• MACRON FACE AU CHAOS DU MONDE : QUI VA TRINQUER ? – Thomas Porcher
    https://www.les-crises.fr/macron-face-au-chaos-du-monde-qui-va-trinquer-thomas-porcher

    Thomas PORCHER est membre des Économistes atterrés, une association de chercheurs luttant contre « l’orthodoxie néo-libérale », autrement dit, la pensée unique en économie. Il est par ailleurs docteur en économie à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne et professeur associé à la Paris School of Business. Auteur de « Les délaissés » et « Introduction inquiète à la Macron-économie » […]

    #Vidéo

  • Transmission | Monkeypox | Poxvirus | CDC
    https://www.cdc.gov/poxvirus/monkeypox/transmission.html

    Transmission of monkeypox virus occurs when a person comes into contact with the virus from an animal, human, or materials contaminated with the virus. The virus enters the body through broken skin (even if not visible), respiratory tract, or the mucous membranes (eyes, nose, or mouth). Animal-to-human transmission may occur by bite or scratch, bush meat preparation, direct contact with body fluids or lesion material, or indirect contact with lesion material, such as through contaminated bedding. Human-to-human transmission is thought to occur primarily through large respiratory droplets. Respiratory droplets generally cannot travel more than a few feet, so prolonged face-to-face contact is required. Other human-to-human methods of transmission include direct contact with body fluids or lesion material, and indirect contact with lesion material, such as through contaminated clothing or linens.

    The reservoir host (main disease carrier) of monkeypox is still unknown although African rodents are suspected to play a part in transmission. The virus that causes monkeypox has only been recovered (isolated) twice from an animal in nature. In the first instance (1985), the virus was recovered from an apparently ill African rodent (rope squirrel) in the Equateur Region of the Democratic Republic of Congo. In the second (2012), the virus was recovered from a dead infant mangabey found in the Tai National Park, Cote d’Ivoire.

  • Child hepatitis cases up to almost 200, say public health officials
    https://www.independent.co.uk/news/health/child-hepatitis-public-health-b2083855.html

    Almost 200 cases of sudden onset hepatitis in children have now been identified in the UK, up by 34 since the beginning of the month.

    As of 16 May, 197 cases have been identified, with 11 needing a liver transplant, according to an update by the UK Health Security Agency on Friday.

    Ah, et grosse découverte : c’est pas à cause des chiens (mais c’était bien tenté) :

    It added: “Following further investigation, there is no evidence linking dog ownership and cases of hepatitis in children.”

  • Qui est Beatrice Shilling ?
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Beatrice_Shilling

    Une ingé moteurs qui a sauvé les premiers Spitfire d’une mauvaise conception.
    https://www.youtube.com/watch?v=YzRlga2-Hho


    C’est un peu dommage de laisser à la postérité son nom sous la forme de :
    L’orifice de mademoiselle Shilling.

    Officiellement appelé « R.A.E. restrictor », le dispositif fut très populaire auprès des pilotes, qui affectueusement l’appelèrent le « Miss Shilling orifice » ou simplement le « Tilly orifice ».

    Cette solution simple et élégante n’était pourtant qu’un pis-aller, ne permettant pas un vol inversé durant une longue durée. Les problèmes ne furent finalement totalement surmontés qu’à l’introduction en 1943 des carburateurs pressurisés Bendix et plus tard Rolls-Royce.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Miss_Shilling%27s_orifice

    #historicisation

  • Thibault Le Texier : « Les manuels de #marketing sont remplis d’aveux d’échecs » - JustPaste.it
    https://justpaste.it/3jp8o

