• Pour avoir une idée plus précise du programme de Giorgia Meloni en matière de migrations- L’En Dehors
    http://endehors.net/news/pour-avoir-une-idee-plus-precise-du-programme-de-giorgia-meloni-en-matiere

    Pour avoir une idée plus précise du programme de Giorgia Meloni en matière de migrations 👇https://t.co/vxQyt0FZY3 Désinfox Migrations (@DesinfoxMig) September 29, 2022 @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • Updated: Palestinian Child Dies From Heart Attack After Israeli Soldiers Chased Him In Bethlehem
    Sep 29, 2022 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/child-killed-after-falling-from-altitude-as-israel-soldiers-chased-him-in-bet

    Updated: The Palestinian Health Ministry has confirmed that a child, only seven years of age, has died from a heart attack after Israeli soldiers chased the terrified child to his home, accusing him and his brother of throwing stones at them.

    Initial reports indicated that the soldiers chased Rayyan Yasser Suleiman, 7, and many other schoolchildren when the army invaded Tuqu town, southeast of Bethlehem, in the occupied West Bank, before he fell from an altitude and died.

    However, further investigations and testimonies, including one of his teachers, revealed that the soldiers literally scared the child to death when many soldiers stormed and ransacked his family’s home to abduct his brother.

    The Israeli army claimed the soldiers wanted “question the parents about a stone-throwing incident. However, it is not unusual for the Israeli occupation army to abduct and interrogate small children.

    The Health Ministry said Palestinian medics rushed Rayyan to the Emergency Department of Beit Jala governmental hospital, but he had no heartbeats, and all efforts to save his life failed.

    After the child’s death, many soldiers invaded his family’s home and ransacked it before interrogating his parents and other Palestinians.

    #Palestine_assassinée

  • Artificial intelligence versus clinicians : systematic review of design, reporting standards, and claims of deep learning studies | The BMJ
    https://www.bmj.com/content/368/bmj.m689

    Few prospective deep learning studies and randomised trials exist in medical imaging. Most non-randomised trials are not prospective, are at high risk of bias, and deviate from existing reporting standards. Data and code availability are lacking in most studies, and human comparator groups are often small. Future studies should diminish risk of bias, enhance real world clinical relevance, improve reporting and transparency, and appropriately temper conclusions.

    Casilli sur Twitter : "Depuis dix ans, on assiste à la prolifération d’études affirmant que « l’IA est plus performante que les médecins dans [ajouter un domaine médical] ». Selon cette méta-analyse ces allégations sont exagérées et représentent un risque pour les patients.
    https://twitter.com/AntonioCasilli/status/1575773730642460673

  • Conférence : La rétention de données (GREPEC, Université Saint-Louis - Bruxelles) | 28 octobre 2022
    https://www.domainepublic.net/Conference-La-retention-de-donnees-GREPEC-Universite-Saint-Louis-Brux

    L’obligation de conservation généralisée des « métadonnées » imposée aux opérateurs et fournisseurs de réseaux et services de communications électroniques est une technique d’enquête controversée. La mesure consiste, en effet, en la collecte et le stockage systématique et a priori de l’ensemble des données traitées et générées lors d’une communication électronique à l’exception du contenu de celle-ci. Elle implique une ingérence « particulièrement grave » dans le droit au respect de la vie privée et à la protection (...) #Informations

  • Montpellier : le Musée Fabre achète 4000 euros, aux enchères, un carnet de dessins de Frédéric Peyson
    https://www.midilibre.fr/2022/09/27/montpellier-le-musee-fabre-achete-un-carnet-de-dessins-de-frederic-peyson-

    Ce carnet relié comprend environ cinquante dessins à la mine de plomb sur quarante-trois pages. Avec des esquisses de femmes, des scènes de troubadour, mendiants, petits métiers et quelques scènes militaires d’inspiration italiennes. Certains de ces dessins, d’une qualité de conservation remarquable, sont même titrés ("Un gamin de Paris", « Bouquetière de Nice », « Arrivée de Garibaldi en Sicile »...)

