• comment tourner élégamment des vacheries : extrait de la notice d’un des beaux-frères de Napoléon (le mari d’Élisa) dans un dictionnaire biographique de 1815.
    1789-1815 Bacchiochi (Félix-Pascal)
    https://www.1789-1815.com/p_bacchiochi.htm

    … cependant, soit défaut de moyens, soit que les occasions lui eussent manqué, on ne cita de lui aucune action militaire qui pût lui mériter les nouvelles faveurs dont il fut bientôt accablé.
    […]
    Sa nullité absolue lui a été d’autant plus utile qu’on ne peut lui reprocher aucun de ces actes qui ont tant signalé les membres de la famille à laquelle il avait lié son sort.

    #sérendipité

  • La voix oraculaire, étrangère à la raison et à l’essence de la voix, annonce sur un code privé la venue d’un secret mystérieux, sans concept : un mal, une apocalypse
    https://www.idixa.net/Pixa/pagixa-1707221234.html

    Jacques Derrida commente le texte de Kant, D’un ton grand seigneur adopté naguère en philosophie (1796), dont le titre a inspiré D’un ton apocalyptique adopté naguère en philosophie, allocution dont la première version a été prononcée en 1980 lors de la décade de Cerisy sur Les fins de l’homme. Dans le second titre, le mot « ton » est conservé, tandis que « grand seigneur » est remplacé par « apocalyptique », un mot ignoré par Kant. C’est ce dernier qui évoque « l’oracle au-dedans de soi-même » de ceux qui prétendent accéder à la sagesse sans passer par un travail scientifique ou philosophique. Qu’est-ce qu’un « ton » ? demande Derrida. Un ton est associé à une hauteur de voix, un timbre, un désir, un affect, un écart par rapport à la norme. Difficile à définir ou à décrire, il est incompatible avec la neutralité du discours philosophique.

    L’illumination mystique, l’exaltation, le parler métaphorique du non-professionnel, ce serait, selon Kant, la fin de la philosophie, son apocalypse, son errance ou sa mort. Les « mystagogues » ne pouvant régler leur discours sur un savoir, ils ne s’empareraient de la philosophie que pour la vider.

    Le « mystagogue » kantien prétend détenir un secret qu’il garde jalousement, il manipule ses adeptes par un langage crypté. Se croyant supérieur, il se présente comme un grand seigneur qui accède d’un saut, par le sentiment, sans avoir à travailler le concept, à ce qui lui est donné. La voix oraculaire, c’est la voix de l’autre qui parle en privé. Elle donne lieu au pouvoir politique, agogique, des #prêtres-déchiffreurs et se prête à de multiples interprétations. Libérant une « surabondance poétique-métaphorique » (Derrida), elle anticipe un secret impensable ou irreprésentable. Venue de l’au-delà, l’interprétation qu’il propose peut être assimilée à un délire. Elle désaccorde, dérange, détraque, brouille. C’est (selon Kant) un mal qui pourrait conduire à un désordre social, c’est-à-dire, selon Derrida, une #apocalypse.

    L’axiomatique de Kant, c’est que la voix de la raison est dictée à tout homme. Tenant à tout homme le même langage, sans équivoque, par nécessité interne, elle s’accorde à la loi morale, cette sagesse pratique ou savoir-vivre rationnel réglée sur la science. Kant oppose radicalement la raison pratique à la rhétorique des usurpateurs, au travestissement de ceux qui se disent en rapport immédiat et intuitif avec le mystère. La fin de la #philosophie, son errance, c’est ce qui ariverait si ces deux voix, toutes deux intérieures, se confondaient. Or, expliquera plus tard Derrida, elles ne peuvent que se confondre.

  • Russia and the West: Piercing the Fog of Hysteria | The Vineyard of the Saker
    by Pepe Escobar, posted with the Author’s permission and widely cross-posted
    https://thesaker.is/russia-and-the-west-piercing-the-fog-of-hysteria

    The fatal mistake committed by Brussels in 2014 was to force Kiev to make an impossible choice between Europe and Russia.

    A specter haunts the collective West: total zombification, courtesy of an across-the-board 24/7 psy ops imprinting the inevitability of “Russian aggression”.

