François Isabel

Ni dieu, ni maître, nirvana

  • Le mystère du jour : qui a pris la photo du vaisseau spatial Change6 posé sur la Lune ? - Science et vie
    https://www.science-et-vie.com/ciel-et-espace/le-mystere-du-jour-qui-a-pris-la-photo-du-vaisseau-spatial-change6-p

    Qui a pris la photo historique de l’atterrisseur de la mission Chang’e-6 et du drapeau de la Chine sur la face cachée de la Lune ? Puisqu’il n’y a pas d’équipage humain sur la Lune, c’est un mini-rover qui s’en est chargé, mais la particularité, c’est qu’il est parfaitement autonome, et c’est une Intelligence artificielle qui s’est chargée de la prise de vue. C’est ce que révèle le média China Space Daily, qui explique que le rover à quatre roues avait été libéré du côté de l’atterrisseur après la fin des prélèvements d’échantillons lundi. Puis il s’est déplacé de manière autonome sur la surface lunaire pour trouver le « meilleur » angle possible pour la photo.
    Le rover a pris la photo sans intervention humaine depuis la Terre

    Ensuite, l’engin a ajusté la composition de l’image avant de capturer des vues à la troisième personne de la combinaison atterrisseur-ascendeur et de les renvoyer sur Terre de manière entièrement automatisée.

    Les traces de roues du rover peuvent être identifiées sur la droite, sous la lumière du soleil du matin sur l’image publiée, ainsi que l’atterrisseur, ses panneaux solaires et son bras robotique. Au sommet du vaisseau, le véhicule d’ascension pour revenir sur Terre.

    L’agence spatiale chinoise précise que ce rover est beaucoup plus petit que ses prédécesseurs puisqu’il ne pèse que 5 kilos, contre plus de 100 kilos pour ses grands frères, les Yutu-1 et Yutu-2. Il est plus petit et moins lourd, mais il possède « des capacités autonomes avancées et un matériel léger et hautement intégré qui témoignent des avancées de l’équipe en matière d’intelligence artificielle » peut-on lire dans le rapport.
    Une première mondiale

    Astrophysicien de l’Université de Hong Kong, Quentin Parker a déclaré que si le rover était autonome et faisait des choix basés sur les données d’entrée des caméras, ce serait alors la première utilisation de l’IA sur un rover lunaire. Ce qui serait confirmé par le fait qu’initialement le robot devait effectuer des « selfies » et non des photos « à la 3e personne ».

    China Space Daily n’a pas révélé combien de selfies ont été pris par le mini-rover et on ne sait pas si le véhicule fonctionne toujours. On ne sait donc pas s’il a pu photographier voire filmer le décollage de Chang’e-6 avec ses 2 kilos d’échantillons collectés pour un retour sur Terre programmé pour le 25 juin.