CEPED_MIGRINTER_ICMigrations_santé

Fil d’actualités Covid19-Migration-santé (veronique.petit@ird.fr) relié à CEPED-MIGRINTER-IC MIGRATIONS.

  • En Côte d’Ivoire, les ressortissants sahéliens inquiets après l’annonce de la sortie de leur pays de la Cedeao
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2024/02/02/en-cote-d-ivoire-les-ressortissants-saheliens-inquiets-apres-l-annonce-de-la

    En Côte d’Ivoire, les ressortissants sahéliens inquiets après l’annonce de la sortie de leur pays de la Cedeao
    Par Marine Jeannin (Abidjan, correspondance)
    Les communes jumelles d’Abobo et d’Adjamé n’abritent pas seulement le plus grand marché d’Abidjan, cœur battant de la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Elles sont aussi une réplique de l’Afrique de l’Ouest en miniature, avec ses milliers de ressortissants guinéens, ghanéens et, surtout, de trois pays du Sahel. Les diasporas du Mali, du Burkina Faso et du Niger y sont les plus présentes, le plus souvent actives dans le transport et le commerce.
    Selon le recensement de 2021, les étrangers représentaient 22 % de la population vivant en Côte d’Ivoire et, d’après l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 3 millions de Maliens, environ autant de Burkinabés et 700 000 Nigériens s’y sont installés. Depuis le 28 janvier et l’annonce conjointe des trois juntes qui gouvernent ces pays de quitter la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), c’est tout Adjamé qui gronde.
    Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Le retrait des juntes du Sahel de la Cedeao « confirme la césure géostratégique qui se dessine en Afrique de l’Ouest »
    D’abord pour le symbole. « Qu’est-ce que ça veut dire de quitter la Cedeao ? », s’emporte un sexagénaire malien, dans sa petite cour d’Abobo Dokui. « Nous sommes tous ouest-africains, nous avons la même parenté… Nous devrions rester ensemble, proclame avec amertume cet homme qui précise vivre à Abidjan depuis près de quarante ans. Comme d’habitude, c’est une décision prise par les dirigeants, tandis que nous, la population, n’avons pas été consultés. Nous sommes les premiers concernés et nous allons devoir payer les pots cassés. »
    En quittant la Cedeao, les membres de ces trois diasporas risquent de devoir s’acquitter, comme d’autres immigrés − en dehors des Français, qui paient moitié moins cher −, des 300 000 francs CFA annuels (quelque 450 euros) de la carte de séjour. Soit l’équivalent de quatre mois de smic ivoirien. Ceux qui ne pourront débourser cette somme devront choisir entre rester sur le sol ivoirien dans l’illégalité, rentrer dans leur pays d’origine ou demander la nationalité ivoirienne.
    « La carte de séjour, c’est ma première préoccupation », confirme Ibrahim Dagoune, un commerçant d’une trentaine d’années originaire du Burkina Faso, installé à Adjamé. S’il dit soutenir le capitaine Ibrahim Traoré, le président putschiste aux commandes à Ouagadougou, il réprouve la sortie de son pays de la Cedeao. « Ma deuxième préoccupation, poursuit-il, c’est la libre circulation des biens et des personnes, et celle des flux financiers. Pour nous qui travaillons entre les deux pays et envoyons de l’argent à notre famille, cette décision risque de peser très lourd. »
    Pour l’heure, les trois juntes n’ont pas annoncé leur retrait de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), qui rassemble les huit membres de la Cedeao utilisant le franc CFA. La libre circulation des biens et des personnes entre la jeune Alliance des Etats du Sahel (AES) et la Côte d’Ivoire reste donc garantie pour le moment. Mais l’AES a déjà manifesté son intention de créer une monnaie commune et les diasporas se préparent déjà à cette éventualité. « Si les tarifs douaniers sont restaurés, cela va affecter les prix des produits échangés par ces trois pays et la Côte d’Ivoire, résume l’économiste ivoirien Germain Kramo. Il risque donc d’y avoir des pertes de parts de marché des deux côtés de la frontière, et ce, dans le secteur public comme privé. »
    Le Mali est, depuis 2022, le premier client de la Côte d’Ivoire, dont il représente 8,9 % des exportations. Le Burkina Faso en est le cinquième avec 5,1 %. Ces deux pays représentent par ailleurs, à eux seuls, 55 % des exportations de la Côte d’Ivoire au sein de la Cedeao, essentiellement des produits manufacturés, dont les prix devraient considérablement augmenter si les frais douaniers sont restaurés. Et si les trois pays ne figurent pas au rang des principaux fournisseurs de la Côte d’Ivoire, cette dernière importe tout de même du Sahel une partie de ses denrées alimentaires, en particulier les céréales et la viande.
    Nouer de nouveaux partenariats avec la Cedeao ?Les envois d’argent entre les trois pays et leur diaspora, mentionnés par M. Dagoune, ne sont pas non plus à négliger. « Si le Mali, le Burkina Faso et le Niger quittent l’Uemoa, les transactions financières entre ces pays et la Côte d’Ivoire en souffriront, prévient Germain Kramo, car elles feront l’objet de nouvelles taxes et de nouvelles limitations. Il deviendra plus compliqué d’envoyer de l’argent par “mobile money” vers le Niger que ça ne l’est actuellement vers le Cameroun, par exemple. » Le manque à gagner pourrait être énorme pour ces pays. Le Mali a reçu, en 2023, 1,1 milliard de dollars (1 milliard d’euros) de sa diaspora, selon la Banque mondiale, soit 5,4 % de son produit intérieur brut. Le Burkina Faso, 579 millions de dollars.
    Mais rien n’est encore gravé, et l’annonce faite par l’AES soulève pour l’heure plus d’interrogations qu’elle ne donne de réponses. Selon les textes de la Cedeao, la sortie ne peut entrer en vigueur qu’un an après sa demande effective. Qu’ils décident ou non de rompre avec l’Uemoa, les trois pays pourraient ensuite nouer de nouveaux partenariats avec la Cedeao. Ainsi, la Mauritanie, qui, dix-sept ans après avoir quitté cette communauté (en 2000), a signé avec elle un accord d’association. Celui-ci prévoit la libre circulation des marchandises mais pas celle des personnes. Le Parlement mauritanien l’a ratifié en 2018 mais pas ceux des quinze autres pays membres, empêchant ainsi son entrée en vigueur.

    #Covid-19#migration#migrant#CEDEAO#frontiere#UEMOA#librecirculation#diaspora#flux#transfert#sante