• Remembering #Fleetwood_Mac’s #Christine_McVie With 8 Essential Tracks | Pitchfork
    https://pitchfork.com/thepitch/remembering-fleetwood-macs-christine-mcvie-with-8-essential-tracks

    Across a catalog that includes titanic pop smashes and lesser-known gems, the singer, songwriter, and keyboardist, who passed away yesterday at age 79, had a gift for imbuing the snappiest songs with heartfelt vulnerability.

    ma préf de celles que je connais :

    https://www.youtube.com/watch?v=YF1R0hc5Q2I

  • Open Source Photography App ‘RawTherapee’ Gets Big Update
    https://www.omgubuntu.co.uk/2022/12/rawtherapee-5-9-available-to-download

    Rawtherapee 5.9 is out. New features and expanded camera support ship in this update to the open-source photo editor. Learn more about what’s changed. This post, Open Source Photography App ‘RawTherapee’ Gets Big Update is from OMG! Ubuntu!. Do not reproduce elsewhere without permission.

  • "Comme vous le savez, la mortalité infantile est désormais en hausse en France..." Crise de la pédiatrie : « Monsieur le président, votre silence est assourdissant », la lettre de 10 000 soignants à Emmanuel Macron

    Monsieur le président, le 21 octobre, après deux semaines seulement d’épidémies hivernales, habituelles et prévisibles, nous vous avions écrit pour vous alerter sur la situation précaire de la pédiatrie, les risques et les pertes de chance déjà encourus par les enfants, et le désespoir des soignants qui en résulte.

    Un mois plus tard, nous restons sans réponse de votre part : votre silence est assourdissant.

    Tout au long de ce mois, nous avons été confrontés à ce que nous n’osions imaginer : quotidiennement, des enfants hospitalisés sur des brancards ou sur les genoux de leurs parents aux urgences, dans un bureau réaménagé pour l’occasion, des enfants intubés et hospitalisés sans chambre dans le couloir de la réanimation, des prises en charge trop tardives et des soins précaires, des retours prématurés à domicile et des retours en catastrophe d’enfants renvoyés chez eux faute de place, des transferts hors secteurs par dizaines en réanimation, mais aussi en hospitalisation classique.

    Nous pensions que transférer des enfants à 300 kilomètres de chez eux était une dégradation majeure des soins, nous constatons désormais qu’il pouvait y avoir pire : ne plus pouvoir transférer car l’épidémie a déferlé partout, saturant l’ensemble des services de pédiatrie français. Nous culpabilisions d’envoyer des adolescents au sein de services adultes, ce sont désormais des enfants âgés de 3 ans que nous envoyons.

    Eternelle variable d’ajustement

    Et encore, toujours, les annulations de soins, les reports de chirurgie comme unique réponse de nos tutelles à l’urgence, au détriment des enfants porteurs de handicap, de maladie chronique et pédo-psychiatriques, soupape désormais permanente de l’hôpital, éternelle variable d’ajustement.

    En cette fin novembre, les rappels des soignants à peine sortis de l’hôpital pour venir aider la nuit suivante ne suffisant pas, ce sont les infirmiers des réanimations adultes qui viennent à la rescousse : ils n’ont jamais soigné un enfant, qu’à cela ne tienne, ils s’occuperont désormais de nourrissons en réanimation.

    L’épidémie annuelle de bronchiolite s’est transformée en un mauvais remake de la pandémie de Covid-19. Sauf que cette fois-ci, il n’y a pas d’alternative pour sauver l’hôpital, la pédiatrie libérale est noyée dans la vague, l’hospitalisation privée en pédiatrie est inexistante car non rentable. Et vous n’êtes pas apparu pour rassurer les parents, assurer les soignants de votre soutien et de la volonté de sauver l’hôpital public. A la place, votre gouvernement empile les enveloppes et les mesures d’urgence temporaires au fil de la catastrophe, et remet en cause les constats unanimes des soignants et des patients, les menaçant en « une » des journaux d’enquête publique.

    Mortalité infantile en hausse

    Comme vous le savez, la mortalité infantile est désormais en hausse en France, alors que sa diminution continue dans la seconde moitié du XXe siècle était notre fierté nationale. Vous n’ignorez pas les difficultés que connaît l’hôpital public en général, mais une société qui ne peut plus prendre soin des enfants est une société sur le déclin. Aucun parent, grand-parent, aucun citoyen ne peut accepter de sacrifier l’enfance et l’avenir.

    Monsieur le président de la République, il s’agit de la dernière chance de notre société pour arrêter l’hémorragie massive des soignants qui quittent l’hôpital public, désabusés, épuisés, culpabilisés. Nous demandons simplement de pouvoir faire notre travail, de soigner, sereinement. Pour cela, nous vous demandons :

    – d’être à nos côtés et de reconnaître la responsabilité de l’Etat dans la crise sanitaire majeure que nous vivons ;

    – de vous engager à prendre les mesures nécessaires pour sécuriser le travail des soignants à l’hôpital : plafond du nombre de patients par infirmier et infirmière, respect des temps de repos et des temps de formation. De mieux indemniser sur le long terme le travail de nuit et de week-end ;

    – de vous engager à prendre les mesures pour la reconnaissance de la spécificité et de l’expertise de la pédiatrie ;

    – de vous engager à remettre le service hospitalier au centre des décisions, afin que les soignants puissent orienter et décider des soins adaptés sans subir les strates administratives loin du terrain ;

    – de vous engager à augmenter le nombre de jeunes formés aux métiers du soin et à assurer la formation générale en pédiatrie de chacun, en réinstaurant notamment la pédiatrie dans les écoles d’infirmiers et d’infirmières et en restaurant les possibilités de financement des formations en puériculture.

    Nous osons espérer que les contours exacts et les applications de ces mesures seront discutés plus spécifiquement lors des Assises de la pédiatrie, au printemps 2023, mais il est indispensable que ces engagements forts sur des mesures structurelles et pérennes soient pris en amont et immédiatement.

    Monsieur le président, plus encore que jusqu’à présent, la crise actuelle pousse aux démissions toujours plus nombreuses. Dos au mur, la France saura-t-elle sauver ses enfants ?

