• Bedrohtes Kulturzentrum „Zukunft“ : No Future in Friedrichshain
    https://taz.de/Bedrohtes-Kulturzentrum-Zukunft/!5820380

    4.12.2021 von Andreas Hartmann - Die Verdrängung des alternativen Kulturzentrums „Zukunft am Ostkreuz“ hat Symbolcharakter für ganz Friedrichshain. Der Kiez wandelt sich radikal.

    Von sowas kommt sowas: Hinten Mediaspree, vorne Obdachlosigkeit Foto: Dirk Sattler/imago

    “Keine Zukunft ohne Zukunft“ steht auf den Protestplakaten, die gerade an diversen Friedrichshainer Szeneorten zu finden sind. Sie beziehen sich auf das alternative Kulturzentrum Zukunft am Ostkreuz im Rudolfkiez, dem der Mietvertrag seitens des Eigentümers nicht verlängert wurde und dem Ende März nächsten Jahres das Aus droht.

    Es macht Sinn, das wahrscheinliche Schicksal des Ortes “Zukunft“ nun mit der Frage nach der Zukunft des ganzen Bezirks zu verknüpfen. Und sich mal näher anzusehen, was denn so kommt nach dem Aus des “Zukunft“. Nicht nur direkt auf dessen Areal, denn darüber lässt sich nur spekulieren, schließlich lässt sich der Eigentümer bislang nicht in seine Karten blicken, sondern in der ganzen direkten Umgebung.

    Denn die voraussichtliche Verdrängung des “Zukunft“ hat großen Symbolcharakter für den radikalen Wandel eines ganzen Kiezes. Die Gegend zwischen Ostkreuz und Warschauer Straße wird sich nämlich in den nächsten Jahren – also schon in unmittelbarer Zukunft – so dermaßen ändern, dass man sie kaum wiedererkennen wird.

    Noch ist man im Pandemiemodus und hat ein wenig das Gefühl, die Zeit sei eingefroren und das einzige, was sich wirklich bewegt, sind die Viren im Raum. Aber in Wahrheit werden hier gewaltige Bebauungspläne vorangetrieben. Links und rechts neben dem “Zukunft“ wird das “A Laska“-Projekt entstehen, hochwertige Co-Working-Spaces. Löblich geplant mit nutzbarer Solarenergie vom Dach und viel Grün auf den Terrassen.
    Eine Zukunft nur mit sehr viel Kapital

    Aber wer sich die Animationen des Projektentwicklers dazu ansieht, weiß sofort: leisten können wird sich diese Büroflächen nur jemand mit wirklich sehr viel Kapital in der Tasche. Das gleiche gilt für den Ostkreuz Campus ums Eck, wo 10.000 Quadratmeter Bürofläche im Luxussegment entstehen werden.

    Bewegt man sich dann weiter in Richtung Warschauer Straße, kommt man am RAW-Gelände vorbei, das so schön ranzig und kiezmäßig wirkt mit dem Graffiti überall und dem netten Kulturangebot. Doch auch hier gilt: Aufwachen, liebe Friedrichshainer!

    Schon im Februar nächsten Jahres soll der Öffentlichkeit das Konzept für die Umgestaltung des Geländes präsentiert werden. Der Großteil der bestehenden Gebäude soll abgerissen werden, satte 150.000 Quadratmeter Geschossfläche neu entstehen und nebenbei noch ein 100 Meter hoher Büroturm. Der freilich wird dann im Schatten des Gebäudes nebenan stehen. Der Amazon-Tower an der Warschauer Brücke, der bereits gebaut wird, darf sich sogar 140 Meter in die Höhe strecken. Der Versandriese wird seinen Berliner Hauptsitz hierhin verlegen.

    Friedrichshain, der Kiez der Hausbesetzer und Studenten, wird dann ein ganz anderer sein. Die Zukunft von heute ist dann Gegenwart und man wird sich wahrscheinlich fragen, ob man sich diese wirklich so gewünscht hat.

    #Berlin Friedrixhshain #Kultur #Immobilien #gentryfication

  • ’I showed Palestinians the footage that Israel looted. They started to cry’ - Israel News - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium.HIGHLIGHT.MAGAZINE-i-showed-palestinians-the-footage-that-israel-l

    Une terre avec un peuple avant la Nakba

    In the 1982 Lebanon War, the Israeli army raided the PLO archive in Beirut, confiscating numerous reels of film depicting Palestinian life. A new film by Karnit Mandel reveals her quest to find the mysterious footage

    #paywall

  • Yeay ! Un chouette outil !
    Visualisation des voies de transmission et des mesures d’atténuation du SARS-CoV-2
    Ce schéma interactif et paramétrable selon plusieurs critères montre les différentes voies que peut emprunter le virus à l’origine du covid-19 lors de son transfert entre deux personnes. Plus la couleur est foncée, plus le risque estimé est élevé...
    👉👉👉 https://www.bmj.com/content/375/bmj-2021-065312


    #covid #covid19 #sars-cov_2 #infection

  • Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
    Sylvain Cypel (Orient XXI) | > 1er décembre 2021
    https://orientxxi.info/magazine/nucleaire-iranien-la-solitude-d-israel,5213

    La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ? (...)

