• L’#antiterrorisme qui vient – Les mis en examen de Tarnac sortent du silence | Big Browser
    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/07/22/lantiterrorisme-qui-vient-les-mis-en-examen-de-tarnac-sorten

    Cela faisait plusieurs mois qu’ils étaient silencieux. Alors que l’Assemblée nationale s’apprête à examiner le nouveau projet de loi antiterroriste ce mardi et que l’instruction sur les sabotages visant des trains est close, les mis en examen de l’affaire #Tarnac ont pris la plume.

    Dans un texte intitulé « On ne juge pas un ennemi, on le combat », publié par Libération, Julien Coupat, Yldune Lévy, Christophe Becker, Mathieu Burnel, Bertrand Deveaux, Manon Gilbert, Gabrielle Halleze, Elsa Hauck, Benjamin Rosoux et Aria Thomas proposent une définition du #terrorisme dans les démocraties modernes.
    http://www.liberation.fr/societe/2014/07/21/antiterrorisme-on-ne-juge-pas-un-ennemi-on-le-combat_1067810

    Sur le projet de loi, et d’autres similaires en Europe : http://seenthis.net/messages/274587

    • Oui, c’est désagréable, ce #paywall, mais il devrait sauter d’ici 24h. D’ici là, un souvenir…
      http://www.acrimed.org/local/cache-vignettes/L320xH440/Libe_Tarnac_12_nov_08-e6665.jpg

      En ce moment donc, Cazeneuve présente son projet de loi à l’Assemblée, @laurent rapporte :

      « Le juge des libertés individuelles n’est pas le juge du blocage Internet : ce n’est pas son rôle » (B. Cazeneuve, 2014). #DirectAN

      Que le #FAI #censure directement, « à condition qu’ils le fassent vite », a-t-il ajouté.

      Cf. http://www.liberation.fr/politiques/2014/07/22/le-blocage-administratif-de-sites-glorifiant-le-terrorisme-fait-debat_106

    • ça y est on peut lire :

      Il n’y a pas de définition juridique du terrorisme, c’est pourquoi il y en a tant de par le monde - près d’une centaine, en fait. « Terroriste » n’est pas une catégorie juridique ; c’est l’impossible traduction dans le langage du droit de la catégorie politique de l’« ennemi ». L’idée d’un « droit pénal de l’ennemi » qui permettrait de justifier en droit toutes mesures « extrajudiciaires » dès lors que l’on a affaire à un terroriste est un non-sens malheureusement plein d’avenir. On ne juge pas un ennemi, on le combat. Traiter tel ou tel mouvement en ennemi, en terroriste, est au fond l’une des dernières décisions proprement politiques que prennent les gouvernements de nos jours ; eux qui sont si occupés à gérer les affaires courantes et à nous convaincre qu’il n’y a plus nulle part l’espace d’une authentique décision.

    • « Traiter tel ou tel mouvement en ennemi, en terroriste, est au fond l’une des dernières décisions proprement politiques que prennent les gouvernements de nos jours ; eux qui sont si occupés à gérer les affaires courantes et à nous convaincre qu’il n’y a plus nulle part l’espace d’une authentique décision. » : on sent le fond Schmittien de cette assertion. Je pense cependant qu’il faudrait se méfier d’une vision de l’antiterrorisme comme mouvement de sécuritisation au sens de l’Ecole de Copenhague à travers lequel certaines élites politiques désignent un ennemi pour justifier des mesures d’urgence. Nous sommes moins dans le registre de l’exception, de la suspension de la démocratie libérale bourgeoise où le pouvoir souverain s’exercerait directement sur la « vie nue » (Agamben) que dans une logique de suspicion, de gestion quotidienne des populations suspectes à travers des pratiques de sécurité routinières qui sont le fait d’une multitude d’acteurs sécuritaires insérés dans des assemblages et champs de la sécurité transnationaux (voir les travaux de Didier Bigo et de l’école dite Parisienne des études critiques de sécurité). LES DISCOURS POLITIQUES NE REFLÈTENT PAS FORCEMENT L’EFFECTIVITÉ DES PRATIQUES DE SÉCURITÉ MAIS RELÈVENT SOUVENT D’AVANTAGE DE STRATEGIES/TACTiQUES SPECTACULAIRES DESSERVANT LES INTÉRÊTS PARTICULIERS DES ÉLITES POLITIQUES (sorry pour le capslock TBN on sait que tu kiffes pas). Plutôt qu’une érosion de la démocratie libérale, nous sommes confrontés à des pratiques illibérales au sein de régimes libéraux mobilisant le narratif d’un continuum de la menace et du risque et visant à gouverner les populations selon une logique d’analyse et de calcul de risque. Le problème des débats sur l’antiterrorisme est que ces derniers se concentrent trop sur l’aspect strictement répressif de la sécurité occultant la dynamique principale des dispositifs de sécurité. En effet ces derniers opèrent avant tout en agissant sur et organisant l’environnement, en gérant les conduites des populations/groupes sociaux et en générant des régimes de liberté spécifiques fondés sur une vision de la liberté en termes de marché (voir l’analyse des dispositifs de sécurité dans Naissance de la Biopolitique). La sécurité n’est pas l’opposée de la liberté mais la condition de possibilité de la liberté dans son acception capitaliste. Peace.