    Let’s pierce the fog of hysteria by asking Ukrainian Defense Minister Reznikov what’s going on:

    “I can absolutely say that to date, the Russian armed forces have not created a strike group that could make a forceful invasion of Ukraine.”

    Well, Reznikov is obviously not aware that the White House, with access to arguably privileged intel, is convinced that Russia will invade “any-minute-now”.

    The Pentagon doubles down: “It’s very clear the Russians have no intention right now of deescalating”. Thus the necessity, expressed by spokesman John Kirby, of readying a multinational NATO response force (NRF) of 40,000 troops: “If it is activated…to defeat aggression, if necessary”.

    So “aggression” is a given. The White House is “refining” military plans – 18 at the last count – for all manners of “aggression”. As for responding – in writing – to the Russian proposals on security guarantees, well, that’s far too complex.

    There is no “exact date” when it will be sent to Moscow. And the proverbial “officials” have begged their Russian counterparts not to make it public. After all, a letter is not sexy. Yet “aggression” sells. Especially when it may happen “any-minute-now.”

    “Analyst” hacks are yelling that Putin “is now almost certain” to deliver a “limited strike” in “the next ten days”, complete with an attack on Kiev: that configures the scenario of an “almost inevitable war”.

    Vladimir Dzhabarov, First Deputy Chairman of Russia’s Council Committee on International Affairs, prefers to get closer to reality: the U.S. is preparing a provocation to push Kiev to “reckless actions” against Russia in the Donbass. That ties in with foot soldiers of the Luhansk People’s Republic reporting that “subversive groups prepared by British instructors” arrived in the area of ​​Lisichansk.

    Luminaries such as the European Commission’s Ursula von der Leyen, NATO’s Jens Stoltenberg and “leaders” from the UK, France, Germany, Italy and Poland announced, after a video call, that “an unprecedented package of sanctions” is nearly ready if Russia “invades”.

    They billed it as “international unity in the face of growing Russia hostility”. Translation: NATOstan begging Russia to please invade a.s.a.p. (...)

    #Ukraine #OTAN

  • Deep Earnings, par Nour Aucomte (Le Monde diplomatique, février 2022)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2022/02/AUCOMTE/64363

    Le physicien Pablo Jensen explique de façon limpide en quoi politique, informatique, algorithmes (fort peu neutres) et marché relèvent d’une vision commune de la société. L’avènement de l’économie néolibérale dans les années 1980 coïncide avec le développement de ce qu’on appelle abusivement l’intelligence artificielle. Un « réseau de neurones artificiels » est une « reproduction » du fonctionnement synaptique humain appliquée à l’informatique, utilisée par toutes les technologies « intelligentes » et sur tous les supports capables d’apprendre de leurs interactions. La logique néolibérale est elle aussi en mesure de s’adapter : en laissant à l’individu la possibilité de se tromper et d’ajuster sa trajectoire, mais toujours dans le cadre du marché. « L’idée est d’utiliser l’individu pour le mettre au service du système. » Chacun fait partie d’un ensemble constitué d’autres individus en interaction, dont l’objectif est l’achèvement d’une tâche commune : la consommation. On ne s’étonnera pas, dès lors, que Friedrich von Hayek, père du néolibéralisme, ait été considéré comme une source d’inspiration par Frank Rosenblatt, l’inventeur des réseaux de neurones.

    Nour Aucomte

    #Pablo_Jensen #Deep_earnings

  • Sur les traces des « larmes de sirène » qui empoisonnent les mers
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/01/28/a-tarragone-sur-les-traces-des-larmes-de-sirene-qui-empoisonnent-les-mers_61

    Sur les traces des « larmes de sirène » qui empoisonnent les mers
    Par Stéphane Mandard (Tarragone, Espagne)
    Publié aujourd’hui à 05h08, mis à jour à 10h17

    Cette appellation poétique désigne en fait les #granulés #industriels qui servent à la production de la quasi-totalité des articles en #plastique. Plus de 250 000 tonnes de ces petites #billes toxiques sont #relarguées chaque année dans les eaux.

