• Transhumanisme : le MIT met en place une nouvelle initiative pour fusionner l’Homme à la machine
    https://trustmyscience.com/transhumanisme-mit-nouvelle-initiative-fusionner-homme-machine

    Le MIT annonce l’ouverture d’un nouveau centre de recherche interdisciplinaire visant à atténuer les handicaps physiques et neurologiques par le biais de technologies associant la physiologie humaine et l’électromécanique. Le K. Lisa Yang Center for Bionics étudiera comment « fusionner le corps humain aux technologies avancées », telles que les exosquelettes robotisés et les interfaces cerveau-ordinateur.

    Câblé.

  • Raffle contre des antifascistes à Lyon : Face à la répression – Solidarité ! | Groupe Antifasciste Lyon et Environs
    https://groupeantifascistelyonenvirons.wordpress.com/2021/09/27/face-a-la-repression-solidarite

    Le 21 septembre 2021, 7 personnes ont été convoquées, perquisitionnées et/ou arrêtées sur leur lieu de travail afin d’être placées en garde à vue. Les faits qui leur sont reprochés : 

    – violence en réunion n’ayant pas entrainé d’ITT 

    – groupement en vue de commettre des délits durant une manifestation 

    – participation à une manifestation non déclarée 

    – refus de donner leur codes de chiffrement (téléphone portable)

    Parmi les 7 interpelés, 4 sont envoyés en détention et les 3 autres se retrouvent soumis à un contrôle judiciaire. Ces faits se réfèrent aux évènements survenus lors de la manifestation contre le pass sanitaire du 28 août dernier, où l’extrême droite et plus précisément le groupe antisémite et ultra-réactionnaire, CIVITAS, a été confronté à une riposte populaire d’un grand nombre de manifestant.e.s qui n’acceptaient plus leur agressivité fasciste (propos homophobes, agressions, revendications antisémites).

    À Lyon, l’extrême droite continue de gangréner la ville. Ces dernières années, et ce malgré des mouvements sociaux de très grande ampleur, nous avons pu constater l’installation d’un climat de plus en plus autoritaire, liberticide, raciste, islamophobe et fascisant. Le gouvernement Macron/Darmanin enchaîne les attaques liberticides et restrictives sous couvert d’Etat d’urgence sanitaire et n’hésite pas non plus à relancer des projets de lois antisociales. Parallèlement à cette levée des forces réactionnaires de nos dirigeants, l’extrême droite tente de reprendre la rue un peu partout en France, en investissant notamment les manifestations contre le pass sanitaire. À Lyon, Génération Identitaire ré-ouvre officiellement son bar dans le 5ème, les patriotes leadés par Philipot appellent à leurs propres rassemblements tous les samedis, surfant sur la colère contre le pass sanitaire pour divulguer leurs thèses conspirationistes et antisémites. Bien sûr, les bandes fascistes (ex-GUD, Bastion Social, Lyon Populaire, Audace, Civitas etc..) profitent aussi de ce terreau pour commettre des agressions sur des jeunes de quartiers populaires et/ou des militant.e.s progressistes. Partout en France, l’extrême droite profane, blesse, tue. Et le climat politique ne fait que la nourrir. 

    En effet, ce dernier coup de filet répressif contre des antifascistes nous le prouve : le pouvoir a choisi son camp. Il déploie ainsi tout un arsenal juridique et donc considéré comme “légitime” contre les personnes qui tentent de résister par tous les moyens à ces tendances fascistes. Le procureur s’est auto-saisi contre ces “violences” sans qu’aucune plainte n’ai été déposée. Il a procédé, grâce aux services de police et aux renseignements généraux à diverses arrestations et perquisitions préparées par un grand investissement de surveillance et de traçage des 7 personnes politiquement ciblées. Lors de leur garde à vue, la raison “politique” de cette opération leur a en effet plusieurs fois été répétée. 

