• Législatives : une campagne au rabais

    Depuis la signature du décret de dissolution de l’Assemblée, le mandat des députés est terminé, leurs attachés parlementaires sont licenciés, les projets de loi en cours d’examen remisés au placard, seul bénéfice de l’opération.

    Pour un microcosme politique qui a choisi de « vivre de la politique » autant que de « faire de la politique » (Rémi Lefèvre), tant pour les députés européens non réélus (EELV) que pour l’armée des attachés LFI et le PS), la question est donc celle de leur survie personnelle à très court terme dans un avenir incertain.

    Dès lors quels parti va avoir les moyens de louer des salles pour les meetings, de payer les imprimeurs, les voyages...

    Celui ou ceux qui offrent des perspectives d’ascension sociale via « le grand remplacement »...

    Noter que les commentateurs ne s’attardent guère sur le fait que Reconquête a dépassé EELV.

    Noter qu’en ligne ce sont le RN, Reconquête et la fachosphère dominent.

    La bourgeoisie ne redoute donc aucunement la peste brune, ce que l’on vérifiera ce soir après les résultats du CAC 40.

    On vit une époque formidable (Reiser).