    Premiers signataires : professeure Nadia Bahi-Buisson, présidente du conseil national des universités de pédiatrie ; docteur Emmanuel Cixous, président du syndicat national des pédiatres en établissement Hospitalier (SNPEH) ; professeur [merdeux] Robert Cohen, président du conseil national professionnel de pédiatrie ; professeure Isabelle Desguerre, co-animatrice du collectif de pédiatrie et du collectif Inter-Hôpitaux ; professeur Bruno Dohin, président du collège national hospitalier et universitaire de chirurgie pédiatrique ; Charles Eury, président du collège des infirmier(e)s puéricultrices(teurs) ; professeure Christèle Gras-Le Guen, présidente de la société française de pédiatrie (SFP) ; docteur Christophe Libert, président de l’association des psychiatres infanto-juvéniles de secteur sanitaire et médico-social (API) ; Mahmoud Rifai, Interne, président de l’association des juniors en Pédiatrie d’Ile de France (AJP) ; docteure Brigitte Virey, président du syndicat national des pédiatres français (SNPF) ; Pr Jean-Luc Jouve, président de la Commision médicale d’établissement (CME) de l’AP-HM (Marseille) et président du Conseil national des universités ; professeur Rémi Salomon, président de la CME de l’AP-HP (Paris) et président de la conférence des présidents de CME de CHU ; professeure Sabine Sarnacki, présidente de la société française de chirurgie pédiatrique ; docteur Andreas Werner, président de l’association française de pédiatrie ambulatoire de chirurgie infantile ; et 36 associations de patients dont les associations Aide aux jeunes diabétiques, Vaincre la mucovicidose, Maladie foie enfant.

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/11/30/crise-de-la-pediatrie-monsieur-le-president-votre-silence-est-assourdissant-

    Lire aussi :
    « Oui, par manque de moyens, la pédopsychiatrie doit depuis des années trier les enfants »
    « La dégradation de l’hôpital public risque d’aboutir à la disparition de pans entiers d’activités et de savoir-faire »
    « Les personnels soignants quittent l’hôpital parce qu’ils ne veulent pas devenir des monstres »
    Dominique Méda : « Il pourrait être nécessaire de recruter jusqu’à 100 000 infirmiers pour un montant de 5 milliards d’euros »

    #santé_publique #pédiatrie #hôpital #enfants #malades

    • « Oui, par manque de moyens, la pédopsychiatrie doit depuis depuis des années trier les enfants »
      https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/11/24/oui-par-manque-de-moyens-la-pedopsychiatrie-doit-depuis-des-annees-trier-les

      Le collectif Pédopsy 93, qui regroupe l’ensemble des chefs de service de pédopsychiatrie et des médecins de centres médico-psychologiques de Seine-Saint-Denis, sonne l’alarme.Publié le 24 novembre 2022

      Qui prendre en soins lorsque l’on ne peut pas prendre tout le monde en soins ? Les enfants les plus gravement atteints, car ils n’ont pas d’autre lieu de soins que les nôtres ? Les adolescents suicidaires, car leurs vies sont menacées ? Les plus petits, car on aura plus de chances d’infléchir leur trajectoire développementale ? Les cas les plus « légers », car ils prendront moins de temps pour être soignés ? Bébés, enfants, ados ?
      Telles sont les questions auxquelles se heurtent chaque jour les soignants en pédopsychiatrie. Est-ce humain ? Alors que la pédiatrie alerte sur son manque de moyens amenant les médecins à des stratégies de « tri » pour prendre en soins le maximum d’enfants, François Braun, ministre de la santé et des solidarités, s’est dit choqué. C’est le manque de moyens qui oblige les soignants à trier des enfants. C’est la France qui trie ses enfants.

      La pédopsychiatrie est confrontée à ce constat depuis des années. En effet, par manque de moyens pour répondre aux multiples sollicitations, les services doivent, malgré eux, réaliser un « tri » des patients, car ils ne peuvent pas répondre à toutes les demandes. Les urgences et les situations graves, de plus en plus graves, car ayant eu à attendre longtemps un premier rendez-vous, augmentent sans cesse. Les professionnels sont débordés et doivent s’infliger ce « tri ».

      L’attente pour un premier rendez-vous atteint dix-huit mois dans les villes de Seine-Saint-Denis. Au rythme du développement de l’enfant, ces délais sont insupportables, et la plupart du temps, les difficultés se seront aggravées.

      L’empêchement de remplir les missions premières – accueillir, soigner et, si possible, prévenir – est la cause de l’épuisement des professionnels et d’une crise des vocations. Il est de plus en plus difficile de recruter des soignants pour la santé mentale des mineurs.

      Une génération sacrifiée

      La Seine-Saint-Denis (#93), département de 1,6 million d’habitants, dont un tiers d’enfants et d’adolescents avec un rythme de naissances soutenu, est un des plus mal pourvus en moyens de soins psychiques pour ses plus jeunes. Les familles sont souvent pauvres et précaires, beaucoup de mères élèvent seules leurs enfants et sont isolées.
      Tour à tour, le tribunal de Bobigny, l’éducation nationale, le département, les services de protection de l’enfance et la pédopsychiatrie alertent, malgré leur devoir de réserve. Tous sombrent avec la population.

      Le 93 et ses enfants sont mis de côté par les politiques publiques et c’est une génération entière qui est sacrifiée du fait de l’abandon de l’Etat. La France trie ses enfants ; reconnaître et réparer cette inégalité d’accès à l’éducation, à la protection et aux soins est une urgence.

      La pédopsychiatrie en France alerte depuis plusieurs années, dans tous les territoires de la République. Celle du 93 lance un cri d’alarme. Toutes les communes construisent de nouveaux logements, écoles, collèges et lycées…. Mais aucune n’édifie de centres médico-psychologiques (CMP) ou médico-psycholo-pédagogiques (CMPP) pour la prise en charge des troubles psychiques des enfants et adolescents. Verrous administratifs, municipalités qui refusent l’octroi de locaux pour des structures de soins ou médico-éducatives, manque de moyens et difficultés de recrutement, complexité des prises en charge qui cumulent les facteurs sociaux aggravant les troubles psychiques : tous les indicateurs sont au rouge, et particulièrement pour la santé mentale des enfants de ce département.

      Une place pour sept enfants

      Les acteurs libéraux du soin ne s’installent pas en Seine-Saint-Denis, car la charge de travail est immense, et le département est devenu un désert médical. Alors même qu’une majorité d’enfants a des difficultés particulières d’accès au langage oral et écrit du fait des parcours migratoires et d’exil, il n’y a pas de soins orthophoniques.

      Ici plus qu’ailleurs, beaucoup sont touchés par l’autisme. Les services de pédopsychiatrie comptent 20 % d’enfants autistes dans leurs files actives [patients vus au moins une fois dans l’année], 550 enfants pour un seul service. Les moyens alloués à la pédopsychiatrie pour exercer sa mission complémentaire des écoles et des établissements spécialisés, et prendre en soins les enfants autistes, sont limités : cinq hôpitaux de jour pour tout le département. Pour une place disponible, sept enfants sont adressés. Comment s’effectue ce « tri », au nom de quelle éthique ? Admettrait-on qu’une seule chimiothérapie disponible oblige à choisir entre trois enfants cancéreux ?