    Après plusieurs jours de garde à vue (de 24 à 48h), nos camarades sont déférés au tribunal de grande instance dans le cadre d’une toute nouvelle procédure : la comparution immédiate différée. Cette procédure expérimentée depuis 2019 permet d’imposer le cadre de la comparution immédiate de manière ultérieure en enlevant la possibilité de refus de cette procédure. Elle réduit le délai pour préparer la défense et permet de ne pas clore l’instruction afin de continuer l’enquête tout en infligeant une peine, avec la possibilité pour le procureur de demander la mise en détention provisoire ou un contrôle judiciaire. Dans le cas présent, la procureur était claire, elle ne souhaitait rien savoir de cette affaire, et demandait d’office la détention jusqu’au procès de nos 7 camarades. Face à une juge des libertés et de la détention impassible, 4 de nos camarades sont incarcérés tandis que les 3 autres sont soumis à un contrôle judiciaire drastique.

  • Gwendolyn Warren, Détroit et la géographie
    https://visionscarto.net/gwendolyn-warren-detroit

    Le nom du mythique Detroit Geographical Expedition and Institute (DGEI) est généralement associé à celui de son directeur, le géographe William Bunge (1928-2013), rarement à celui de sa directrice, Gwendolyn C. Warren. Les livres du premier, Fitzgerald. Geography of a Revolution (1971) et Nuclear War Atlas (1988) reprennent pourtant certaines informations — et, pour le deuxième, les graphiques — qui se trouvent dans les Field Notes, soit les comptes-rendus des travaux du petit institut, publiés de (...) #Billets

  • Longitudinal Follow-up of Antibody Responses in Pediatric Patients... : The Pediatric Infectious Disease Journal
    https://journals.lww.com/pidj/fulltext/2021/08000/longitudinal_follow_up_of_antibody_responses_in.2.aspx

    A prospective multicenter study was performed using 315 samples of 74 confirmed and 10 probable coronavirus disease 2019 pediatric cases. About 20% of these cases were classified as asymptomatic, 74% as mild/moderate and 6% as severe/critical.

    […]

    #SARS-CoV-2 IgG antibody levels decreased after 6 months. The decrease was moderate in severe/critical cases. Overall, 95.8% of the patients remained positive up to 9 months after infection. Although the IgA response may be useful early on, the IgG response is useful after 14 days.

    #sérologie #anticorps #covid-19

  • Photo Archives - I am Unbeatable | Domestic Abuse Photo Archives
    https://www.iamunbeatable.com/photo-archives

    Living With The Enemy is about the dark side of family life.

    Domestic violence did not threaten my childhood. Nor did it intrude into my world until 1981, when, on assignment for a magazine, I saw a man hit his wife. I was unprepared for his violence—it shattered the belief I’d been raised with that home is a refuge from the chaos of life.

    That experience changed my life as a photographer. Until then I had been trying to show the beauty of people in love. Shocked that love could go so wrong, I became obsessed with documenting domestic violence. Driven to try to do something about it, I found that a camera was my best weapon.

    Much of Living With The Enemy was born out of frustration—first, because I felt powerless in the face of the violence I had seen, and second, because for a long time no magazine would publish the pictures. It was only when I received the Eugene Smith Award in 1986 that magazine editors began to take the project seriously. I felt that it was important to find ways to show as many aspects of the problem as I could because this problem has been concealed from public view for too long.

    Throughout the 1980s and 1990s, I went to demonstrations and conferences, hung around courtrooms and hospital emergency rooms, rode with police, sat in on batterers’ therapy groups and women’s self-defense classes, and lived in women’s shelters and women’s prisons. I stayed in the violent homes of the very rich and the very poor—domestic violence knows no economic boundaries.

    The text has been taken from my own interviews with battered women, violent men, and activists, and from interviews conducted by reporters with whom I worked on domestic-violence stories. The most daunting task was to find women and men who would agree to expose their lives. I was fortunate to find people who felt that it was vitally important for others to see the nature of the problem.

    A few of the people I photographed asked not to be identified by their real names. In all cases they gave permission to tell their real stories and to use their pictures. The lives of many of the subjects in this book have changed. Some have solved their problems; others are still trying. But every one has contributed to my search for an end to violence.

    If Living With The Enemy finds a way into your heart, I hope you will contemplate this: There are countless women in prison whose sole crime was to protect themselves and their children from murderous husbands or boyfriends. Many things are shocking about family violence, but none more so than the fact that women are behind bars for trying to save their own lives.

