• Gang Boss Who Kidnapped Nurses to Vaccinate the Poor Hailed as Modern-Day Robin Hood
    https://www.newsweek.com/gang-boss-who-kidnapped-nurses-vaccinate-poor-hailed-modern-day-robin-hood

    A Brazilian drug trafficker has been praised on social media as a modern-day Robin Hood after he kidnapped two nurses, stole vaccines and syringes and ordered the medical staff to inoculate residents in one of the poorest areas in the country’s southeast. Thomaz Viera Gomez has made headlines in the local press for acts of charity over the past year even as authorities have issued successive warrants for his arrest. His most recent gesture of generosity, to combat yellow fever, which has swept poverty-stricken areas of Brazil, has seen him lauded primarily as a hero rather than a villain. Source: Dans la (...)


  • J’étais là-bas
    https://visionscarto.net/j-etais-la-bas

    Comment situer dans l’espace et visualiser l’expérience personnelle des victimes de la Shoah ? En traitant les lieux et déplacements dans leur relations topologiques et en matérialisant graphiquement la dimension subjective et émotionnelle des évènements, il est possible de dessiner la géographie de cette mémoire particulière. Levi Westerveld Geographer, GRID-Arendal Anne Kelly Knowles Historical Geographer, University of Maine Je travaillais à la gare, tout d’un coup je vois le train arriver, (...)

    #Billets


  • Big Oil Doubles Down On Shale Despite Price Drop | OilPrice.com
    https://oilprice.com/Energy/Energy-General/Big-Oil-Doubles-Down-On-Shale-Despite-Price-Drop.html

    According to Bloomberg, shale has become “a safe haven” for Big Oil amid the recent increased volatility in prices. The argument is that shale production costs are much lower than a few years ago and combine with the opportunity for a steady production increase and quicker returns than conventional projects.

    The recent assessment of the U.S. Geological Survey of the recoverable reserves in the Wolfcamp basin must have added fuel to Big Oil’s shale enthusiasm. The authority estimated that the Wolfcamp basin, together with the Bone Spring formation, also in the Permian, hold the largest reserves of oil and gas ever uncovered, at 46.3 billion barrels of crude and 281 trillion cu ft of natural gas. Great news for those who have the cash to expand in the area. Not all are so enthusiastic, however.

    #climat #etats-unis


  • Mouvement lycéen : une cartographie inédite, Mattea Battaglia et Camille Stromboni
    https://www.lemonde.fr/education/article/2018/12/13/mouvement-lyceen-une-cartographie-inedite_5396741_1473685.html

    L’effervescence, partie de la province et des petites villes, ne se structure pas selon les schémas traditionnels de mobilisation de la #jeunesse. On parle d’un réveil des enfants des « #gilets_jaunes ».

    Les enseignants l’admettent volontiers : la mobilisation lycéenne qui s’est déployée dans le sillage des « gilets jaunes » les a pris de court. Pas seulement par la contagion rapide d’une académie à l’autre – jusqu’à 470 #lycées ont été perturbés sur 4 000 au total, dont 2 500 publics. Pas seulement par son installation dans la durée (deux semaines de #blocages) ou par ses excès de violence localisés [et ses #violences_policières généralisées, ndc] , d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) à Orléans (Loiret) en passant par Blagnac (Haute-Garonne) ou Mantes-la-Jolie (Yvelines).

    Ce qui interpelle les observateurs de ce mouvement de jeunesse, qu’ils soient sociologues, proviseurs ou chercheurs, c’est bien sa géographie, alors qu’une nouvelle journée de #mobilisation s’annonce ce vendredi. Quelques exemples suffisent à dessiner ses contours inédits. A Paris, les grands lycées de l’Est – ceux du cours de Vincennes dans le 20e arrondissement notamment – n’ont pas joué le rôle moteur qu’ils endossent habituellement, contre la loi travail, la loi Fillon, le lycée Darcos, le contrat première embauche (CPE)… A Rouen, les chemins empruntés par les lycéens sont eux aussi venus rebattre la carte habituelle des mobilisations : plutôt que des établissements « bourgeois » de la rive droite, les premiers défilés sont partis des lycées plus populaires, de la rive gauche.

    Les « enfants des “gilets jaunes” » ?

