• La géopolitique du schisme ukrainien, par Immanuel Wallerstein | histoireetsociete

    http://histoireetsociete.wordpress.com/2014/03/13/la-geopolitique-du-schisme-ukrainien-par-immanuel-walle

    L’Ukraine souffre d’une scission interne depuis un certain temps maintenant, une scission qui menace de dégénérer en une de ces horribles guerres civiles qui deviennent de plus en plus fréquentes. Les frontières de l’actuelle Ukraine sont traversées d’un clivage linguistique, religieux, économique et culturel entre l’Est et l’Ouest, chaque partie représentant environ 50% du total.

    L’actuel gouvernement (réputé dominé par la moitié Est) est accusé de corruption et d’autoritarisme dans des manifestations de l’autre camp. Il ne fait pas de doute que ce soit vrai, au moins en partie. Il n’est cependant pas certain qu’un gouvernement dominé par la moitié occidentale soit moins corrompu et autoritaire. En tout cas, dans le pays, la question est posée en termes géopolitiques : l’Ukraine devrait-elle faire partie de l’Union Européenne, ou devrait-elle tisser des liens forts avec la Russie ?

    #ukraine #crimée #russie




  • Tatars de Crimée : entre la Russie et l’Ukraine | Russia Beyond the Headlines

    http://fr.rbth.com/ps/2014/04/22/tatars_de_crimee_entre_la_russie_et_lukraine_28799.html

    Tatars de Crimée : entre la Russie et l’Ukraine

    http://nl.media.rbth.ru/web/fr-rbth/images/2014-04/big/AP587596407964_468.jpg

    22 avril, 2014 Sergueï Markedonov, pour RBTH
    Les événements en Ukraine ont éclipsé les autres sujets de l’actualité internationale. Et ceci n’est pas surprenant : en mars 2014, pour la première fois depuis la chute de l’URSS, l’une des ex-républiques de l’Union a rattaché une partie de l’autre. Le bras de fer autour de la Crimée est devenu le conflit le plus acharné entre Moscou et l’Occident depuis la fin de la « guerre froide », d’autant plus que la crise ukrainienne n’a pas pris fin après le rattachement de la péninsule. Cependant, les événements de ces derniers mois ont plusieurs aspects outre géopolitique. Parmi les sujets les plus importants figure sans doute la « question des Tatars de Crimée ».

    #ukraine #tatars #crimée #russie


  • CADTM - Le FMI ou l’asphyxie du choix unique

    http://cadtm.org/Le-FMI-ou-l-asphyxie-du-choix

    Le FMI ou l’asphyxie du choix unique

    23 avril par Jérome Duval

    Au cours de cette série, l’histoire tumultueuse du FMI en Ukraine est décryptée depuis le déclenchement de la crise de 2007/2008 jusqu’à aujourd’hui, avec une attention particulière sur la période post-insurrectionnelle de 2014. Le plan d’endettement approuvé au forceps par le gouvernement non élu à l’issue du mouvement révolutionnaire est une aubaine pour l’institution et lui permet de renforcer ses recettes capitalistes dans l’ancienne Union soviétique.

    Le nouveau gouvernement de Iatseniouk, une aubaine pour le FMI

    Les événements insurrectionnels survenus en Ukraine en février 2014, offrent une opportunité rêvée pour le FMI de reprendre la mainmise sur la politique ukrainienne, afin d’imposer à la population ses politiques directement issues du « consensus de Washington » (qui désigne la thérapie de choc appliquée à l’ensemble des pays du Sud au lendemain de la crise de la dette du tiers-monde de 1982).
    Pour l’actuel Premier ministre Arseni Iatseniouk, il n’existerait aucune alternative aux diktats du FMI. Déjà en octobre 2008, lorsqu’il était alors président du Parlement, Iatseniouk déclarait à propos du programme du FMI : « Nous n’avons pas le choix. Ce n’est pas une question de politique, c’est une question vitale pour l’activité du pays ». |1| Cinq ans et demi plus tard, en mars 2014, Iatseniouk, devenu Premier ministre du gouvernement transitoire, affirme à propos d’un imminent programme d’austérité du FMI : « Le gouvernement répondra à toutes les conditions fixées par le FMI, parce que nous n’avons pas d’autre choix. » |2|

    #ukraine #dette #fmi


  • New York Times tries to whitewash publication of faked Ukraine photos - World Socialist Web Site

    http://www.wsws.org/en/articles/2014/04/24/nytu-a24.html

    New York Times tries to whitewash publication of faked Ukraine photos

    By Alex Lantier
    24 April 2014

    The New York Times responded yesterday to the exposure of its fabricated report alleging that Russian Special Forces are stirring up protests in east Ukraine against the pro-Western regime in Kiev.

    An article Tuesday, titled “Scrutiny over Photos Said to Tie Russia Units to Ukraine,” is a clumsy attempt at damage control. Buried in the paper’s inside pages, the article begins: “A collection of photographs that Ukraine says shows the presence of Russian forces in the eastern part of the country, and which the United States has cited as evidence of Russian involvement, has come under scrutiny.” The Times also noted that “US officials” provided some of the pictures to US Secretary of State John Kerry before his talks with Russian, European and Ukrainian officials last Thursday in Geneva.

    #manipulation #propagande #ukraine #médias


  • La Russie perdante dans le #Grand_Jeu énergétique ?

    Putin Is Losing Eastern European Energy Gamble | Daniel J. Graeber
    http://www.huffingtonpost.com/daniel-j-graeber/putin-is-losing-eastern-e_b_5199805.html

    Quelques perles…

    U.S. State Department spokeswoman Marie Harf warned Putin against using energy as a geopolitical tool in a crisis that’s re-opened old Cold War wounds.

    We’ve said very clearly that Russia should not use this as a weapon and that, actually, Russia has a lot to lose if they try to do so,” she said.

    Le titre de l’article reprend ces menaces des États-Unis. Sa conclusion est nettement moins affirmée…

    With both Russia and the European community interconnected by natural gas, the relationship may remain intact despite the rhetoric from both sides of the lowering Iron Curtain.

    *************************

    Sinon, à moyen terme, qui sera perdant ?

    Ukraine crisis seen speeding Gazprom deal with China | Agricultural Commodities | Reuters
    http://af.reuters.com/article/commoditiesNews/idAFL6N0NF3DW20140423

    • Long-delayed Russia-China gas deal seen in May
    • Gazprom has agreed to lower gas price - sources
    • Rosneft competition spurs Gazprom to speed up deal
    • Russia looks East as relations with West sour over Ukraine

    La Russie (RosNeft) baisse ses exigences, et il « reste » à construire un gazoduc sibérien… Mais dans 4-5 ans, avec ce futur gazoduc, les termes de la négociation risquent d’être sensiblement différents.


  • Sous le soleil de l’Eurasie exactement.

