• Petit détour en forêt avant le week-end et ses promeneurs
    https://onpk.net/index.php/2022/01/21/836-petit-dtour-en-fort

    Pour les deux (futures) ornithologues de la maison, nous avons fait un passage par la Forêt de Phalempin. Côté humain, nous n’y avons croisé qu’un couple promeneur + chien.

    Sous les feuilles, de la vie. Sous chaque trace de pas, deux vers de terre. Arrondissons à 5 vers par enjambé....

    #Quarantaine_2022

  • eh ben voilà...
    j’aime pas étaler ma vie mais là je suis trop dégouté...
    2 ans
    2 putain d’années à limiter les contacts, à faire gaffe, à expliquer aux enfants de faire gaffe, que c’est pas grave si d’autres le font pas, eux c’est important qu’ils le fassent.
    Dernièrement l’angoisse de la montée des cas à l’école.
    Cernés de partout, divergence incroyable entre ce qu’on dit partout autour de moi (repris de ce que dégueulent les médias mainstream) et ce qu’on lit sur seenthis.
    Résultat je tarde un peu mais je me décide à trouver des rendez vous coûte que coûte pour vacciner les petites et acheter les « pure mask » conseillés ici.
    Vaccins fait mercredi, pure mask reçu aujourd’hui...et ce qui devait arriver arriva...une des filles positives ce soir.

    Je suis dégouté parce que tout le monde trouve ça génial parce qu’on va retrouver la vie d’avant grâce à ce virus qui circule si bien et qui est rien d’autre qu’une gripette maintenant hein (et même des gars avec des cerveaux de fou comprennent pas que rien ne changera tant qu’on aura pas vacciné massivement toute la planète).
    Je suis dégouté parce que tout le monde dit c’est pas grave (mais putain...qu’est ce qu’on en sait ??? ouais la proba est faible...mais qu’est ce t’en sais que ça va tomber sur toi ou pas ?)
    Je suis dégouté parce que j’ai pas voulu trop le faire en force et que j’aurais peut être dû...
    Je suis dégouté que les mecs au gouvernement sont tellement nuls et cyniques qu’on en arrive à polariser la population comme jamais et que les gens comprennent plus rien à rien à force de dire n’importe quoi tout en faisant la chasse aux fake news qui se sont jamais aussi bien portées.
    Je pourrais continuer sur pas mal de choses mais j’ai déversé ce qui me pesait déjà pas mal sur le coeur...alors je vais m’arrêter là....

    ...mais je suis dégouté

  • Deux-Sèvres : une enseignante condamnée pour atteinte sexuelle sur un élève
    https://www.lanouvellerepublique.fr/niort/deux-sevres-une-enseignante-condamnee-pour-atteinte-sexuelle-su

    Une enseignante comparaissait jeudi 20 janvier 2022 à la barre du tribunal pour avoir entretenu une liaison pendant neuf ans avec l’un de ses élèves, âgé de 13 ans au début des faits.

