• Contribution au Voyage à Nantes
    http://nantes.indymedia.org/system/photo/2014/07/28/14121/1-medium.jpg?1406552588

    Nous voulons rendre hommage à la Métropole Socialiste, créative et ludique, celle de Johanna Rolland. Celle qui expulse les sans-toit, crève les yeux des manifestantEs et emprisonne les révoltéEs. Celle qui constelle les rues de caméras et de gyrophares.

    Nous voulions rendre hommage à la culture subventionnée, celle de Jean Blaise et du graffiti aseptisé. Hier encore, des lieux - réellement - occupés étaient attaqués par des cohortes de policiers surarmés à Notre Dame des Landes ou dans les quartiers gentrifiés de la Métropole. Aujourd’hui, le Voyage à Nantes ouvre sans ciller une « Villa Occupada » au cœur de la ville. Nous saluons l’ironie de la démarche.

    Et puisque la Métropole veut tout repeindre en vert, de l’asphalte du centre ville au béton de son projet d’aéroport, nous sommes venuEs faire éclabousser sa ligne verte sur les locaux de Vinci.

    Commando Paul Bismuth fraction Jean Blaise

    http://nantes.indymedia.org/system/photo/2014/07/28/14118/vanne-medium.jpg?1406552587

    Voir également : http://www.presseocean.fr/actualite/nantes-photos-les-anti-aeroport-repeignent-le-rideau-de-fer-de-vinci-en-

    #ZAD #NDDL #Nantes


  • Cette semaine sur reddit/r/nddl/
    (Semaine du 19 juillet au 26 juillet)

    Une sélection parmi les liens postés :
    [#Reporterre] A Nantes, la justice reconnait enfin l’inanité des poursuites contre les militants anti-aéroport
    http://www.reporterre.net/spip.php?article6162
    [#Citizen-Nantes] "N’ayons pas peur de résister" - Lettre de prison d’Enguerrand
    http://www.citizen-nantes.com/article-n-ayons-pas-peur-de-resister-lettre-de-prison-d-enguerrand-1
    [#Echos-Judiciaires] Le groupe Vinci imagine sa ville idéale
    http://www.echos-judiciaires.com/economie/le-groupe-vinci-imagine-sa-ville-ideale-a10757.html
    [#OBSLAB] Plusieurs enquêtes approfondies sur la police et la justice nantaise dans la presse parisienne
    http://obslab.blogspot.fr/2014/07/plusieurs-enquetes-approfondies-sur-la.html
    [#BellaCiao] Manifestation du 22 février à Nantes : les « dossiers à trous » de la justice
    http://bellaciao.org/fr/spip.php?article142090

    L’intégralité des liens postés cette semaine : http://www.reddit.com/r/nddl

    Pourquoi ce sub-reddit ?
    Une explication ici : http://seenthis.net/messages/275446
    Pour des infos en temps réel, suivez le HT #NDDL sur twitter
    Flux RSS : http://www.reddit.com/r/nddl/.rss

    http://s01.justpaste.it/files/justpaste/d96/a5059383/restezcalmeetremboursez.jpg
    http://justpaste.it/Semainedu19juilau26juil

    #ZAD #NDDL


  • Loi anti-terroriste : les députés UMP et PS renforcent un véritable arsenal sécuritaire qui restreint drastiquement nos libertés individuelles et collectives

    Les députés viennent, dans une entente sacrée droite-gauche, d’adopter et au passage de renforcer, à coup de nombreux amendements, le projet de loi anti-terroriste concocté par le Premier Sinistre Manuel Valls et le Sinistre de l’intérieur Bernard Cazeneuve en ce 22 (v’la les bleus) juillet 2014. Le texte sera soumis au vote le 18 septembre aux deux chambres.

    Présenté mensongèrement aux français-e-s comme une amélioration du dispositif déjà existant depuis octobre 2012 et axé, selon les propres mots du gouvernement saucialiste, sur les candidats au Jihad désireux de combattre en Syrie et en Irak, la loi s’attaque tous azimuts aux principes mêmes de liberté individuelle.

    Les élu-e-s UMP et PS, effrayé-e-s par une contestation sociale par trop visible qui risque rapidement de remettre en cause, dans la rue plutôt que dans les urnes, leur incompétence notoire, leur corruption endémique, leur servitude au grand capital, et leur hégémonie à bout de souffle sur la scène politique française, viennent de mettre en place un dispositif sécuritaire liberticide de censure du net accompagné d’une restriction drastique de la vie privée, de la liberté de circulation et d’expression.

    La prévention du terrorisme, grande cause nationale de l’oligarchie cleptocratique capitaliste, soucieuse de préserver le plus longtemps possible ses privilèges sur le dos des masses laborieuses, permet en effet à nos représentant-e-s démo-crasse-ic-ement élu-e-s de mettre un peu tout et n’importe quoi dans un dispositif législatif fourre tout, sous couvert de « trouble à l’ordre public ».