    • @brunhilde

      Et puis de toute façon les mecs de Tarnac sont des bouffons.

      Des bouffons bien courageux je trouve, et qui écrivent assez clairement (d’une façon que je comprends, que je ne suis pas obligé de relire trois fois pour être certain d’avoir compris le propos, ce qui est un peu le cas de votre commentaire, je l’avoue humblement) à propos de sujets cruciaux, et dont ils sont manifestement capables de donner à lire les saines extrapolations, il m’apparaît également que leurs actes sont en adéquation avec leur pensée, ça je trouve cela exemplaire et je maintiens que la lucidité ne leur fait pas défaut.

      Ce propos lapidaire n’est pas très utile.

      LES DISCOURS POLITIQUES NE REFLÈTENT PAS FORCEMENT L’EFFECTIVITÉ DES PRATIQUES DE SÉCURITÉ MAIS RELÈVENT SOUVENT D’AVANTAGE DE STRATEGIES/TACTiQUES SPECTACULAIRES DESSERVANT LES INTÉRÊTS PARTICULIERS DES ÉLITES POLITIQUES

      Alors comment expliquer que la France soit un pays nettement plus productif que ses voisins en matière de terrosistes ?

    • Des bouffons bien courageux je trouve

      leurs actes sont en adéquation avec leur pensée

      C’est une blague ? Une bande de petits-bourgeois blancs se déclarant « en guerre totale avec l’Existant » dans leurs textes insipides mais n’hésitant pas à se vendre comme de gentils fermiers alternatifs afin d’obtenir le soutien de larges secteurs de la gauche soc-dem et citoyenniste pourtant largement méprisée et critiquée dans leurs productions théoriques.
      Je précise que je suis moi-même un petit-bourgeois blanc mais que, contrairement aux crétins de Tarnac et à tout un ensemble de groupes et d’individus polluant l’Autonomie française, je ne cherche pas à effacer mon extraction de classe,de race et de genre en me cachant derrière une figure abstraite, a-historique et universaliste du « Révolté », pendant radical du « Citoyen » républicain.

      qui écrivent assez clairement

       : c’est sûr, quand on s’exprime dans la presse bourgeoise, on change tout de suite de registre de langage ... allez donc consulter la prose pédante et embrouillée de Tiqqun 1 et 2 ...

      Alors comment expliquer que la France soit un pays nettement plus productif que ses voisins en matière de terrosistes ?

       : qu’entendez vous par « production de terroristes » ? production de narratifs terroristes et figures de l’ennemi par des professionnels sécuritaires à la Bauer ? ou bien souscrivez-vous à l’idée qu’il y aurait des « terroristes » ayant une existence objective, que le terroriste existerait hors du discours qui le désigne comme tel ? je précise que je ne cherche pas à nier une éventuelle matérialité de la violence mais entends dénoncer l’effet neutralisant des narratifs terroristes et plus généralement des narratifs du risque et de la menace. En effet, ces derniers opèrent en niant l’inscription contextuelle spécifique et les causes socio-politiques particulières de la violence.
      Veuillez pardonner ma prose quelque peu ésotérique mais je ne suis pas un journaleux. L’analyse des dynamiques complexes de la gouvernementalité sécuritaire requiert l’utilisation d’un outillage et langage conceptuel adéquat.