    Une trentenaire, enseignante, mariée et mère de famille à l’époque des faits, comparaissait jeudi 20 janvier 2022 devant le tribunal correctionnel de Niort pour répondre d’atteinte sexuelle sur mineur en abusant de l’autorité de sa fonction, entre le 1er janvier 2002 et le 19 décembre 2007, dans les Deux-Sèvres. Il lui est reproché d’avoir eu une relation avec l’un de ses élèves, cette dernière ayant démarré alors que celui-ci était âgé de 13 ans. À l’âge de 22 ans, le jeune homme avait décidé de rompre, avant de déposer plainte à la gendarmerie.
    À la barre du tribunal, l’enseignante a avoué avoir eu une attirance pour son jeune élève et être passée à l’acte lors d’un camp de vacances organisé par une association. L’histoire avait commencé par un baiser sur la bouche. L’enseignante a expliqué au tribunal qu’après cinq années de thérapie avec un psychologue, elle commençait à comprendre son cheminement. « J’étais follement amoureuse. Je n’avais pas l’impression, à l’époque, de lui faire du mal. J’étais jeune encore, dans le souhait d’être une mère et une enseignante parfaites. Tout cela était trop lourd pour moi à porter. A travers cette relation, je pouvais enfin lâcher prise. »
    Des explications qui n’ont pas calmé la colère de la victime. À la barre, le jeune homme, ayant accepté de témoigner, a préféré abandonner ses notes pour crier sa douleur. « Je suis ici pour déposer plainte pour viol contre ma prof. Mon histoire, c’est celle d’un gosse qui a eu peur de l’autorité. À cet âge-là, on ne s’oppose pas. Ma tête m’appartient. Tout le reste aussi. Elle ne pourra plus se les accaparer ! » Puis celui-ci est revenu sur ces moments où l’enseignante lui demandait de répéter à voix haute son amour, plusieurs fois.
    « Un sentiment ne se commande pas, un passage à l’acte, si ! » Dans les intérêts de la victime, Me Gatien-Hugo Riposseau a estimé que l’enseignante n’avait pas respecté la candeur d’un jeune adolescent. « Il s’agit d’un acte contre-nature », a plaidé l’avocat. « Si une attirance ou un sentiment comme l’amour ne se commandent pas, il est toujours dans notre pouvoir de se maîtriser et de retenir ses actes. Elle a fait cela pour satisfaire ses désirs. Ce qui est très rare, parce que tabou dans nos sociétés, c’est que ce soit une femme qui soit l’auteure de ce qui s’appelle aussi un acte criminel. »
    Avant de requérir, la substitut du procureur de la République, Nina Blanchon, s’est adressée à la victime, en regrettant que la peine prononcée ne puisse, dans tous les cas, jamais compenser ce qui avait été vécu. En défense, Me Pauline Mézières est revenue sur les explications de sa cliente, tout en rappelant que cette dernière ne niait pas ce qui lui était reproché.
    Le tribunal a condamné l’enseignante à deux ans de prison totalement assortis d’un sursis. Il a constaté l’inscription de celle-ci au Fijais, le fichier des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes. L’enseignante devra par ailleurs indemniser sa victime à hauteur de 10.000 € et s’acquitter de l’ensemble des frais d’avocats, soit 1.200 €.

  • #conjoncture_covid, vendredi 21 janvier 2022 : comme hier dans la ligne de la semaine dernière

    • observé vs extrapolation


    nouvelles hospitalisations : 3077 (un peu supérieur aux 2981 extrapolées)
    entrées en réanimation : 329 (également supérieur aux 300 extrapolées)
    décès : 233, ici, légèrement inférieur aux 240 estimés

    • données corrigées des variations hebdomadaires (cvh)


    cvh parfaitement en ligne pour hospits et réas, un peu décalée vers le bas pour décès

  • « Les annonces de Castex ne répondent qu’à une tentative de sauver la candidature de Macron d’un naufrage lié à la gestion désastreuse de la crise du Covid, pas à une quelconque logique sanitaire. »

    Covid-19 : on vous explique pourquoi le calendrier de levée des restrictions sanitaires est critiqué
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-pourquoi-le-calendrier-de-levee-des-restrictions-sanitaires-es

    Plusieurs épidémiologistes ont dénoncé un allègement précipité des mesures sanitaires, alors que la France est toujours en pleine cinquième vague de l’épidémie de coronavirus.

    Le compte à rebours a commencé. Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé un calendrier de levée progressive des restrictions sanitaires, jeudi 20 janvier. Dans les prochaines semaines, certaines règles comme le port obligatoire du masque en extérieur, l’interdiction des concerts debout ou la fermeture des discothèques vont être abrogées dans toute la France. Le protocole sanitaire à l’école devrait aussi être allégé fin février. Mais en pleine cinquième vague de l’épidémie de Covid-19 et à quelques mois de l’élection présidentielle, ces annonces ont été vivement critiquées. Voici pourquoi.