    De mémoire de pêcheurs, on n’a jamais croisé de sirènes dans le port de #Tarragone. Pourtant, régulièrement, la confrérie des surfeurs retrouve des « larmes de sirène » échouées sur les plages de cette ancienne cité antique de Catalogne, dévorée par le plus grand complexe pétrochimique du sud de l’Europe. « Enfant, je jouais avec, je pensais qu’elles étaient un élément du sable », raconte Jordi Oliva. Aujourd’hui, Jordi a 29 ans et, avec son association Good Karma Projects (GKP), cet ingénieur-surfeur en a fait son combat. Car cette appellation poétique recouvre une réalité qui l’est beaucoup moins : ces « larmes », que l’on prendrait facilement pour de petites perles multicolores polies par le sable, désignent de minuscules billes de plastique bourrées de substances toxiques.

    Une #pollution aussi diffuse que méconnue. Ces #microbilles de moins de 5 millimètres de diamètre, semblables à des lentilles, ne sont pas des #résidus de plastique issus de la dégradation de bouteilles ou autres objets à usage plus ou moins unique. Il s’agit des granulés industriels qui servent de matière première à la production de la quasi-totalité des articles en plastique. « Cette fois, les industriels ne peuvent pas rejeter la faute sur les particuliers, sur l’incivisme des consommateurs », commente Xavi Curto, de l’ONG Surfrider, qui soutient l’action de GKP à travers son programme de « défenseurs des côtes ».

    Des #pellets (en catalan et en anglais dans le texte), on en retrouve un peu partout sur les côtes méditerranéennes ou atlantiques. En Europe, selon la Commission européenne, chaque seconde, environ 265 000 de ces billes finissent dans l’océan, « perdues » par l’industrie lors des phases de fabrication, de stockage, de transport, de transformation ou de recyclage avant d’avoir été fondues. Au niveau mondial, on estime à plus de 250 000 tonnes la quantité de granulés relargués chaque année dans les milieux aquatiques.

    La plage de La Pineda, à Vila-Seca, station balnéaire toute proche de Tarragone, en est l’un des hot spots. En novembre 2021, avec une cinquantaine de volontaires, les deux associations ont ramassé environ 800 000 « larmes » (près de 16 kg) en seulement deux heures, soit une concentration de 1 000 granulés au mètre carré. Ce matin calme et ensoleillé de janvier, une partie de la plage en est encore jonchée. Pas de vagues, la planche est restée dans le van. Mais Jordi est venu avec « la machina » : un grand tamis en forme de cylindre, actionné par une manivelle et maintenu à l’oblique au-dessus du sol par des pieds de parasol.

    Pas besoin de mode d’emploi mais d’une pelle pour verser le sable dans le tambour et de seaux pour récupérer la récolte. Quelques minutes suffisent à remplir plusieurs bocaux, qui seront montrés plus tard dans les écoles pour sensibiliser les jeunes Catalans à la pollution aux #microplastiques. « Le but, ce n’est pas de nettoyer les plages, prévient Jordi, tee-shirt et masque estampillés Good Karma, mais de mettre les industriels face à leurs responsabilités pour qu’ils stoppent cette pollution. »

    Dans sa « chasse aux pellets », l’ONG a entrepris un travail de fin limier pour remonter à la source. Direction l’immense complexe pétrochimique de Tarragone (1 200 hectares) et ses grandes cheminées rouge et blanc qui fument nuit et jour. Environ 2 millions de tonnes de pellets y sont produites chaque année, selon l’Association des entreprises chimiques de Tarragone (AEQT), soit 60 % de la production nationale. Cela représente 1 000 milliards de « larmes de sirène », de quoi remplir cinq piscines olympiques.

    Première étape, le site du pétrolier Repsol. Le Total espagnol est le premier fabricant de pellets (entre 600 000 et 700 000 tonnes par an, soit 30 % à 35 % de la production du pôle). L’installation est traversée par une rivière rejoignant le fleuve Francoli, qui se jette dans la Méditerranée. Le réseau d’évacuation des eaux pluviales du site débouche dans la rivière. Le conduit est constellé de pellets.