      Aucun moyen suffisant non plus pour créer des places en établissement spécialisé, dont le nombre est très faible. Si tout le monde est d’accord pour favoriser l’inclusion de ces enfants à l’école de la République, les moyens ne sont pas là pour le permettre : trop peu d’aides à la scolarisation, temps de scolarité réduit à quelques heures par semaine, beaucoup d’enfants déscolarisés. Les enseignants sont si peu aidés pour les accueillir qu’ils jettent l’éponge, et envisager l’aide de soignants au sein des classes est empêché par des verrous administratifs, des manques de moyens humains et des positions idéologiques qu’il est devenu urgent de lever afin de travailler pour le bien des enfants.

      Une goutte d’eau

      1 750 enfants sont en attente de places en établissement spécialisé, et certains sont « sans solution », c’est-à-dire sans scolarité, sans soins, sans éducation autre que la famille à la maison. En plus d’être un constat terrible, c’est un très mauvais calcul. Que vont devenir nos enfants « lestés » de pathologies non soignées ? Et leurs familles ?

      Le rapport du Sénat sur la psychiatrie des mineurs de 2017 dressait déjà le « constat d’une grande difficulté de la discipline, traversant une crise démographique ne lui permettant pas de répondre à ses besoins en évolution ». Cette situation a été de nouveau reconnue lors des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie en 2021. Des « mesures de rattrapage » se concrétisent dans des appels à projet, mais sont notoirement insuffisantes pour combler le retard pris. Leur montant est de 20 millions d’euros en 2022 pour l’ensemble de la France et de l’outre-mer. Une goutte d’eau en regard de l’aide nécessaire aux enfants et à la pédopsychiatrie, qui les soigne.

      Oui, par manque de moyens, la pédiatrie doit maintenant « trier » les enfants. Oui, par manque de moyens, la pédopsychiatrie doit depuis des années « trier » les enfants. Oui, en Seine-Saint-Denis, les enfants souffrent davantage qu’ailleurs, et reçoivent moins de moyens qu’ailleurs. Oui, le constat est alarmant dans le département de Seine-Saint-Denis, qui a besoin d’une aide massive et urgente. Ce ne sont pas les professionnels qui « trient » mais la France qui trie ses enfants, et délaisse ceux du 93.

      Signataires :Thierry Baubet, chef du service de pédopsychiatrie du CHU Avicenne, Bobigny ; Jean-Pierre Benoit, chef du service de pédopsychiatrie du centre hospitalier Delafontaine, Saint-Denis, responsable de la commission de pédopsychiatrie de la communauté psychiatrique de territoire (CPT) 93 ; Assia Farhi, médecin directrice du centre médico-psycho-pédagogique (CMPP) de la Courneuve ; Charlotte Flouest-Nguyen, médecin directrice du CMPP d’Aubervilliers ; Vincent Gaulin, médecin directeur du CMPP de Saint-Denis ; Ligia Gorini, chef de service de pédopsychiatrie à l’établissement public de santé (EPS) de Ville-Evrard, Neuilly-sur-Marne ; Noël Pommepuy, chef de service de pédopsychiatrie et président de la commission médicale d’établissement (CME) de l’EPS de Ville-Evrard, Neuilly-sur-Marne ; Clémentine Rappaport, chef du service de pédopsychiatrie du centre hospitalier intercommunal Robert Ballanger, Aulnay-sous-Bois ; Bertrand Welniarz, chef de service de pédopsychiatrie à l’EPS de Ville-Evrard, Neuilly-sur-Marne.❞

      « La majorité des problèmes de santé mentale débute avant l’âge de 14 ans »
      « La psychiatrie de secteur, publique ou associative, disparaît, en vérité »
      Santé mentale : « Qui soigner quand il n’y a pas la possibilité de le faire pour tout le monde ? »

      #psychiatrie #pédopsychiatrie

  • Israel lobby’s realignment over Ben-Gvir is giving Biden room to criticize – Mondoweiss
    https://mondoweiss.net/2022/11/israel-lobbys-uproar-over-ben-gvir-is-giving-biden-room-to-criticize

    (...) Two other pillars of the Israel lobby, Dennis Ross and David Makovsky, warned Netanyahu not to bring Ben-Gvir into the government because it would damage Israel’s standing in American politics: giving “an enormous boost” to Israel’s “fiercest critics,” and those trying to end U.S. aid to Israel and “delegitimize” the Jewish state.

    Normally we would have nothing to say about Israeli coalition negotiations as Americans, Ross and Makovsky said, but these are not normal circumstances: “there is a campaign against Israel and it is important not to strengthen the hand of those determined to weaken the relationship.” Menendez’s warning to Netanyahu “should set off alarm bells in Israel,” they said.

    Those who have no love for Israel will seize on this. They will use it to expand their appeal in the Congress and the country. They will exploit it to try to undo aspects of the relationship, and certainly to challenge Israeli military requests.

    Now Netanyahu is flipping the bird to Ross, Menendez, Ann Lewis and Mark Mellman. Why? First, because Netanyahu needs Ben-Gvir and Smotrich to “crush” the Israeli legal system so that his trial on corruption charges will come to naught.

    “Netanyahu… wants this coalition with all the difficulties and all the headaches that it will include because it’s the only coalition that will remove the legal threat to him,” reporter Amir Tibon told an Israel Policy Forum podcast. “Netanyahu doesn’t have an alternative to Smotrich and he doesn’t want one. This is the government we are going to have. Everybody needs to come to terms with it and think what to do.”

    Second, Netanyahu believes that the United States is something “easily moved.” He thinks the Israel lobby will have his back, as it has always had his back in the past.

    The Israel lobby is clearly in great disarray right now– with a realignment coming. AIPAC and the ADL and the American Jewish Committee will swallow anything. But the center-right and liberal Zionists are in an uproar.

    J Street has seized the moment. The liberal Zionist group’s CEO Jeremy Ben-Ami wrote three days after the Israeli election that the rise of Ben-Gvir and Smotrich should bring an awakening for the American Jewish community — against AIPAC.

    This is a moment of truth and of choice….Who will be the primary political voice of our community? Will it be those, like us, who stand for justice, democracy and diplomacy? Or those, like AIPAC… And what will America’s Jewish communal leadership do?