    Parce la cinquième vague est encore trop haute

    La France est (toujours) sous l’eau, en pleine cinquième vague de l’épidémie, portée par la forte contagiosité d’Omicron. Sur les sept derniers jours, 337 192 nouveaux cas ont été recensés par jour en moyenne, soit près de 30 000 de plus que la semaine précédente. De quoi inquiéter de nombreux épidémiologistes, alors que le gouvernement annonce un allègement des restrictions sanitaires.

    « J’ai du mal à comprendre l’optimisme présenté par le Premier ministre », a réagi l’épidémiologiste et directrice de recherche à l’Inserm Dominique Costagliola sur BFMTV. « Moi je regarde les chiffres. Or on est à 525 000 cas diagnostiqués lundi, une incidence qui ne baisse pas, un nombre d’hospitalisations qui ne baisse pas non plus », a-t-elle mis en garde. « Il faut être sûr que la décrue soit entamée pour pouvoir commencer à relâcher certaines mesures », a renchéri, sur franceinfo, Jonathan Roux, épidémiologiste à l’Ecole des hautes études en santé publique de Rennes.

    "Je comprends qu’on ait envie de prendre des mesures mais elles devraient être basées sur des objectifs, sur les indicateurs."
    Dominique Costagliola, épidémiologiste

    « On peut donner des gages d’allègement aux Français, mais la réalité nous rattrape », constate sur franceinfo Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon à Paris. Le médecin note d’ailleurs que notre pays ne fait pas partie des « bons élèves » du continent. « La France est quand même dans une situation plus compliquée que les autres pays européens, contrairement à ce qui est dit parfois, notamment par rapport à l’Allemagne ou à l’Espagne », explique-t-il. La raison ? En France, « on a un socle d’infections Delta sur lequel est fixée la vague d’Omicron qui est très élevée, ce qui explique cette tension hospitalière ».

    Parce que la situation dans les hôpitaux est toujours compliquée

    Si la part de cas graves, nécessitant une hospitalisation, est beaucoup plus faible avec le variant Omicron qu’avec le variant Delta, les hôpitaux français sont loin d’être vides. Le nombre total de malades hospitalisés avec le Covid-19 a ainsi atteint 27 931, jeudi 20 janvier, dont 3 053 admis ces dernières 24 heures. Un chiffre qui progresse constamment depuis le début de l’année. Le nombre de personnes en soins critiques baisse lui légèrement depuis quelques jours, à 3 842 patients ce jeudi.

    « Il ne faut pas donner l’impression que tout est rose à l’hôpital », a estimé jeudi sur franceinfo Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF) et maire (Agir) de Fontainebleau. Il souligne que si « les chiffres sont bas » notamment en soins critiques, « la pression globale sur l’hôpital reste forte ». « Nos tutelles n’ont pas pris la mesure de l’état réel » de l’hôpital, s’est aussi inquiété Arnaud Chiche, médecin anesthésiste-réanimateur à l’hôpital d’Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), et fondateur du collectif Santé en danger, sur BFMTV.

    Parce que les écoles continuent d’être un vecteur de l’épidémie

    Le cas des écoles est aussi pointé du doigt, alors que le Premier ministre a annoncé un possible allègement du protocole sanitaire dans les classes après les vacances de février. Jeudi 20 janvier, près de 19 000 classes étaient fermées en raison de l’épidémie de Covid-19, plus de 450 000 cas de Covid étaient confirmés chez des élèves et 30 000 parmi le personnel de l’Education nationale. Un record depuis le début de la pandémie.

    "L’idée qu’après les vacances de février, on aura un allègement, les bras m’en tombent." Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Tenon à Paris à franceinfo

    « Au niveau scolaire, c’est quand même hallucinant », a réagi, vendredi sur franceinfo, Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon à Paris. « La rentrée des dernières vacances de Noël montre que dans la tranche 0-9 ans, on a eu une augmentation faramineuse avec des chiffres d’incidence qui sont au-delà de 4 000 [pour 100 000], et même de 5 000 pour les 10-19 ans. »

    Parce que la menace d’un nouveau variant plane

    A quoi faut-il s’attendre après Omicron ? La question agite toujours la communauté scientifique. D’autant plus qu’un sous-variant d’Omicron, baptisé BA.2, a récemment été découvert en France et est déjà majoritaire au Danemark. Un constat qui fait craindre aux épidémiologistes une plus grande contagiosité encore que celle du variant Omicron.