  • US author to give away £10,000 prize cash over role of sponsor in opioid crisis | Books | The Guardian
    https://www.theguardian.com/books/2021/dec/03/us-author-to-give-away-10000-prize-cash-over-role-of-sponsor-in-opioid-
    https://i.guim.co.uk/img/media/bdc8478ba6000c534212a09a8e6cc3fb8f7d103e/755_118_1051_631/master/1051.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    US author to give away £10,000 prize cash over role of sponsor in opioid crisis

    Investigative reporter Patrick Radden Keefe will give money from business book of the year shortlisting to charity over involvement of McKinsey firm
    Patrick Radden Keefe
    ‘Irony’ … the New Yorker writer Patrick Radden Keefe. Photograph: Albert Llop/NurPhoto/Rex/Shutterstock
    Lucy Knight
    Fri 3 Dec 2021 18.24 GMT

    Last modified on Fri 3 Dec 2021 18.26 GMT

    The American writer Patrick Radden Keefe has said he will give away the £10,000 he was awarded by a book prize whose sponsor helped to sell the opioid painkiller OxyContin.

    Radden Keefe’s damning investigative book Empire of Pain deals with the opioid addiction crisis, focusing on the role of the Sackler family. He was one of six authors shortlisted for the prize, sponsored by the consultancy McKinsey, five of whom, including him, each received runner-up awards of £10,000.

    Tweeting about the “irony” on Thursday, the New Yorker journalist and author posted a photo of himself at the Financial Times/McKinsey business book of the year 2021 award ceremony at the National Gallery in London, pointing to a sign reading “The Sackler Room”. The Sacklers’ company Purdue Pharma sold the OxyContin painkiller which is said to have fuelled the US’s opioid crisis.

    I’m told it was the British who invented irony, so a short 🧵 about my experience last night in London. My book on the Sacklers, Empire of Pain, had been shortlisted for the FT / McKinsey Business Book of the Year award… pic.twitter.com/DnP7HiUzvm
    — Patrick Radden Keefe (@praddenkeefe) December 2, 2021

    In a further tweet, Keefe went on to write that “if you throw a brick in the London art world, you’ll hit a Sackler room”, because the family were keen supporters of art and made generous donations to many prominent galleries.

    What was more ironic than the ceremony being held in a room next to one named after the Sacklers, he continued, was the fact that he had been shortlisted for an award sponsored by McKinsey & Company. The consultancy firm had previously advised the Sacklers and Purdue on how to “turbocharge” sales of OxyContin, and in February agreed to pay nearly $600m in settlement for its role in the opioid crisis.

    This “made for some pretty fraught emotions”, said Keefe. “On the one hand, it means a great deal to me to see this book recognised. On the other, I could not take part in the lovely gala dinner and not at least acknowledge the proverbial elephant.”

    He has chosen to donate the money he received as a shortlisted author to the charity Odyssey House, which works to help people recover from drug and alcohol abuse.

    The writer, who won the Baillie Gifford prize for nonfiction in November, lost out on the business book of the year award to Nicole Perlroth, whose winning book This Is How They Tell Me The World Ends is about the cyber weapons arms race.

    Keefe was keen to stress that he believes the jury was “100% independent” and not in any way influenced by the prize’s sponsor.

    #Patick_Radden_Keefe #Opioides #Prix_littéraire

  • Druga strana svega - L’Envers d’une histoire

    Dix ans après la révolution démocratique serbe, un regard à travers le trou de la serrure d’une porte condamnée dans un appartement de #Belgrade, dévoile à la fois l’histoire d’une famille et d’un pays dans la tourmente, et révèle la #désillusion d’une révolutionnaire et son combat contre les fantômes qui hantent le passé et le présent de la #Serbie.

    « Une porte restée fermée pendant plus de soixante-dix ans dans l’appartement d’une famille de Belgrade devient le point de départ d’une formidable chronique familiale, politique et historique. La famille est celle de la réalisatrice, incarnée par sa mère, la charismatique Srbijanka Turajlić, ancienne professeure universitaire et importante figure de l’#opposition au régime des années 1990. Grâce aux conversations des deux femmes, à la fois profondes et drôles, on parcourt l’histoire mouvementée d’un pays, ses bouleversements et ses changements politiques. Il est souvent question d’engagement citoyen et des responsabilités portées par chaque génération - celles des protagonistes mais aussi celles des spectateurs. Grâce à la générosité du récit, on plonge dans une passionnante fresque dans laquelle la réalisatrice, telle une habile couturière cinématographique, arrive à assembler le personnel et le politique, et par ricochet, la petite et la grande histoire. Dans ce voyage à travers les époques et les idéaux, cette porte fermée se révèle être un magnifique prétexte pour explorer cette aventure humaine. »

    http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/13548_1
    #film #film_documentaire #documentaire

    #Yougoslavie #ethnicité #communisme #nationalisation #bourgeoisie #Slobodan_Milosevic #Milosevic #guerre #conflit #résistance #responsabilité #Srbijanka_Turajlic #OTPOR #Université_de_Belgrade #révolution #5_octobre_2000 #histoire #révolution

    –—

    Une citation :

    Srbijanka Turajlić, min 31’00 :

    « On ne sait pas comment une guerre éclate ! Surtout une guerre civile. On ne sait pas comment ça arrive. Alors on ne croit pas que c’est en route. Jusqu’à ce que ça démarre »

  • Mobilisation générale : ce samedi, l’union fait la force pour sauver l’hôpital public
    https://www.humanite.fr/mobilisation-generale-ce-samedi-lunion-fait-la-force-pour-sauver-lhopital-p

    Alors que les annonces de fermetures de services et de lits se multiplient, dégradant toujours plus la prise en charge des patients, 80 syndicats, associations et collectifs d’usagers appellent à se mobiliser ce samedi à travers la France.