    Learn more about Donna Ferrato: www.donnaferrato.com

  • Red Covid - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2021/09/27/briefing/covid-red-states-vaccinations.html

    More recently, the racial gaps — while still existing — have narrowed. The partisan gap, however, continues to be enormous. A Pew Research Center poll last month found that 86 percent of Democratic voters had received at least one shot, compared with 60 percent of Republican voters.

    The political divide over vaccinations is so large that almost every reliably blue state now has a higher vaccination rate than almost every reliably red state:


    • Trump a continué à bricoler et à faire barrage au confinement, laissant les gouverneurs et les maires démocrates éteindre l’incendie. Même lorsque le président s’est vu contraint par l’opinion publique d’approuver des mesures de quarantaines limitées dans les villes, et donc une fermeture générale des commerces non essentiels, certains gouverneurs d’États en zone rouge ont refusé ces fermetures avec le même zèle borné que leurs prédécesseurs mettaient à resister à l’intégration raciale.

      Le monstre est parmi nous - Pandémies et autres fléaux du capitalisme, Mike Davis, éditions divergences, p. 33

  • Cyril, garagiste
    http://www.weck.fr/2021/09/27/cyril-garagiste

    Longtemps la moto a été pour moi un truc dangereux qui faisait du bruit pour rien. Et puis, à l’occasion d’un moment de déprime dont un ami motard a voulu me sortir, nous avons fait un tour sur sa moto et j’ai eu comme un flash de bonheur, de l’ordre de la révélation… Depuis, progressivement, […]

  • Cherex. Dans ce monde turbide aux postérités indécises et malmenées par la canaille patronnesque, nous saluons partiellement le résultat du scrutin non sans y prêter une attention pour le moins critique.

    Du coup voici deux autres nouvelles qui nous remplissent de joie et d’ivresse. Le replay de la lecture en hommage aux mineurxs mortxs éventréxs ou pire au fond des Mines de Courrières.
    https://www.youtube.com/watch?v=g0v6gVDnElk&t=91s

    Nous n’oublions pas. Nous ne pardonnons pas !

    Et voici qu’au C-L-S Cercle de Lecture Sociale dont le Canal Telegram t’invite à t’y associer [https://t.me/csl_cercledelecturesociales] Nous parlerions comme ça du Boycott et du SABOTAGE. Appétissant non ? Viens-t ’en bafrer de riches. Ce sera peut-être dim prochain le 03 octobre. Pourquoi ? hé bien on en devisera.

  • Le replay de la #JCSA21 est en ligne ! Retour sur notre Journée du Conseil scientifique #Afnic sous le signe du chiffrement, de la protection et du protocole #QUIC !

    ▶️📽️Toutes les vidéos sur https://www.afnic.fr/observatoire-ressources/actualites/jcsa21-retour-sur-ledition-2021-de-la-journee-du-conseil-scientifique-de-lafni

    #Sécurité #Internet #Web #TCP #UDP

    The #JCSA21 replay is online ! Throwback to our #Afnic Science Council Open Day !

    ▶️📽️ All videos are available in French on https://www.afnic.fr/en/observatory-and-resources/news/jcsa21-a-look-back-at-the-2021-afnic-scientific-council-open-day

    #Security #Internet #Web #TCP #UDP

  • « Le passe sanitaire est un moyen extrajudiciaire de désactiver socialement les gens »
    https://reporterre.net/Le-passe-sanitaire-est-un-moyen-extrajudiciaire-de-desactiver-socialemen

    Selon le professeur de droit Guillaume Zambrano, le passe sanitaire est une atteinte aux droits fondamentaux ainsi qu’une sanction extrajudiciaire. La pérennisation de ce dispositif signifierait d’après lui la normalisation de l’atteinte à l’intégrité physique des individus et de la privation de sortie et de mouvement.

    Guillaume Zambrano est maître de conférences en droit privé à l’université de Nîmes. Face à la loi imposant le passe sanitaire, il a lancé une requête collective auprès de la Cour européenne des droits de l’Homme.