    Branding, marketing politique, « marketing de l’authenticité », contre-marketing, marketing « vert », « interactif », « marketing de soi »… Comment cette science imparfaite, apparue dans les manuels destinés aux femmes au foyer anglaises de la fin du XIXe siècle, est-elle parvenue à mettre son nez dans tous les aspects de notre vie, ou presque ? Le sociologue Thibault Le Texier, chercheur associé au Centre européen de sociologie et de science politique de la Sorbonne (CESSP), retrace son histoire dans un livre profus la Main visible des marchés. Une histoire critique du marketing publié en février aux éditions la Découverte. Auteur d’une précédente généalogie du management (le Maniement des hommes, 2016) et d’une contre-enquête passionnante sur « l’expérience de Stanford » (Histoire d’un mensonge, 2018), Le Texier a fait ce dont il raffole : plonger, décrypter et prendre au mot les discours des professionnels et des milliers de pages des manuels de marketing américains. Il en tire une description précise (et parfois cocasse) de la construction du marketing aux Etats-Unis et une hypothèse contre-intuitive : le marketing n’a rien du rouleau compresseur et manipulateur qu’on décrit souvent. Car ce que les marketeurs savent vendre le mieux, c’est encore le marketing. En réalité, son histoire est aussi celle d’un « savoir mou », contraint de s’adapter à des consommateurs pas si faciles à manipuler et de reconnaître ses échecs, nombreux.

    • Ça va dans le sens de ce que j’essayais de formuler super-mal à propos du nudge :
      https://seenthis.net/messages/918942#message918966

      – On s’en fait un monde, genre la super-manipulation de ton cerveau à l’insu de ton plein gré.
      – Alors que la lecture des conseils de nudge ça fleure bon la branlette de pubard payée what-mille euros.
      – Et de toute façon, on insiste sur l’aspect « soft power », genre tout repose sur la communication, alors que derrière, l’État fait reposer sa force de conviction sur des amendes à 135 euros et des LBD dans ta face.

  • #doctolib joue sur les mots : rien d’illégal dans sa pratique de sécurisation des données puisque « ce n’est pas à strictement parler du chiffrement de bout en bout mais cela peut l’être en termes de communication ».

    ENQUETE. Doctolib : certaines données médicales ne sont pas entièrement protégées
    https://www.francetvinfo.fr/internet/securite-sur-internet/enquete-doctolib-certaines-donnees-medicales-ne-sont-pas-entierement-pr

    « On a reçu de Doctolib les données en clair sur vos prochains rendez-vous. On ne les a pas reçues chiffrées, explique Benjamin Sonntag. Donc cela veut dire que Doctolib lui-même a ces informations en clair. » Or ces rendez-vous médicaux sont signifiants et renseignent sur l’état de santé d’une personne. « Si vous allez régulièrement chez un oncologue ou chez un psychologue, cela raconte quelque chose sur votre état de santé », poursuit Benjamin Sonntag.

    #protection_des_données #santé_privatisée #RGPD #chiffrement

    Voir aussi : https://seenthis.net/messages/954868

  • Bouillon rafraichissant de #Cerfeuil
    https://www.cuisine-libre.org/bouillon-rafraichissant-de-cerfeuil

    Coupez en petites tranches une livre de ruelle de #Veau dégraissée ; mettez-la dans une petite marmite avec un litre et demi d’eau et un peu de sel. Après l’avoir écumé avec soin, donnez une heure et demie d’ébullition ; puis, en retirant le bouillon du feu, vous y joignez une grosse poignée de cerfeuil sur lequel vous aurez donné quelques coups de pilon. Après dix minutes d’infusion, vous passez le bouillon au tamis de soie et le servez tiède le matin à… Veau, Cerfeuil, #Eau, #Fonds_et bouillons, #France / #Sans œuf, #Sans lactose, #Sans gluten, #Bouilli

  • Monkeypox outbreak questions intensify as cases soar
    https://www.science.org/content/article/monkeypox-outbreak-questions-intensify-cases-soar

    The sudden appearance of #monkeypox in 13 countries on four continents has jolted the public health community into action. A much milder cousin of smallpox that sporadically causes small outbreaks in Africa, monkeypox is thought to spread slowly and is unlikely to be a pandemic in the making. But scientists worry about the spread among men who have sex with men (MSM), who make up a disproportionate number of the cases so far. The outbreak is a strange and unsettling return to the spotlight for poxviruses, a largely forgotten threat since the World Health Organization (WHO) declared smallpox eradicated in 1980.

