• "Transmettre les valeurs de la République" ou quitter l’enseignement : le message de Blanquer aux profs

    Ce mardi, au Conservatoire national des Arts et Métiers, le ministre de l’Education nationale a présenté son plan de formation des enseignants à la #laïcité. Il y a martelé son message insistant sur la nécessité de transmettre les valeurs de la République au sein de l’école.

    Le ministre de l’Education nationale #Jean-Michel_Blanquer a estimé mardi que les enseignants devaient « adhérer aux valeurs de la République et les transmettre », ou sinon « sortir de ce métier », lors du lancement d’un #plan_de_formation des enseignants à la laïcité.

    « Lorsqu’on devient professeur, on devient #fonctionnaire. Lorsqu’on est fonctionnaire de la République, on connaît les valeurs de la République et on les transmet », a souligné Jean-Michel Blanquer dans un discours devant mille formateurs, marquant la première étape d’un vaste plan de formation sur quatre ans des personnels de l’Education nationale à la laïcité et aux valeurs de la République.

    « Si quelqu’un a un problème avec les valeurs de la République, ça peut être possible sur le plan démocratique, en tant que citoyen français, par contre ce n’est pas possible en tant que fonctionnaire de la République », a-t-il ajouté.
    Pour Blanquer, on n’a « peut-être pas été assez clair » par le passé

    « Si vous voulez devenir plombier et que vous avez un problème avec les tuyaux, vous choisissez un autre métier. Il faut en faire un autre. Si vous devenez professeur, vous transmettez les valeurs de la République. Et si vous ne les transmettez pas et si même vous militez contre les valeurs de la République, éventuellement sortez de ce métier, parce que vous vous êtes trompés à un moment donné », a-t-il martelé.

    « Ca n’a peut-être pas été assez clair dans le passé, ça va être désormais très clair dans le présent et dans le futur, au travers de la formation comme de la gestion de la carrière des personnes ».

    Une « nouvelle étape »

    Le ministre s’exprimait au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) devant des formateurs (professeurs, personnels de directions, inspecteurs....), qui devront ensuite former les enseignants et autres personnels dans les écoles, collèges et lycées. Il avait annoncé en juin le lancement de ce plan dès la rentrée, suivant ainsi les préconisations d’un rapport de l’ex-inspecteur général de l’Education Jean-Pierre Obin. Ce cycle de formation est « une nouvelle étape », a déclaré Jean-Michel Blanquer à des journalistes.

    « Nous voulons quelque chose où il n’y ait pas de trous dans la raquette, pas d’angles morts, et où il y ait vraiment une formation solide et un #état_d’esprit très solide aussi. C’est l’état d’esprit qui compte avant tout et cet état d’esprit c’est la #force et la #sérénité ».

    https://www.bfmtv.com/politique/transmettre-les-valeurs-de-la-republique-ou-quitter-l-enseignement-le-message
    #enseignement #Blanquer #enseignement #école #valeurs #république #éducation_nationale

    ping @isskein @karine4

  • Why Squid Game is actually a critique of meritocracy
    https://theconversation.com/why-squid-game-is-actually-a-critique-of-meritocracy-170311

    October 22, 2021 Matt Bennett, University of Essex - Squid Game, Netflix’s latest runaway success has set new records for views and generated a flurry of comment pieces, memes and moral panic about screen violence.

    The programme follows 456 competitors through a series of lethal contests. At stake is a cash prize of billions of won, suspended over the contestants’ dormitory in a giant perspex piggy bank. The people playing the games are destitute and laden with debt. Some are suffering from gambling addictions, others are caught up in gang violence and some face the threat of deportation. This desperation drives them to risk their lives to win the fortune dangling over their heads.

    Squid Game no doubt functions as a satire of material inequality in South Korea. The problem has reached a point where relatively radical policies are being considered by candidates for the country’s 2022 presidential election, including universal basic income and a comprehensive overhaul of the legal system.

    But though Squid Game’s social critique most obviously aims at extreme inequality, its satire is most effective when it targets a principle that has served to support, justify, and perpetuate such inequality. Squid Game is perhaps at its best when viewed as a critique of meritocracy.