    Être exclu des transports publics, hôpitaux, cafés, restaurants, bibliothèques, associations sportives et culturelles et autres lieux de réunion est une privation de liberté extrêmement lourde : c’est une privation du droit de réunion, de la liberté d’aller et de venir, une véritable exclusion de la vie sociale. Le plus grave est qu’il s’agit d’une sanction extrajudiciaire. Depuis le XVIIᵉ siècle et le Bill of Rights anglais destiné à limiter l’arbitraire des souverains, notre tradition juridique est fondée sur le principe de l’habeas corpus : toute personne privée de liberté a le droit de passer devant un juge. De fait, quand une personne est assignée à résidence ou condamnée à porter un bracelet électronique, la mesure doit être approuvée par le juge des libertés et de la détention. Quand on condamne des personnes pour des dommages sociaux comme le vol, la fraude fiscale, les coups et blessures, elles ont eu droit à un procès. Et généralement, le but visé est la réinsertion sociale : même pour des délits graves, il y a du sursis, des aménagements de peine. Mais avec le passe sanitaire, toute une catégorie de personnes reçoivent une sanction pénale maximale sans qu’il y ait eu de jugement, sans même avoir pu se défendre.

    Qu’est-ce qui justifie cette sanction ? Le fait de ne pas pouvoir (ou ne pas vouloir) présenter un QR code à l’entrée des lieux publics, de ne pas être vacciné ou testé. Ce qui est reproché aux gens, c’est d’être potentiellement contagieux. C’est d’autant plus grave qu’il est très rare en droit que l’on soit condamné pour une infraction par omission. La règle est d’être condamné pour avoir fait quelque chose, et non pour ne pas avoir fait quelque chose. Il existe le délit de non-assistance à personne en danger (article 223-6 du Code pénal), mais ses conditions sont très restrictives et les condamnations rares. Il existe aussi une jurisprudence pour des personnes ayant contaminé d’autres personnes avec le Sida en connaissance de cause, mais les juges ont retenu l’aspect intentionnel : non seulement elles se savaient malades et n’ont pas pris de précautions, mais elles ont déclaré vouloir contaminer d’autres personnes, c’est ce qui a motivé la condamnation.

    Le passe sanitaire sort du cadre ordinaire du droit pénal. Il donne lieu à des sanctions sociales inédites qui sont un mélange de privation de liberté, de stigmatisation et d’incitation à l’humiliation publique. C’est un moyen extrajudiciaire de désactiver socialement les gens, de les débrancher, en quelque sorte. Et ce ne sont plus les juges, mais la population elle-même — les cafetiers, les bibliothécaires, les gardiens de musée ou les employés des hôpitaux — qui applique la sanction. Cela indique que le gouvernement est passé dans une logique de répression massive : comme il ne peut pas mettre un juge derrière chaque citoyen, il se repose sur la population et sur des moyens automatisés pour le faire. C’est une révolution anti-libérale. La seule comparaison possible est celle du crédit social en Chine, une forme de rééducation à la carotte et au bâton : je t’interdis de prendre le train, d’accéder à tel emploi, d’aller au cinéma…

    La pandémie de Covid-19 ne justifie-t-elle pas de déroger au droit de manière exceptionnelle ?

    Depuis deux siècles, la France a érigé la liberté en tant que principe fondamental, naturel, inaliénable : les restrictions sont des exceptions qui doivent être strictement justifiées et proportionnelles. Dans le cadre d’un raisonnement sur la proportionnalité, les mesures portant atteinte aux libertés fondamentales doivent remplir trois conditions. D’abord, le test d’« aptitude » : la mesure est-elle apte à atteindre l’objectif affiché ? Le passe sanitaire et l’obligation vaccinale peuvent-ils lutter efficacement contre l’épidémie ? On peut en discuter, puisque les vaccins n’empêchent pas forcément la contagion. Ensuite, le test de « nécessité » : y aura-t-il un très grand nombre de morts si le gouvernement ne met pas en place cette mesure ? Vraisemblablement non, ce n’est pas le cas dans les pays qui n’ont pas recours au passe sanitaire comme la Suède ou l’Angleterre. Enfin, le test de « substitution » : existe-t-il des mesures alternatives et moins restrictives qui permettraient de lutter contre les effets de l’épidémie ? Oui : le gouvernement pourrait ouvrir des lits de réanimation, créer des hôpitaux de campagne, vacciner les personnes les plus à risque et les personnes volontaires, et tester fréquemment les soignants, ce qui serait dans ce cas plus efficace que l’obligation vaccinale. Le passe sanitaire et l’obligation vaccinale sont donc des mesures disproportionnées et excessives par rapport à la nature du danger et à leur capacité à y répondre.