    Ben-Ami went further on an Americans for Peace Now webinar. He said that the Israeli election was a “huge opportunity” for liberal Zionists to seize control of the Israel lobby.

    “This is a rare moment where the center of the American Jewish community suddenly pays attention for a few minutes to what’s going on over there and the reality of the creeping annexation, the reality of the growing power of the far right… It’s just shocking to me, but large numbers of American Jews are completely unaware of all these things.”

    Now that these Jews are paying attention, J Street will show them that it represents American Jewry and not AIPAC.

    “This is a moment for us to seize the opportunity to grow our own power in this country.”

    Forget about leftwing/anti-Zionist Jewish groups– they don’t count for J Street. (...)

    #IsraelUSA

  • L’UE proche d’une décision pour plafonner les prix du pétrole russe
    https://www.connaissancedesenergies.org/afp/lue-proche-dune-decision-pour-plafonner-les-prix-du-petrole

    AFP parue le 01 déc. 2022 - 18h20

    (...)

    Le mécanisme prévoit d’interdire les services de transport maritime (fret, assurance...) pour le pétrole russe au delà du plafond, afin de limiter les recettes tirées par Moscou de ses livraisons aux pays qui n’imposent pas d’embargo, comme la Chine ou l’Inde.

    (...)

    La Commission européenne a proposé un plafond de base de 60 dollars, assorti d’une limite à 5% en dessous des cours du marché, si ces derniers devaient tomber sous ce seuil, selon les sources diplomatiques concordantes.

    (...) d’ici la fin de l’année, les importations russes seront touchées à plus de 90%, affirment les Européens.

    (...)

    Outre l’UE, la coalition des Etats souhaitant imposer un plafonnement du prix du pétrole russe, inclut l’Australie et tous les pays du G7, dont les Etats-Unis.

    Or, à l’heure actuelle, les pays du G7 fournissent les prestations d’assurance pour 90% des cargaisons mondiales.

    (...)

    Le Kremlin a prévenu que la Russie ne livrerait plus de pétrole aux pays qui adopteraient ce plafonnement.

  • A lire dans @mdiplo : Orion, le logiciel de planning RH que la SNCF teste en Ile-de-France... https://www.monde-diplomatique.fr/2022/12/DERKAOUI/65381

    A ce qu’on en lit, visiblement, Orion n’est pas seulement un planneur RH... Enfin, si, il pose exactement les mêmes problèmes que les autres logiciels de planning des horaires des employés, surtout quand ils sont calculés selon des modalités opaques aux employés. Qui décide des « shifts », des changements d’équipes, selon quelles règles ? Quand un système de prévision de vente par IA est couplé à un logiciel de planning qui fait le planning, l’IA ou le responsable RH ? Quel employé est sollicité, lequel ne l’est pas ? Sur quels critères (rémunération, disponibilité, assiduité, couleur de peau, fonction...) ? Autant de questions qui montrent l’obfuscation en cours dans ces systèmes. Orion, semble prendre en compte, principalement, le coût de travail des salariés dans le temps. Son principe, c’est de limiter les primes spécifiques et les heures supplémentaires. Ce qu’il optimise, c’est le coût RH, au mépris des conditions d’existence d’employés prévenus de la veille pour le lendemain.

    Face à ce type de problèmes, aux Etats-Unis, plusieurs organisations syndicales ont fait adopter des lois sur les horaires stables obligeant à un préavis de 2 semaines sur les horaires et des compensations en cas de changements à la dernière minute J’en parlais là : https://www.internetactu.net/a-lire-ailleurs/faut-il-changer-de-mentalite-pour-changer-les-parametres-des-logiciels

    Mais ces questions de changements d’emploi du temps à la volée vont très certainement s’améliorer avec le déploiement du logiciel. On peut imaginer qu’Orion devrait pouvoir facilement calculer des plannings à plus long terme, tout en optimisant les coûts pour l’employeur. Par contre, le principe d’Orion, plus que la gestion des shifts, est visiblement mis en place pour raboter et supprimer les primes. A terme, l’introduction de ces calculs signifie que l’optimisation des primes va rendre leurs négociations inutiles. Face aux systèmes de rémunérations calculés par l’IA, cela montre la limite aujourd’hui à négocier des primes par rapport aux salaires ainsi que l’enjeu de déplacer la négociation salariale sur la stabilité, avec des compensations en son absence. Et surtout, de concentrer l’action de négociation sur le seul salaire - et pas sur les primes - mais ça, on le savait déjà ;). Un beau cas d’école de l’utilisation politique des systèmes de calcul et de la manière dont ils vont modifier en profondeur le dialogue social...

  • « Quelle idéologie derrière l’intégration européenne ? »

    Entre libéralisme autoritaire et neutralité de façade, Thibault Biscahie revient sur les origines méconnues de l’#UE
    https://qg.media/2022/12/01/quelle-ideologie-derriere-lintegration-europeenne-par-thibault-biscahie

    À rebours des platitudes selon lesquelles l’Union européenne aurait été fondée sur des idéaux de « paix et de prospérité », Michael Wilkinson, théoricien du droit à la London School of economics, livre un ouvrage fondamental sur les stratagèmes développés dans l’après-guerre pour contenir les peuples et assurer un ordre de fer sous couvert de neutralité et de démocratie. Centré sur la façon dont le libéralisme autoritaire a été le véritable moteur de cette intégration, depuis la République de Weimar jusqu’aux diktats de l’actuelle BCE, le livre n’est pas encore traduit en français. Le site de QG vous en propose en avant-première la recension approfondie tant il entre en résonance avec le climat actuel de déliquescence de l’UE, aboutissement d’un programme de cadenassage de la souveraineté populaire et de dépolitisation de l’économie datant de la Guerre froide

    En Allemagne, le « libéralisme autoritaire » fut une doctrine mise en œuvre au début des années 1930 pour tenter de sauver un système chancelant. Dans un contexte de « crise organique », les libéraux eurent recours à des stratégies plus rigides, tandis que des fractions paramilitaires de la classe dirigeante multipliaient leurs attaques contre les parlementaires. La restructuration constitutionnelle qu’ils orchestrèrent fit la part belle aux élites militaires vieillissantes, à la bureaucratie et aux grandes entreprises. L’idée selon laquelle l’État libéral était « neutre » apparaissait comme une supercherie : insensible aux inégalités socio-économiques, il était contrôlé par une classe qui légiférait par décrets et œuvrait à la dépolitisation des conflits sociaux menaçant les intérêts capitalistes. Ce libéralisme outrancier était intolérant à la dissension, méfiant à l’égard du parlementarisme, viscéralement anti-marxiste et craintif face à la démocratie de masse. Tolérée par les sociaux-démocrates, la cure d’austérité imposée par ce régime provoqua la déflation, et la marginalisation du parlement encouragea le recours à la violence. Dans ce contexte d’état d’urgence et de pouvoirs d’exception, les Nazis se présentèrent en recours, précipitant l’effondrement de la démocratie libérale.