    Dans son préambule, le projet de loi parle de la diffusion de « messages appelant au terrorisme ou le glorifiant. Ces messages participent du conditionnement idéologique et sont de nature à conduire à la commission d’actes de terrorisme. » Difficile de faire plus flou. Quels messages et sur quels sujets ? A l’appréciation de la DGSI ?

    Renforcer les moyens de contrôle des populations...
    Plus loin le texte parle d’acte terroristes commis « au nom d’une idéologie », sans qu’il n’y ait plus aucune référence aux jihadistes… contre la liberté d’expression.

    Ce torchon fasciste se targue de « renforcer les moyens de lutte contre la propagande terroriste, tant sur le plan de la procédure pénale qu’en matière de police administrative » sans bien-sûr vouloir « réprimer des abus de la liberté d’expression, mais de sanctionner des faits qui sont directement à l’origine des actes terroristes et qui participent d’une stratégie médiatique élaborée par des groupes criminels. »

    Nous y sommes, toute diffusion d’une idéologie qui n’a pas les bonnes grâces du pouvoir en place devient de fait un complot ourdi par de dangereux assassins. Fin du préambule. Amen !

    Les articles de loi :
    L’article 1 limite drastiquement la liberté de circulation de toute personne « susceptible de la conduire à porter atteinte à la sécurité publique ». Plus flou comme concept tu meurs. « Le fait de quitter le territoire national ou de tenter de le quitter en violation d’une décision d’interdiction d’en sortir est puni d’une peine de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende. » En clair, cela veut dire que le gouvernement s’autorise à dire qui est légitime de quitter le territoire français et qui ne l’est pas. A moins d’être aussi teubé qu’Estrosi n’importe qui est en mesure de comprendre qu’il s’agit d’une atteinte dramatique à la liberté de circulation dans et en dehors de l’espace de Schengen. Voyez plutôt : « Les personnes qui seront sorties du territoire, en dépit d’une interdiction dûment notifiée, pourront faire l’objet d’un mandat d’arrêt européen, qui sera diffusé dans le fichier du Système d’information Schengen et par INTERPOL. »

    L’article 2 limite le droit des étrangers placés sous surveillance de téléphoner à qui illes l’entendent.

    L’article 3 définit les actes de terrorisme à l’aune du matériel appréhendé susceptible de fabriquer des engins incendiaires. Camarades, diluez vos pinceaux dans du lait de chèvre pour éviter d’aller au gnouf et emportez des trousses à outil en pastique !

    L’article 4 s’attache à « lutter contre le développement, sans cesse plus important, de la propagande terroriste qui provoque ou glorifie les actes de terrorisme. » Il s’agit bien sûr de « sanctionner des faits qui sont directement à l’origine des actes terroristes ». La peine comme définie par la loi sur la liberté de la presse de 1881 passe de 5 à 7 années de réclusion. Cette loi scélérate, de plus généralise la comparution immédiate, ce qui permet à la justice de classe d’enfiler les condamnations comme des perles sans laisser le temps à la défense de se préparer.

    Résistance, Sabotage & Terrorisme, bonnet blanc et blanc bonnet
    L’article 5 met en exergue la notion « d’entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur ». La consultation de sites internet susceptibles, toujours selon l’appréciation arbitraire de la DGSI, de faire l’apologie du terrorisme devient de fait un délit. La destruction (de quoi, on ne sait pas) par des engins explosifs devient en soit un acte de terrorisme. Si les guignols de la DGSI qui manipulent déjà les instructions de nos camarades arrêté-e-s suite à la manif du 22 février à Nantes (comme l’a montré un article de Médiapart (1) paru le 22 juillet), et qui se trouveraient donc avec cette loi inique en situation de charger le plus possible les dossiers de futures inculpé-e-s en requalifiant les faits reprochés, montés de toutes pièces tant qu’à faire, en actes de terrorisme.

    Nous avons vu les conséquences d’une telle loi pour les activistes de tous poils qui se battent contre ce monde de merde. 4 de nos camarades italiens ont fait les frais de cette politique européenne du "tou-te-s terroristes". La destruction d’un engin de chantier dans le Val de Susa a valu à Chiara, Claudio, Mattia et Niccolo une condamnation à 20 années de réclusion criminelle pour terrorisme.

    Tout le pouvoir à la DGSI
    L’article 6 permet à la DGSI (police politique, ex DCRI) de faire ce qu’elle veut avec qui elle le veut en s’immiscent dans la vie privée des gens. La loi lui donne carte blanche pour « procéder à des surveillances, des infiltrations, des écoutes téléphoniques lors de l’enquête de flagrance ou de l’enquête préliminaire, des sonorisations et des captations de données informatiques. » Les barbouzes de Levalois-Perret peuvent à loisir saisir un juge des référés afin de bloquer tout contenu sur internet qui porte atteinte à l’ordre public. L’extension de la garde à vue peut être portée au delà de 48 heures. Les moyens d’investigation se voient renforcés.

    L’article 7 étend les prérogatives de la juridiction parisienne aux autres juridictions en matière de non-respect des dispositions assignées aux personnes condamnées (évasion, violation de sortie du territoire, etc).