    L’hôpital public se désintègre. » Ce samedi, plus de 80 associations, syndicats et collectifs appellent à manifester partout en France avant qu’il ne soit trop tard. Alors que la cinquième vague de Covid commence à déferler sur le pays, pas un jour ne passe sans que ne soit annoncée la fermeture d’un service d’urgences. En matière de dégradation de la qualité des soins, tous les indicateurs sont au-delà du rouge. Même le président de la commission médicale d’établissement de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Rémi Salomon, n’a pas mâché ses mots le 12 novembre : « On est dans une situation où, dans quelques mois, on peut avoir un effondrement de l’hôpital. »

    En début de semaine, l’intersyndicale CGT et FO de l’AP-HP faisait ainsi état d’un nombre de disparitions de lits impressionnant : seuls 9 lits sont disponibles à l’hôpital Bichat en neurologie, contre 22 avant le Covid, un service de 18 lits est fermé à Avicenne, à Bobigny, depuis juin…

    Les syndicats relatent aussi ce week-end du 16 octobre où 27 personnes âgées étaient sur des brancards dans les couloirs par manque de lits d’aval aux urgences de Bicêtre. Comme le souligne Stéphane Dauger, chef de la réanimation pédiatrique à Robert-Debré : « La situation est aussi très tendue dans les services de pédiatrie en Île-de-France. Nous craignons un nouveau pic d’épidémie de bronchiolite d’ici quinze jours. Nous faisons aussi partie des spécialités maltraitées, comme la psychiatrie. »

    Partout, la même inquiétude domine. Initiée par les collectifs de défense des hôpitaux de Nord-Mayenne et des hôpitaux Bichat et Beaujon (à Paris et à Clichy), cette journée de mobilisation a fait boule de neige dans le pays. Car cette bataille pour l’accès aux soins ne pourra être gagnée sans l’appui des premières victimes de cette rationalisation extrême de l’hôpital : les usagers. Comme le remarque Mireille Stivala, secrétaire générale de la CGT santé : « Il y a en ce moment une prise de conscience plus forte de la nécessité d’une convergence. La pandémie n’a fait que renforcer la crise du système. Les difficultés sont déjà énormes avant même la cinquième vague. Le gouvernement doit se décider à prendre la question à bras-le-corps en revoyant à la hausse le projet de loi de finances de la Sécurité sociale 2022. »

    Alors que la santé figure parmi les priorités des Français en cette année présidentielle, les défenseurs d’un #hôpital-public socle du système sanitaire espèrent être entendus. Ils et elles témoignent dans nos colonnes...

  • Paris : La bibliothèque Sainte-Geneviève en danger, selon son personnel
    https://www.20minutes.fr/paris/3188851-20211204-paris-bibliotheque-sainte-genevieve-danger-selon-personne

    La bibliothèque Sainte-Geneviève est en danger. Depuis le 22 novembre dernier, les personnels de cette institution qui côtoie le Panthéon d’un côté et la Sorbonne de l’autre, sont en grève. Les motifs sont multiples et sont un message d’alerte pour sauver le bâtiment, le patrimoine qu’il referme, et les salariés qui y travaillent toute l’année.

    La bibliothèque Sainte Geneviève (BSG), qui occupe un bâtiment édifié en 1851 par l’architecte Henri Labrouste, est un joyau architectural, classé Monument historique, qui abrite plus de deux millions de documents. En novembre dernier, la présidence de l’université Sorbonne-Nouvelle, responsable de sa gestion, a annoncé la suppression du département patrimoine immobilier, chargé de l’entretien du bâtiment pour rattacher ses agents à l’université.
    Le seul service d’entretien du bâtiment muté

    « C’était un service spécialisé, qui intervenait au moindre problème, avec des agents qui connaissaient parfaitement les lieux », explique Sébastien, magasinier à la bibliothèque et gréviste. Les manifestants s’inquiètent du devenir du bâtiment. Natela, magasinière raconte le délabrement progressif de la bibliothèque depuis des années. « Certains magasins [les réserves où sont stockés les ouvrages] n’ont même plus de lumière, nous devons y descendre avec des lampes torches ou notre téléphone pour trouver les livres. Les néons lâchent les uns après les autres, il y a des fuites d’eau de partout. La grande salle de lecture, de 750 places, n’a même plus de chauffage. » Les salariés ne peuvent même pas boire l’eau du robinet puisqu’elle présente un taux de plomb dangereux, selon eux.

