• Le socialisme n’est pas compatible avec l’extractivisme – CONTRETEMPS
    https://www.contretemps.eu/critique-extractivisme-gauche-amerique-latine

    Derrière la dénonciation de l’extractivisme en Amérique latine se dissimulerait une forme de radicalité chic, paradoxalement compatible avec l’idéologie néolibérale. Telle est la thèse d’un article du Monde diplomatique de juillet dernier. À l’encontre d’une telle affirmation, la critique du néo-extractivisme constitue, à nos yeux, une dimension centrale des luttes émancipatrices.

    article pour/contre #campistes

  • Les ami·es, aujourd’hui Yann @lazuly aurait eu 48 ans. Ici les enfants ne cessent de penser à lui, régulièrement on fait de la calinothérapie avec un des petits qui se couche en pleurant. C’est toujours aussi difficile pour tout le monde.

    Je vous invite à avoir une pensée pour lui, et évidemment pour ses parents @yvon et Gisèle.

  • Blanc autour - DARGAUD
    https://www.dargaud.com/bd/blanc-autour-bda5320530

    1832, Canterbury. Dans cette petite ville du Connecticut, l’institutrice Prudence Crandall s’occupe d’une école pour filles. Un jour, elle accueille dans sa classe une jeune noire, Sarah.

    La population blanche locale voit immédiatement cette « exception » comme une menace. Même si l’esclavage n’est plus pratiqué dans la plupart des États du Nord, l’Amérique blanche reste hantée par le spectre de Nat Turner : un an plus tôt, en Virginie, cet esclave noir qui savait lire et écrire a pris la tête d’une révolte sanglante. Pour les habitants de Canterbury, instruction rime désormais avec insurrection. Ils menacent de retirer leurs filles de l’école si la jeune Sarah reste admise.

    Prudence Crandall les prend au mot et l’école devient la première école pour jeunes filles noires des États-Unis, trente ans avant l’abolition de l’esclavage. Nassées au coeur d’une communauté ultra-hostile, quelques jeunes filles noires venues d’un peu partout pour étudier vont prendre conscience malgré elles du danger qu’elles incarnent et de la haine qu’elles suscitent dès lors qu’elles ont le culot de vouloir s’élever au-dessus de leur condition. La contre-attaque de la bonne société sera menée par le juge Judson, qui portera l’affaire devant les tribunaux du Connecticut. Prudence Crandall, accusée d’avoir violé la loi, sera emprisonnée...

    La douceur du trait et des couleurs de Stéphane Fert sert à merveille ce scénario de Wilfrid Lupano (Les Vieux Fourneaux), qui s’est inspiré de faits réels pour raconter cette histoire de solidarité et de sororité du point de vue des élèves noires.

    Où « Sorcières - La puissance invaincue des femmes » de @mona est cité dans les sources d’inspiration :)

    #bd

  • The illegal settler outpost has running water. Its Palestinian neighbors don’t. This is apartheid at its starkest
    Gideon Levy and Alex Levac | Sep. 24, 2021 - Twilight Zone - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/twilight-zone/MAGAZINE-the-settler-outpost-has-water-its-palestinian-neighbors-don-t-this

    Ahmad Hamamdi at his farm.Credit: Alex Levac

    The activists who were attacked by Israeli soldiers in the South Hebron Hills were bringing water to the Hamamdi family – who are denied that resource by Israel. Opposite them are the water pipes and electric cables of an outlaw settler outpost

    The yellowish water in the large plastic jug is for irrigating the crops. The clear water in the 1.5-liter plastic bottles is for drinking. Ahmad Hamamdi, a 71-year-old farmer, displays the wretched water system of his well-tended and almost miraculous homestead. Up the hill is the half-wrecked pen he tried to build for his 10 sheep. Opposite the small cabin he resides in are the ruins of another room he built. Between them lie torn seats removed from old cars, along with other junk. The sight evokes a village in the Afghan mountains. But we’re not two hours from Kabul, we’re two hours from Tel Aviv, across from the unauthorized settler outpost called Avigayil, which is of course hooked up to the water system and the power grid, and to which an illegally built road leads, here in the South Hebron Hills.

    Umm al-Shukkhan is home to three elderly persons: Ahmad Hamamdi, a straight-backed, resilient man with a hearing aid; Halimi, his wife, 67; and her sister, Zarifi, a mentally disabled woman, aged 52. Zarifi is a pitiable sight. She doesn’t utter a sound, her gaze is mostly fixed on the ground, occasionally she clasps her face in her hands. Her sister and brother-in-law see to all her needs – she is wearing a fine, clean, striped robe. Ahmad and Halimi’s 12 children have all married and left home, and against all the odds and against the violence of the occupation authorities and the hostile local settlers, the couple have created a splendid single-family farm.

    Ahmad built a fence around the pomelo tree, and when troops of the military government’s Civil Administration arrived to uproot it, two years ago, he begged in the name of the tree’s soul, shouted haram – “have pity” – and succeeded in staying the executioner’s hand. Also spared were the tomato, okra and cucumber plants, along with the five beehives and the lemon tree. In place of the 150 olive trees that were uprooted two years ago, he quickly planted a few dozen new ones, which are now blooming. And all of this in the rocky desert land, in the heat of the summer, which so far has refused to abate.

    זה הסרטון. pic.twitter.com/XCsV89Le6v
    — نير حسون Nir Hasson ניר חסון (@nirhasson) September 18, 2021
    https://twitter.com/nirhasson/status/1439225914596941831
    A video of the incident.

    Combatants for Peace, an Israeli-Palestinian NGO, chose to come here last Friday, not because this is the only place in the South Hebron Hills that is crying out for water (it isn’t), but because the apartheid here cries out to the heavens more starkly than elsewhere. Unlimited water and a hookup to the electricity grid for the unauthorized outpost of Avigayil, which also has a large, recreational wading pool, and opposite it the compound of the Hamamdi family, which clings to earth that belongs to Halimi’s parents, with no hookup to water or electricity.