    L’article 8 « modifie les dispositions permettant la mise en œuvre du gel des avoirs dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme ».

    L’article 9 oblige les fournisseurs d’accès à internet de bloquer tout site au contenu faisant l’apologie du terrorisme. Une fois bloqué le site sera soumis au contrôle d’un magistrat judiciaire.

    Le siphonage des disques durs c’est maintenant avec les saucialistes.

    Avec l’article 10 vos photos intimes, vos fichiers privés, stockés sur PC, smartphone où tablette n’auront plus de secrets pour la DGSI qui peut à loisir siphoner votre disque dur en quelques instants afin de le stocker sur les ordinateurs de la Police Nazionale où de la Gemmerderie.

    L’article 11 porte sur la mise en clair des données chiffrées où codées.

    L’article 12 s’en prend « aux systèmes de traitement automatisé de données, en prévoyant pour ces infractions une circonstance aggravante de bande organisée ».

    L’article 13 permet à la police d’utiliser des pseudonymes, profils Facebook pipos, forums, etc, pour démasquer de futurs terroristes en herbe.

    Les articles restants (14 à 19) ainsi que le projet de loi dans son ensemble sont consultables sur le site terroriste de l’État tricolore : http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl2110.asp

    La démocratie à l’agonie
    Ne nous y trompons pas, il s’agit avec ce projet de loi ultra-sécuritaire, d’une remise en cause généralisée de la liberté d’expression, de la liberté de la vie privée et de la liberté de circulation jamais vue dans ce pays.

    Les députés en bons larbins zélés des grandes entreprises et du CAC40, ne servent que leurs propres intérêts et ceux du capital. Avec ce projet illes se protègent de toute remise en cause par les populations de leurs privilèges afin de perpétuer leur système mortifère de domination esclavagiste.

    Les terroristes ce sont eux, l’État saucialiste et l’UMP !

    No pasaran ! Résistance & Sabotage ! A sarà düra !

    @Vinci #Prendszaddanstagueule

    Zadist

    Note : (1) http://www.mediapart.fr/journal/france/220714/manifestation-du-22-fevrier-nantes-les-dossiers-trous-de-la-justice

    http://zad.nadir.org/spip.php?article2571

    #ZAD #NDDL #Loi_anti-terroriste


  • Animalitude, journées autour de la question animale sur la ZAD

    Les journées Animalitude auront lieu sur la ZAD le 27 juillet à la maison de la Freuzière et le 29 juillet aux Hauts Fays.

    Au programme ces deux jours :

    – 9h : Atelier de cuisine végétalienne, recettes et préparation diverses (pâtés végétaux, tofu, seitan, céréales, légumineuses et bien plus...)

    – Vers 13h : Repas collectif avec participation libre en soutien à la lutte anti-répression

    – 14h : 1ère discussion « Quelle place pour l’animal dans les sociétés actuelles ? »

    – 16h : Pause

    – 16h30 : 2ème discussion « Qu’est-ce que l’animal ? »

    – 18h30 : Apéro / repas colectif, falafels de soutien au incarcérés de l’ALF le 27, pizza le 29 au Hauts Fays.

    – 20h30 : 3ème discussion « Avenir et place de l’agriculture végétalienne »

    – Vers 23h : Flot de projections en tout genre jusqu’à plus faim.

    Alors bienvenue !

    http://zad.nadir.org/spip.php?article2566

    #ZAD #NDDL #Libération_animale


  • Été 2014 : un nouveau cycle répressif dans la continuité des dernières années

    La justice (main dans la main avec la police) s’acharne sur les manifestant-E-s du 22 février

    Les procès qui ont eu lieu en ce début d’été (les 19, 20 et 27 juin, puis les 7, 10, 16 et 18 juillet) font suite aux nombreuses arrestations – près d’une trentaine à ce jour – liées à la manifestation contre le projet d’aéroport de NDDL du 22 février à Nantes.

    Il s’insère dans un moment d’accélération de la répression qui ne fait que refléter l’ampleur croissante du mouvement d’opposition à ce projet destructeur, uniquement animé par une logique de profit.

    Mais cette logique répressive, que nous subissons plus intensément aujourd’hui, est à l’œuvre depuis plusieurs années. Elle s’est en effet abattue sur toutes les formes d’expression forte du mouvement.

    Déjà en 2009, elle se manifestait contre des personnes qui s’opposaient à la réalisation des travaux préliminaires au projet ou qui exprimaient leur colère en entartant un porteur du projet. De nouveau en 2011, pour un simple jet de fumier sur des locaux de Vinci à Couëron.

    Dans cette phase répressive, le pouvoir visait principalement des personnes identifiées comme des figures emblématiques du mouvement, tentant d’isoler les personnes poursuivies et de décourager toute expression des opposant-E-s.