    « Putin’s Dilemma »

    http://www.counterpunch.org/2014/04/23/putins-dilemma

    “The last decade of the twentieth century has witnessed a tectonic shift in world affairs. For the first time ever, a non-Eurasian power has emerged not only as a key arbiter of Eurasian power relations but also as the world’s paramount power.” (p. xiii)

    “Now a non-Eurasian power is preeminent in Eurasia — and America’s global primacy is directly dependent on how long and how effectively its preponderance on the Eurasian continent is sustained.” (p.30)

    (Excerpts from The Grand Chessboard : American Primacy And Its Geostrategic Imperatives , Zbigniew Brzezinski, Basic Books, 1997.)

    “We were promised in Munich that after the unification of Germany, no expansion of NATO would take place in the East. Then NATO expanded by adding former Warsaw Pact countries, former U.S.S.R. countries, and I asked: ‘Why are you doing that?’ And they told me, ‘It is not your business.’ ”

    (Russian President Vladimir Putin, Moscow press conference, April 2014.)

    The United States is in the opening phase of a war on Russia. Policymakers in Washington have shifted their attention from the Middle East to Eurasia where they hope to achieve the most ambitious part of the imperial project; to establish forward-operating bases along Russia’s western flank, to stop further economic integration between Asia and Europe, and to begin the long-sought goal of dismembering the Russian Federation. These are the objectives of the current policy. The US intends to spread its military bases across Central Asia, seize vital resources and pipeline corridors, and encircle China in order to control its future growth. The dust-up in Ukraine indicates that the starting bell has already been rung and the operation is fully-underway. As we know from past experience, Washington will pursue its strategy relentlessly while shrugging off public opinion, international law or the condemnation of adversaries and allies alike. The world’s only superpower does not have to listen to anyone. It is a law unto itself.

    The pattern, of course, is unmistakable. It begins with sanctimonious finger-wagging, economic sanctions and incendiary rhetoric, and quickly escalates into stealth bombings, drone attacks, massive destruction of civilian infrastructure, millions of fleeing refugees, decimated towns and cities, death squads, wholesale human carnage, vast environmental devastation, and the steady slide into failed state anarchy; all of which is accompanied by the stale repetition of state propaganda spewed from every corporate bullhorn in the western media.

    Isn’t that how things played out in Afghanistan, Iraq, Libya and Syria?

    (...)

    Journalist David Paul summed up the situation in an article titled “Forget the Spin, Putin Is Holding a Losing Hand” at Huffington Post. He said:

    “Brzezinski’s strategic formulation is designed to enhance American power in the region in the long term, and whether Putin finds a way to pull back or chooses to invade is immaterial. Either choice Putin makes… will ultimately serve America’s interests, even if a Ukrainian civil war and an energy crisis in Europe have to be part of the price along the way.” (Huffington Post)

    #US #Eurasie #Russie #Asie_centrale #Ukraine #géopolitique #géostratégie #Europe


  • Sondage pour les présidentielles ukrainiennes (6200 personnes) : Porochenko accroît son avance

    Poroshenko widens the lead in presidential polls
    http://www.kyivpost.com/content/politics/poroshenko-widens-the-lead-in-presidential-polls-344821.html

    Ukraine’s confectionary magnate Petro Poroshenko increased his popularity ahead of presidential elections scheduled on May 25 to almost 33 percent, leaving his main rival Yulia Tymoshenko with only 9.5 percent of support, a new poll revealed.
    (…)
    The third contender in the polls is Serhiy Tihipko, a member of Party of Regions who runs independently. He has 5.1 percent of people supporting him.

    Then comes the official candidate of the Party of Regions, former Kharkiv governor Mykhailo Dobkin with 4.2 percent of people ready to vote for him. Communist party leader Petro Symonenko is number five with 4 percent.

    There are 23 candidates running for president in this election.

    Despite concerns about disruption of elections in eastern Ukraine and annexation of Crimea by the Russians, some 85 percent of Ukrainians said they would come to the polls.

    ***********************

    Petro Porochenko est le symbole de la fidélité aux régimes successifs…

    Petro Porochenko — Wikipédia
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Petro_Porochenko

    Petro Porochenko devient député à la Rada en 1998. Il est d’abord membre du Parti social-démocrate d’Ukraine (unifié) (SDPU(O)), à l’époque parti le plus fidèle au président Leonid Koutchma. En 2000, il quitte le SDPU(O) pour créer un mouvement indépendant de centre-gauche, Solidarité. En 2001, il participe à la fondation du Parti des régions, également fidèle à Koutchma (le parti Solidarité ne rejoint cependant pas le Parti des régions).

    En décembre 2001, Porochenko se désolidarise des soutiens de Koutchma pour devenir le chef de campagne de Viktor Iouchtchenko, au sein de la coalition d’opposition Notre Ukraine. À l’issue des élections législatives de 2002, Notre Ukraine remporte le plus de suffrages, et Porochenko obtient un siège au Parlement. Il présidera la commission parlementaire du budget.

    Il est un proche conseiller de Iouchtchenko, ce dernier étant le parrain des filles de Porochenko. Il est l’un des principaux financeurs de Notre Ukraine et de la Révolution orange.

    À la suite de l’élection de Viktor Iouchtchenko à la présidence, Porochenko est nommé secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense d’Ukraine. En septembre 2005, à la suite de la crise de confiance consécutive aux soupçons de corruption dans le milieu politique ukrainien, ce poste lui est retiré par le président Iouchtchenko. Le gouvernement de Ioulia Tymochenko, rivale de Porochenko, doit également démissionner.

    En mars 2006, Petro Porochenko est réélu au parlement au sein de la coalition Notre Ukraine. Il préside la Commission des finances et des banques. Il se présente pas aux élections législatives de 2007.

    Depuis février 2007, il préside le Conseil de la Banque nationale d’Ukraine.

    Le 7 octobre 2009, il est proposé au poste de ministre des Affaires étrangères par le président Iouchtchenko, et est officiellement nommé par le Parlement deux jours plus tard. Le 12 octobre 2009, le président le réintègre dans le Conseil national de sécurité et de défense. Poroshenko soutient la candidature de l’Ukraine à l’OTAN.

    Bien que son portefeuille de ministre lui soit retiré par le président Viktor Ianoukovytch le 11 mars 2010, ce dernier déclare vouloir coopérer avec Porochenko à l’avenir. Il est ainsi nommé ministre du commerce et du développement économique, poste qu’il conserve de mars à novembre 2012.


  • Fourniture d’eau à la Crimée : juste un problème de business…

    Kyiv official : Crimea water issue must be decided as business
    http://www.kyivpost.com/content/ukraine/kyiv-official-crimea-water-issue-must-be-decided-as-business-344838.html

    The question of water deliveries for Crimea requires a legal framework, said Volodymyr Hroisman, the Ukrainian Minister of Regional Development, Construction and Housing and Communal Services. “Today there is no reason to supply water. I think Crimea, too, needs to work harder on this issue, and then it will be possible to settle the issue. It is a matter for two businesses which must agree on how to carry out these operations,” the minister said at a briefing on April 23.

