• Prison N°5

    À travers le récit de son #emprisonnement en #Turquie, #Zehra_Dogan, journaliste et artiste, parle de l’histoire et de l’oppression du peuple kurde, mais aussi de solidarité et de résistance de toutes ces femmes enfermées.
    Ce livre est le fruit d’une détermination, transformant un emprisonnement en une résistance. Zehra Dogan, artiste kurde condamnée pour un dessin et une information qu’elle a relayés, fut jetée dans la prison n°5 de Diyarbakir, en Turquie. Elle nous immerge dans son quotidien carcéral. Découvrir le passé de ce haut lieu de persécutions et de résistances, c’est connaître la lutte du peuple kurde.

    https://www.editions-delcourt.fr/bd/series/serie-prison-n-5/album-prison-n-5
    #BD #bande_dessinée #livre

    #Kurdes #résistance #auto-gestion #syndrome_de_Nusaybin #Kurdistan_turc #guerre #violence #armée_turque #couvre-feu #destruction #Sur #massacres #Cizre #Silopi #villes #PKK #Öcalan #révolte_de_Dersim #révolte_de_Kocgiri #révolte_de_Koçgiri #Cheikh_Saïd #torture #terrorisme #Kenan_Evren #Esat_Oktay_Yildray #assimilation #quartier_35 #Osman_Aydin #résistance #uniforme #tenue_unique #Sakine_Causiz #impunité #discriminations #exil_forcé #IDPs #déplacées_internes #identité #langue #exploitation #enlèvements #enlèvements #Hasan_Ocak #Mères_du_Samedi #montagne #guérilla #Kurdistan #Mères_de_la_paix #paix #violences_policières #ring_bleu #prison_de_Tarse #enfants #femmes

    (BD très très dure, mais un document historique incroyable)

  • Starkdeutsch - Matthias Koeppel liest das Gedicht vom Nilkrokodil
    https://www.youtube.com/watch?v=prwTYGQ23FE

    Le peintre er poète Matthias Koeppel a inventé avec ses amis buveurs de bière une parodie de la langue allemande appellée #Starkdeutsch ou #Starckdeutsch

    Dans cette vidéo il récite le poème sur l’histoire abominable du crocodile du Nil. Le poème est le produit d’une croisière sur le Nil en 2010 ce qui explique pourquoi le poème se termine par un appel aux crocodiles de se charger de la destitution du dictateur Moubarak.

    La transcription est un teste pour le traducteur automatique dont les connaissances en Starckdeutsch sont évidemment limitées.

    Matthias Koeppel: Nun zum Abschluß das aktuelle Gedicht, das du im Internet entdeckt hast, das über das Nilkrokodil. das ich schon angekündigt habe. Wie gesagt haben wir eine Kreuzfahrt gemacht, und die Enttäuschung, daß im Nil keine Krokodile mehr schwimmen, war doch für mich sehr beträchtlich. Gleichzeitig haben wir das volle touristische Programm mitgemacht, im Tal der Köige, was ja im Grunde ein Großfriedhof der Pharaonen ist, wo die TUI-Neckermann-Touristen die Grabesruhe mißachten und da gewaltig zugange sind. Dieses alles als Empfehlung an die Nilkrokodile, doch mal Ordnung zu schaffen, und da ist folgendes Gedicht entstanden.

    Das Nilkrokodil, im Starckdeutschen

    Intraduisible

    Das Nionulkriaukidul

    Nionulkriaukidul
    deine Heumat war der Nul
    und die hat man Dür genommen
    Krautsfahtschöffe sind gekummen
    Wu bist Du jetzt hingeschwummen ?

    Kömmt zurück Ihr Kraukidulen
    könnt Euch die Turasten hulen.
    Krauchut narlz in die Karbulen
    wo se zwischenzeitlich wuhnen
    schnaubt se Euch und schlockt se rontur
    und dann daucht Ihr wieder ontur

    Harbt Ihr denn nix mehr zu frassen
    mösst Ihr kurz den Nul verlassen
    kraucht ins Tal der Keunigen
    krauch holt in die steunigen
    Sarkuphargen Katakumben
    frasst die korzbehusten Tumben

    Grabbesruhes Auchtenden
    und erschrucken flauchtenden
    TUI Nakurman Turasten
    Darnach mösst Ihr erstmal fasten
    Und Ihr wartet noch den Dag
    dann kümmt auch der Mubarak.