    En automne 2012, lors de la tentative d’expulsion de la Zad et l’occupation militaire de la zone, la répression prenait un autre visage en instaurant des contrôles d’identité systématique et un fichage de toutes les personnes se rendant sur la Zad. L’opération César a déployé une violence extrême, faisant une centaine de blessé-E-s. Cette période s’est soldée par plus de 70 procès et des condamnations systématiques pour des faits uniquement suscités par l’occupation policière de la zone. On a alors assisté au recours généralisé à la procédure de comparution immédiate, à des poursuites répétées pour refus de prélèvement génétique et à des condamnations standardisées à des peines de prison ferme ou avec sursis, assorties d’interdictions de territoire. On voyait déjà se déployer une véritable justice d’abattage et la volonté de créer un profil de délinquant-E par la construction de la figure fantasmatique du « zadiste ».

    En parallèle, le mouvement d’occupation a été confronté à une répression quotidienne, faite de harcèlement constant allant des contrôles routiers incessants à la pénalisation de pratiques de survie comme la récup de nourriture dans les poubelles.

    La vague d’arrestation massive qui a suivi la manifestation du 22 février, que nous dénonçons, ne nous étonne pas. Elle n’est que la réponse d’un pouvoir impuissant à contrer l’amplification du mouvement d’opposition à cet aéroport. Les condamnations à des peines de prison ferme qui ont suivi, très lourdes pour des faits mineurs, montre encore une fois que les tribunaux fabriquent de la chair à prison sur la base de dossiers vides de preuve et de profils préconstitués par la DGSI (ancienne DCRI). Cette pratique n’est pas nouvelle, elle est couramment utilisée à l’encontre des populations en butte à l’injustice sociale.

    Nous ne sommes pas dupes de la volonté de l’État, qui cherche à travers cette prétendue justice à museler l’expression des opposant-E-s et à diviser le mouvement. Nous réaffirmons notre solidarité avec toutes les personnes confrontées à la répression, et en particulier avec les centaines de personnes blessées ou mutilées par la police, la trentaine de personnes condamnées suite à la manifestation du 22 février, et les 2 camarades actuellement incarcérés.

    Comité Anti Répression Issu de la Lutte Antiaéroport (CARILA) / « Legal Team »

    Pour plus d’infos : http://zad.nadir.org/spip.php?rubrique56&lang=fr

    http://nantes.indymedia.org/articles/29844

    #ZAD #NDDL #Nantes #Indymedia #Répression


  • Retour sur les 5 et 6 juillet à NDDL
    Notes à partir de 3 images (environ) de Val K

    Il a plu le samedi, rappel essentiel que Notre-Dame-des-Landes est un territoire d’eau et de boue. Un territoire debout ! Et dimanche, le soleil se montrait, miroir des eaux, mémoire des eaux clémentes, mais averties. À Sylvain GirO revenait la responsabilité - la sensibilité - de donner dès 14h le ton à la journée du dimanche. L’auteur de Notre-Dame des Oiseaux de Fer est sur scène à deux pas de chez lui (en lisière de la ZAD) avec un groupe éblouissant de fine cohésion et d’intelligence décisive : Julien Padovani (claviers), Erwan Martinerie (violoncelle) et Jean-Marie Nivaigne (batterie)

    http://nato-glob.blogspot.fr/2014/07/retour-sur-les-5-et-6-juillet-notre.html

    #ZAD #NDDL


  • "N’ayons pas peur de résister" - Lettre de prison d’Enguerrand 2/2

    Maison d’Arrêt de Nantes-Carquefou, le 26 juin 2014

    3 mois.
    Quand ces mots seront lus, cela fera un peu plus de 3 mois que je suis enfermé. Le temps passe, et commence à paraître long.

    Le temps.

    Cette société qui considère que « le temps, c’est de l’argent » - où tout doit toujours aller plus vite – cette société donc, n’a trouvé comme punition sournoise que celle de faire perdre leur temps à ceux qui ne jouent pas dans ses règles.

    Sauf que le temps qui passe, que l’on passe ici, ce n’est pas de l’argent que l’on perd, ou que l’on ne gagne pas, ce sont nos vies qui s’écoulent, sans vraiment être vécues.

    En essayant de voler notre temps, c’est nos vies qu’ils tentent de s’approprier.

    Alors, pour résister à ce vol, il faut occuper son temps de manière constructive, afin qu’il ne soit pas complètement perdu. L’occuper, plutôt que de vouloir le tuer :

    Tuer le temps, c’est gober cinq cachets par jour, fumer trois ou quatre joints et regarder la téloche.
    Utiliser son temps en occupant son esprit, c’est lire, écrire, apprendre... ou encore éplucher le Code de Procédure Pénale, pour les emmerder avec leurs propres règles qu’ils ne sont même pas foutus de respecter.

    Chaque seconde passée de manière constructive est déjà une évasion en soi. Et, aussi symbolique soit-elle, c’est toujours une petite victoire. Silencieuse, invisible - le perdant lui-même n’est pas informé de sa défaite, lui qui se croit si fort.

    Et il ne l’aime pas, la défaite.

    Ils n’ont pas aimé que, le 22 février, pendant plusieurs heures, nous ayons résisté, prouvé que c’était possible face à cette police militarisée ; redonné des aspérités à cette ville aseptisée.

