamment :

    – un coût limité du fait de la simplicité de chaque engin ;
    – une présence constante et étendue sur zone pour des missions de recherche, détection, surveillance, etc. ;
    – une grande robustesse du système face aux aléas, dérives, pertes et ajouts d’engins ;
    – un caractère imprévisible du système par un observateur extérieur.

    Autrement dit, exit les drones Reaper de 20 mètres de large, place à un nouveau monde de petits drones.

    À l’heure actuelle un grand nombre d’opérateurs humains est nécessaire pour superviser la mission d’un seul drone (au moins un pour la plateforme et un autre pour la charge de mission), même si l’on ne tient pas compte du personnel nécessaire au lancement, à l’entretien, etc. Les futurs systèmes prévoient l’utilisation de plusieurs engins coopérant pour accomplir leur mission, et le ratio actuel entre le nombre d’opérateurs et le nombre d’engins ne sera plus viable. Il est donc nécessaire d’abandonner les modes actuels de contrôle (proches de la téléopération) pour donner plus d’autonomie à ces systèmes, et donc de partager l’autorité de décision sur certains éléments de la mission.

    Rendre les drones autonomes est une problématique qui peut être abordée selon deux approches. La première, la plus classique, consiste à planifier des parcours entre les lieux à surveiller puis de laisser les drones suivre les trajectoires pré-calculées. La seconde, au contraire, repose sur une auto-organisation des drones, qui fait émerger des parcours de surveillance en fonction de leurs interactions avec l’environnement.

    Pour ne rien gâcher, le projet s’intéresse également aux véhicules terrestres autonomes, objet de prédilection de l’#Otan pour les opérations de surveillance #Frontex.

    Si on revient à notre petite start-up tourangelle encouragée par la radio alternative locale, il est intéressant de voir qu’elle a bien avancé dans la conception d’un drone autonome de taille limitée (tout juste inférieure à 4 kg), homologué pour le vol en agglomération. http://www.dronecontrast.com/y6.html

    En tout état de cause, la distinction « petit robot civil » aux applications sympas vs « gros robot militaire » n’a jamais été aussi dépassée. Heureusement qu’Internet Actu est là pour nous rappeler le « potentiel ludique » de ces innovations pour nous remonter le moral.
    http://seenthis.net/messages/246566


  • Il faut à tout ce monde un grand coup de fouet. Mouvements sociaux et crise politique dans l’Europe médiévale
    https://coutoentrelesdents.noblogs.org/post/2014/05/14/il-faut-a-tout-ce-monde-un-grand-coup-de-fouet-mouvement

    L’histoire est un champ de bataille, c’est aussi le cas au Moyen Ầge. Grèves de loyers et de taxes, hérésies communistes, libération sexuelle et #LUTTES des femmes pour le contrôle des naissances, telles sont les aventures méconnues des pauvres et … Continue reading →

    #CAPITALISME #période #silvia_federici