    Meritocracy’s promise

    Meritocracy is having something of a moment as a subject of debate. A significant number of recent critical studies by sociologists, economists, and philosophers have focused on the role meritocracy plays in legitimising the levels of inequality we face today.

    We have been sold the idea that a meritocratic society would be a place where our material wellbeing is determined not by class, race or gender, but by a combination of our ability and effort. Meritocrats believe in fair social competition, a level playing field, and rewards for those talented and industrious enough to rise up the social ladder.

    But in a competitive society, not everyone can win. The dark side of meritocracy is that it justifies inequality on the grounds that the better-off have earned their position, with the implication that the worse off also deserve their lot. And when people are convinced that their society is indeed meritocratic, political resistance to inequality is much more difficult to establish.

    Political promises of meritocracy peaked in the 1980s and 1990s, and have diminished since the 2008 financial crisis, along with the economic optimism that helped to make meritocracy plausible. Meritocracy nonetheless continues to haunt contemporary politics. Just last year, for example, Kamala Harris’s vice-presidential campaign included the assurance that everyone can “be on equal footing and compete on equal footing”. And some data indicates that a growing proportion of the public continues to believe that they live in a meritocracy.

    The problem with past promises of meritocracy is that they have turned out to be either false, because we never really get meritocracy, or empty, because meritocracy doesn’t really give us what we hope for. Squid Game exposes both sides of this unhappy either/or.

    The unfairness of false meritocracy
    At the heart of Squid Game’s competition is a moral code that, according to the shadowy figure running the game, offers the contestants an opportunity unavailable outside of the game. In his (translated) words: “These people suffered from inequality and discrimination out in the world, and we offer them one last chance to fight on equal footing and win”.

    Unsurprisingly, the reality of Squid Game’s competition falls short of its meritocratic ideal. The hope of a level playing field is undermined by the same social factors that corrupt competitive society outside of the game. Factions form; women are shunned; elderly players are abandoned.

    A scene from Squid Game in which one character holds up another to prevent him from falling, losing the game and thereby being shot.

    Ali Abdul holds up Seong Gi-hun during the game of red light, green light. Netflix
    The game’s only player from outside of Korea, Ali Abdul, is patronised, betrayed, and exploited. In the first game, he literally holds up Seong Gi-hun, the programme’s protagonist, in a stunning visual metaphor for the dependence of prosperity in developed countries on cheap foreign labour.

    Not everyone has a fair chance of winning.

    The violence of true meritocracy
    But is the injustice in Squid Game really that the competition is unfair? Would the horror disappear if the competitors really were “on equal footing”?

    Squid Game could be perfectly meritocratic and at the same time perfectly perverse. This is a winner-takes-all competition, where only a tiny fraction of players will rise to fortune, and where negligible differences in performance can make the difference between success and failure, and with it the difference between life and death.

    Compare this with the polarised labour markets of countries like the US, where middle-income jobs have been replaced by a small number of high-earning roles for winners, and increasingly poorly-paid jobs for those left behind. In reality, even societies that have embraced genuine meritocracy such as the US have nonetheless generated few opportunities to win, while losing leaves tens of millions in poverty.

    Squid Game is also a competition in which society’s poorest are forced into playing. Though the rules of the game allow players to opt-out at any time – they even allow for a democratic vote about whether to continue – the misery that awaits them outside of the game makes this no real choice at all.

    Winner takes all, losers die, and participants have no choice but to play. Squid Game’s radical meritocracy is a caricatured version of the inequalities that have emerged in competitive society. But it also reflects, in only an exaggerated form, the dangers of both the false and the true meritocracies that currently trap millions.

  • Der Fall Robert Rössle :- Jens Reich: „Ich weiß um das Verhalten von Medizinern unter Diktaturbedingungen“
    https://www.berliner-zeitung.de/mensch-metropole/jens-reich-ich-weiss-um-das-verhalten-von-medizinern-unter-diktatur

    26.10.2021 Anja Reich, Wiebke Hollerse - Am Ende überlebt der Rebhuhnweg

    Steckt ein Ost-West-Konflikt hinter der Debatte?