  • Michel, de L’Humanité aux « mômes » de la Cité
    https://seenthis.net/messages/961110

    Über die universelle Funktion des Taxi und die Verbundenheit der Chauffeure mit der KPF

    En 1965, le voilà recruté dans un lieu plus conforme à son orientation politique, puisqu’il passe à la Société de gestion Poissonière (SGP), imprimerie sise dans la rue éponyme, toujours dans le 9e arrondissement parisien, qui imprime notamment L’Humanité et L’Humanité-dimanche

    ...

    À l’époque on envoyait les journaux par le train ou par avion depuis une seule imprimerie. Sitôt les journaux sortis des rotatives, on allait tout de suite les transporter à l’aérodrome et dans les grandes gares : la gare de Lyon par exemple pour que ça arrive à Lyon. Là-bas, il y avait des taxis qui étaient là pour prendre le papier pour aller le distribuer aux marchands de journaux.

    https://laviedesidees.fr/Michel-de-L-Humanite-aux-momes-de-la-Cite.html

    #Taxi #Geschichte #Politik #Frankreich #Arbeiterbewegung

  • Rencontres libertaires du Quercy 2022 : 19 au 24 juillet- OCL
    http://oclibertaire.lautre.net/spip.php?article3177

    Les rencontres libertaires que l’OCL propose chaque été sont prévues cette année encore dans les coteaux du Quercy – du mardi 19 au dimanche 24 juillet inclus – , à trente minutes au nord de Montauban ou au sud de Cahors, à une heure de Toulouse. - Rencontres libertaires (...) @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • Iraq’s communist poet Muzaffar al-Nawab dies aged 88
    https://www.rfi.fr/en/middle-east/20220520-iraq-s-communist-poet-muzaffar-al-nawab-dies-aged-88

    Iraq’s renowned communist poet Muzaffar al-Nawab, who faced jail time and exile in the 1960s, died Friday in an Emirati hospital aged 88, Iraqi authorities announced.

    • Pas des masses de traductions... Ce lien vers de l’anglais...

      https://www.poemhunter.com/muzaffar-al-nawwab/poems
      Et notamment ce texte, parmi lesplus célèbres...

      I am not shy when I speak out frankly of your reality
      That a yard of hogs is much cleaner than all of you
      May the bench of washing the dead move,
      But you are immovable
      Now I expose/undress you
      In all the capitals of this Arab World
      You have killed my gaiety
      In every alley I see al-Azlam (the idols) Amami (before me)
      Till I became avoiding even the phone
      Even the walls and even the children
      Vomiting for this crude method

      Let us sit before the feet of the Arabian Desert
      To let her pass a judgment on us
      I admit before the Desert
      That I am a banal, scoundrel and sad
      As your defeat
      O defeated honorable men
      O defeated rulers
      O defeated people
      How dirty, how dirty, how dirty we are.
      How dirty we are,
      I don’t exclude any one.

      Muzaffar al-Nawwab
      Friday, November 8, 2013

  • Vercors Xperience©, la nature et au-delà
    https://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?article1687

    Face à l’afflux de randonneurs sur le plateau du Vercors, les élus ont inauguré ce dimanche Vercors Xperience©. Réservation en ligne, accès au plateau par QR code, cette application est plus qu’un outil de régulation du trafic piéton, elle offre une nouvelle expérience nature, entre science participative, jeux pédagogiques et carte de « Crédit écologique ». Nous y étions et nous confirmons : Vercors Xperience© est déjà un succès. L’élue écologiste Virginie Chabert a le sourire, en ce dimanche ensoleillé du mois de mai. La foule des marcheurs a répondu présent pour l’inauguration de Vercors Xperience©, dont elle préside le Syndicat mixte pour le compte de la Communauté de communes du Vercors. La voici entourée de randonneurs, petits et grands, pour parcourir les premiers mètres au départ de Villard-de-Lans, se (...)