    Combatants for Peace wanted to bring water to this family, but Maj. Maor Moshe – a deputy battalion commander in the Engineering Corps of the Israel Defense Forces – took a dim view of the plan. His soldiers fired stun and tear-gas grenades at them, one even by aiming at them directly, pushed them back violently and in a fit of unbelievable rage wounded six of them and arrested a few others, in one of the IDF’s ugliest and most repulsive displays in memory. All that remained on the ground from the incident this week were a few plastic bottles and plastic handcuffs.

    The Hamamdi family has lived here for the past five years, having moved from the village of Taban, to the west. The South Hebron Hills lie completely in Area C of the West Bank, in which the Palestinians are not allowed to build anything, and where Israel has declared almost everything either state land or a firing zone, the better to expel the Palestinians.

    Ahmad serves dark Argaman grapes from the vine under which we’re sitting – large, fleshy, honey-sweet. Last week he laid a screen on the stone pen he built, in order to create shade for his few sheep, but within a short time two Israeli soldiers appeared and ordered him to remove the screen or face arrest. The Avigayil settlers apparently reported this severe security infringement. The screen now lies folded, ashamed, in a corner of the improvised porch, and Ahmad moved the sheep to one of his children in the nearby town of Yatta until the heat lifts. He’ll bring them back after the olive harvest, in October. On the night after he was told to remove the screen, settlers showed up and demolished part of the pen’s walls – the stones now lie scattered on the ground.

    Umm al-Shukkhan is home to three: Ahmad Hamamdi, a farmer with a hearing aid; Halimi, his wife, 67; and her mentally disabled sister, Zarifi, 52. Credit : Alex Levac

    The Combatants for Peace group bought water for him, and Ahmad hauled the container with his tractor from the nearby village of Tawani. Usually he brings a container, spills the water into the cistern and from there pumps it into a raised container from which the water flows to his crops. It’s a very small tract of land, on which every tree and bush is extraordinarily well cultivated, like the urban vegetable patches in Israeli parks.

    Access here is via the paved road to Avigayil, illegally built by the settlers, and then via an extremely bad dirt path to Hamadi’s compound. Last Friday, a few meters before the turnoff to the dirt trail, the Israeli major stopped the tractor, attacked the driver, Ahmad, and confiscated the keys. Water he will not get, that’s an order, not even after MK Mossi Raz (Meretz), who was present, reached an agreement with the officer by which the demonstrators from Combatants for Peace would withdraw and the water container would be allowed to continue on its way. Immediately thereafter, however, the soldiers started to fire the grenades and then Maj. Moshe pounced on one of the demonstrators, and knocked him to the ground. Moshe was subsequently reprimanded. The IDF stated the next day that an investigation, which was carried out by Brig. Gen. Yaniv Alalouf, found that “the army force erred when it decided to use crowd dispersal means of the stun and gas type against the demonstrators, who were bent on carrying out provocations. The officer who was documented pushing a demonstrator was reprimanded by his commanders.”

    Hamamdi pays 500 shekels ($155) for 20 cubic meters of water, which lasts for barely two weeks. That’s 1,000 shekels a month for water, which in Avigayil is almost free. “Water is life,” says Nasser Nawaj’ah, a resident of the nearby village of Susiya and the local field researcher for the Israeli human rights organization B’Tselem. Nawaj’ah was also present when the soldiers attacked the Combatants for Peace group. Nawaj’ah relates that he didn’t know that the new officer, who has been serving in the region for a few months, is named Maor Moshe – the Palestinians thought his name was Itai, because that’s how he introduced himself. There had already been several violent incidents with him, Nawaj’ah relates, adding that “he does not keep his word.” In this remote region, where every Palestinian hamlet is surrounded by a few outlaw outposts and the battle is for the cleansing of the indigenous inhabitants, every officer is a king.

    The illegal settlement of Avigayil.Credit: Alex Levac

    A police force that arrived on the scene took the tractor keys from the officer and returned them to Hamamdi, but didn’t allow him to head home. He was compelled to turn around and take the water back to Tawani and leave it there. He’s now very fearful of hauling the container to his home – since the incident he’s been using only plastic bottles. Last April, during Ramadan, the police confiscated his Toyota van, which was “mashtuba” – a vehicle without papers – and now he has a new mashtuba, a rickety Mitsubishi van about which Hamamdi says, “It almost drives.” The tractor and the container are now with his children in Yatta, as he’s afraid they will be confiscated here. Now he plans to find a different way, bypassing Avigayil and far longer, to haul the water. Instead of a quarter of an hour, when it’s in Tawani, it’ll take an hour – whatever it takes to get around his neighbors in Avigayil.

    Hamamdi gets electricity from the solar panels that were given to him by the wonderful NGO Comet-ME, which supplies such panels to the remote shepherd communities and villages that Israel doesn’t permit to hook up to the grid. Those panels haven’t been confiscated so far, as they have been in many other locales.

    A scrawny ginger cat prowls hungrily around the compound. The family’s living room resembles nothing so much as an especially crowded jail cell: 13 square meters (140 square feet), including a mini-kitchen. This is the space in which three adults, none of them young, one with special needs, live. Three steel beds are arranged in a U around the small room, in the center of which a bag of bread hangs from the ceiling from a rope secured by a hook. A few green tomatoes lie on a rusting tray. The room is dim, the ceiling is made of tin, the kitchen is meager, the clothes too hang on the walls, there is nothing like a closet. The diminutive cave a bit down the hill from this structure contains a chicken coop and a dovecote. Another room, closed off, is used for visits of the couple’s 12 children and their families. Havat Maon, Avigayil and Mitzpeh Yair surround them on three sides, all of them unauthorized outposts, some of their residents violent.

    Ahmad’s favorite spot is at the end of his small compound. There, in the shade of a young eucalyptus tree, stands a gray, three-legged plastic chair that is tied to the tree trunk. In place of the missing fourth leg, Ahmad has placed a gray brick. Here he sits solitary and silent, gazing at the desert landscape that is being despoiled before his eyes.