    *****************************************

    Version russe, ça donne ça (la veille) :

    Russia is ready to advance the delivery of water in Ukraine Crimea | Russian news and facts
    http://ru-facts.com/news/view/34400.html

    One of the main problems of agriculture after the Crimean Peninsula in the transition Russia Ukraine was off the water supply for irrigation. The Russian Ministry of Agriculture is willing to pay for this service in advance, but to reach an agreement is not yet possible for political reasons, and Crimean peasants actually become hostages of the situation.

    *****************************************

    Pour cadrer le problème

    Canal de Crimée du Nord — Wikipédia
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Canal_de_Crimée_du_Nord

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/19/Nord-Krim-Kanal.png/280px-Nord-Krim-Kanal.png

    Le canal de Crimée du Nord est un canal d’Ukraine, qui relie le Dniepr à la Crimée. Il est destiné à l’irrigation des basses terres de la mer Noire et à l’approvisionnement en eau de la Crimée.
    (…)

    C’est le système d’irrigation le plus vaste et le plus complexe d’Europe. Il part du réservoir de Kakhovka, immédiatement au-dessus de la centrale hydroélectrique de Kakhovka (en) sur le Dniepr, achevé en 1956. Il franchit l’isthme de Perekop et aboutit à Kertch, à l’extrémité orientale la péninsule de Crimée. Sur les derniers kilomètres, du village de Zeleny Yar à Kertch, l’eau du canal emprunte des tuyaux en acier de grand diamètre.

    Le canal de Crimée du Nord fournit 85 % de l’eau potable consommée en Crimée.


  • De l’Ukraine au dollar - Le bondosage
    http://lebondosage.over-blog.fr/article-de-l-ukraine-au-dollar-123407905.html
    http://img.over-blog.com/300x300/3/52/16/87/USA/Apres-l-Empire-Essai-sur-la-decomposition-du-systeme-americ.jpg

    Nous conviendrons avec Philippe Grasset, qui vient d’inaugurer sur son site la première vidéo en ligne, que l’histoire s’accélère. L’accumulation d’événements apparemment disparates peut soudain éclairer le sens de notre temps et surtout nous révéler ce qui se cache parfois derrière l’apparence des choses. Si l’on convient maintenant que les événements d’Ukraine ont été promulgués par l’UE et les USA, il ne faut pas pour autant penser que ces groupes aient une réflexion profonde sur l’impact des actions qu’ils mènent. Comme je l’ai déjà dit sur ce blog l’individualisme délirant qui mène l’esprit des élites occidentales, couplées au mécanisme de la communication empêche de voir dans l’action qu’elles mènent un sens profond, une stratégie. Nous avons plus affaire à une action désordonnée et incohérente mue par des intérêts multiples et divergents. Ce que Philippe Grasset nomme le chaos est le résultat de cette propension des élites occidentale à se laisser happer par le présent et la pression externe. Ce sont les événements qui les mènent plutôt que l’inverse. Mais pour prendre conscience de l’importance des événements actuels, et notamment du fait que la Russie et la Chine commencent sérieusement à vouloir se passer du dollar. Encore faut-il peut-être réexpliquer pourquoi, cette question du dollar est fondamentale.

    L’étalon dollar, Keynes avait raison

    Le rôle du dollar en tant qu’étalon date de l’accord de Bretton Woods en 1944. C’est malheureusement le plan américain de Harry Dexter White qui sera préféré à la stratégie de Keynes. Un plan dont nous voyons aujourd’hui qu’il a conduit l’Amérique et le monde dans une impasse même si à court terme il pouvait sembler cohérent. L’accumulation par les USA d’une grande quantité d’or pendant la Seconde Guerre mondiale grâce aux excédents commerciaux du pays ayant asséché le reste du monde, l’idée de faire en sorte que le dollar devienne une monnaie garantie par l’or n’était pas dénuée de sens. Le dollar était effectivement à l’époque aussi solide que l’or, car les USA étaient la nation la plus productive. Les effets nocifs que Keynes avait bien vus venir ne se sont fait sentir que quelques années après. Les pays se mirent en effet à accumuler des dollars dans leur banque centrale grâce à leurs excédents commerciaux. L’Europe reconstruite et le Japon connurent des gains de productivité qui les firent rattraper rapidement les USA. De sorte que dès les années 60 les USA eurent des déficits commerciaux permanents avec ces deux zones. C’est à ce moment-là que le Général de Gaulle (1965) eut ce discours mémorable demandant l’abandon du dollar comme monnaie de référence mondiale. Le seul problème est que de Gaulle qui était influencé par Jacques Rueff en la matière n’imaginait comme seul recours qu’un retour à l’étalon or. Un étalon qui s’il avait la qualité de mettre toutes les nations à égalité commerciale avait aussi la fâcheuse tendant à la stagnation de la masse monétaire. C’est le Bancor de Keynes que de Gaulle aurait dû prôner, mais c’était aussi un homme de son temps. Une monnaie internationale indépendante de tous les états nations qui aurait permis une égalité dans l’échange comme l’or, mais qui aurait pu suivre les besoins mondiaux d’une augmentation de la masse monétaire. Parce qu’il n’y a aucune raison que la croissance de la masse monétaire soit inutilement limitée par l’évolution de l’extraction d’un métal précieux. Petite remarque si l’euro avait été une monnaie commune, il aurait pu devenir une espèce de Bancor. Mais là encore l’idéologie l’a emporté sur le bon sens.

    http://www.dailymotion.com/video/xj9uqj_general-de-gaulle-l-imposture-du-dollar_webcam

    Quoi qu’il en soit, il est évident que la possibilité pour les USA d’émettre une monnaie internationale est un avantage considérable dont ils usent et abusent en permanence. L’on remarquera tout de même que le cadeau que la communauté internationale fait aux USA est un cadeau empoisonné pour le peuple américain. Car les grandes inégalités qui traversent ce pays sont aussi dues en partie à cet avantage. Car si le prolétaire américain est devenu inutile à cause du libre-échange ce n’est pas uniquement pour cela. La nature internationale du dollar permettant à ce pays d’acheter gratuitement comme le disait de Gaulle des marchandises partout dans le monde le système de production local est devenu inutile. Le couplage de la liberté de circulation des marchandises avec le rôle du dollar a probablement été l’arme fatale qui a tué le système industriel américain. Une arme qui a transformé les USA en un système capitaliste patrimonial comme l’a si bien décrit le site criseusa. Un système dont on voit mal comment les USA pourraient sortir sans de graves problèmes macro-économiques. La défense du dollar et sa nature internationale font donc partie de la priorité absolue pour le gouvernement US. Comment en effet continuer à étendre les bases militaires américaines et à financer le colossal déficit extérieur du pays si les étrangers n’acceptent plus votre papier monnaie comme paiement ? ...

    #économie
    #Ukraine
    #dollar
    #UE
    #USA
    #Keynes
    #Bretton-Woods en 1944.


  • Intéressante analyse/réflexion de Nicolas Gros-Verheyde sur la politique étrangère russe.