    • Si l’on se fie à la liste de Kikipédia, toutes les œuvres de Peyson sont au musée Fabre de Montpellier :

      Œuvre datée
      – Sainte Marguerite terrassant le dragon, en 1838. Montpellier, Musée Fabre ;
      – Derniers moments de L’abbé de L’Épée, en 1839. Montpellier, Musée Fabre ;
      – Portrait d’Edmond Rouët au cerceau, en 1839, Montpellier, Musée Fabre ;
      – Portrait de Léon Peyson, frère du peintre, en 1840. Montpellier, Musée Fabre ;
      – Portrait de l’abbé Sicard, en 1841 ;
      – Famille de bohémiens, en 1844. Montpellier, Musée Fabre ;
      – Autoportrait de Frédéric Peyson en 1849, Montpellier, Musée Fabre.

      Œuvre non datée.
      – Marguerite de Bourgogne assise, Montpellier, Musée Fabre ;
      – Marguerite de Bourgogne écoutant Buridan ;
      – Leçon de l’Abbé de L’Épée à des sourds-muets, Montpellier, Musée Fabre.

      Il y a aussi, dans les archives du musée, une très belle collection de ses dessins (une bonne cinquantaine), notamment des académies.

  • REPRISE EN MAIN Réalisateur Gilles Perret
    https://www.american-cosmograph.fr/reprise-en-main.html

    « On nous fait toujours croire qu’il n’y a pas d’alternative, qu’il n’y a rien d’autre à faire que de baisser la tête. Dans ce film, j’ai voulu montrer des gens qui relèvent la tête justement : ils comprennent que la finance mène la danse alors ils retournent l’outil contre elle en utilisant ses propres armes. » Gilles Perret

    Cédric, ouvrier passionné, travaille – comme son père avant lui – dans une entreprise de mécanique de précision en Haute-Savoie. Déjà rachetée par un fonds d’investissement, avec son lot de restructuration, d’optimisation, de licenciements, l’usine s’apprête à être cédée une fois de plus. Inquiet des conséquences de ce nouveau changement de propriétaires, Cédric et ses amis d’enfance décident de tenter l’impossible : se faire passer pour des financiers et acquérir eux-mêmes leur entreprise.

    Connu pour ses documentaires – Les jours heureux, La sociale... – et ses collaborations avec François Ruffin, Gilles Perret s’essaie pour la première fois à la fiction. Ancré dans sa vallée de l’Arve natale et le milieu du décolletage dans lequel il a travaillé en tant qu’ingénieur, le cinéaste choisit le ton de la comédie pour insuffler humour et espoir à une réalité sociale qui a pourtant tout pour être déprimante. Solidement documenté – déformation professionnelle ? – dans sa description technique d’un métier et de l’univers de la finance, Reprise en main se veut surtout porté par la possibilité d’une alternative, par la combativité collective et par une forme d’optimisme politique. Fidèle à ses origines et à ses valeurs, Gilles Perret réalise ainsi un film joyeusement engagé.

    Les avt-premières de #RepriseEnMain de la première quinzaine d’octobre en notre présence.
    Prévenez vos ami(e)s dans ces villes !
    (Avec nos partenaires : @Fakir @Telerama @atterres @RadioTSFJAZZ
    @attac_fr @blast_france )
    https://twitter.com/Gilles_Perret/status/1575756402731061248?cxt=HHwWgMCo1a-Gm94rAAAA

  • Riesen-Panne bei BVG: 29-Euro-Ticket für Oktober bis Freitag gratis verfügbar
    https://prod.berliner-zeitung.de/mensch-metropole/riesen-ueberraschung-bei-bvg-29-euro-ticket-fuer-oktober-umson

    29.09.2022 | aktualisiert am 30.09.2022 - 08:10 Uhr - Die BVG hat einen Link zum neuen 29-Euro-Ticket auf ihrer Website veröffentlicht. Dort kann es jeder kostenlos herunterladen – das soll sich jetzt ändern.

    Am Mittwochabend wurde bekannt, dass es bei der BVG im Rahmen der Einführung des neuen 29-Euro-Tickets zu einem gravierenden Fehler gekommen ist.

    Da die Chipkarte für den Fahrschein erst im November verfügbar ist, sind Tickets für den Oktober über einen Link auf der BVG-Website frei abrufbar. Aus dem 29-Euro-Ticket wurde damit ein 0-Euro-Ticket.