    Ein Ost-West-Konflikt kommt immer dann auf, wenn jemand aus dem Westen kommt und hier „Ordnung schaffen“ will. Das ist einfach zu oft passiert. Das Argument vieler Bucher Bürger ist: Benennt bitte erstmal eure Straßen um, den Hindenburgdamm in Steglitz zum Beispiel. Oder die Manfred-von-Richthofen-Straße in Tempelhof. Danach reden wir über Robert Rössle.

    Sie würden die Straße nicht umbenennen?

    Ich bin für einen Kompromiss, am Eingang eine Tafel aufzuhängen und dort die Leistungen, aber auch die Kooperation zur Nazi-Zeit darzustellen: die drei Leben des Robert Rössle. Um so zwiespältige Figuren wie ihn als Denkanstoß und zur Mahnung nutzen. Wir haben ja die große Straßennamenbereinigung Anfang der 1990er-Jahre erlebt, da wurden die sozialistischen Granden abgewickelt. 1991 habe ich dazu einen Artikel in der Zeit geschrieben: Leninallee Ecke Rebhuhnweg. Am Ende überlebt nur der Rebhuhnweg. Straßen nach Politikern zu benennen, ist sinnlos, eine Generation später sind die alle wieder weg.
    ...
    Der Molekularbiologe und ehemalige Bürgerrechtler ist gegen die Umbenennung der Straße in Berlin-Pankow. Dem Pathologen seien keine Naziverbrechen nachzuweisen.

    #Berlin #Geschichte #Medizin #Straßenumbenennung

  • Qui était Dag Hammarskjöld ?
    https://www.les-crises.fr/qui-etait-dag-hammarskjold

    Par son indépendance, Hammarskjöld avait réussi à mettre en colère les deux camps de la Guerre froide, écrit Joe Lauria. Source : Consortium News, Joe LauriaTraduit par les lecteurs du site Les-Crises Dag Hammarskjöld a établi la norme d’intégrité et d’indépendance à laquelle tous les secrétaires généraux des Nations Unies sont jugés. Il a été […]

  • « Obliger à prendre n’importe quel emploi, tel est l’objectif de la nouvelle réforme de l’assurance-chômage »
    https://qg.media/2021/10/21/obliger-a-prendre-nimporte-quel-emploi-tel-est-lobjectif-de-la-nouvelle-reform

    Alors que depuis 20 ans, on assiste à une explosion des contrats courts dans de nombreux secteurs, la réforme de l’assurance chômage finalement imposée le 1er octobre dernier, va venir encore pénaliser davantage les salariés aux parcours chaotiques subis. Une réforme injuste, profondément idéologique, dont l’économiste Mireille Bruyère, membre des Économistes atterrés, souligne au demeurant qu’elle n’aboutira pas aux créations d’emplois prétendument recherchées. Interview pour QG

  • Black Country, New Road annonce son second album avec “Chaos Space Marine” - Rolling Stone
    https://www.rollingstone.fr/black-country-new-road-annonce-son-second-album-avec-chaos-space-marine

    Black Country, New Road annonce son second album avec « Chaos Space Marine »Publié 13/10/2021Par La Rédaction© Rosie Foster
    Black Country, New Road sortira son nouvel album, Ants From Up There le 4 février
    Moins d’un an après la sortie d’un premier album acclamé (For The First Time), le groupe de rock progressif/fusion jazz Black Country, New Road est de retour avec un second disque, annoncé quasiment par surprise. Intitulé Ants From Up There, le disque paraîtra dans les bacs le 4 février (via Ninja Tune / PIAS).

    Digne poursuite de leur recherches sonores et soniques entre Klezmer, Indie, post-punk et spoken word incandescent, ce second album marquera par la maîtrise plus totale de leur approche de la musique en tant que groupe inclassable et déjà classique. Ants From Up There se dévoile déjà d’un premier extrait, « Chaos Space Marine », à l’écoute ci-dessous :

    « Nous avons injecté toutes nos idées dans cette chanson, a déclaré le frontman Isaac Wood dans une déclaration. La réalisation de cette chanson a donc été une approche très rapide et fantaisiste, comme jeter toute la merde sur le mur et laisser tout coller. »

    Pré-commandez dès maintenant le nouvel album.