    Si les desseins du président russe paraissent clairs à saisir sur la #Crimée, pour l’#Ukraine on peut encore avoir quelques doutes (un peu) mais, au-delà, il faut s’interroger si une nouvelle donne n’est pas en train de se dessiner au Kremlin : est-on simplement en présence d’une opportune tactique consistant, à courte vue, à saisir un bien et un territoire à sa portée (la Crimée), à moyen terme, à réduire une menace ressentie ou réelle à sa frontière (l’Ukraine) ou à plus long terme, à redessiner une politique mondiale. On peut ainsi tracer quelques pistes de réflexion sur les contours d’une (nouvelle) politique russe

    http://www.bruxelles2.eu/zones/asie-centrale-georgie-russie-europe-caucase/le-dessein-de-poutine-une-nouvelle-russie.html

    #Russie #énergie #armée #géopolitique #otan


  • #Ukraine / #Allemagne : Touche pas à mes #chars russes !
    http://fr.myeurop.info/2014/04/22/ukraine-touche-pas-mes-chars-russes-13677

    http://cdn3.myeurop.info/sites/default/files/dynimagecache/0-59-1024-543-166-88/media/images/4593017668_0b1d3f465d_o.jpg

    Delphine Nerbollier

    Depuis le début de la crise ukrainienne, le sentiment antirusse s’accentue en Allemagne. Les #blindés soviétiques de la #Porte de #Brandebourg sont menacés. Une pétition, soutenue par la presse allemande, circule pour les faire disparaître.

    Doug est un berlinois de 45 ans. lire la suite

    #Société #Politique #Russie #1945 #armée #Berlin #guerre #Libération #soviétique #tank

    • @vlentz En principe c’est ici où on signe les petitions :
      https://epetitionen.bundestag.de
      La petition contre le monument pour le soldats sovietiques n’y figure pas.

      Si tu es Allemand on t’y propose d’autres pétitions concernant la Russie :

      Petition 51520

      Außenpolitik - Keine Sanktionen gegen Russland aufgrund der Krim-Krise vom 07.04.2014

      Der Deutsche Bundestag möge beschließen, sich innerhalb der EU gegen Sanktionen für Russland und dem russischem Volk aufgrund der Krim-Krise auszusprechen.

      Petition 51002

      Sicherheits- und Verteidigungspolitik - Vergrößerung der Bundeswehr, Wiederaufleben der Wehrpflicht vom 20.03.2014
      Text der Petition

      Der Deutsche Bundestag möge beschließen, dass die Ausgaben für die Streitkräfte der Bundesrepublik Deutschland (Bundeswehr) in signifikantem Maße erhöht werden. Weiterhin sollte eine Vergrößerung aller Teilstreitkräfte auf den zulässigen Umfang (im Bezug auf die Zwei+Vier Verträge) stattfinden und die Aussetzung der Wehrpflicht rückgängig gemacht werden.

    • Cet extrait de film montre bien le sujet du mémorial sovietique.
      http://www.youtube.com/watch?v=DgR0jdUjmxI


      Ich war neunzehn
      http://de.wikipedia.org/wiki/Ich_war_neunzehn

      Die DEFA-Produktion Ich war neunzehn erzählt die Geschichte eines jungen Deutschen, Gregor Hecker (Jaecki Schwarz), der mit seinen Eltern vor den Nationalsozialisten nach Moskau geflüchtet war und nun, im Frühjahr 1945, als Leutnant der Roten Armee nach Deutschland zurückkehrt. Der Film verarbeitet dabei die persönlichen Erlebnisse des Regisseurs Konrad Wolf und seines Freundes Wladimir Gall in fiktiver Form und schildert dabei Impressionen seiner „bewegenden Annäherung an die zum ‚Feindesland‘ gewordene Heimat“.


  • #Ukraine / #Allemagne : Touche pas à mes chars russes !
    http://fr.myeurop.info/2014/04/22/ukraine-allemagne-touche-pas-mes-chars-russes-13679

    http://cdn3.myeurop.info/sites/default/files/dynimagecache/0-49-1024-543-166-88/media/images/4593017668_0b1d3f465d_o_0.jpg

    Delphine Nerbollier

    Depuis le début de la crise ukrainienne, le sentiment antirusse s’accentue en Allemagne. Les blindés soviétiques de la Porte de Brandebourg sont menacés. lire la suite

    #Société #INFO #Russie


  • GENERAL ASSEMBLY VOTE ON UKRAINE´S TERRITORIAL INTEGRITY
    http://derechointernacionalcr.blogspot.no/2014/03/united-nations-general-assembly-vote-on.html

    Veto of Russia´s representantive during the meeting of March 15, 2014 at the United Nations Security Council (picture taken from press note).

    http://2.bp.blogspot.com/-UIVxbkAPW9k/UzX67TRhHfI/AAAAAAAADZg/q6cTL-ZtZCg/s400/votacion_en_la_onu_sobre_crimea.jpg

    The General Assembly adopted last March 27 a resolution on Ukraine’s territorial integrity without mentionning Russia. The drat resolution has been presented by Canada, Costa Rica, Germany, Lithuania, Poland and Ukraine. The text adopted underscores the invalidity of the 16 March referendum held in Crimea.

    With 100 votes in favour, 11 against, 58 abstentions, and 24 “No show”, the General Assembly adopted this resolution titled “Territorial integrity of Ukraine”

    #ukraine #crimée #un #résolution


  • La Complainte des mineurs du Donbass

    Cette chanson qui m’a été signalée pâr Jean-Marie Chauvier, est inspurée de l’oeuvre du célébrissome chanteur russe Vyssotski. Jean-Maris Chauvier explique que la chanson rend hommage aux mineurs fauchés par un coup de grisou, lesquels payent cher la braderie et le pillage de leur pays. Au passage on voit les photos des oligarques, Berezovski et Goussinski !

    –—

    Слава Украине Героям слава. Герои без искажения. как есть - YouTube

    Gloire aux héros de l’Ukraine !

    http://www.youtube.com/watch?v=3W9OrktphJk

    Слава Украине Героям слава. Герои без искажения. как ес

    https://dl.dropbox.com/s/oktian70cpr9kcg/donbass1.png

    https://dl.dropbox.com/s/yrgpkiqgrn998jm/donbass2.png

    https://dl.dropbox.com/s/xebqhsaccd8bgux/donbass3.png

    https://dl.dropbox.com/s/jgp8z004ka5efyq/donbass4.png

     https://dl.dropbox.com/s/e2139lqqscl370j/donbass5.png

    –—

    Donbass : les hommes de l’Est — Le Courrier de Russie
    http://www.lecourrierderussie.com/2014/04/donbass-hommes-est

    Au Donbass, région du Sud-Est de l’Ukraine, manifester, on n’aime pas tellement. Les gens d’ici n’ont pas l’habitude de descendre dans la rue pour quémander aux puissants des augmentations de salaire ou des réductions de leur journée de travail.

    http://statics.lecourrierderussie.com/wp-content/uploads/2014/04/hommes-de-lest_opt.jpg

    Dans les années 1990, quand le Sud-Est ukrainien vivait dans une misère noire, avec coupures régulières d’eau et d’électricité, les gens ne se sont pas révoltés – ils ont continué, avec une constance étonnante, à descendre dans la mine et à en extraire du charbon. Des mines qui pourraient aujourd’hui encore inspirer à un Zola un poignant roman sur la condition ouvrière.