    « Les industriels ne peuvent plus dire que les pellets viennent de cargos qui ont perdu des conteneurs en mer ou d’un camion renversé sur l’autoroute de Barcelone », dit Jordi. Aujourd’hui, la rivière est à sec ; il n’a pas plu depuis un mois et demi. Mais quand l’eau se met à tomber, c’est le déluge : la rivière se transforme en torrent et charrie les granulés jusqu’à la mer. Dow Chemicals, un autre site de production, est, lui, situé en pleine « zone inondable », comme l’indiquent les panneaux de signalisation.

    « Une grave menace pour la biodiversité »
    Le ministère espagnol de la transition écologique estime à 0,5 % la proportion de granulés perdus, principalement pendant les phases de transport. Un chiffre largement sous-estimé selon GKP. Pas moins de 80 000 camions sont nécessaires pour acheminer les 2 millions de tonnes de granulés. Le premier rond-point après le site de Repsol est parsemé de pellets. On en retrouve aussi dans le fossé à la sortie d’une des cinq entreprises de distribution. Le ballet des camions-citernes est quasi permanent. Les granulés sont stockés dans une centaine de silos en aluminium aussi hauts que les montagnes russes du parc d’attractions voisin de PortAventura – les plus hautes d’Europe, atteste l’office du tourisme.

    « A chaque chargement ou déchargement, il y a un risque de perte de pellets », observe Jordi. Certains restent sur le toit du camion, lors des transferts depuis les citernes. Quand ils ne sont pas stockés dans des cuves, les pellets sont entreposés dans des sacs de 25 kg. Plusieurs milliers d’entre eux sont entassés, à l’air libre, sur de simples palettes. « Il arrive qu’ils soient perforés lors de manipulations avec les chariots élévateurs », ajoute Jordi. Quand ce n’est pas la pluie, le mistral, lorsqu’il se réveille, se charge par ailleurs de disséminer les granulés dans la nature.

    Et pas seulement sur les plages de Tarragone. L’équipe de Good Karma en a ramassé dans le parc naturel du delta de l’Ebre. Situé à une heure au sud de Tarragone, classé en zone Natura 2000, il abrite près de quatre cents espèces d’oiseaux dont des flamants roses. Or, « cette pollution représente une grave menace pour la biodiversité », pointe Xavi, biologiste de formation. Les animaux confondent les « larmes » avec des œufs de poisson. Et 100 000 mammifères marins meurent chaque année à cause de l’ingestion de microplastique, rappelle-t-il.

    Mais c’est toute la chaîne alimentaire qui est contaminée. Un risque d’autant plus important que les granulés sont composés de polluants organiques persistants : les industriels ajoutent une multitude d’additifs potentiellement cancérogènes ou perturbateurs endocriniens pour rendre les plastiques plus résistants à la lumière ou à la chaleur.

    La « chasse aux pellets » a mené Good Karma sur les îles Baléares à l’été 2021 : dix jours de navigation avec le voilier de l’association appareillé d’un chalut Manta, un filet artisanal en forme de raie qui permet de collecter les microplastiques à la surface de l’eau. En cet après-midi de janvier, l’équipage navigue au large de Tarragone. La pêche est maigre. Mais, en juin, elle a été prodigieuse sur les plages de Majorque et de Minorque : jusqu’à 6 000 granulés par mètre carré. Pourtant, pas de complexe pétrochimique dans les parages aux Baléares.

    « Disons que ce n’est pas la priorité numéro un de l’administration, qui ne souhaite pas se mettre à dos l’industrie chimique »

    L’hypothèse de GKP : les pellets ont voyagé depuis Tarragone, à plus de 200 km de l’archipel. Une étude scientifique est en cours avec l’université de Barcelone pour la valider. « Nous avons construit un modèle qui tient compte de la direction du vent et des courants, explique Marta Sugrañes, la biologiste de l’ONG. Il est tout à fait possible, dans certaines conditions météo, que des pellets puissent aller de Tarragone jusqu’aux Baléares. » Les échantillons prélevés lors de l’expédition sont également analysés pour être comparés avec ceux retrouvés à Tarragone. Limite de l’exercice : « Les entreprises refusent de nous fournir leurs granulés. »

    Face au « déni » des industriels et à l’accumulation de « preuves » (photos, vidéos, prélèvements, etc.), Good Karma a décidé de déposer plainte en janvier 2021. Un an après, l’enquête de la police de l’environnement piétine. « Disons que ce n’est pas la priorité numéro un de l’administration, qui ne souhaite pas se mettre à dos l’industrie chimique », souffle une source proche du dossier. Il y a tout juste deux ans, en janvier 2020, une explosion sur une des installations avait causé la mort de trois personnes et une vague de protestations parmi la population. Depuis, l’émotion est retombée. Le complexe pétrochimique nourrit de nombreuses familles : 7 000 emplois directs et indirects.