  • Enquête sur l’#accessibilité des #écritures_inclusives

    Les résultats de l’enquête que j’ai mené sur l’accessibilité des écritures inclusives pour les personnes dyslexiques sont désormais disponibles. Ils sont présentés, ainsi que l’état de l’art et la méthodologie utilisée, dans un mémoire accessible sur cette page web. Ce mémoire marque l’aboutissement de mon stage et initie une suite de travaux qu’il semble nécessaire.

    Le mémoire se base sur une enquête en ligne testant la compréhension de plusieurs formes d’écriture genre-inclusives : #double_flexion totale, double flexion partielle (point médian), #néologie, #écriture_épicène et #genre_neutre (par Alpheratz). Le texte testé est une ré-écriture du conte « Les habits de l’Empereur » (celui où « le roi est nu »). Les résultats sont très différenciés - selon l’adhésion des répondant-e-s aux principe de l’écriture inclusive par exemple. Voici un extrait de la conclusion :

    « Il existe des grandes tendances de l’impact du contexte socio-politique sur l’accessibilité des écritures inclusives qui interfère avec la complexité des contextes personnels. Cela remet en question la pertinence de l’établissement d’une classification d’accessibilité entre les différentes formes d’écriture inclusive et montre le caractère contingent de l’accessibilité aux écritures inclusives. De plus, il est important de rappeler que cette étude montre aussi que la langue écrite française reste fondamentalement inaccessible aux personnes dyslexiques. »

    Pour télécharger le mémoire :
    https://inclusiviteetdyslexie.files.wordpress.com/2021/09/memoire-v1-4.pdf

    https://inclusiviteetdyslexie.wordpress.com
    #écriture_inclusive #enquête #dyslexie #langue_française #français

  • 1% (!) des enfants de 10 à 14 ans sont positifs en Angleterre.

    Colin Davis sur Twitter : « The rate among 10-14s has now gone over 1000 per 100K. This is out of control — cases are now doubling every 7 days in this age group. If the government was concerned about children getting Covid it would have to take action now. But it looks like it’s just part of the plan. » / Twitter
    https://twitter.com/ProfColinDavis/status/1441460062942154762

    Certains opposent (et apposent) le taux d’hospitalisation qui lui n’est pas en augmentation.

    Cela est bien sûr du en grande partie à la mise en œuvre d’un dépistage de masse, qui donc permet de mettre en évidence les cas asymptomatiques à légers, MAIS d’une part l’augmentation est exponentielle, et d’autre part cela indique qu’il faut VRAIMENT protéger les (parents et grand-parents des) enfants.

  • Lille : surveillance et malveillance
    https://labrique.net/index.php/thematiques/brique-brother/1222-lille-surveillance-et-malveillance

    Fin 2020, quelques mois après sa très controversée réélection, Martine Aubry lâche un sévère projet de création d’un « Centre de supervision urbaine » (CSU) relié à 50 nouvelles caméras, au sein d’un nouvel hôtel de Police Municipale. Sur la même période, c’est l’arrivée de 50 nouveaux policiers municipaux et 60 nationaux ainsi qu’une unité de CRS. De quoi mettre Lille sous vidéo-protection rapprochée ! Mais pas de panique, tout est sous contrôle.

    #En_vedette #Brique_Brother

  • Lecture d’un extrait du livre « Plasmas » de Céline Minard

    http://www.liminaire.fr/radio-marelle/article/plasmas-de-celine-minard

    Le livre de Céline Minard décrit une Terre devenue inhabitable, où la nature telle que nous la connaissons a cessé d’exister, désormais recréée de toute pièce, dans des bulles, un univers dans lequel vivent de nombreuses créatures à l’intelligence supérieure à celle des humains, où des bots enregistrent les données humaines. (...) #Radio_Marelle / #Écriture, #Histoire, #Langage, #Livre, #Lecture, #Récit, #Vidéo, #Amour #En_lisant_en_écrivant, #Mémoire, #Corps, #Podcast, #Tokyo (...)

    http://www.liminaire.fr/IMG/mp4/en_lisant_plasmas_ce_line_minard.mp4

    https://www.payot-rivages.fr/rivages/livre/plasmas-9782743653675

  • Les 35 euros d’augmentation du SMIC seront assujettis à l’impôt sur la fortune
    https://www.legorafi.fr/2021/09/16/les-35-euros-daugmentation-du-smic-seront-assujettis-a-limpot-sur-la-fortun

    « Cela fait beaucoup d’argent d’un coup, ces gens là n’ont pas vraiment l’habitude » estime Bruno Le Maire qui craint que certaines personnes n’abusent de ce versement plus élevé que d’ordinaire. « Cela va bousculer le quotidien de beaucoup, il va y avoir des dérives, des achats qui ne sont pas de premières nécessités, comme de la drogue, ou de la cryptomonnaie. Des gens vont péter un plomb ! » Le gouvernement souhaite que ce coup de pouce monumental soit imposé à hauteur de 300%. « Vous imaginez du jour au lendemain 35 euros de plus sur leur comptes en banque ? La pression psychologique pour résister à tout dépenser d’un coup ? » ajoute responsable du cabinet de Jean Castex. « On sait ce qui se passe quand d’un coup il y a trop d’argent, oisiveté, dérives, grand banditisme, financement du terrorisme » souligne-t-on au ministère de l’économie qui souhaite que toute prochaine augmentation du SMIC soit liée à une obligation de « contrat travail de solidarité » d’un minimum de 72h par semaine

    Le ministre de l’Éducation nationale, de la jeunesse et des sports approuve cette mesure pour éviter une nouvelle pénurie d’écran plats.