    Découvrez ci-dessous la tracklist ainsi que la pochette :

    01 Intro
    02 Chaos Space Marine
    03 Concorde
    04 Bread Song
    05 Good Will Hunting
    06 Haldern
    07 Mark’s Theme
    08 The Place Where He Inserted the Blade
    09 Snow Globes
    10 Basketball Shoes

    Pochette

    Le groupe est également de retour sur la route, avec une tournée mondiale déjà complète, dont le Trabendo, à Paris le 25 octobre.

    Les autres dates :

    27/10/2021 – Le Grand Mix, Tourcoing – FR

    28/10/2021 – Lieu Unique, Nantes – FR

    29/10/2021 – Rockschool Barbey, Bordeaux – FR

  • Israeli Municipality Razes al-Yousofiyya Cemetery in Jerusalem
    Oct 25, 2021 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israeli-municipality-razes-al-yousofiyya-cemetery-in-jerusalem

    A Palestinian woman clings to her son’s grave and refuses to leave the Yusufiya cemetery to protect the grave from desecration. Photo: Silwanic

    Israeli forces, on Monday, returned to the Islamic al-Yousofiyya Cemetery to resume razing the historic grave site in the occupied city of Jerusalem, a local Palestinian official reported.

    Head of the Committee for the Preservation of Islamic Cemeteries in Jerusalem, Mustafa Abu Zahra, told Palestinian News and Information Agency (WAFA) that Israeli municipal crews from the ‘Nature Protection Authority’ levelled parts of the historic site, located near the walls of the Old City of Jerusalem.

    The Wadi Hilweh Information Center in Silwan (Silwanic) reported that Israeli police detained a Palestinian young man, identified as Omar Al-Rashed from the cemetery while he was sitting at his grandfather’s grave site.

    Officers attempted to remove a grieving mother from the grave site of her son, to which she responded, “Bury me next to my son, I will not leave here.”

    The occupation authorities plan to destroy the cemetery and build a national biblical park, south of the old city of Jerusalem, with no regard or respect for the families of those buried at the site.

    Just two weeks ago, Israeli municipal officers desecrated the historic cemetery, unearthing the remains of Palestinians buried at the site, causing distress among family members of the dead.

    In November of 2020 the staircase leading to the site was demolished, and in December municipal crews demolished the wall of the Shuhada cemetery, which is an extension of the al-Yousifiyya Graveyard.

    Post from Silwanic

  • En Suède, déjà plus de 4000 personnes pucées
    https://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?article1584

    Cet article du quotidien suisse Le Temps, titré : « En Suisse, quel avenir pour les puces sous la peau », expose la situation en Suède, pays du monde où l’on compte le plus d’individus pucés. On peut s’y faire greffer sous la peau son abonnement de train, la clé de son bureau ou de son club de sport, ses cartes de visite et son profil LinkedIn. Et pourquoi pas son QR code de vacciné ? C’est ainsi qu’on devient un composant de la Mère-Machine. (Pour lire l’article du Temps, ouvrir le document ci-dessous.) #Service_compris

    https://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/en_suisse_quel_avenir_pour_les_puces_sous_la_peau_-_le_temps.pd

  • Ah mais merde, je sors une heure, je rentre, et v’là un nouvel exploit du Z qui remplit mes flux des interwebz.