    Les autres exemples avancés se résument, souvent, aux noms de villes de taille moyenne qui, jour après jour, ont vu leur jeunesse faire les gros titres de la presse locale : à Digne-les-Bains, chef-lieu des Alpes-de-Haute-Provence, un millier de lycéens sont descendus dans la rue. A Cambrai (Nord), ils étaient 600 à manifester. A Dijon, en Côte-d’Or, on en a recensé 200 devant le rectorat…

    Est-ce une mobilisation des « enfants des “gilets jaunes” » ? Le réveil d’une frange de la jeunesse qui partage, avec ses parents, des fins de mois difficiles et un sentiment de déclassement ? C’est l’une des grilles d’analyse retenues. « Sur les ronds-points s’observe une cohésion intergénérationnelle, défend Michelle Zancarini-Fournel, historienne. On voit des #jeunes rejoindre des #retraités, c’est suffisamment rare pour être souligné. »

    Nous l’avons vérifié dans plusieurs académies – dont Lille, Montpellier et Marseille – en épluchant la presse quotidienne régionale, en sollicitant les rectorats, mais aussi, au cas par cas, les personnels des établissements bloqués.

    Dans l’académie de Lille, aux côtés des élèves lillois – ceux du lycée international Montebello, bloqué à répétition –, la jeunesse de Denain et de Liévin a, elle aussi, donné de la voix, parfois en endossant un gilet jaune, alors que le mouvement débutait à peine, le 30 novembre. Les lycéens de Cambrai, de Coudekerque-Branche, ou, dans le Pas-de-Calais, de Lens ou d’Oignies ont ensuite rejoint le mouvement, au fil de plusieurs journées de mobilisation nationale – lundi 3 décembre, jeudi 6, vendredi 7 ou encore le « mardi noir » du 11 décembre. « Se font entendre des territoires périurbains souvent très défavorisés, qui peinent à se relever de la crise de l’industrie, constate un universitaire lillois qui a souhaité garder l’anonymat [? ndc]. C’est relativement inédit. »

    « Deux logiques se superposent »

    On assiste à une possible « inversion des déclencheurs du mouvement », avance l’historien Claude Lelièvre : « L’effervescence n’est pas à Paris. Elle est en province et dans les petites #villes, ce qui ne veut pas dire qu’elle est périphérique », souligne-t-il.

    Autour de Montpellier, parmi les premiers établissements mobilisés, se sont illustrés un #lycée_d’enseignement_professionnel agricole à Frontignan (Hérault) et un centre de #formation des #apprentis à Rodilhan (Gard). Devant ce CFA, le 5 décembre, une quarantaine d’#élèves ont installé un « barrage filtrant » en soutien aux « gilets jaunes ». Dans la foulée, plusieurs établissements nîmois se sont mobilisés. Le 7, le mouvement s’étendait, dans l’Hérault, à Montpellier, Lodève, Lunel, Agde, Sète…

    Face aux débordements, la rectrice, Béatrice Gilles – anciennement en poste à Créteil – a appelé les #lycéens au calme. « Ce sont des zones très pauvres, très désocialisées que l’on voit s’animer, confirme l’universitaire montpelliérain Yann Bisiou. Pendant ce temps-là, certains grands lycées de Montpellier ne bougent pas. »

    Il y a, depuis Mai 68, une forme de régularité dans la construction des mouvements de jeunesse qui semble aujourd’hui s’infléchir, abonde l’enseignant-chercheur Vincent Troger. « Un mouvement se déclenche toujours soit contre une réforme éducative, soit pour rejoindre une contestation sociale, explique-t-il. Dans le cas présent, les deux logiques se superposent. L’originalité est aussi là. » A Nantes, où il enseigne, Vincent Troger a ainsi le sentiment que plusieurs « lycées de la périphérie », contrairement aux mobilisations antérieures, ont joué le rôle de « moteurs ».