    L’obligation vaccinale des soignants, ou la quasi-obligation vaccinale imposée par le passe sanitaire, sont-elles contraires au droit ?

    Le plus fondamental des droits fondamentaux est le respect de la dignité humaine dont le consentement libre et éclairé à l’acte médical est une manifestation. En principe, les atteintes à l’intégrité du corps humain ne sont jamais permises, sauf dans des circonstances particulières et si et seulement si elles sont justifiées par un intérêt médical pour vous. En avril dernier, les juges européens ont rendu un arrêt justifiant la vaccination obligatoire des enfants contre le tétanos (arrêt Vavřička, 8/04/21) : on note que d’une part, la balance bénéfice/risque est positive pour les enfants, car le tétanos est dangereux pour eux, et que d’autre part, l’ancienneté des vaccins permet de connaître leur efficacité et la nature des risques à long terme. Dans le cas des vaccins contre le Sars-Cov2, c’est différent : non seulement leur intérêt médical pour les enfants et les adolescents fait débat [3], mais le fait qu’ils soient basés sur une technologie nouvelle ne permet raisonnablement pas d’en connaître les risques à long terme.

    Ne risque-t-on pas de voir ces mesures d’exception se normaliser ?

    Le risque est d’autant plus grand que la menace épidémique n’est pas de nature provisoire. Nous allons devoir vivre avec ce virus, ou avec d’autres virus. Si on est face à un risque permanent, alors il faut mettre en place des mesures permanentes, et celles-ci doivent bien sûr être compatibles avec les libertés. On peut constater que les mesures antiterroristes temporaires ont été dévoyées pour s’installer de manière permanente dans notre droit. Avec l’opération Sentinelle, le fait d’utiliser l’armée pour exercer des pouvoirs de police sur le peuple s’est normalisé. La surveillance de la population aussi : dans les années 1980, les écoutes de l’Élysée ont fait scandale ; en 2020, l’État peut écouter n’importe qui. Les mesures antiterroristes ont donc progressivement fait disparaître du droit la protection de la vie privée. Si on transpose cette situation aux mesures d’exception sanitaires, les conséquences sont vertigineuses : ce qui risque de se normaliser, ce n’est plus seulement l’atteinte à la vie privée, mais l’atteinte à l’intégrité physique des individus, la privation de sortie et de mouvement.

    Quels espoirs placez-vous dans la requête que vous portez auprès de la Cour européenne des droits de l’Homme ?

    Il faut rappeler une chose élémentaire : les droits de l’Homme sont au-dessus des lois. C’est la raison d’être de ces textes. Si les droits fondamentaux ont été inscrits dans les juridictions internationales et les constitutions, c’est précisément pour éviter que les gouvernements n’adoptent des lois contraires aux libertés et ne fassent basculer un pays dans la dictature. Il est donc nécessaire (quoique pas forcément suffisant) d’en appeler à la Cour européenne des droits de l’Homme dans la situation actuelle. En pratique, le but est d’éviter que l’obligation du passe sanitaire ne soit prolongée au-delà du 15 novembre 2021 par l’adoption d’une nouvelle loi. La Cour est légalement obligée de traiter toutes les requêtes, or ses moyens sont limités. Si elle est saisie par des dizaines de milliers de personnes, elle sera contrainte d’écouter nos arguments, pour éviter d’être complètement paralysée administrativement. En 2020, la CEDH a reçu un total de 40 000 requêtes de toutes natures. C’est ce chiffre qu’il faut dépasser. Nous sommes déjà à plus de 20 000. Toute personne de plus de 12 ans peut attaquer gratuitement et sans risques la loi sur le passe sanitaire.