  • Liste de mes interventions
    https://joellepalmieri.org/2021/06/25/liste-de-mes-interventions

    COMMUNICATIONS DANS DES COLLOQUES INTERNATIONAUX « Afrique du Sud, France, Turquie ou comment se banalise la militarisation de la société », Colloque « Militarisme, militarisation et univers militaires : l’impact croisé des/sur les rapports sociaux de sexe, de classe et de race », CIRFF2018 : espaces et enjeux des savoirs féministes : réalités, luttes, utopies (27 au … Lire la suite →

    https://0.gravatar.com/avatar/9756ba41fe8333157071419a20733f4a?s=96&d=https%3A%2F%2F0.gravatar.com%2Fa

  • Alexandre Benalla : une longue et belle journée de procès - davduf.net
    http://www.davduf.net/alexandre-benalla-une-longue-et-belle-journee-de

    Reprise de ma chronique judiciaire sous forme de thread Twitter. Ce vendredi, c’était le grand jour au tribunal judiciaire de Paris. Les agissements d’Alexandre #Benalla et de son acolyte Vincent #Crase, place de la Contrescarpe, le 1er mai 2018. Amusante, instructive et (enfin) politique, cette audience raconte deux choses : qu’avec les vidéos, tout a bel et bien changé. Mais surtout que ce procès n’est pas (seulement) celui d’une basse police, mais bien, aussi, celui d’une vision de basse politique.

  • Der Blarze Schwock, autonomes Kabarett
    http://projekte.free.de/bankrott/schwockinhalt.html

    Selbstdarstellung

    Stehender Schwock - allein Den Blarzen Schwock „Münsters gefährlichsten Nebenwiderspruch“ (Junge Welt), gibt es seit gut fünf Jahren. Gegründet wurde das mittlerweile fünfköpfige Kabarettensemble eingentlich...gar nicht! Denn als 1998, Uni-Streik, Besetzung des Soziologie-Institutes und die heroischen Ein,- und Angriffe hochpolitisierter Studierender gegen ein „Soldaten sind Mörder“-Transparent vor dem Schloß (dem architektonisch eindrucksvollsten Truppenübungsplatz der Bundesrepublik!) glücklich überstanden, der Blarze Schwock im Rahmen der Veranstaltungsreihe des Infoladen Bankrott zum ersten Mal die Bretter der Baracke betrat ,dachte noch niemand an „bleibende Werte“. Schon gar nicht im Kabarett. Laut ging es zu , fröhlich und spontan. Wir hatten ganz einfach all die widerspenstigen, witzigen oder skurilen Einfälle zusammengetragen, die uns im Laufe der vergangenen Jahre gekommen waren, wenn das Wetter in Ahaus zu schlecht, das Flugblatt zu langweilig oder die Stimmung auf dem Plenum zu gut war. Spott und Lästerung als Hygiene für Herz und Hirn - das wurde unser erstes, bühnentaugliches Kabarettprogramm.
    Der Erfolg war...nun, ähem...überwältigend. Wir jedenfalls ließen uns überwältigen. Oder was hättet ihr getan nach so einer Kritik? "Ein toller Abend aus der Reihe „Anarchistische Theorie und Praxis“, an dem sich gezeigt hat, daß Politik auch Spaß machen kann und die Herren der Szene nicht nur über sich selbst lachen, sondern auch mit ihren selbstgemachten Texten voll ins Schwarze treffen können. Ganz große Klasse und absolut fortsetzungswürdig!" (APOPLEX).
    Daß das Gelächter von damals, das wir als nährendes Manna mit uns heim trugen, mindestens so sehr unseren Personen wie unserer Darbietung gegolten hatte ("Mein Gott! Das trauen die sich?!"), begannen wir erst spät und häppchenweise zu begreifen. Da waren wir aber schon in Düsseldorf, Wuppertal, Moers, Bielefeld, Hannover, Dresden, Berlin, Halle, Bremen, Mannheim und werweißwosonstnoch gewesen, hatten das Wendland gemeinsam mit den „Roving Bottles“ bespielt, bei der Emeritierung von Herrn Professor Doktor Siegrist mitgewirkt (Ich frage mich bis heute, wofür die eigentlich noch ’n Kabarett brauchten?), zwei Sketche für das Radio aufgenommen und in der Frauenstraße 24 in Münster den vielleicht schönsten Erfolg unseres bisherigen Kleinkünsterlerdaseins gefeiert, gefolgt von einem weiteren wunderbaren Auftritt auf der briefmarkengroßen Bühne der Frankfurter Wagenburg.
    Wandernder Schwock - alleinHeute ist egal, ob wir damals (seligen Gedenkens, schnief!) an,- oder ausgelacht worden sind. Der Blarze Schwock ist mittlerweile ein bühnenerfahrenes Kabarettensemble mit einem abendfüllenden Programm geworden - das einzige anarchistische Reisekabarett Deutschlands. Ein Quintett fünf wilder Wesen, die in einem Panda voller Sperrmüll und Gitarren durch die Lande ziehen. Hier und da gesellen sich netterweise ein „Techniker“ oder eine „Technikerin“ dazu. Gegenwärtig touren wir mit unserem zweiten Programm „Die Muse hat mich gebissen“. Nur Kabaretta unsere treue aber schon recht mitgenommene Kleiderpuppe, die meistens duldsam im Kofferraum hockte, bis sie - jeden Abend auf’s Neue - im Zugabenteil des Programms „Fischer, friß misch net“ von tollwütig gewordenen Knüppelschwingern in Uniform verprügelt wurde, genießt inzwischen ihren wohlverdienten Ruhestand.
    Der Blarze Schwock ist anachistisches Kabarett nicht nur auf, - sondern auch hinter der Bühne. Es gibt bei uns keinen Leiter, keinen Regisseur, keinen Einpeitscher, Vorturner oder Trainer. Alle machen alles - und sich gelegentlich das Leben schwer, versteht sich. Aber welche Polit-Kombo würfe hier den ersten Stein...na? ...na? Wer nicht spielen muß, darf inzenieren - oder umgekehrt, nach gusto.
    Es ist so viel geschrieben und gestritten worden über das, was politisches Kabarett bewirken oder nicht bewirken kann, daß wir uns mit einem schlichten Bekenntnis am Schluß begnügen wollen: Wenn Menschen aus unserer Vorstellung hinausgehen mit einem Lächeln im Gesicht - über sich selbst, über die Ungerechtigkeit der Welt, den Widerstand ansich oder die lästige Tatsache, in einer halben Stunde schon wieder zum Plenum in den Infoladen zu müssen,- wenn wir also für anderthalb Stunden den Frust hinaus, - und den Spaß hineinlassen, hineinlachen konnten, haben wir unsere Arbeit gut gemacht...naja: hoffentlich!
    Blarz! Wir haben geschwockt!

