• Antiterrorisme ordinaire, le procès du DHKP-C
    http://www.article11.info/?Antiterrorisme-ordinaire-le-proces

    Quinze prévenus turcs ou d’origine turque, réfugiés pour la plupart ? Un obscur groupe politique marxiste-léniniste, classifié terroriste par la Turquie ? Allons donc, qui s’en soucie ? Personne. Si ce n’est le collectif Angles Morts, qui revient dans ce texte très documenté sur un procès antiterroriste qui s’est tenu à la Xe chambre correctionnelle de Paris en novembre dernier. Retour sur un épisode d’une guerre judiciaire de basse intensité

    • Une des caractéristiques centrales de l’antiterrorisme est son caractère « préventif », ce que les idéologues sécuritaires, rassemblés notamment autour d’Alain Bauer, ont baptisé le « décèlement précoce ». Bernard Squarcini, alors directeur de la DCRI, déclarait ainsi en 2008 : « Notre mission consiste à détecter les personnes dont le comportement présente des risques pour l’État et la société, à les surveiller pour anticiper le moment où elles seront tentées de passer à l’acte […], notre obsession est d’anticiper, c’est-à-dire de neutraliser les terroristes avant qu’ils frappent. » En somme, ce maître mot d’anticipation consiste à « définir des domaines susceptibles d’être déstabilisés et des populations potentiellement menaçantes, c’est-à-dire des secteurs à privilégier d’urgence pour investir dans la sécurisation, avant même qu’une menace ait pu en émerger. Il s’agit en l’occurrence de fabriquer des raisons d’investir contre des menaces à venir, là où elles n’existent pas encore. »

      #prédiction #violence