    #auf_deutsch #poésie #lol #Égypte

  • Kazakhstan : deux gendres de Nazarbaïev écartés de la direction de sociétés énergétiques
    https://www.connaissancedesenergies.org/afp/kazakhstan-deux-gendres-de-nazarbaiev-ecartes-de-la-directi

    AFP parue le 15 janv. 2022 - 14h02
    Deux gendres de l’ex-président du Kazakhstan Noursoultan Nazarbaïev ont été écartés de la direction de grosses sociétés énergétiques ont annoncé samedi les autorités, signe des luttes de pouvoir qui se jouent après des émeutes inédites.

  • Bœuf Stroganoff
    https://www.cuisine-libre.org/boeuf-stroganoff

    Délicieux plat russe de bœuf aux champignons à la crème, facile et rapide à faire. Tailler le bœuf en aiguillettes fines de 5 cm de longueur environ. Laver les champignons puis les découper en tranches grossières. Peler et émincer l’oignon. Faire chauffer une poêle avec un filet d’huile, sur feu vif. Saisir la viande par petites portions, sans cesser de remuer, 2 ou 3 min seulement pour former une croûte afin que tout son jus reste à l’intérieur. Elle ne doit pas durcir mais rester tendre et légèrement… #Champignon_blanc, #Paprika, #Ragoûts, #Russie, #Bifteck, #Crème_sûre / #Sans œuf, Mijoté

    #Mijoté

  • Affaire Assange : un kidnapping judiciaire – par John Pilger
    https://www.les-crises.fr/affaire-assange-un-kidnapping-judiciaire-par-john-pilger

    Les juges de la Haute Cour qui ont jugé Julian Assange n’ont présenté aucune circonstance atténuante et n’ont pas laissé entendre qu’ils avaient réfléchi aux aspects juridiques ou même à la morale la plus élémentaire, écrit John Pilger. Source : Consortium News, John PilgerTraduit par les lecteurs du site Les-Crises Les mots de Sartre devraient […]

  • Épidémies et rapports sociaux- Publico
    https://www.librairie-publico.com/spip.php?article3337

    Textes choisis, présentés et traduits par les Éditions de l’Asymétrie Ce recueil réunit des textes pour la grande majorité inédits en français, permettant d’aborder la question des interactions entre épidémies et sociétés à travers les époques, afin de mieux saisir les continuités et singularités qui (...) @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • Covid-19 : les autotests, moins précis que les antigéniques
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/01/14/covid-19-les-autotests-moins-precis-que-les-antigeniques_6109458_3244.html

    L’autotest pâtit de son prélèvement nasal qui, moins profond que le nasopharyngé, a moins de chances de trouver les particules du virus se nichant dans les voies respiratoires hautes.

    Et toutes les marques d’autotests ne se valent pas. Dans une étude publiée en octobre dans le journal Eurosurveillance, des chercheurs allemands ont montré que sur 122 tests ayant obtenu un « marquage CE », c’est-à-dire jugé conforme aux exigences de l’Union européenne, 26 ne présentent pas de sensibilité suffisante. Le degré de sensibilité de ces tests est très variable, et va de 30 % à 100 %, selon l’étude. En France, le ministère de la santé impose que les tests antigéniques (en pharmacie et autotests) soient en mesure de détecter la présence du virus chez une personne malade dans 80 % des cas au moins.

    Jouer sur la loi des grands nombres (on ne peut pas mieux dire...)

    Mais l’évaluation de cette performance, confiée aux industriels eux-mêmes, peut être biaisée : « Pour démontrer que leur test fonctionne, les fabricants peuvent avoir intérêt à prendre des échantillons de malades ayant une charge virale très élevée plutôt qu’une charge virale faible », souligne la virologue Christine Prat. Avec un risque : que la performance du test dans la vraie vie, avec des patients présentant une charge virale plus faible, soit bien inférieure à ce qui est mentionné sur la notice, entraînant un nombre important de « faux négatifs ».