    Sérieux, ça va pas être possible de continuer comme ça jusqu’en mai. Il va falloir nous reconfiner d’urgence si on veut préserver la santé mentale des gens…

    #i_wanna_be_sedated

  • CNews : des préfets en formation chez télé-Zemmour
    http://www.davduf.net/cnews-des-prefets-en-formation-chez-tele-zemmour

    Lu sur Mediapart | La chaîne de Bolloré a participé le 22 octobre à une formation de l’Institut des hautes études du ministère de l’intérieur (IHEMI) à destination du corps préfectoral. Embarras Place Beauvau. A la manœuvre : le colonel Sylvain Renier, qui avait dirigé le groupement de gendarmerie du Tarn à Sivens, en 2014. La rencontre a été organisée sous la houlette du colonel Sylvain Renier, arrivé à l’IHEMI à sa création en septembre 2020, fruit de la fusion entre le Centre des hautes études du (...) Revue de presse, du web & veille en tous genres

    / #Police

    #Revue_de_presse,du_web&_veille_en_tous_genres

  • Musiques populaires, une épopée française – série de podcasts à écouter – France Culture
    https://www.franceculture.fr/emissions/series/musiques-populaires-une-epopee-francaise

    Folklore musical des années 30, mouvement folk des années 70, ou musiques trad’ d’aujourd’hui : chaque époque s’empare à sa manière des traditions et expressions populaires et les réinvente.

    Ces renouvellements obéissent aux préoccupations propres de chaque période, dont elles portent l’empreinte, parfois le stigmate.

    Une série documentaire de Péroline Barbet, réalisée par Nathalie Battus

    Passionnant premier épisode très centré sur la collecte.

    #musique #musiques_traditionnelles #ethnomusicologie

  • Comrades in Arms with the Web of Life: A Conversation with Jason W. Moore // New Socialist
    http://newsocialist.org.uk/be-comrades-web-life-conversation-jason-w-moore

    Jason W. Moore’s work—from A History of the World in Seven Cheap Things: A Guide to Capitalism, Nature and the Future of our Planet (co-written with Raj Patel), to the huge range of essays and interventions he makes freely available on his website to—perhaps above all—his book Capitalism in the Web of Life: Ecology and the Accumulation of Capital—has been absolutely crucial in our understandings of ecological Marxism, and foundational for a great deal of what we wanted this edition to be. Jason’s work combines a rigorous, creative conceptual innovation, clarification, and (as Fanon knew to be a necessary, particularly when dealing with the imperialist context
    ) stretching of Marxist categories with a deep understanding of history and a commitment to rendering it concrete, along with a generosity and responsiveness to the world and its potentialities for change. We were very happy to be able to speak with Jason, and are sp grateful for the carefulness and generosity of his responses. This discussion took place over Zoom, and has been slightly edited for clarity, and to unfold certain points.

    #jason_w_moore #communisme_interspécifique #faction #alliance

  • La Résistance, la gauche et la IVe République face au judéocide et à l’antisémitisme- Mondialisme
    http://mondialisme.org/spip.php?article3052

    Ce texte est extrait d’un livre à paraître sur l’Histoire des Juifs de France, de l’Emancipation (1791) à nos jours. Les extraits choisis concernent principalement trois mythes, répandus notamment aujourd’hui à gauche et à l’extrême gauche : – le mythe selon lequel la Résistance aurait été (...) @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • Hommage à Gerassimos Stephanatos
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?1065-Hommage-a-Gerassimos-Stephanatos

    Gerassimos Stephanatos, docteur en médecine, psychiatre, pédopsychiatre et psychanalyste adhérent au IVe Groupe, est décédé ce 27 septembre, à Athènes. Il était un des (très) rares dans son domaine, avec J. F. Narodetzki et E. Colombo, eux aussi récemment disparus, à s’approprier le travail de C. Castoriadis et c’est à ce titre que nous étions en correspondance avec lui depuis près de dix ans. Nous avions publié la retranscription des échanges d’une discussion qu’il avait initiée (« Repenser la psyché »), (...) Démarches personnelles - Psychè

    / Gerassimos S., #Psychanalyse, Mortalité / finitude, #Totalitarisme, #Type_anthropologique, #Bêtise, (...)

    #Démarches_personnelles_-_Psychè #Gerassimos_S. #Mortalité_/_finitude #Insignifiance
    https://books.openedition.org/pusl/839?lang=fr
    https://www.quatrieme-groupe.org/images/stories/publication/GSCornelius2019.pdf
    https://www.cairn.info/revue-topique-2013-3-page-177.htm
    https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00288084/document

  • Plusieurs centaines de travailleurs sans papiers en grève à l’appel de la CGT

    Cette grève dans les secteurs de la livraison, de la restauration, du bâtiment ou encore du ramassage d’ordures met en lumière des conditions de travail particulièrement précaires.