    60 000 entreprises manipulent des granulés au sein de l’UE
    L’organisation professionnelle rappelle que les entreprises productrices de granulés participent toutes à l’Operation Clean Sweep (OCS) et appliquent à ce titre « les standards les plus élevés pour minimiser les risques de fuite ». Elle se défausse sur les autres maillons de la chaîne : « Il faut désormais que tous les opérateurs (transformateurs, transporteurs, recycleurs…) se joignent à l’initiative pour tendre vers l’objectif “zéro granulé”. »

    OCS est un programme de « bonnes pratiques » proposé aux entreprises volontaires. Il a été lancé par les producteurs de plastique européens en 1991. « Trente ans après, c’est un échec, comme le montre la pollution persistante à Tarragone », juge Xavi, de Surfrider. L’ONG appelle l’Union européenne (UE) à légiférer pour imposer « un système d’obligations avec des contrôles et des sanctions » aux quelque 60 000 entreprises qui manipulent des granulés au sein de l’UE.

    A la Commission, on indique qu’une étude est en cours sur la prévention des pertes de granulés et que des mesures, voire une proposition de loi, pourraient être présentées en fin d’année. A Tarragone, sur la plage de La Pineda, un panneau demande aux touristes de ne « pas déranger les tortues » qui viennent pondre sur le sable… au milieu des pellets. Une photo montre des œufs, si petits qu’ils pourraient être confondus avec des « larmes de sirène ».

    Des obligations pour 5 500 sites industriels en France
    Les côtes françaises ne sont pas épargnées par la pollution aux granulés de plastiques industriels. Depuis le 1er janvier, un décret d’application de la loi antigaspillage vise à obliger tous les sites de production, de manipulation (stockage, transformation) et de transport de granulés à se doter de procédures (et d’équipements à partir de 2023), pour empêcher leur fuite dans la nature. Au ministère de la transition écologique, on estime qu’environ 5 500 sites industriels sont concernés. Concrètement, il s’agit de l’installation de moyens de filtration, de confinement et de récupération des granulés. Il n’est pas prévu de sanctions, mais des inspections sous forme d’audits devraient être réalisées tous les trois ans par des organismes indépendants.

    Stéphane Mandard
    Tarragone, #Espagne

  • Un anarchisme vivant : Recit d’un voyage au Chiapas
    https://blogs.mediapart.fr/alinor-jolliot/blog/280122/un-anarchisme-vivant-recit-dun-voyage-au-chiapas

    En pleine période de troubles politiques, parlons un peu des alternatives possibles ! Le Chiapas, grande terre de luttes zapatistes, est aujourd’hui un thème passé d’actualité, et pourtant l’anarchisme y évolue encore. J’ai alors pris la décision, pour mes vingt ans, d’aller y jeter un oeil, de m’immerger un mois dans une communauté reculée, chose qui m’a appris bien plus que je ne le pensais.

    Il y a à peu près trois ans, sur un serveur internet croisé au détour d’un lien, je lisais pour la première fois le terme « zapatisme ». De longues éloges sur ce mouvement mexicain au Chiapas, qui a pris les armes il y a quelques dizaines d’années pour aujourd’hui vivre dans des communautés autonomes… Bien sûr, ce n’est pas aussi simple que cela, mais cet échange marque ma première approche concrète de cette idéologie si vague qu’est l’anarchisme et de son fer de lance, le #zapatisme.