  • « Il n’y pas de raison que les scientifiques fassent une cession exclusive gratuite de leurs œuvres aux éditeurs » | CNRS
    https://www.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/il-ny-pas-de-raison-que-les-scientifiques-fassent-une-cession-exclusive-gratuit

    Le CNRS demande désormais à ses chercheurs et chercheuses d’appliquer la stratégie de non-cession des droits d’auteur lors du dépôt de leurs articles auprès d’éditeurs.

    En quoi consiste la stratégie de non-cession des droits d’auteur ?
    Alain Schuhl : Les scientifiques sont propriétaires de leurs œuvres : il n’y a pas de raison qu’ils en fassent une cession exclusive gratuite aux éditeurs, se privant ainsi eux-mêmes de la possibilité de réutiliser leurs propres publications. Avec la stratégie de non-cession des droits d’auteur, il est désormais possible de diffuser le manuscrit auteur accepté (MAA) en accès ouvert immédiat dans une archive ouverte, notamment le MAA d’un article publié dans une revue sous abonnement. Cela permet de développer l’accès ouvert immédiat sans payer de frais de publication (également appelés, de manière trompeuse, article processing charges ou APC).
    […]
    Que reste-t-il à accomplir pour la science ouverte ?
    A. S. : Avec la stratégie de non-cession des droits, nous permettons le développement en accès ouvert immédiat des manuscrits auteurs acceptés. La prochaine étape serait de développer l’accès ouvert immédiat des versions mises en page par l’éditeur (dites aussi « version of record » – VoR – , ou « PDF éditeur »). Il nous reste à poursuivre les efforts pour développer dans toutes les disciplines une édition scientifique dite « diamant », qui permet de publier en accès ouvert immédiat sans payer d’APC. Il s’agit d’une édition qui ne peut perdurer qu’avec le soutien des institutions publiques. D’ici à ce qu’une telle édition se développe et se généralise, le message du CNRS est clair : privilégiez les revues sous abonnement, évitez de payer des APC, appliquez la stratégie de non-cession des droits et surtout déposez votre manuscrit auteur accepté dans HAL.

  • On connaissait le danger du #paracétamol pouvant occasionner une intoxication hépatique aigüe. #selon_une_étude, il pourrait aussi altérer notre jugement.

    Danger avec le Paracétamol : il augmenterait la prise de décisions dangereuses - Astuces Au Quotidien
    https://astucesauquotidien.com/sante/danger-avec-le-paracetamol-il-augmenterait-la-prise-de-decisions

    Baldwin Way, un des responsables de cette étude, a déclaré que « l’acétaminophène semble faire en sorte que les gens ressentent moins d’émotions négatives lorsqu’ils envisagent des activités à risque. Ils n’ont tout simplement pas aussi peur »

    Bon après, le protocole expérimental est discutable parce que faire remplir des petites cases de 1 à 7 à des étudiants bien au chaud (ou pas) dans un amphi, je me demande si c’est bien fiable pour mettre en évidence les effets psychotropes de l’#acétaminophène.

    #médicaments #toxicité #effets_secondaires

    • L’étude en question : https://academic.oup.com/scan/article/15/7/725/5897711?login=false

      Abstract

      Acetaminophen, an analgesic and antipyretic available over-the-counter and used in over 600 medicines, is one of the most consumed drugs in the USA. Recent research has suggested that acetaminophen’s effects extend to the blunting of negative as well as positive affect. Because affect is a determinant of risk perception and risk taking, we tested the hypothesis that acute acetaminophen consumption (1000 mg) could influence these important judgments and decisions. In three double-blind, placebo-controlled studies, healthy young adults completed a laboratory measure of risk taking (Balloon Analog Risk Task) and in Studies 1 and 2 completed self-report measures of risk perception. Across all studies (total n = 545), acetaminophen increased risk-taking behavior. On the more affectively stimulating risk perception measure used in Study 2, acetaminophen reduced self-reported perceived risk and this reduction statistically mediated increased risk-taking behavior. These results indicate that acetaminophen can increase risk taking, which may be due to reductions in risk perceptions, particularly those that are highly affect laden

  • S’agit-il bien d’“Ursula von-der-factcheckée” ?
    https://www.dedefensa.org/article/sagit-il-bien-dursula-von-der-factcheckee

    S’agit-il bien d’“Ursula von-der-factcheckée” ?

    • Les très gros-mots de Ursula von der Leyen pour chiffrer les pertes de l’armée ukrainienne bouleversent le rangement des psychologies. • Tempête sur les réseaux, chez les porte-parole et les commentateurs. • L’intrusion très-officielle de précisions qui contredisent la narrative, suivie d’une avalanche de rectifications, démentis, réaffirmations, etc., indiquent que le Système n’a pas réussi à profiter de l’entrée dans l’ère de la postvérité pour modifier décisivement la réalité. • La bataille de la communication se durcit, comme le sol de l’hiver.

    Décidément, nommer cette respectable personne “Ursula” avec quelle familiarité, et la considérer comme “factcheckée” sinon “auto-factchequée”, quelle horreur mais quel honneur !

    ...D’autant que (...)

  • Affaire de Stains : Nordine écope de 2 ans de prison en appel - Bondy Blog
    https://www.bondyblog.fr/societe/affaire-de-stains-nordine-ecope-de-2-ans-de-prison-en-appel

    Jugé en appel pour refus d’obtempérer, le conducteur touché par 7 tirs de la BAC a été condamné. Nordine écope de 2 ans de prison, il est sorti libre « au vu de son état de santé ». Dans son délibéré rendu le 29 novembre, la Cour d’appel l’enjoint à débourser 1 000 euros à chaque partie civile.

    sous le Tweet du Bondy Blog, une autre aberration de la justice et des cow-boys de la Bac, à Lyon cette fois-ci :
    https://twitter.com/LeBondyBlog/status/1597873609992642562
    Après un « refus d’obtempérer », un jeune homme condamné à deux ans d’emprisonnement
    https://rebellyon.info/Apres-un-refus-d-obtemperer-un-jeune-24326

    Le 13 octobre dernier, la presse lyonnaise se faisait l’écho d’un nouveau « refus d’obtempérer » quai de Bondy : « Un policier traîné au sol lors d’un refus d’obtempérer » (Lyon Capitale), « Un policier de la BAC renversé et traîné par un scooter après un refus d’obtempérer » (BFM-Lyon), « un nouveau refus d’obtempérer qui aurait pu virer au drame » (Le Progrès)... Derrière ces titres sensationnalistes, se trame une histoire banale faite d’une tentative d’échapper à la flicaille et d’années de prison distribuées sans sourciller par des magistrats aux ordres. Récit du procès du conducteur.