    Ils font la plonge dans les cuisines du Café Marly, un restaurant chic situé sous les arcades du Louvre à Paris ; ils ramassent les ordures ménagères dans toute l’Ile-de-France, sous la bannière de l’entreprise Sepur ; ils livrent les courses au domicile des clients parisiens de Monoprix ; ils conditionnent et expédient les journaux à France Routage ; sont intérimaires chez Manpower et jardiniers, ouvriers du bâtiment ou manutentionnaires dans la logistique pour le compte de grands groupes tels que Bouygues, Eiffage, Chronopost… Lundi 25 octobre, quelque 200 travailleurs sans papiers devaient commencer un vaste mouvement de grève en Ile-de-France, à l’appel de la CGT, pour dénoncer leurs conditions de travail et réclamer leur régularisation.

    Dimanche, au siège de la confédération syndicale, à Montreuil (Seine-Saint-Denis), ils s’étaient réunis pour organiser leur débrayage. « C’est très important que vous sortiez au grand jour, notamment avec la montée des idées d’extrême droite », défend Marilyne Poulain, responsable des travailleurs sans papiers pour la CGT, devant une assemblée d’hommes originaires pour la majorité du Mali, du Sénégal et de Côte d’Ivoire. « Si vous n’étiez pas là, qui irait ramasser les poubelles à 5 heures du matin ?, demande Jean-Albert Guidou, de la CGT de Seine-Saint-Denis, sous les applaudissements des grévistes. Qui serait en cuisine ? Qui assurerait la sécurité des magasins et des hôpitaux ou le ménage dans les bureaux ? C’est ça, la réalité, pas celle présentée sur CNews. »

    Il est par définition impossible de quantifier le nombre de travailleurs #sans_papiers, mais le mouvement de #grève lancé ce lundi montre l’étendue des secteurs ayant recours à eux, souvent pour occuper des métiers pénibles, aux horaires atypiques et mal rémunérés. Le fait que ces travailleurs soient dépourvus de titres de séjour les place, en outre, dans une vulnérabilité particulière à l’égard de leur employeur. S’ils veulent demander une régularisation en préfecture, à titre exceptionnel, ils doivent justifier de leur présence en France depuis plusieurs années, présenter un certain nombre de fiches de paie et, impérativement, une promesse d’embauche. « C’est profondément problématique, car certains employeurs n’ont aucun intérêt à cela », souligne Mme Poulain, qui dénonce des « conditions de travail précaires ».

    Pas de chômage partiel

    Cheick, 34 ans, est présent en France depuis plus de six ans. Sa carrure de basketteur – il jouait en sélection nationale cadet et junior du Mali – lui a valu de trouver du travail comme agent de sécurité. Depuis bientôt trois ans, il est aussi éboueur à Pantin (Seine-Saint-Denis), dans un quartier difficile. « On est sur ce site parce qu’il y a beaucoup d’agressions », dit-il. Il travaille le soir et le week-end, balaye les rues avec une soufflette et lave les trottoirs.

    Lorsqu’il est arrivé au terme de ses dix-huit premiers mois de travail, « [son] chef d’équipe [lui] a demandé de travailler sous un nom différent », pour contourner la période de carence obligatoire et ne pas l’embaucher. « Ils font passer d’autres travailleurs d’une boîte d’#intérim à une autre, ajoute Mme Poulain. C’est un système d’exploitation organisé. » « On ne nous fournit ni gants ni chaussures, pas même des masques », poursuit Cheick. Sur son lieu de travail, il n’y a pas d’eau et pas de toilettes, si bien qu’il doit demander aux commerçants de pouvoir utiliser leurs W.-C. Pendant le confinement, lui et ses collègues faisaient leurs besoins dans un bidon.