  • Entraîner son #entreprise
    https://laviedesidees.fr/Entrainer-son-entreprise.html

    À propos de : Scarlett Salman, Aux bons soins du #capitalisme, Le coaching en entreprise, Presses de Science-Po. La sociologue Scarlett Salman analyse une figure emblématique du nouvel esprit du capitalisme, celle du coach en entreprise. Son essai permet de saisir de manière originale les mutations des organisations, mais aussi des formes de psychisme véhiculées par le capitalisme contemporain.

    #Société
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20220128_coach.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20220128_coach.docx

  • À Washington, les Républicains exigent une action contre la Russie
    https://www.les-crises.fr/a-washington-les-republicains-exigent-une-action-contre-la-russie

    Les Républicains américains devraient exiger mieux de leurs législateurs à Washington, de peur de risquer de se battre à nouveau pour la guerre de quelqu’un d’autre. Source : Responsible Statecraft, Doug BandowTraduit par les lecteurs du site Les-Crises Les tambours de la guerre résonnent à Washington, et les Républicains sont parmi les partisans les plus […]

  • Valve will start selling the Steam Deck on February 25th - The Verge
    https://www.theverge.com/2022/1/26/22902930/valve-steam-deck-release-date-gaming-handheld-pc

    Valve announced that the Steam Deck will go on sale starting February 25th. According to the company’s blog, customers who have reservations will get an email on that day and have three days to place an order. Valve also says that it’ll release new batches on a weekly basis, so if you’ve got a reservation, March will be the time to keep an eye on your email.

    Steam Deck Deposit - Steam Deck arrive le 25 février : actualités Steam
    https://store.steampowered.com/news/app/1675180/view/3117055056380003048

    Bonjour, c’est bientôt le grand jour ! Le 25 février, nous enverrons le premier lot d’e-mails de notification de commande aux personnes qui ont une réservation. Elles auront alors 3 jours (72 heures) à compter de la réception de cet e-mail pour effectuer leur achat. Passé ce délai, leur réservation sera attribuée à la personne suivante dans la file d’attente. Les premiers exemplaires seront expédiés à partir du 28, et nous prévoyons d’envoyer de nouveaux lots d’e-mails de commande chaque semaine.

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #business #console #pc #steam_deck #valve

  • Organiser la société des sociétés… Un exemple historique : les conseils ouvriers (Anton Pannekoek)- Resistance71
    https://resistance71.wordpress.com/2022/01/27/organiser-la-societe-des-societes-un-exemple-historique-les-

    Ce texte de Pannekoek date de 1936 et prit une dimension en Espagne et sa révolution sociale, ceci fut appliqué également auparavant en Russie, en Italie (1920), puis le sera de nouveau à Budapest en 1956 et en 1968 lors des grèves sauvages ouvrières, véritable révolution sociale qui fut étouffée par (...) @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • #Chili : la lutte #Mapuche continue sous état d’urgence
    https://fr.squat.net/2022/01/27/chili-la-lutte-mapuche-continue-sous-etat-durgence

    Dans une partie des zones mapuche, soit les quatre provinces de Bío Bío, #Arauco, #Malleco et #Cautín, l’Etat chilien a décrété l’état d’urgence le 12 octobre dernier suite à l’offensive des groupes de lutte qui multiplient les attaques d’intérêts forestiers et les occupations de terres. Cela signifie notamment une augmentation de barrages policiers sur les […]

    #actions_directes #Amériques #arbres #Biobío #militaires

  • BALLAST • Le monde des laborieux
    https://www.revue-ballast.fr/le-monde-des-laborieux

    Par la voix d’une gro­tesque énarque et ancienne cadre supé­rieure, le minis­tère de l’Industrie a loué, il y a peu, « la magie de l’a­te­lier où l’on ne dis­tingue pas le cadre de l’ou­vrier ». Le sang d’Éric Louis n’a fait qu’un tour. C’est que cet ancien cor­diste de la Somme, « ouvrier, fils d’ou­vrier, petit-fils d’ou­vriers », sait de quoi il en retourne vrai­ment. « Ça fait un an que je bosse en conti­nu. Un an d’usine. Neuf mois de tôle­rie dans la fer­raille hui­leuse de radia­teurs élec­triques. Trois mois dans l’alu des écha­fau­dages. » Fort de son expé­rience, il répond dans nos colonnes à la ministre déléguée.