    Avec la réorganisation annoncée, les salariés savent déjà que les conditions vont encore se dégrader. « Maintenant, au moindre problème, il faudra envoyer un mail, et comme toujours avec cette administration, il faudra des semaines pour avoir une réponse », soupire Margaux, vacataire à la BSG. Pour preuve, les grévistes avancent que la situation se complique déjà puisque les personnels chargés de l’entretien sont totalement occupés par le déménagement du site Censier de l’université à Nation.
    Des rémunérations du personnel à la baisse

    La réorganisation ne touche pas que les murs de la bibliothèque, les salariés sont aussi concernés. Les rémunérations ont d’abord été touchées, selon Sébastien : « Ils nous ont vendu une augmentation, mais ils ont supprimé la prime de Noël de 650 euros et le "bon vêtement", en nous disant que c’était inclus dans l’augmentation. » De plus, la bibliothèque Sainte Geneviève propose parmi les salaires les plus bas du secteur à Paris. Mais ouverte jusque 22 heures, elle permettait aux volontaires de faire des heures « payées de nuit ». Un dispositif également supprimé.

    Une précarisation qui se retrouve dans les effectifs puisque les départs ne sont pas remplacés, ou alors par des CDD. « Ils ne proposent plus que des CDD de 2 ans renouvelables une seule fois, explique Natela, il n’y a donc aucune reconnaissance, aucune perspective pour les jeunes qui sont embauchés. Et les renouvellements ne sont annoncés que le dernier jour du contrat. Ce n’est pas tenable pour quelqu’un qui paie un loyer. » Les embauches de vacataires aussi se multiplient, des postes qui ne sont payés qu’à la tâche, donc pas lors des confinements, des fermetures ou des arrêts maladie. Mathilde, contractuelle depuis deux ans à la bibliothèque, illustre la charge de travail qui s’ajoute à tous les employés depuis des mois : « Les partants ne sont pas remplacés, alors ils m’ont proposé de nouvelles “responsabilités”, c’est-à-dire de reprendre leur travail en plus du mien. Et sans compensation financière ! C’est une précarisation pure et simple. On ne peut plus assurer autant de travail. »

    Pour sauver la bibliothèque Sainte-Geneviève, les grévistes ont lancé une pétition qui a déjà recueilli plus de 20.000 signatures. Des enseignants et chercheurs ont même publié une tribune dans L’Express. Même les étudiants s’indignent. Rimane, en master de Lettres se désole de la situation : « C’est un lieu magnifique, qui regorge d’œuvres et de contenus qu’on ne trouve pas ailleurs, ou alors à des tarifs exorbitants. Et on laisse ça dépérir. » Son amie Lucile, qui étudie l’art abonde : « Normalement, c’est un endroit idéal pour travailler. Mais ça se dégrade et il y fait froid l’hiver. Il y a bien les cafés autour de la fac. Mais ce n’est pas l’ambiance de travail d’une bibliothèque. »

    Contactées par 20 Minutes, l’université Sorbonne-Nouvelle et la direction de la bibliothèque Sainte-Geneviève, n’avaient pas encore répondu à nos questions au moment de la parution de cet article.

  • DETTE PUBLIQUE : travailler PLUS pour rembourser PLUS ?
    https://www.les-crises.fr/dette-publique-travailler-plus-pour-rembourser-plus

    Pour cette chronique économique, l’économiste Frédéric Farah explique de façon claire le mécanisme de la dette publique, qui détermine à lui seul une grande partie de nos politiques économiques (rappelez-vous, du chantage à la dette pour justifier les mesures d’austérité : « Les Français doivent se serrer la ceinture ! ») Comment tout notre système économique peut-il […]

  • Endives de Flandre
    https://www.cuisine-libre.org/endives-de-flandre

    Débarrasser les endives de leurs feuilles extérieures avant de les passer rapidement sous l’eau courante (les laisser tremper les rend amères). Enlever un petit cône à la base, là où se concentre l’amertume. Placer les endives dans une grande casserole, ajouter le jus d’1/2 citron, 1 pincée de sel et 30 g de beurre.

    Verser de l’eau à hauteur. Porter à ébullition sur feu vif, couvrir d’un papier sulfurisé beurré, puis baisser le feu et faire cuire pendant 35 min. Laisser les endives refroidir dans le jus de… #Endive, #Garnitures, #Flandre / #Végétarien, #Sans œuf, #Sans gluten, #Sans viande, Mijoté

    #Mijoté

  • Les assemblées ouvrières en Espagne- Zones subversives
    http://www.zones-subversives.com/2021/10/les-assemblees-ouvrieres-en-espagne.html