    #ukraine #donbass #russie #mineurs #charbon #corruption


  • V. V. Poutine signe la réhabilitation des peuples de Crimée : Tatars, mais aussi Allemands, Arméniens, Bulgares et Grecs.
    Le Tatar devient la troisième langue officielle de la République autonome.

    Putin signs decree to rehabilitate Crimean Tatars — RT News
    http://rt.com/news/crimea-tatars-rehabilitation-putin-856

    Russian President Vladimir Putin has signed a decree officially rehabilitating the Crimean Tatars and other ethnic minorities on the peninsula, who were deported en masse in 1944 by Joseph Stalin for alleged collaboration with Nazi invaders.
    (…)
    When he first mooted the rehabilitation decree last month, Putin also proposed that Tatar becomes the third official language in the autonomy, alongside Russian and Ukrainian.

    The decree also rehabilitates four other less numerous minorities – Armenians, Bulgarians, Germans and Greeks – who also suffered from Joseph Stalin’s repressions during and after World War II.

    • Le chef local, Sergueï Axionov premier ministre de la République de Crimée, a un peu plus de mal avec les Tatars :

      Crimea Tatar Officials Say Office Attacked Before Putin’s Pardon - WSJ.com
      http://online.wsj.com/article/BT-CO-20140421-706112.html

      But earlier in the day, a busload of unidentified men wearing camouflage uniforms and berets marched into the Mejlis—the ethnic group’s executive council offices—and pulled down a Ukrainian flag that flew outside, replacing it with a Crimean flag. After the men left, the flag was removed and replaced by a Crimean Tatar flag.

      A statement on the Mejlis website said the Ukrainian flag had only just gone up over the building, following the return of the ethnic group’s outspoken leader, Mustafa Dzhemilev, who had come back to the peninsula from mainland Ukraine on Sunday. He and other Crimean Tatar leaders say they were briefly detained while trying to enter in a motorcade of 50 cars bearing Crimean Tatar and Ukrainian flags.

      On Sunday, the acting head of the region, Sergei Aksyonov, accused the Crimean Tatar leadership of “provoking ethnic strife,” and that he considered them extremists. Crimean Tatars make up about 12% of the region’s population of 2 million people.

      “The Mejlis hangs a Ukrainian flag over their building,” he wrote on his Twitter feed. “I am more and more convinced that they are provocateurs. 97% voted for Russia [in the referendum]. If you do not like it, leave!

    • Et bien d’ailleurs, certains n’ont même pas à se poser la question…

      Le leader des Tatars banni de Crimée
      http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/04/22/le-leaders-des-tatars-banni-de-crimee_4405263_3214.html

      Le leader historique des Tatars de Crimée, Moustafa Djemilev, a été interdit d’accès pour cinq ans sur ce territoire ukrainien rattaché en mars à la Russie, a annoncé mardi 22 avril la Medjlis, l’assemblée des Tatars de Crimée.
      En quittant la Crimée pour Kiev, M. Djemilev s’est vu remettre par les gardes-frontières un document lui interdisant d’entrer dans la Fédération de Russie jusqu’au 19 avril 2019, a précisé à l’AFP Lilia Mouslimova. « Cette décision montre à quel Etat “civilisé” on a affaire », a réagi M. Djemilev sur le site d’information en ligne ZN.ua.

      Moustafa Djemilev — Wikipédia
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Moustafa_Djemilev

      Moustafa Djemilev, né le 13 novembre 1943 à Ay-Serez en Crimée (alors RSFS de Russie à l’époque), est l’ancien président du Majlis du peuple tatar de Crimée (succédé par Refat Choubarov) et un membre du Parlement ukrainien depuis 1998. Il est un chef de file reconnu du Mouvement national des Tatars de Crimée et un ancien dissident soviétique admiré pour son principe de non-violence.
      (…)
      En mai 1989, il est élu à la tête du Mouvement national des Tatars de Crimée nouvellement fondé. La même année, il retourne en Crimée avec sa famille, un mouvement qui sera suivi par le retour des 250 000 Tatars criméens de Russie.

      Adhérent au Mouvement populaire d’Ukraine, il annonce au début du mois de novembre 2011 de se retirer de la vie politique du pays mais rejoint l’Union panukrainienne « Patrie » [de Ioulia Tymochenko] pendant les élections législatives ukrainiennes de 2012.


  • What Is Putin’s ‘New Russia’? - NYTimes.com

    http://www.nytimes.com/2014/04/19/world/europe/what-is-putins-new-russia.html?partner=rss&emc=rss&smid=tw-nytimes&_r=0

    MOSCOW — President Vladimir V. Putin of Russia, appearing cool and confident on national television during a four-hour question-and-answer show on Thursday, referred repeatedly to southeastern Ukraine as “New Russia,” a historical term for the area north of the Black Sea that the Russian empire conquered in the 1700s. “God knows” why the region became part of Ukraine in the 1920s, he said in response to a questioner, a strong signal that he would gladly correct that error.

    https://dl.dropbox.com/s/g8533x4fe4w7636/new_russia.png

    #ukraine #russie #nouvelle_russie


  • Crise ukrainienne, crise de l’Europe
    http://www.chevenement.fr/Crise-ukrainienne-crise-de-l-Europe_a1616.html
    http://www.chevenement.fr/photo/art/default/6541088-9865321.jpg?v=1397741405

    Il serait tout à fait erroné de présenter la crise ukrainienne comme une « surprise stratégique ».

    Une transition avec l’ère soviétique peu coopérative.
    Déjà en 2006, alors que Georges W. Bush était au milieu de son deuxième mandat, la question de l’entrée dans l’OTAN de l’Ukraine (et de la Géorgie) avait provoqué une mini-crise au sein même de l’Organisation entre l’Allemagne et la France, qui y étaient hostiles, et les Etats-Unis qui, en fin de compte, n’avaient pas trop insisté.

    C’est que l’Ukraine est le « gros morceau » d’un problème plus vaste, celui des ex Républiques soviétiques qui se sont détachées politiquement de la Russie, en décembre 1991, mais dont les liens de tous ordres avec elle demeurent étroits (minorités russes – étroitesse des relations économiques…)

    Le cas des Pays Baltes a été réglé par le retour au statut qui était le leur avant 1939 et leur inclusion dans l’Union européenne et dans l’OTAN. Mais partout ailleurs, une situation nouvelle s’est créée : en Ukraine, en Biélorussie, en Moldavie, dans le Caucase, en Asie centrale, ces pays anciennement soviétiques ont plus ou moins admis le principe de l’économie de marche, privatisé de larges pans de leur appareil productif, au bénéfice de quelques oligarques, eu recours à des élections plus ou moins transparentes pour désigner leurs dirigeants. De tous ces nouveaux pays, l’Ukraine est évidemment celui que la Russie considère comme lui étant le plus proche par l’Histoire (elle a fait partie de l’Empire russe depuis 1657), l’intensité des relations économiques, en particulier dans les régions industrielles de l’Est de l’Ukraine et enfin la culture (proximité linguistique-orthodoxie sauf dans la partie galicienne, catholique uniate, et tournée vers l’Europe Centrale, hier la Pologne, avant-hier l’Autriche-Hongrie).