    Pressestimmen:

    "Jetzt noch 18% gemeiner! Der Blick aus dem Fenster des Infolädchens in der beschaulichen Provinzstadt Münster fällt auf eine Arbeiterviertelidylle. Hier schmeckt das Bier und ist auch noch billig. Der Traum aller linken GeisteswissenschaftlerInnen mit zwei- und dreistelliger Semesterzahl. An sonnigen Tagen stürzt manchmal Möllemann vom Himmel. Prima Bedingungen, sich ausgiebig der Lästerei über den Rest der Welt zu widmen. Der ist, wir wissen es alle, zunehmend böse. Wer aber diese Tatsache heutzutage noch völlig nüchtern und ernsthaft referierend vermitteln will, stellt eine potentielle Fluchtursache für seine vom restlichen Leben schon genug gebeutelten Mitmenschen dar. Das Kabarett hat es da leichter, auch wenn es vielleicht gar nix vermitteln, sondern nur Spaß machen will. Um allerdings mit der Verschärfung der Wirklichkeit mithalten zu können, muss man sich schon einiges einfallen lassen: Darf man noch Witze über geklonte Menschen oder privatisierte Atemluft machen? Sicher. Kabarett darf alles. Aber ist das nicht viel zu real bedrohlich um witzig zu sein? Egal. Ein „autonom-anarchistisches Szene Kabarett“ wie der Blarze Schwock findet zum Glück noch vieles andere, was genauso real, aber auf jeden Fall witzig ist. Und gemein! Die FAU kriegt eine regelrechte Liebeserklärung ab. Ebenso Sub Marcos. Als Opfer spielen mit: Die Autonomen, die Antifa, Attac, die Grünen, die grüne Knüppelbrigade, die Olivgrünen, Marxisten, Möllemann, Moslemjäger und Klassiker! Kaum ein Stück, das nicht irgendwie aus Funk, Fernsehen oder deutschem Kulturerbe bekannt vorkäme. An das erste Schwock-Programm erinnert allerdings außer drei Köpfen, einer Gitarre, dem bewährten Nummernkabarettstil und der Vielspitzigkeit der Texte nicht viel. Wenn schon ein neues Programm, dann die Pointen auch gleich wieder reichlich dosiert. Um all die schönen und gemeinen Anspielungen mitzubekommen, muss man sicher öfter hingehen. Umfangreiches Allgemein-, Spezial- und Szenewissen ist ebenfalls für den vollen Genuss der Darbietung von Nutzen. Man hat es halt mit fünf zum Teil sehr gründlichen StudentInnen der Geisteswissenschaft zu tun. Diese Spezies arbeitet gern mit Statistik. Statistisch gesehen schlüpfen die fünf SchwockerInnen in 19 Rollen, davon 16 Männer- und 3 Frauenrollen, wobei 2 Frauenrollen von Männern und 6 Männerrollen von Frauen (ja, natürlich muss man die Geschlechterzuschreibungen auch grundsätzlich in Frage stellen) gespielt werden. Queering ist auch auf der Kabarettbühne im Kommen! Nur wo bleiben die weiblichen Spottobjekte? Mit 3:16 völlig unterrepräsentiert. Hier liegt noch was im Argen. Dazu singen sie bis zu fünfstimmig sieben Songs mit zehn bekannten Melodien und zwei Gitarren... sechs Saiten. Beeindruckende Zahlen. Zum Glück muss beim Kabarett nicht jedes Ensemblemitglied übermäßig musikalisch sein, um mit Songs beim Publikum anzukommen. Zusammen 90 Minuten Spaß für den Preis weniger Erfrischungsgetränke. Vielleicht auch bald in Eurer Nähe. Ich geh’ morgen zum fünften Mal hin."
    thorsten aus Münster (In: Direkte Aktion Nr. 155 Februar 2003)

    "’Linke Chaoten’ gelten allseits als verbissene Barrikadenkämpfer, die das Schweinesystem hassen und keinen Humor kennen, Münsters Autonome beweisen jedoch Sinn für Witz und Selbstironie. Die linksextreme Kabarett-Gruppe „Der Blarze Schwock“ aus den Reihen studentischer Demoaktivisten verarscht neben Bullen und Bonzen auch geren den unfreiwilligen Ernst der eigenen Szene. Das kommt nicht nur in Münster an: das Kabarett mit dem schwarz-roten Anarcho-Stern tourt mit seinem aktuellen Programm durch besetzte Häuser und autonome Zentren der ganzen Republick." (Ultimo Uni-Spezial SoSe 2002)

    Engagement
    Schwock in Formation - Mehrzahl Die Muse hat den blarzen Schwock erstmals am So. den 16. Juni um 21.00 Uhr in der Baracke in Münster gebissen. Seitdem standen wir auf zahlreichen Bühnen unterschiedlichster Güte und haben die Verpflegung verschiedenster Volxküchen genossen. Nach einer längeren Pause machen wir nun wieder die Republik unsicher. Premiere unseres dritten Programms „Ab jetzt gibt’s Comedy!“ ist am Samstag den 14. Juni um 20.00 Uhr in der Frauenstraße 24 in Münster. Verraten wird noch nichts aber zum Schnuppern gibt es hier einen Bilderbogen aus unseren alten Programmen. Wer uns engagieren möchte, kann dies auf eigene Gefahr mit einer Email an bankrott@free.de versuchen.
    Let there be Schwock!