    Vitoria, 3 de marzo (2018) C’est bien la conflictualité sociale qui a permis la transition démocratique en Espagne en 1976. Même si l’histoire officielle donne une version bien plus lisse et pacifiée. D’importants mouvements de grève éclatent. Des (...) @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • Résilience partout, résistance nulle part
    Jusqu’où aller dans la mise en œuvre de nouvelles contraintes, et comment y aller ? Comment faire pour qu’elles apparaissent justifiées, voire bénéfiques, pour s’assurer de leur acceptabilité sociale ? Le recours aux sciences cognitives permet d’armer dans ce but les politiques publiques et de contribuer à un modelage de nos comportements ; ce qu’illustre la valorisation de la « résilience ».
    https://www.monde-diplomatique.fr/2021/05/PIEILLER/63082

    ci, la résilience a la saveur d’une crépinette de pied de cochon. » Moins d’une semaine après les attentats du 13 novembre 2015, c’est ce qu’on pouvait lire dans un article du Monde vantant un restaurant. On peut supposer que la crépinette était d’autant plus forte en embrayeuse de résilience que ledit restaurant était situé dans l’un des arrondissements où avaient eu lieu les fusillades. C’était hardi, mais précurseur. Cinq ans plus tard, le mot est mis, si l’on ose dire, à toutes les sauces. Les institutions internationales, le monde de la finance, du management, de la santé publique, les économistes, les urbanistes, les climatologues : tous y recourent. Les politiques en raffolent. M. Joseph Biden a évoqué dans son discours d’investiture, le 20 janvier dernier, la « résilience » de la Constitution américaine. M. Emmanuel Macron le décline sans craindre de se répéter. S’il évoque, dans le contexte de la pandémie de Covid-19, les « scénarios de résilience » (France Info, 19 février 2021), il sait aussi se montrer plus inventif. Ainsi, pour le cinquantième anniversaire de la mort du général de Gaulle, le 9 novembre 2020, il salue son « esprit de résilience ». Il baptise la mobilisation de l’armée en mars 2020 opération « Résilience ». Au Forum économique mondial de Davos, le 26 janvier dernier, il se déclare « pour un capitalisme résilient ». Un récent projet de loi s’intitule « Climat et résilience ». Les ministres partagent le lexique du président, et Mme Roselyne Bachelot évoque avec entrain, sur fond de suspense durable, un « modèle résilient de fonctionnement des lieux culturels » (Twitter, 23 décembre 2020).

    Manifestement, être résilient, c’est bien.

    C’est peut-être même le bien.

    Certes, on s’en est longtemps passé. Par exemple, si on se souvient bien, le général de Gaulle donnait plus dans la résistance que dans la résilience. Mais il est clair, quel que soit par ailleurs le flou qui l’entoure, qu’elle est toute vibrante d’une « positivité » particulière. On fait remonter sa popularisation en France aux travaux du psychiatre Boris Cyrulnik, autrefois membre de la commission Attali sur les freins à la croissance et devenu « le psy préféré des Français » — ses livres figurent, depuis le début des années 2000, parmi les meilleures ventes du secteur du développement personnel (1). Cyrulnik définit la résilience comme la « capacité à réussir, à vivre et à se développer positivement, de manière socialement acceptable, en dépit du stress ou d’une adversité qui comporte normalement le risque grave d’une issue négative (2) ». Positivons ! Tout un lexique a fleuri en relation avec cette merveilleuse capacité : face aux « accidents de la vie », on peut « se reconstruire », « rebondir », voire « se réinventer ». La souffrance peut vous faire du profit, en une version psychologique de la destruction créatrice…
    Chocs intimes et crises sociales

    On voit assez vite l’intérêt de mettre en avant cette émouvante notion. D’abord, elle a le charme de pouvoir s’appliquer de façon équivoque à l’individu et au collectif, comme si étaient superposables les chocs intimes et les crises sociales. Et puis, c’est quand même autre chose que le courage, la chance, l’entraide, la lutte, tous éléments qui permettent de fait de « s’en sortir », mais qui, franchement moins « psy », n’ont pas ce beau mystère du processus mental qui vous sauve et vous recrée. Il s’agit là d’une opération très réussie de célébration de la magie de nos ressources, qui maquille « l’adaptation permanente du sujet au détriment de la remise en cause des conditions de sa souffrance », comme le formule Thierry Ribault dans un livre précis et emporté (3).

    Son extrême valorisation est bien sûr en accord avec l’air du temps, qui invite chacun à se considérer comme un capital à faire fructifier. Mais, de façon plus large, la promotion de la résilience comme modèle diffus de traversée profitable des épreuves, du résilient comme modeste héros qui a reconnu et transformé ses fragilités est une arme idéologique et politique idéale. Elle est de fait posée aujourd’hui et saluée comme la solution pour surmonter les temps difficiles. Ce que confirme l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ), aujourd’hui intégré au ministère de l’intérieur, quand il propose en mars 2020 « la résilience comme axe de communication de crise ». Le contrat passé le 17 mars 2020 avec la BVA Nudge Unit (l’« unité coup de pouce » du groupe BVA), chargée de conseiller le gouvernement dans sa gestion de la pandémie, éclaire son rôle et le cadre dans lequel se situe la nouvelle « fabrique du consentement ». Car « coup de pouce » est le terme inoffensif qui désigne des techniques de suggestion indirecte chargées d’influencer, sans contrainte, les motivations et la prise de décision, de nous extraire en douceur de notre irrationalité spontanée, obstacle naturel à l’adoption de la « bonne pratique », en l’occurrence… de la résilience (4).