    La Russie depuis 1991 a vu avec inquiétude l’inclusion des PECOs dans l’Union européenne et surtout l’extension de l’OTAN à l’Est, contrairement aux engagements pris en 1990 au moment de la réunification de l’Allemagne. La persistance à l’Ouest d’un schéma binaire Europe-Russie, alors que l’URSS avait disparu, a peu à peu réveillé en Russie un nationalisme obsidional qui a culminé au moment de la guerre du Kosovo et de son détachement de la Serbie (1999). C’est à ce moment là que le premier Président de la Russie, Boris Eltsine a appelé comme Premier ministre Vladimir Poutine. Celui-ci, élu Président en 2000, en 2004, puis réélu en 2012, après le mandat de D. Medvedev, s’est acquis une certaine popularité dans l’opinion publique russe en rétablissant l’ordre, la croissance économique (+7% par an dans la décennie 2000-2010) et en donnant le sentiment d’interrompre le déclassement stratégique de la Russie (deuxième guerre de Tchétchénie, conflit géorgien (2008), accord New Start avec les Etats-Unis (2010)).

    C’est peu dire que la Russie n’a pas vu d’un bon œil les « révolutions de couleur » soutenues par les Etats-Unis dans les pays qu’elle considère comme faisant partie de son « étranger proche », c’est-à-dire de sa zone d’influence traditionnelle. Les pays de la CEI sont ainsi devenus un enjeu entre l’Union européenne et la Russie avec, en arrière-plan, l’OTAN et les Etats-Unis, peu désireux d’atténuer les tensions.

    La réélection de Vladimir Poutine, en 2012, et l’effacement de M. Medvedev qui incarnait un certain « soft power » russe, mais dont l’image avait été atteinte par le « feu vert » qu’il avait donné, en 2011, à l’intervention de l’OTAN en Libye, ont ressuscité les tensions (affaire Magnitski - tentation russe d’idéologiser l’opposition entre un Occident hyperindividualiste et décadent et une Russie restée fidèle aux valeurs traditionnelles, à quoi répond un retour de russophobie dans les pays occidentaux).

    Ces remugles de guerre froide correspondent-ils à quelque chose de profond ?
    Pour ma part, j’en doute. En effet, les bases matérielles et idéologiques qui opposaient deux systèmes économiques et politiques et deux visions du monde incompatibles n’existent plus. L’URSS a disparu, ce dont nos médias en général tardent à s’aviser. La Russie est certes un vaste pays, grand comme trente quatre fois la France, mais son étendue même et la rigueur de son climat sont source d’innombrables difficultés. La démographie russe est stagnante. Avec 140 millions d’habitants, la Russie d’aujourd’hui est deux fois moins peuplée que l’URSS il y a vingt-deux ans. Sa population est au niveau de celle l’Empire tsariste en 1914. Le peuple russe est un grand peuple européen. 20% de sa population est de tradition musulmane (Tatars, Bachkirs de la Volga, Caucase du Nord, Sibérie méridionale) ou allogène (Sibérie du Nord, extrême Orient russe).

    Entre l’Europe et l’Asie la Fédération de Russie (plus de 80 « sujets » c’est-à-dire entités constitutives) est un gigantesque « Etat-tampon » entre l’Europe et l’Asie ; elle est à cet égard indispensable et incontournable, comme elle l’est également par sa qualité de membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU, par sa puissance nucléaire, par ses richesses énergétiques et par l’attrait de sa culture.

    Economiquement, le PNB russe se situe au 8ème rang mondial. La Russie réalise près de la moitié de son commerce extérieur avec l’Union européenne principalement l’Allemagne (total des échanges de 74 Milliards d’euros), l’Italie (30 milliards) et la France (23 milliards).

    Raisonnons en cinétique : dans quelques années (vers 2020), le PNB chinois aura rattrapé celui des Etats-Unis. Les capacités financières et budgétaires de la Chine vont égaler voire dépasser celles des Etats-Unis dans la prochaine décennie. Dans un XXIe siècle que structurera toujours plus la bipolarité sino-américaine, la place de l’Europe va continuer à rétrécir à tous points de vue, démographique (Europe : 20 % de la population mondiale en 1900, 7 % aujourd’hui, 4 % en 2050), mais aussi économique et budgétaire.

    Dans de nombreux domaines, l’Union européenne ne pèsera plus assez lourd en 2050 pour exister face à la concurrence des Etats-Unis, de la Chine, voire d’autres pays émergents, à supposer qu’elle le veuille. Or, quelles que soient les tentations « eurasiatiques » de la Russie, il faut se persuader que celle-ci est d’abord « d’Europe ». Sa culture est européenne. Les aspirations de son peuple la tournent vers l’Europe, à commencer par celles des classes moyennes nombreuses qui s’y développent rapidement et offrent un marché aux produits européens. Cela ne l’empêche pas de chercher des débouchés en Asie pour son gaz, mais c’est une autre affaire… Si nous raisonnons toujours en cinétique, nous serons amenés à constater que l’Europe occidentale et la Russie, si elles ne coopèrent pas dans l’avenir, seront amenées à « sortir du jeu » dans un monde dont le centre de gravité se sera définitivement fixé au milieu de ce siècle dans le Pacifique.

    On comprend que les néoconservateurs américains ne voient pas d’un bon œil le resserrement de la coopération entre les deux parties de l’Europe. Pourtant d’anciens secrétaires d’Etat comme MM. Kissinger ou Breszinski à la vue moins myope en viennent à admettre ce qu’ils appellent « une finlandisation » de l’Ukraine (terme qui évoque quand même la guerre froide). Sans doute dans leur esprit le « problème russe » n’a-t-il pas la même ampleur que le « problème chinois ».

    La crise ukrainienne : distorsions et erreurs
    Ce détour par la Russie permet de relativiser l’ampleur de la crise ukrainienne de 2014. Celle-ci traduit l’incapacité à penser ce que Georges Nivat appelle « la troisième Europe », après la première et la seconde, celles d’avant et d’après la chute du mur de Berlin. L’implosion de l’URSS a créé un « espace post-soviétique » voué pour l’essentiel après 1991 aux « thérapies de choc » libérales. Les Etats-Unis, à l’époque des Présidents Bill Clinton et George W. Bush ont encouragé les « révolutions de couleur ». Si la Russie, humiliée, a voulu reprendre la main dans son « étranger proche », on ne peut pas dire que l’Union européenne ait fait preuve de beaucoup de perspicacité dans le traitement du problème « post-soviétique ».

    La principale erreur a été de vouloir traiter séparément le partenariat stratégique avec la Russie et le partenariat oriental avec les autres membres de la CEI. Le partenariat stratégique avec la Russie se trouvait en 2012 dans l’impasse (libéralisation non achevée des visas – « troisième paquet énergétique » en panne, etc.) quand les premiers accords d’association avec l’Ukraine, la Moldavie, l’Arménie, etc. commencèrent à être finalisés.