    Zuerst war das Schlupfloch dem Journalisten Sebastian Pertsch aufgefallen. Er erkannte, dass man als Käufer des Tickets für den kurz bevorstehenden Oktober noch keine haptische Chipkarte erhält – sondern lediglich einen ausgedruckten Zettelbeleg, auf dem man seinen Namen selbst eintragen muss.

    Die FAX-Abteilung der #BVG am Digitalisierungslimit in Kooperation mit dem #BerlinerSenat: Wer ein Abo wegen des #29EuroTicket​s bestellt, bekommt die Chipkarte erst zum November. Das Oktober-Ticket ist frei abrufbar. Ja, genau. Für alle. Ungeschützt → https://t.co/bBKCr6V3E9 pic.twitter.com/MivW8hx6kV
    — Sebastian Pertsch (@Pertsch) September 28, 2022

    Den Zettel konnte man so oft ausdrucken, wie man wollte. Pertsch weist jedoch darauf hin, dass Personen, die sich den Zettel ausdrucken und damit BVG fahren, wohl eine Straftat begehen, dass sie sich Leistungen erschleichen – auch wenn Kontrolleure das nicht überprüfen können. Mittlerweile hat die BVG auf das Schlupfloch reagiert. Sie begründete die Lücke mit der kurzen Vorlaufzeit, die es bei der Einführung gegeben hatte.

    1/6 Das Verfahren mit einer Interims-Fahrberechtigung ist der kurzen Vorlaufzeit geschuldet. Nur so ist es möglich, dass alle schon zum 1. Oktober mit dem neuen 29-Euro-Abo unterwegs sein können.
    — Weil wir dich lieben (@BVG_Kampagne) September 29, 2022

    Bestellbestätigung muss künftig mit Ticket vorgezeigt werden

    Die BVG teilte gegenüber T-Online mit, dass sie gegen das Erschleichen von Leistungen mit dem Gratis-Ticket vorgehen wolle. So solle es zukünftig erforderlich sein, eine Bestellbestätigung neben dem Lichtbildausweis zum Ticket vorzuweisen. Auf diesem Weg will der Verkehrsbetrieb sicherstellen, dass niemand mit einem 0-Euro-Ticket unterwegs ist, das er über einen Twitter-Link erhalten hat. Darauf wolle die BVG künftig auch in ihren FAQ hinweisen.

    Eine weitere Änderung soll es am Freitag geben: Im Bestellvorgang für das Ticket soll von nun an automatisch der Name des Ticketkäufers auf den Fahrschein gedruckt werden. So kann es nur der echte Käufer nutzen.

    Außerdem entschuldigte die BVG sich bei ihren ehrlichen Kunden. Diese sollten schon bald über die Änderungen informiert werden. Das Papierticket sei notwendig gewesen, um den kurzfristigen Start des 29-Euro-Tickets im Oktober überhaupt möglich zu machen. Man habe es gemeinsam mit dem Verkehrsbund Berlin-Brandenburg (VBB) entwickelt.

    #Berlin #Verkehr #ÖPNV

  • Finance : Les fonds spéculatifs parient massivement contre la dette italienne
    https://www.les-crises.fr/finance-les-fonds-speculatifs-parient-massivement-contre-la-dette-italien

    Les fonds spéculatifs ont lancé le plus important pari contre les obligations des autorités italiennes depuis la catastrophe monétaire internationale, en raison de considérations croissantes sur les troubles politiques à Rome et la dépendance du pays aux importations de combustible russe. Source : News NCR, Shehnaz AliTraduit par les lecteurs du site Les-Crises La valeur […]

  • Cet engrenage qui s’installe
    https://www.chroniquesdugrandjeu.com/2022/09/cet-engrenage-qui-s-installe.html

    Ainsi, de l’Orient à l’Occident, les nations les plus puissantes, les mieux armées et les plus belliqueuses se succédaient et s’emboîtaient comme les dents d’un engrenage : monstrueux engrenage d’une monstrueuse machine dont le nom était « guerre ». Ainsi,...

    • Beaucoup a été dit sur le sabotage du Nord Stream mais peut-être pas le plus important. Dangereux précédent, c’est la première fois que le conflit ukrainien déborde du territoire concerné. Jusqu’ici, malgré les bisbilles en mer Noire, l’implication biélorusse, les tensions moldavo-transdnistriennes ou les bombardements à proximité de la frontière polonaise, le conflit était resté circonscrit au théâtre ukrainien stricto sensu.