    En France, BVA Group, société d’études et de conseil, offre, selon son site, des expertises « pour comprendre les individus et leurs usages émergents, afin d’anticiper les grands mouvements », mais aussi « de la communication pour créer, émouvoir et convertir [sic] grâce au formidable pouvoir des idées, de l’imagination et de la créativité ». Le site de sa filiale BVA Nudge Unit précise avec moins de lyrisme : « Nous actionnons les “facteurs de changement” qui façonnent les comportements. »

    On sait que la perception et l’interprétation du monde se traduisent en informations électrochimiques au long d’un réseau de nerfs et de cellules nerveuses (neurones) qui font circuler des signaux ; pour résumer, les neurones « codent » l’information. Les neurosciences, qui décrivent et interrogent cette transmission, peuvent se spécialiser dans l’examen de ce qui est mis en jeu dans les comportements ou dans les capacités mentales. Quelle fonction remplit la sérotonine, l’« hormone du bonheur » ? Quel rôle joue la dopamine dans les addictions ? Quelles sont les zones de la réflexion dans le cerveau, que s’y passe-t-il quand elles sont activées ? Ces neurosciences, qu’on appelle alors « cognitives », cherchent ainsi à identifier ce qui produit du « rationnel » et de l’« irrationnel », à cerner la connexion entre le conscient et l’inconscient, et, en s’appuyant sur l’examen des dysfonctionnements, à définir le processus physiologique qui sépare le normal du pathologique.

    Elles portent donc sur des sujets majeurs, car elles contribuent à établir « scientifiquement » des normes de santé, psychiques ou comportementales, et peuvent être sollicitées pour corriger, améliorer ou transformer des « mécanismes » défaillants (5). Puisqu’on sait quels messagers chimiques interviennent par exemple dans les émotions, puisqu’on connaît la localisation cérébrale de l’attention, il serait regrettable de ne pas profiter de ces avancées étourdissantes pour aider les individus à surmonter leurs difficultés ou à optimiser leur potentiel. Il suffit pour cela d’une analyse fine des processus, d’une cartographie détaillée des connexions neuronales et du recâblage des mécanismes. C’est à quoi va contribuer l’examen des « biais cognitifs ».

    Dans les années 1970, les psychologues Daniel Kahneman (prix de la banque de Suède en mémoire d’Alfred Nobel, dit « Nobel d’économie », en 2002) et Amos Tversky avaient mis en lumière l’irrationalité de certains choix économiques (6). Ce qui conduit à la prise de décision erronée est un raccourci généralement inconscient dans le traitement de l’information, qui lui fait subir une distorsion. Ce « biais cognitif » a pour lui le charme de la rapidité (on ne se fatigue pas le cerveau) et de l’évidence (il rayonne de certitude). On en est aujourd’hui à un répertoire d’environ deux cents biais cognitifs. Nous nous en tiendrons à quelques exemples : le « biais de confirmation », lorsque nous préférons ce qui va dans le sens de nos croyances ; le « biais de cadrage », lorsque nous choisissons ce que la présentation du propos nous incite à choisir ; ou encore celui qui pousse à valoriser le court terme. Il ne semblerait pas vraiment nécessaire de s’attarder sur ces biais, qui ressemblent assez au poids des préjugés, de la rhétorique, du tempérament, etc., si les neurosciences ne les incorporaient à leur champ d’étude, dans la perspective d’agir sur eux.

    Selon elles, ces biais, dûment repérés dans toutes sortes de domaines, de la mémorisation aux relations sociales, présentent quelques caractéristiques remarquables. Contrairement à l’erreur, qui est aléatoire, ils seraient systématiques ; ils opéreraient chez tous les individus ; et ils seraient immémoriaux : durant la préhistoire, leur fonction était « de permettre à notre cerveau d’économiser du temps et de l’énergie (7) ». Mais, autrefois utiles, ils faussent aujourd’hui « nos décisions quotidiennes (8) ». Ces faiblesses universelles produisent un état émotionnel et orientent notre pensée. Or le fonctionnement du biais, à l’instar de celui de toute opération mentale, peut être modulé grâce à l’intervention de messages autres : pour que la décision soit moins émotionnelle, plus pertinente, changeons les connexions.

    C’est là le rôle des nudges. On connaît l’histoire de la mouche cible dessinée au fond des urinoirs à Amsterdam, qui a effectivement permis une forte diminution des frais de nettoyage. L’anecdote est célèbre ; le sont un peu moins les multiples Nudge Units qui ont été mises en place pour guider certaines actions politiques : au Royaume-Uni, en 2010, dans le gouvernement de M. David Cameron ; en 2013, aux États-Unis, auprès de M. Barack Obama… En France, comme le résume M. Ismaël Emelien, qui a fait recruter la filiale de BVA lorsqu’il était conseiller de M. Macron, l’objectif n’est pas si loin de la mouche cible : « On fait juste en sorte que la personne regarde dans la bonne direction. C’est complètement indissociable de l’intérêt général (9). » C’est très gentil. C’est toujours très gentil quand on pense pour nous, qui pensons mal. Concrètement, la Nudge Unit gouvernementale entreprend de « construire le bien-être et la résilience à long terme », car cette dernière ne saurait être une grâce personnelle, un don inexplicable, non : elle se « construit ».