    « L’étincelle est partie des #filières technologiques [cf. la lutte contre le contrat d’insertion professionnel (CIP) qui prévoyait en 1994 un salaire égal à 80 % du salaire de référence pour le spas insérés", jeunes, ndc] »

    A Béziers (Hérault), Bruno Modica, professeur d’histoire, constate que la « vague » s’est élancée des lycées professionnels et polyvalents avant de gagner le centre-ville. « Ce sont les enfants des villages périphériques de Béziers qui se font entendre, dit-il, et pas les jeunes politisés ou les casseurs professionnels. »

    Des casseurs, on a pu en voir à l’œuvre dans les académies de Créteil, Versailles et Toulouse notamment, là où l’institution a comptabilisé le plus de blocages ayant dégénéré. « Que les établissements de banlieue autour de moi se mobilisent, en soi, ça ne me surprend pas, confie un enseignant d’Aubervilliers, lui-même mobilisé. Mais à ce point-là, c’est du jamais-vu en éducation prioritaire depuis une dizaine d’années. »
    Au sein même des lycées, c’est sur le profil des jeunes engagés qu’insiste Stéphane Rio, enseignant d’histoire à Marseille. « L’étincelle est partie des filières technologiques, de manière rapide et éruptive », témoigne-t-il. Ce professeur dit avoir d’abord vu sur les blocus des jeunes peu politisés, parlant autant d’eux que de leurs parents. Des adolescents qui n’ont pas toujours les codes des « bons élèves », ne réclament pas d’« AG », ne veulent pas nécessairement rejoindre les défilés. « Ils prônent le blocage pur et simple, observe-t-il, pour tenir le lycée comme on tient un rond-point. »

    A la tête d’un lycée de Liévin (Pas-de-Calais), devant lequel une centaine de jeunes se sont relayés durant huit jours, ce proviseur ne dit pas autre chose : « Ce ne sont pas nos jeunes intellos qui sont en première ligne », lâche-t-il.

    « Une crainte commune »

    Dans l’académie de Marseille, où les débordements ont poussé à la fermeture préventive d’au moins cinq établissements, la jeunesse s’est d’abord illustrée à Martigues avant de battre le pavé dans la cité phocéenne, Aix, Gardanne, etc.

    Ici comme ailleurs, disent les syndicalistes, il semble qu’un tournant ait été pris dans le sillage des interpellations de Mantes-la-Jolie (Yvelines) et des images des 151 jeunes agenouillés, les mains sur la tête, qui ont inondé les réseaux sociaux le 6 décembre.

    Depuis, à écouter les enseignants, le mot d’ordre « proprement lycéens » résonne plus haut. « Les jeunesses se sont unies, reprend Stéphane Rio, pour dire leur crainte commune : que les réformes en cours – celles du lycée, du bac, de Parcoursup – accroissent des inégalités dont ils seront les premières victimes. »
    « Le bac ne sera plus le même selon les établissements », martèlent-ils d’un blocage à l’autre. Et la sélection à l’entrée de l’université les laissera « sur le carreau ».

    Ça sent quand même ce 68 que j’ai pas vécu, la libération de la parole et la prise de parti, la découverte de ce que les singularités créent de collectif si la situation s’y prête. Ça rappelle ces belles manifs qui comme l’ouvrier marche d’atelier en atelier dans et contre l’usine lycéens et collégiens manifestaient d’un établissement scolaire à l’autre, du technique au général ; ça rappelle La horde d’or, ce moment de la fin des ’60 où ceux qui étaient confinés aux formations techniques et professionnelles ont été mêlés aux étudiants, entrainant un bordel général qui a mis en cause toutes les fonctions productives
    #scolarisés
    http://ordadoro.info/?q=content/«-un-poignard-dans-le-cœur-de-la-ville-capitaliste-»

    • Lycéens et étudiants rejoignent les « gilets jaunes » dans le rejet de la Macronie, Violaine Morin

      « Qui ne saute pas est macroniste ! » Sur le quai de la ligne 4, à la station de métro Châtelet à Paris, un groupe de lycéens survoltés bondit comme un seul homme. On croise quelques élèves de Charlemagne, un établissement du 4e arrondissement, souvent « en pointe » dans les contestations lycéennes. Direction la place Saint-Michel, où quelques groupes peignent des banderoles étalées sur le sol en attendant midi, l’heure du rassemblement à l’appel de trois syndicats, l’Union nationale lycéenne (UNL), la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL) et le Syndicat général des lycéens (SGL).