    Ils n’ont pas apprécié d’avoir échoué à nous diviser, à nous opposer les uns aux autres selon nos modes d’action.

    Après avoir blessé nombre de camarades le 22 février, le temps des procès a suivi. Ils ont cherché à nous intimider avec les peines de prison, qu’elles soient fermes ou avec sursis.

    Plus que de punir les actes des inculpés, il s’agit d’instiller la peur parmi ceux qui luttent, les dissuader de continuer. S’ils veulent que nous ayons peur, c’est qu’ils nous craignent, qu’ils craignent la force qui se dégage de nos luttes. Cette force qui pourrait balayer leur vieux monde absurde.

    N’ayons pas peur de résister, de lutter jusqu’au bout, peu importe ce que cela implique. La croyance dans le fait que nous luttons pour une cause juste est plus forte que leurs menaces.

    Si nous ne nous laissons pas terroriser, la victoire est certaine.

    À un de ces quatre sur les barricades !

    Engué

    http://www.citizen-nantes.com/article-n-ayons-pas-peur-de-resister-lettre-de-prison-d-enguerrand-1

    #ZAD #NDDL #Nantes #Répression #Engué


  • NDDL : Appel pour les libertés publiques.

    Appel aux citoyens, organisations et collectifs du mouvement anti-aéroport et à tous ceux et toutes celles qui défendent les libertés publiques

    La manifestation historique du 22 février (50 000 manifestants à Nantes) a été l’occasion d’une nouvelle étape dans la répression du mouvement anti-aéroport. Interdiction de manifester, nombreuses blessures, graves mutilations, mensonges et manipulations médiatiques, surveillance policière, condamnations arbitraires de jeunes à partir de dossiers vides : un seuil inacceptable a été franchi.

    Loin d’être uniquement des condamnations individuelles, cette répression policière et judiciaire cible l’ensemble du mouvement contre l’aéroport et son monde. Elle s’attaque aussi à d’autres mouvements sociaux, ici et ailleurs.

    C’est notre manque de réaction collective, publique et unitaire, qui rend possible ce nouveau seuil dans la répression.

    C’est pourquoi nous lançons cet appel à nous réunir le 20 septembre prochain à 14 heures à la Manufacture des Tabacs de Nantes (lieu à confirmer) en vue d’engager des actions communes, publiques et unitaires, de tout le mouvement :
    nous sommes tous et toutes en liberté provisoire.

    Signez et faîtes signer cet appel, diffusez-le et venez participer à la réunion du 20 septembre.

    Collectif de Rezé
    Comité du Pays de Retz

    Pour signer l’appel, envoyez votre demande avec le texte par mail à col.reze.contre.aeroport.nddl [at] lists.riseup.net
    (mises à jour régulière des signataires à venir)

    http://nantes.indymedia.org/articles/29840

    #ZAD #NDDL #Répression #Indymedia


  • Communiqué suite au blocage de la 4 voies Nantes-Rennes

    L’association « Du bordel pour l’Ouest » motive le récent blocage d’un axe routier...

    Dans la matinée du 18 juillet, peu avant le procès de plusieurs personnes accusées « d’association de malfaiteurs », nous avons bloqué la quatre voies Nantes-Rennes à l’aide de barricades de pneus enflamés provoquant ainsi selon la presse plus de 3 kilomètres de bouchons.

    Par ce geste nous voulons :

    – Affirmer notre solidarité avec les personnes inculpées suite à la manifestation du 22 Février, mais aussi avec les camarades italiens incarcérés suite à l’attaque d’un chantier de la ligne TGV Lyon-Turin, et plus généralement avec tous les prisonniers, véritables otages de l’Etat.

    – Démontrer que notre solidarité en acte ne se limitera pas au parvis d’un tribunal bunkérisé, dans l’attente fébrile du rendu du procès, et que nous savons et nous saurons encore riposter ailleurs, par de multiples offensives inattendues.

    Dans cette lutte comme dans bien d’autres (piqueteros argentins, road protests britanniques, No Tav, mouvement stop castor en Allemagne...), le blocage qu’il s’agisse d’une gare, d’une autoroute, d’un train de déchet nucléaire, d’une raffinerie est une tactique qui de plus en plus s’impose comme une évidence. Que la presse en soit encore aujourd’hui le plus fervant détracteur, au même titre qu’avec les cheminots en lutte quelques semaine plus tôt, n’a rien d’étonnant. C’est simplement l’acharnement médiatique qui fait suite à chaque action réellement menaçante.

    Le mouvement contre l’aéroport, qui a largement éprouvé ces dernières années l’objet de cet acharnement médiatique, a pu également éprouver en miroir la puissance de ce type d’action, du hall occupé de l’aéroport de Nantes atlantiques aux barricades de l’opération César, des forages avortées de l’été dernier à la défense de la ferme de St Jean du Tertre. L’action d’hier n’est qu’un avant gout de ce qui pourrait se passer au niveau régional, sous de multiples formes (pique-niques, opérations escargots, barrages filtrants) en cas de tentative de travaux ou d’expulsion sur la ZAD.