      Ce n’est plus le cas. Quelqu’un a visiblement décidé de ne plus prendre de gants et de porter la guerre à une nouvelle échelle, industrielle si l’on peut dire.

      Certes, ce n’est pas la première fois que le fond sous-marin est touché par une opération militaire. En 1898 déjà, lors de la guerre hispano-américaine, les États-uniens détruisirent les câbles télégraphiques autour des Philippines et de Cuba pour couper les communications des forces espagnoles.

      Mais l’attaque sur le Nord Stream, par son côté spectaculaire et irrémissible, semble constituer un événement fondateur, comme le sera peut-être demain la guerre dans l’espace. La « fenêtre d’Overton », de ce conflit et des autres à venir, vient d’être élargie dans des proportions considérables et il sera bien difficile de la refermer.

      Déjà les esprits commencent à s’affoler, conscients que 99% du réseau internet et 10 000 milliards de dollars de transactions financières quotidiennes transitent par les câbles sous-marins, ossature incontournable mais fragile des télécommunications mondiales.

      Dans notre monde interconnecté et multimodal, une guerre où tous les coups sont permis peut vite mener à la conflagration générale et toucher de manière inédite à peu près tous les aspects de la vie des peuples et des pays.

      A ce titre, le sabotage du Nord Stream marquera sans doute un avant et un après. Certains diront que c’était écrit, qu’après tant de coups de théâtre, le destin extravagant de ce pipeline ne pouvait que se terminer ainsi, symbole par sa fin d’une ère nouvelle.

      Vous êtes prêts pour la Cyber pandémie ? 😂😂👍 (avec l’accent et l’intonation qui fait peur)
      https://video.twimg.com/ext_tw_video/1443121743539933185/pu/vid/360x360/rF1QMxebVNFUgC6o.mp4?tag=12


      Klaus Schwab déjà en 2020 !

  • J’ai visité Aquapole - Quatrième lettre de la « Capitale Verte »
    https://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?article1744

    Notre correspondant à Grenopolis, Arthur Morel, a déménagé sur les hauteurs et entamé une formation d’infirmier. Quand elle lui laisse du temps, il poursuit sa découverte de la ville-machine. Ainsi a-t-il visité Aquapole, la station d’épuration de la Métro, qui traite les eaux usées de 500 000 personnes, rejette le « liquide » dans l’Isère et utilise le « solide » (les boues) pour produire du biogaz. Tout ça est affreusement organique et scatologique. Arthur n’a pas de chance, il n’arrive pas à placer ses questions impertinentes dans la discussion avec la guide – en fait, une chargée de communication de la Métro. Laquelle est de toute façon en reconversion (« recyclage » ? « retraitement » ?) depuis peu et « continue d’apprendre chaque jour ». Pour en savoir plus sur l’usine à biogaz qui enthousiasme les (...)

    #Faits_divers
    https://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/quatrie_me_lettre_de_la_capitale_verte.pdf

  • On échangeait sur la toxicité de twitter récemment.

    Bah je me dis que fessbouc a gagné au concours de celui qui a la plus grosse (toxicité hein)

    Génocide des Rohingyas : Facebook « représente un vrai danger pour les droits humains »

    "Amnesty International a rendu un rapport dans lequel elle détaille la responsabilité de Facebook dans le génocide des Rohingyas. Selon elle, le réseau social aurait alimenté la haine contre la minorité musulmane, et doit aujourd’hui répondre de ses actes. "

    https://www.numerama.com/tech/1129336-genocide-des-rohingyas-facebook-represente-un-vrai-danger-pour-les

  • Economie française : « l’emploi se porte-t-il bien parce qu’il est sous perfusion ? »

    Le plein-emploi vanté par le gouvernement repose sur un double trompe-l’œil, analyse, dans une tribune au « Monde », l’économiste Bruno Coquet, qui pointe deux failles : le niveau anormalement haut du nombre de départs avec l’assentiment de l’employeur et le montant aujourd’hui élevé des aides publiques et subventions à l’emploi.