    La levée des restrictions sanitaires paraît donc précipitée pour certains spécialistes. « Ce sont des mesures qui sont annoncées sans seuil de levée des contraintes, mais surtout, sans seuil de reprise, s’est inquiété vendredi Gilles Pialoux. C’est un peu le calendrier de l’Avent, on ouvre des portes, on ne sait pas ce qu’il y a derrière très clairement. »

    Parce qu’Emmanuel Macron est accusé de préparer son entrée en campagne

    Si les médecins et épidémiologistes avancent des explications médicales et scientifiques, l’opposition, elle, brandit des arguments politiques. La candidate socialiste à la présidentielle Anne Hidalgo a ainsi dénoncé vendredi sur franceinfo un « calendrier politique » du gouvernement, qui « annonce des mesures d’allègement automatiques » après avoir mis tout le monde « en stress » lors du vote sur le pass vaccinal à l’Assemblée début janvier.

    Selon les informations recueillies par franceinfo, mercredi, à la veille de ces annonces, Emmanuel Macron – qui n’est pas encore officiellement candidat – souhaitait par ces décisions donner des perspectives aux Français, à moins de trois mois du premier tour de la présidentielle. Le chef de l’Etat « doit entrer en campagne dans le climat le plus positif possible », expliquait à franceinfo une source gouvernementale. Les prochaines semaines diront si ce relâchement des contraintes était prématuré ou non.

    https://twitter.com/Pr_Logos/status/1484594376202493953?cxt=HHwWgoC90YWuq5opAAAA

    • Covid, Omicron, BA.2 : Ce n’est plus 1984 c’est ... dingue !
      Le test anal est-il la solution contre les variants furtifs ?
      https://www.lindependant.fr/2022/01/21/covid-omicron-ba2-le-test-anal-est-il-la-solution-contre-les-variants-f

      Le variant Omicron et son sous-variant très redouté BA.2 malmènent les tests de dépistage. Les Chinois disent avoir trouvé la solution.

      Depuis le début de la crise sanitaire, la Chine est pointée d !u doigt. Et pour cause, l’épidémie de Covid-19 est partie de là-bas dans des circonstances encore floues.

      Mais à quelques jours d’accueillir les Jeux Olympiques (coup d’envoi le 4 février), la Chine se fait ainsi un devoir de montrer patte blanche. Le pays est d’ailleurs passé à la politique « zéro Covid ». Et chaque nouveau cas y est vécu comme une humiliation.

      Cependant, difficile d’échapper à Omicron : ce variant sud-africain moins sévère mais nettement plus contagieux qui contourne les systèmes immunitaires et les tests de dépistage. Une caractéristique dont aurait également hérité BA.2, son sous-variant particulièrement redouté, et réputé comme « furtif ».

      Alors que la vague Omicron déferle sur le monde entier, un premier cas a été officiellement recensé à Pékin samedi dernier. À quelques foulées des Jeux, le gouvernement chinois a, de fait, dégainé son arme qui n’est plus du tout secrète : le test anal.

      Un test qui avait déjà fait polémique lors de son lancement. Mais qui revient sur le devant de la scène, selon nos confrères de Newsweek.

      En effet, après un premier cas d’Omicron détecté dans la capitale chinoise, les autorités ont ressorti le test anal pour tester tous ceux qui habitaient dans l’immeuble de la femme infectée, à savoir 27 personnes.

      Un test controversé mais qui s’avère plus efficace face aux formes asymptomatiques ou bénignes comme face à Omicron. À l’image de la prise de température, bien plus précise après un relevé dans cette partie du corps. « Après trois à cinq jours, il est possible que les asymptomatiques n’aient plus de traces du virus dans la gorge », selon le Dr Li Tongzeng, de l’hôpital You’an de Pékin. « Chez certains patients infectés, le coronavirus survit plus longtemps dans leur tube digestif ou leurs excréments que dans leurs voies respiratoires ».