    #police_partout_justice_nulle_part

  • La consommation d’électricité en baisse de 5 % grâce aux efforts des Français ? Olivier Véran trompe son monde – Libération
    https://www.liberation.fr/checknews/la-consommation-delectricite-en-baisse-de-5-grace-aux-efforts-des-francai
    https://www.liberation.fr/resizer/OaQqIEV653EN_EbUeXZdFzDZGLg=/1200x0/filters:format(jpg):quality(70):focal(1307x990:1317x1000)/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/liberation/G3M6ZE4IQRH4NMRKOAALE6ULOE.jpg

    Selon RTE (le réseau de transport électrique), la baisse de la consommation électrique (retraitée des effets météorologiques et calendaires), sur les quatre dernières semaines est même de 6,4 %, par rapport à la période 2014-2019. Mais cette baisse est en très large partie, voire uniquement, imputable à la diminution de la consommation dans la grande industrie. La part de la baisse liée au résidentiel et au tertiaire relèverait de « l’épaisseur du trait », dit-on chez RTE. Sachant qu’une part très importante de la consommation des ménages est liée au chauffage, les « écogestes » seront peut-être plus perceptibles quand les températures (très clémentes au mois de novembre) baisseront davantage.

  • Découvrez la mise à jour de la Charte de nommage de l’Afnic qui rentrera en vigueur le 1er janvier 2023 https://www.afnic.fr/observatoire-ressources/actualites/la-charte-de-nommage-mise-a-jour-a-compter-du-1er-janvier-2023

    Discover the updated version of the Afnic Naming Policy in force as of 1 January 2023 https://www.afnic.fr/en/observatory-and-resources/news/updated-naming-policy-as-of-1-january-2023

    #Afnic #PointFR #Internet #France #DotFR #ccTLDs

  • Une peau de champignon meilleur substrat à la puce électronique.
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article4393

    Les circuits informatiques, constitués de métaux conducteurs, reposent sur un support isolant et ayant des capacités de refroidissement. Il est appelé substrat. Il est dans presque toutes les puces informatiques. Il est fabriqué à partir d’un polymère en plastiques non recyclables. Puis jetés à la fin de la vie d’une puce, provoquant une part des 50 millions de tonnes de déchets électroniques en une année. High-tech / Sciences

    / #Ecologie,_environnement,_nature,_animaux, Sciences & Savoir, #Réchauffement_climatique, #technologie,_drone,_citoyen,_USA,_google,_High_Tech, économie

    #High-tech_/_Sciences #Sciences_&_Savoir #économie_

  • Ne jetez pas de plastiques biodégradables dans le compost, alerte l’Anses - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/environnement/ne-jetez-pas-de-plastiques-biodegradables-dans-le-compost-alerte-lanses-2

    Beaucoup de particuliers jettent des plastiques présentés biodégradables dans leur bac à compost. Une pratique à proscrire, alerte ce mardi l’Agence nationale de sécurité sanitaire

    Ce qui peut conduire à ingérer des morceaux de plastique (censés être dégradés naturellement sous l’action de micro-organismes) non digérés par le temps lorsqu’ils ont été répandus sur des terres cultivées. « L’emploi des composts peut alors présenter un risque pour l’être humain comme pour l’environnement », souligne l’Anses.

    #greenwashing #foutage_de_gueule

  • Un truc super-bête : j’ai souvent besoin de permettre à mes clients de voir mes développements destinés à un écran interactif (HD ou 4K). Ces développements sont toujours des sites Web (que j’aspirerai et installerai à la fin dans une table à écran tactile), mais pas en responsive : il faut les consulter exactement en 1920x1080, ou en 1080x1090 pour les écrans verticaux. Et ça pour les clients ce n’est pas évident à faire…

    J’ai donc bidouillé deux petits outils (10 lignes de code…) pour faciliter ça :
    https://musee.info/1920.html
    https://musee.info/1080.html (pour les écrans verticaux)

    Il suffit d’y coller l’URL à consulter, et ça va afficher une iframe qui est, « à l’intérieur », aux bonnes dimensions, mais affichée plus ou moins réduite en fonction de la fenêtre du navigateur.

    C’est con mais c’est bien pratique.

  • Trébons : des ossements dans un temple maçonnique - ladepeche.fr
    https://www.ladepeche.fr/2022/11/30/trebons-des-ossements-dans-un-temple-maconnique-10836216.php

    Trois professionnels en exploration de lieux abandonnés ont découvert un temple maçonnique, un crâne humain, et des ossements dans le sous-sol d’une maison à Trébons, dont le propriétaire, un ancien anesthésiste, est décédé depuis deux mois.

    « C’était tellement incroyable, que l’on se serait cru dans une série Netflix. » Jo Urbex, célèbre youtubeur avignonnais spécialisé dans l’urbex (exploration de lieux abandonnés) ne s’imaginait pas faire une telle découverte dans les Hautes-Pyrénées. « Avec deux de mes confrères, nous avons décidé d’explorer une maison abandonnée à Trébons samedi soir, repérée sur Google Maps. » L’équipe se munit du matériel adéquat : sac à dos, lampes torches, appareils photos… Tous sont prêts à filmer le prochain épisode diffusé dimanche sur leurs chaînes. « Nous sommes arrivés sur place vers 22 heures. La maison en pierre se situe dans un bosquet éloigné du village. Dans le jardin, on a vu qu’il y avait encore beaucoup de matériaux recouverts de mousse, et une grue hors d’usage depuis de nombreuses années. » Après une reconnaissance extérieure, les trois hommes repèrent une ouverture dans des moellons, montés pour obstruer la porte d’une tourelle.

    « Une fois entrés, nous avons rapidement compris que nous avions affaire à quelque chose de totalement atypique. » Après avoir descendu quelques marches menant au sous-sol de l’habitation inachevée, les youtubeurs voient se dessiner d’immenses plafonds voûtés dans l’obscurité sous les faisceaux de leurs lampes. "Il y avait plusieurs salles immenses. Sur la gauche, dans une petite galerie creusée plus profond, nous sommes tombés sur un autel. Il y avait une boîte marron où était inscrite la formule V.I.T.R.I.O.L, (Visita Interiora Terrae Rectificando Invenies Occultam Lapidem / Visite l’Intérieur de la Terre et en Rectifiant tu Trouveras la Pierre Cachée), au-dessus une pancarte « Persévérance et vigilance ». Au fond de la pièce, un tombeau en pierre où il y avait des os d’animaux."