    • Enfin, le test de « substitution » : existe-t-il des mesures alternatives et moins restrictives qui permettraient de lutter contre les effets de l’épidémie ? Oui : le gouvernement pourrait ouvrir des lits de réanimation, créer des hôpitaux de campagne, vacciner les personnes les plus à risque et les personnes volontaires, et tester fréquemment les soignants, ce qui serait dans ce cas plus efficace que l’obligation vaccinale.

      Ah, bref les usuels arguments antivax. Sérieusement, un an après, « ouvrir des lits de réanimation » est encore considéré comme un argument sérieux ? Chez Reporterre, envoyer massivement les gens en réa avec une maladie mortelle et peu de possibilités de traitement, parce qu’on aurait assez de lits, c’est une perspective écologiste crédible ?

      Ce qui est frappant ici, c’est qu’au début le gugusse donne des arguments juridiques contre le passe sanitaire, mais là on a très clairement glissé contre la généralisation de la vaccination et contre l’obligation vaccinale des personnels de santé.

  • Web Vitals
    https://web.dev/patterns/web-vitals-patterns

    Des modèles « optimisés Google » pour les composants fréquents des pages web (slider, image et vidéo, infinite scroll...)

    A propos de Web Vitals , le dernier avatar de Big brother pour imposer ses diktats sur l’architecture/référencement des sites web :

    Overview
    Web Vitals is an initiative by Google to provide unified guidance for quality signals that are essential to delivering a great user experience on the web.
    Google has provided a number of tools over the years to measure and report on performance. Some developers are experts at using these tools, while others have found the abundance of both tools and metrics challenging to keep up with.
    Site owners should not have to be performance gurus in order to understand the quality of experience they are delivering to their users. The Web Vitals initiative aims to simplify the landscape, and help sites focus on the metrics that matter most, the Core Web Vitals.

    #web_vitals #slider #image_responsive #Infinite_scroll #google

  • Ambassador in limbo makes plea for Afghans to be allowed into EU

    Former Afghan government’s ambassador in Greece appalled by Athens’ media blitz against ‘illegal migrant flows’

    The centre-right government of the prime minister, Kyriakos Mitsotakis, unveiled the EU-funded initiative, saying its goal was “to make clear that Greece guards its borders in an organised way and does not allow illegal migration flows”.

    Amid fears of the country again becoming the gateway for thousands of Europe-bound refugees desperate to escape the excesses of Islamist hardliners still seeking international legitimacy, the Greek migration ministry admitted the move had been prompted by “the latest geopolitical developments in Afghanistan”.

    Under the campaign, mainstream Afghan newspapers and social media will be targeted in what officials have called a blitzkrieg of messaging aimed at dissuading Afghans from paying smugglers to help them flee.

    Platforms including YouTube will be employed, with videos reportedly being prepared to convey the unvarnished reality of what awaits people if they succeed in reaching Greece through irregular means. This week asylum seekers on Samos were moved into a “closed” and highly fortified reception centre – the first of five EU-funded facilities on Aegean isles – that is encircled by military-style fencing and equipped with magnetic gates more resonant of a prison than a migrant camp, NGOs say.

    #migration #Greece #Afghanistan #Taliban #refugees #borders #camps #asylum

    https://www.theguardian.com/world/2021/sep/27/ambassador-in-limbo-makes-plea-for-afghans-to-be-allowed-into-eu

    • les principaux journaux afghans et les médias sociaux seront ciblés dans ce que les autorités ont appelé un blitzkrieg de messages visant à dissuader les Afghans de payer des passeurs pour les aider à fuir.

      Des plates-formes telles que YouTube seront utilisées, avec des vidéos qui seraient préparées pour transmettre la réalité sans fard de ce qui attend les gens s’ils réussissent à atteindre la Grèce par des moyens irréguliers. Cette semaine, les demandeurs d’asile à Samos ont été transférés dans un centre d’accueil « fermé » et hautement fortifié – le premier des cinq établissements financés par l’UE sur les îles de la mer Égée – qui est entouré de clôtures de style militaire et équipé de portes magnétiques plus proches d’une prison que un camp de #migrants, disent les ONG.