  • OCaml en 2021
    https://linuxfr.org/news/ocaml-en-2021

    La version 4.13.0 du langage OCaml est sortie le 24 septembre 2021, sept mois après OCaml 4.12.0 sortie le 24 février 2021.

    OCaml est un langage fonctionnel de la famille des langages ML (dont font partie SML et F#). Il s’agit d’un langage fonctionnel multi‐paradigme fortement typé qui permet de mélanger librement les trois paradigmes : fonctionnel, impératif et objet. La plus grande spécificité d’OCaml dans le paysage des langages fonctionnels (Haskell, Rust, F#…) est probablement son système de module : les modules d’OCaml font partie intégrante du langage, et il est par exemple possible de décrire des modules paramétrés par d’autres modules (à travers des foncteurs).

    La grande nouveauté de cette année 2021 est la convergence de l’environnement d’exécution entre la version standard d’OCaml et le (...)

  • Série Le projet Nellie Bly - Axelle Mag
    https://www.axellemag.be/serie/le-projet-nellie-bly

    Le #projet_Nellie_Bly, développé par #axelle, souhaite outiller les journalistes, les étudiant·es et toutes les personnes intéressées par le traitement médiatique des #violences_envers_les_femmes.

    Comment raconter les multiples violences dont les femmes sont victimes ?
    Quel vocabulaire, quelles pratiques, entre journalistes, avec associations de terrain, avec les femmes ?
    Comment mettre un terme à la maltraitance médiatique des violences envers les femmes et comment utiliser, enfin, des mots justes ?

    Femmes journalistes face au #sexisme

    https://soundcloud.com/axellemag/femmes-journalistes-face-au-sexisme

    Le premier webinaire, « Vie ma vie de femme journaliste », organisé dans le cadre du projet Nellie Bly, a été préparé et animé par Camille Wernaers, journaliste et formatrice à axelle magazine, le 27 avril 2021.

    Nous y interrogeons le sexisme que subissent de nombreuses femmes journalistes, les stratégies qu’elles ont trouvé pour y faire face ... et pour le pulvériser. Deux femmes passionnantes dressent pour nous des constats et pointent des outils de résistance précieux. #pulvériser_le_sexisme

    Nos invitées sont :
    • Lise Ménalque, doctorante à l’Université Libre de Bruxelles et assistante à l’école universitaire de journalisme de Bruxelles. Elle travaille sur les #rapports_sociaux_de_genre dans les processus de #féminisation de la profession de journaliste en Belgique francophone.
    • Sarah Frères, journaliste, spécialiste des thématiques Nord-Sud et des migrations. Elle travaille pour le magazine Imagine Demain le monde.

  • Un livre vient de sortir sur l’expérience du parlement de la Loire dont le romancier Camille de Toledo a fait une version « romancée ».

    Introduction de Manuella éditions :

    "Ce livre déploie un récit : celui d’un soulèvement légal terrestre où une commission constituante se voit confier la charge d’accueillir les éléments de la nature dans nos enceintes humaines.

    Il suit une expérience collective bien réelle, celle des auditions pour un parlement de Loire qui, entre l’automne 2019 et le printemps 2021, a cherché à définir les conditions dans lesquelles les êtres de la nature, en l’occurence, un fleuve français, doivent accéder à la personnalité juridique.

    Les lectrices et lecteurs pourront y découvrir un processus instituant - un théâtre de métamorphoses - pour établir un plus vaste souverain, ouvert aux éléments de la nature. Ils pourront y suivre les débats annonciateurs d’un avenir où, dans le sillon de la loi néo-zélandaise faisant de la rivière Wanghanui une personne légale, les éléments naturels participeront à l’élaboration des règles de la vie commune.

    Le parlement de Loire est une démarche portée par le POLAU-pôle arts & urbanisme – commissariat Maud Le Floc’h – dans le cadre du programme artistes-ingénieurs.es GÉNIES-GÉNIES.

    http://manuella-editions.fr/livre/le-fleuve-qui-voulait-ecrire-les-auditions-du-parlement-de-loire.h
    http://www.editionslesliensquiliberent.fr/livre-Le_fleuve_qui_voulait_%C3%83%C2%A9crire-9791020910

    #nature #fleuve #litterature #gaïa

  • Comment le photographe Jonas Bendiksen a dupé « Visa pour l’image » pour dénoncer les fake news
    https://www.marianne.net/culture/comment-le-photographe-jonas-bendiksen-a-dupe-visa-pour-limage-pour-denonc

    « Tromper ma communauté, mais pas le reste du monde »

    Une fois le livre en vente, en avril, Bendiksen est tiraillé. Une partie de lui jubile devant la pluie de compliments sur le sérieux de son travail, la justesse de son écriture, l’importance de son sujet. Mais sa nature honnête le rattrape : « Je n’aime pas arnaquer les gens, et comme beaucoup de criminels, j’attends aussi avec impatience que ma couverture soit dévoilée », confie-t-il. De nombreux magazines veulent lui acheter le sujet, ce qu’il refuse sous différents prétextes : « Tromper ma propre communauté, OK, mais pas le reste du monde », résume-t-il.