    A la même période, les plongeurs et commis de cuisine maliens d’un restaurant parisien ont tous été renvoyés chez eux, sans bénéficier du chômage partiel. Ils sont considérés comme extras, alors que certains travaillent plus de quarante heures par semaine. Makan travaille ainsi depuis plus de trois ans à temps plein dans cet établissement. Il a été recruté le jour de son arrivée en France, recommandé par un compatriote. « Je suis arrivée à 6 heures du matin en Flixbus à Paris et, à 14 heures, je commençais le travail », se souvient le jeune homme de 34 ans, diplômé en comptabilité dans son pays. Quand il repense au confinement, Makan a « envie de pleurer ». Il a été « dans le vide » pendant des mois, à dépendre des billets de 20 euros donnés par ses « frères ». « J’ai juste réussi à travailler un mois pour la RATP. Je désinfectais le métro », rapporte-t-il. Makan veut croire qu’il est désormais à un « tournant » de sa vie. Il est, en tout cas, « déterminé » à faire grève jusqu’à obtenir des papiers.

    A presque 40 ans, Diabel a un besoin impérieux de « sécuriser [sa] vie » ainsi que celle de sa mère, de ses frères et de ses deux enfants restés au Sénégal. Depuis 2019, il est livreur Stuart pour les clients du magasin Monoprix. Il dit avoir d’abord été salarié d’un sous-traitant, avant de ne plus être déclaré pendant des mois pour finalement être facturé comme autoentrepreneur. Un système qui prospère à travers une « sous-traitance en cascade » qui permet de diluer les responsabilités, dénonce Marilyne Poulain. « Je fais en moyenne quarante heures par semaine », jauge Diabel. Il pousse un chariot dans un périmètre de 1 kilomètre carré autour d’un magasin, pour livrer des courses alimentaires à des particuliers. Un service vanté comme étant « 100 % écologique ». Diabel se dit lui « engagé à 100 % » pour sa régularisation.

    https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/10/25/plusieurs-centaines-de-travailleurs-sans-papiers-en-greve-a-l-appel-de-la-cg

    #régularisation

  • Des auteurs de violences sexuelles se retrouvent à travailler au contact de personnes handicapées | Stéphanie Plasse
    https://www.streetpress.com/sujet/1635148941-auteurs-violences-sexuelles-contact-personnes-handicapees-an

    Les établissements pour personnes handicapées ne contrôlent pas toujours les antécédents judiciaires des salariés, bénévoles et prestataires. Résultat, des auteurs de violences sexuelles, déjà condamnés, sont parfois recrutés. Source : StreetPress

  • Mark Zuckerberg was more involved in decision-making at #Facebook than he let on - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/technology/2021/10/25/mark-zuckerberg-facebook-whistleblower
    https://www.washingtonpost.com/wp-apps/imrs.php?src=https://arc-anglerfish-washpost-prod-washpost.s3.amazonaws.com/public/JQKM6HDJ2VFXRCZC6TBTAOQXEY.jpg&w=1440

    Haugen references Zuckerberg’s public statements at least 20 times in her SEC complaints, asserting that the CEO’s singular power and unique level of control over Facebook mean he bears ultimate responsibility for a litany of societal harms. Her documents appear to contradict the CEO on a host of issues, including the platform’s impact on children’s mental health, whether its algorithms contribute to polarization and how much hate speech it detects around the world.

    For example, Zuckerberg testified last year before Congress that the company removes 94 percent of the hate speech it finds — but internal documents show that its researchers estimated that the company was removing less than 5 percent of hate speech on Facebook. In March, Zuckerberg told Congress that it was “not at all clear” that social networks polarize people, when Facebook’s own researchers had repeatedly found that they do.

    […]

    In her congressional testimony, Haugen repeatedly accused #Zuckerberg of choosing growth over the public good, an allegation echoed in interviews with the former employees.