    Des symboles qui évoquent un cabinet de réflexion, pièce dédiée à la méditation et au rituel initiatique des candidats qui espèrent intégrer la franc-maçonnerie.

    Si les trois copains ont déjà eu leur dose d’adrénaline, la suite de la visite va franchement les refroidir.

    Un crâne humain et des os

    « Dans l’une des salles, il y avait d’autres escaliers qui descendaient plus profond. Là, derrière une porte en bois, nous avons trouvé une immense salle dont le plafond voûté doit au moins atteindre les 10 mètres de hauteur. Au centre, un cercle blanc avec des bougies, des inscriptions aux murs, le compas des maçons et énormément de documents en lien avec la maçonnerie. Des noms, des rituels, l’emplacement d’au moins 200 temples de la sorte en France. » Et lorsqu’ils remontent à l’étage du dessus, c’est l’effroi : au milieu des décombres, un crâne humain. « Il y avait plusieurs autres mandibules avec des dents, des fémurs, des vertèbres. Les os n’étaient pas propres. Il restait de la peau dessus, comme s’ils avaient été extraits d’un cercueil. Dans un coin, il y avait des instruments chirurgicaux, un microscope avec les lames couvertes de matière. » Selon Jo Urbex, des ossements humains, qui ont poussé l’équipe à contacter la gendarmerie sur-le-champ. « Dans un premier temps, ils ont cru à un canular. Finalement, ils sont venus nombreux, avec la scientifique. Ils ont tout emporté pour l’enquête. Peut-être que les lieux étaient visités. Difficile de savoir. »
    Le projet maçonnique d’une vie

    Si le Parquet de Tarbes confirme la découverte d’ossements, le vice-procureur appelle néanmoins à la prudence. « Rien ne laisse penser pour le moment que les ossements seraient humains. Des analyses sont en cours justement pour vérifier ce point. » En outre, difficile d’entendre le propriétaire des lieux puisque l’ancien anesthésiste de la clinique Maille à Tarbes, s’est éteint il y a deux mois, à l’âge de 90 ans. Néanmoins, son appartenance à la maçonnerie était bien connue. « Il n’en parlait pas, mais nous savions qu’il appartenait à une loge écossaise », confie un ancien chirurgien et collègue. « Cette maison, c’était le but de sa vie. Il a employé les compagnons du devoir, et un tailleur de pierre était à résidence. J’y suis allé au milieu des années 70, il commençait la cave. Apparemment, il avait abandonné le chantier il y a une vingtaine d’années. » Consultés, les membres du Temple maçonnique de Tarbes savent peu de choses du docteur, excepté qu’ « il était un ancien maçon de Tarbes qui avait bâti son propre temple. »

    Le rapport des analyses en cours déterminera la suite judiciaire donnée à cette affaire.

  • ParaView 5.11
    https://linuxfr.org/news/paraview-5-11

    ParaView est un logiciel dédié à la visualisation scientifique de données massives, publié sous licence BSD-3. Voir la dépêche précédente pour une présentation complète.

    La version 5.11 vient de sortir avec son lot d’améliorations et de nouvelles fonctionnalités, comme décrites sur le blog de Kitware. Pour une liste exhaustive vous pouvez aussi vous référer aux notes de version.

    Cette dépêche propose de présenter quelques nouvelles fonctionnalités et améliorations intéressantes.

    Modèle Tux - Linux Penguin by me2space sous licence Creative Commons - Attributionlicense. Amélioration du rendu volumique avec diffusion dynamique de la lumière

    Le rendu volumique peut maintenant prendre en compte l’aspect dynamique de la lumière avec le calcul des rebonds des rayons lumineux. Le résultat fait mieux ressortir les (...)

  • Suche nach dem zweiten Auschwitz
    https://www.jungewelt.de/artikel/440157.geschichtspolitik-suche-nach-dem-zweiten-auschwitz.html

    Ca y est, le Bundestag vient de voter une résolution qui soutient la position que la grande famine dans URSS sous Staline aurait été une mesure censée éradiquer le peuple ukrainien, un génocide d’envergure historique. Quand on connaît l’histoire de l’Union Soviétique et la politique de Staline on sait que cette famine est le résultat d’une politique inhumaine qui touchait la population de plusieurs régions de l’immense pays, qu’elle ne visait aucunement les Ukrainiens en tant que tels et que les nationalistes ukrainiens d’aujourd’hui essayent d’établir le terme Holodomor malgré sa ridicule réminiscence tolkinienne (c’est un anagramme de Mordor , le pays du mal dans la trilogie Le Seigneur des anneaux ) comme synonyme d’ Auschwitz 2.0 .

    Soit. Melnyk et les autres admirateurs de Bandera ont réussi à faire marcher les politiciens allemands peu scrupuleux en matière de vérité historique et très enclins à donner l’exemple aux alliés étatsuniens que les barbares que nous sommes considèrons tous comme un peu arrièrés depuis la présidence du clown aux racines teutones.

    Sur la scène politique allemande on aura l’occasion de poursuivre le jeux amusant appellé « Trouvez le véritable Génocide ». Les cartes sur table affichent un NON pour les peuple africains victimes du colonialisme allemand. La carte des interventions historiques en Chine aussi affiche NON simplement car nos compatriotes ne disposaient pas encore d’outils suffisamment efficaces pour anéantir un peuple qui comptait déjà par centaines de millions. On a donc laissé la chance d’en accomplir la tâche dans un avenir incertain à notre allié d’ôutre mer. La place de l’Avenue des Champs-Élysées et de la rue de la Paix dans notre Monopoly barbare sera évidemment occupée par le couple Holocauste et Holodomor malgré le petit risque de confusion suite à la possibilité éventuelle d’une participation de victimes du deuxième génocide au premier. Pas grave, ce n’est qu’un jeu qu’il ne faut pas prende trop au sérieux, pas vrai ? On y risque pas grand chose, non ?

    Vous comprenez que l’abandon de toute réserve civilisée par nos élus me fasse abandonner une vision politique des choses et me force au rire sardonique l’unique option amusante pour les Muselmänner et morts en vacances dont je crains faire désormais partie.