      #union_européenne #asile #réfugiés

  • Le nombre de familles sous la menace d’une expulsion de leur logement connaît une inquiétante augmentation | Maïa Courtois
    https://www.bastamag.net/Expulsion-de-logement-prix-des-loyers-treve-hivernale-baileurs-sociaux-Fon

    Prolongée durant la crise sanitaire, le moratoire sur les expulsions de logement s’est achevée début juin. Depuis, 30 000 familles sont menacées d’être jetés à la rue. Des situations d’urgence qui nécessitent des solutions politiques de long terme. Source : Basta !

    • La reprise des expulsions, début juin, a été brutale. Elle a été marquée par le décès d’un homme à Pierrelaye, dans le Val-d’Oise, « tué d’un coup de taser au cours de son expulsion », affirme le DAL. L’association n’a pas reçu, depuis, d’informations complémentaires. Elle espère qu’une « enquête objective » sera ouverte sur les circonstances du décès. Contactée, la préfecture du Val-d’Oise n’a pas donné suite à nos demandes d’éclaircissements.

      #logement #expulsions

  • Tuer en démocratie
    https://laviedesidees.fr/Amelie-Ferey-Assassinats-cibles.html

    À propos de : Amélie Férey, Assassinats ciblés : critique du #libéralisme armé, CNRS éditions. L’assassinat ciblé semble de plus en plus s’imposer comme une nouvelle manière de faire la #guerre. À partir d’une comparaison entre les États-Unis et Israël, Amélie Férey explore les discours consistant à légitimer cette pratique difficilement compatible avec le libéralisme #Politique.

    #démocratie #crime_d'Etat #Etat
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20210927_droitdetuer.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20210927_droitdetuer.docx

  • Khrys’presso du lundi 27 septembre 2021
    https://framablog.org/2021/09/27/khryspresso-du-lundi-27-septembre-2021

    Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière. Tous les liens listés ci-dessous sont a priori accessibles librement. Si ce n’est pas le cas, pensez à activer … Lire la suite­­

    #Claviers_invités #Internet_et_société #Libr'en_Vrac #Libre_Veille #Non_classé #GAFAM #Internet #Revue_de_web #Revue_hebdo #Surveillance #veille #webrevue

  • Pétrole, une histoire de pouvoir (1/2) | ARTE
    https://www.les-crises.fr/petrole-une-histoire-de-pouvoir-1-2-arte

    Source : Arte, Youtube  Comment le pétrole, matière première aujourd’hui indispensable, a bouleversé non seulement nos modes de vie et l’économie, mais aussi l’ordre géopolitique mondial ? Un passionnant retour aux sources de l’or noir. L’apparition de l’or noir fut en son temps une révolution miraculeuse : les lampes à pétrole éclairaient les demeures […]

  • A Case Study for the Quickest Way to Find the Source of a Bug
    https://www.fluentcpp.com/2021/09/27/a-case-study-for-the-quickest-way-to-find-the-source-of-a-bug

    In the previous post, I went through the most efficient method I know to find the source of a bug. Here it is, summed up: 0) Don’t start by looking at the code 1) Reproduce the bug 2) Do differential testing __2a) Start with a tiny difference __2b) Continue with larger differences 3) Formulate hypotheses […]

  • La « ville de demain » : vers une « déspécialisation » des bâtiments pour s’adapter aux nouveaux modes de vie ?
    https://www.banquedesterritoires.fr/la-ville-de-demain-vers-une-despecialisation-des-batiments-pour

    La crise du Covid-19 est venue accélérer les changements en cours dans les #modes_de_vie et de travail, avec l’essor du #télétravail, des #espaces_partagés... Lors de la quatrième table-ronde « Travailler, se déplacer, consommer, habiter », organisée le 21 septembre 2021 dans le cadre de la réflexion « Habiter la France de demain », sociologues, architectes, acteurs du bâtiment, partenaires publics et privés, ont esquissé les évolutions nécessaires pour s’adapter à ces mutations profondes. L’un des leitmotiv : la « #déspécialisation » des bâtiments.

    #urbanisme