    Surpris que ses confrères n’aient rien remarqué (bien que ce soit pour lui un excellent indicateur de combien il avait visé juste), le photographe envoie son travail au festival de photojournalisme Visa pour l’image ; qui d’autre que cette équipe qui sélectionne tous les ans le meilleur du métier pourrait démasquer la supercherie ? Il n’en est pourtant rien, et quand le directeur Jean-François Leroy lui propose de projeter son sujet, Bendiksen culpabilise – mais ne recule pas. À la manière des hackers recrutés et payés par des compagnies pour traquer les failles de leur défense informatique et en renforcer la protection, il considère son action comme un service rendu pour exposer les failles d’une industrie vulnérable et sensibiliser à plus de vigilance.
    De faux profils Facebook pour semer le doute

    Le projet n’a de sens que si la vérité éclate : petit Poucet patient, Bendiksen sème des indices. D’abord à travers un faux profil Facebook, qu’il utilise dès le lendemain de la projection à Perpignan pour répandre des allégations à son encontre… sans succès. C’est sur Twitter que l’opération se révélera concluante : soulagé, le photographe profite même de l’entretien accordé à Magnum pour annoncer qu’il enverra un exemplaire dédicacé à l’internaute qui, le premier, a mordu à l’hameçon et repéré une brèche…

    Le 20 septembre, Jean-François Leroy publie sur Facebook et Twitter un communiqué de réponse, en anglais. Se disant « piégé » et « abasourdi », il présente ses excuses au public. « Aucun système n’est parfait […] et Visa ne fait pas exception. » « Nos équipes, malgré tous nos efforts pour éviter des erreurs, ne peuvent jamais prétendre être infaillibles. » Sans se réfugier entièrement derrière cet argument, Leroy rappelle aussi qu’il avait développé avec Jonas Bendiksen, habitué du festival, une relation basée sur « l’amitié et la confiance » : « Aurions-nous été plus prudents s’il s’était agi d’un photographe inconnu ? Peut-être, peut-être pas. » S’il qualifie les méthodes utilisées de « discutables », Leroy certifie que l’incident est perçu comme une « opportunité » plutôt qu’une attaque. « Cette audace insolente a, pour le meilleur ou pour le pire, élevé le problème à un niveau que nous n’aurions jamais cru possible ». Bendiksen, de son côté, a renouvelé ses excuses à l’ensemble de l’équipe.

    Que dirait enfin le photographe aux habitants de Veles, bien réels ? « J’espère qu’ils ne sont pas trop offensés, répond-il. Mais quelles sont exactement les implications éthiques de mon travail pour eux, puisque toutes les personnes de mon histoire sont des avatars numériques ? Quelles obligations ai-je envers des personnes que je n’ai pas photographiées ? ». Résumant l’entreprise ainsi : « Un tas de leurs jeunes ont inventé beaucoup de fictions ridicules sur un endroit lointain, les États-Unis, et en ont profité. Je suis venu d’un endroit lointain et j’ai inventé une fiction en retour à leur sujet, mais basée sur une histoire vraie. » Un match nul en somme. Alors, sans rancune ?

    Une réaction outrée de la profession :
    https://www.a-l-oeil.info/blog/2021/09/24/larnaque-de-jonas-bendiksen-photojournaliste-chez-magnum

    Non, Jonas Bendiksen n’a pas fait preuve de génie dans cette affaire, il a juste trompé sa profession, sans oublier le public qui a vu ses images avant que la supercherie ne soit dévoilée. Et cela est une faute professionnelle exceptionnellement grave.

    Son argument selon lequel ce travail a été fait pour démontrer la duplicité des fausses nouvelles, « fake news » pour parler comme chez Magnum, est non seulement ridicule mais totalement contre-productif. Aujourd’hui, nul n’ignore que les fausses nouvelles connaissent, grâce à la technique, une ampleur exceptionnelle et nocive. Jonas Bendiksen enfonce un portail grand ouvert !

    Mais plus grave, du fait de la profession qu’il affiche : « photojournaliste », sa démonstration se retourne contre la profession. Si les journalistes, eux-mêmes, se mettent à glorifier les fausses nouvelles, les esprits les plus raisonnables vont basculer dans une errance dramatique pour la société.

    Et puis, il faut bien aller au bout de la fallacieuse démonstration de Bendiksen : l’excuse de l’art. Face à la mutation ultra rapide de la presse et à la crise économique qui en découle, de nombreux photojournalistes se tournent vers les galeries, les musées et se mettent à vouloir faire de l’art. Je n’ai rien contre, mais être artiste n’a rien à voir avec le journalisme ! L’art est imaginaire, le journalisme est une captation honnête de faits bien réels.

    La reconnaissance du mélange des genres est une fausse nouvelle.

    Michel Puech

    @Reka avait déjà noté un truc sur Seenthis il y a 8 ans...
    https://seenthis.net/messages/106073

  • Pâte d’arachide (beurre de cacahuètes)
    https://www.cuisine-libre.org/pate-d-arachide-beurre-de-cacahuetes

    Décortiquez les cacahuètes pour en avoir 250 g. Mixez avec 2 cuillerées d’huile jusqu’à obtenir une pâte lisse. #Huile_d'arachide, #Arachide, #Afrique, #Pâtes_à tartiner / #Végétarien, #Sans œuf, #Sans gluten, Végétalien (vegan), #Sans lactose, #Sans viande, Crudité

    #Végétalien_vegan_ #Crudité

  • DJ Mehdi, le son du Prince - ARTE Radio Podcast
    https://www.youtube.com/watch?v=aMbzFSkMuhg

    Musicien éclectique à la personnalité chaleureuse, DJ Mehdi aura illuminé l’âge d’or du rap français des années 90-2000. Il a donné un « son » aux quartiers populaires avec le tube du groupe 113 « Tonton du bled » et bien d’autres. Mais il a aussi fait des excursions électroniques dans la « french touch » avec Justice ou Daft Punk. Il a donc réconcilié le hip hop et l’électro à une époque où c’était mal vu, voire impossible ! Éditeur du magazine Rockyrama, Johan Chiaramonte s’attache au parcours de Mehdi Faveris Essadi a.k.a. DJ Mehdi, trop tôt disparu à 34 ans le 13 septembre 2011. Le podcast va à la rencontre de ceux avec qui il a travaillé, de ses débuts en banlieue à l’âge de 14 ans (Manu Key de Mafia K’1 Fry) à ses complices à Paris : Pedro Winter du label Ed Banger, Romain Gavras de Kourtrajmé, Xavier de Rosnay du groupe Justice, le journaliste rap Arnaud Fraisse, le compositeur et chef d’orchestre Thomas Roussel. Tous participent à remettre son oeuvre en contexte, et surtout donnent à entendre l’originalité du son de DJ Mehdi.