    #travail #intérimaire #prolétariat #précariat #accidents_du_travail

    Éric Louis a exercé le métier de cordiste et dans ce cadre, a exercé des missions dangereuses au fond de silos industriels.

    Il relate sa vie d’ouvrier intérimaire dans un entretien accordé à SST Mag, trimestriel d’information consacré aux secours et à la sécurité en milieu professionnel :
    https://www.sstmag.fr/2021/11/16/livre-a-la-loupe-mes-trente-peu-glorieuses

    Il a publié un billet de blog concernant la mise en danger d’une équipe d’intérimaires dont deux membres ont perdu la vie dans un silo de sucre.
    https://blogs.mediapart.fr/eric-louis-69/blog/150921/silo-n-4-la-sentinelle-assassine

  • Santé Pudique France - 27.01.22

    – réa : toujours faux plat +
    – dc : toujours x2 en 3 semaines

    la moyenne hebdo dc (estimée) serait, à vue de nez, la plus grosse marche - ou la 2e plus grosse - de la vague en cours ; la fin de semaine sera p’tet plus clémente et aplatira la courbe ?

    Le régresseur dc à le x2 qui passe de 21 à 22 j, p’tet un signe de début de mieux.

    Si on dit que la bosse sur dc est une conséquence de celle sur réa, décalée de 2 semaines et amortie, on devrait commencer à voir une descente du flux ; ou pas :-)

    variations locales : http://coviiid.free.fr

  • Dans l’éducation nationale, la distribution d’autotests périmés, ou presque, ravive la colère des enseignants
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/01/27/dans-l-education-nationale-la-distribution-d-autotests-perimes-ou-presque-ra

    Les alertes se sont multipliées au point de remonter jusqu’au ministère de l’éducation nationale. Ces dernières semaines, des boîtes d’autotests périmés – ou en passe de l’être – ont été distribuées à des enseignants et personnels travaillant dans les établissements scolaires. C’est notamment ce qu’affirmait, sur Twitter, le 20 janvier, Benjamin Bauné, professeur des écoles et représentant de Sud Education Paris : « Dans mon école, on vient de recevoir dix boîtes de dix autotests… Mais ils périment dans trois jours. » Une photographie associée au tweet atteste de la date de péremption des kits distribués.


    Sophie Vénétitay, professeur de sciences économiques et sociales dans un lycée de l’Essonne et secrétaire générale du SNES-FSU, premier syndicat dans le secondaire, livre la même expérience : « La semaine [du 17 janvier], on a reçu plusieurs boîtes d’autotests qui périment le 30 janvier. D’après les remontées de terrain que l’on a, il semble que la situation soit similaire dans beaucoup d’établissements. »

  • Époux Balkany : le parquet de Rouen demande leur incarcération - ladepeche.fr
    https://www.ladepeche.fr/2022/01/27/epoux-balkany-le-parquet-de-rouen-demande-leur-incarceration-10072485.php

    Les Balkany vont-ils retourner en prison ? D’après une information de Marianne, le parquet de Rouen a requis la révocation de leur placement sous bracelet électronique et réclamé leur incarcération lors d’une audience à la mi-janvier. La chambre d’appel du juge d’application des peines de Rouen rendra son jugement le 3 février prochain.

    Depuis mars 2021, les Balkany purgent trois ans d’emprisonnement pour fraude fiscale depuis leur domicile de Giverny (Eure), avec chacun un bracelet à la cheville et une permission de sortie de 14 heures à 18 heures.
    Les bracelets ont sonné une centaine de fois

    Isabelle et Patrick Balkany ont eu de nombreux manquements selon la procureure. Ils ont fait sonner leur bracelet électronique une centaine de fois et auraient eu des « comportements inappropriés » à l’égard de leur juge d’application des peines, toujours selon Marianne.