      Alors que ce test anal va être de plus en plus utilisé par les Chinois, le voilà également à disposition des personnes arrivant de l’étranger. Mais les gouvernements étrangers s’y opposent. Pour le moment.

  • L’histoire de la street dance (1/2) - Les débuts - Regarder le documentaire complet | ARTE
    https://www.arte.tv/fr/videos/102528-001-A/l-histoire-de-la-street-dance-1-2

    Pendant près de 100 ans, les danses urbaines ont puisé leurs racines dans les communautés africaines et afro-américaines avant de faire des émules et constituer un pan important de la culture patrimoniale.

    Les prémices de la Street dance apparaissent avec les premiers bateaux apportant des esclaves dans les plantations antillaises et américaines bien avant l’arrivée du jazz et du swing qui ont connu un succès de masse.

    Bien plus tard, c’est l’engouement pour la culture Hip-Hop new-yorkaise qui permet le développement des dances urbaines en périphérie puis dans les centres-villes aux Etats-Unis et en Europe dans le milieu des années 1980.

  • (1) Awarded… posthumously.
    https://www.reddit.com/r/HermanCainAward

    https://preview.redd.it/5micrhe6a1d81.png

    Nominees have made public declaration of their anti-mask, anti-vax, or Covid-hoax views, followed by admission to hospital for #Covid. The Award is granted upon the nominee’s release from their Earthly shackles.

    Je suis surpris de pas avoir vu le lien ici. Sur ce sub-reddit, on suit les messages sur les #réseaux_sociaux des #antivax et antis masques, qui finissent aux urgences ("nominees") ou qui en meurent ("awarded"). C’est ... assez troublant. Surtout au tout début, avant que la popularité n’explose, et que les noms et visages n’étaient pas masqués. Le côté positif, c’est que ça en a poussé certains à se faire #vacciner

  • Le taux d’incidence au lycée et au collège dépasse les 6 000. Et il à peine inférieur chez les 6-10 ans. Ça fait 6%. Dans chaque classe, 2 élèves testés positifs par semaine.

    En Haute-Garonne chez les primaires, on atteint 8 000. Les lycées dans l’Aveyron frôle les 10 000.

    Sérieusement, comment ce cloaque peut encore être ouvert ?

  • Nouvelles de l’an 22 à La Mélangeuse
    https://www.passerelleco.info/article.php?id_article=2515

    Bonjour tout le monde, Moi c’est karine, comme beaucoup d’entre vous peut-être, je suis arrivée en Aveyron pour des vacances. Une amie m’a proposé de découvrir la Mélangeuse lors des hivernades 2021. Je devais rester 5 jours, j’y suis restée 2 mois :) Il faut dire que les Zabitants y sont pour quelque chose ! Entre les discussions méga intéressantes, les moments de co-écoutes, et les propositions de participer à des moments ouf comme « le travail qui relie » je n’ai pas vu le temps passer ! Le travail (...)

  • Yémen : plus de 100 morts dans une frappe aérienne contre une prison
    https://www.lemonde.fr/international/article/2022/01/21/yemen-la-coalition-multiplie-ses-frappes-et-provoque-une-panne-d-internet-da

    Une frappe aérienne visant une prison dans la ville de Saada, fief des rebelles houthistes dans le nord du Yémen, a fait plus de 100 morts, vendredi 21 janvier, a déclaré le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). L’attaque n’a pas été revendiquée dans l’immédiat. Un acte « horrible », selon l’ONG Médecins sans frontières (MSF).

