Nicole Garreau

Poétesse sans talent et dictateuse sans vergogne

  • sait que lorsqu’elle vient de finir la lecture d’un bouquin ou le visionnage d’un film, elle a pour habitude d’aller immédiatement jeter un œil sur Babelio ou SensCritique pour voir les commentaires des autres lecteurices ou spectateurices.

    Ce qui l’éclate ce sont les ceusses qui chouinent immanquablement que telle ou telle œuvre n’a aucune cohérence ni aucun sens — comme s’iels pensaient que leur propre vie en avait et que la Littérature ou le cinématographe étaient censé·e·s les conforter dans cette croyance.

    Une narration se doit d’amener nécessairement davantage de questions que de réponses ; il n’y a guère que dans les trois monothéismes qu’un ouvrage est présenté comme détenteur d’une vérité, et c’est d’autant plus drôle que c’est l’un des textes les plus incohérents qui n’aient jamais été écrits.

    Il n’y a pas de réalité et quand bien même il y en aurait une personne ne nous la livrerait sur un plateau. Multiplions les lectures et les films tous azimuts tant que nos vieux yeux nous le permettent encore un peu : chaque nouvelle œuvre influe sur les précédentes et apporte une couche de doute supplémentaire.

    Tout ce qui est imaginable est possiblement vrai, mais rien ne constituera jamais une preuve que quoi que ce soit l’est.

    #NicoleGouroute.