  • Le feuilleton de l’été ! 

    Ceci n’est évidemment pas une pub pour le Monde, que je me garde bien de lire depuis longtemps maintenant, après ne pas en avoir manqué une parution durant des dizaines d’années (en subsite-t-il autrechose que le titre ?). Mais ce blogue me semble absolument honnête dans ce forminable feuilleton !

    Pour mémoire, à peine le 1er « crochet » ayant arrêté un train, un groupe écolo radical allemand a revendiqué l’action, faisant partie d’une série, et protestant contre les transports de déchets nucléaires. « On » n’allait pas rectifier pour si peu.
    _______________

    « L’Insurrection qui vient » est en libre téléchargement sur le site de l’éditeur, Éric Hazan (« La Fabrique » http://www.lafabrique.fr mais on a le droit de l’acheter quand même, chic alors)
    http://www.lafabrique.fr/spip/IMG/pdf_Insurrection.pdf
    _______________

    Tarnac, une instruction française | Voyage au coeur d’une enquête antiterroriste |
    http://tarnac.blog.lemonde.fr/page/2

    Quelques mots sur « Tarnac »

    Le 14 avril, le juge d’instruction du dossier dit « de Tarnac » a signifié au parquet et aux mis en examen la fin des investigations. Six ans quasiment jour pour jour après l’ouverture d’une enquête préliminaire pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste par le parquet de Paris contre ces jeunes gens issus de l’« ultragauche ». Cinq ans et cinq mois après la mise en examen de neuf personnes - un dixième suivra quelques temps plus tard -, à la suite de sabotages de lignes TGV. Des années d’enquête, de médiatisation, de rebondissements. Une instruction typique de l’antiterrorisme à la française que ce blog va explorer, pas à pas, jusqu’au dénouement : l’ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel, qui doit intervenir durant l’été.
    L’auteur : Laurent Borredon, journaliste au Monde
    Le rythme : 1 épisode par jour, du lundi au samedi, à 11 heures.

    Nous en sommes à l’épisode 19, vous êtes en retard !

    #anarcho-autonome #antiterrorisme #TGV #Tarnac #sabotage #crochets #DCRI #DST #écoutes



  • New documentary about the undercover spies is being made | Undercover with Paul Lewis and Rob Evans | UK news | theguardian.com
    http://www.theguardian.com/uk-news/undercover-with-paul-lewis-and-rob-evans/2013/oct/07/undercover-police-and-policing-mark-kennedy

    A new documentary about the police’s undercover operations is being made.

    Back in November 2011, Channel Four broadcast a documentary about Mark Kennedy, the police spy who spent many years undercover in environmental groups. It was made very much from his point of view.

    This new documentary will be different - it tells the story from the point of view of those who were the targets of the police’s covert espionage.

    Jason Kirkpatrick, the director of the new documentary Spied Upon, says that the aim of his film is to show the “human story of what it’s like to be targeted by secret police, while revealing at a human scale today’s complex international spying apparatus.”

    #police #tarnac


  • Ecoutes de #Tarnac : Benjamin Rosoux, l’un des mis en examen, s’exprime à propos d’une levée possible du secret défense - France 3 Limousin
    http://limousin.france3.fr/2013/06/03/ecoutes-de-tarnac-benjamin-rosoux-l-un-des-mis-en-examen-s-exprime-

    La déclassification de plusieurs documents secret-défense avait été demandée en février dernier par la juge d’instruction de Brive, Cécile Lasfargues, chargée de ce volet de l’affaire et un avis favorable vient d’être rendu par la commission consultative de la Défense Nationale


  • Services secrets à la mode socialiste - Les blogs du Diplo
    http://blog.mondediplo.net/2012-04-02-Les-services-secrets-a-la-mode-du-Parti

