CEPED_MIGRINTER_ICMigrations_santé

Fil d’actualités Covid19-Migration-santé (veronique.petit@ird.fr) relié à CEPED-MIGRINTER-IC MIGRATIONS.

  • Une cinquantaine de migrants disparus dans un naufrage au large des Canaries - InfoMigrants
    https://www.infomigrants.net/fr/post/56771/une-cinquantaine-de-migrants-disparus-dans-un-naufrage-au-large-des-ca

    Une cinquantaine de migrants disparus dans un naufrage au large des Canaries
    Par La rédaction Publié le : 30/04/2024
    Une pirogue partie du Sénégal avec à son bord 60 personnes a fait naufrage dans l’Atlantique, au large des Canaries. Seuls neuf migrants ont été secourus lundi par les forces espagnoles, après avoir passé deux jours accrochés au canot en partie immergé dans l’eau. Le bilan est lourd. Cinquante et une personnes, originaires d’Afrique subsaharienne, sont portées disparues après le naufrage de leur embarcation dans l’Atlantique, a indiqué, lundi 29 avril, l’agence de presse espagnole Efe. La pirogue comptait 60 migrants à bord, tous des hommes, mais seuls neuf exilés ont été secourus par les forces espagnoles lundi.
    Quelques heures plus tôt, leur canot avait été repéré par un navire marchand à une centaine de kilomètres de la petite île d’El Hierro, dans l’archipel des Canaries. Les secours ont été immédiatement dépêchés sur place en raison de l’état de la pirogue, en partie submergée. La Garde civile a récupéré par hélicoptère neuf migrants, qui s’accrochaient difficilement à leur embarcation en train de couler. Selon Efe, qui s’est procuré des images de la scène, certains s’étaient réfugiés sur la poupe (arrière du navire), dans la partie la plus haute du bateau pas encore inondée. D’autres avaient pris place à l’avant, aussi au-dessus de l’eau. Les survivants ont été pris en charge sur l’île d’El Hierro, où ils ont reçu les premiers soins médicaux. Ils ont ensuite été transférés à l’hôpital de la commune, pour des cas de déshydratation et de douleurs abdominales.
    Selon le témoignage de l’un d’entre eux, la pirogue avait quitté M’Bour, au Sénégal, neuf jours plus tôt. Le septième jour de navigation, le canot a coulé, emportant avec lui 51 personnes. Les neuf rescapés ont passé deux jours accrochés à l’embarcation, à moitié dans l’eau, avant d’être repérés et secourus. Les autorités sont retournées sur la zone pour tenter de repêcher des cadavres mais n’en ont retrouvé aucun.
    Ces dernières années, la route des Canaries a été réactivée pour éviter les contrôles renforcés plus au nord, en Méditerranée. Et les migrants ne partent plus seulement de l’ouest du Maroc, mais aussi désormais de la Mauritanie et du Sénégal, à plus de 1 000 km de l’archipel espagnol. L’an dernier, 40 000 personnes ont débarqué aux Canaries depuis les côtes africaines, un chiffre jamais atteint même en 2006, lors de la crise des cayucos – terme qui désigne les pirogues utilisées par les migrants pour traverser l’Atlantique. Et cette année, les chiffres continuent de progresser : plus de 15 000 exilés sont arrivés dans l’archipel depuis janvier, soit une augmentation de près de 500 % par rapport à la même période en 2023. Les décès aussi se multiplient. L’ONG Caminando Fronteras a déjà dénombré plus de 1 500 morts pour les quatre premiers mois de l’année 2024 sur cette route migratoire. Sur l’ensemble de 2023, l’ONG en avait compté plus de 6 000.

    #Covid-19#migrant#migration#senegal#espagne#canaries#elhierro#routemigratoire#atlantique#traversee#sante#mortalite#migratonirreguliere