    #Faits_divers
    https://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/vercors_xperience.pdf

  • François Bégaudeau : « Mépriser le mépris » (Socialter, 10/03/2022) https://www.socialter.fr/article/francois-begaudeau-mepriser-le-mepris

    On entend beaucoup parler de mépris de classe, ces temps-ci. On pourrait s’en féliciter, songeant que ce succès verbal participe du retour en force, après des décennies de placard, de la catégorie de classes et de la lecture du réel qu’elle outille. Or, dans ce réjouissant tableau d’une pensée sociale réhabilitée, quelque chose fait tiquer. Le succès, justement. Succès veut dire nombre, et dans le nombre il y a de tout. Le nombre est une auberge espagnole où l’on ne croise pas que des amis. Parmi les fieffés rebelles qui dénoncent le mépris de classe, certains n’ont pas du tout la réputation de croire que les classes structurent la société, et encore moins qu’elles sont le moteur de l’histoire, comme aurait dit Marx qu’ils abhorrent. On pense par exemple à cet essai récent s’émouvant du mépris dont les énarques ont jadis couvert le pauvre Sarkozy, qui a grandi dans un ruisseau de Neuilly, et le malheureux François Pinault parti sans rien de sa Bretagne natale comme Bécassine. Ces passages poignants ne sont pas surprenants dans un livre par ailleurs très remonté contre l’égalitarisme et les privilèges des fonctionnaires. Ils doivent être vus comme parfaitement ajustés à la démonstration libérale d’ensemble. À travers eux on réalise que dans « mépris de classe », « mépris » occulte « classe ».

    Gros dossier que le mépris. Zone affective trouble et subtile. Le mépris est plus subtil que la haine. Le mépris infériorise son objet, alors que la haine est toujours un hommage. Le mépris se nourrit du sentiment que l’individu méprisé s’infériorise lui-même. Dans le film nommé Le Mépris (1963), Paul-Piccoli, scénariste, s’est mis lui-même plus bas que terre en se couchant devant un producteur. Dès lors, Camille-Bardot, sa compagne, le regarde de haut. Puis ne le regarde plus. Pour elle, il n’existe plus. Si tu es chômeur et que tu ne cherches pas de travail, c’est parce que tu te complais dans le chômage alors qu’il suffit de « traverser la rue » pour trouver du boulot. Tu ne crois pas en toi, tu as une piètre estime de toi. Regarde-toi, avec ton survêt. Tu te négliges tellement que tu n’as même pas envie de porter une veste. Comment voudrais-­tu qu’on te regarde, alors que tu te planques ? Dès lors, dans une gare, tu fais partie des gens qu’on ne voit pas. Tu n’existes pas.

    Mais le parallèle entre Emmanuel Macron et Brigitte Bardot s’arrête là, en dépit de leur criante ressemblance physique. Si, à leurs yeux, Paul et le chômeur ont perdu toute valeur, ce n’est pas dans le même sens. Pour Brigitte, son amant perd sa valeur parce qu’il n’est plus vaillant. Pour Emmanuel, n’avoir aucune valeur signifie n’avoir aucune valeur sur le marché. Le boutiquier qu’il demeure rabat la valeur sur la valeur marchande. Les chômeurs ne sont rien au sens où ils comptent pour zéro dans la richesse nationale. Loin de rapporter, ils coûtent – « un pognon de dingue ». Ce qui est tout à fait vrai. 

    Malaise français
    Il ne s’agit donc pas de mépris. La formule macronienne emblématique du mépris de classe n’en procède pas. Parlant « des gens qui ne sont rien », Macron expose un fait objectif pour lui et les start-uppers qui l’écoutent religieusement. Ce n’est pas un jugement, c’est une donnée. Cela ne révèle pas la psychologie de ces winners, mais leur représentation de la société. Ce n’est pas de la psychologie, c’est de l’idéologie. Ce n’est pas du mépris de classe, c’est un point de vue de classe ; la sécrétion idéologique d’une position de classe. Le mépris relève de ce lexique médico-psychologique qui infuse aujourd’hui tous les discours et joue un grand rôle dans la dépolitisation générale. L’agora dépolitisée dit qu’une société est malade plutôt qu’injuste ; que la société doit être réparée plutôt que subvertie. C’est en bon conservateur que Marcel Gauchet parle du « malaise français ». La France fait un malaise, appelons le Samu, réanimons-la par massage cardiaque, gardons-la trois jours en observation chambre 232 et la voilà requinquée. Car la France, n’est-ce pas, est résiliente.