    « Il y a plus de 100 morts et blessés, et cela augmente », a déclaré Bachir Omar, porte-parole du CICR au Yémen, citant le bilan des hôpitaux. MSF a de son côté établi un bilan de 70 victimes et 138 blessés. Mais ce dernier ne concerne qu’un seul hôpital de Saada, a précisé un porte-parole de MSF, ajoutant que « deux autres établissements ont reçu de nombreux blessés, et des recherches ont toujours lieu dans les décombres de la prison ». Les houthistes avaient annoncé l’attaque sur leur chaîne de télévision, Al-Massirah, plus tôt vendredi, et diffusé des images montrant des bâtiments soufflés avec des équipes de secours retirant des corps des gravats, certains mutilés.

    « De ce que j’ai entendu de la part de collègues à Saada, il y a de nombreux corps sur le site de la frappe, et de nombreux disparus. Il est impossible de savoir combien de gens ont été tués », avait pour sa part déclaré Ahmed Mahat, le chef de la mission de Médecins sans frontières au Yémen. L’hôpital de la ville avait reçu quelque 200 blessés et disait alors ne plus pouvoir en accueillir.

    #yemen

  • Israël-Palestine : La critique européenne de la violence des colons pue l’hypocrisie - International Solidarity Movement - ISM-France
    https://ismfrance.org/index.php/2022/01/20/israel-palestine-la-critique-europeenne-de-la-violence-des-colons-pue-lhy


    Joseph Massad, 19 janvier 2022.

    Au cours des derniers mois, la violence et la terreur infligées depuis des décennies par les colons juifs aux Palestiniens en Cisjordanie occupée ont suscité une attention nouvelle de la part des pays européens, y compris la Grande-Bretagne, et des médias européens et américains.

    Alors que le Premier ministre israélien Naftali Bennett défendait les colons, qualifiant les attaques de « phénomène insignifiant », deux membres juifs de la Knesset ont invité le mois dernier les ambassadeurs européens à assister à une conférence sur le fait que ce sont l’UE et les organisations de gauche palestiniennes – et non les colons juifs – qui sont les « instigateurs de la violence en Judée et Samarie ». Les membres de la Knesset ont accusé l’UE d’antisémitisme et de « diffamation » pour avoir dépeint les colons juifs comme les coupables. (...)

  • Action contre l’ouverture du nouveau CRA de Lyon- A Bas les CRA !
    https://abaslescra.noblogs.org/action-contre-louverture-du-nouveau-cra-de-lyon

    Lundi 17 janvier 2022 a eu lieu l’ouverture officielle du nouveau CRA (centre de rétention administrative) de Lyon, à côté de l’aéroport Saint-Exupéry. Des prisonniers ont été transférés tôt le matin. Une opération perturbée par des camarades venus montrer leur solidarité. Nous relayons ici le texte publié à (...) @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • « Pas de #justice, pas de littérature »
    https://laviedesidees.fr/Pas-de-justice-pas-de-litterature.html

    Les relations entre la #littérature et le #droit ont longtemps été considérées sous l’angle du droit d’auteur, de la représentation imaginaire de l’univers juridique, et des procès d’écrivains. La critique judiciaire, telle que la pratique Caroline Julliot, fait émerger une nouvelle vérité des textes en convoquant des créatures de fiction au tribunal.

    #Arts #morale
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/202201_julliot.docx
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20220121_julliot.docx
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20220121_julliot.pdf

  • François Graner dans « L’Eléphant » : « La recherche avance plus vite que nos capacités collectives de régulation »
    https://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?article1631

    A la suite de son texte « Devons-nous arrêter la recherche ? » publié sur Pièces et main d’oeuvre (ici), François Graner a donné cet entretien à la revue L’Eléphant de janvier 2022 (ouvrir le document ci-dessous). Le texte de François Graner, et celui d’Alexandre Grothendieck, intitulé « Allons-nous continuer la recherche ? » sont également disponibles sur papier dans la Pièce détachée n°94.

    Pour la recevoir, envoyer un chèque de 5 euros à l’ordre de #Service_compris : Service Compris - BP 27 - 38172 Seyssinet-Pariset cedex

    Lire aussi : Parution de « Récoltes et semailles » d’Alexandre Grothendieck Service compris

    https://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/lelephant_-_itw_graner.pdf