• Israel’s Eilat Port to lay off half of its staff – Middle East Monitor
    https://www.middleeastmonitor.com/20240320-israels-eilat-port-to-lay-off-half-of-its-staff

    Nouvelles en bref :
    – le blocus d’Eilat est vraiment effectif
    – 80% des Israéliens qui ont quitté le pays n’y retourneront pas

    Half the workers at Israel’s Eilat Port are at risk of losing their jobs after the seaport took a major financial hit due to the crisis in Red Sea shipping lanes, Reuters reported officials saying today.

    Port management has announced it intends to fire half of the 120 employees. In response, dock workers held a protest today.

    Eilat Port CEO Gideon Golber said the move was the final option after months of losses and inactivity.

    “I hoped the coalition countries would have solved the issue in a few months,” Golber said, referring to a US-led multi-national initiative set up in December and which has targeted the Houthis. “But they are not solving the problem.”

    https://www.middleeastmonitor.com/20240320-israel-80-of-citizens-living-abroad-do-not-intend-to-ret
    A recent survey among Israelis living abroad conducted by the Hebrew University on the initiative of the World Zionist Organisation revealed that 80 per cent of respondents said that they do not intend to return to Israel, despite feeling unsafe in their current countries of residence.

    • https://www.lorientlejour.com/article/1372083/-nettoyer-gaza-qui-a-un-bord-de-mer-au-potentiel-precieux-tolle-en-li

      Le gendre de Donald Trump et son ancien conseiller principal en politique étrangère, Jared Kushner, a loué le potentiel « très précieux » de la « propriété en bord de mer » de Gaza et suggéré qu’Israël devrait évacuer les civils pendant qu’il « nettoie » l’enclave, lors d’un entretien avec l’Université de Harvard. Les détails de l’interview, qui remonte au 15 février, ont été publiés par le quotidien britannique The Guardian et suscité de vives réactions en ligne.

      (...) « Les propriétés en bord de mer de Gaza pourraient être très précieuses si les gens se concentraient sur le développement des moyens de subsistance », a déclaré M. Kushner à son intervieweur, le professeur Tarek Masoud, président de la faculté Middle East Initiative de Harvard.

      « C’est une situation un peu malheureuse, mais du point de vue d’Israël, je ferais de mon mieux pour faire partir les gens et nettoyer ensuite », a poursuivi M. Kushner. « Je ne pense pas qu’Israël ait déclaré qu’il ne voulait pas que les gens reviennent par la suite.

      Certains hauts responsables du gouvernement israélien, comme le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben-Gvir, ont ouvertement appelé à un transfert massif de population.

      M. Kushner a également affirmé qu’il serait possible d’évacuer les civils de la ville de Rafah vers l’Égypte « avec diplomatie », bien que Le Caire insiste qu’il n’acceptera pas des Palestiniens déplacés et qu’une opération militaire à Rafah mettrait en péril ses relations avec Israël.

      « Mais en plus de cela, je ferai passer un bulldozer dans le Néguev (une zone désertique du sud d’Israël, ndlr). J’essaierai de déplacer des gens là-dedans, a ajouté M. Kushner. Je pense que c’est une meilleure option ».

      Surpris par ces propos, son interlocuteur a demandé à M. Kushner de préciser s’il s’agissait de quelque chose qu’il avait entendu de la part d’Israéliens : « Les gens en Israël parlent-ils sérieusement de cette possibilité ? ». Il a répondu qu’il ne savait pas : « Je suis assis à Miami Beach en ce moment, je regarde la situation et je me dis : que ferais-je si j’étais là-bas ? ».