    Signé : Alain Michelin, président de l’association « Du bordel pour l’Ouest »....

    http://nantes.indymedia.org/articles/29839

    #ZAD #NDDL #Nantes #Répression #Indymedia


  • A Nantes, la justice reconnait enfin l’inanité des poursuites contre les militants anti-aéroport

    Les juges nantais ont enfin arrêté de se couvrir de ridicule : ils ont reconnu que les charges policières assemblées contre des militants anti-aéroport de Notre Dame des Landes ne tenaient pas debout. Relaxe, donc, ce vendredi 18 juillet. Enfin, presque : il y a quand même condamnation pour refus de prise d’ADN...

    http://www.reporterre.net/spip.php?article6162

    #zad #nddl #nantes #répression


  • La peur comme seul argument de l’accusation

    Un montage policier ridicule avait tenté de criminaliser la solidarité envers les inculpé.e.s du 22 février en accusant 4 personnes d’association de malfaiteurs "en vue d’un rassemblement armé devant le tribunal de Nantes aux fins de dégradations" le 19 juin (date où 4 personnes passaient en procès). Au final elles ont aussi fini dans le box des accusé.e.s ce jour là. Ayant refusé la comparution immédiate, leur procès était fixé au 18 juillet.

    L’accusation ne tient finalement pas la route. Comme le dit un de leurs avocats, Me. Huriet, le réquisitoire du proc’ ne fait que parler de "peur, peur, peur..." pour susciter chez les juges de "l’émotion, et pas de la réflexion". Selon l’autre avocat de la défense, Me. Poquet, le parquet fait preuve d’une « frénésie sécuritaire », et d’un manque d’exigence, vu que sur le plan juridique il n’y a rien de concret dans ce dossier ; rien que de la pure interprétation, voire de la déduction infondée.

    Le procureur requiert de lourdes peines : 6, 8 et 10 mois d’emprisonnement avec sursis respectivement, avec pour deux d’entre elles.eux une mise à l’épreuve de 2 ans (c’est-à-dire que le sursis ne tomberait pas juste en cas de nouvelle condamnation, mais aussi dans le cas de non respect des conditions de la mise à l’épreuve, à savoir, obligation de travailler, interdiction de paraître en loire atlantique et de porter une arme).

    Les avocats ont bien réussi à démonter la principale accusation d’association de malfaiteurs, ainsi que le vol de 2 frontales trouvées dans la voiture. Les juges prononcent donc la relaxe de ces deux chefs d’inculpation. Il ne reste donc plus que les classiques refus de donner son ADN ainsi que ses photos et empreintes, ce pour quoi il.le.s sont toutes condamnées (alors que pour deux d’entre elles, ce fichage avait déjà été effectué auparavant). Une personne ayant reconnu avoir déclaré une fausse identité ainsi qu’avoir essayé de voler un chargeur de batterie, se retrouve donc condamné aussi pour ces deux chefs.

    Résultat : il.le.s prennent toutes du sursis (mais pas de mise à l’épreuve) : respectivement 3 mois (pour R.), 3 mois (pour S.), 4 mois (pour D., pour la seule raison d’avoir un casier), puis 6 mois (pour I. qui avait déjà fait trois semaines de prison préventive).

    Encore une lourde condamnation pour un simple refus de fichage (qui souvent à Nantes est jugé à 1 ou 2 mois avec sursis) dû à l’ambiance ultra-sécuritaire des derniers mois autour de la manif du 22 février et de la lutte contre l’aéroport. Par contre, les personnes venues soutenir les inculpé.e.s devant le tribunal ont bien crié leur soulagement à l’écoute du rendu. C’est effectivement une bonne nouvelle que cette accusation délirante d’association de malfaiteurs n’ait pas été retenue.

    Nous ne nous lasserons pas de répéter que les flics ont encore bloqué l’accès au tribunal et seule une dizaine de personnes a pu rentrer dans la salle pour écouter l’audience censée être publique ! On ne va pas s’étonner que la police et la justice (apparemment c’est la présidente du tribunal qui ordonne la "sécurisation" du tribunal) passent outre les lois qu’eux-mêmes protègent. C’est aussi très parlant de retrouver les R.G. à papoter ouvertement avec le procureur pendant le délibéré. Ce n’est pas étonnant alors de voir que tous ces derniers procès n’ont été basés que sur les renseignements du fichage policier. Selon les propres mots de la juge, c’est le refus de se soumettre qui a été jugé ce jour là.