    Certes la politique de l’Union européenne porte la marque d’impulsions contradictoires, provenant les unes des pays voisins (Pologne et pays baltes), les autres de l’Allemagne, de l’Italie et de la France, les pays anglo-saxons cultivant, à l’enseigne des « Droits de l’Homme », une idéologie non exempte d’une certaine russophobie. L’exportation des standards de la démocratie occidentale et d’une économie de marché concurrentielle ne pouvait que se heurter à la réalité des économies et des régimes post-soviétiques. La Russie elle-même s’efforçait de promouvoir une zone de libre-échange eurasiatique dont l’Ukraine était le gros morceau. Ces deux projets de « libéralisation » auraient pu confluer sur le papier. Dans la réalité, il n’en a rien été. Le bras de fer engagé avant le sommet de Vilnius (28 novembre 2013) entre le projet d’accord d’association porté par l’Union européenne et l’accord financier et gazier russo-ukrainien, a tourné à l’avantage de la Russie, le Président ukrainien Yanoukovitch ayant fait monter les enchères pour céder aux offres, plus alléchantes, il est vrai, de la Russie (15 milliards de prêts et forte réduction des prix du gaz russe). C’était sans compter sur les « tropismes européens » de l’Ukraine, pays composite et fragile, et le soulèvement de Maïdan, encouragé par maints dirigeants européens et américains. La destitution et la fuite du Président Yakounovitch aboutissaient à la formation d’un nouveau gouvernement ukrainien dont la Russie conteste la légitimité.

    L’annexion de la Crimée a été la réplique apportée par la Russie à ce processus évidemment inconstitutionnel. Cette réplique viole évidemment la convention de Budapest de 1994 enlevant à l’Ukraine ses armes nucléaires mais garantissant en retour ses frontières de l’époque. Il est vrai que celles-ci étaient récentes, le décret rattachant une Crimée, historiquement russe, à l’Ukraine résultant d’un caprice de Khrouchtchev, lui-même ukrainien et désireux de commémorer, à sa façon, le trois-centième anniversaire du rattachement de l’Ukraine à la Russie. Ce transfert, à l’époque soviétique, ne changeait rien à la réalité du pouvoir. Il ne donna lieu à aucun référendum qui eût permis de connaître l’avis des Criméens.

    Le viol de la légalité internationale était cependant caractérisé. Il n’est guère douteux non plus que les « forces locales d’autodéfense » qui ont pris le pouvoir en Crimée, devaient être fortement noyautées par des forces spéciales russes … La Russie allègue le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes reconnu par l’ONU. Mais la Charte des Nations Unies reconnaît d’abord le principe de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des Etats. Dans l’idéal, une négociation aurait pu permettre de concilier ces deux principes. Dans les faits, il n’en a rien été. La Russie a opéré une simple « prise de gage », Peut-être craignait-elle la remise en cause par le nouveau gouvernement ukrainien du contrat de concession du port de Sébastopol à la Russie jusqu’en 2042.

    Si les dirigeants européens voulaient bien, de leur côté, procéder à cet « examen de conscience » auquel les bons pères forment les élèves qui leur sont confiés, ils devraient reconnaître que le comportement de maints de leurs dirigeants a frôlé l’ingérence. Rien non plus n’autorisait le Commissaire Olli Rehn à affirmer que le but de l’accord d’association était l’adhésion pure et simple de l’Ukraine à l’Union européenne. Le Conseil européen n’avait rien décidé de tel. Quant aux déclarations faites en pleine crise par le Secrétaire général de l’OTAN, M. Rasmussen, elles n’étaient pas adroites. Si corrompu qu’il soit, le Président Yanoukovitch n’en était pas moins un Président élu. A un processus évidemment inconstitutionnel mais largement interne à l’Ukraine, la Russie quant à elle a apporté une réponse qui viole le droit international et dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle n’a pas péché par excès de subtilité. Il n’est cependant guère douteux que si la population criméenne devait être à nouveau consultée, sous l’égide des Nations Unies, elle confirmerait son choix en faveur de la Russie.

    Depuis l’échange téléphonique Poutine-Obama suivi de la rencontre entre les deux ministres des Affaires étrangères des Etats-Unis et de la Russie, fin mars 2014, il semble bien, au moment où j’écris (9 avril 2014), que la Russie n’ait pas l’intention de pousser en Ukraine l’avantage qu’elle a sur le terrain même si la situation dans les villes de l’Est ukrainien peut évidemment déraper. Au plan économique, la Russie aurait beaucoup à y perdre mais les pertes, pour l’Allemagne, l’Italie, la France et d’autres ne seraient pas nulles.

    Comment rendre possible la troisième Europe ?
    Le moment est donc venu, dans l’intérêt de l’Europe tout entière, d’engager une désescalade et de ne pas céder aux sirènes des partisans d’une nouvelle « guerre froide ». Celle-ci serait contraire à l’intérêt de la France et de l’Europe tout entière. Les conditions dans lesquelles se dérouleront les élections prévues le 25 mai en Ukraine devraient permettre d’amorcer le retour à la légitimité démocratique. Leur liberté et leur transparence doivent être assurées. Ce sont ces garanties qu’il faut réunir.

    La fédéralisation à tout le moins ou une décentralisation poussée de l’Ukraine ne doit pas être un tabou. La seule vraie question est celle des compétences de l’Etat ukrainien et donc aussi celles des régions. La création, à brève échéance, d’une Commission impliquant les régions et visant à préparer cette transformation de l’organisation interne de l’Ukraine permettrait de détendre l’atmosphère. La garantie internationale de la neutralité de l’Ukraine entre les pays de l’OTAN et la Russie serait de bon sens. La Russie n’a ni les moyens ni la volonté d’une guerre avec l’OTAN et celle-ci n’a pas vocation à s’étendre plus à l’Est. A plus long terme, la libéralisation des échanges doit se faire progressivement de Brest à Vladivostok. Ce processus, inscrit dans les traités, doit se réaliser par étapes. La Russie fait aujourd’hui partie de l’OMC. Il n’y a aucune bonne raison de traiter séparément l’Ukraine et la Russie. L’intérêt bien compris de l’Europe n’est pas, encore une fois, de ranimer les brandons de la guerre froide.

    La crise ukrainienne de 2014 illustre surtout l’incapacité de penser le problème européen dans son ensemble, à l’échelle de la grande Europe, jadis évoquée par le général de Gaulle, celui d’une Europe vraiment européenne, qui ne recréerait pas en son sein la frontière qui séparait jadis l’Empire byzantin de l’Empire romain d’Occident. Dans l’immédiat, l’Union européenne et la Russie feraient bien de se concerter, sous l’égide du FMI, pour stabiliser l’Ukraine dont l’économie est au bord de la banqueroute. La guerre du gaz évoquée par les médias n’a pas de sens. Le gaz ne coulera pas d’Ouest en Est, pas plus que l’eau des fleuves ne remonte à sa source. Mais on peut attendre que dans l’intérêt européen commun, la Russie accorde un rabais sur le prix du gaz qu’elle vend à l’Ukraine. En ce sens, la crise ukrainienne de 2014 est bien une « crise européenne », celle de la « troisième Europe » qu’il nous faut aujourd’hui surmonter si nous voulons qu’à l’avenir notre continent cesse d’être un objet et redevienne un sujet des relations internationales.