    #musique #DJ_Mehdi #hip-hop #rap #rap_français #électro #Histoire #Mafia_K'1_Fry #Arte_Radio #audio #podcast

  • Nursing Clio: The Racist Lady with the Lamp
    https://nursingclio.org/2020/11/05/the-racist-lady-with-the-lamp

    “She’s a product of her time” is a racist excuse I’ve often heard from colleagues when discussing less appealing aspects of Nightingale’s canon. Her “time” was the Victorian epoch, named after Queen Victoria, who ascended to the British throne in 1837. It was a time of brutal capitalist expansion, an era that saw the rise of the suffragettes, countless working-class uprisings, and anti-colonial revolts. Nightingale was not just a product of her time; she was a product of her social class and its conservative values, which she actively embraced. Her racist discourse was part of the upper classes’ reaction to some of the anti-colonial movements rocking the British empire. The Great Indian Revolt of 1857 sent shockwaves throughout the empire, as did the New Zealand wars. Nightingale was an active participant in British colonialism.

    (...) Despite the clarity of Nightingale’s writings, nursing academia continues to produce hagiographies venerating her. While some nurse scholars have offered critical perspectives on Nightingale, her body of work is largely unchallenged within the nursing profession.

    (...) The weight of Nightingale seems to smother our capacity as a profession to celebrate other historical nursing leaders, especially Black and Indigenous women. One in particular stands out; Mary Seacole , a Black nurse from the same era, who also served in areas where Nightingale worked, such as Crimea, and for much longer. She achieved fame in her own right because of the selflessness and grit with which she treated wounded soldiers.

    Edith Monture was the first Indigenous nurse in Canada and a pioneer in maternal and Indigenous health. Emma Goldman , a Jewish nurse in addition to an anarchist activist, was an advocate for women’s health and fought against the devastating impacts of capitalist industrialization on the health of working people. None of these trailblazing women fit within the Nightingale “ideal” of the nurse; they were willful and rebellious, and by their very existence, challenged racist and sexist norms.

    • Florence Nightingale, la fondation de la croix rouge et le progrès en matière d’hygiène de l’époque sont les produits de l’industrialisation en général et plus particulièrement de l’industrialisation de l’art de la guerre.

      Chacune de ces transformations innovatrices de la guerre est suivie d’une consommation croissante de vies humaines qu’il faut pourtant éviter autant que possible afin de continuer à faire tourner la machine énorme que constitue le cercle d’investissement, de production et de mise en vente capitaliste. La guerre est sa forme parfaite car elle resout le problème de la surproduction en détruisant le surplus invendable tout en créant des profits énormes par la production d’armes.

      Pour la première fois dans l’histoire les femmes soignantes et les hommes médecins trouvent leur place dans ce circuit infernal à l’endroit où la machine risque de dérailler à cause des ruptures d’approvisionnement en chaire humaine et à cause de l’empathie humaine qui complique la participation des masses aux guerres de plus en plus totales et profitables.

      Boris Vian nous en parle dans son poème sur le bon Docteur Schweitzer :

      Pour qui voulez-vous les remettre
      En bon état, docteur Schweitzer
      Ces nègres que vous recollez
      Et qu’on recassera demain

      Quand on approche le rôle des soignants d’une perspective historique avec les outils de l’économie politque on découvre une lignée ancestrale dont les premières générations sont des chamans, sorciers et prêtres qui depuis la victoire de la science sur les pratiques mysthiques ont cédé leur place aux médecins. Les classes au pouvoir ont toujours eu besoin d’une justification profonde et irréfutable de leur rôle dominant. Là où l’irrationnel du type religieux et spirituel ne tient plus debout ce sont la science médicale et ses aberrations les plus brutales qui ont pris le relève. Dans les contrées où pauvreté et l’absence d’éducation moderne empêchent l’introduction des idées modernes les pratiques et structures religieuses persistent et s’opposent au concurrent moderne qu’est la médcine occidentale.

      Le racisme des soignants ne constitue alors qu’une forme particulière de la domination médicale exercée à travers le triage et la catégorisation des patients en fonction de leurs symptomes. On trouve le racisme dans sa forme typique pour le 19ème siècle colonialiste chez Nightingale puis dans sa forme idéale à la rampe d’Auschwitz où les médecins SS instruisent les simples gardes comment réaliser le projet antisemite tout en poussant l’exploitation du corps humain jusqu’à sa forme absolue, Vernichtung durch Arbeit , l’anéantissement par le travail. C’est triage idéal dont l’issue est toujours la mort induite par la main médicale.

      A l’exception des médecins pratiquant le triage nous sommes tous et toutes des nègres évoqués dans le poème de Boris Vian. L’appelation exprime notre infériorité et dépendance par rapport au dominants dont les personnages du Docteur Schweitzer et Florence Nightingale sont des émanations propagandistes dessinant une image floutée et embellie de leurs profession dans le but d’en obscurcir la qualité véridique.

      Je ne parle pas de questions purement historiques car les recherches sur le cerveau humain et les pratiques dans la recherche et l’expérimentation sur les gènes humains nous placent face à des menaces bien plus graves que l’eugénisme de 1900 dont nous connaissons les résultats. Là encore les idéologies et opinions religieuses se confondent avec les intérêts des classes domminantes.

      Boris Vian, Docteur Schweitzer
      https://www.irrationale.net/wort/vianschw.html

      #iatrocratie

  • En France, une #éducation inégalitaire dans ses résultats et son financement
    https://www.banquedesterritoires.fr/en-france-une-education-inegalitaire-dans-ses-resultats-et-son-

    Dans l’édition 2021 de ses « Regards sur l’éducation », l’#OCDE met en lumière les #inégalités du système éducatif français. En termes de résultats, ces inégalités se situent le plus souvent dans la moyenne. En termes de #financement, la France sous-dote l’école primaire au bénéfice du collège.