    « Faute de contrôle sur les cohortes utilisées pour vérifier leurs tests, on ne peut pas exclure qu’ils surestiment leur performance. Il y a un tel marché ! », poursuit la scientifique. Pour tenter de mettre de l’ordre, l’Union européenne a établi une liste de tests dont les caractéristiques ont été vérifiées, ce qui n’empêche pas les autres kits d’être malgré tout vendus en pharmacie. « Les autorités jouent sans doute sur la loi des grands nombres, en cherchant d’abord à éviter les ruptures de stock, afin que les Français puissent tous se tester, analyse Christine Prat. Cette stratégie peut avoir du sens, dans la mesure où chaque cas détecté compte. »

    bon, alors on passe en pharma demander quel test ils vendent. on achète un smartphone. on cherche la ref sur les url qui suivent. et pourtant le RSA est toujours aussi bas.

    liste commune des tests rapides de détection d’antigènes pour le diagnostic de la COVID-19 et ensemble commun normalisé de données à inclure dans les certificats des résultats de tests de dépistage de la COVID-19 — approuvé par le CSS, dernière mise à jour le vendredi 23 juillet 2021
    https://ec.europa.eu/health/sites/default/files/preparedness_response/docs/covid-19_rat_common-list_en.pdf

    Addendum à la liste commune des tests rapides de détection d’antigènes pour le diagnostic de la COVID-19 — approuvé par le CSS, dernière mise à jour le vendredi 23 juillet 2021
    https://ec.europa.eu/health/sites/default/files/preparedness_response/docs/covid-19_rat_common-list_addendum_en.pdf

    #covid-19 #tests #TAG #autotests

  • 2 fils sur #Elize, l’#application numéro 1 des stores en France cette semaine

    François Malaussena sur Twitter

    Je lis des articles sur Elyze. Pour l’instant, pas un seul pour souligner le risque à ce que 2 inconnus sans encadrement aient en leurs mains l’une des bases de données probablement les plus puissantes de l’histoire #politique française. Que des partis payeraient cher pour avoir.

    https://twitter.com/malopedia/status/1482405960555577344

    et une faille de sécu découverte et corrigée

    Mathis Hammel sur Twitter

    Hier soir, j’ai découvert un problème de sécurité sur l’app Elyze (numéro 1 des stores en France cette semaine) qui m’a permis d’apparaître comme candidat à la présidentielle sur le téléphone de plusieurs centaines de milliers de français.

    Je vous explique ce qui s’est passé

    https://twitter.com/MathisHammel/status/1482393799456436228

    • Non, les vaccinés n’ont pas plus de risque d’attraper le COVID que les non vaccinés selon la DREES
      https://factandfurious.com/fact-checking/non-les-vaccines-nont-pas-plus-de-risque-dattraper-le-covid-que-les-

      Dans un tweet largement relayé, un professeur de l’IHU Méditerranée affirme que “les vaccinés ont plus de risque d’attraper le covid que les non vaccinés” . Cette affirmation est accompagnée d’un graphique pourtant authentique du site COVIDTRACKER qui se base sur les données de la DREES.

      Le graphique partagé par l’internaute rapportant les cas positifs selon le statut vaccinal inclus une série volatile et son auteur, Guillaume Rozier, l’a pourtant bien précisé. Il s’agit de la tranche d’âge des 0-19 ans.

      Contacté par mail, Frédéric TALLET, chargé des analyses statistiques pour la COVID-19 à la DREES explique : “Les graphiques de Covid tracker sont fondés sur les données Drees que nous publions chaque semaine. Mais si l’on considère la population des 0-19 ans (nos données publiées en open data permettent malgré ces avertissements de le faire), les décompositions par statut vaccinal sont très spécifiques et très différentes selon les âges. Donc regarder des nombres de tests à taille de population comparable par statut vaccinal agrégés sur ces âges revient à comparer des incidences pour des très jeunes enfants non vaccinés avec celles d’adolescents majoritairement vaccinés. Au final on ne compare pas des taux d’incidence entre vaccinés et non-vaccinés mais des taux d’incidence entre enfants et adolescents”.

  • La n° 2 de la Sécu planche pour le candidat Macron, avec la bénédiction de son directeur
    https://www.mediapart.fr/journal/france/150122/la-n-2-de-la-secu-planche-pour-le-candidat-macron-avec-la-benediction-de-s

    Marguerite Cazeneuve, directrice déléguée de la Caisse nationale d’assurance maladie, pilote l’élaboration du volet santé du programme du candidat Macron. Une confusion des genres qui suscite l’« émotion » de la CFDT, à qui le directeur de la Caisse nationale répond que son adjointe « est libre de ses activités sur son temps libre ».

