• Les sondages pratiques quotidiens montrent que les Israéliens continuent à choisir cette guerre, même s’ils ne veulent pas de Netanyahou
    Par Amira Hass | Haaretz le 1er avril 2024 ; traduction rédaction A l’Encontre
    http://alencontre.org/moyenorient/palestine/les-sondages-pratiques-quotidiens-montrent-que-les-israeliens-continuent

    La plupart des Israéliens savent que Benyamin Netanyahou leur ment. La plupart soupçonnent que ses choix politiques sont motivés par des intérêts personnels et familiaux. Autrement, le Likoud sous sa direction, selon les sondages, n’obtiendrait pas seulement 18 sièges à la Knesset. Et pourtant, la plupart des Israéliens le soutiennent. Certes, contrairement à ce que nous disent les sondages et les experts.

    En effet, le sondage le plus fiable est bien celui de la participation persistante de milliers d’Israéliens à l’offensive militaire impliquant des massacres et une destruction massive à Gaza, ainsi qu’aux opérations d’oppression et d’expulsion qui se déroulent en Cisjordanie.

    La volonté inébranlable des parents d’envoyer leurs enfants tuer et être tués, blesser et être blessés – et ensuite souffrir toute leur vie de post-traumatisme – est une réponse constante et invariable dans un sondage de facto réalisé quotidiennement. Le langage édulcoré et le consensus dans les médias, ainsi que l’attachement à la croyance que la guerre est la solution, est une sorte de réponse à une question posée en filigrane : qui soutiennent-ils ?

    Les photos TikTok postées par des soldats – indiquant le manque de volonté ou l’incapacité des Forces de défense israéliennes (FDI) à stopper le flux de selfies en provenance de Gaza – montrent une bestialité arrogante dépourvue de toute inhibition de la part des soldats. Elles constituent une sorte de sondage. Les parents qui n’expriment pas de choc ou d’inquiétude sur le fait que leurs enfants, avec leurs propres smartphones, fournissent à la Cour pénale internationale des preuves à charge contre eux-mêmes sont également des sondés qui approuvent Netanyahou et sa politique militaire, même s’ils ne sont pas sondés à ce sujet et même s’ils ne votent pas pour lui.

    Les réservistes qui se déplacent entre les manifestations de la rue Kaplan [centre de Tel-Aviv] et les ruines de Gaza ou son ciel parsemé de bombardiers ou de drones prédateurs sont également des personnes interrogées dans le cadre d’un sondage, dont la réponse est sans ambiguïté. Se plaindre continuellement que le monde est antisémite est la réponse souhaitée à un sondage qui fait saliver Netanyahou tous les matins.

    Il en va de même du refus de comprendre que, contrairement à nos écrans de télévision, qui restent focalisés sur les horreurs du 7 octobre et les rapports déchirants sur ses victimes, les téléspectateurs des chaînes de télévision étrangères ont vu les horreurs des bombardements et de la famine délibérée dans la bande de Gaza au cours des six derniers mois. Ils connaissent des centaines, voire des milliers, de reportages bouleversants sur les victimes palestiniennes (...)

    https://www.haaretz.com/opinion/2024-04-01/ty-article/.premium/polls-show-that-israelis-continue-to-choose-this-war-even-if-they-dont-want-netanyahu/0000018e-98d8-d591-a5cf-9fdddf100000