    L’épaisseur du code du travail aux oubliettes, les difficultés de recrutement sont la nouvelle boussole des réformes, désignées comme le frein ultime au plein-emploi alors même qu’elles en sont un symptôme qui ne peut qu’empirer à l’approche du Graal. Quel que soit l’indicateur, barrières à l’embauche, pénuries, tensions, emplois vacants, la difficulté à recruter atteint en effet des niveaux inégalés depuis très longtemps. Le ministère du travail les attribue à de multiples causes : principalement le rythme très élevé des embauches, un déficit d’actifs, de compétences, l’inadéquation géographique en offres et demandes, la qualité des emplois, etc.

    Cette complexité un peu ennuyeuse à analyser est éclipsée par des explications plus imaginatives : c’est la faute de l’époque, de la crise sanitaire, d’une prise de conscience existentielle, en particulier chez les jeunes dont l’engagement professionnel serait plus utilitariste que celui de leurs aînés, etc. dont même la loi sur la « réforme du travail » fait son miel : « les actifs modifient leurs aspirations professionnelles et changent davantage d’entreprise, voire de métier. Les entreprises connaissent de ce fait des difficultés de recrutement bien plus importantes qu’avant la crise ».

    Une occasion bienvenue de faire un sort à tout ce qui est susceptible de favoriser la très française « préférence pour le chômage ». L’assurance-chômage fait office de coupable idéal : les contrôles de Pôle emploi et les droits rognés ne suffisant pas, les chômeurs indemnisés continueraient de préférer le confort des allocations-chômage à la reprise d’emploi. C’est aller un peu vite : d’une part les chômeurs indemnisés sont une minorité, d’autre part leur nombre diminue très vite, alors que celui des demandeurs d’emploi inscrits mais non indemnisés est inerte.

    « Grande démission » ou « grand licenciement »

    Au-delà d’anecdotes évoquant des fraudes, les faits ne montrent pas que les règles d’assurance-chômage stimulent les difficultés de recrutement actuelles. En théorie, ce lien est possible, mais avant de l’invoquer il faut résoudre une énigme bien plus épaisse encore : pourquoi des chômeurs non-indemnisés n’acceptent-ils pas ces emplois vacants ? On l’ignore.

    En outre, une règle d’assurance (chômage ou autre) optimale ne doit pas être définie par rapport aux comportements des fraudeurs, car elle serait sous-optimale pour l’immense majorité des autres assurés, qui ne fraudent pas. Le dossier de presse des chantiers du gouvernement pour le plein-emploi ne dit pas autre chose : 160 emplois vacants pour 1 000 chômeurs, cela ne laisse-t-il pas 840 chômeurs sans opportunité d’emploi ? Baisser les allocations de ceux qui sont indemnisés, y compris au motif de la conjoncture, n’y changerait rien.

    La « grande démission » serait l’autre explication des difficultés de recrutement. En réalité, le nombre de démissions est cohérent avec les niveaux de chômage et de création d’emplois. Ce qui en revanche est jusqu’à présent passé sous les radars, ce sont les ruptures à l’initiative ou avec l’assentiment de l’employeur, une sorte de « grand licenciement » : celles-ci ont accéléré aussi rapidement que les démissions et atteignent un niveau jamais observé, et surtout à contretemps du cycle conjoncturel.

    Le mauvais état du marché du travail

    Car il s’agit bien de salariés en contrat stable, de séparations coûteuses pour l’employeur, et cela concerne tous les secteurs, y compris les plus tendus (hôtellerie-restauration, construction, etc.). Cette dynamique est contre-intuitive, surtout lorsque l’employeur qui se sépare d’un salarié risque d’avoir du mal à le remplacer.

    Mais si la mise en cause de l’assurance-chômage ne s’encombre pas de faits ni de détails, l’effort d’explication est ici plus élaboré, faisant valoir – à juste titre, mais sans plus de preuves – que les entreprises à l’origine de ces ruptures ne sont pas forcément celles qui ont du mal à recruter.

    Si l’on élargit encore la focale, le marché du travail ne s’est pas aussi bien porté très depuis longtemps, mais en même temps les aides et subventions à l’emploi n’ont jamais été aussi élevées : apprentissage, contrats aidés, parcours rémunérés, etc. avec à la clé un nombre de bénéficiaires dépassant les records des années 1990. Sans compter les allégements de cotisations sociales, minimes à l’époque mais depuis considérablement accrus.