    Sur les services, plus généralement, des interrogations ont surgi :

     quels sont les critères de dangerosité, susceptibles de déclencher une action préventive (enquête, infiltration, détention éventuelle) ?
     quel est le degré de communication et d’échanges entre les renseignements français et leurs homologues pakistanais ou américains, ainsi qu’entre les services intérieur et extérieur français eux-mêmes ?
     dans quelle mesure le partage se fait (ou la confusion s’entretient…), entre l’antiterrorisme pur et dur, ou un dossier plus politique comme l’affaire de #Tarnac [3], ou encore une affaire uniquement politique comme celle des « fadettes » des journalistes du Monde – des dossiers dans lesquels est impliquée la même #DCRI (née de l’absorption par l’ex-DST, d’une partie des anciens #Renseignements_généraux [RG], réforme voulue et suivie de près par Nicolas Sarkozy, ancien ministre de l’intérieur devenu président, qui a placé ses proches à la tête de ce nouvel organisme) ?
     et quel est le bilan, finalement, de ces quatre ans de DCRI - le « FBI à la française » - qui mêle le renseignement et le judiciaire, avec la possibilité de déclencher des poursuites en amont d’une action terroriste potentielle, gage d’efficacité mais aussi de possibles dérives.

    #Services_secrets


  • Le plateau insoumis - Là-bas si j’y suis
    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2777

    #Tarnac et sa petite épicerie tapie dans l’ombre, Georges Guingouin le héro méconnu de la Résistance, Gentioux et son monument aux morts « maudite soit la guerre », le camp de la Courtine où en 1917 des soldats russes emprisonnés formèrent un soviet, Villedieu et Faux-la-Montagne où les appelés en Algérie refusaient de partir, et dans le lointain les maçons de la Creuse qui construisirent le Paris d’Haussmann et rapportèrent au pays les ferments révolutionnaires.

    Bien des histoires encore, bien des figures, bien des épopées qui se racontent sur ce plateau insoumis des Mille Vaches et où reviennent les mots résistant, rebelle, insoumis, révolté... Tout ça est bien joli mais nostalgique aussi.

    Aujourd’hui est-ce que le combat continue ? Vous vous en doutez, la réponse est oui. La preuve, le 25ème anniversaire d’AMBIANCE BOIS, cette coopérative autogérée qui marche très bien avec ses 25 salariés. Une occasion de découvrir d’autres expériences d’économie sociale et solidaire, des alternatives concrètes, des utopies modestes et géniales bien loin de la résignation générale.


  • #aidez_les_journalistes à parler des services secrets français, et de libertés (s’ils savent encore ce que c’est).

    Les services de renseignement (Direction générale de la sécurité extérieure, Direction centrale du renseignement intérieur, Direction du renseignement militaire, Direction de la protection et de la sécurité de la défense) font l’objet pour la première fois d’un rapport parlementaire.

    Le titre en est

    Pour un État secret au service de notre démocratie

    Internet y reprend la place qui doit faire peur : « Dans 80 % des affaires terroristes, il n’y a parfois qu’Internet, il faut que les services puissent surveiller Skype et le Wi-Fi, ce n’est pas le cas »

    • Beuh non justement. A part sur le site médias des armées et sur la dépêche du midi, je ne vois pas grand chose à mettre en lien…

    • Ah tiens, libé a quand même sorti quelque chose, mais ça passe au travers du prisme de l’affaire Merah, et comme toujours, la question des atteintes aux libertés n’est pas évoquée alors qu’elle est au centre même du dispositif de manipulation.
      http://www.liberation.fr/politiques/2013/05/14/renseignement-un-mission-parlementaire-prone-le-renforcement-du-controle_

      Intitulé « Pour un +État secret+ au service de notre démocratie », le rapport de 200 pages vise à « légitimer l’action de la communauté du renseignement pour sécuriser ses moyens, protéger ses personnels et contrôler son usage », ont expliqué à la presse Jean-Jacques Urvoas (PS), président de la commission des lois, rapporteur de ce texte avec Patrice Verchère (UMP)

    • Merci @fil, comme je suis très paresseuse, j’ai arrêté ma souris sur ceci, c’est déjà goutu. (page 191)