    « Atteinte au devoir de réserve » des agentes et agents publics, entorse à « l’obligation de neutralité », « risque d’emploi fictif » : dans une lettre ouverte adressée le 12 janvier au directeur de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), la CFDT fait part de « l’émotion » suscitée par la situation de Marguerite Cazeneuve, numéro 2 de l’organisme public.

    ❌2017 : N.Revel (proche de Macron, alors patron de la Sécu) convoque sa dir.déléguée, dont le nom figure dans un doc de la campagne Fillon.

    ✅2022 : Son successeur T.Fatome (ex-dircab adj d’E.Philippe) autorise sa n°2 à plancher pour le candidat Macron.

    Un circuit fermé ou en Vase Clos de “talents” au service du fric. Le mélange des genres !

  • Screening and vaccination against #COVID-19 to minimize school closure [11 décembre 2021, preprint sur Delta]
    https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.08.15.21261243v2.full-text
    #Tests_itératifs

    We found that with 50% adherence, i.e. approximately the value recorded in the French primary schools, weekly screening would reduce the number of cases by 21% (95%CI 19-23%) in the primary and by 26% (25-28%) in the secondary school compared to symptom-based testing [ST] alone. Case reduction would rise to 34% (32-36%) and 36% (35-39%) in the two schools, respectively, with 75% adherence.

    Alternatively, similar reductions would be achieved with 50% adherence and twice-weekly testing. This shows how infection prevention improves with both adherence and frequency of tests, and higher frequency is needed to compensate for lower adherence.

    #Vaccination

    Increasing vaccination coverage in students, both in primary and secondary schools, is a strong protective factor against school outbreaks (Figure 5b,c,d), expected to reduce the epidemic size by 38% with 20% coverage in children and by 75% with 50% coverage, without intervention (i.e. with ST) and with respect to non-vaccination [...].

  • La sélection naturelle
    https://www.facebook.com/carles.diaz.520/posts/2093942367454220?__cft__[0]=AZWkxtFghJggIQpb3U-srVHAwn7x5ZJtHsE07EWDO7KmSZ

    Il me faut vous raconter une anecdote douloureuse, puisque ma douce compagne a fait publicité de son statut sérologique sur les réseaux (ce que la morale réprouve).
    Or donc, nous avions depuis deux jours une jeune malade à la maison ; ma douce compagne ne se sentait pas bien elle-même, hier elle se lève malgré tout pour aller bosser. Moi aussi, je me lève à l’aube (environ deux heures plus tard) et je la trouve allongée dans la « chambre de travail/bureau » (voir photo ci-dessous). Elle me dit : « bon, mon autotest est positif, tu devrais te faire un autotest. »
    C’est ma première. Je vais donc dans la cuisine, trouve le sachet plastique avec le kit, remonte, lui demande si elle peut m’aider parce que je suis handicapé avec ces trucs, me goupillonne consciencieusement le nez bien partout avec l’objet selon ses consignes, le lui tends. Elle ré-ouvre le sachet plastique d’où j’avais extrait le goupillon, et me demande :
    – ben où est le liquide ?
    –Ben je sais pas, j’ai pris l’autotest que tu m’avais laissé sur le plan de travail, dans la cuisine.
    –Ah ben c’était mon autotest positif de ce matin. Je l’avais laissé pour que tu le vois.
    Voilà.


    –-----
    1- ne laissez pas les gens faire de l’automédication. Payez des soignants.
    2- si je choppe pas ce truc, je suis LE REMÈDE.
    3- si d’aventure je le choppe et que ça tourne mal, merci d’accepter ma candidature au Darwin awards. Cordialement.

  • #Londres : apprenez à utiliser le calendrier des événements de radar.squat.net
    https://fr.squat.net/2022/01/15/londres-apprenez-a-utiliser-le-calendrier-des-evenements-de-radar-squat-ne

    Atelier en ligne, samedi 15 janvier 2022, de 14:00 à 16:00 (heure de Paris) https://squ.at/r/8jpl Londres est une ville radicale, pleine d’événements qui se déroulent, mais les gens ne savent pas où les trouver, à moins qu’ils ne fassent déjà partie de certains groupes sur facebook et autres. Les sites de médias sociaux reposent sur […]

    #Angleterre

  • Petite rétrospective sur les grèves de 2003 : quand les enseignant·es ont conscience d’être une force politique (n’en déplaise à leurs centrales syndicales).

    https://wikirouge.net/Gr%C3%A8ves_de_2003_en_France

    Encore dix ans auparavant, les salariés du privé comme du public pouvaient prendre leur retraite à taux plein dès 37,5 années de cotisation. En 1993, la réforme Balaldur avait attaqué séparément le privé, allongeant à 40 annuités, malheureusement sans combat. En 1995, le plan Juppé voulait aligner les fonctionnaires sur le recul imposé au privé, ce qui a été mis en échec par un massif mouvement de grève.