    Importance de réaliser des diagnostics complets

    Cette perfusion procyclique de gros calibre ajoute aux tensions et brouille l’estimation de la dynamique sous-jacente du marché du travail. Or le plein-emploi résultant d’une dynamique spontanée n’est pas de même nature que le plein-emploi assis sur de fortes subventions, ce qui amène la question suivante : l’emploi se porte-t-il bien parce qu’il est sous perfusion ? À l’opposé, si le marché du travail se porte bien, pourquoi maintenir ces aides, a fortiori à ce niveau ?
    Dans l’ordre des choses, le premier ajustement conjoncturel devrait être de baisser les dépenses conjoncturelles de soutien à l’emploi, dont le niveau est atypique, surtout dans cette phase qui devrait être consacrée à reconstituer les marges de manœuvre budgétaires indispensables en cas de ralentissement. Quant à la transformation des politiques structurelles et des institutions de marché du travail en instruments conjoncturels, aujourd’hui l’assurance-chômage, demain la fiscalité, voire, si l’on veut vraiment être disruptif, les exonérations de cotisations sociales, elle ne doit pas être exclue par principe.

    Mais cela ne s’improvise pas : ainsi le chèque en blanc qui prévoit tout à la fois de prolonger les règles d’assurance-chômage et en même temps de les changer, en plaquant dans la hâte une sorte de « modèle » canadien, dont la complexité ne peut qu’ajouter plus de confusion dans ces règles déjà absconses. Une telle transfiguration des politiques publiques mérite une grille de lecture et des diagnostics complets, équilibrés, de l’offre et de la demande de travail, des prérequis pour le moment absents.

    Bruno Coquet (docteur en économie, spécialiste des politique publiques)

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/09/27/economie-francaise-l-emploi-se-porte-t-il-bien-parce-qu-il-est-sous-perfusio

    #chômage #ruptures_conventionnelle #emploi #subventions_à_l’emploi

  • Réforme des retraites : Bernard Friot explose la Macronie
    https://www.lemediatv.fr/emissions/2022/reforme-des-retraites-bernard-friot-explose-la-macronie-RZXLafKCR7WCYZ7a3K

    Dans cette deuxième partie de Toujours debout, Lisa Lap et nos invités décryptent le projet de la Macronie sur les retraites. Un projet qui traduit une certaine vision de la société et qui finit par concerner bien plus que les retraites. Nous recevons…

    #Macron #Politique #Retraite

  • La #Bretagne connaît un taux de #cancer de la #peau trois fois supérieur à la moyenne nationale - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/societe/sante/la-bretagne-connait-un-taux-de-cancer-de-la-peau-trois-fois-superieur-a-l

    Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette singularité de la péninsule armoricaine, avec près d’un millier de #mélanomes diagnostiqués chaque année et, chez la #femme, « une #surmortalité importante de 28 % par rapport à la France métropolitaine », selon l’Assurance maladie. En premier lieu, les habitants ont tendance à ne pas se protéger face à une météo parfois fraîche et nuageuse. « Or, malgré tout ce qu’on dit (sur le climat breton), la Bretagne a quand même une incidence #UV importante », note le dermatologue Luc Sulimovic, président du Syndicat national des dermato-vénéréologues (SNDV).

    « Les coups de soleil peuvent aussi se produire quand la température est plus faible, au niveau de l’intensité à partir du niveau UV 3, il faut se protéger et pas qu’à la plage », renchérit Élodie Poullin.

    Autre explication à cette singularité bretonne : le peuplement. « Parmi la population, on a beaucoup de phototype 1. Quand on a une peau, les yeux, une carnation, une couleur de cheveux claire, on est plus à risque génétiquement de développer un cancer », souligne Élodie Poullin.

    Enfin, dans une région où les côtes se comptent en milliers de kilomètres, les habitants ont tendance à être beaucoup en extérieur, sans compter une importante population d’agriculteurs et de pêcheurs « qui s’exposent continûment » sans avoir toujours le réflexe d’utiliser de la crème solaire, relève Nicole Cochelin, dermatologue à Montfort-sur-Meu, à l’ouest de Rennes.