      La DGSE a déjà fait un pas en ce sens : pour la première fois de son histoire, elle a patronné la publication d’un ouvrage en collaboration avec la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA) du ministère de la défense et la maison d’édition Nouveau Monde. Préfacée par Daniel Cordier et Erard Corbin de Mangoux, l’étude de l’historien Sébastien Albertelli retrace l’histoire du BCRA, l’ancêtre du service extérieur (1). Pour réaliser ce travail, le chercheur a bénéficié de l’aide de la DGSE en matière de photographies et d’archives. Le directeur général du service explique ainsi une démarche qu’il rattache à la diffusion de la culture du renseignement : « Il est du devoir de la DGSE de participer à la politique de mémoire du ministère de la défense et de soutenir les actions allant dans ce sens, à condition qu’elles soient méthodologiquement incontestables et qu’elles ne mettent pas en péril ce qui fait l’essence même d’un service de renseignement efficace. Même si elle est étroite, la voie existe entre une nécessaire ouverture aux chercheurs et la préservation du secret (2) ».

      #open_data chez les services secrets, c’est du lourd ça coco.

    • #mouaaoauaoauhhahaaa

      Il est inadmissible que les préfets puissent trouver plus d’informations sur internet, voire dans la presse régionale que dans les productions des services départementaux chargés d’assurer l’information du Gouvernement.


  • Undercover police ’gave drugs to dealers in return for information’
    http://www.guardian.co.uk/uk/2013/apr/06/undercover-police-drugs-dealers-information

    Plowman spent 16 years in the Met and was one of around 10 full-time covert operatives. He was a close friend of Mark Kennedy, 43, the undercover officer who had at least one sexual relationship with a woman while infiltrating eco-activists. Plowman has written a book about his experiences, Crossing the Line, which is published next month.

    #Tarnac #police


  • Undercover police ’gave drugs to dealers in return for information’
    http://www.guardian.co.uk/uk/2013/apr/06/undercover-police-drugs-dealers-information

    Plowman spent 16 years in the Met and was one of around 10 full-time covert operatives. He was a close friend of Mark Kennedy, 43, the undercover officer who had at least one sexual relationship with a woman while infiltrating eco-activists. Plowman has written a book about his experiences, Crossing the Line, which is published next month.

    #Tarnac #Kennedy #police


  • La juge de l’affaire Tarnac veut identifier le donneur d’ordre des écoutes illégales
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/04/02/la-juge-de-l-affaire-tarnac-veut-identifier-le-donneur-d-ordre-des-ecoutes-i

    Près de cinq ans après la découverte d’un dispositif d’écoutes suspect dans un local de France Télécom à #Tarnac (Corrèze), en avril 2008, la juge d’instruction de Brive a décidé, début mars, de demander la déclassification des documents qui permettraient de remonter au donneur d’ordre.

    L’information judiciaire ouverte le 3 janvier 2012 pour « atteinte au secret des correspondances » et « atteinte à l’intimité de la vie privée » a tiré le fil à son maximum, jusqu’au département de France Télécom chargé de travailler pour les services de renseignement. Un département tout entier classé secret-défense.

    #DCRI #SDAT

    • tout l’avantage de ce petit système en vase clos c’est que, comme les services, il s’alimente tout seul. « Des écoutes illégales » en titre, alors que l’article consiste précisément à décrire comment la magistrate de Brive devra déterminer si ces écoutes étaient autorisées et par qui. La grande classe journalistique, quoi...


  • La police : entre fiction et non fiction - davduf.net
    http://www.davduf.net/la-police-entre-fiction-et-non-fiction

    Le CNRS propose un colloque les 28 et 29 mars 2013 sur les relations, troubles, entre police, fiction, médias. On y parlera de la police argentine, turque, des séries policières, US et françaises, Police judiciaire, enquête corse et... de #Tarnac (soirée spéciale)

    Colloque international, 28-29 mars 2013, Paris

    L’efficacité policière est devenue un enjeu politique et électoral majeur dans les démocraties en proie à l’inquiétude sécuritaire. Placées sous l’œil attentif des médias, les autorités policière et politique, soucieuses de faire la preuve de leur capacité à assurer le maintien de l’ordre, se retrouvent au cœur d’une logique d’image et d’enjeux de communication permanents.