    Raffarin (premier ministre) et Fillon (ministre des affaires sociales) annoncent l’alignement des fonctionnaires sur le régime du privé, utilisant démagogiquement l’écart qui s’est creusé (à cause d’un autre gouvernement capitaliste !) pour diviser les travailleurs. Et cela alors même que cette nouvelle réforme Fillon contenait également une mesure attaquant l’ensemble des salariés : la hausse progressive de la durée de cotisation, à 41 ans en 2012 et 42 en 2020, pour tout le monde.

    Des appareils syndicaux conciliants

    Les principales confédérations acceptent alors de jouer, bien plus qu’en 1995, le jeu du « dialogue social » et la recherche du « diagnostic partagé ». Même FO et la CGT, qui en 1995 s’étaient considérées comme attaquées en tant qu’appareils syndicaux, au niveau de la gestion de la sécurité sociale, tiennent cette fois à paraître beaucoup moins offensives, dans la continuité de leur longue évolution (« à la CFDT ») vers le « syndicalisme de proposition et de négociation ».

    #éducation_nationale #grève #grève_générale #syndicats

  • Le « passe » viole les principes fondamentaux de notre République

    Depuis quinze ans, j’enseigne l’éthique et la santé publique à des soignants qui viennent se former à l’université. Ensemble, nous essayons de comprendre pourquoi le « #consentement libre et éclairé » s’est imposé comme la clé de voûte de l’éthique biomédicale.

    Pourquoi il permet de compenser l’asymétrie, potentiellement dangereuse, entre les patients (ou les sujets sains d’une expérimentation) et le pouvoir médical. Pourquoi il ne peut être libre que s’il est recueilli sans chantage, ni menace, ni pression psychologique d’aucune sorte – condition indispensable pour qu’il ne soit pas « extorqué ». Pourquoi on ne peut dès lors jamais conditionner l’accès aux soins à l’acceptation du traitement proposé et pourquoi un patient qui refuserait de donner son consentement ne peut être, sous ce prétexte, exclu du système de soin. Pourquoi plus généralement, et contrairement aux dernières allégations d’Emmanuel Macron qui violent tous les principes de notre contrat social, les droits du citoyen ne peuvent, à aucun titre, être conditionnés par l’invocation de devoirs antécédents. Pourquoi enfin le recueil du consentement interdit tout recours à l’argument d’autorité du type : « Obéissez, car c’est moi, ou plutôt les autorités sanitaires, qui savons ce qui est bon pour vous ! »

    La liberté au sens où l’entendent les Lumières, mais aussi la loi dite « Kouchner » du 4 mars 2002 relative aux droits des patients et à la démocratie sanitaire (elle-même héritée d’une autre épidémie, celle du virus du sida), est fondée sur la capacité de raisonner par soi-même que l’on doit prêter à tous les citoyens majeurs (ou en voie de l’être), quelle que soit leur croyance ou leur niveau d’éducation. Tous les sujets appelés à consentir doivent être considérés par principe, et que cela nous plaise ou non, comme des sujets rationnels, aptes à délibérer ensemble et de manière contradictoire de la vérité et de la chose commune (respublica), sans qu’aucun tuteur de l’humanité ne puisse édicter à leur place le bien commun (1).

    Défense d’un système de soin collectif

    C’est très précisément cette liberté-là qui, dans les cortèges contre le #passe_sanitaire, a été invoquée par des milliers de soignants, vaccinés ou non, qui disaient leur refus de violer ces principes fondamentaux. Et c’est cet héritage de la pensée des Lumières que j’ai moi-même défendu en défilant à leurs côtés dans la rue. Contrairement à ce qu’ont insinué certains propos diffamants, cette liberté est l’exact opposé de celle des libertariens et des soutiens de Donald Trump, pour qui toute considération de la chose commune menace l’individu souverain dans l’illimitation de ses désirs. Réduire les immenses cortèges de cet été à des foules haineuses, irrationnelles et indifférentes au bien commun aura été l’une des opérations médiatico-politiques les plus malhonnêtes de cette crise sanitaire.