    –------
    Le site internet de la Revue Défense Nationale

    –-------

    #allemagne,
    #diplomatie
    #états-unis
    #europe
    #france
    #libre-échange
    #onu
    #otan
    #politique-étrangère
    #russie
    #ukraine


  • #British teen killed in #syria
    http://english.al-akhbar.com/content/british-teen-killed-syria

    A British teenager whose uncle was detained in the Guantanamo Bay camp has been killed in the Syrian conflict, his family said on Friday. Abdullah Deghayes, 18, died earlier this month although the circumstances of his death are unclear. The teenager from Brighton in southeast England is the nephew of Omar Deghayes who was held by the United States as an enemy combatant at Guantanamo between 2002 and 2007 after he was arrested in Pakistan. read more

    #Top_News #UK



  • #Ukraine: Divvying up the breadbasket of Europe
    http://farmlandgrab.org/post/view/23328-ukraine-divvying-up-the-breadbasket-of-europe

    Endowed with particularly fertile steppes of rich black soil, Ukraine became known as the “Breadbasket of Europe” during centuries of foreign occupation. According to the CIA World Factbook, the country produced more than 25% of total agricultural output – grains, meat, milk, and vegetables – for the Soviet Union. Today, roughly one out of four workers in Ukraine subsist on cultivating the land, consistently generating net food surpluses. Russia and the European Union purchase nearly 40% of these agricultural exports, which contribute to more than 5% of Ukraine’s annual GDP.

    Last year, ousted Ukrainian President Victor Yanukovych agreed to lease three million hectares for farming, nearly 5% of Ukraine’s total arable land, to Chinese state-owned companies in exchange for infrastructure projects. China ambitiously plans to develop this new food supply in order to provide for a steadily growing population soon to surpass 1.4 billion people. The leadership in Beijing will likely remain reluctant to back Moscow fully in hopes of protecting their huge agricultural investment by negotiating with the new Ukrainian government.

    #terres


  • Une manifestation pour l’indépendance de la région d’Odessa

    http://www.nrk.no/verden/putin-stotter-transdnjestr-1.11672417

    Et décidément, ça craque de partout : Les manifs d’Odessa ont une résonance particulière parce que c’est un corridor d’accès stratégique pour la transnistrie. Les ukrainiens vont avoir à vivre avec en plus la crainte d’une nouvelle intervention russe dans la région séparatiste moldave, et les manifs à répétition des pro-russes à Odessa ne fait que renforcer la pression.

    Je me souviens de mon arrivée à Odessa par le train, pour une mission PNUE sur la questiuon de la Mer Noire, c’était le 20 septembre 2001. il y avait à la gare une manif, déjà, qui ressemblait en tous points à celle de la photo ci-dessous, les uniformes en moins.

    Erklærte Odessa som uavhengig

    http://gfx.nrk.no//cyfNO1ooEc2yjTJN9yiBJgj3q02JdWVq9wAsG5-9rOhg.jpg

    Den ukrainske frykten for at Transdnjestr kan utløse ytterligere russisk innblanding ble forsterket torsdag ettermiddag da separatister i Odessa erklærte byen og regionen for uavhengig.

    – Fra i dag av er Odessa-regionen erklært som Folkerepublikken Odessa, der makten ligger på folkets hender, skriver separatistene på sin nettside, ifølge det russiske nettstedet Russia Today.

    Tidligere har pro-russiske aktivister erklært Folkerepublikken Donetsk i Øst-Ukraina.

    #ukraine #odessa #moldavie #transnistrie #russie #ex-urss #soviétisme

    • Outre le statut historico-culturel très particulier d’Odessa, il faut aussi penser à l’énorme enjeu stratégico-industriel des Chantiers de Nicolaïev (Mykolaiv) sur le Boug. Ville indissociable de ses chantiers navals.

      Et notamment, Chantiers de la Mer noire dont est sortie la quasi totalité des grandes unités de la flotte soviétique

      Articles détaillés (en anglais) http://en.wikipedia.org/wiki/Mykolaiv_Shipyard

      Pour mémoire, les actions de la Société des Ateliers et Chantiers de Nicolaïeff peuplaient les portefeuilles des rentiers français. La société était française et cotée à Paris, siège social à Paris comme l’indique le titre ci-dessous, jusqu’au tout début de 1914 date à laquelle elle est devenue russe…
      http://www.scriponet.com/images/Descript/20/3807.JPG

      (ça faisait un bout de temps que je méditais une petite note là dessus)


  • Une manif devant l’ambassade de Lettonie à Moscou : un groupe de Russes apparemment (d’après le drapeau) membre du « parti national bolchévique de Latgale (ou letton) » réclament le rattachement à la Russie de la région lettone du Latgale... :: Diena.lv

    http://www.diena.lv/latvija/zinas/pie-latvijas-vestniecibas-krievija-norisinajies-mitins-par-latgales-piederibu-

    Pas très étonnant que se développe en Lettonie aujourd’hui une paranoïa sur les intentions russes sur ce petit pays, quand se multiplie sur Internet ces informations et ces photos. Ce n’est pas très clair qui vraiment étaient cette dizaine de manifestants qui ont paradé plusieurs heures devant l’ambassade sans être inquiétés par la police.

    Le papier explique que la dernière manifstation devant l’ambassade de Lettonie à Moscou remonte à 2011 et était organisée par le mouvement Nashi (téléguidé depuis le Kremlin) et qui se prétent anti-fasciste

    http://en.wikipedia.org/wiki/Nashi_%28youth_movement%29

    Les manifestants voulaient à l’époque dénoncer les « états fascistes de Lzttonie et d’Ukraine »

    Pie Latvijas vēstniecības Krievijā norisinājies mītiņš par Latgales piederību Krievijai, aģentūrai LETA apstiprināja Latvijas vēstniecības Krievijā otrais sekretārs Zigmārs Zilgalvis.

    http://www.diena.lv/uploads/thumbnails/705x457/article/1406/14052822/5677252_ORIGINAL_1397740352.jpg.jpg

    –—

    Voir ausi :

    Latvian National Bolshevik Seeks Asylum in Russia - English pravda.ru

    http://english.pravda.ru/news/russia/03-12-2002/18672-0

    Latvian National Bolshevik Seeks Asylum in Russia
    03.12.2002 | Source:
    Pravda.Ru

    Leader of the Latvian National Bolsheviks, Vladimir Linderman (known by the nickname Abel among political circles), asked President Vladimir Putin for political asylum in Russia.

    Vladimir Linderman said in an interview to Russia’s NTV television that he was not going to be naturalized in Russia; otherwise, he would be denied access to Latvia. Meanwhile, Abel is planning to assert the truth while being in Russia.

    #lettonie #ukraine #russie #ultra-nationalistes #latgale