    Qu’on ne s’y trompe pas : il ne s’agit pas ici de la simple virtuosité de communicants surdoués. M. Éric Singler, responsable de la BVA Nudge Unit, le souligne : « Informer et convaincre, à partir d’éléments rationnels, un individu qui ne l’est pas n’est pas pertinent pour qu’il change son comportement (10). » Et il insiste : « Le Nudge implique un changement comportemental, pas seulement un changement d’image. Son enjeu n’est pas de créer une motivation, mais bien de faire basculer les gens de l’intention à l’action. L’intention se crée par la pédagogie et la communication. L’action se crée, elle, par la bascule comportementale (11). » Vive la mouche. Autrement dit, l’objectif, pour reprendre les mots de la philosophe Barbara Stiegler, est un « modelage infra-conscient de nos comportements (12) ».

    La Nudge Unit est discrète sur ses actions, ce qui se comprend. Néanmoins, il est clair que construire la résilience, et donc recâbler les connexions pour induire à accepter ce qui est censé contribuer à la résilience générale, passe évidemment par la culpabilisation, intériorisée, du « déviant » et par la gratification, intériorisée, de la « bonne pratique », porteuse d’un avenir radieux. Toutes émotions qui, une fois les neurones enfin codés correctement, modifient vertueusement les comportements et permettent d’accueillir les contraintes nécessaires à l’amélioration de l’état personnel comme de la situation collective. Les sciences cognitives « arment » ainsi, pour reprendre un terme cher à M. Singler, les politiques publiques, en rendant acceptables de nouvelles normes sociales, qui apparaissent alors morales, altruistes, bénéfiques pour tous.
    Disparition du mauvais esprit

    Évidemment, il y a de quoi s’assombrir. On peut s’effarer de la « scientisation » d’une entreprise politique de… mise aux normes. On peut être horrifié par la manipulation idéologique, le cynisme de l’éloge secret de l’adaptation, où disparaîtraient les mauvaises émotions et le mauvais esprit qui conduisent à l’insoumission. Mais on peut aussi remarquer avec un certain plaisir que la volonté de transformer chacun en soutien de la résilience a dû s’assortir de moyens de coercition aussi archaïques que les contraventions, et que l’« opinion publique » n’est pas entièrement convaincue de la puissance de réinvention censée naître des crises et des états d’urgence…

    Evelyne Pieiller

    #resilience #nodge

    Le Nodge me fait pensé au titre du livre de Chapoutot "Libre d’obeir"
    https://www.lecteurs.com/livre/libres-dobeir-le-management-du-nazisme-a-aujourdhui/5333110

  • Santé publique ou richesse privée ? Comment les passeports vaccinaux numériques ouvrent la voie à un capitalisme de surveillance sans précédent | Par Jeremy Loffredo et Max Blumenthal. Une publication The Grayzone

    Les titans du capitalisme mondial exploitent la crise du Covid-19 pour instituer des systèmes d’identification numérique de type crédit social dans tout l’Occident.

    https://www.endehorsdelaboite.com/fr/articles/sante-publique-ou-richesse-privee-comment-les-passeports-vaccinau


    #covid #psyops

  • #Amsterdam: l’Hôtel Mokum est mort, vive l’Hôtel Mokum
    https://fr.squat.net/2021/11/30/amsterdam-lhotel-mokum-est-mort-vive-lhotel-mokum

    Chers ami-es, Commençons par un mot de remerciement. Le soutien et la solidarité que nous avons reçus au cours des six dernières semaines, mais surtout ce week-end, ont été extraordinaires. Samedi, nous avons été expulsé-es par la brutalité policière et une démonstration de force. Nous en reparlerons plus tard, mais pour l’instant, de la tendresse […]

    #ADEV #Amsterdam_Danst_Ergens_Voor #expulsion #gentrification #Hôtel_Marnix #Hôtel_Mokum #Marnixstraat_382 #Pak_Mokum_Terug_! #Pays-Bas

  • Link Shell Extension
    https://schinagl.priv.at/nt/hardlinkshellext/linkshellextension_fr.html

    Un utilitaire Windows pour ajouter à l’explorateur de fichier la gestion des liens symboliques, liens physique, jonctions, points de montage.
    Documentation FR très complète.
    Nombreuses possibilités annexes : « copies intelligentes », clonages, « copies Delorean » pour gérer des historiques de modifications de répertoires...

    A noter : la commande ln -s de GitBash sous Windows ne permet pas de faire des liens symboliques « à la Linux/MacOS » mais uniquement une copie complète de la source. Il faut donc utiliser la commande Windows mklink à la place.
    Voir :
    https://docs.microsoft.com/fr-fr/windows-server/administration/windows-commands/mklink : documentation de mklink pour la création de liens symboliques en ligne de commande avec cmd.exe
    https://stackoverflow.com/questions/18641864/git-bash-shell-fails-to-create-symbolic-links#comment53416744_2448245 pour l’utilisation de mklink avec GitBash / MSYS (échapper les slashs et anti-slash).
    Exemple pour créer un lien symbolique le_lien qui pointe vers le répertoire IMG :

    cmd //c mklink //d le_lien .\\IMG

    (l’option /d est nécessaire pour la création d’un symlink vers un répertoire)