    Mais c’est aussi une certaine idée de la santé publique qui m’a déterminée à me mobiliser avec des parlementaires et des acteurs et chercheurs du domaine (2). Attachés à défense d’un système de soin collectif, nous savons que les autorités sanitaires doivent parfois imposer des mesures de prévention en les rendant obligatoires. Toutefois, dans le cas d’un produit de santé, cela n’est acceptable que si le bénéfice-risque est indiscutable et que s’il n’existe aucun autre moyen de protection.

    Or, dans la circonstance, on s’est mis à imposer la vaccination à tous sur la base d’un quadruple pari, celui d’une vaccination de masse censée :

    1) créer l’immunité collective et éradiquer les variants ;
    2) protéger la vie d’autrui en empêchant les contaminations ;
    3) ainsi que celle de tous individus vaccinés, comme s’ils étaient également vulnérables face au virus et identiquement protégés par le vaccin ;
    4) tout en n’ayant aucun effet indésirable grave pour leur santé.
    Nous pouvons comprendre qu’une communauté de citoyens épuisés et gouvernés par la peur du reconfinement aient eu envie de croire à cette rhétorique de la promesse, même si nous-mêmes étions dès le départ très sceptiques.

    Faire confiance au sens clinique des professionnels de santé

    Mais à l’heure où la communauté scientifique croit elle-même de moins en moins :

    1) à la possibilité d’éradiquer le virus et à la conquête d’une immunité collective par ces vaccins ;
    2) à l’argument « civique » de la protection de la vie d’autrui ;
    3) au fantasme de la toute-puissance des doses dites « de rappel » censées « booster » des jeunes en pleine santé (tandis que les publics à risque sont abandonnés à eux-mêmes face à Doctolib, avec une vaccination des plus de 60 ans parmi les plus faibles d’Europe de l’Ouest) (3), et alors même que les soignants sont bien obligés de constater la réalité de certains incidents post-vaccinaux (4), l’information censée éclairer le consentement n’a plus rien de « loyale » (comme le précise l’article 35 du code de déontologie médicale). L’imposition universelle d’un passe sanitaire puis vaccinal viole les principes fondamentaux de notre éthique, de notre santé publique et de notre droit tout en entravant la vie de communautés entières de patients, sommés de choisir entre la crainte d’effets secondaires graves et leur propre #liberté.

    Une gestion sanitaire de cette crise est pourtant possible. Elle implique de redonner le pouvoir de prescription aux professionnels de santé eux-mêmes et de faire confiance à leur sens clinique, qui passe par la relation directe entre soignants et patients, dans le respect de l’éthique et de la santé publique. Puisque le vaccin n’est pas la panacée, cette gestion sanitaire suppose aussi de déployer un arsenal de mesures complémentaires et variées : une vaccination orientée vers les publics à risque de forme grave combinée avec les traitements, la prise en charge précoce des symptômes, la distribution massive de masques FFP2 pour les personnes ou les événements à risque et l’équipement de tous les bâtiments publics en systèmes d’aération efficace. Pourquoi les nouveaux libéraux qui ont pris le pouvoir dans notre pays s’obstinent-ils alors dans cette gestion inefficace et autoritaire ? Parce que le nouveau libéralisme qu’ils défendent est au pied du mur. En apportant un démenti cinglant aux promesses du néolibéralisme d’une « mondialisation heureuse », la crise écologique et sanitaire l’oblige à se réinventer dans l’urgence.

    Mise au ban de la société

    Le passe sanitaire et désormais vaccinal permet à cette idéologie, jusque-là hégémonique et qui commence tout juste à entrer en crise, de retomber discrètement sur ses pieds, en conjuguant :

    1) la poursuite de la destruction des services publics de santé, d’éducation et de recherche par l’austérité et la gestion managériale de ses personnels ;
    2) le « solutionnisme technologique » avec son mantra de l’innovation, qui sert à la fois le capitalisme financiarisé du Big Pharma et celui du virage numérique universel, en créant les marchés faramineux de la e-santé, du e-learning et du e-commerce ;
    3) la remise en cause de notre contrat social, avec la mise au ban de la société de millions d’individus déchus de leur citoyenneté (aujourd’hui les #non-vacciné s, et bientôt tous les autres citoyens non observants ou jugés non méritants).