    Leur bracelet électronique peut sonner soit car ils sont dehors, ou avant, ou après l’heure autorisée, soit parce qu’ils sont sortis du périmètre défini pour leur « détention à domicile ». Ce périmètre étant leur domicile, les bracelets des époux Balkany ont bipé de très nombreuses fois.
    Facteur, chiens et bains chauds

    Pour expliquer ces nombreux écarts, les Balkany ont évoqué la nécessité d’aller au portail de leur propriété ouvrir au facteur, ou pour faire sortir leurs chiens. Isabelle Balkany a aussi expliqué qu’elle devait prendre des bains chauds pour sa cheville, cependant le bracelet s’éteint après une certaine période sous l’eau. Même une fois mis au poignet, il a continué de s’éteindre.

    Pour les écarts les plus longs, les Balkany ont justifié tous les deux trouvé des justifications. Patrick a invoqué une panne sur l’autoroute et Isabelle a affirmé avoir été bloquée par les embouteillages en rentrant des courses. Ces excuses suffiront-elles ? Réponse le 3 février prochain.

  • Charlie Parker, Bird Songs | ARTE
    https://www.youtube.com/watch?v=bROu7zuFwBU

    En archives et séquences d’animation, une évocation du fulgurant Charlie Parker, dit « Bird » (1920-1955), génie du saxophone alto et improvisateur visionnaire, à l’origine du basculement du jazz dans la modernité.

    Étoile filante née en 1920 à Kansas City, dans une Amérique raciste rongée par les violences sociales, Charlie Parker erre seul la nuit dès l’âge de 11 ans, s’étourdissant de cigarettes et bientôt d’alcool, avant de découvrir l’héroïne à 16 ans. Précoce, ce boulimique de musique écoute tout, blues, jazz, classique, soufflant dans son saxophone alto de onze à quinze heures par jour, en autodidacte virtuose et prodigieux conteur d’histoires avec son instrument. Mais les improvisations du « Yardbird » (le bleu) – son surnom avant le sacre de « Bird » −, enrôlé à 17 ans dans l’orchestre de Jay McShann, lui valent des humiliations, avant la révolution new-yorkaise du be-bop dont la furieuse énergie dope ses solos et son langage poétique dès 1940. Avec le pianiste Thelonious Monk, les batteurs Kenny Clarke ou Max Roach et surtout le trompettiste Dizzy Gillespie, frère d’âme, le génie visionnaire propulse le jazz dans l’ère de la performance, entre fulgurances et rivalités. Corps usé et costumes froissés, Bird jaillit, s’envole vers des sommets, atterrit dans des territoires inconnus d’une enivrante douceur, manque des sets, rattrapé par ses démons et ses addictions, pour reprendre à ses retours, comme une évidence, le fil de son odyssée lyrique. En 1949, lors d’une tournée en Europe avec Miles Davis, le compositeur de « Koko » conquiert le Saint-Germain-des-Prés de Juliette Gréco et Boris Vian, avant les enregistrements mythiques et la gloire. Mais la mort de sa fille de 3 ans le renvoie en enfer. Le 12 mars 1955, Charlie Parker s’étouffe dans un éclat de rire, devant un show de jongleurs à la télévision. Le médecin légiste note : « Homme noir, environ 53 ans ». Il a 34 ans.

    Comète jazzistique

    Mêlant archives – dont une émouvante interview radio de Bird −, séquences d’animation inspirées par les couvertures de ses albums et éclairages de Franck Médioni, auteur d’une biographie, ainsi que de musiciens (Géraldine Laurent, Steve Coleman, Antonin-Tri Hoang…), ce documentaire retrace la rupture parkérienne. Par ses innovations harmoniques, rythmiques et expressives, le saxophoniste, après Louis Armstrong et Duke Ellington, a réinventé le jazz, et l’a fait basculer dans la modernité. « Il reflète la rébellion des Noirs dans les villes et leur conscience qu’il faut trouver une autre identité », pointe le toujours avisé Archie Shepp. Irrigué par ses improvisations et des interprétations de ses héritiers, un portrait sensible de la comète Parker, superbement ressuscitée en 1988 au cinéma par Clint Eastwood, qui a nourri la Beat Generation, Cocteau ou encore l’art urbain de Basquiat.

    Charlie Parker, Bird Songs

    Documentaire de Jean-Frédéric Thibault (France, 2020, 52mn)
    Disponible jusqu’au 10/03/2022

    #musique #Charlie_Parker #jazz #saxophone #improvisation #bird