    L’objectif de ce colloque est de contribuer à renouveler la réflexion sur les relations entre les sphères policière et médiatique. Omniprésente dans l’information (presse écrite, journaux télévisés, magazines, documentaires, etc.) et la fiction (séries télévisées, romans, cinéma, etc.), la #police déploie en effet d’importants efforts pour s’offrir en représentation auprès des citoyens dont elle a la charge d’assurer la sécurité et la protection, usant dans cet objectif de tous les supports médiatiques et genres discursifs. Reste qu’elle ne possède pas l’entière maîtrise de l’écriture du récit journalistique ou fictionnel qui, selon les contextes et les logiques d’acteurs, peut renforcer ou déconstruire le prestige et la crédibilité de l’institution, ainsi que des professionnels qui la font. Des reporters, des documentaristes, des romanciers ou des artistes ont en effet tout autant la responsabilité de cette écriture à travers leur inspiration, leurs observations, leurs contacts avec l’institution.

    Programme complet : http://www.davduf.net/la-police-entre-fiction-et-non-fiction

    #cnrs


  • « #Tarnac,_magasin_général » - édition poche Pluriel/Fayard (2013)
    http://www.davduf.net/tarnac-magasin-general-edition-poche-pluriel

    Sortie 13 février 2013 Quatrième de couverture : « 11 novembre 2008 au petit matin. 150 policiers investissent Tarnac, un village de Corrèze. Ils sont venus arrêter Julien Coupat et ses amis, suspectés d’avoir saboté quatre lignes TGV. Les interpellations, pilotées depuis le ministère de l’Intérieur, se font sous l’œil des caméras. L’instant est décisif : il s’agit de prouver à l’opinion publique l’efficacité de la DCRI, le « FBI à la française » voulu par Nicolas Sarkozy. C’est un ordre venu d’en haut et (...)

    #Une #Police #Essai


  • Conversation avec un « incontrôlé » du front d’Aragon José Fortuny, Hiver 2006

    En 2006, quelques amis rencontrent José Fortuny, ancien combattant dans la guerre civile espagnole, anarchiste non repenti, vivant en exilé à Razel sur la commune de Pérols sur Vézère, avant qu’il ne vienne finir ses jours à la maison communale de Tarnac. Voici quelques bribes de leurs conversations sur cette période de son histoire à laquelle il est resté rivé comme à nulle autre. José est parti en août 2011, il est enterré au cimetière de Pérols.

    http://gimenologues.org/spip.php?article567

    #guerre_d'espagne #CNT-FAI-JL #résistance #tarnac



  • Article11 - Antiterrorisme ordinaire : le procès du DHKP-C - Collectif Angles morts
    http://www.article11.info/?Antiterrorisme-ordinaire-le-proces

    Une fois l’affaire Tarnac terminée, l’émotion médiatique retombée, l’antiterrorisme a repris son cours, son travail silencieux. De procès de « filières islamistes » en rafles de Turcs et de Kurdes, la « détection » et la « neutralisation judiciaire préventive » ont continué de sévir, mettant en pratique un dispositif légal et institutionnel inauguré dans les années 1980. Le procès des militants présumés du DHKP-C est le dernier épisode en date de cette guerre judiciaire de basse intensité. Il est un révélateur, avec d’autres procès, du fonctionnement au quotidien de la répression antiterroriste dont il faut rappeler la logique et les armes. Plutôt qu’un compte-rendu détaillé de ce procès, ce texte propose de s’intéresser à la manière dont la logique antiterroriste façonne la répression et prend le procès du DHKP-C comme un signe de l’emprise croissante de cette terreur démocratique qui opère la plupart du temps dans le plus grand des silences.

    #tarnac #terrorisme #antiterrorisme


  • « Le secret le mieux gardé de l’affaire de Tarnac »
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/11/14/le-secret-le-mieux-garde-de-l-affaire-de-tarnac_1790316_3232.html

    On peut dresser de l’affaire de Tarnac plusieurs généalogies également scandaleuses, et presque également barbouzardes, mais la plus significative politiquement est celle qui part de Mark Kennedy : car c’est elle qui en dit le plus long sur les arcanes de notre temps. Mark Kennedy travaillait officiellement pour la National Public Order Intelligence Unit, un service de renseignement britannique créé en 1999 afin de combattre le retour de la contestation écologiste et antiglobalisation au Royaume-Uni.

    Le déploiement massif d’agents infiltrés dans ces mouvements traduit « sur le terrain » le lancement d’une nouvelle doctrine policière qui se nomme en anglais « intelligence-led policing » et en français, sous licence d’importation déposée par Alain Bauer et Xavier Raufer, le « décèlement précoce ».

