Pierre Coutil

de celles et ceux qui marchent avec… (enfin qu’essayent).

  • La classe inversée (IClasse 130)
    https://sites.google.com/site/classe130/home/classe-inversee

    La classe inversée consiste comme son nom l’indique à inverser le concept traditionnel de l’école : leçon en classe, activités, exercices à la maison. Avec la classe inversée, la présence du professeur est utilisée au maximum pour réaliser des activités, mettre en activité les élèves, les rendre acteur de leur formation, les aider, individualiser.
    Le travail à la maison, en amont, consiste à consulter des ressources (vidéos, site internet, lecture), copier quelques mots de vocabulaire, les titres... Tout le travail de compréhension est fait en classe en présence et avec l’aide du professeur.

    Dans la série, notre modèle éducationnel du XIXème siècle est mort il en faut un autre : la classe inversée, un concept intéressant qui suscite cependant trois questions :
    – si les devoirs à la maison sont théoriquement proscrits c’est notamment que ce travail « solitaire » est particulièrement générateur d’inégalités, qu’en serait-il de ce travail à la maison, même « préparatoire » ou « interactif » (les activités indiqués semblent nécessiter des élèves particulièrement responsables et autonomes) ?
    – le dispositif repose largement sur les #TICE : quid de la fracture numérique ?
    – « l’intérêt » du dispositif (cf. le 1er schéma) semble être davantage la référence aux concepts de « coopération », « projets intéressants », « pédagogie active », « personnalisation », « plan de travail » (issus des pédagogies nouvelles) que de « l’inversion » même de la classe.

    #éducation #classe_inversée #pédagogie #innovation