    30.11.2022 von Nico Popp - Der Bundestag hat am Mittwoch abend per Mehrheitsbeschluss die Hungerkatastrophe in mehreren Teilrepubliken der UdSSR in den Jahren 1932 und 1933 als gegen das ukrainische Volk gerichteten Genozid eingestuft. Der entsprechende Antrag war von den drei Regierungsfraktionen und der Unionsfraktion eingebracht worden. In Anwesenheit des ukrainischen Botschafters Oleksij Makejew und des stellvertretenden ukrainischen Außenministers Andrij Melnyk stimmten die Abgeordneten von SPD, Grünen, FDP und Unionsparteien für den Antrag. Die Abgeordneten von Die Linke und AfD enthielten sich. Es gab keine Gegenstimmen.

    »Aus heutiger Perspektive« liege »eine historisch-politische Einordnung als Völkermord nahe«, heißt es in dem beschlossenen Antrag. Der Bundestag »teilt eine solche Einordnung«. Der »Holodomor« reihe sich ein »in die Liste menschenverachtender Verbrechen totalitärer Systeme, in deren Zuge vor allem in der ersten Hälfte des 20. Jahrhunderts in Europa Millionen Menschenleben ausgelöscht wurden«.

    Die Antragsteller haben den »Holodomor«-Beschluss direkt mit aktuellen außenpolitischen Fragen verknüpft. In dem Dokument wird die Bundesregierung aufgefordert, »die Ukraine als Opfer des völkerrechtswidrigen Angriffskriegs Russlands und der imperialistischen Politik Wladimir Putins im Rahmen der zur Verfügung stehenden Haushaltsmittel weiterhin politisch, finanziell, humanitär und militärisch zu unterstützen«.

    Vor der Beschlussfassung fand eine etwa dreiviertelstündige Aussprache zu dem Antrag statt. Robin Wagener (Grüne), Vorsitzender der deutsch-ukrainischen Parlamentariergruppe, stellte fest, »der Horror« habe »seine Ursache im Kreml« gehabt. Es sei um die Unterdrückung des ukrainischen Nationalbewusstseins, von Sprache und Kultur gegangen. Man sehe hier die »brutale Wahrheit stalinistischer Gewalt«. Zweck des Antrags sei allerdings nicht, die deutschen Verbrechen in der Sowjetunion zu relativieren.

    Der CDU-Abgeordnete Michael Brand behauptete, die Ukraine sei von der sowjetischen Führung zum Opfer eines Völkermordes gemacht worden. »Es wurde systematisch selektiert«, so Brand. »Nie wieder darf weder in deutschem noch im russischen Namen geschehen, was durch den Holodomor und die Nazis an Massenmord in der Ukraine begangen wurde«, sagte der Abgeordnete. Das sei die »Lehre der eigenen deutschen Geschichte«. Brand beschwerte sich darüber, dass kein einziger Bundesminister anwesend sei und beendete seine Rede mit dem ukrainischen Nationalistengruß »Slawa Ukrajini«.

    Die SPD-Abgeordnete Gabriela Heinrich gab sich überzeugt, dass das »ungeheure Verbrechen« nicht auf Missernten zurückzuführen sei. Der Bevölkerung sei das Essen einfach weggenommen worden. Ziel sei die Unterdrückung des ukrainischen Nationalbewusstseins gewesen; es handele sich um eine gewollte und geplante Hungersnot.

    Für die AfD nutzte der Abgeordnete Marc Jongen die von der Ampel und der Union geschaffene günstige Gelegenheit zu einem kleinen geschichtsrevisionistischen Rundumschlag. Den »Holodomor« nannte Jongen eines der großen Menschheitsverbrechen des 20. Jahrhunderts. Lenin habe das 1922 bereits »angekündigt«. Die Lehre müsse sein, dass die »sozialistische Ideologie« abzulehnen und zu bekämpfen sei, wo immer sie »in neuer Verkleidung ihr scheußliches Haupt erhebt«. Das gelte für die »nationalsozialistische Variante« wie auch für die »internationale Variante«, die sich hinter »wohlklingenden Parolen« wie »Gerechtigkeit oder Fortschritt versteckt«. Die AfD habe vor drei Jahren über den »Holodomor« informiert, damals habe es aber kaum jemanden interessiert. Das »linkslastige politische Establishment« habe bei »Verbrechen im kommunistischen Machtbereich« jahrzehntelang weggeschaut. Man komme ja auch bei dem »Gedenken an die SED-Verbrechen« nicht recht voran. Jongen wandte sich im weiteren Verlauf seiner Rede gegen die »Instrumentalisierung der Geschichte« im Kontext des Ukraine-Krieges; die AfD lehne das ab.

    Der FDP-Abgeordnete Ulrich Lechte sah in dem »Massenmord« eine Strafe für den Widerstand gegen die Zwangskollektivierung und für die Ablehnung der sowjetischen Herrschaft. Die Hungerkatastrophe sei »politisch künstlich herbeigeführt« und »systematisch durchgeführt« worden.

    Für die Fraktion Die Linke sprach Gregor Gysi. »Terroristische Industrialisierung und Zwangskollektivierung« seien ein »schlimmes Verbrechen« gewesen. Stalin habe sich freilich gegen alle gewendet, die diese »terroristische Industrialisierung und Zwangskollektivierung« abgelehnt haben – also nicht nur gegen Ukrainer. Der Petitionsausschuss des Bundestages habe 2017 festgestellt, dass manches gegen eine Einstufung des »Holodomor« als Völkermord spreche. Auch der Europarat habe das abgelehnt. Beim Lesen des vorliegenden Antrages erhalte man den Eindruck einer »Gleichstellung« von Hitler und Stalin. In Deutschland aber solle man die »Suche nach einem zweiten Hitler und nach einem zweiten Auschwitz aufgeben«. Gysi verwies darauf, dass die Außenministerin Russland soeben einen Zivilisationsbruch vorgehalten habe - »ein Begriff, der bislang ausschließlich für die Shoah angewandt wurde«. Das sei »mehr als bedenklich«. Die Linke verurteile das Verbrechen, könne also nicht gegen diesen Antrag stimmen. Die Kritik verbiete auch eine Zustimmung. Man enthalte sich deshalb.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Muselmann

    Eugen Leviné
    https://de.wikipedia.org/wiki/Eugen_Levin%C3%A9

    Aus seiner Verteidigungsrede vor Gericht stammt der bekannte Satz: „Wir Kommunisten sind alle Tote auf Urlaub.“ Am 3. Juni 1919 wurde er wegen Hochverrat zum Tode verurteilt und zwei Tage später im Gefängnis Stadelheim erschossen.

    #Ukraine #Allemagne #politique #guerre