    Si le problème est psychologique, il n’est pas social. Si le problème est le mépris de classe, le problème n’est plus la classe mais le mépris. Si on demande juste à Macron de s’amender du mépris qui suinte de son visage glabre, il peut à loisir continuer à arroser de cadeaux le grand capital. Retirez les quelques saillies méprisantes de son quinquennat et le bilan est globalement positif. Que le riche renonce à sa morgue et nous lui laisserons ses privilèges. Est-ce seulement cela que nous voulons ? Que ces gens ravalent leur mépris ? Qu’ils acquiescent en silence quand on leur fait part de doléances ? Qu’ils prennent un air d’écoute attentive ? Qu’ils affectent l’empathie ? La flat tax, on a admis ; la « réforme nécessaire » de l’assurance-chômage, on admettra, mais de Macron on ne peut plus supporter l’absence d’empathie. Alors que sa femme, l’autre Brigitte, en a des kilos à revendre. Hier encore elle répondait personnellement à la lettre d’une jeune myopathe. Emmanuel, lui, ne répondrait même pas à un dyslexique. Moyennant quoi on se demande si en avril on ne va pas lui préférer Valérie Pécresse, femme et donc empathique.

    Ces gens qui n’existent pas
    Psychologiser la politique, c’est l’individualiser. Indivi­dualiser la politique, c’est se déshabituer à penser politiquement et donc socialement les situations. Macron ne souffre pas d’un déficit d’empathie envers les pauvres, il n’est juste pas en position d’exercer cette empathie. Être sensible à la vie d’un individu suppose qu’on soit en contact avec lui. Fils de médecin, passé directement d’un lycée jésuite de province à un lycée d’excellence parisien, puis de l’ENA aux cabinets ministériels en passant par la banque sous Cloche, Macron n’a jamais été en présence d’un prolo. Il ne saurait être plus sensible au sort des précaires que je ne le suis à son lyrisme de banquet militaire. Pour lui, les gens qui n’existent pas n’existent vraiment pas, ils n’ont pas de réalité tangible. Son défaut n’est pas le mépris mais la classe. Et la place qu’elle lui fait occuper. Et l’étroit point de vue sur le monde auquel elle le contraint. Une malencontreuse distraction au moment de l’acquisition a fait que la maison du Touquet a vue sur la mer et non sur une usine.

    Et quand bien même ce mépris existerait, est-ce vraiment un problème, est-ce vraiment le problème ? Si une telle pente psychologique est repérable chez les dominants, mérite-t-elle notre attention, notre indignation ? De quoi souffre le prolétaire : d’essuyer le mépris de classe ou de subir l’oppression de classe ? S’il était donné à une femme de ménage de choisir entre quatre heures de moins par jour sans baisse de salaire et un bonjour poli du DG de la boîte qu’elle croise à 9 h 15 en sortant du bureau qu’elle vient de nettoyer, elle choisirait quoi ? Peut-être que je minimise l’humiliation du mépris social, et que je la minimise parce que mon sillon petit-­bourgeois me l’a épargnée. Peut-être que je serais moins désinvolte sur le sujet si un regard condescendant de patron me laissait une blessure aussi vive que le sourire de Magalie Barrault pour décliner mon invitation à danser un slow au bal du 14 Juillet 1986. Il n’empêche que notre perfectionnement politico-esthétique passe par l’indifférence au mépris des hautes classes. Nous gagnerons à le mépriser, au sens où un individu noble d’âme méprise les honneurs. Nous gagnerons à trouver ce mépris flatteur, étant entendu qu’il n’est rien de plus gratifiant que le mépris d’un méprisable.