      La bouche de métro déverse, à intervalles réguliers, des grappes de jeunes gens qui viennent grossir les rangs. Dix jours après le début de la contestation, les lycéens seront 2 600, selon la Préfecture de police, à manifester, mardi 11 décembre, pour 450 lycées perturbés dans toute la France – parmi lesquels 60 sont bloqués sur plus de 2 500, selon un bilan du ministère de l’éducation nationale communiqué à la mi-journée. Dans une ambiance festive, les manifestants entonnent des slogans classiques. Pour rappeler des souvenirs aux lycéens de n’importe quelle génération, il suffit d’insérer le nom du ministre de leur jeunesse – François Fillon, Claude Allègre – devant les mots « si tu savais, ta réforme, ta réforme… »

      Mais ici, le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, a cédé la place à Emmanuel Macron, comme si la personne du président de la République cristallisait toutes les passions de ce mouvement qui tente de profiter de l’élan des « gilets jaunes ». « Ni les professeurs ni les étrangers, c’est Macron qu’il faut virer », scandent les jeunes, en alternant avec « Macron, t’es foutu, la jeunesse est dans la rue ». Le ministre, pourtant à la manœuvre de trois chantiers parmi ceux qui forment les points de crispation – la réforme du baccalauréat, Parcoursup et les suppressions de postes dans le second degré –, est le grand « absent » de la manifestation qui doit cheminer jusque sous ses fenêtres.

      Au-delà de ce rejet collectif, les lycéens tombent difficilement d’accord sur les mots d’ordre. « Les mouvements de jeunesse souffrent souvent de n’être pas assez clairs et pas assez unis », concède Tito, en 1re au lycée Fénelon. Pour pallier ce problème, deux assemblées générales ont été organisées dans son établissement afin de définir « pourquoi on manifeste ». L’ensemble des revendications tient donc en un slogan, répété tout l’après-midi : « Contre Parcoursup, allez allez, contre le nouveau bac, allez allez, contre le SNU [service national universel], allez allez. » Mais dans le détail, les préoccupations varient selon les profils et les âges.
      Les élèves de banlieue, venus souvent avec leurs enseignants, s’inquiètent d’un baccalauréat « dévalué » par rapport à celui des lycées de centre-ville. Younes, en 1re au lycée Angela-Davis de la Plaine Saint-Denis, craint que ses amis de 2de, qui seront les premiers à passer le nouveau bac – composé d’un contrôle continu et de quatre épreuves terminales –, n’obtiennent un diplôme au rabais. « Je viens d’un quartier défavorisé où on a la réputation de vouloir tout brûler, plaide-t-il. Notre bac ne vaudra pas la même chose que celui des beaux quartiers. »

      Chenoa, élève de 2de à Noisy-le-Grand, se sent un peu à l’abri de cette « dévaluation » dans son lycée international sélectif. Elle fera partie de la première génération du baccalauréat « nouvelle formule ». Pour elle, cette réforme est « bâclée ». La jeune fille ne « comprend même pas » comment devront s’organiser ses choix pour l’année prochaine, alors que la carte des spécialités disponibles dans chaque lycée doit être annoncée fin décembre – un calendrier accéléré, semble-t-il, pour apaiser les inquiétudes des lycéens.

      Les étudiants, eux, se sont joint au rassemblement des lycéens après une assemblée générale tenue dans la matinée sur la place de la Sorbonne. Salomé et ses camarades, inscrites en licence d’espagnol à Paris-IV, veulent « prêter main-forte » aux lycéens. Mais les étudiants tentent de mobiliser sur leurs propres dossiers, par exemple sur la hausse des frais de scolarité pour les étrangers. « On est contents que les lycéens se soient mobilisés, tempère Salomé. On ne veut pas faire passer nos revendications avant les leurs, aujourd’hui, on est là pour eux. »

      Mais pourquoi ne pas être descendus dans la rue avant ? Parcoursup a connu sa première saison cet été, la réforme du bac est sur les rails depuis le printemps… De toute évidence, l’occasion offerte par la contestation des « gilets jaunes » était trop belle pour ne pas tenter de s’en saisir, même si les manifestants se défendent de tout opportunisme. « Ils ont réussi à mobiliser et cela a créé de l’espoir », analyse Tito, le lycéen de Fénelon.
      Les plus militants s’en remettent aux précédents historiques de la convergence des luttes entre étudiants et travailleurs. « La force sociale des “gilets jaunes” est incontestable, il faut en profiter », juge Léo, étudiant en philosophie à Paris-I. Partout dans le cortège, on entend des accents communs avec les revendications des « gilets jaunes », sur ce gouvernement qui ne prête qu’aux riches, ce service public qui souffre, ces manifestants brimés.