    #Link_Shell_Extension #lien_symbolique #symlink #windows #utilitaire #gitbash #hard_link #jonction #copie_Delorean

  • Une traversée du XXe siècle en 13 compositrices - L’influx
    https://www.linflux.com/musique/une-traversee-du-xxe-siecle-en-13-compositrices

    Parmi ces Grandes Femmes, citons entre autres Sainte Cassienne de Constantinople (IXe siècle), Hildegarde Von Bingen (figure essentielle de la musique religieuse médiévale), Beatritz de Dia (trobairitz du XIIe siècle), Francesca Caccini (première compositrice d’opéra au XVIIe siècle), Barbara Strozzi (première compositrice « professionnelle »), Elisabeth Jacquet de la Guerre (sous Louis XIV), Maria Teresa Agnesi (musique de chambre et symphonies, XVIIIe siècle), Maria Szymanowska (XIXe siècle) ou encore Louise Farrenc (spécialisée dans les œuvres pour piano), Fanny Mendelssohn et évidemment la fantastique Clara Schumann…

    Puis à l’aube du XXe siècle, toute une nouvelle génération de femmes écrivant de la musique émerge, créatrices puissantes qui bientôt s’affirmeront définitivement dans leur art, imposant non seulement des œuvres aussi riches et techniques que celles de leurs homologues hommes, mais présentant surtout une faculté indéniable à composer des pièces atypiques et originales (surtout à partir de l’après-guerre), un reflet assumé de leur propre monde intérieur, de leurs visions enfin détachées des académismes (défaut jusqu’ici équitablement partagé avec les compositeurs) et d’une tendance forte à l’expérimentation et aux chemins de traverse…

    Germaine Tailleferre
    Cathy Berberian
    Younghi Pagh-Paan
    Midori Takada
    Lili boulanger
    Alice McLeod
    Sofia Asgatovna Goubaïdulina
    Tségué-Maryam Guèbrou
    Daphné Oram
    Eliane Radigue
    Walter (Wendy) Carlos
    Serena Tamburini
    Cosey Fanni Tutti

    #musique #femmes #compositrices
    (par le rappeur #Lucio_Bukowski mais sous son boulot de bibliothécaire)

  • PredPol Crime Predictions Target Poor, Blacks, Latinos, byAaron Sankin, Dhruv Mehrotra, Surya Mattu, Dell Cameron, Annie Gilbertson, Daniel Lempres, and Josh Lash
    https://gizmodo.com/crime-prediction-software-promised-to-be-free-of-biases-1848138977

    These communities weren’t just targeted more—in some cases, they were targeted relentlessly. Crimes were predicted every day, sometimes multiple times a day, sometimes in multiple locations in the same neighborhood: thousands upon thousands of crime predictions over years. A few neighborhoods in our data were the subject of more than 11,000 predictions. The software often recommended daily patrols in and around public and subsidized housing, targeting the poorest of the poor. “Communities with troubled relationships with police—this is not what they need,” said Jay Stanley, a senior policy analyst at the ACLU Speech, Privacy, and Technology Project. “They need resources to fill basic social needs.” Source: (...)

  • Révolutionnaire et dandy
    https://souriez.info/Revolutionnaire-et-dandy

    Emission du 3 décembre 2021 / Radio Libertaire 89.4 // Cette semaine on va faire le récit d’une vie tumultueuse, celle de Eugène Vigo, alias Miguel Almereyda, né en 1883 et mort en 1917. Nous étions à la BAM, la bibliothèque associative de Malakoff fin octobre pour écouter l’historienne Anne STEINER nous présenter son livre, une biographie passionnante de Michel ALMEREYDA, livre paru aux Éditons L’Echapée « Révolutionnaire et Dandy », sorti en 2020 Suivez l’émission en direct en images avec ce diaporama (...) #Les_Amis_d'Orwell

    https://souriez.info/IMG/jpg/1_prison_de_la_petite_roquette.jpghttps://souriez.info/IMG/jpg/8_affiche_rouge.jpghttps://souriez.info/IMG/jpg/7_gassier_de_me_nagement.jpghttps://souriez.info/IMG/png/6_miguel_et_jean.pnghttps://souriez.info/IMG/png/5_miguel_19_ans.pnghttps://souriez.info/IMG/jpg/4_enfant_pendu_roquette.jpghttps://souriez.info/IMG/jpg/3_delannoy_petite_roquette.jpghttps://souriez.info/IMG/jpg/2_couv_petite_roquette.jpghttps://souriez.info/IMG/jpg/17_ze_ro_de_conduite.jpghttps://souriez.info/IMG/jpg/16_bonnet_rouge.jpghttps://souriez.info/IMG/png/15_miguel_e_le_gant.pnghttps://souriez.info/IMG/jpg/14_liabeuf.jpghttps://souriez.info/IMG/jpg/13_exe_cution_liabeuf_gassier.jpghttps://souriez.info/IMG/jpg/12_e_meutes_de_barcelone.jpghttps://souriez.info/IMG/jpg/11_dessin_la_sante_delannoy.jpghttps://souriez.info/IMG/jpg/10_d_amade_par_delannoy.jpghttps://souriez.info/IMG/jpg/9_une_guerre_sociale_draveil.jpg