    En déclarant fièrement « avoir très envie d’emmerder » jusqu’à les faire plier tous ceux qu’il ne peut pas « [lui-même] mettre en prison », Emmanuel Macron défend une conception de la politique telle qu’on peut la trouver chez le juriste allemand Carl Schmitt : celle fondée sur la partition amis-ennemis, avec d’un côté le chef de guerre et sa meute (« nous ») et de l’autre les ennemis de l’intérieur (« eux ») qu’il s’agit de « réduire », c’est-à-dire de soumettre ou d’annihiler. Invoquer la santé et la protection de l’hôpital public pour imposer cette vision effarante de la politique aura été l’une des opérations les plus perverses de ce quinquennat.

    Espérons que cela aura la vertu de réveiller tous les citoyens de ce pays, qu’ils soient vaccinés ou non, inquiets ou confiants devant cette innovation, mais qui restent attachés à une conception républicaine et démocratique de notre communauté politique.

    #Barbara_Stiegler, professeure de philosophie politique à l’université Bordeaux Montaigne, vice-présidente du comité d’éthique du CHU de Bordeaux, membre du Parlement de l’Union populaire.

    Libération , le 8 janvier 2022

    Notes :
    (1) Voir Kant, Réponse à la question : qu’est-ce que les Lumières ? (1784)
    (2) Voir la tribune « Extension du pass sanitaire aux enfants et aux adolescents : des chercheurs et des professionnels de santé sonnent l’alerte », sur Mediapart, et la pétition « Sortons du pass et de l’impasse sanitaire », Libération, 6 août 2021, en ligne sur change.org.
    (3) Voir les dernières données de l’European Center for Disease Prevention and Control (https://qap.ecdc.europa.eu/public/extensions/COVID-19/vaccine-tracker....). Sur le retard français de la vaccination chez les personnes à risque, voir Florence Débarre et al. « The French domestic « sanitary pass » did not solve Covid-19 vaccination inequities in France ». https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2022.01.03.22268676v1.full.pdf
    (4) Sur les risques de contentieux liés à ces incidents, voir « Covid : les effets secondaires du vaccin vont coûter cher à l’Australie », dans les Echos.

  • Pollution : les Londoniens mis en garde contre les activités de plein air
    https://reporterre.net/Pollution-les-Londoniens-mis-en-garde-contre-les-activites-de-plein-air

    Les Londoniens sont sommés de réduire leur activité physique à l’extérieur. Le gouvernement conseille aux personnes âgées et aux personnes souffrant de problèmes pulmonaires ou cardiaques d’éviter complètement les activités en plein air.

    Ben oui, on va quand même pas sommer les industries polluantes de réduire leurs activités toxiques et les bagnoles de cesser de rouler !

    Londoners told to reduce physical activity on Friday due to pollution
    https://www.theguardian.com/uk-news/2022/jan/13/londoners-told-to-reduce-physical-activity-on-friday-due-to-pollution?C

  • L’ÉCONOMIE S’EST ACCAPARÉE LE POUVOIR

    Valérie Bugault est docteur en droit et analyste de géopolitique juridique. Depuis 2009, elle se consacre exclusivement à diffuser le résultat de ses nombreux travaux de recherche et les découvertes juridiques et politiques.

    Son travail est profondément radical, dans le sens étymologique du terme, c’est-à-dire qu’il prend les problèmes à leur racine, montrant avec brio la privatisation de ce qui devrait être un bien commun : la monnaie, la supercherie que sont nos « démocraties » et les institutions européennes, dévoilant la véritable identité de ceux qui nous dirigent : la caste des « banquiers-commerçants », ceux qui n’ont jamais de compte à rendre. 

    "Il y a toujours une apparence mise en œuvre pour empêcher l’accès à la réalité du terrain. C’est ça que les médias sont chargé de cacher. Leur rôle principal c’est d’empêcher l’accès à la réalité derrière l’apparence qui est mise en jeu, qui est mise en scène, par les détenteurs réel du pouvoir."
    Valérie Bugault, interview Kairos, janvier 2022.

    https://youtu.be/SPLHGwCXDPc