      L’interpellation musclée des lycéens de Mantes-la-Jolie (Yvelines), alignés à genoux sur le sol, le 6 décembre, est évoquée plusieurs fois. La vidéo, qui a fait le tour des réseaux sociaux, a choqué la communauté éducative. « On ne peut pas laisser faire ça », enrage un enseignant d’Aubervilliers. A plusieurs reprises, les manifestants se mettront à genoux sur la chaussée, mains sur la tête. Julien, un élève de 1re ES de la Plaine Saint-Denis à qui l’on demande s’il n’a pas peur devant de telles images, répond que lui et ses camarades s’efforcent de maintenir un blocus pacifique. « Bien sûr que j’ai peur que ça devienne violent, ajoute-t-il après un temps de réflexion. Et en même temps, si je ne fais rien, qui va le faire pour moi ? »


  • Encore une compilation de musique politiquement engagée, un coffret de 4 CDs même, prévu pour février 2019, produit par le Smithonian Institute:

    The Social Power of Music
    https://folkways.si.edu/the-social-power-of-music

    From parties to protests to prayer, music is a powerful catalyst for celebration, for change, and for a sense of community. Through making music together, we become bigger than ourselves. Whether singing with our families and friends or with thousands of strangers in an arena, music transforms lives, engages individuals, and connects local and global communities. The Social Power of Music chronicles the vivid, impassioned, and myriad ways in which music binds, incites, memorializes, and moves groups of people. This richly illustrated 124-page book, with 80+ tracks on 4 CDs, invites listeners into musical practices, episodes, and movements throughout the U.S. and beyond. These songs of struggle, devotion, celebration, and migration remind us that music has the potential to change our world.

    Countries: Algeria; Angola; Argentina; Brazil; Chile; Congo-Brazzaville; Denmark; Dominican Republic; France; Greece; Indonesia; Italy; Korea, South; Lebanon; Mexico; Nicaragua; Poland; Puerto Rico; Republic of Kosovo; Scotland; South Africa; Thailand; Turkey; United Kingdom; United States; Vietnam

    101 We Shall Overcome The Freedom Singers 2:09
    102 This Land is Your Land Woody Guthrie 2:48
    103 De colores ([Made] of Colors) Baldemar Velásquez, Aguila Negra 3:02
    104 Union Maid Bobbie McGee 2:13
    105 If I Had a Hammer Pete Seeger 1:54
    106 Reclaim the Night Peggy Seeger 4:33
    107 Estoy aquí (I Am Here) Quetzal 5:21
    108 Deportees (Plane Wreck at Los Gatos) Sammy Walker 4:57
    109 We Are the Children Chris Kando Iijima, Joanne Nobuko Miyamoto, Charlie Chin 2:55
    110 I Woke Up This Morning Fannie Lou Hamer 2:36
    111 I Feel Like I’m Fixin’ to Die Country Joe McDonald 2:59
    112 El pobre sigue sufriendo (The Poor Keep On Suffering) Andrés Jiménez 3:26
    113 Ballad of the ERA Kristin Lems 4:11
    114 Where Have All the Flowers Gone? Pete Seeger 2:06
    115 Blowing in the Wind The New World Singers 2:32
    116 Quihubo raza (What’s Happening, People) Agustín Lira and Alma 3:50
    117 Solidarity Forever Jim Jackson 2:30
    118 Joe Hill Paul Robeson 3:00
    119 Joaquin Murrieta Rumel Fuentes 3:35
    120 Which Side Are You On? The Almanac Singers 2:10
    121 Legal/Illegal Ewan MacColl, Peggy Seeger 4:12
    122 It Isn’t Nice Barbara Dane, The Chambers Brothers 4:05