    #délétère

  • The Film the Nazis Tried to Destroy
    https://tribunemag.co.uk/2021/10/the-film-the-nazis-tried-to-destroy

    Europa, a short film made by the Polish artists Franciszka and Stefan Themerson in 1931, was confiscated by the Nazis in 1940 and presumed lost until its unearthing in 2019 at the Berlin Bundesarchiv and finally screened this month.Based on a poem of the same title written by the Futurist poet Anatol Stern and first published in 1925, it gained wider notice in the form of a booklet designed by the Constructivist Mieczysław Szczuka, If there is one question fundamental to Europa, it is certainly that of progress. The film deploys an array of modern photographic techniques and references. Hands appear as photograms of the kind we associate with Lucia Moholy and László Moholy-Nagy. A compass guided by a single hand reminds us of El Lissitzky and Jan Tschichold’s cover for the magazine Foto-Auge. There is a man punching an imaginary opponent, one of Eadweard Muybridge’s boxers stripped of his sparring partner.

  • Mise à jour mardi 26 (reçu via la newsletter de Tous Migrants, 0h50) :

    Les personnes exilées qui dormaient dans la gare de Briançon depuis dimanche soir ont été accueillies dans l’Eglise Sainte Catherine par le prêtre de Briançon et l’évêque de Gap et d’Embrun.

    (ça devrait couper l’herbe sous le pied de la préfecture qui avait prévu une grosse opération « d’évacuation » de la gare manu-militari ce matin...)
    –---
    Dimanche 24/10, reçu via la mailing-liste informelle des « 101 fourmis solidaires » de Briançon

    Ce dimanche l’arrivée massive de Migrants la nuit dernière et dans la journée , le peu de départ par manque de transport, l’impossibilité d’avoir un pass sanitaire (la Croix Rouge venant le lundi et jeudi) ont obligé à fermer l’accueil de Migrants aux Terrasses pour des raisons de sécurité. Hier soir les Migrants étaient dans la gare de Briançon seul lieu ouvert pour 200 Migrants.

    Le communiqué de presse envoyé par Refuges Solidaires :

    L’association Refuges Solidaires engagée dans l’accueil d’urgence depersonnes en parcours d’exil à la frontière franco-italienne à Briançon (Hautes-Alpes) est confrontée à des arrivées plus importantes dépassant largement ses capacités d’accueil. Plus de 200 personnes présentes aujourd’hui, pour une capacité de maximum 80 personnes, obligent l’association à prendre ses responsabilités.
    Pour des raisons principalement de sécurité Refuges Solidaires a donc décidé d’interrompre totalement l’accueil aux Terrasses Solidaires à partir d’aujourd’hui.
    Les citoyens Briançonnais, depuis 2015, se mobilisent pour éviter des drames inhérents à la traversée périlleuse de la montagne. Particulièrement en période hivernale, l’association s’inquiète car de plus en plus de familles (afghanes, iraniennes…) avec de tout jeunes enfants traversent les Alpes.
    Depuis sa création, en 2017, Refuges Solidaires interpelle l’Etat sur ses responsabilités d’assurer la mise à l’abri des personnes. La mission que l’association s’est donnée depuis cinq ans ne reprendra que lorsque les conditions de sécurité pourront être respectées aux Terrasses. Cela implique que d’autres opérateurs prennent en charge l’accueil d’urgence en complément de l’action qu’elle mène depuis lors seule.
    L’association Refuges Solidaire souhaite vivement que des actions soient mises en place dans les plus brefs délais.
    Refuges Solidaires continue à affirmer que lorsque l’on se donne des moyens d’accueil digne tout se passe au mieux.

    L’article de la presse locale :

    Les commentaires des politiques locaux (Maire de Briançon + président de la région PACA) : https://alpesdusud.alpes1.com/news/hautes-alpes/92003/hautes-alpes-la-gare-de-briancon-occupee-par-les-migrants-des-ter
    ...où comment condamner les associations qui gèrent leur carences illégales et tentent de leur faire assumer leurs responsabilités...

    Aux « Terrasses » la situation est urgentissime : si vous avez 3 sous à donner, c’est le moment ! https://www.helloasso.com/associations/les%20terrasses%20solidaires/collectes/ouverture-un-tiers-lieu-d-accueil-et-solidarite-a-briancon

    #Briançon #Refuges_Solidaires #Terrasses_Solidaires #Tous_migrants