    #Tarnac #Agamben #Mark_Kennedy #Yildune_Lévy #espionnage #altermondialisme #gauche

    • Ce qui se cache sous l’apparence d’un fiasco judiciaire français, c’est la constitution d’une conspiration policière mondiale revendiquée dont Mark Kennedy, officiellement actif dans onze pays, de l’Europe aux Etats-Unis en passant par l’Islande, n’est à ce jour que le plus fameux pion.

      Comme toujours, la prose policière ne contient de vérité qu’à condition de l’inverser terme à terme : lorsque la police dit : « Les euro-anarchistes sont en train de tisser un réseau pré-terroriste européen pour attaquer les institutions », il faut évidemment lire : « Nous, policiers, sommes en train de doubler les institutions par une vaste organisation européenne informelle afin d’attaquer les mouvements qui nous échappent. »


  • Julien Coupat : “#Tarnac est la norme, pas l’exception” | Pierre Alonso
    http://owni.fr/2012/11/13/julien-coupat-tarnac-est-la-norme-pas-l-exception

    La contre-offensive des mis en examen dans l’affaire de Tarnac se poursuit dans le champ médiatique. Lors d’une conférence de presse organisée lundi, deux mis en examen, dont le chef présumé de la conspiration Julien Coupat, ont cisaillé le dossier et « la fiction politique et policière ».

    #Antiterrorisé #Pouvoirs #Reportage #antiterrorisme #Julien_Coupat #Mathieu_Burnel #terrorisme


  • Le rapport des RG sur Tarnac
    http://fr.scribd.com/doc/86586359/Rapport-RG-2008-Tarnac-Magasin-General

    Extraits d’un paragraphe d’introduction plutôt comique :

    Ces faits et comportements observés sur notre territoire sont similaires à ceux recensés à la fin des années 1970 et qui avaient été précurseurs de la constitution du groupe Action directe, lui-même pour partie issue de la mouvance autonome.

    (...)

    Les membres de ce groupe adoptent un mode de vie semi-clandestin : ils changent très fréquemment de lieux de résidence, se montrent d’une grande prudence, prennent d’importantes précautions afin d’offrir le moins de prises possibles aux surveillances.

    Intégrant les « Black Blocs » de toutes les grandes contestations altermondialistes européennes, ces militants participent à des réunions internationales parfois clandestines, au cours desquelles les activistes présents auraient décidé de mettre en place « une force organisée transnationale de subversion », destinée à commettre des actions violentes dans une grande métropole européenne au cours des prochains mois.

    (...)

    Récemment encore, en réaction aux interpellations d’activistes en France, des actions de rétorsion ont été organisées à l’étranger.

    La principale s’est déroulée le 13 juin 2008 devant le consulat de France en Thessalonique, sous la forme d’un rassemblement d’une cinquantaine de jeunes activistes, certains porteurs de gourdins de bois. Des inscriptions ont été tracées sur le bâtiment et un véhicule a été vandalisé.

    #Tarnac #Rapport_RG


  • Groupe de #Tarnac : La justice ordonne l’audition de policiers - 20minutes.fr
    http://www.20minutes.fr/societe/1036508-groupe-tarnac-justice-ordonne-audition-policiers

    Mais les avocats du groupe remettent en cause l’enquête, et accusent notamment les enquêteurs d’avoir menti dans un procès-verbal sur une filature de Yildune Levy et Julien Coupat, cruciale pour les impliquer. En conséquence, parallèlement à l’instruction parisienne sur le sabotage, une information judiciaire a été ouverte à Nanterre pour faux et usage de faux en écriture publique.

    Dans ce cadre, les juges de Nanterre s’étaient opposés à l’audition de dix-huit policiers ayant participé à la filature contestée, ainsi qu’à la saisie des ordinateurs des fonctionnaires.

    Saisie par les avocats du groupe, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Versailles a accédé le 26 octobre à leur demande concernant les auditions des policiers. Mais elle s’est en revanche opposée à la saisie de leurs ordinateurs, a précisé la source judiciaire.