    201 Amazing Grace The Old Regular Baptists 2:44
    202 Come By Here Barbara Dane, The Chambers Brothers 5:33
    203 Will the Circle Be Unbroken The Strange Creek Singers 3:38
    204 Peace in the Valley The Paramount Singers 3:50
    205 Many Eagle Set Sun Dance Song The Pembina Chippewa Singers 2:11
    206 Zuni Rain Dance Members of Zuni Pueblo 4:41
    207 Calvary Shape-note singers at Stewart’s Chapel 1:27
    208 Northfield The Old Harp Singers of Eastern Tennessee 1:58
    209 The Call to Prayer / Adhān Ahmad Al Alawi 2:10
    210 Zikr (excerpt) Sheikh Xhemail Shehu, members of the Prizren Rifa’i tekke 2:45
    Audio Player
    211 Buddhist Chants and Prayers Tu Huyen, Hai Phat, Tam Thu, Hai Dat 4:34
    212 Kol Nidre Cantor Abraham Brun 5:05
    213 Dayeinu Raasche, Alan Mills 1:47
    214 Night Chant Sandoval Begay 2:12
    215 Hark, Hark Carolers from the Black Bull, Ecclesfield, UK 3:11
    216 Swing Low, Sweet Chariot The Princely Players 2:47
    217 The Old Rugged Cross The Paschall Brothers 5:17
    218 Madre de Dolores (Mother of Sorrows) Hermanos de la Morada de Nuestra Señora de Dolores del Alto 2:56
    219 San Miguel (Saint Michael) Francia Reyes 4:11
    220 I’ll Fly Away Rose Maddox 2:32

    301 Party Down at the Blue Angel Club Clifton Chenier and His Red Hot Louisiana Band 4:51
    302 San Antonio Rose Los Reyes de Albuquerque 2:38
    303 Jolie blonde (Pretty Blonde) Austin Pitre 2:47
    304 Shake Your Moneymaker John Littlejohn 4:19
    305 Beer-Drinking Polka Flaco Jiménez, Max Baca 2:25
    306 In Heaven There Is No Beer The Goose Island Ramblers 2:32
    307 SAM (Get Down) Sam Brothers Five 4:10
    308 Golden Slippers / The Butterfly Whirl Lester Bradley and Friends 4:31
    309 Sligo Indians / Paddy Clancy’s / Larry Redican’s / The Rambling Pitchfork Tony DeMarco 4:21
    310 La entrega de los novios (The Delivery of the Newlyweds) Lorenzo Martínez 3:46
    311 Rock Dance Song (Cree/Metis) The Pembina Chippewa Singers 2:20
    312 Pow Wow Song Chippewa Nation 2:52
    313 Mary Mack Lilly’s Chapel School, Alabama 1:58
    314 Johnny Cuckoo Janie Hunter and children at home 1:15
    315 Rooster Call John Henry Mealing and group 4:00
    316 Joy to the World Elizabeth Mitchell 3:06
    317 Oylupnuv Obrutch (The Broken Hoop Song) The Golden Gate Gypsy Orchestra 2:01
    318 Liberty Funeral March The Liberty Brass Band 4:51
    319 Junkanoos #1 Key West Junkanoo Band 3:07
    320 The Star Spangled Banner Unknown orchestra 1:16
    321 Mardi Gras Medley (excerpt) ReBirth Jazz Band 4:33

    401 Viva la Quince Brigada (Long Live the 15th Brigade) Pete Seeger 3:04
    402 Bella ciao (Goodbye Beautiful) Singers of the “Bella Ciao” production of Spoleto 1:35
    403 A desalambrar (Tear Down the Fences) Expresión Joven 5:07
    404 Muato mua N’Gola (Women of Angola) Lilly Tchiumba 2:34
    405 Un gigante que despierta (An Awakening Giant) Luis Godoy, Grupo Mancotal 4:03
    406 Hasret (Longing) Melike Demirag 3:10
    407 Prisioneros somos (We Are All Prisoners) Suni Paz 2:19
    408 Funeral do lavrador (Funeral of a Worker) Zelia Barbosa 1:59
    409 Izakunyatheli Afrika Verwoerd (Africa is Going to Trample on You, Verwoerd) South African refugees in Tanganyika 1:52
    410 The Boy with the Sunlit Smile Mikis Theodorakis 2:48
    411 Hidup di Bui (Life in Jail) Gambang Kromong Slendang Betawi, Kwi Ap 5:34
    412 Man and Buffalo (Kon Gap Kwai) Caravan 3:40
    413 Why Need We Cry? Cantor Abraham Brun 2:32
    414 El palomo (The Dove) Grupo Raíz 4:06
    415 Hvem sidder dér bag skærmen (The Roadmaker) Inger Nielsen 3:08
    416 Mon’ etu ua Kassule Musician supporters of the MPLA 5:35
    417 Le temps des cerises (Cherry Blossom Time) Yves Montand 4:37
    418 Chongsun Arirang Singer from Central Korea 4:03
    419 The Passport Marcel Khalifé 9:23
    420 Inno della Resistenza (Hymn of the Resistance) Choir of FLN fighters 1:28