    Comité Anti-Répression Issu de la Lutte Antiaéroport

    http://zad.nadir.org/spip.php?article2559

    #ZAD #NDDL #Répression #Nantes #CARILA


  • Cette semaine sur reddit/r/nddl/
    (Semaine du 12 juillet au 19 juillet)

    Une sélection parmi les liens postés :
    [#Reuters] Les procès se succèdent contre les « anti-Notre-Dame-des-Landes »
    [#Constellations] Vivre et lutter au matin du 21ème siècle
    [#Reporterre] Contre les militants de Notre Dame des Landes, la justice devient folle
    [#Indymedia #Nantes] #NDDL : lourde condamnation... mais le prevenu s’est envolé
    [#OBSLAB - OBServatoire et LABoratoire de la démocratie locale] À propos de la police nantaise

    L’intégralité des liens postés cette semaine : http://www.reddit.com/r/nddl

    Pourquoi ce sub-reddit ? Une explication ici : http://seenthis.net/messages/275446
    Pour des infos en temps réel, suivez le HT #NDDL sur twitter

    http://justpaste.it/NDDL_du_12_07_au_19_07

    #ZAD


  • Les procès se succèdent contre les « anti-Notre-Dame-des-Landes »

    NANTES, 18 juillet (Reuters) - Quatre opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) poursuivis pour « association de malfaiteurs » ont été relaxés vendredi par le tribunal correctionnel de Nantes, une décision saluée par 200 personnes venues les soutenir.

    http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL6N0PT51R20140718?pageNumber=2&virtualBrandChannel=0&sp=true

    #ZAD #NDDL #Nantes #Répression #Reuters


  • Communiqué d’un évadé

    « Le vent souffle où il veut »

    Nous avons décidé, ensemble, que Greg n’irait pas en prison. Hier, j’ai été condamné à un an de prison et des brouettes à l’issue d’un des procès liés à la manifestation du 22 février à Nantes. Cette répression politique vise certaines composantes de la lutte de Notre Dame des Landes, afin d’affaiblir et de diviser le mouvement dans sa totalité. Elle attaque ce que ce mouvement a inspiré, a bouleversé, dans nos façons de vivre, de lutter, de nous organiser. Elle cherche à provoquer la crainte : d’être surveillés, d’être arrêtés, séparés de nos amis pendant plusieurs mois voir quelques années. C’est ce que les derniers procès ont permis de vérifier : qu’aujourd’hui une police politique peut souffler des noms, et qu’une enquête pleine de vides permet aux juges de condamner sans réserve. Nous avons subi les effets de cette répression, et d’autres avant nous. Nous refusons de la subir à présent. Nos amitiés sont assez fortes et organisées pour que la perspective de préparer l’appel du procès et les réponses collectives à cette répression, au vert, et au soleil, nous donne plus de motifs à la rigolade qu’à la paranoïa. Nous appelons à ce que ce geste de soutien en suscite d’autres, et qu’à nouveau leurs attaques nous trouvent réunis et renforcés.

    Greg, et des amis.

    https://pbs.twimg.com/media/Bsx39B-IEAAJPrx.jpg

    https://zad.nadir.org/spip.php?article2556

    Voir également : http://seenthis.net/messages/276475

    #ZAD #NDDL #répression #Nantes


  • Vivre et lutter au matin du 21ème siècle
    un texte du collectif mauvaise troupe sur la ZAD et le Val de Suse

    Un ancien maquisard nous racontait que si aujourd’hui une révolution éclatait, il ne saurait sans doute pas la reconnaître comme telle. C’est un genre similaire de cécité, la lucidité en moins, qui frappe notre époque et ses ’analystes’ figés dans une grille de lecture qui ne sait plus voir la révolte, aveugle à ces éclats, insensible à sa puissance. Le regard doit s’affûter à la meule du présent, desceller les paupières dogmatiques de ce qui a vécu. Les révoltes n’existent pas « encore », elles existent tout court.

    https://constellations.boum.org/spip.php?article112

    #ZAD #NDDL #NOTAV


  • Contre les militants de Notre Dame des Landes, la justice devient folle

    Depuis la manifestation du 22 février à Nantes, la police multiplie les arrestations, la justice condamnant les militants à des peines de prison ferme, à partir de dossiers pourtant peu étayés. Dans un palais de justice désormais en état de siège à chacun de ces rendez-vous judiciaires, quatre personnes sont à nouveau jugées, vendredi 18 juillet.

    http://www.reporterre.net/spip.php?article6155

    #ZAD #NDDL #Répression #Reporterre #Nantes


  • Pétition adressée à Madame la Ministre de l’Ecologie relative aux risques d’inondations liés au projet d’aéroport de Notre Dame des Landes

    Cette pétition parrainée par les associations Eau & Rivières de Bretagne, Nature-Avenir et Solidarités-Ecologie
    se situe à l’écart de la controverse sur la pertinence du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes.
    Elle a pour but d’attirer l’attention des autorités de l’Etat en charge de la sécurité publique
    sur les risques d’inondation aggravés ou créés par l’implantation de cet équipement.

    http://www.acipa-ndl.fr/actualites/divers/item/440-petition-adressee-a-madame-la-ministre-de-l-ecologie-relative-aux-risq

    #ZAD #NDDL #ACIPA #Ecologie #Inondations


  • Appel à réoccupation de la zone humide du Testet
    http://zad.nadir.org/local/cache-vignettes/L500xH707/appel150814_recto-49154.jpg

    RAMENE TA CABANE / 15.08.2014 APPEL à REOCCUPATION de la zone humide du Testet /Forêt de Sivens jusqu’à l’abandon définitif du projet de barrage (Tarn, 81 / (Gaillac 10 km, Montauban 40km)

    http://zad.nadir.org/spip.php?article2554

    #ZAD #Testet #Sivens


  • Quand Ouest-France travaille pour la police...