    #justice


  • Un « gang de tagueurs anarchistes » arrêté : délirant selon leurs proches | Rue89
    http://www.rue89.com/2012/10/25/un-gang-de-tagueurs-anarchistes-arrete-delirant-selon-leurs-proches-236515

    « Présentés comme proches de la mouvance anarchiste, les suspects se servaient du métro pour menacer de mort les policiers : “Un flic, une balle” était l’une de leurs signatures. Un mode opérationnel violent, à des années-lumières des graffeurs-artistes d’autrefois. »

    Tiens, la mouvance "anarcho-autonome" est de retour.
    #Tarnac


  • #Tarnac : un relevé de compte pourrait innocenter Yldune Lévy
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/10/24/un-releve-de-compte-relance-les-doutes-sur-la-culpabilite-des-terroristes-de

    Un relevé de compte, révélé mercredi 24 octobre par Le Canard enchaîné, pourrait relancer les doutes sur l’implication d’Yldune Lévy et de son ami Julien Coupat dans l’"affaire Tarnac". Ils sont tous deux poursuivis pour avoir saboté la caténaire d’une ligne TGV à Dhuisy, en Seine-et-Marne, dans la nuit du 7 au 8 novembre 2008. Mais Yldune Lévy aurait effectué un retrait d’argent de 40 euros au même moment, à 2 h 44, en plein Paris, à Pigalle, selon un relevé de compte dont Le Canard enchaîné s’est procuré une copie.

    « Les policiers soutiennent qu’ils n’ont jamais quitté des yeux la voiture [transportant Yldune Lévy et Julien Coupat] dans la nuit du 7 au 8 novembre 2008 et qu’elle se trouvait à Trilport dans un premier temps puis à Dhuisy, c’est-à-dire à peu près à 45 kilomètres de Paris », a expliqué l’avocat de la jeune femme, Me Jérémie Assous à France info. Après la révélation de ce relevé, « la version policière est totalement anéantie », a-t-il estimé.


  • La terreur dans le miroir | Guillaume Dasquié
    http://owni.fr/2012/10/05/la-terreur-dans-le-miroir-antiterrorisme-manuel-valls

    Ce n’est pas le #terrorisme qui détruit les États et perturbe durablement l’équilibre d’une nation ; c’est le règne de l’#antiterrorisme. Un règne qui s’étend de plus en plus à la France. Et qu’accroit, l’air de rien, le récent projet de loi du ministre de l’Intérieur Manuel Valls.

    #Analyse #Antiterrorisé #Pouvoirs #al_qaïda #Dominique_Linhardt #manuel_valls #Mohamed_Merah #Politique #sociologie #Tarnac


  • Ordonnance culturelle | dilhad sul
    http://www.dilhadsul.fr/ordonnance-culturelle

    Un livre ensuite Tarnac, magasin général écrit par un fameux gaillard, David Dufresne. Un modèle d’enquête avec des personnages extraordinaires, des flics qui balancent, des juges mégalos, des épiciers au grand cœur et à la bourse plate et un auteur qui tourne autour de cette histoire de fou tout en faisant gaffe de ne pas y être aspiré. On aperçoit dans l’ombre tous les tarés au pouvoir ces dernières années. Il fabrique aussi des documentaires le David dont l’un, Prison valley, a eu un beau succès. Le livre, on le trouve facilement même chez Edouard l’éclair (à ne pas confondre avec son cousin Fernand L’éclair).

    #tarnac


  • Tarnac, le chaos et la grâce-Panorama 14 | Panorama 14 - ELASTICITÉS
    http://www.panorama14.net/170/tarnac-le-chaos-et-la-grace-panorama-14

    L’affaire Tarnac n’est pas la première machination policière des États antiterroristes. Mais c’est la plus étrange, tant fut grande la disproportion entre le déchaînement politico-médiatique et l’absence de preuves contre les « terroristes ». À ceux qui croyaient que la société du spectacle avait dissous la politique dans le sensationnel, l’invention du terrorisme a montré que la politique a dépassé le stade de son esthétisation. Elle fait retour dans le réel sous la forme de faits divers maquillés en crimes d’État. Ces « non-événements » ponctuent une histoire de fous, entre la terreur invisible exercée par le pouvoir et l’imaginaire d’actes aberrants issus d’un peuple hors-la-loi.

    #Tarnac