    #Musique #Musique_et_politique



  • Arrêtez les rotatives, Walid Joumblatt a débusqué un « complot d’une envergure machiavélique » :
    https://twitter.com/walidjoumblatt/status/1072909857546739713

    #Strasbourg l’attentat terroriste vise à divertir le mouvement de révolte sociale de ses revendications légitimes et déchaîner les passions aveugles racistes pour entraîner la France,l’Europe dans une hystérie xénophobe sans précédent.quel complot d’une envergure machiavélique

    Oui, c’est le même Walid Beik auquel les journalistes français continuent à demander son avis sur plein de sujets (ça m’a toujours sidéré : si Joumblatt me conseillait un fournisseur de maté, même ça je me méfierais).


  • Une vitre du TGV Paris-Nice traversée par une munition de chasse près d’Avignon
    https://www.ouest-france.fr/economie/transports/train/une-vitre-du-tgv-paris-nice-traversee-par-une-munition-de-chasse-pres-d

    Un tir a touché le train à grande vitesse mercredi 12 décembre en fin d’après-midi, provoquant un trou de 2 cm dans la vitre. Le parquet ouvre une enquête. La munition retrouvée dans le train est le plus souvent utilisée pour la chasse au gros gibier. La SNCF parle d’un acte de malveillance.

    Un TGV reliant Paris à Nice a été touché par une munition de chasse mercredi vers 18 h 30, à la hauteur d’Avignon (Vaucluse), et le projectile s’est fiché dans un appui-tête après avoir traversé la vitre, a-t-on appris jeudi auprès du parquet d’Avignon.

    Le train n’a pas été arrêté au moment du tir et c’est à l’escale à Marseille que les enquêteurs de la Direction de la sécurité publique (DDSP) des Bouches-du-Rhône ont constaté les dégâts. La munition, de type Brenneke, destinée à la chasse au gros gibier, a percé la vitre pour venir se loger dans un appui-tête, sans faire de blessé, a précisé la vice-procureur d’Avignon, Caroline Armand.


  • Tu-160 si proches de la Floride
    http://www.dedefensa.org/article/tu-160-si-proches-de-la-floride

    Tu-160 si proches de la Floride

    Au vu de certains signes, actes et paroles depuis leur arrivée, il ne fait aucun doute pour notre compte que la “visite d’amitié”, – presque des vacances à les entendre, – des deux bombardiers stratégiques russes Tu-160 Cygne blanc au Venezuela est effectivement, comme nous en faisions l’hypothèse, un très sérieux signal stratégique d’avertissement aux USA, une démonstration par la communication de projection de forces. Mis en perspective, cet acte comme nous le considérons, qui prépare peut-être/sans doute une véritable stratégie de projection de forces, avec des bases russes dans certains pays d’Amérique Latine, ne peut être considéré comme une surprise, mais comme la concrétisation d’une réelle logique de montée en puissance russe depuis deux mois (annonce du retrait US du (...)



  • C’est vous qui décidez. - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=jFmpCjPwoKE&feature=em-uploademail

    Votre vie, c’est vos oignons. Pas les nôtres. Nous sommes les créateurs de Firefox (certains et certaines d’entre nous sont dans cette vidéo !) et nous faisons en sorte que Firefox soit à votre service, non pas à celui de nos actionnaires. On vous laisse le choix, en toute transparence, et on respecte votre vie privée. C’est vous qui décidez.



  • 2013-Des ploucs de droite aux pavillonnaires lepénistes | Cairn.info
    https://www.cairn.info/revue-agone-2013-2-page-65.htm

    Pour la première fois depuis l’institution du suffrage universel, une majorité s’est constituée sans – c’est-à-dire contre – à la fois les ouvriers et les paysans. [...] Cet événement revêt une signification. D’une part, il signifie la défaite politique des “perdants” sociaux, qui cessent d’être les arbitres de la légitimation des grands courants politiques. [...] Les patrons dynamiques, innovateurs et exportateurs n’ont plus besoin de traîner les BOF, qui, eux, cèdent plus ardemment que jamais à l’idéologie beauf. [...] Riches et cultivés se sont donc retrouvés, pour des raisons différentes mais convergentes, en faveur de l’Europe. Marché et culture, finance et communication ont en commun de se penser et de s’organiser en réseau, à plusieurs échelles, du local au mondial, sans donner à une seule l’exclusivité. C’est justement l’inverse qui unit la “France qui perd” : la crispation ethnique, géopolitique et socio-économique sur un échelon unique, celui de l’État-nation. [...] La victoire de l’urbanité et l’alliance des grandes villes qu’elle suppose constitueraient, si elles se confirmaient, une rupture spectaculaire. [...] La culture, la ville, l’Europe : ce ne sont pas là des rencontres de circonstance. Chacun des termes constitue en somme une métaphore des deux autres. »