    G condamné cet après-midi l’a été à partir de photos et de videos prises et publiées a la suite de la manifestation du 22 fevrier. Or une partie de ces photos provenaient..... du journal Ouest-France. Mais il ne s’agissait pas de photos publiées dans les colonnes du journal... mais généreusement fournies par la direction pour au moins deux clichés.

    http://nantes.indymedia.org/articles/29825

    #ZAD #NDDL #Répression #Nantes #OuestFrance


  • Communiqué de la LegalTeam et CARILA :

    Aujourd’hui s’est tenu le procès d’un des inculpé.e.s suite à la manif du 22. Nous étions 400 répondant.e.s à l’appel du rassemblement devant le tribunal dont 200 casqués et armés, qui d’ailleurs nous ont bloqué l’accès au tribunal, puis à la salle d’audience. Il a fallut que les avocats négocient pour que 22 d’entre nous rentrent.
    Malgré l’expertise douteuse d’un expert douteux,
    malgré la description des keufs qui ne correspondait pas à l’accusé,
    malgré le fait qu’il n’était pas à Nantes ce jour là,
    il se prend 18 mois de prison dont 6 avec sursis assortis d’un mandat de dépôt (c’est à dire qu’il va direct en taule), une interdiction de paraître en Loire-atlantique, une interdiction de porter une arme et une obligation de dédommager la FRAM d’environ 20 000e.
    Alors que le proc avait requis 1 an de prison ferme, la juge a rajouté 6 mois de sursis mise à l’épreuve, ce qui implique un suivi judiciaire qui durera 3 an après son passage en taule assortit d’une obligation de travailler.
    Lors du délibéré G. a disparu, la juge a donc prononcé un mandat d’arrêt.
    Cours vite poto !
    Que crève la taule et la justice.

    La legal team et le CARILA (Comité Anti-Répression Issu de la Lutte Antiaéroport)

    http://zad.nadir.org/spip.php?article2549

    #ZAD #NDDL #CARILA #Répression #Nantes




  • À propos de la police nantaise, dans le journal Le Monde daté du 11 juillet 2014
    http://nantes.indymedia.org/articles/29798

    Ainsi, nous n’étions pas seuls à nous étonner des nouvelles méthodes de la police nantaise contre les anti-aéroport...
    Voir notamment à ce propos notre chronique de mardi dernier : « Policiers et juges nantais fragilisés cet été par les suites du 22 février. - En ce début juillet 2014, la police et la justice nantaise commencent à inquiéter singulièrement les partisans de la Loi et de l’Ordre républicain. - Quatre dérives. »

    #ZAD #NDDL #Répression #Indymedia


  • On est toujours là ! On vous oublie pas !
    http://nantes.indymedia.org/articles/29792

    Nous étions une centaine à partir depuis le parking du carrefour La Beaujoire en direction de la maison d’arrêt de Carquefou où Enguerrand et Simon sont enfermés, avec des centaines d’autres, des frères. Nous nous sommes dirigés vers la prison, mais un impressionnant dispositif policier nous a empêché de nous faire entendre devant la prison. Qu’à cela ne tienne ! Nous nous sommes dirigés vers l’arrière de la prison, où une partie d’entre nous a pu traverser le champ de ronces et échanger quelques mots solidaires et fraternels avec les enchristés. Un court échange a pu s’installer et les quelques pétards lancés ont permis de nous faire entendre du reste de la détention.

    Et oui les gars on vous oublie pas ! Condamnés de la lutte de l’aeroport ou de la débrouille quotidienne, dehors on répond présent. On n’est pas mort.

    Ces quelques mots échangés étaient de trop pour les policiers, qui lancèrent quelques grenades lacrimogènes. Ces dernières mirent d’ailleurs le feu à quelques broussailles déjà séchés par le vent et le soleil. La fumée qui s’en suivi mis, hélas, définitivement fin à notre conversation

    Nous sommes alors reparti pour nous disperser devant le Carrefour. Au moment du départ, alors que nous revenions sans s’être fait voler unE camarade, les policiers ont controlé une voiture pour finir par embarquer un gars. Ce malheureux portait un opinel dans sa poche...

    On reviendra, on sera plus nombreux. A bientôt, les frères !

    #ZAD #NDDL #Répression #Indymedia


  • Une dernière binouze pour la lutte

    Chaque lutte voit fleurir ses « produits dérivés » militants, notamment à base de houblon. L’opposition aux OGM connaît sa bière et son vin des faucheurs. L’opposition à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes a vu apparaître une bière bio « Aeroport Nann ! », produite par la brasserie bretonne Coreff en soutien à la Confédération paysanne et à l’Acipa.

    Lire la suite :
    http://cqfd-journal.org/Une-derniere-binouze-pour-la-lutte

    #ACIPA #ZAD #NDDL #Coreff #CQFD