    2
    Le 25 septembre 1992, au lendemain du référendum français portant sur le traité de Maastricht, paraissait dans Libération cette tribune du géographe Jacques Lévy qui en dit long sur l’urbanocentrisme irriguant certains commentaires savants sur les choix électoraux des habitants des mondes ruraux, et par extension de tous ceux dont le lieu de résidence n’est pas localisé au centre d’une grande métropole [1]
    Si ces propos expriment un mépris de classe d’une violence qui ne constitue heureusement pas la norme, ils témoignent toutefois d’une tendance latente à la dévalorisation – voire à la stigmatisation – des populations rurales dans la presse en période électorale, en particulier depuis l’élection présidentielle de 2002. Or les classements symboliques véhiculés pendant les campagnes politiques, qui sont des moments particuliers de cristallisation des rapports sociaux, participent durablement à la production des représentations collectives liées aux différents types d’espaces résidentiels, représentations qui rejaillissent sur celles et ceux qui y vivent, et réciproquement.

    3
    Pour explorer la production de ces représentations, cet article se penche sur la manière dont les espaces ruraux – entendus ici au sens large en y incluant les espaces dits périurbains – ont été présentés dans la presse lors des deux derniers scrutins présidentiels. Il s’agit plus précisément de se pencher sur les rapports entre les catégories utilisées pour décrire ces mondes ruraux, les groupes sociaux qui y habitent et les attitudes politiques associées à ces groupes, tout en accordant une attention particulière aux mots et aux illustrations employés, ainsi qu’à leur charge normative. Bien que ce texte soit centré sur les mondes ruraux et périurbains, il convient cependant de garder à l’esprit que la construction de l’image des espaces résidentiels est relative, au sens où l’image de ces espaces prend aussi son sens, en négatif ou de manière réciproque, au regard de l’image d’autres types d’espaces, et notamment de celle des mondes urbains centraux [2]

    4
    Après l’exploitation quantitative d’un corpus d’articles parus lors de la campagne présidentielle de 2007 et issus de quatre titres de la presse écrite nationale aux lignes éditoriales contrastées (L’Humanité, Libération, Le Monde, Le Figaro), nous analyserons certains textes d’universitaires publiés pendant la campagne de 2012 qui ont en commun de mettre en avant la localisation résidentielle comme un principe explicatif du vote de même importance que les appartenances sociales des électeurs, contribuant ainsi à la légitimation et à la circulation dans le champ médiatique d’un certain type de discours sur les votes des ruraux et des périurbains.



  • Pour une nouvelle nuit du 4 août (ou plus)

    Jérôme Baschet

    https://lavoiedujaguar.net/Pour-une-nouvelle-nuit-du-4-aout-ou-plus

    Ah, ça oui ! Il faut le reconnaître. Il nous a émus, Manu. Il nous a entendus ; il faut dire qu’avec les cotons-tiges grands comme des poutres que les infirmières lui avaient préparés, ça a dû bien lui déboucher les pavillons. Et, vous vous rendez compte, tout ce qu’il a fait depuis qu’il est président, c’était pour nous. Il nous aime tellement ! C’est pour nous qu’il avait augmenté la CSG, réduit les APL, augmenté la taxe carbone, etc. Pour notre bonheur, par amour pour nous. Et quand il nous accablait de son mépris, c’était aussi par amour. Pour nous pousser à donner le meilleur de nous-mêmes.

    D’ailleurs, la preuve : il nous aime tellement qu’il a compris que le paquet de cacahuètes annoncé par le premier ministre, la semaine dernière, ce n’était vraiment pas assez. Alors là, d’un seul coup, il en a mis quatre sur la table, des paquets de cacahuètes. Pour qu’on comprenne enfin combien son amour pour nous est immense. (...)

    #gilets_jaunes #Macron #abolition_des_privilèges #ISF #zapatistes #Chiapas #Commercy #autogouvernement